Coco : día de los muertos, cempasúchil et xoloitzcuintle

Sorti en France le 29 novembre 2017, Coco, le dernier film d’animation de Pixar Animation Studios, réalisé par Lee Unkrich et Adrian Molina, semble battre des records de fréquentation en France après un succès aux États-Unis. Au-delà de son ancrage au Mexique en pleine fêtes des Morts décorée de fleurs et pétales de cempasúchil, de guirlandes de papel picado, d’alebrijes, des autels des morts dans une ville au style colonial, le film ne manquera pas d’intéresser les américanistes par la présence d’un chien facétieux au prénom pour le moins signifiant -Dante-, dans cette histoire de voyage au pays des morts.

Improbable nouvelle étoile de Disney1 faisant l’objet de produits dérivés, les américanistes et amoureux du Mexique auront reconnu dans ce personnage un chien Xolo, abréviation de Xoloitzcuintle, le chien national du Mexique. Son nom en náhuatl, combine le nom du dieu de la vie et de la mort « Xólotl » (qui signifie « monstre »,  « étrange » ou encore « animal ») et le mot « itzcuintli » (chien).

COCO (Pictured) – Dante. ©2017 Dinsey•Pixar. All Rights Reserved.

Xólotl

Xólotl2 est le jumeau du dieu Quetzalcóatl à tête de chien, divinité du coucher du soleil et de la transformation, conçu comme la Vénus occulte qui accompagne le Soleil pendant le coucher du soleil pour mener une bataille dans le Mictlán (enfers) pendant la nuit. A contrario, son jumeau Quetzalcóatl , le serpent à plumes, est la lumière et la vie de cette planète qui accompagne le Soleil à l’aube.

Itzcuintli

L’itzcuintli est aussi le nom du 10e jour du Tonalpohualli, le calendrier rituel des Mexica. Le glyphe qui le représente figure un chien. Son protecteur est le dieu de la Mort Mictlantecuhtli.

Glyphe d’itzcuintli dans le Codex Magliabechiano

Glyphe Tzolkin (10e jour) dans le calendrier Maya

Selon le site Amoxcalli3, le glyphe itzcuintli serait présent dans sept manuscrits du fonds Mexicain de la Bibliothèque nationale de France :

  • Mexicain 26 Cédula de diligencia (village d’Amacameca)

Itzcuintli dans le Mexicain 26

  • Mexicain 46 Historia Tolteca Chichimeca

Itzcuintli dans le Mexicain 46

  • Mexicain 89_7

  • Mexicain 110 Proceso de Marta Petronila y Agustín de Luna, indios contra Juan Francisco, María y Juana Culhua

  • Mexicain 374 Manuscrito del Aperreamiento

  • Mexicain 376 Libro de tributos de San Pablo Teocaltitlan

Itzcuintli dans le Mexicain 376

  • Mexicain 391 Códice Veinte Mazorcas

Xoloitzcuintle

Faisant partie des races nues de chiens – avec le chien chinois à crête et le chien nu du Pérou -, le Xoloitzcuintle est classé depuis 1961 comme un animal primitif par la Fédération cynologique internationale (FCI)4.

Approximativement âge de plus de trois à huit mille ans selon les sources, cette race de chien bénéficie de la qualification de « primitif » parce qu’il relève du groupe 5 de la classification de la FCI : « chiens de type Spitz et de type Primitif ». Ce groupe désigne les chiens de lignée ancienne et n’ayant subi que très peu de modifications ou croisements génétiques de la part de l’homme.

Encore récemment considérés comme étant en voie d’extinction, ces chiens étaient connus en Europe depuis le XVIe siècle, notamment grâce à l’étude de Francisco Hernández, médecin de la cour du roi Felipe II d’Espagne, missionné pour étudier la flore et la faune de la Nouvelle-Espagne. De 1571 à 1577, il mène ce que l’on désigne comme la Comisión de Francisco Hernández a Nueva España. En 1576, il adresse du Mexique un résumé de ces travaux au roi Felipe II, qui donneront lieu à une suite de quatre volumes supplémentaires déposés à la Bibliothèque royale de l’Escurial, où ils disparaîtront dans l’incendie de 1671. Les seules sources qui subsistaient de son oeuvre étaient ses brouillons rédigés en latins ou la première version de ses écrits qu’il légua à sa mort au roi et furent déposés au Colegio Imperial de Madrid. Par ailleurs, nous disposions de copies et de versions issues de la seconde version de ses écrits, comme le Rerum Medicarum Novae Hispaniae Thesaurus… de Nardo Antonio Recchi (Roma, 1651), la copie de l’Index alphabeticus plantarum Novae Hispaniae faite par Andrés de los Reyes en 1626 pour la Accademia de Lincei, ou encore la traduction en espagnol du Rerum Medicarum faite par le dominicain Francisco Ximénez intitulée Qvatro libros de la natvraleza, y virtudes de las plantas, y animales… publiés à México chez le veuve de Diego López Davalos en 16155. Depuis mars 1999, il convient de parler au passé  car un manuscrit, coté BH MSS 624, intitulé Materia Mediçinal de la Nueua España de Francisco Hernández6, a été identifié à la Bibliothèque de la Faculté de Médecine de l’Université Complutense7. Comparées aux brouillons, les éditions qui avaient été faites des travaux de F. Hernández révélaient des omissions, des reclassements, de mauvaises traductions, etc. Ainsi, la consultation du quatrième livre des Qvatro libros de la natvraleza Francisco Hernández, consacré aux animaux, montre qu’il n’est pas question des chiens… Quoi qu’il en soit Francisco Hernández rapporte l’usage du Xoloitzcuintle dans les festivités, les sacrifices et l’alimentation ainsi que sa fonction psychopompe pour la conduite des âmes des morts dans leur voyage vers Mictlán8.

Preuve de la connaissance des chiens primitifs du Mexique par l’Europe du XVIe siècle en est également donnée par l’œuvre de Frère Bernardino de Sahagún (1499-1590), qui dans son Historia general de las cosas de Nueva España n’a pas manqué de citer les diverses espèces de chiens endémiques, dans son Livre XI traitant de las cosas naturales. Le Códice Florentino, la version manuscrite de son ouvrage, conservée à la Biblioteca Medicea Laurenziana (Florence, Italie) sous la cote Ms. Palat. 218-220, fournit même de petites illustrations des divers chiens9 :

  • Folio 16 verso, dans la colonne du texte en nahuatl, un Chichi iztcuintle est représenté :

Historia general de las cosas de Nueva España por el fray Bernardino de Sahagún: el Códice Florentino. Libro XI: de las cosas naturales.

  • Traduction :
    • Les chiens de ce pays portent quatre dénominations différentes : chichi itzcuintli, xochiocoyotl et tellamin, et même teuitzotl. Ils sont de couleurs diverses : noirs, blancs, cendrés, roux, châtains foncés, bruns gris et tachetés. Les uns sont grands, les autres d’une taille moyenne ; ceux-ci ont le poil court, ceux-là allongé. Ils ont en général le museau long, les dents grandes et effilées, les oreilles poilues et fortement creusées, la tête grosse. Us sont corpulents ; leurs griffes sont pointues. Doux et domestiques, ils accompagnent et suivent leurs maîtres. Habituellement gais, ils remuent la queue, grognent, aboient et laissent tomber l’oreille sur le cou eu signe d’amitié. Ils mangent du pain, du maïs vert, de la chair crue et cuite, des corps morts et des viandes corrompues.
  • Transcription du texte espagnol :
    • Los perros desta tierra, tienen quatro nombres : llamanse, chichi itzcuintli, tambien xochiôcoiotl, y tambien tellamin, itambien teuitzotl : son de diverses colores, ay unos negros, otros blancos, otros cenicientos, otros buxos, otros castaños escuros, otros morenos, otros pardos otros manchados. Ay algunos dellos grandes, otros medianos : algunos ay de pelo lezne ; otros de pelo largo tienen largos hucicos, los dientes agudos y grandes : tienen los orejas concavas y pelosas, cabeça grande : son corpulentos, tienen unas agudas, son mansons, son domesticos, aconpañan, o siguen a su dueño son recosijados : menean la cola en señal de oaz grunde y ladran : abaxan las orejas hazia al pescueço en senal de amor. Come pan y maçorcas de mahiz verdes, y carne cruda y coçida, comen cuerpos muertos, comen carnes corrutas.

 

  • Le folio 17 recto donne à voir un tehui dans un paysage dans la colonne espagnole du texte :

  • Traduction :
    • On élevait dans ce pays certains chiens sans poils ou fort peu poilus si tant est qu’ils le fussent.
  • Transcription du texte espagnol :
    • Criavan en esta tierra unos perros sin pelo ninguno, lanpinos, y si algunos pelos tenian era muy pocos.
  • Dans le même folio, un petit xoloiztcuintle est représenté accroupi :

  • Traduction :
    • Il existe d’autres chiens appelés xoloitzcuintli, qui ne possèdent absolument aucun pelage, de sorte qu’on était obligé de les couvrir avec des mantas pour passer la nuit. Ce n’est pas ainsi qu’ils viennent au monde, mais dès leur bas âge on les frotte avec de la résine appelée oxitl, qui fait tomber le poil et qui rend la peau très lisse. Certains affirment cependant qu’ils naissent sans poils dans les villages appelés Teutlixco et Toztlan.
  • Transcription du texte espagnol :
    • Otros perrillos criavan, que llamavan xoloitzcuintli, que peritos ningun pelo tenian, y de noche abrigavan los, con mantas para dormir. Estos perros, no nacen aβi : sinon que de pequeños los untan con resina, que se llama oxitl : y con esto se les caye el pelo, quedando el cuerpo muy liso. Otros dizen ; que nacen sin pelo, en los pueblos, que se llaman Teutlixco , y Toztlan.
  • Le folio 17 recto donne à voir un tlalchichi bien dressé sur ses pattes dont la description est suivie de celle d’un « perro del agua » dans une flaque d’eau10 :

  • Traduction :
    • Il existe d’autres chiens nommés tlalchichi, petits et rondelets, qui sont très bons à manger.
      Il y a un autre animal, que l’on nomme chien d’eau, parce qu’il vit dans l’eau. Il s’agit de ce que nous désignons sous le terme de loutre. Il a la taille d’un basset, son poil est de couleur brune foncée, fort doux au toucher. L’eau n’y pénètre pas ; elle glisse à la surface comme sur un corps gras. Il se nourrit de poissons et de tout ce qui vit dans l’eau.
  • Transcription du texte espagnol :
    • Ay otros perros, que se llaman tlalchichi, bajuelos, redoncillos son muy buenos de comer.

      Ay otro animal, al qual llaman perro del agua : porque viven en el agua. Estos son los que nosotros llamamos notxias : es del grandor de un podenco, tiene el pelo hosco escuro, y muy blando, no le entra el agua, no se cala del agua, desliza se el agua del, como si estrevieβe graβiento : come este animal peçes, y todo lo que ay en el agua./.

Un autre source utile pour documenter l’usage pré-hispanique de cette race de chien est l’Historia de las Indias de Nueva España y islas de Tierra Firme du Dominicain en mission au Mexique Diego Durán (1537?-1588?)11 dont le manuscrit coté Vitr/26/11 est conservé à la Biblioteca Nacional de España.

Historia de las Indias de Nueva España e islas de la tierra firme [Manuscrito]. Disponible en ligne, url : <http://bdh-rd.bne.es/viewer.vm?id=0000169486&page=1>.

Ce chroniqueur qui aurait adapté une chronique en nahuatl perdue, dite « Crónica X », mentionne dans son chapitre 98 le grand marché de chiens de la communauté de Acolman. Il y narre, p. 218-219 de l’édition de 1880 de Mexico, ce qu’il y observa mais surtout fournit un commentaire personnel qui illustre le point de vue européen sur la pratique du sacrifice et de la consommation des chiens, justifiant au passage l’action répressive menée par ses confrères confesseurs et prédicateurs contre ces pratiques jugées ici comme vicieuses et sales et non relever de la superstition et l’idolâtrie :

[218] A la féria de Acolman habían dado que vendiesen allí perros y que todos los que los quisiesen vender acudiesen allí así á vendellos como á comprallos y así toda la mas mercadería que allí acudía eran perros chicos y medianos de toda suerte donde acudían de toda la comarca á comprar perros y hoy en día acuden porque [219] hasta hoy hay allí el mesmo trato donde fuí un día de tianquiz por solo ser testigo de vista y satisfacerme y hallé mas de cuatrocientos perros chicos y grandes liados en cargas de ellos ya comprados y de ellos que todavía andaban en venta y era tanta la ca que había de ellos que me quedé admirado. Viéndome un español baquiano de aquella tierra me dijo que de que me espantaba que nunca tan pocos perros había visto vender como aquel día y que había habido falta de ellos. Preguntando yo á los que los tenían por allí comprados que para que los querían me respondieron que para celebrar sus fiestas casamientos y bautismos lo cual me dió notable pena por saber que antiguamente era particular sacrificio de los dioses los perrillos y después de sacrificados se los comían y mas me espanté de ver que había en cada pueblo una carnicería de vaca y carnero y que por un real dan mas vaca que pueden tener dos perrillos y que todavía los coman. No se por que se ha de permitir y no soy de tan torpe juicio que no veo que estos son ya cristianos y bautizados y que cren la fé católica y un Dios verdadero y en Jesucristo su único hijo y que guardan la ley de Dios pero por qué les hemos de consentir que coman las cosas inmundas que ellos tenían antiguamente por ofrenda de sus dioses y sacrificio lo cual aunque sea así que ya no comen estas cosas inmundas de perros y corrillos y topos comadrejas y ratones por superstición ni idolatría sino por vicio y suciedad es muy loable el reprendello los confesores y predicadores para que acaben ya de vivir en policia humana.

On note combien il est impressionné par les plus 400 chiens attachés destinés à la vente qu’il voit. Cependant, un espagnol implanté au Mexique lui explique qu’au contraire jamais il n’y eut si peu de chiens à la vente que ce jour, si peu qu’il en manquât pour faire face à la demande.

Les réalisateurs du film Coco font montre de leurs connaissances historiques et de leur ambition culturelle dans la réalisation de leur film en baptisant ce chien du prénom de l’auteur de la Divine comédie, Dante Alighieri, puisque dans la mythologie Mexica, les chiens xoloitzcuintles, tels des Charon aidant à traverser l’Achéron, étaient réputés accompagner les âmes des défunts dans leur dernier voyage vers Mictlán, l’autre monde. Cela se manifeste davantage encore dans Dante’s Lunch – A Short Tail, le petit court métrage produit à l’occasion de la sortie du film, où le chien court après un os.

Rien de plus « normal » pour un chien pourra-t-on légitimement penser, tant ce type de scène relève des poncifs du genre, sauf que l’os après lequel le chien se précipite n’est pas animal mais humain. Or, la légende rapporte que le dieu Xólotl créa le Xoloitzcuintle avec un éclat de l’Os de la Vie – source à l’origine de toute la création – pour l’offrir à l’homme. Au moment du don, le dieu leur expliqua qu’ils devaient prendre soin du chien pendant leur existence parce que le jour de leur mort, le Xoloitzcuintle serait chargé de guider leur âme à travers le Mictlán, les aidant à franchir la « neuvième rivière des morts » en les portant sur son dos. C’est la raison pour laquelle à l’époque précolombienne ces chiens étaient sacrifiés et enterrés dans les tombes pour accompagner les défunts. La légende Mexica rajoute que la peau du chien devait être complètement noire pour que le voyage post-mortem soit efficace, une peau tachée signifiant que le chien avait déjà servi à transporter l’âme d’un autre défunt.

Après la conquête et les effets de la christianisation des sociétés indigènes, cette race de chien faillit disparaître en raison de sa consommation trop importante par les hommes. Dans son La Historia de México, le jésuite Francisco Javier Clavijero (1731-1787) indique que « les Espagnols les trouvaient nutritifs et de bon goût et après la conquête, ils les mangeaient jusqu’à en avoir fini avec l’espèce ».

Mais le facteur le plus néfaste pour la survie de la race fut une ordonnance des autorités espagnoles du XVIe siècle qui promulguait l’empoisonnement de tout chien qui errait dans les rues de la Nouvelle Espagne.

Après la Révolution mexicaine, la montée du nationalisme joua en faveur d’un regain d’intérêt pour ce chien au point d’en faire un symbole de la mexicanité. Cependant la Fédération cynologique internationale prit conscience de l’extinction progressive de la race. Aussi, en 1950,  une expédition dirigée par le britannique Norman P. Wright et comprenant des chercheurs mexicains s’est donné pour mission de localiser et d’identifier des exemplaires des trois races canines endémiques disparues de la zone centrale du Mexique, soit le xoloitzcuintle, l’itzcuintli et le tlalchichi. Il s’agissait de tenter de trouver des chiens génétiquement purs dans les régions côtières du Oaxaca et du Guerrero, région d’immigration des indigènes fuyant les régions centrales où les frères chrétiens avaient interdit tout rite religieux non catholique incluant des animaux, ce qui entraîna la lente disparition de la race, faute d’emploi et de reproduction des chiens. Au final, dix spécimens de xoloitzcuintle purent être trouvés, considérés de pure race et en bonne santé, pour permettre de relancer la race. En revanche aucun exemplaire d’itzcuintli, le chien commun du Mexique pré-hispanique, ni de tlalchichi ne put être trouvé.

Tlalchichi

Les amateurs d’art précolombien connaissent bien ce chien puisqu’il figure dans les céramiques de Colima, un Etat de l’ouest du Mexique où l’on a exhumé des chiens tlalchichi de tombes pré-hispaniques de la culture dite des tombes à puits datées de 200 avant J.C. à 900 après J.C. C’est cette race de chien qui était élevée à des fins alimentaires, comme le rappelle Bernardino de Sahagún.

Walters Art Museum [Public domain, CC BY-SA 3.0 (https://creativecommons.org/licenses/by-sa/3.0) or GFDL (http://www.gnu.org/copyleft/fdl.html)], via Wikimedia Commons

Pot-bellied Dog Figure, Mexico, State of Colima, 200 BC – 500 AD, ceramic, Pre-Columbian collection in the Worcester Art Museum, Worcester, Massachusetts, USA. The museum permits photography and does not restrict usage of the photographs.

Sauvetage de la race

Malaimés en raison de leur couleur noire et de l’absence de poils, ces chiens doivent en partie leur survie grâce à l’action d’associations ayant œuvré en faveur de leur sauvegarde12 mais aussi grâce à l’action de Diego Rivera et Frida Kahlo qui, dans leur culte du Mexique ancien, sont tombés sur ce chien au point d’en élever comme animaux de compagnie (et de les dessiner dans son journal intime pour Frida Khalo13. Plusieurs photographies, posées pour des photographes célèbres comme Lola Álvarez Bravo ou Gisèle Freund, ou plus quotidiennes, montrent Frida Kahlo ou Diego Rivera avec leurs xoloitzcuintles14.

Frida Kahlo dans le patio de sa Casa Azul, vers 1944 par Lola Álvarez Bravo.

Frida Kahlo, vers 1944 par Lola Álvarez Bravo, collection Manuel Álvarez B. Martinez.

Frida Kahlo, 1948, par Gisèle Freund.

Mais preuve encore plus manifeste de leur attachement pour ce chien et de l’importance qu’il revêtait à leurs yeux pour l’histoire du Mexique, est leur inclusion dans leur œuvre, dans plusieurs autoportraits par Frida Kahlo, et dans des fresques de Diego Rivera15.

Autoportrait de Frida Khalo, 1945.

A leur suite d’autres artistes, tels le peintre de Jalisco Raúl Anguiano ou les peintres de Oaxaca Rufino Tamayo et Francisco Toledo, prirent le chien comme élément important de leur iconographie.

Pour aller plus loin

Conclusion

Pour finir, nous relayons une mise en garde, qui s’impose à la suite du succès du film, publiée par les défenseurs de la race :

  1. Sur la création de ce personnage on se reportera à Mike Celestino, « INSIDE LOOK: How Pixar brought “Coco” canine companion Dante to life », ITM : Inside the Magic, 7 septembre 2017. Disponible en ligne, url : <http://www.insidethemagic.net/2017/09/inside-look-pixar-brought-coco-canine-companion-dante-life/>. []
  2. Cf. « Xolotl », Wikipédia, l’encyclopédie libre. Disponible en ligne, url : <http://fr.wikipedia.org/w/index.php?title=Xolotl&oldid=141903853>. Le mot « Xólotl » désigne le dieu éponyme et ne doit pas être confondu avec les manuscrits de la Bibliothèque nationale Mexicain 1-10 : Codex Xolotl, histoire de la nation chichimèque, depuis l’empereur Amacui Xolotl, jusqu’à Nezahualcoyotl (963-1428), d’après l’interprétation du chroniqueur indigène Don Fernando de Alva lxtlilxochitl. []
  3. Centro de Investigaciones y Estudios Superiores en Antropología Social (CIESAS), Amoxcalli [en ligne]. Disponible en ligne, url : <http://amoxcalli.org.mx/codice.php?id=031>. Il s’agit de la mise en ligne du cédérom Centro Nacional Editor de Discos Compactos (CENEDIC), Amoxcalli, Colima : Universidad de Colima, 2010. []
  4. Xoloitzcuintle, url : <http://www.fci.be/fr/nomenclature/XOLOITZCUINTLE-234.html> ; précisons qu’il existe une variété à poils []
  5. Francisco Hernández, Qvatro libros de la natvraleza, y virtvdes de las plantas, y animales que estan receuidos en el vso de Medicina en la Nueua España, y la Methodo, y correccion, y preparacion, que para administrallas se requiere con lo que el Doctor Francisco Hernandez escriuio en lengua Latina. Mvy vtil para todo genero de gente q[ue] viue en esta[n]cias y Pueblos, do no ay Medicos, ni Botica, En Mexico : en casa de la Viuda de Diego Lopez Daualos, 1615. Disponible en ligne url : <http://bibdigital.rjb.csic.es/spa/Libro.php?Libro=4961>. []
  6. Disponible en ligne url : <https://books.google.fr/books/ucm?vid=UCM5309431390&printsec=frontcover&redir_esc=y#v=onepage&q&f=false> []
  7. Figueroa, Miguel, « La materia mediçinal de la nueua España colonial », Minotauro Digital, Julio 1999. Disponible en ligne, url : <http://www.minotaurodigital.net/textos.asp?art=13>. ; Figueroa Saavedra, Miguel, « La materia medicinal de la Nueva España : indagaciones sobre su origen e historia = Materia medicinal de la Nueva España : questions regarding its origin and history », Revista Española de Antropología Americana, 2003, n° 33, p. 133-155. Disponible en ligne, url : <http://revistas.ucm.es/index.php/REAA/article/viewFile/REAA0303110133A/23610> []
  8. Sur ce voyage on se repotera à : Núñez, Luis Fernando ; Martínez González, Roberto, « Viaje al Mictlán: una revisión crítica sobre el destino de las almas y los ritos funerarios en las fuentes tempranas y los contextos arqueológicos del Posclásico », Anales de Antropología, 2009, vol. 43, p. 51-68. Disponible en ligne, url : <http://www.revistas.unam.mx/index.php/antropologia/article/viewFile/20342/pdf_481>. []
  9. Consultable sur le site de la World Digital Library, Historia general de las cosas de Nueva España por el fray Bernardino de Sahagún: el Códice Florentino. Libro XI: de las cosas naturales. Disponible en ligne, url : <https://www.wdl.org/es/item/10622/view/1/19/> []
  10. Le perro del agua mexicain correspond au mammifère Lontra longicaudis, soit la loutre à longue queue. À ne pas confondre avec le chien d’eau espagnol, surnommé « Chien turc », race de chien originaire d’Espagne utilisée comme chien de chasse et chien de berger. []
  11. Diego Durán, Historia de las Indias de Nueva España y islas de Tierra Firme. Tomo II, México, Imp. de Ignacio Escalante, 1880. Disponible en ligne, url : <https://ia800205.us.archive.org/0/items/historiadelasind02dur/historiadelasind02dur.pdf> []
  12. On pourra se reporter au site web de Jorge Alvarado, éleveur et défenseur depuis de nombreuses années de cette race de chien, url : <http://xolostarango.com.mx/> []
  13. Raymundo Flores Melo, « El diario de Frida Khalo », Itzcuintli, 30 novembre 2013. Disponible en ligne, url : <http://itzcuintli.blogspot.fr/2013/11/el-diario-de-frid-kahlo-un-intimo.html> []
  14. Grâce à sa participation au forum de discussion Tepeuani Xoloitzcuintle et au groupe XOLODual sur Facebook, Raymundo Flores Melo a compilé sur son site sur la défense et l’illustration de ce chien, des représentations photographiques de Frida Khalo avec ses chiens, url : <http://itzcuintli.blogspot.fr/p/frida-kahlo.html> ainsi que Diego Rivera, url : <http://itzcuintli.blogspot.fr/2013/12/fotografias-de-diego-rivera-con.html> []
  15. Sur son site, Itzcuintli (http://itzcuintli.blogspot.fr/p/presentacion.html), Raymundo Flores Melo compile les œuvres de Diego Rivera représentant des xoloitzcuintles, url : <http://itzcuintli.blogspot.fr/2013/12/xoloitzcuintles-en-los-murales-y-otros.html> ainsi que celles de Frida Khalo, url : <http://itzcuintli.blogspot.fr/2013/12/pinturas-de-frida-kahlo-con.html> []

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *