Une nouvelle traduction du Codex de Florence

Ce 10 novembre 2017, l’Instituto Nacional de Antropología e Historia (INAH) de Mexico a publié un communiqué de presse1 annonçant une nouvelle traduction de la partie en nahuatl du Codex de Florence (coté : [Med.Palat.218 à la Biblioteca Medicea Laurenziana).

Kevin Terraciano, de l’Université de Californie, a en effet annoncé, au III Congreso Internacional de Etnohistoria de América: Origen, Desarrollo y Porvenir de la Disciplina2 qui s’est tenu du 6 au 10 novembre au Museo Nacional de Antropología, qu’une équipe constituée de chercheurs mexicains et américains préparait la traduction, en commençant par le Livre XII, celui qui est depuis longtemps considéré comme le plus important car il traite de la conquête de Mexico-Tenochtitlan. Il forme l’une des parties de l’ouvrage de Fray Bernardino de Sahagún intitulé La historia general de las cosas de la Nueva España.

By Sailko (Own work) [CC BY 3.0], via Wikimedia Commons

Le projet entend proposer une nouvelle traduction espagnole ; il s’accompagne aussi d’un chantier de numérisation du codex en haute résolution par les mexicains Diana Magaloni et Eduardo de la Cruz, les américains Kim Richter, Jeanette Peterson et Kevin Terraciano, grâce au soutien du Getty Museum de Los Angeles et la collaboration de la Bibliothèque Laurentienne de Florence qui conserve l’original (et qui a déjà reproduit les 12 livres groupées en trois tomes : tome 1, url : <http://teca.bmlonline.it/ImageViewer/servlet/ImageViewer?idr=TECA0001502569> ; tome 2, url : <http://teca.bmlonline.it/ImageViewer/servlet/ImageViewer?idr=TECA0001503299#page/1/mode/1up> ; tome 3, url : <http://teca.bmlonline.it/ImageViewer/servlet/ImageViewer?idr=TECA0001504065#page/1/mode/1up>.

By Gary Francisco Keller, artwork created under supervision of Bernardino de Sahagún between 1540 and 1585. (The Digital Edition of the Florentine Codex) [CC BY 3.0], via Wikimedia Commons

Le manuscrit comporte un texte présenté en deux colonnes : la colonne de gauche donne un texte en espagnol et la colonne de droite un texte en langue nahuatl mais rédigée en alphabet latin. L’ensemble est enrichi de 2468 illustrations. Contrairement à ce que l’on pourrait instinctivement penser, les deux textes en vis-à-vis ne forment pas forcément la traduction de l’un par rapport à l’autre. Les textes diffèrent par leur date de rédaction. Si le texte nahuatl date de 1555, le texte espagnol a été rédigé par Sahagún autour de 1577. Il est celui qui est le plus illustré et donc au final il s’avère plus court que la version nahuatl.

Page 51, du livre IX du codex de Florence (1575-1577) de fr Bernardino de Sahagun. Papier, 31.8 cm x 21 cm. Bibliotheca Medicea Laurentiana, Florence. Texte en nahuatl.

L’état des recherches a permis d’établir que 24 indigènes ayant oeuvré avec Fray Bernardino de Sahagún à Tlatelolco ont rédigé le texte nahuatl. Le manuscrit forme une sorte d’encyclopédie riche d’informations sur le Mexique du XVIe siècle mais surtout sur l’histoire et la culture ancienne puisqu’il aborde les croyances religieuses des Mexicains, l’astronomie et la divination, des prières et des discours traditionnels, qu’il traite du soleil, de la lune et des étoiles, du commerce, d’histoire et d’histoire naturelle.

Kevin Terraciano rappelle que le texte espagnol du codex a déjà fait l’objet de plusieurs éditions, la première étant celle de José María de Bustamante en 18293, tandis que le texte nahuatl a été complètement ignoré. A partir de 1970, Charles E. Dibble et Arthur J. Anderson ont commencé de publier pour la première fois le texte nahuatl en anglais4. En 1993, James Lockhart transcrit et traduit les deux textes, espagnol et nahuatl, à nouveau en anglais5. Désormais, Berenice Alcántara et Federico Navarrete, chercheurs à l’Université nationale autonome du Mexique, entendent traduire en espagnol le texte nahuatl du Livre XII. Un site internet est envisager pour donner à voir les résultats de la recherche pour les spécialistes comme pour un public intéressé par le sujet.

Pour aller plus loin on se reportera à la bibliographie concernant le manuscrit, maintenue par la Bibliothèque Laurentienne, url : <http://opac.bml.firenze.sbn.it/Bibliografia.htm?idlist=0&record=435212425349>.

Rappelons aussi que si le projet concerne la version bilingue nahuatl-espagnole terminée en 1577 de l’ouvrage de Sahagún, il existe une première version réalisée entre 1565 et 1570, exclusivement en nahuatl dénommée les “Códices Matritenses”, en 2 vol. conservés à la Real Biblioteca et à la Biblioteca de la Real Academia de la Historia de Madrid6

  1. En ligne, url : <http://www.inah.gob.mx/es/boletines/6669-preparan-nueva-traduccion-de-la-parte-nahuatl-del-codice-florentino> et sous forme de fichier pdf, url : <http://www.inah.gob.mx/attachments/article/6669/boletin_398.pdf> []
  2. Site avec programme, url : <http://etnohistoria.inah.gob.mx/usb/inicio.html> []
  3. Disponible en ligne, url : <https://archive.org/details/historiagenerald01saha> []
  4. Sahagún, Bernardino de ; Dibble, Charles E. ; Anderson, Arthur J.O. (éd., trans., notes et ill.)>, Florentine Codex : general history of the things of New Spain : in thirteen parts, Santa Fe ; [Salt Lake City] : the School of American Research ; the University of Utah Press, 1970-1982 []
  5. Lockhart, James, Historia de la Conquista de México, University of California Press, 1993, 335 p. []
  6. Cf. la numérisation dans la Biblioteca Digital Mexicana, BDMx, url : <http://bdmx.mx/detalle_documento/?id_cod=34>. []

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search