Document : Les aventures d’une collection

Le 13 avril 1898, le quotidien Le Temps1 publiait un article d’Albert Réville2 , intitulé « Antiquités mexicaines. Les aventures d’une collection », consacré à la collection Aubin-Goupil de manuscrits mexicains3 . C’est ce document que nous proposons de donner ici avec des notes ajoutées par nos soins et absentes du document original.

ANTIQUITÉS MEXICAINES.
Les aventures d’une collection

I

Depuis quelque temps, la Bibliothèque nationale possède une superbe collection de manuscrits et de documents relatifs à l’histoire du Mexique antérieurement à la conquête espagnole. Elle le doit à une libéralité privée dont tous les connaisseurs apprécieront la valeur vraiment exceptionnelle. On sait le charme particulier qui, malgré les difficultés du sujet, attire les érudits vers ce mystérieux passé du Mexique et de l’Amérique centrale, ce passé si brutalement clôturé par l’arrivée imprévue des conquistadores. Ces aventuriers, aussi ignorants que hardis, brisèrent net l’essor d’une civilisation sui generis, absolument indépendante, encore très loin de son épanouissement complet, mais qui, sur plus d’un point, égalait la civilisation européenne du même temps. Aux Antilles, grandes et petites, Colomb et ses compagnons n’avaient rencontré que des tribus encore très près de l’état sauvage. Au Mexique et dans l’Amérique centrale il en fut autrement. Ce fut comme si l’on eût abordé sur une autre planète habitée par des êtres semblables à nous, gouvernés par les mêmes lois physiques et morales. Quelle mine de comparaisons lumineuses éclairant les questions capitales de l’ethnographie et de l’anthropologie.

Malheureusement, les documents sont rares ou plutôt difficiles à se procurer, et d’une interprétation très laborieuse. Les conquérants espagnols en détruisirent beaucoup. Les missionnaires crurent faire œuvre pie en livrant aux flammes des quantités d’écrits ou du moins de feuilles couvertes de dessins et de caractères symboliques, tenant lieu de ce que nous appelons des écrits, constituant à la fois une hiéroglyphie particulière et un commencement d’écriture. Mais c’était à leurs yeux des productions païennes, par conséquent diaboliques.

Il en resta pourtant, mais les détenteurs les cachaient, soit par peur, soit par attachement héréditaire à ces débris d’un âge disparu. Le jour vint où, avertis du prix qu’on y attachait, ils tinrent la dragée très haute à ceux qui les voulaient acheter. Une des passions maîtresses, en effet, des trop rares érudits qui visitèrent la Nouvelle-Espagne avec le sentiment de l’importance scientifique de son histoire précolombienne fut de collectionner ces précieuses reliques dont la possession leur fut bientôt disputée par le gouvernement mexicain lui-même.

Outre la collection en neuf volumes, de valeur très inégale, de lord Kingsborough (Antiquités mexicaines, Londres, 1830)4, la plus complète dont on eut connaissance, mais pas plus que la connaissance, était celle du chevalier Boturini5, sénateur milanais, obligé par les événements de se retirer vers 1735, en Portugal, puis en Espagne, d’où il partit pour le Mexique en 1736, chargé de recueillir les arrérages d’une pension de mille piastres allouée à une dame espagnole qui descendait de Montezuma6. Très dévot à la Vierge de Guadalupe, dont une apparition miraculeuse fait partie de la légende mexicaine, et désireux d’en écrire l’histoire, il s’intéressa aux antiquités du pays et réunit un grand nombre de documents, qui formèrent, depuis, le noyau de sa collection. La collection Kingsborough ne se composait que de copies imprimées, la sienne était formée d’originaux. Après beaucoup d’aventures et d’épreuves qu’il dut aux susceptibilités et à la tyrannie du gouvernement vice-royal, emprisonné, dépouillé, maltraité, il fut enfin renvoyé en Espagne, où il trouva plus de justice. Il reçut même le titre d’historiographe des Indes. Mais il ne retourna pas à Mexico et la mort l’enleva en 1750. Ses papiers et ses documents étaient restés sous séquestre ou plutôt on ne savait plus très bien où ils étaient. C’est un Français qui les fit sortir de leur cachette quelque cent ans après leur saisie. Il y a là une histoire assez curieuse.

II

Les personnes qui fréquentaient les cours du Collège de France et de la Sorbonne de 1880 à 1890, se rappellent peut-être un petit vieillard d’aspect bizarre, toujours très négligé, qui se traînait plus qu’il ne marchait vers les salles de cours où il allait se placer à l’endroit qui lui convenait, sans se soucier de savoir s’il ne dérangeait pas ou ne gênait pas ses voisins. Il ne causait avec personne, attirant seulement l’attention par la singularité de sa tenue et son expression de défiance à l’égard de tout et de tous. Il s’appelait Joseph Aubin7. Qui se fût douté que ce vieil original, tout cassé, tout en ruines, ancien directeur de section à l’Ecole normale de 1826 à 1880, s’était battu pendant «les glorieuses aux côtés de Littré et de Georges Farcy8 et qu’il avait vu tomber près de lui ce dernier sur la place du Carrousel pendant un vif engagement avec la garde royale ?

Peu de temps après la révolution de Juillet, il partit pour le Mexique, chargé d’une mission scientifique. Là, il s’enthousiasma pour les restes de l’ancienne civilisation américaine que son œil fureteur et exercé découvrit aisément sur ce sol encore imparfaitement exploré. Précepteur dans une riche famille, puis fondateur d’un collège franco-mexicain qui prospéra sous sa direction, il réussit, à force de patience et d’adresse, à réunir nombre de documents très rares qu’il étudia avec passion. Il apprit même le nahuatl, l’ancienne langue indigène, pour les mieux comprendre, et il eut la chance inespérée de retrouver la majeure partie de la collection Boturini dans les couvents de Mexico où elle avait été déposée on ne sait trop par qui, probablement pour qu’on en fit des copies, mais où elle dormait du sommeil de la Belle au bois dormant. Elle avait souffert de diminutions en passant de mains en mains jusqu’au moment où elle s’échoua dans ces paisibles retraites. Elle était encore d’une inestimable valeur.

Aubin l’acheta à des moines pièce à pièce. C’est ainsi qu’en 1840 il put revenir en France possesseur de ces précieux documents auxquels il avait joint les acquisitions nombreuses qu’il avait faites ailleurs.

Il s’occupa depuis lors pendant plusieurs années de la publication des pièces avec mémoires explicatifs, notamment de l’interprétation des peintures et de l’écriture figurative des anciens Mexicains. Il était à la veille de devenir le Champollion de cette seconde Egypte. Tout à coup il cessa de travailler. Son caractère avait changé. Il était devenu morose, misanthrope, extrêmement méfiant. Il paraît qu’il était atteint de la manie de la persécution. On raconte qu’il avait plusieurs domiciles pour dépister ses persécuteurs. Il s’était aperçu que quelques-unes de ses pièces avaient disparu sans qu’il pût s’expliquer comment. Cette découverte qui l’impressionna beaucoup, la perte de sa fortune presque entièrement engloutie dans la débâcle du Panama, l’affaiblissement de ses facultés mentales achevèrent de le condamner à une oisiveté qui demeura studieuse, mais improductive.

III

Heureusement pour la science, Aubin avait encore quelques amis qui s’intéressaient à lui, entre autres les quelques américanistes qui connaissaient la valeur de sa collection et pour lesquels seuls il se départait de sa méfiance extrême. Parmi eux se trouvait M. Boban9, négociant français alors établi rue du Sommerard, qui lui-même avait séjourné longtemps au Mexique, s’était aussi pris de goût pour l’archéologie mexicaine, avait aussi collectionné et que l’empereur Maximilien, pendant son règne éphémère, avait attaché à son service avec le titre officiel d’antiquaire. La collection d’objets mexicains qu’il rapporta en France se trouve au Trocadéro sous le nom d’Alphonse Pinart10, à qui elle fut cédée en 1875.

Aubin comptait aussi parmi ses appréciateurs un autre négociant, M. Eugène Goupil11, né Mexico d’un père français et d’une mère dont les ascendants remontaient jusqu’aux indigènes d’avant la conquête. A la tête d’une fabrique importante établie à Chaumontel (Seine-et-Oise), M. Goupil aimait à consacrer ses loisirs au même genre d’études que M. Boban, et lui aussi avait collectionné.

Cependant la renommée de la collection Aubin était parvenue jusqu’au gouvernement mexicain qui désirait l’acheter. Un certain docteur Peñafiel12, publiciste mexicain, sachant l’état de gêne du vieil Aubin, vint lui faire des propositions fort tentantes, non sans recourir à quelques stratagèmes d’acheteur, et Aubin eût probablement été contraint d’accepter ses offres, malgré le désir qu’il avait que sa chère collection restât en France. On lui demandait le plus grand secret sur la négociation. C’est ce qui éveilla sa méfiance, et cette fois sa méfiance nous servit. M. Boban fut mis au courant des perplexités du vieux spécialiste, et il courut chez M. Goupil. Celui-ci n’hésita pas à faire de ses deniers le sacrifice nécessaire pour que ce trésor scientifique demeurât en France. Il en devint donc le possesseur, et M. Boban fut chargé de rédiger le catalogue raisonné de la collection. Ce catalogue a été publié chez E. Leroux, en 1891.

M. Boban la trouva dans un désordre indescriptible. Découragement, fatigue ou calcul pour se préserver des larrons, Aubin l’avait laissée sans classement, sans numéros d’ordre, sans notes pour aider à la reconstituer. Il fallut à M. Boban un travail opiniâtre pour débrouiller ce fatras, réunir ou séparer les pièces et les munir de notes et d’aperçus biographiques indispensables à l’intelligence des matériaux. De ce travail de bénédictin sortirent deux gros volumes de Documents pour servir l’histoire du Mexique13 avec une table analytique (E. Leroux, 1891) ; puis, la publication d’une Histoire de la nation mexicaine jusqu’à l’arrivée des conquérants espagnols et au[-]delà, traduction faite par Aubin d’un manuscrit figuratif avec explications en nahuatl, mais qu’il avait laissée dans son tiroir. C’est un très curieux ouvrage, également annoté par M. Boban (Leroux, 1893). On peut y étudier, en quelque sorte sur le vif, l’étonnante conquête accomplie par Fernand Cortez, les vilains côtés de son caractère dont en Espagne on n’aime à voir que la face brillante, le bonheur insolent qui favorisa ses témérités les plus osées – depuis la chance inespérée qu’il eut d’aborder sans s’en douter sur le point du littoral mexicain le plus propice à ses desseins jusqu’à l’aide incomparable que lui fournit l’attachement romanesque d’une indigène connue sous le nom de doña Marina ou Malintzin. (Il paraît qu’il avait lui- même reçu le surnom de Malino.) Sans le concours dévoué de cette pauvre exaltée, qu’il planta là quand il n’en eut plus besoin, Fernand Cortez eût certainement échoué.

M. Goupil, possesseur de la collection Boturini-Aubin, mort le 24 octobre 1895, avait émis plus d’une fois son intention de la léguer à notre Bibliothèque nationale sans faire de ce vœu l’objet d’une disposition testamentaire. Sa veuve fut, comme l’avait été le vieil Aubin, sollicitée à plusieurs reprises de la céder pour une somme très considérable. Par piété conjugale et par patriotisme, elle résista à ces offres engageantes, et le 13 janvier de l’année où nous sommes, après l’accomplissement des formalités requises, livraison de la collection a été faite entre les mains du savant administrateur général du grand établissement de la rue Richelieu. Après Mme Goupil donatrice, c’est au zèle et à l’intermédiaire actif de M. Boban que nous sommes redevables de ce legs précieux. La cinquième section de l’Ecole des hautes études, où M. G. Reynaud14 fait depuis plusieurs années un cours absolument désintéressé, un cours libre, sur l’histoire religieuse si variée, si étonnante, de l’ancien Mexique, a eu aussi sa part de cette libéralité qu’on peut dire princière. Dorénavant c’est en France que les spécialistes en cette branche si peu connue encore des études historiques auront à leur disposition les documents les plus authentiques et les plus instructifs. C’est ce qui permettra de reconstituer cette histoire pièces en mains. Au nom de la science française ceux à qui nous devons cet enrichissement du matériel documentaire, dont aucune histoire sérieuse ne peut plus se passer, celle du Mexique d’avant la conquête moins encore que toute autre, ont droit à toute notre gratitude. C’est tout un monde à ressusciter.
ALBERT RÉVILLE.

  1. Cf. https://fr.wikipedia.org/wiki/Le_Temps_(1861-1942) et la numérisation faite par la BnF du n° 13462 du 13 avril 1898, p. [3] : https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k2355904/f3.item []
  2. Cf. https://prosopo.ephe.fr/albert-r%C3%A9ville []
  3. Disponible en ligne, url : https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k2355904/f3.item. []
  4. Antiquities of Mexico : comprising facsimiles of ancient Mexican paintings and hieroglyphics, preserved in the royal libraries of Paris, Berlin and Dresden, in the imperial library of Vienna, in the Vatican library, in the Borgian museum at Rome, in the library of Institute at Bologna, and in the Bodleian library at Oxford / together with the monuments of New Spain, by M. Dupaix,… the whole illustrated by many valuable inedited manuscripts, by Lord Kingsborough…, London : R. Havell, 1831-1848, 9 vol. []
  5. Boturini Benaduci, Lorenzo (1702-1748?), https://data.bnf.fr/fr/12220241/lorenzo_boturini_benaduci/ []
  6. Cf. https://data.bnf.fr/fr/12409206/montezuma_2/ []
  7. Cf. https://data.bnf.fr/fr/10638601/joseph-marius-alexis_aubin/ et https://amoxcalli.hypotheses.org/2468 []
  8. Cf. https://data.bnf.fr/fr/14440493/jean-georges_farcy/ []
  9. Cf. https://data.bnf.fr/fr/15041343/eugene_boban/ et https://amoxcalli.hypotheses.org/3622 []
  10. Cf. https://data.bnf.fr/fr/12471802/alphonse_louis_pinart/ []
  11. Cf. https://data.bnf.fr/fr/15041406/e__eugene_goupil/ []
  12. Cf. https://data.bnf.fr/fr/12149800/antonio_penafiel/ []
  13. Cf. les volumes numérisés : https://catalogue.bnf.fr/ark:/12148/cb30116390t []
  14. Cf. https://data.bnf.fr/atelier/12207675/georges_raynaud/ []

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search