Document : Collection Boturini-Aubin-Goupil de manuscrits figuratifs mexicains

En 1890, au cours de la huitième session du Congrès international des américanistes, tenue à Paris, Auguste Génin 1 présentait une communication intitulée « Collection Boturini-Aubin-Goupil de manuscrits figuratifs mexicains » 2.

PALÉOGRAPHIE

COLLECTION BOTURINI-AUBIN-GOUPIL DE MANUSCRITS FIGURATIFS MEXICAINS3

Par M. Auguste GÉNIN

J’ai à porter à votre connaissance une nouvelle qui intéresse les Américanistes en général, et, plus particulièrement, ceux d’entre eux qui s’occupent de la paléographie mexicaine ; la voici en deux mots : M. E, Eugène Goupil, de Paris, vient d’acquérir la collection de manuscrits figuratifs mexicains dite Collection Boturini-Aubin, et il en a fait dresser par M. Eugène Boban un catalogue raisonné qui est actuellement en voie de publication.

Personne de ceux qui étudient l’histoire du Nouveau Monde n’ignorent le nom du Chevalier Lorenzo Boturini ; vous savez tous, Messieurs, quelle merveilleuse collection de documents ce savant parvint à réunir pendant son séjour dans la Nouvelle Espagne… Poursuivi par l’autorité vice-royale pour des motifs
qu’il serait trop long d’énumérer ici, Boturini fut arrêté, emprisonné, dépouillé de sa collection et enfin renvoyé en Espagne pour y être jugé.

Le Roi Philippe V et le Conseil des Indes rendirent justice au proscrit ; on blâma le vice-roi comte de Fuenclara qui l’avait maltraité; mais son « Museo Indiano » resta à Mexico. Transportée du greffe du tribunal vice-royal au secrétariat du vice-roi, oubliée dans une bibliothèque de Ministère, promenée de couvent en couvent, la précieuse collection aurait fini par disparaître complètement en se disséminant dans les bibliothèques particulières, quand, heureusement, M. Aubin vint s’établir à Mexico et réussit, à force de persévérance et d’argent à retrouver et à acquérir la plus grande partie des documents. Il les apporta en France, à son retour vers 1840. Une autre partie avait été achetée par M. de Waldeck qui la revendit par la suite à M. Aubin.

Ici, Messieurs, je me permettrai de faire une légère rectification à une communication qui, en 1888, fut faite au Congrès des Américanistes, à Berlin, pendant la 7e séance par M. Seler, le voyageur et archéologue distingué dont nous avons applaudi hier une intéressante communication.

M. Seler, propageant une erreur du savant américaniste M. Chavero, de Mexico, a dit que l’un des plus rares documents de la Collection Boturini, le Tonalamatl, avait été donné à M. Aubin par les moines du Couvent de San Francisco de Mexico, contre un exemplaire de peu de valeur du Génie du Christianisme de Châteaubriand. Ce fait n’est pas exact, Messieurs, et M. Eugène Boban en prouve l’inexactitude dans l’ouvrage que j’ai l’honneur de vous annoncer.

Le Tonalamatl fut acheté à Mexico par M. de Waldeck qui l’apporta à Paris où il le vendit à M. Aubin. M. Goupil possède même les reçus en bonne forme délivrés par M. de Waldeck à M. Aubin.

Après avoir rétabli par ses divers achats la presque intégrité du Museo Indiano de Boturini, M. Aubin publia, sur les instances de plusieurs savants, une copie lithographique de quelques fragments de sa collection ; il en dressa même un petit catalogue, puis, brusquement il cessa toute publication.

Il advint que par des spéculations malheureuses il perdit la plus grande partie de sa fortune ; réduit à une position presque précaire, il songea à vendre sa collection : M. Goupil amené par M. Boban la lui acheta.

Dès que M. Goupil l’eut en son pouvoir, il chargea M. Boban d’en dresser un catalogue sommaire. Ce n’était pas chose facile à cause du désordre inexplicable dans lequel se trouvaient les documents. Il fallut plusieurs mois de travail ardu à M. Boban pour les classer convenablement ; aujourd’hui, c’est fait, et, comme j’avais l’honneur de vous le dire en commençant, Messieurs, dans quelques mois paraîtra le Catalogue raisonné de la Collection à laquelle M. Goupil vient d’attacher son nom.

Ce Catalogue n’est qu’un début, par la suite : il paraîtra des études plus ou moins étendues sur chacune des pièces. Dans le chiffre des dépenses que ces publications occasionnent et occasionneront, le prix d’achat de la collection ne compte que pour une somme relativement faible ; en s’imposant ces frais, M. Goupil n’a qu’un seul but, être utile aux savants en leur fournissant un précieux matériel de travail.

Il obéit encore à un sentiment tout délicat que je ne puis passer sous silence. Il aime le Mexique où il est né et la reproduction aussi exacte que possible des documents nécessaires à son histoire ancienne est une sorte de restitution qu’il fait au pays de Nezahualcoyotl et d’Ixtlilxochitl, un dédommagement des originaux qu’il garde et qu’il destine partie à la Bibliothèque Nationale de Paris, partie au Musée du Trocadéro.

Les deux volumes du Catalogue actuellement en préparation auront plus de 900 pages d’impression, format in-4°, et ils porteront ce titre : « Documents pour servir à l’Histoire du Mexique. »

Si intéressant qu’il soit, ce catalogue eût été incomplet si l’auteur et le nouveau propriétaire n’eussent songé à y ajouter une série de planches en phototypie reproduisant quelques pages curieuses des manuscrits figuratifs.

Ces planches, qui sont au nombre de 80, ne sont pas toutes prêtes encore ; en voici 50 que je me permets de soumettre à votre examen. Elles vous intéresseront sans doute, Messieurs, puisque vous avez, d’après le questionnaire du jour, à vous occuper d’écritures figuratives.

M. Goupil offre ces planches au Congrès ; il s’empressera de les compléter dès que cela lui sera possible.

L’exécution vous le voyez, Messieurs, a été soignée ; le texte le sera tout autant.

Vous citer tous les ouvrages dont parlera M. Boban serait trop long et me forcerait à dépasser la limite du temps que vous avez bien voulu m’accorder ; je vous dirai donc simplement les titres des documents les plus importants :

Histoire Chichimèque, le chalchihuitl, la pierre fine de la collection.

Cette peinture est celle qui servit à Don Fernando de Alva Ixtlilxochitl pour écrire sa curieuse Historia Chichimeca dont Ternaux-Compans nous a donné une excellente traduction.

M. Boban a étudié ce document avec un soin particulier. Les dix planches qui le composent sont données dans l’Atlas ; et, dans le texte, elles sont longuement analysées. C’est de cette façon que seront étudiés à leur tour tous les recueils importants de la collection, si MM. Goupil et Boban peuvent mener à bonne fin leur projet.

2° La Mappe de Tepechpan. Histoire synchronique et seigneuriale de Tepechpan et de Mexico, dont M. Aubin a publié un fragment rapporté par M. de Waldeck. Le document entier sur papier d’agave mexicana a 6m. 25 de long.

3° Le Tonalamatl, calendrier religieux et divinatoire servant à la fois de rituel et de diurnal pour la célébration des fêtes et de base pour les pronostics généthliaques.

4° Le Codex en Croix, Annales de Cuauhtitlan de Texcoco et de Mexico. M. Boban n’est point partisan de ce sous-titre car ce document n’a pas trait à Cuauhtitlan mais seulement à Texcoco et à Mexico. Il le conserve pourtant, parce que c’est M. Aubin
qui l’a baptisé ainsi.

5° Le Codex de Vergara, document cadastral fort curieux.

6° Le Manuscrit de 1528 ou Annales historiques de la Nation Mexicaine.

7° La copie du Codex de 1576, faite par León y Gama.

8° Un Codex Mexicanus.

9° Le Culte rendu à Tonatiuh (le Soleil), peinture figurative sur peau de cerf tannée.

Je ne cite que pour mémoire toute une série de papiers judiciaires, titres de propriétés, plans topographiques, petits catéchismes, tous documents figuratifs postérieurs à la conquête et accompagnés de textes et de légendes en Nahuatl, en Otomi, en Espagnol.

L’un des documents les plus importants de la collection Aubin-Goupil est une Histoire Tolteco-Chichimèque, manuscrit figuratif composé de 13 planches et de 143 pages de texte en Nahuatl. M. Aubin n’a publié qu’une très petite partie de ce curieux manuscrit que le savant archéologue mexicain M. Ramirez était fort désireux d’étudier longuement mais qu’il ne parvint pas à voir.

Je trouve dans le texte qui accompagne les planches de cette « Histoire Tolteco-Chichimèque », des notes intéressantes de M. Boban relativement à l’une des questions que vous avez étudiées hier :

« Signaler les analogies qui existent entre les civilisations précolombiennes et les civilisations asiatiques. »

L’auteur, entre autres faits, cite celui d’avoir retrouvé sur un vase en terre découvert à Huejotzingo (Mexique), un ornement représentant clairement la croix gammée ou Swastika des Boudhistes. Un second vase provenant du Yucatan est orné du Taï-Kih le symbole cosmogonique révéré par tous les Chinois.

En terminant, Messieurs, je dois ajouter un mot sur la demande formelle de M[.] Boban : « L’ouvrage dont il s’agit n’est qu’un catalogue et n’a point d’autre prétention. »

Voilà qui est fait ; j’ai le devoir de dire à mon tour que par ce que j’en ai vu c’est plus et mieux qu’un catalogue.

Mais M. Boban est de ces hommes modestes — comme il en est tant parmi les Américanistes — qui, après avoir vu beaucoup et beaucoup étudié, consignent le fruit de leurs études et de leur expérience dans quelque mémoire ignoré dans quelque obscure revue.

Un jour vient où l’on connaît leur œuvre, on l’apprécie, on leur rend justice ; ils ont cru, en leur modestie, qu’ils n’apportaient qu’une très petite pierre à l’édifice de l’histoire de l’humanité, il se trouve parfois qu’ils auraient pu dire comme Horace :

Exegi monumentum4.


  1. Génin, Auguste (1862-1931), https://catalogue.bnf.fr/ark:/12148/cb13050075h []
  2. Génin, Auguste (1862-1931), « Collection Boturini-Aubin-Goupil de manuscrits figuratifs mexicains », in Congrès international des américanistes, compte-rendu de la huitième session tenue à Paris en 1890, Paris : Leroux, 1892, p. [647]-652. Disponible en ligne url : <https://ia800503.us.archive.org/29/items/proceedings1890inte/proceedings1890inte.pdf (consulté le 7 avril 2019). Tiré à part paru la même année : Génin, Auguste (1862-1931), Collection Boturini-Aubin-Goupil de manuscrits figuratifs mexicains, Paris : E. Leroux, 1892. In-8°, 8 p. Disponible en ligne url : <https://catalog.hathitrust.org/Record/008909526> (consulté le 7 avril 2019). []
  3. Cette communication est relative à un ouvrage en préparation, lors de la session, et publié depuis [voir à la Bibliographie, au nom de M. Boban]. []
  4. Note de l’éditeur : Horace, Odes [Carmina], III, 33 : Exegi monumentum aere perennius / regalique situ pyramidum altius, / quod non imber edax, non Aquilo impotens / possit diruere aut innumerabilis / annorum series et fuga temporum. J’ai achevé un monument plus durable que l’airain, plus haut que les royales pyramides, que ni la pluie qui ronge, ni l’Aquilon ne pourront détruire, ni l’innombrable suite des années, ni la fuite des temps. []

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.