Le Musée des antiquités américaines du Louvre

Nous donnons ci-après un article paru au moment de l’ouverture du Musée Mexicain du Louvre, en ne signalant que les coquilles et en laissant l’orthographe de l’édition.

Source : Privat d’Anglemont, Alexandre (1815-1859), “Musée national du Louvre. Salle des antiquités américaines”, Le Siècle [: journal politique, littéraire et d’économie sociale], jeudi 22 août 1850, 15e année, n° 5386, p. [1].

BEAUX-ARTS

Musée national du Louvre

Salle des antiquités américaines

La France, la première alliée de l’Amérique, devait naturellement s’intéresser à l’histoire primitive du Nouveau-Monde. Cependant, jusqu’à présent aucun établissement scientifique n’avait recueilli les monumens que d’intrépides voyageurs rapportent des rivages transatlantiques. C’est à peine si quelques collections particulières avaient donné l’hospitalité à quelques fragmens sculptés, aux vases, aux figurines arrachées au sol du Pérou et du Mexique ; mais ce n’était pas assez, et le public n’avait aucun moyen de se former une opinion exacte des arts que Pizarre et Cortez ont abolis en même temps que la liberté du peuple américain.

La collection que possède le musée du Louvre n’est pas encore très considérable, le catalogue comprend huit cent trente-quatre numéros seulement ; mais c’est là un premier résultat d’une haute importance, car on ne saurait douter qu’une fois les monumens de cette catégorie admis au droit de cité par cette science si prude qu’on nomme l’archéologie, ou ne voie arriver de tous côtés de précieuses additions qui mettront la collection américaine au niveau des autres. Mais pour cela, il faut attendre qu’il plaise à messieurs les savans de placer l’antiquité américaine au nombre des antiquités reconnues par l’Académie des inscriptions et belles-lettres. Il faut que les antiquaires aient passé au creuset de leur lente intelligence, les vases, les statues et les langues de ces contrées ; il faut que quelques-uns d’entre eux aient produit des rapports sur cette science nouvelle, ce qui ne laissera pas de demander au moins une vingtaine d’années ; enfin, il faut qu’ils aient traité longtemps encore de jeunes gens, d’esprits aventureux, de romantiques, trois ou quatre hommes qui auront consacré leurs études à cette science toutes nouvelle pour finir un jour, de guerre lasse, par lui accorder ses entrées au palais Mazarin.

Et encore y aura-t-il bien des gens qui ne voudront jamais consentir à une simple reconnaissance, et qui toute leur vie regarderont comme une intrue cette nouvelle conquête de l’érudition moderne. Cela ne sera jamais classique pour eux. On ne saurait imaginer la puissance de ce simple mot : classique ! II y a de quoi décourager de jamais rien entreprendre, rien étudier, qui n’ait été prouvé d’avance par l’une des cinq sections de l’Institut.

Voyez l’Egypte ! il n’a fallu rien moins que l’immortelle campagne de la république pour faire admettre les monumens de ce pays parmi les antiquités classiques. Et, plus récemment encore, Champollion ne pouvait faire accepter ses grandes découvertes, parce que le sujet n’était pas suffisamment classique. Il y a encore en, Allemagne, pays où la magie du classicisme est encore dans toute sa force, bon nombre de recueils archéologiques où l’on n’admettrait jamais, sous aucun prétexte, la traduction d’une inscription indienne, fût elle du roi Porus. Là, pour qu’une inscription, une statue, un monument quelconque soit proclamé réellement archéologique, il faut qu’il soit grec ou latin ; autrement il est repoussé comme romantique et relégué dans le bagage des étourdis, des cerveaux brûlés, des novateurs, des ennemis de toute religion et de toute classification. On les regarde avec défiance, on en a peur, absolument comme s’ils avaient dans leurs portefeuilles tout un arsenal de bombes et de grenades.

Il appartenait à la France, qui a donné au monde savant la lecture des textes égyptiens, à notre pays, qui le premier a recueilli les monumens de l’Assyrie, de donner asile aux antiquités américaines. Ce que la France a fait pour l’Asie et pour l’Afrique, elle le doit à l’Amérique, cette terre fraternelle qui nous a donné l’exemple dans la voie de l’émancipation.

Depuis plusieurs siècles, les voyageurs et les officiers de marine rapportent d’Amérique des objets très intéressans, qui sont dispersés parce qu’on les repoussait systématiquement des grands musées. Ainsi, au dix-huitième siècle, la famille de Créquy avait pu se procurer un certain nombre de très beaux vases antiques du Pérou, et ces monumens céramiques sont, dit-on, actuellement perdus dans la poussière de l’un des nombreux greniers de la Bibliothèque nationale. Les ouvriers couvreurs sont seuls admis à les voir, lorsqu’ils out à radouber les effrayantes toitures de la grande nécropole littéraire.

Certes l’art américain n’est pas beau, ses lignes ne dessinent rien de très merveilleux, il a même quelque vague ressemblance avec la sculpture faite par les enfans, et les bonshommes taillés avec un couteau sur les pommes de cannes par les pâtres jurassiens. Mais il n’en est pas moins fort curieux comme document historique et comme point de comparaison entre l’art d’un peuple resté jusqu’à ce jour sauvage pour nous, et l’art des peuples civilisés de l’ancien monde. Nous n’admirons pas beaucoup ces statuettes de dieux et de caciques américains qui ont le malheur de nous rappeler les fétiches dessinés sur des calebasses par les nègres modernes du Congo et du cap Lao ; mais nous trouvons que l’ouverture du musée qui leur est consacré a une portée très grande. C’est le triomphe de l’idée moderne, de la science nouvelle sur la vieille école académique ; c’est un pas de fait dans le domaine des recherches contemporaines, c’est une concession à l’inquiétude scientifique de la génération présente, enfin c’est une protestation contre les idées reçues, les sciences patentées et ces découvertes inouïes connues depuis des siècles et renouvelées chaque aimée par de hardis explorateurs de livres oubliés sur les quais.

Il ne manquera certainement pas d’esprits aventureux qui voudront s’élancer dans ce vaste et curieux domaine ouvert aux études de notre génération. La vue de ces objets fixera l’attention des érudits, et avant peu d’années nous aurons des savans qui, à l’exemple de M. Visconti, pourront nous révéler tous les secrets de la civilisation aztèque, comme on nous révèle aujourd’hui les secrets de la théogonie et les rouages du gouvernement égyptien. Car lorsque Champollion imprimait, en 1826, Ie catalogue du Musée égyptien, on était loin de croire que la connaissance des écritures hiéroglyphiques atteindrait la hauteur où elle est parvenue aujourd’hui, et il n’est pas douteux que l’exposition des monumens pharaoniques de la galerie Charles X ait contribué à l’avancement de la science.

« Assurément, dit M. Adrien de Longpérier dans un excellent avant-propos placé en tête de la notice publiée par l’administration du Musée, les antiquités de l’Amérique n’offrent pas le puissant intérêt que les monumens de l’Egypte doivent à leur liaison intime avec notre histoire sacrée ; elles ne sont pas encore classiques et n’ont pas excité le zèle de collecteurs nombreux, puisqu’on ne pourrait citera Paris que les cabinets de M. Jombard, membre de l’Institut, et de M. Allier, représentant du peuple, où l’on trouve rassemblés avec soin les débris de la civilisation transatlantique. Toutefois, ceux là même que les recherches ethnographiques ne préoccupent point, et qui ne sont pas captivés par l’attrait inexprimable inhérent aux sujets mystérieux, considéreront sans doute encore avec curiosité ces oeuvres d’un grand peuple qui, par son entrée dans l’Union américaine, se trouve appelé à jouer un rôle si important dans l’histoire à venir. »

En voyant les monumens du Mexique, on est, frappé de leur analogie avec les ouvrages de l’art indien. Ces figures accroupies rappellent le Bouddha qui repose sur le lotus de la bonne foi. Et ces enfans difformes ont comme une vague ressemblance avec Phtah et les Socar Osiris de la sculpture mythologique de Memphis et d’Abydos. On remarque même avec étonnement certains personnages assis sur des sièges bas (icpalti) ayant la tête coiffée d’une tiare évasée, surmontée d’une aigrette et ceinte d’un bandeau orné sur le devant d’une tête d’oiseau. Ces coiffures sont très communes dans la sculpture mexicaine ; elles pourraient facilement passer aux yeux des archéologues pour une grossière imitation du pshent égyptien avec l’urœus du Pharaon.

Les vases et les étoffes du Pérou ressemblent à la fois aux monumens de l’Etrurie et à ceux du Japon. On y retrouve la grecque, les méandres, les flots, ces motifs d’ornementation si antiques qui décorent les poteries, les bijoux, les sculptures des peuples de l’Italie antérieure aux Romains, et des îles de l’Archipel grec. C’est surtout dans la magnifique collection d’étoffes et de costumes rapportée tout récemment par M. J. Merino de Lema, peintre d’un grand mérite, qu’on peut étudier tout le système d’ornementation de cet art bizarre, qui semble ne s’être jamais préoccupé de l’imitat[i]on de la nature et de la recherche du beau.

Y eut-il à une époque reculée des relations entre l’extrême Orient et la côte occidentale de l’Amérique ? Le voisinage est si manifeste que l’on conçoit facilement des barques japonaises entraînées par le courant ou poussées par les vents, abordant aux rivages du Mexique et du Pérou. Il est à remarquer, en effet, que toute la civilisation américaine apparaît sur la côte occidentale. La seule presqu’île du Yucatan prolonge vers l’Orient la série des grands monumens, d’architecture congénères à l’art indien.

Malheureusement, les documens nous manquent ; on n’a point encore assez étudié les manuscrits hiéroglyphiques des peuples de ces contrées, et malgré l’existence de onze grammaires aztèques, le goût des études américaines ne s’est pas répandu parmi les antiquaires français. Aussi savons-nous peu de choses sur la religion péruvienne. C’était un culte du soleil assez philosophique.

Quant aux Mexicains, leurs sanglantes cérémonies, leurs affreux sacrifices humains ne datent que de l’invasion aztèque, c’est-à-dire du treizième siècle, deux cents ans avant la conquête espagnole. Jusque-là, les Toltèques avaient professé une religion symbolique assez analogue à celle de la Grèce et de Rome. Leur mythologie s’est perpétuée jusqu’à l’arrivée des Espagnols. Les manuscrits indigènes ont conservé la figure et le nom de tous les dieux qui la composaient. L’application de ces noms barbares, tels que Ométéhuctli, Tonatiuh, ou Quetzalcohuatl, Tonacateuctli, et d’autres aussi peu euphoniques et difficiles à prononcer pour nus bouches européennes, aux différentes statuettes de terre cuite exposées au Louvre, constituait la grande difficulté du classement de ces dieux et de ces caciques ; il fallait pouvoir reconnaître le personnage royal et le simple particulier, et distinguer au premier coup d’œil le dieu du prêtre. C’est à résoudre cette difficulté que s’est appliqué M. Longpérier, le jeune et savant conservateur des antiques, et c’est là le grand intérêt que présente son excellente notice.

Car les auteurs qui se sont occupés de l’Amérique, voyageurs célèbres, géographes érudits, naturalistes pleins de rèle [sic pour zèle], n’avaient point abordé cette étude de la mythologie figurée. Il faut pour cela être rompu aux délicatesses de l’archéologie, et jusqu’à, présent les archéologues, malgré l’essai de Visconti, se sont obstines à repousser l’étude de ce qu’ils nomment le nouveau monde. Mais cette lacune, qui existait encore naguère dans la science, vient d’être à peu près comblée par le patient travail de M. Longpérier, travail qui certainement n’est pas complet et ne désigne qu’un petit nombre de ces statuettes ; mais le peu de temps accordé à la rédaction du catalogue et au placement des monumens dans la galerie qui leur est spécialement réservée, n’a pas permis de faire plus en ce moment. La vue de ces objets, en fixant l’attention des érudits, facilitera sans doute la publication de nouvelles observations.

Les vases trouvés à Cuzco, l’ancienne capitale du Pérou, ont été recueillis dans les guacas et cédés au Louvre par M. Angrand. Les guacas sont les lieux de sépulture dans lesquels on déposait les morts avec tous les objets qui leur avaient été chers. On y découvre donc, comme dans les hypogées de l’Egypte, des vases, des figurines et des ustensiles de toutes sortes. Nous lisons dans les récits des voyageurs que déjà lors de la conquête, l’attention des Espagnols avait été attirée par le nombre considérable d’objets d’or et d’argent que renferment ces sépultures, et la profession d’invantador [sic] de guacas était considérée comme fort lucrative. Les vases spécialement désignés comme ayant été trouvés dans cette partie du Pérou sont tous de formes élégantes et décorées des plus vives couleurs. Ils sont fort jolis, mais cependant loin d’approcher pour le travail matériel de la céramique, et même pour la bizarrerie et le gracieux de la forme, des algarasas et des garoulets exécutés par les sauvages de la Guyane, et dont M. Jouannet, représentant à l’assemblée législative, nous a montré plusieurs modèles en attendant sa collection, qui doit bientôt arriver de Cayenne.

Les peuples civilisés par Mango-Capac semblent avoir adopté l’art céramique des Indiens de l’est de l’Amérique méridionale, et de quelques-unes des peuplades établies au nord du Brésil. Peut-être aussi se faisait-il un commerce d’échange entre ces peuples et les sujets du législateur du Pérou, car les dessins des étoffes, les objets de parure, et beaucoup d’ustensiles retrouvés dans l’ouest de nos possessions de la Guyane ont absolument les mêmes caractères que les objets provenant du Chili et du Pérou, exposés à la galerie du Louvre.

Tout semble indiquer chez ces peuples une civilisation très avancée : les fragmens de monumens que nous possédons sont splendides, les morceaux d’architecture se rapprochent beaucoup de la manière bizantine et assyrienne ; on y trouve même certains bas-reliefs de granit contenant des ornemens hiéroglyphiques qui présentent tous les caractères des tables égyptiennes à libation. Enfin, il n’est pas jusqu’a [sic] l’imprimerie qu’ils n’aient touchée de très près, bien qu’ils ne l’aient cependant pas connue ; car les Mexicains, comme les Romains, ont fait usage de sceaux gravés en relief, ainsi qu’on peut le voir sur le sceau quadrilatère (n° 615), portant en relief une double ligne. brisée, combinée avec d’autres détails d’ornementation. Et maintenant que la civilisation européenne a passé sur ces pays, que reste-t-il ? Un peuple un peu plus barbare, composé en grande partie de tous les vagabonds de l’ancien monde, et qui connaît à peine le nom des arts qui florissaient chez les sauvages qu’ils sont venus civiliser.

Alex[andre]. PRIVAT-D’ANGLEMONT


Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.