Document : Les Caciques de Tlascala

En 1863, le Père Servais Dirks1 publiait un recueil de nouvelles intitulé Les Caciques de Tlascala2

C’est le texte de la première nouvelle du recueil portant sur les caciques de Tlaxcalla, p. [1]-118, que nous donnons ci-après.


I

Lorsque les hardis compagnons du navigateur génois abordèrent en Amérique, ils n’y trouvèrent que des sauvages. Croyant que ces peuples croupissaient encore dans l’état d’enfance, ils appelèrent cette contrée nouvellement découverte le Nouveau Monde. Le temps et les explorations subséquentes prouvèrent que l’Amérique recélait dans ses bois les débris d’une foule de nations éteintes, qui jouirent autrefois d’une civilisation peut-être supérieure à celle de l’ancien continent.
Au XVIe siècle, les conquérants espagnols assistèrent à l’agonie du puissant empire théocratique des Incas, dont les traditions nous rappellent les institutions primitives des Egyptiens et des Brahmanes. Plus tard ils rencontrèrent, dans los délicieuses savanes de l’Amérique méridionale, les Muyscas, gouvernés par les Zaques, peuple se rapprochant à la fois, par sa langue et ses institutions politiques et religieuses, des nations qui habitent le Japon, et la péninsule coréenne.
Dans le Yucatan on foule, à chaque pas, de grandes cités détruites, des temples, des palais, des pyramides, qui étonnent par la hardiesse de leur construction, et la magnificence de leurs ornements. Les immenses forêts de Guatemala, nommées jusqu’à ce jour forêts vierges, cachent, sous l’épais feuillage de leur puissante végétation, des cités ruinées, dont la circonférence l’emporte sur celle des villes connues ; et les imposants débris de Palenque et de Mitla sont venus grossir la liste des problèmes historiques qui se présentent à la sagacité des archéologues, et en même temps donner un éclatant démenti à la thèse absurde du XVIIIe siècle, affirmant l’enfance des peuples du nouveau continent.
Enfin l’immense plateau formé par le dos de la Cordillère des Andes, renfermait, sous le nom collectif d’Anahuac, plusieurs empires puissants : le Méchoacan, le royaume de Tezcuco, l’empire du Mexique, et les républiques de Tlascala et de Cholula avaient des institutions, dont on n’eût pas soupçonné l’existence chez des barbares.
Déjà la majeure partie de l’Anahuac subissait le joug de l’Espagne. Le successeur de Moctezoma n’était plus le fils d’une divinité ; l’auréole avait disparu de la tête du vaincu ; bientôt il ne saura plus défendre l’héritage de celui qui tyrannisait tant de peuples. Sous l’empire d’un pressentiment secret, alarmé par d’antiques prédictions, le despote n’avait opposé qu’une faible résistance à cette poignée d’hommes barbus, qui, armés de la foudre, venaient des régions où le soleil se lève, pour conquérir un monde.
Cependant des conquérants d’un autre ordre, et d’un caractère plus pacifique, avaient suivi le grand capitaine. Fils de celui qui dit à ses ministres : Allez et enseignez les nations ! une troupe de moines, plantant la croix sur les terres conquises ; et civilisant les peuples, accompagnaient la petite armée espagnole.
La révolution intellectuelle s’opéra plus péniblement que celle qui se fit dans l’ordre politique. L’Aztèque3 fut dompté ; il vit envahir sa capitale, emprisonner son empereur, brûler ses palais, renverser ses temples, et il vit tout cela avec une douloureuse résignation ; mais sa volonté resta libre, son cœur se nourrit de pensées de vengeance et repoussa toute influence étrangère ; l’ambition, la soif de l’or, les mœurs dissolues des fiers conquérants, lui firent mépriser la religion que prêchaient les prêtres espagnols.
Toutefois l’Evangile se propagea parmi ces peuples infortunés. Le zèle des apôtres sut réparer en partie le mal produit par la rapacité, la luxure, les cruautés des Espagnols.
Ce que le vénérable Barthélemy d’Olmedo avait si bien commencé, fut continué par le franciscain Martinez de Valence, supérieur d’une pieuse phalange d’apôtres, et légat apostolique. Ce prudent religieux avait obtenu de Cortez un édit, par lequel il fut enjoint aux habitants de l’empire conquis d’envoyer leurs enfants aux écoles ouvertes par les moines à Tlascala, et, plus tard, à Mexico ainsi que dans les autres villes de quelque importance.
Cette mesure produisit d’heureux résultats. Sans contraindre personne, on instruisit les enfants dans la religion et dans les sciences, et par là on parvint facilement jusqu’au cœur et à l’intelligence des parents. La grâce de Dieu et l’ascendant de la vérité triomphèrent.
Vers le commencement de la lune des moissons, une profonde consternation régnait dans le palais du cacique Xolotl4, à Tlascala. Une foule de serviteurs alarmés parcouraient les vastes appartements ; d’autres s’étaient dispersés dans la ville, ou exploraient les campagnes voisines : le jeune Itzoatl, le cadet des quatre fils de Xolotl, avait disparu.
C’était sur Itzoatl, le fils de Yula, sa femme préférée, que le cacique avaient concentré toutes ses affections. Ses trois autres fils, ils les avaient maudits, car ils avaient embrassé la religion des conquérants, et reçu le baptême.
Déjà, depuis quelques heures, on avait cessé les perquisitions, car le prêtre5 attaché à la maison du cacique était venu apporter la triste nouvelle qu’Itzoatl avait suivi l’exemple de ses trois frères, et qu’il se trouvait en ce moment dans le Téocalli6 des moines7 du Tlapallan8.
A cette foudroyante nouvelle, Xolotl s’était retiré dans ses appartements, auprès de ses soixante femmes. Etendu sur des coussins, et appuyé sur l’épaule d’Yula, qui pleurait, il méditait en silence la grandeur de son infortune. Nulle de ses femmes ne lui adressait la parole ; à peine osaient-elles respirer, tant elles redoutaient l’humeur farouche de leur maître. Quant à Xolotl, la douleur et la colère le suffoquaient. C’était un de ces Tlascalans, qui, au moment de la conquête, s’étaient ralliés au parti des Mexicains. Ayant généreusement déposé la haine que tout Tlascalan nourrissait contre la domination Aztèque, il s’était voué entièrement à la cause de Cuitlahuatzin, successeur de l’infortuné Moctezoma. Lui et quelques autres caciques de Tlascala, de Tenochtitlan et de Tezcuco, formaient le noyau d’une conspiration, trop peu étendue, il est vrai, qui devait faire éclater, dans ces trois états, une révolte simultanée.
La défection de ses trois fils avait troublé ses projets, mais elle augmenta en lui la soif de la vengeance. Le seul espoir de sa vie, c’était Itzoatl. Pour le préserver de toute influence étrangère, il le quittait rarement, et ne lui permettait pas de sortir sans être accompagné d’un prêtre. Il répétait souvent qu’il préférait enfermer son fils dans un monastère, et l’exposer à toutes les rigueurs de la pénitence, que de le voir embrasser la religion des tyrans.
Aussi, combien grande était sa douleur !
Toutefois, on s’était trompé en supposant qu’Itzoatl avait fui pour toujours la maison paternelle. L’enfant venait d’entrer dans sa quatorzième année, et avait reçu du ciel tous les dons de l’esprit et du cœur. A une force de conception extraordinaire pour un âge si tendre, il joignait un cœur plein de noblesse et d’affection. Il aimait tendrement ses frères, et, les ayant rencontrés quelquefois, ils lui avaient raconté qu’ils étaient instruits non-seulement dans la religion nouvelle, mais qu’ils apprenaient à lire et à écrire l’espagnol, en attendant qu’ils fussent initiés aux sciences de l’Orient.

L’enfant ne put bientôt plus maîtriser le désir dont il brûlait de voir par lui-même en quoi consistait le bonheur de ses frères, et de s’entretenir avec ces fameux Tlamacazquis, dont on racontait tant de merveilles. Profitant d’un moment où son père se rendait au temple du palais avec le prêtre qui surveillait ordinairement toutes ses démarches, l’enfant se dirigea vers le couvent des Franciscains, où il passa la nuit.
Le lendemain de son innocente escapade, il revint au palais. Qui peindra la joie de Xolotl ? Dissimulant cependant l’excès de son bonheur, il fit venir son fils. — Fils de Yula, dit le cacique d’un ton sévère aussitôt qu’Itzoatl fut en sa présence, je suis fort mécontent de vous. Qu’avez-vous de commun avec des étrangers ? Ne craignez-vous pas le funeste sort de vos frères ? Croyez-vous donc que le charme qui fascina les fils de Xolotl soit détruit ?
— Seigneur, répondit l’enfant avec ingénuité, si vous saviez combien ardemment je désirais embrasser mes frères ! Ils se portent bien, et me chargent de vous dire qu’ils vous aiment toujours, qu’ils offrent constamment pour vous leurs prières à ce Dieu, dont je ne puis prononcer le nom, et…
— Cessez de me parler de ces traîtres, si vous ne voulez encourir ma colère ! Vous avez donc oublié ma défense d’avoir aucune communication avec eux ! Au jour de la vengeance, le redoutable dieu de la guerre les frappera de son glaive et les perdra avec la maudite race barbue !
— N’allez pas croire, seigneur, que je sacrifie jamais aux dieux étrangers. Le sang des anciens Namaltèques coule dans mes veines, et je hais le joug qui pèse sur les hommes libres de l’Anahuac. Du fond de mon cœur je plains mes frères, qui se sont laissés séduire ; mais je dois être juste : autant j’abhorre nos cruels dominateurs, autant j’estime et vénère ces bons moines, qui ont quitté le pays où ils sont nés, non pour s’enrichir, non pour dominer, mais pour nous enseigner les sciences du Tlapallan.
— Eh ! qu’avons-nous besoin de leurs sciences ? Qu’avons-nous à leur envier ? Ces vils Tlamacazquis, que vous estimez tant, ne sont que les suppôts du tyran que nous suscita un dieu ennemi.
— Je vous demande pardon, seigneur, si j’ose vous contredire. Les saints de l’Orient ne sont pas, à ce qu’il paraît, les amis intimes du terrible Malintzin9. Il me semble, d’après ce que j’ai vu et entendu, qu’ils sont au-dessus de lui, et qu’ils n’approuvent nullement le système d’oppression qui fait tant gémir les peuples. Mon frère Tlaloc m’a appris que le chef des prêtres a menacé le chef des guerriers de l’anathème de ses dieux, si celui-ci ne cessait de maltraiter d’une façon si cruelle les peuples de Tenochtitlan. Non, seigneur, les saints de l’Orient n’aiment pas la tyrannie : ils sont le bouclier des malheureux, l’asile des opprimés ; et s’ils ne réussissent pas toujours à guérir les plaies, au moins savent-ils y appliquer un baume salutaire.
Le cacique allait répliquer, et s’emporter contre son fils, lorsqu’il fut interrompu par l’arrivée de deux étrangers.
Itzoatl profita de cet incident pour aller rassurer sa mère.
Les personnages introduits offraient un aspect bien différents. L’un, paré de riches bijoux et de panaches ondoyants, semblait être un cacique distingué ; il avait revêtu le costume d’un guerrier prêt à voler au combat. Une magnifique peau de jaguar, dont, la gueule lui servait comme de cimier, l’enveloppait, et rendait plus terrible sa tête altière que surmontait une couronne de plumes éclatantes ; son manteau, bariolé de couleurs vives et tranchantes, était attaché sur l’épaule droite ; une épée d’or pendait à sa ceinture, et sur ses épaules était attaché un carquois plein de flèches aiguës. Ses bras et son cou nus étaient chargées de peintures d’une teinte sombre. Il portait à la main un arc à double courbure.
C’était le vaillant Mitlal, le frère de Xolotl.
L’autre personnage, revêtu de la tunique blanche des prêtres, était le téopixqui de la maison.
— Seigneur, dit Mitlal faisant asseoir le prêtre, et prenant un siège, nous vous apportons de bien mauvaises nouvelles, et il faudrait ne pas aimer la patrie pour rester insensible à ce que je vais vous dire. Le redouté maître de Tenochtitlan, le jeune empereur Cuitlahuatzin, est monté au palais du soleil10 ; il vient d’être enlevé à l’amour et à l’espoir de ses sujets, par cette plaie horrible que nous apportèrent ces exécrables étrangers, et qui fit tant de victimes, même à Tlascala11.
— C’est là en effet une très-mauvaise nouvelle, répondit Xolotl ; le trépas du monarque est extrêmement funeste à notre cause, et il me semble que les dieux irrités nous accablent de leur courroux. 
— Là ne s’arrête pas notre mauvaise fortune, reprit Mitlal. Vous n’avez pas oublié combien généreusement le vaillant Xicotencatl parla devant le Sénat, en faveur des ambassadeurs de Tenochtitlan, qui voulaient conclure une alliance avec nous. A notre grand étonnement, il trouva un redoutable adversaire dans le vénérable Maxicatzin, que les peuples écoutent comme l’oracle des dieux ; notre général ne fut plus écouté ; l’avis de Maxicatzin prévalut, les ambassadeurs durent quitter la ville, et l’infortuné Xicotencatl fut non-seulement déposé, mais encore privé de la liberté. Dès lors, seigneur, vous mîtes tout votre espoir dans la foule des fidèles Tlascalans, qui, gémissant sur le sort de notre jeune chef, brûlaient de le venger, et dont le parti grossissait chaque jour. N’ai-je pas dit la vérité ?
— Eh bien !
— Eh bien ! le chef étranger vient d’élargir le général, et de lui rendre le commandement des armées. Il a jeté sur lui un charme : Xicotencatl est devenu son ami, et s’occupe activement de rallier tous les mécontents au parti du tyran. L’étranger uni à Xicotencatl me semble invincible.
— Est-ce tout ? s’écria Xolotl avec véhémence.
— Non, ce n’est pas tout encore. Il semble, seigneur, que les dieux protègent la perfidie, et travaillent pour elle. Tout récemment un complot se tramait dans le camp des étrangers. Leur chef devait infailliblement succomber, et, lui tué, il devenait facile de surprendre les autres, et de les sacrifier à nos dieux. Un traître révèle le complot ; l’entreprise échoue, l’instigateur est pendu, et le chef plus fort que jamais. Hélas ! que faire maintenant ?
— Les dieux, dit le prêtre, sont justement irrités des nombreuses apostasies qui, pendant ces dernières lunes, ont souillé l’Anahuac. Xicotencatl lui-même a suivi ces funestes exemples, et son épouse Cetetli appartient déjà depuis longtemps à la religion de l’Orient. J’ai vu, seigneur, oui, j’ai vu renverser, réduire en cendres nos téocallis, briser les images de nos dieux ! J’ai vu des troupes d’enfants, fascinés par les tlamacazquis étrangers, traîner ces images vénérées par les rues de Tlascala, et enfin les brûler sur les places publiques ! Comment la terre n’a-t-elle pas tremblé sous leurs pieds ? Comment n’a-t-elle pas englouti ces sacrilèges ?
— Oui, reprit Xolotl, le vénérable sacrificateur a raison : c’est l’impiété des fils de l’Anahuac qui attire sur notre patrie cette formidable tempête. Mais nous tâcherons d’apaiser le courroux des dieux en leur donnant du sang ; et si le grand Huitzilopochtli ne daigne plus nous protéger, s’il veut que nous périssions, eh bien ! alors, nous périrons, mais les armes à la main, le carquois vide, le glaive émoussé. Nous ne monterons au palais du soleil, que riches en dépouilles et ornés des chevelures sanglantes de nos ennemis !
— Ah ! seigneur ! s’écria le prêtre, si tous les caciques des quatre royaumes étaient animés des sentiments de grandeur, d’enthousiasme, de piété envers les dieux, qui remplissent votre âme, les étrangers, quelque redoutables qu’ils soient, ne tiendraient pas contre nous ; le divin Huitzilopochtli lui-même combattrait pour nous, et se choisirait de nombreuses victimes. 
Il y eut un moment de silence. Chacun des trois interlocuteurs réfléchissait sur le parti à prendre dans les circonstances présentes. 
A la fin Xolotl ajouta :
— Un autre sujet d’inquiétude me préoccupe vivement. Vous n’ignorez pas que j’ai eu la douleur de voir trois de mes fils embrasser le culte des étrangers, et se soustraire à l’autorité paternelle. Seul le cadet me restait, et voici que, pour comble de malheur, Itzoatl m’inspire aussi des craintes. Il s’est rendu dernièrement au téocalli des fils de l’Orient, il leur a parlé ; n’est-il pas urgent de l’éloigner d’ici ? L’idée m’est venue de l’envoyer à Tenochtitlan, pour commencer son temps d’épreuve comme aspirant à l’ordre du jaguar ; entouré de nos saints tlamacazquis, il y sera en sûreté, et apprendra à devenir un fidèle serviteur des dieux et du souverain.
— Excellente idée ! répondit Mitlal ; je conduirai moi-même mon jeune parent à Tenochtitlan, et le présenterai immédiatement à l’empereur, dont je prendrai en même temps les ordres. J’ai pour conduire mon canot trois Otomites qui ne sont pas suspects au tyran. Moi-même je ne le suis pas ; le chef barbu me témoigne beaucoup d’amitié, car je sais me plier aux circonstances, persuadé que là où la force ne réussit pas, la ruse et la dissimulation suffisent parfois pour atteindre le but.
Mitlal avait dit l’exacte vérité. La puissante dynastie Aztèque touchait à sa fin. Dieu allait venger d’une manière éclatante le sang de ces milliers de victimes humaines qui, durant tant de siècles, avait souillé le sol de l’Anahuac. L’échec que Cortez avait éprouvé au sein de la capitale, pendant cette nuit, que depuis on appela la nuit désastreuse, n’avait point découragé le grand capitaine. Comme tous les fléaux de Dieu, il avait le pressentiment de la réussite de ses audacieuses entreprises ; il savait d’ailleurs qu’il pouvait compter sur le secours de la république de Tlascala, et du royaume de Tezcuco, ses fidèles allies.
Il avait pu craindre un moment de se voir privé de cet appui, quand, forts de la protection du jeune et vaillant Xicotcncatl, les envoyés de Tenochtitlan comparurent devant le Sénat de Tlascala ; mais la bonne fortune des Espagnols triompha des obstacles : les peuples s’empressaient à l’envi de se forger des chaînes ; et la politique astucieuse de Cortez sut lui concilier l’affection du chef Tlascalan, qui eût été peut-être le plus redoutable de ses adversaires.

II

Derrière le palais de Xolotl, à l’extrémité occidentale de la ville, s’étendait un magnifique jardin auquel divers accidents de terrain donnaient l’aspect le plus pittoresque. La fantaisie mexicaine y avait devancé ce genre à effet que, dans les temps modernes, les Anglais mirent partout à la mode. 
Au dernier plan, dans les plates-bandes bordées de touffes de graminées aux nuances vives et délicates, s’épanouissaient le dahlia, la délicate mentzélie, le brillant daphné dont les bouquets pourprés se guirlandaient en spirale, et mille autres fleurs, qui ravissaient la vue, et embaumaient l’atmosphère. Plus haut on admirait de gracieux bosquets d’arbustes à feuilles de myrte, on foulait aux pieds des lits d’amaranthines et d’aralies. En montant à la terrasse supérieure, on atteignait un petit bois, dont les sentiers serpentaient en labyrinthe autour de magnifiques groupes de liquidambars, d’aliziers et de mangueys. Le feuillage touffu de ces arbres gigantesques, et de ces vigoureux arbustes, interceptait presque entièrement les rayons du soleil, et formait, au milieu de ce paradis terrestre, une sombre et mystérieuse retraite.
Au fond du bois se trouvait une grotte creusée dans le roc. Les parois extérieures, tapissées de liserons, ne laissaient pas deviner l’entrée de ce ténébreux séjour, que masquaient des gerbes d’euphorbe et de koratos, dont le feuillage, mélange bizarre de vert foncé et de rouge éclatant, formait un rideau assez épais pour cacher aux regards des profanes l’antre où le cacique célébrait les mystères sanglants de ses monstrueuses idoles.
Des flancs du rocher s’échappait un filet d’eau limpide, qui, tombant de terrasse en terrasse, formait autant de cascades, puis serpentait au milieu des lits de fleurs, pour aller se perdre enfin dans un vaste bassin creusé en face du palais. Sur les bords de ce bassin se penchaient gracieusement trois ébéniers unis entre eux par des liserons, des lianes et des cephalantes, qui, entrelaçant leurs branches flexibles, formaient un joli berceau, et offraient, au milieu des fortes chaleurs du jour, un ombrage délicieux.
Là était assise la douce Yula, la mère d’Itzoatl. Son fils, à moitié couché sur l’herbe, appuyait sa tète sur les genoux de sa mère.
Depuis quelques instants, tous deux gardaient le silence, et semblaient écouter le ramage des mille oiseaux, qui s’ébattaient dans les branchages de la haute futaie, et le doux gazouillement des colibris se jouant entre les fleurs.
Yula reprit la parole.
— Mon fils, dit-elle, tu ne m’as pas entièrement ouvert ton cœur ; je n’ai pu y lire tes pensées intimes; aurais-tu des secrets pour ta mère ?
— C’est vrai, dit Itzoatl en relevant la tête, je n’ai pas dit les pensées secrètes qui s’agitent dans mon sein, et pourtant je ne dois pas en faire un mystère à celle que j’aime par-dessus tout.
— Eh bien ! Itzoatl, dît Yula en caressant les cheveux noirs du jeune homme, que se passe-t-il dans ton cœur ?
— Mes frères, et le bon prêtre qui leur enseigne les sciences du Tlapallan, m’ont raconté des choses surprenantes, qui m’ont rempli de trouble. Figure-toi, qu’ils m’ont dit que le culte que nous pratiquons, nous autres enfants de l’Anahuac, est un culte inique, enseigné par des esprits malfaisants au grand roi Moctezoma ; que la vraie religion est celle qui fut enseignée aux hommes par un Dieu mis à mort par des ingrats, et revenu à la vie par sa propre puissance ; que ce Dieu nous ordonne d’aimer indistinctement tous les hommes, même nos ennemis ; que c’est une chose horrible de penser qu’on puisse plaire aux dieux, en leur sacrifiant des victimes humaines. Mais ce qui m’a surtout rempli d’étonnement, c’est que le tlamacazqui ne cessait d’affirmer que ce culte étranger était connu jadis de nos ancêtres ; qu’on en trouve encore de nombreux vestiges dans notre religion, et que le grand Camaxtli lui-même, le suprême pontife de Tulha, n’était au fond qu’un prêtre du dieu du Tlapallan.
Et l’enfant interrogeait sa mère du regard.
Mais Yula ne répondit rien ; elle se contenta de soupirer, en pressant son fils contre son sein.
C’est que Yula était elle-même presque chrétienne. Amie intime de Cetetli, épouse de Xicotencatl, celle que ce général avait choisie d’entre les cinq cents femmes qu’il possédait avant son baptême, Yula avait eu de fréquents entretiens avec une célèbre indienne, Dona Marina, qui suivait Cortez dans toutes ses courses aventureuses, et lui servait au besoin d’interprète. Dans le palais du général tlascalan, Yula avait souvent assisté aux instructions du vénérable trinitaire Barthélemy d’Olmedo, et elle croyait fermement à la divinité du christianisme, bien quelle continuât de temporiser, espérant toujours voir Xolotl céder aux instances de Cortez, et recevoir le baptême.
— Mon enfant, dit-elle à Itzoatl en le baisant au front, sois tranquille ; mais n’oublie pas ce que t’a dit le sacrificateur, et songe souvent au bonheur dont jouissent tes frères !
Et elle se leva pour rentrer au palais.
Mais la recommandation qu’elle venait de faire à Itzoatl l’intriguait, et, retenant sa mère par la main, il lui dit avec vivacité :
— Que veux-tu dire, ma mère ? Explique-moi le sens de tes paroles ?
Yula se rassit et embrassa son fils d’un regard si expressif, si rayonnant d’une puissance mystérieuse et attractive, qu’on eût dit quelle voulait attirer lame de son fils dans la sienne.
— Ecoute, mon fils, dit-elle en lui prenant les deux mains ; mais d’abord, réponds-moi : n’as- tu jamais entendu parler des prédictions des dieux de Tenochlitlan, et des présages expliqués par les anciens qui savaient lire dans les astres ?
— De quelles prédictions parles-tu, ma mère ?
— De prédictions concernant la chute de nos dieux, et la ruine de l’empire des Aztèques.
— Je ne connais pas ces prédictions en détail, jamais le téopixqui n’a voulu m’en entretenir. Ce que je sais, c’est que mon père et mon oncle Mitlal n’y ajoutent pas foi.
— Ils ont tort, mon fils ; je le répète, ils ont tort de ne point admettre ce dont le grand Moctezoma n’a jamais douté. Ecoute donc ; je vais te redire ce que j’ai appris dans le palais de Xicotencatl. Il fut un temps où les nations de l’Anahuac vivaient dans une paix profonde. Alors, elles obéissaient aux lois que leur dictait le divin Camaxtli, celui que les enfants de Tenochtitlan appellent Quetzalcohuatl. Ce grand homme enseignait aux peuples à s’aimer les uns les autres ; quand on lui parlait de guerre, il se bouchait les oreilles ; sacrifier des victimes humaines était à ses yeux une offense faite à la divinité, un crime abominable. Le seul sacrifice qu’il permettait, c’était l’offrande de fleurs et de fruits. Un fait bien remarquable, c’est que sur son manteau étaient peintes de ces figures qui représentent l’instrument de supplice du Dieu des étrangers ; ses compagnons portaient des habillements semblables à ceux des prêtres du Tlapallan. C’étaient, ainsi que Camaxtli, des hommes blancs et barbus, comme sont en général tous ceux qui viennent des contrées où le soleil se lève. Après avoir gouverné les nations de Tulha et de Cholula, le législateur retourna dans le Tlapallan, promettant toutefois de revenir un jour. Il disparut à l’est, sur les rives du Huasacualco12.
— Mais je connais cette histoire ; et je t’ai déjà dit, ma mère, que les sacrificateurs étrangers affirment que Camaxtli était un de leurs prêtres, qu’il était même topilzin13.
— Le sage Olmedo me l’a prouvé. Camaxtli était blanc et barbu, et venait des pays de l’est, où le Dieu du ciel est adoré ; il vénérait le symbole sacré des étrangers, détestait la guerre, qui est le premier devoir des Aztèques, et défendait les sacrifices sanglants, qui sont une partie essentielle de notre culte.
Itzoatl baissa la tête, et devint pensif.
— Tu vas entendre des choses plus surprenantes encore, continua Yula. Quelque temps avant l’invasion, la princesse Papantzin, sœur de Moctezoma, le grand roi, vint à mourir. Mais voilà qu’après avoir été enterrée, la princesse revient à la vie, et retourne au palais royal. Je te laisse juger de l’étonnement, de la frayeur de toute la cour. La princesse demande à parler à son frère. Elle lui dit qu’elle a vu, dans l’autre monde, des choses qu’il lui est défendu de raconter, mais qu’elle est chargée de prédire au prince que, bientôt, viendraient des hommes blancs montés sur des vaisseaux, pour détruire la domination Aztèque, renverser les statues des dieux, ruiner les téocallis et faire triompher le culte du vrai Dieu. Elle ajouta qu’elle-même serait témoin de ces événements, et la première à recevoir le signe et la consécration de ce nouveau culte.
— Et vit-elle encore, cette princesse ?
— Je l’ignore, mais je sais qu’elle a reçu le signe de la nouvelle religion. Je te parlais tout à l’heure de présages. Eh bien ! en voici qui sont sans doute étonnants, et bien propres à faire réfléchir. Vers l’époque où la princesse Papantzin revint à la vie, on a vu, pendant quarante nuits, une vive lumière à l’est de Tenochtitlan. Quelques jours après la cessation de cette merveille, on aperçut dans les airs des armées se combattre et se détruire mutuellement. Les eaux du lac se soulevèrent par un temps calme et serein, et la haute tour du téocalli de la capitale prit feu, sans qu’on pût jamais découvrir la cause de cet incendie. Or, le sage Olmedo nous a dit que presque les mêmes faits précédèrent, comme des avertissements d’en haut, la ruine du puissant état où fut mis à mort le fils du dieu de Tlapallan14.
— Tout cela m’étonne et m’inquiète à la fois.
— Mon fils ! j’ai de bien tristes pressentiments ! De grandes calamités menacent les enfants de l’Anahuac. Mais aussi, dis-moi, ces abominables sacrifices où l’on offre aux dieux les cœurs encore palpitants des victimes, ne révoltent-ils pas les nobles sentiments de ton âme ? Peux-tu croire que la divinité prenne plaisir aux gémissements, aux cris déchirants de ces infortunés, dont le seul crime fut, après avoir défendu leur patrie, d’avoir été sur le champ de bataille moins forts ou moins heureux que leurs vainqueurs ?
— Ma mère, ma mère ! tes révélations me troublent… Qu’allons-nous devenir ?
— Va, mon fils. Il est temps de nous séparer : je m’aperçois qu’on nous observe.
En effet, sur les bords fleuris du ruisseau, et dans les avenues qui encadraient la terrasse inférieure, se promenaient plusieurs femmes de Xolotl. Ce n’était pas sans raison qu’Yula craignait ses compagnes. Une basse jalousie, assez ordinaire chez des infortunées unies par la polygamie à un seul maître et vivant ensemble, portait ces malheureuses à surveiller les moindres démarches de l’épouse préférée. On avait déjà des soupçons sur son attachement à la religion des vainqueurs, et l’on espérait obtenir sous peu quelque preuve certaine, afin de la perdre, elle et son enfant.
En cet instant le cacique, ayant achevé ses affreuses dévotions, descendit lentement par les sentiers tortueux qui conduisaient à la grotte, suivi du sacrificateur. Tous deux avaient l’air exténué, et le visage d’une pâleur effrayante ; car à défaut de victimes, ils s’étaient fait à eux-mêmes des incisions, afin d’arroser de leur sang leurs infâmes idoles.
Au lieu de rentrer au palais, Xolotl ordonna aux femmes de quitter le jardin, et, prenant son fils à part, il s’assit avec lui sous le berceau, pour lui communiquer le dessein qu’il avait conçu de l’envoyer à Tenochtitlan.
On serait dans l’erreur, si on allait s’imaginer que le cœur d’Itzoatl était déjà tout disposé à embrasser le Christianisme. Quoique doué d’une âme élevée et d’un cœur sensible, le fils du cacique n’en était pas moins fortement attaché aux institutions nationales. Les sacrifices sanglants et les jongleries barbares des prêtres le révoltaient, il est vrai ; mais ces cruautés lui semblaient moins appartenir à l’essence de la religion primitive qu’à la politique des premiers souverains aztèques.
D’autre part cependant, il avait l’esprit vivement frappé des discours des moines espagnols. Tant d’abnégation et de dévouement, unis à une raison puissante et à une force d’insinuation pure de tout sophisme, n’avait pu le trouver insensible. Sa droiture naturelle l’empêchait de rejeter, sans un mûr examen, l’impression qu’il avait reçue, fortifiée d’ailleurs qu’elle était par l’exemple et les paroles de sa mère.
Il suspendit donc son jugement, se promettant de chercher la vérité, mais de la chercher de bonne foi.
Après cela, le lecteur ne sera point surpris d’apprendre qu’Itzoatl entra de tout cœur dans les projets de son père. Une résidence prolongée à Tenochtitlan, dans le grand temple, au milieu des sacrificateurs les plus éclairés, paraissait singulièrement favoriser ses desseins ; et il s’estimait heureux de pouvoir satisfaire sa curiosité, tout en acquiesçant aux désirs du cacique.


III

Le lendemain c’était fête à Tlascala, et le peuple s’attendait à quelque chose d’extraordinaire. Toute l’armée espagnole se trouvait réunie dans la ville, où l’on s’agitait avec une joyeuse activité ; chacun ornait sa maison comme si quelque roi devait faire son entrée ce jour-là. Les principaux édifices étaient pavoisés aux couleurs espagnoles, les rues ôtaient jonchées de fleurs, et la porte donnant sur la route de Chempoalla, avait été transformée en arc de triomphe.
Les badauds de Tlascala, — car il y a des badauds partout, — s’extasiaient devant les gigantesques guirlandes de fleurs, les festons de verdure et les banderoles de papier peint, dont étaient décorés les édifices publics. Ils n’avaient jamais vu chose pareille, leurs tentures ou tapisseries consistant en une sorte de mosaïque en plumes, dont le travail était toutefois admirable et de la dernière élégance. Et pourtant ces divers objets qu’ils contemplaient si ardemment étaient l’œuvre de leurs enfants ; car tous ces ornements avaient été confectionnés dans l’école des tlamacazquis chrétiens, où se pressait une foule d’élèves.
Vers onze heures du matin, un courrier s’arrêta devant le palais de Cortez ; quelques minutes plus tard, on vit paraître le général entouré d’un imposant cortège.
Là vous eussiez vu les héros de l’expédition : le fidèle Sandoval, le vaillant Alvarado, conquérant futur de Guatemala ; le jeune et bouillant Olid, qui devait mourir plus tard de la mort des traîtres ; Diaz, le naïf historien de la conquête. Puis venaient les vénérables membres du sénat de Tlascala, le jeune Xicotencatl, général de l’armée républicaine, et une foule de caciques.
Parmi ces personnages illustres, on distinguait un jeune Indien, à la ligure douce et avenante, au port majestueux, à l’allure franche et décidée. C’était Ixtlilxochitl. Lorsque les Espagnols envahirent l’état de Tezcuco, le roi, qui doutait de son peuple et de sa bonne fortune, s’enfuit à Tenochtitlan. Ixtlilxochitl, jeune prince de la famille royale, et commandant une division de l’année, s’offrit à Cortez, pour servir sous ses ordres. Le conquérant l’accueillit avec empressement ; mais bientôt il jugea plus prudent de garder le prince auprès de sa personne, comme un otage et une garantie de la fidélité des habitants de Tezcuco. Ixtlilxochitl suivit donc le général à Tenochtitlan, et plus tard à Tlascala, à travers les périls de la noche triste, dont il eut sa bonne part.
Après la fatale retraite, les Espagnols revinrent à Tezcuco. Cortez présenta Ixtlilxochitl à l’assemblée des nobles, et le proclama roi. Le jeune prince fut universellement acclamé, car il comptait, parmi les nobles et dans le peuple, de nombreux partisans. Familiarisé avec la langue et les coutumes espagnoles, instruit dans le christianisme et baptisé par le pèr[e] Olmedo, il parvint à rendre aux Espagnols des services immenses, et contribua beaucoup à la conquête de la Nouvelle-Espagne.
Le cortège se mit en marche vers la porte de Chempoalla, et bientôt on vit paraître ceux qu’on attendait.
Treize Franciscains s’avançaient, les yeux baissés et les mains croisées sur la poitrine. Ils étaient escortés par une escouade de soldats espagnols, et environnés d’une foule immense, étonnée au plus haut degré à la vue des pauvres frocs de ces religieux, et des marques d’honneur qu’on leur rendait.
Aussi, c’était l’Eglise elle-même qui, par ces humbles représentants de son évangélique pauvreté, venait prendre possession de ces contrées, livrées désormais à sa charité et à son zèle.
A la tète de la pieuse cohorte marchait, un crucifix à la main, le vénérable père Martinez de Valence, légat apostolique, et supérieur de la nouvelle province de son Ordre, qu’il allait établir sous le titre du Saint-Evangile. L’histoire nous a conservé les noms de ses douze compagnons. C’étaient Martinez de Coruna, Juan Suarez, plus tard premier évêque de la Floride, Francisco de Soto, Antonio de Rodrigo, Torribio de Bénévent, Garcia de Cisneros, Luis de Fuensalida, Juan de Ribas, Francisco Ximenez, Melchior d’Astudillo, Andrès de Cordoue, et Juan de Palos. Ces deux derniers étaient frères convers.
Aussitôt que Cortez fut à la portée du légat et des religieux, il descendit de son coursier; puis, au grand ébahissement des TIascalans, il ôta son manteau, l’étendit par terre sous les pas des moines, aussi étonnés que la foule, et, pliant un genou, il baisa respectueusement la main du légat. Tous les Espagnols qui raccompagnaient l’imitèrent.
Adressant ensuite la parole aux caciques, qui assistaient à cette brillante réception, le général leur tint ce discours :
— Princes, dit-il, c’est le Dieu du ciel et de la terre qui nous envoie ces saints hommes. En leur qualité d’apôtres de Dieu, ils ont toute ma vénération, et celle du monarque auquel obéissent les Espagnes. Croyez-moi : ils n’ont pas soif de vos richesses ; ils ne désirent que sauver vos âmes. Les trésors de la terre, ils les possédaient ; ils viennent généreusement d’y renoncer, pour ne s’occuper que de la recherche des biens célestes, les seuls durables. Princes, c’est pour vous convertir que ces saints hommes viennent à vous, pour vous ouvrir les yeux sur la vanité de vos idoles, pour vous enseigner la vraie religion. Les périls d’un long voyage ne les ont pas fait reculer, et, pour l’amour de Dieu, ils sont prêts à subir mille morts afin d’assurer le salut à vos âmes immortelles. Oui, je le répète, c’est la charité chrétienne qui, seule, leur commanda de quitter leur patrie, pour venir vous délivrer de la dure servitude des démons, et vous donner la vraie liberté, la liberté des enfants de Dieu ; pour vous apprendre à offrir au Créateur, non pas des sacrifices abominables, mais la victime immaculée, l’Agneau de Dieu, immolé pour le salut du monde. Nous avons fait venir ces hommes vénérables, afin qu’ils soient vos docteurs dans la vrai foi, les instituteurs de vos enfants, les protecteurs de votre pays, les garants de notre bienveillance à votre égard.
Ce discours, fidèlement reproduit en langue aztèque par dona Marina, fit une profonde impression sur l’assistance. Les Tlascalans jugeaient avec raison qu’ils devaient être des personnages d’importance, ces hommes à l’air humble et mortifié, puisqu’ils étaient comblés d’honneur par un homme tel que Cortez, lui qui n’avait même pas cédé le pas à Moctezoma, le roi des rois. Aussi les caciques et le peuple virent dans les missionnaires les représentants du Dieu de l’Orient, du Dieu de Camaxtli, et se trouvèrent par là même merveilleusement disposés à recevoir avec docilité renseignement de la vraie foi.
Il est pénible de devoir se rappeler que, malgré les beaux discours et les sentiments de piété si hautement exprimés, Cortez et ses officiers foulèrent presque constamment aux pieds les saintes lois de la morale évangélique. Leur ambition effrénée, leur cupidité insatiable, et leur vie scandaleuse mirent des entraves au zèle des apôtres de la foi ; et l’on peut dire qu’au lieu de ne songer qu’à convertir, à civiliser ces peuples infortunés, ils comptèrent plutôt se servir de la religion et de ses ministres pour asseoir solidement leur domination, et justifier aux yeux de l’univers leur fureur de découvrir et de conquérir des terres inconnues.
Malgré l’enthousiasme des Tlascalans, malgré leurs acclamations, il y avait cependant dans la foule, et parmi les nobles, des hommes moins bien disposés. De ce nombre était Xolotl, l’un des caciques de la suite de Cortez. Pendant que le général parlait, le fougueux tlascalan avait dû réprimer les élans de son.humeur farouche, imposer un frein à sa langue, et commander à ses regards. S’il eût agi autrement, en cet instant où toutes les forces espagnoles se trouvaient concentrées dans la ville, il n’eût pas manqué de provoquer un éclat; sa cause, ou, comme il l’appelait, la cause sacrée de l’Anahuac, eût été dès lors infailliblement perdue. Il comprit donc la nécessité de dissimuler, et refoula son ressentiment dans le plus profond de son cœur.
Après la réception du légat, Cortex conduisit ses hôtes dans son propre palais, qui devait provisoirement leur servir de demeure. Ils y furent reçus par les trois franciscains qui avaient suivi l’expédition. C’étaient trois Belges : le père Jean Vandak, Jean de Aora et Pierre de Murat, de Gand. Ces religieux présentèrent aux missionnaires les enfants confiés à leurs soins. Rangés sur deux files, et précédés d’une bannière sur laquelle brillait une croix, les élèves des Pères chantaient un cantique d’actions de grâces, et le concert de ces voix argentines, dominant le sourd murmure d’une foule jusqu’ici idolâtre, faisait l’effet d’une harmonie angélique. On eût dit que les esprits célestes célébraient la bienvenue des apôtres qui devaient marchera la conquête du nouveau monde.
Parmi ces adolescents, Xolotl eut l’humiliation et la douleur de reconnaître ses trois fils. L’un d’eux, Mixoatl, l’aîné des trois, portait un étendard. A sa vue, le cacique eut peine à se contenir ; le sang lui monta au visage ; la rage se peignit dans s ce yeux, son corps éprouva des mouvements convulsifs. Comprimant sa fureur, il voua ses trois enfants à la fureur des dieux, et se félicita intérieurement d’avoir éloigné Itzoatl, qui se trouvait en ce moment sur la route de Tenochtitlan.

IV

Deux jours après, Mitlal et Itzoatl débarquaient sur un des quais de Tenochtitlan.
Profitant de la fête qui réunissait les Espagnols dans l’enceinte de Tlascala, ils s’étaient hâtés de traverser les campagnes riantes et fertiles qui séparent cette dernière ville du lac de Tezcuco.
L’aspect de ces plaines fleuries était fait pour calmer lame la plus agitée. En promenant les yeux sur cette luxuriante végétation, où s’étalaient les productions de tous les climats ; en respirant l’air attiédi et embaumé, un peu rafraîchi par la brise des côtes ; à la vue de ce calme solennel sous un ciel doux et serein, on ne se serait point douté qu’une guerre de désolation allait bientôt changer le plateau de l’Anahuac en un vaste et aride désert.
D’immenses champs de maïs offraient aux regards comme de longs rubans d’or rehaussés par la verdure des agaves, des cacaotiers et des arbustes résineux, qui encadraient le paysage. Le long des routes, de gigantesques liquidambars projetaient un frais ombrage, et protégeaient les plantes les plus délicates, telles que la vanille parfumée, et la rose aromatique, appelée teunacaztli. Tout cela était animé par le chant et les cris d’oiseaux aux couleurs éclatantes, et par le joyeux caquetage des perruches.
Non loin du grand lac, on admirait la gracieuse colline de Chapoltepec couverte de vieux cyprès et de tulipiers au vert feuillage, tandis que, dans le fond du tableau, l’œil s’arrêtait sur les Cordillères, blanchies par une neige éternelle, et ceignant comme d’un mur infranchissable cette belle et vaste vallée.
Tenochtitlan trônait comme une reine au milieu des eaux du lac, qui entouraient la ville d’une ceinture azurée de deux lieues de largeur. Quatre digues correspondant aux quatre points cardinaux, conduisaient au cœur de la cité. Ces digues, faites de main d’homme, avaient environ vingt pieds de largeur. Assise sur des îles, Tenochtitlan était environnée de nombreux jardins flottants15), semés çà et là sur la nappe légèrement ondulée du lac, et entre lesquels se pressaient des milliers de canots, qui allaient répandre le commerce et les fruits de l’industrie dans les autres villes riveraines. De tous côtés, Tenochtitlan offrait aux regards le plus ravissant tableau. Rien au monde ne pouvait lui être comparé, si ce n’est peut être Venise, la ville aux gondoles.
Itzoatl n’avait jamais visité la capitale des Aztèques. Il ne put s’empêcher de témoigner son étonnenement et son admiration, à la vue de tant de magnificences et de richesses. Les deux Tlascalans parcoururent d’abord plusieurs rues d’une longueur et d’une largeur extraordinaires, bordées de chaque côté de palais et de belles maisons en pierre rouge. La plupart étaient surmontées de terrasses, et flanquées de tourelles. Ils traversèrent avec peine une foule compacte et affairée, et se trouvèrent soudain sur un des quatre marchés de la cité. Itzoatl s’arrêta saisi d’étonnement. Une place dont il ne put calculer l’étendue, et qui était entourée d’un portique immense, frappait ses regards ; soixante mille personnes, vendeurs et acheteurs, s’y pressaient ; les boutiques des marchands formaient de petites rues ; chaque spécialité avait son quartier séparé. Ici l’on vendait du gibier, là des légumes, plus loin des objets de jardinage. Des barbiers rasaient leurs pratiques ; des pharmaciens vendaient des médecines toutes préparées, des onguents, des emplâtres ; des restaurateurs donnaient à boire et à manger pour de l’argent. Au milieu de la grande place, s’élevait un vaste édifice où siégeaient douze vieillards chargés de discuter et de juger les différends, qui pouvaient survenir entre les marchands et les acheteurs ; dans la foule circulaient des inspecteurs, qui observaient si tout se passait loyalement, et brisaient les fausses mesures saisies aux mains des vendeurs.
Malgré l’impatience de son oncle, qui avait hâte d’arriver au palais impérial, Itzoatl voulut tout voir.
— Enfant, dit l’oncle, tu auras le loisir de tout examiner à ton aise ; maintenant il faut nous hâter, tu sais que l’empereur daigne nous accorder audience aujourd’hui même.
— Ne remarquez-vous pas, fit observer Itzoatl, que les habitants de Tenochtitlan ont l’air inquiet ?
— Ils craignent le retour des étrangers dont ils ont tant souffert, répondit Mitlal. Je ne m’étonne point de leur inquiétude, et je loue le zèle qu’ils mettent à se défendre ; je voudrais seulement qu’ils eussent un peu plus de confiance dans les forces dont ils disposent.
— Tenochtitlan est si puissante !
— Oui, mon fils, bien puissante ! Tenochtitlan est la grande ville ; c’est la cité des dieux ; elle renferme plus de trois cent mille habitants. L’ennemi ne peut pénétrer dans la ville que par les digues, qui peuvent être aisément défendues, ou détruites au besoin. La cité est divisée en carrés réguliers, entrecoupés de canaux, et liés entre eux par des ponts en bois. S’il arrivait que l’ennemi se rendît maître de ces quartiers, on n’aurait qu’à rompre les ponts de communication pour empêcher le reste de la ville d’être envahi. Ah ! que ces exécrables blancs viennent assaillir le sanctuaire de Huitzilopochtli, nous les recevrons, et pas un seul ne restera pour porter dans leur pays la nouvelle de leur défaite !
Ils continuèrent leur marche, à travers une rue plus large que toutes celles qu’ils avaient déjà parcourues. De grands et magnifiques édifices attirèrent les regards d’Itzoatl. C’étaient les ménageries impériales.
L’une d’elles consistait en galeries immenses, soutenues par des colonnes de marbre d’une seule pièce. Ces galeries entouraient un vaste jardin semé de groupes d’arbres, et renfermant plusieurs étangs, les uns d’eau salée, les autres d’eau douce, destinés aux oiseaux aquatiques. Puis on y voyait, dans d’immenses volières, toutes les espèces d’oiseaux de l’Anahuac, dont l’ensemble varié offrait un coup d’œil charmant.
— C’est le palais des oiseaux, dit Mitlal à Itzoatl ; rien ne révèle la magnificence et la grandeur de nos souverains comme ces sortes d’établissements. Figure-toi que, dans ce palais, trois cents hommes sont chargés d’avoir soin des oiseaux. Ces charmants volatiles y ont tant d’espace pour prendre leurs ébats, et une nourriture si appropriée à leurs goûts, qu’ils ne semblent pas regretter la liberté dont ils jouissaient dans les bois. Plusieurs hommes, versés dans l’art de guérir leurs maladies, y apportent de prompts remèdes ; divers employés surveillent les œufs pendant l’incubation ; d’autres recueillent, à certaines époques, les plumes dont on se sert pour former ces merveilleux tissus que les étrangers eux-mêmes sont forcés d’admirer. Tout à l’heure, tu contemplais ce bâtiment à structure étrange, qui forme l’angle de cette rue. C’est la loge des animaux féroces. Quand il te sera donné d’y pénétrer, tu y verras des chambres souterraines et profondes, de vastes cours pavées de marbre, et divisées en compartiments, où habitent le lion, le jaguar, le loup, l’aigle, et, en un mot, tous les animaux qu’il est possible de rencontrer. Des viviers, entourés de murailles, renferment le hideux caïman lui-même : des serpents de toutes , couleurs et de toute dimension, y sont gardés dans de larges tonnes. Dans un vaste parc voisin, on entretient des daims, des lièvres, des lapins, et autres animaux paisibles, destinés à servir de nourriture aux bêtes féroces.
Le cacique eût pu ajouter qu’on les nourrissait principalement des entrailles arrachées aux innombrables victimes humaines immolées au démon.
Intarissable lorsqu’il s’agissait de décrire la cité de Moctezoma, Mitlal parla encore à son neveu du grand arsenal de l’empire, des jardins botaniques, et des nombreux ateliers de peintres, de sculpteurs, d’orfèvres, travaillant constamment pour la cour.
Les caciques étaient arrivés sur la grand’place, au centre de laquelle s’élevait le palais du monarque. C’était une réunion de maisons spacieuses, mais basses, toutes bâties en pierre rouge entremêlée de marbre blanc. Vingt portes, gardées par des soldats, donnaient sur la place, et sur les rues aboutissantes. On y remarquait trois vastes cours ornées de fontaines, et de grandes salles de réception ; dans l’une d’elles trois mille personnes se trouvaient à l’aise. Venaient ensuite de longues chambres, les unes aux murs incrustés de pierres polies et brillantes, les autres aux portes et aux lambris de cèdre et de cyprès couverts de sculpture. Autour de la demeure impériale s’élevaient les bâtiments habités par les femmes, les hôtels des grands dignitaires de l’empire, et les logements des officiers subalternes.
Une foule silencieuse couvrait la place du palais ; car personne n’osait élever la voix devant le séjour du souverain. Quoique le jeune empereur Guatemozin16 traitât ses sujets avec bonté, et négligeât les parties du cérémonial qui n’inspirent qu’une crainte servile, l’ombre de Moctezoma faisait encore peser l’ancien despotisme sur le peuple.
Mitlal et son neveu entrèrent enfin dans une immense antichambre, où six cents nobles passaient habituellement la journée en silence, ou ne parlant qu’à voix basse, si la nécessité ou le service de l’empereur l’exigeaient.
Itzoatl fut instruit du cérémonial à observer lors de sa réception. On le revêtit, ainsi que Mitlal, d’un sac de toile, et on leur ordonna de se déchausser ; car les nobles eux-mêmes ne pouvaient se présenter devant l’empereur, sans subir cette étonnante transformation.
Au retour de Mitlal, qui demeura assez longtemps aux pieds du trône, Itzoatl fut admis chez l’empereur. L’enfant s’acquitta du cérémonial prescrit avec une grâce parfaite. Il se prosterna trois fois devant le souverain. A la première révérence, il dit : Seigneur ! à la deuxième, s’approchant davantage, il s’écria : Mon Seigneur ! à la troisième, il s’arrêta non loin du trône, en disant : Très-haut et puissant Seigneur ! Puis il resta dans l’humble attitude d’un esclave, et les yeux baissés : car c’était un crime capital que de lever les yeux sur l’empereur.
Guatemozin considéra quelques instants en silence la douce et franche figure du cacique adolescent, qui, malgré l’humiliation de commande qu’il subissait devant celui qui allait devenir son souverain, et plus tard son ami, ne démentait point la noblesse de son caractère et de sa race.
— Jeune homme, dit enfin l’empereur, nous venons d’apprendre que vous voulez nous servir dans l’ordre du Jaguar. Malgré le défaut d’âge et votre qualité d’étranger, nous vous accordons volontiers ce privilège. Nous voulons même, vu la guerre qui se prépare, abréger en votre faveur le temps d’épreuve, et vous faire initier définitivement vers la fin de la lune prochaine. Allez, et soyez fidèle.
Itzoatl, ainsi congédié, sortit à reculons, sans lever les yeux, et en réitérant les mêmes démonstrations de respect17.
— Viens, dit Mitlal à son neveu, dès qu’ils furent sur la grand’place, ne perdons pas notre temps. Nous irons de ce pas au grand téocalli ; je te présenterai au teoteuctli, et, ce soir même, on procédera à ton initiation. Comme nous n’avons point de parents à Tenochtitlan, cela se fera pendant le repas des jeunes caciques, qui se préparent, comme toi, à recevoir l’ordre du Jaguar, et qui seront tes compagnons. Telle est la volonté de l’empereur. Je t’exhorte au courage, mon jeune ami ; ne t’étonne de rien ; il ne t’arrivera aucun mal sérieux. Du reste, je compte sur toi pour donner une nouvelle preuve du patient courage des Tlascalans.
Les historiens ne nous ont décrit que les cérémonies longues et cruelles, qui servaient d’initiation au grand ordre des Princes ou Técuitles, dont l’empereur lui-même était le Grand-Maître. Il y avait encore trois ordres militaires, institués comme le premier par Moctezoma II. C’étaient les chevaliers de l’Aigle, du Lion, et du Jaguar ou du Tigre. Ils portaient au cou la tête de ces animaux, qui était aussi peinte sur leurs habits. Chaque ordre avait son initiation et ses épreuves, cérémonies sanglantes et absurdes, que nous trouvons dans l’ancien monde chez les nations phéniciennes, ou plutôt cananéennes, qui les importèrent en Grèce, en Etrurie et peut- être même en Egypte18).

V

Depuis plus d’un mois, le jeune Itzoatl vaquait, dans le grand téocalli de Tenochtitlan, aux exercices de pénitence prescrits par les lois de l’empire.
Bâti en 1486, six ans seulement avant la découverte de l’Amérique, ce temple se distinguait de tous les autres téocallis de l’Anahuac, tant par sa destination, que par son immense étendue et sa prodigieuse élévation. Que l’on se figure d’abord une vaste enceinte d’épaisses murailles de huit pieds de haut, surmontées de créneaux en forme de niches, et couvertes de reliefs en pierre, représentant des serpents entrelacés. Au centre de ce carré s’élevait une pyramide exactement orientée, ayant à sa base quatre-vingt-dix-sept mètres de circonférence et trente-sept de hauteur. On y distinguait cinq-étages ou assises. Un large escalier conduisait au sommet de l’édifice, où, sur une vaste plate-forme, se trouvaient deux tourelles, renfermant chacune un autel. Sur l’un se trouvait la statue de Tezcatlipochtla, le premier des dieux après Téotl, cette divinité suprême et invisible, mais à qui l’on ne rendait aucune espèce de culte19. Tezcatlipochtla était le dieu de la pénitence, de la stérilité et du deuil ; les Aztèques s’adressaient à lui pour obtenir le pardon de leurs fautes.
Cette idole était de pierre noire et luisante, et couverte de vêtements de soie ornés de rubans. Elle portait à la lèvre inférieure des anneaux d’or et d’argent, dans lesquels était retenu un petit tuyau de cristal, d’où sortait une plume verte, qu’on remplaçait quelquefois par une bleue. Une tresse de cheveux d’or bruni, lui servait de diadème, et à l’extrémité de cette tresse pendait une oreille d’or, un peu noircie d’une sorte de fumée, qui représentait les prières des pécheurs et des affligés. Au cou de la statue était suspendu un lingot d’or, qui lui couvrait le sein ; ses bras étaient ornés de bracelets d’or. Elle portait dans la main gauche un chasse-mouches de plumes vertes, bleues et jaunes, qui s’échappaient d’une plaque d’or si bien brunie qu’elle faisait l’effet d’un miroir, ce qui signifiait que d’un seul coup d’œil l’idole voyait tout ce qui se passe dans l’univers ; dans la main droite, elle tenait quatre flèches, emblèmes du châtiment dont les pêcheurs étaient menacés.
Dans la tourelle opposée on voyait la statue du dieu de la guerre. Huitzilopochtli était la principale idole des Aztèques, et on l’appelait le tout-puissant seigneur du monde20. Cette statue était de bois, et représentait une forme humaine, assise sur un globe de couleur d’azur, et appuyée sur un brancard, de chaque côté duquel sortait un serpent. Son front était azuré ; une bande de la même couleur, traversant le nez, s’étendait d’une oreille à l’autre ; sa tête était ombragée de grandes plumes à pointes dorées. L’idole portait dans la main gauche une rondache blanche, chargée de cinq pommes de pin disposées en croix, et, an sommet, d’une sorte de cimier d’or placé sur quatre flèches que les Mexicains considéraient comme des présents des dieux ; dans la main droite, elle agitait un serpent couleur d’azur.
Près des tourelles, se trouvait la fameuse pierre des sacrifices. C’était une table ronde et convexe, en pierre verte, offrant l’aspect d’une rosace très-bien sculptée. L’un des côtés de la base était formé d’un bas-relief représentant, selon toute apparence, une victoire que remporte Huitzilopochtli sur un dieu étranger. C’était là que les sacrificateurs immolaient les victimes humaines.
Autour de la pyramide s’élevaient trente-neuf autres tourelles, consacrées chacune à une divinité. Là, on adorait, Quetzalcohuatl, le dieu de l’air ; Centeotl, la déesse de la terre ; Tlaloc, le dieu de l’eau ; Xipe, le dieu de l’or, et d’autres divinités plus ou moins sanguinaires, qui recevaient chacune, à des époques déterminées, leur tribut de sanglantes immolations.
Mais ce qui surtout inspirait l’effroi à quiconque visitait pour la première fois ce téocalli, c’était une sorte de monument bâti avec des crânes et des ossements d’hommes, témoignage évident de la férocité systématique des Aztèques21.
L’empereur et les principaux caciques avaient des oratoires dans l’enceinte du temple, qui renfermait aussi des jardins, des fontaines, les habitations des prêtres, et plusieurs monastères d’hommes et de femmes.
Il n’est nullement nécessaire de rechercher l’origine des Tlamacazquis, ou moines mexicains, soit dans le Bouddhisme, soit dans le Christianisme. Le Bouddhisme était une religion trop pacifique, trop contemplative pour qu’elle pût s’harmoniser avec l’instinct belliqueux et féroce d’un peuple anthropophage. Quant au Christianisme, il n’est pas probable qu’il se soit développé dans l’Anahuac au point d’y établir des monastères. Il faut donc chercher le principe de ce phénomène dans la nature de l’homme. L’idée de se retirer du monde, de mortifier ses passions, de se vouer à la contemplation ou à la pénitence, est aussi ancienne que l’idée de sacrifice, et remonte à la tradition primitive. Cette vérité, je dirais presque ce sentiment, a pu dégénérer, engendrer des erreurs, jamais elle n’a disparu. Parce que, sur plusieurs points du globe, des nations entières sacrifiaient à leurs divinités des victimes humaines, l’idée du sacrifice n’était pas moins vraie et nécessaire. Et pour que cette idée fut complète, il fallait que l’homme comprît qu’il devait à Dieu le sacrifice de lui-même, qu’il était nécessaire, vu l’indifférence des niasses, que quelques individus se fissent les médiateurs entre Dieu et l’humanité, se dévouant pour établir une sorte d’équilibre, et comblant par la surabondance de leurs mérites le vide produit par la négligence de la multitude.
De plus, les hommes comprirent par l’expérience que, pour se livrer avec fruit à l’étude de la sagesse et au culte de la divinité, ils devaient se délivrer du joug des passions, et des soins de la vie. C’est la théorie de Socrate dans le Phédon ; c’était la pratique de Pythagore et des gymnosophistes. En parcourant le globe, nous trouvons, dans l’antiquité comme de nos jours, les Sannyasis dans les Indes ; dans l’Asie centrale et orientale, les Shamans22 et les Bonzes ; en Egypte, dans la Samothrace, et chez les différentes peuplades celtiques, nous trouvons des collèges ou communautés de prêtres ; à Rome et au Pérou des Vestales, et enfin, dans l’Anahuac, les Tlamacazquis.
Qu’on ne se méprenne pas sur le caractère de ces institutions. Elles étaient bien loin de renfermer l’exacte observance de ce que nous appelons les conseils évangéliques. On sait ce qu’étaient et ce que sont encore la chasteté et la pauvreté dans ces sortes de communautés, tandis que l’obéissance ne s’y révèle que comme une basse et servile soumission au despotisme d’un seul. Il suffit d’étudier ces institutions diverses, pour se convaincre que le monachisme païen n’est qu’une monstrueuse contrefaçon de l’idée chrétienne.
La nuit était venue. Itzoatl veillait seul dans un petit temple contigu au palais des sacrificateurs. C’était une rotonde, où aboutissaient plusieurs longs corridors conduisant aux logements des prêtres. Au milieu s’élevait un autel, et sur cet autel une idole représentant le farouche dieu de la guerre.
A des intervalles marqués, le novice devait brûler de l’encens devant l’autel, et se faire dans les bras et les jambes des incisions avec des épines d’agave, afin d’obtenir, par l’effusion de son sang, la bénédiction du dieu pour les armes des Aztèques.
Le jeune homme était triste et pensif ; une vague terreur s’était emparée de son âme. Souvent il plongeait avec inquiétude ses regards dans les ténébreux corridors, peuplés des créations fantastiques de son imagination troublée. La lune, projetant une lueur incertaine sur la figure sinistre de l’idole, la rendait plus hideuse encore. Itzoatl pensa involontairement à la douce image de Jésus, qu’il avait vue et admirée chez les moines espagnols à Tlascala. Il songea avec une indicible émotion à ce Dieu d’amour, mourant pour les hommes ; à ce Dieu si bon, si miséricordieux qu’aimait sa mère, la bonne et sensible Yula ; et son cœur se gonfla, ses yeux se remplirent de larmes. Les sombres dieux de l’Anahuac ne lui apparaissaient plus que comme des démons, sortis de l’enfer pour tourmenter les hommes.
Soudain il entend derrière lui un soupir, et le souffle précipité, entrecoupé d’une respiration qu’on cherche à comprimer.
Tournant la tête avec vivacité, il aperçoit sur le seuil un jeune homme qui le considérait avec attention, et qui, se voyant découvert, cherchait à prendre la fuite.
Itzoatl s’élance, et, saisissant le visiteur nocturne par le bras, il lui dit :
— Qui es-tu ?
Le jeune homme fit un mouvement, et Itzoatl découvrit, sous l’accoutrement d’un tlamacazqui novice, la blanche figure d’un Espagnol.
— Cacique, dit l’étranger à voix basse, ne m’arrête pas ; je t’en conjure, laisse-moi !
— Te laisser ! reprit Itzoatl vivement ; qui es-tu ? que viens-tu faire ici ?
— Eh bien ! si tu veux absolument savoir qui je suis, viens !….
— Je ne puis quitter mon poste…. qui brûlerait l’encens ?
— Tu vois bien, seigneur, que les sacrificateurs ne font jamais la ronde. Cependant., si le sentiment du devoir te retient, je….
— Non, non, je veux te suivre ; allons !
Et l’étranger, prenant le cacique par la main, l’entraîna dans le corridor ; puis il traversa un autre couloir long et étroit, qui aboutissait à une chambre spacieuse, éclairée seulement par une petite lampe suspendue au plafond. Presque sous la lampe était assis, sur des coussins, un homme d’une soixantaine d’années, à l’air vénérable et austère. En observant avec attention son regard terne et immobile, Itzoatl reconnut qu’il était aveugle.
Il paraissait plongé dans une mélancolique rêverie ; en entendant les jeunes gens, il leva la tête, et tourna ses yeux éteints vers l’entrée de l’appartement.
— Alonzo, dit-il, tu n’es pas seul ?
— Non, mon père, un jeune cacique m’accompagne ; il faisait sa veillée dans le téocalli rond, et mon imprudente curiosité m’a trahi : peut-être me faudra-t-il mourir ? Cependant, je ne sais quelle confiance m’inspirait la touchante bonté répandue sur la figure franche et ouverte de ce jeune seigneur ; dans cette perplexité, j’ai voulu vous l’amener, mon père.
— Croirais-tu, s’écria Itzoatl d’un air indigné, que je serais capable de te livrer aux sacrificateurs ?
— Ce ne sont pas là les paroles d’un Aztèque, dit le vieillard ; un Aztèque ne dérobe jamais une victime à ses dieux sanguinaires.
— Vous avez raison, répondit Itzoatl ; je suis Tlascalan, et, comme tel, ennemi de toute espèce de trahison. Je suppose que ce jeune homme adore le Dieu puissant du Tlapallan ; or, ce Dieu est aussi le Dieu de ma mère et de mes trois frères.
— Et tu ne tarderas pas, mon fils, à suivre leur exemple, dit le vieillard ; c’est Motezozomo le topiltzin qui te le dit.
— Eh quoi ? s’écria Itzoatl avec un joyeux transport, c’est à Motezozomo que je parle ? Je vois enfin celui qu’on m’a dit être le plus sage, le plus instruit des sacrificateurs, celui que je brûlais d’interroger sur nos dieux, sur nos origines ?
— Si tu veux m’écouter, mon fils, répondit le topiltzin, j’espère bien apaiser les doutes qui agitent ton cœur. Asseyez-vous là tous deux, mes enfants ; je vous raconterai l’histoire de ma vie ; elle sera pour vous une source d’instructions salutaires.

VI

— Si je veux vous raconter mon histoire, ce n’est pas que je prétende vous entretenir soit de ma jeunesse, soit de ma vie comme sacrificateur ; ces détails ne vous intéresseraient guère, et je veux les oublier moi-même : je désire seulement que vous sachiez comment je naquis à la lumière du ciel. Ce récit est intimement lié à la connaissance des origines de notre nation.
« Il y a trois ans que notre redouté seigneur Moctezoma m’envoya comme ambassadeur à Utatlan23, pour conclure en son nom un traité avec Kiçab-Tanub, roi des Kichés et des Kachiquèles. Deux nobles caciques m’accompagnaient, c’étaient Xochicatl et Cuetzpalitli. Le roi était en ce moment en guerre avec les Zutigiles, guerre héréditaire, qui avait déjà coûté beaucoup de sang à ces contrées malheureuses. Aussi notre mission n1e réussit-elle pas, et bientôt il fallut songer au retour.
» C’est à Utatlan que j’appris l’arrivée des blancs. De vagues rumeurs répandaient partout qu’ils s’étaient emparés des îles Haïti et Cuba, et, je dois vous l’avouer, de sinistres pressentiments m’assaillirent, lorsque je vins à songer qu’un pareil malheur pouvait frapper un jour aussi les nations de l’Anahuac.
» Notre retour ne devait être qu’une série de malheurs. Après avoir pris congé du monarque, au moment de nous mettre en route, nous cherchâmes en vain nos esclaves. Soit qu’ils se fussent enfuis, soit que les serviteurs du roi les retinssent, il nous fut impossible de les retrouver : il ne nous restait donc que l’alternative de porter nous-mêmes nos bagages, ou de les abandonner à Utatlan. Force nous fut de prendre ce dernier parti, et, nous munissant seulement du strict nécessaire, nous reprîmes le chemin de l’Anahuac.
» Aucun de nous ne connaissait le pays ; dès le début de notre voyage nous fîmes fausse route. Au lieu d’entrer dans le Xoconochco, après avoir franchi les frontières, et de continuer ainsi notre marche par le Tzapotecapan, nous prîmes la direction de la mer de l’est, en nous enfonçant dans le pays des Teochiapas. C’est une contrée délicieuse, qui nous rappelait le pays de Tlalocan si souvent décrit par les anciens, séjour fortuné que nos ancêtres ont perdu à cause de leurs offenses multipliées envers Dieu.
» Nous fîmes une halte à Xocotenanco, dont les habitants nous montrèrent des dispositions assez hostiles, et nous nous hâtâmes de partir avant que le soleil ne fût sorti de la grande mer. Xocotenanco fut la dernière ville que nous rencontrâmes sur notre route. Nous marchâmes avec toute la célérité possible durant la majeure partie de la journée ; jugez de ce que nous eûmes à souffrir ! Habitués à ne voyager qu’en litière, et abrités contre les rayons du soleil par de grands éventails de plumes que des esclaves agitaient au-dessus de nos têtes, nous étions réduits à marcher péniblement ; une ardente chaleur nous accablait, et la soif nous faisait horriblement souffrir.
» Vers le déclin du jour, nous entrâmes dans une agréable vallée, où de grands arbres, chargés de beaux fruits dorés, projetaient un ombrage qui invitait au repos. On eût dit que le pied de l’homme n’avait jamais foulé ce sol, si fertile pourtant et si beau ; les arbres étalaient leurs rameaux avec un luxe sans pareil, et fléchissaient sous le poids de leurs fruits. Je remarquai pourtant avec quelque étonnement une absence complète de vie : on n’entendait pas le cri d’un oiseau, pas le bourdonnement d’un insecte.
» Les deux caciques, mes compagnons, s’étendirent chacun sous un arbre, et s’endormirent bientôt. Quoique peut-être aussi fatigué qu’eux, je voulus, avant de me livrer au repos, faire mes dévotions et me tirer du sang en l’honneur de Tlaloc, le dieu des montagnes, afin d’obtenir pour moi et pour mes compagnons un heureux retour. Je me dirigeai donc vers une caverne que j’avais aperçue à l’entrée du vallon, et après une heure de prières et de macérations, je repris le chemin du massif d’arbres où j’avais laissé les caciques, afin de me reposer auprès d’eux.
» Mais comment vous dépeindre l’effroi dont je fus saisi en voyant mes malheureux amis se débattre sous les étreintes de la mort ! En proie à des convulsions terribles, ils se roulaient sur le sable ; leur figure était devenue noire ; leurs yeux, injectés de sang, roulaient d’une manière effrayante dans leurs orbites : je vis expirer mes chers compagnons de route, et je restai seul dans ces vastes déserts.
» Quel était donc ce mystère ? À quelle cause attribuer une mort si subite, et si terrible ? Pendant que je demeurais là, contemplant ces hideux cadavres, je commençai moi-même à ressentir des douleurs de tète, des crispations et des tiraillements dans les yeux. Alors seulement, je me rappelai avoir entendu raconter, que, dans le pays où j’étais en ce moment, croissaient des arbres dont l’ombre seule donnait la mort à quiconque osait s’abriter sous leur ombrage24. Ne pouvant songer à rendre les derniers devoirs à mes infortunés collègues sans m’exposer moi-même, il ne me restait pour le moment d’autre parti à prendre que de me retirer dans ma caverne, où je passai la nuit à gémir, et à pleurer ceux que la mort m’avait ravis si inopinément sous un ciel étranger.
» Ma position était affreuse. Malade et sans forces, la tête me brûlait. Durant toute la nuit, j’entendis autour de ma retraite les hurlements des tigres et des jaguars ; je n’avais pourtant rien à craindre, car l’instinct de ces bêtes féroces les tenait éloignées de cette vallée de désolation, où l’on ne respirait que la mort.
» Vers le matin, accablé par la lassitude et la tristesse, je parvins à m’assoupir. Il était grand jour quand je m’éveillai.
» Pour sortir au plus tôt de cette vallée, je voulus tourner la montagne dans le creux de laquelle j’avais passé la nuit. Parvenu à un plateau assez élevé, je vis avec frayeur que j’étais environné de toutes parts d’une épaisse forêt. Le désespoir me donna des forces : j’étais résolu de tout braver, et je m’enfonçai hardiment dans les bois, espérant du moins y être à l’abri des rayons du soleil.
» La nature s’y montrait dans toute sa vigueur primitive. Les bêtes fauves passaient près de moi sans étonnement et sans fureur, et les oiseaux au brillant plumage, depuis le quetzal jusqu’au huitzililin, folâtraient autour de ma tête comme pour célébrer, parleurs chants variés, ma bienvenue dans leur majestueux domaine. On eût dit que le Créateur y avait semé à pleines mains les richesses du règne végétal. J’y admirai de grands palmiers en éventail, des sassafras, des chênes, des liquidambars, des platanes, entremêlés de liserons, de lianes et d’innombrables touffes de fougères. Cette vue imposante fit diversion à ma tristesse ; mes maux de tête diminuèrent, et mes yeux, si douloureusement affectés, se reposèrent avec délices sur la belle verdure qui m’environnait.
» Depuis longtemps déjà je me frayais un chemin à travers les broussailles, lorsque tout à coup je découvris, au milieu d’un épais fourré, une statue d’une dimension extraordinaire, et à moitié enfouie dans le sol. Le personnage quelle représentait, ne ressemblait à aucune race d’hommes que je connusse. Il portait une coiffure très-élevée ; son cou était entourée d’un collier à gros grains ; sa main droite serrait contre la poitrine une sorte d’instrument, tandis que la gauche reposait sur quelque chose que je ne pouvais distinguer. Je crus que c’était l’image d’un dieu, et, dans mon aveuglement, je lui adressai une prière pour obtenir mon prompt retour dans la patrie.
» A mesure que j’avançais, mon étonnement redoubla. Partout j’apercevais des ruines de téocallis, de palais, de maisons ; çà et là, sur le sable et entre les buissons, gisaient des tronçons de statues, des restes de sculptures, d’énormes blocs de pierre chargés de peintures sacrées.
» En avançant, j’entrevis, à travers la futaie, un édifice dont l’ensemble grandiose me plongea dans une sorte de stupeur. C’était une montagne faite de main d’homme, qui, sans nul doute, avait été revêtue jadis de pierres polies, et de vastes degrés, car j’en voyais encore les vestiges. Sur le sommet s’élevait un palais ou un téocalli, dont l’enceinte extérieure était percée de quatorze portes très-larges. Du centre s’élançait une haute tour. Les piliers et les frontons étaient chargés de sculptures, représentant des dieux ou des rois, aux proportions gigantesques. Je ne pouvais m’imaginer quel peuple avait fourni les types de ces figures étranges. Leur nez, excessivement long, était légèrement recourbé, et leur front déprimé fuyait en arrière. Elles me semblaient richement vêtues ; je crus pourtant reconnaître, dans leur accoutrement, des peaux d’animaux féroces. Ce magnifique édifice tombait en ruine ; la mousse couvrait ses parois dégarnies, et de tous côtés, entre les fissures des pierres, sortaient des buissons d’une végétation luxuriante25.
» Rien ne saurait dépeindre ce que j’éprouvais en ce moment. Au sein d’une vaste solitude, au milieu du calme imposant de la nature, je contemplais les œuvres de l’homme, et l’homme n’était pas là pour les animer. Je voulus faire un détour et arriver au pied du monument, afin de pouvoir l’examiner à mon aise, lorsque, dans un bosquet de platanes, je découvris une petite habitation construite en pierres rouges, et presque entièrement conservée. Sur le seuil de la porte était assis un vénérable vieillard, qui me sembla bien près d’achever le voyage de la vie. Sur ses genoux était déroulée une longue feuille de tissu d’agave chargée de peintures, qu’il semblait examiner avec une respectueuse attention26.
» L’aspect de ce vieillard m’inspirait un sentiment de vénération mêlé d’une vague terreur, car son visage m’offrait le type vivant des figures humaines si étrangement conformées, et que je venais de contempler dans les statues et les sculptures du monument. A droite de sa demeure s’élevait, sur un tertre, le signe sacré de la religion des blancs, signe qu’à cette époque je ne connaissais pas encore.
» A mon approche, le vieillard leva la tête, et m’ayant considéré un instant, il me dit en langue tzendale et avec un affectueux sourire :
» — Que la paix du Dieu du ciel soit avec vous ! » Puis, il se leva à l’aide de son bâton, et me fit un profond salut.
» — Sage vieillard, lui dis-je, étranger dans ce pays, je me suis égaré au milieu des forêts, et mes compagnons ont péri…. J’appartiens à la nation des Aztèques, et je suis revêtu de la dignité et des fonctions de topiltzin. Mon maître, le grand Moctezoma qui règne sur l’Anahuac, m’a envoyé comme ambassadeur au puissant Kiçab-Tanub, le souverain d’Utatlan.
» Pendant que je parlais, le front du vieillard se rembrunit.
» — A la vue de vos insignes, reprit-il, j’avais soupçonné votre qualité de sacrificateur ; mais n’importe, entrez dans ma demeure : vous êtes fatigué, il faut réparer vos forces, avant de vous remettre en route.
» Cette bienveillante invitation fut cordialement acceptée, et j’entrai dans la maison, qui, sous le rapport de l’ameublement, ressemblait assez à nos demeures de Tenochtitlan. Bientôt mon hôte posa devant moi du pain de manioc, des dattes, et un vase contenant une boisson rafraîchissante.
» — Voilà, dit-il, tout ce que je puis vous offrir pour le moment. Mon serviteur, et mon cher Alonzo sont partis depuis ce matin pour la pêche, dans le Micol ou le Talija ; je n’ose pas les envoyer à la chasse : il y a trop de bêtes féroces dans la forêt.
» J’assurai le vieillard que j’étais parfaitement content de ce qu’il m’offrait, et, ayant réparé un peu mes forces, je lui adressai de nouveau la parole.
» — Oserai-je demander le nom du seigneur qui m’accorde une si cordiale hospitalité ? » — Je suis le dernier des Tchânes, race souveraine et sacerdotale, qui va bientôt s’éteindre et disparaître dans l’éternité. Mon peuple existe encore ; les restes infortunés de la puissante nation, qui bâtit la cité dont vous voyez les ruines, subsisteront pour accomplir leur destinée, selon qu’il est prédit dans les fastes sacrés : Et il sera le serviteur des serviteurs de ses frères27. Mais la famille des Cuculchans s’en va ; les fils de Uotan disparaîtront de la terre ; car je m’appelle aussi Uotan, comme le premier de ma race ; et, vous le voyez, tel qu’une liane desséchée, je suis penché sur le bord de la tombe. Cependant je renaîtrai à une vie nouvelle, à une vie sans fin, et je goûterai un bonheur sans mélange dans le sein du Dieu que j’ai appris à connaître.
» Je ne compris presque rien à ce discours, mais les paroles du vieillard pénétrèrent jusqu’au fond de mon cœur, et s’il ne m’avait pas dit qu’il était mortel, j’eusse été tenté de le prendre pour un dieu. Pénétré de respect, je n’osai plus l’interroger. Il s’aperçut de mon embarras.
» — Je vois, continua-t-il que mon langage vous étonne ; vous ne pouvez me comprendre, parce que vous êtes topiltzin, et sacrifiez des victimes humaines à des dieux qui ne sont pas.
« Un jour le désir me prit de visiter le premier établissement que fonda notre nation, lorsqu’elle arriva d’au-delà de la grande mer. J’appareillai mon canot, et fis voile vers les îles Caraïbes. En abordant à Haïti, je vis des hommes blancs et barbus venus de l’Orient pour asservir le monde. Ils prirent mon canot, et me vendirent comme esclave. Le maître qui m’acheta, Alonzo Molina, était bon ; il eut pitié de mon grand âge, et me traita en frère. Je tombai malade ; il me soigna comme l’eût pu faire une mère ou une tendre épouse. Et. quand je lui demandai pourquoi il agissait ainsi avec moi, il me répondit que son Dieu lui ordonnait d’aimer tous les hommes, et de leur faire du bien. Je me pris à aimer ce bon maître, et son Dieu qui le rendait si bon.
» Souvent je voyais, dans notre hutte, un sacrificateur blanc, qui me parlait de son Dieu et du Fils de ce Dieu, qui devint homme comme nous, et qui expira sur un instrument de supplice, afin de frayer à tous les hommes le chemin d’un bonheur sans fin ; et ce sacrificateur ajoutait que, moi aussi, je pouvais avoir part à ce bonheur.
» Ce prêtre m’instruisit ; il m’aida même à peindre une partie de l’histoire de sa religion, histoire qui, en plusieurs endroits, me rappelait celle de nos origines. Je fus lavé et purifié de mes fautes dans l’eau sacrée, et je reçus le nom d’Alonzo, celui que portait mon maître, qui m’affranchit aussitôt après mon initiation.
» Une nuit, le village que nous habitions fut envahi par une tribu de Caraïbes. A la tête de quelques esclaves, mon maître se porta à leur rencontre ; mais ceux-ci le trahirent, et il fut massacré. Sa femme s’était enfuie dès le commencement du tumulte. Je saisis dans mes bras le petit Alonzo, le fils de mon maître, et, profitant de l’obscurité, je courus vers le rivage. Je me jetai dans un canot, et, le jour suivant, nous débarquâmes dans la crique d’Ahualalco.
» Je retournai dans ma tribu, mais comprenant bientôt que je ne pourrais m’v fixer, à cause de ma nouvelle religion, et de la présence du petit Alonzo, je résolus de m’enfoncer dans la solitude, afin d’y servir Dieu en toute liberté, et de me préparer au voyage de l’éternité. Ce fut alors que, suivi d’un de mes esclaves, qui devint mon ami en embrassant ma religion, j’arrivai, avec mon Alonzo, dans cette forêt, où je m’établis parmi ces ruines. »
» Le vieillard cessa de parler.
» L’histoire qu’il venait de me raconter me causa la plus vive surprise. Elle me révélait une religion que je ne connaissais pas, et dont je n’avais jamais ouï parler. Je brûlais d’en savoir davantage, et j’étais sur le point de demander des explications, lorsque j’en fus empêché par l’arrivée de deux personnes, qui, chargées de poissons et d’instruments de pêche, entraient dans la maison. C’étaient Teman, le compagnon de Uotan, et le fils d’Alonzo Molina.
» Ce fut alors que je te vis pour la première fois, mon enfant, toi qui fais la consolation de ma solitude, et à qui j’eus le bonheur de sauver la vie.
» Et le sacrificateur aveugle chercha la main du jeune Espagnol pour la presser dans la sienne.
Puis il continua son récit.
— Cédant aux pressantes sollicitations du vieillard, je m’étendis sur une natte dans un coin de la hutte, attendant que le sommeil vînt visiter mes paupières fatiguées et malades. Sur ces entrefaites, Uotan, Alonzo et Teman quittèrent la salle, et allèrent se prosterner devant le signe sacré du bonheur éternel, pour y faire leurs prières.
« Le lendemain, j’étais dangereusement malade ; le poison que j’avais respiré dans la vallée de la mort, me brûlait les entrailles ; il me causa une fièvre, qui me retint durant plusieurs lunes sur ma couche. Pendant tout ce temps, je fus soigné avec un amour, une sollicitude que je ne pouvais m’expliquer. Tant que dura ma convalescence, le sage Uotan me parlait tous les jours du bonheur éternel, dont il espérait jouir bientôt. Il me raconta l’histoire de son Dieu Jésus, et m’expliqua les peintures sacrées qu’il avait empruntées aux sacrificateurs du Tlapallan.
» Bientôt, je fus convaincu de la vanité et du néant de mes idoles sanguinaires ; je reconnus la divinité de la religion des blancs. Dès que je pus quitter la hutte, Uotan m’initia à sa croyance, et, au nom du Dieu un en trois personnes, il me lava de mes crimes dans les eaux du Micol, qui roulait ses flots entre les ruines, non loin de sa demeure.
» J’avais l’intention de demeurer désormais dans la forêt de Chiapas, et de consacrer mes jours au service de Dieu. D’ailleurs, me disais-je, qu’irais-je faire à Tenochtitlan ? Et Moctezoma, comment me recevrait-il ?
» Je communiquai mon dessein, et mes réflexions au sage Uotan.
» — Mon frère, me dit-il, vous ne pouvez fixer ici votre séjour. Teman vous conduira jusqu’aux frontières de votre pays. Un secret pressentiment me dit que vous serez l’instrument d’un grand bien ; sinon, sachez mourir pour votre Dieu. Venez, suivez- moi ; puisque vous êtes à la veille de partir, je veux vous révéler le mystère de nos origines, et vous montrer des choses qui vous raviront d’étonnement et d’admiration.
» Le vieillard prit son bâton, et s’engagea dans un sentier conduisant à un monument, que je n’avais pas encore visité.
» Ma curiosité fut excitée au plus haut degré, et je m’empressai de suivre celui qui était devenu mon guide dans la vie de l’âme, et dans la sagesse duquel j’avais une entière confiance.
» Motezozomo fut subitement interrompu par le retentissement de coups redoublés sur une plaque de métal. C’était le signal qui appelait les tlamacazquis et les novices au sacrifice du matin.
A ce bruit, Itzoatl se leva précipitamment.
— Seigneur, dit-il à Motezozomo, je reviendrai le plus tôt possible. Et toi, Alonzo, tu seras mon frère !
Et sans attendre une réponse, le jeune cacique s’élança, avec la légèreté d’un chevreuil, dans le corridor qui conduisait à la rotonde.

VII

Tenochtitlan ôtait plongé dans les alarmes. Un mois s’était écoulé ; Cortez l’avait employé à pousser les travaux du siège avec le zèle et l’énergie qui faisaient le fond de son caractère. Après avoir soumis toutes les peuplades d’alentour, et les avoir forcées de grossir son armée, sous le prétexte de se venger elles-mêmes de la longue tyrannie des Aztèques, il se rendit à Tezcuco, où il établit son quartier général. Il se,trouvait ainsi à portée de surveiller l’armement de la flottille, qui devait attaquer la ville du côté du lac.
Non loin de Tlascala, dans les ravins cachés par de hautes montagnes, le chef espagnol avait fait préparer tous les matériaux nécessaires à la construction de treize brigantins, tandis que huit mille Acolhues creusaient, par ses ordres, depuis Tezcuco jusqu’au grand lac, un canal de douze pieds de profondeur et de deux mille de longueur, pour le transport de la flottille.
Les matériaux étant prêts, le général donna l’ordre de les transporter à Tezcuco. Huit mille Tlascalans se chargèrent de bois équarris, de mâts, de cordages, de câbles, de voiles, d’ancres, de munitions et de vivres. Lejeune Sandoval dirigeait ce convoi extraordinaire, qui s’étendait sur un espace de six milles. Précédé d’une forte avant-garde, il était protégé sur les flancs par de nombreux détachements disposés en éclaireurs. Trente mille Tlascalans le suivaient sous le commandement de Xicotencatl.
C’était le 28 avril 1521. Castillans et Indiens se rangèrent en bataille sur les bords du canal, car les brigantins allaient être mis à flots. Cortez voulut faire cette cérémonie avec une grande pompe. Une messe solennelle fut célébrée par le père Olmedo, et tous les chrétiens présents reçurent la sainte communion. Puis le vénérable religieux, encore revêtu des ornements sacerdotaux, s’avança, bénit les brigantins, et imposa un nom à chacun deux, pendant qu’ils défilaient devant lui et entraient dans les eaux du canal.
Quand on vit la flottille entière voguer vers le lac, l’espoir d’un triomphe certain entra dans tous les cœurs. Le Te Deum fut chanté au bruit du canon et des acclamations d’une population immense, accourue de toutes parts, pour voir la cérémonie, et admirer le génie des Européens.
Cortez avait raison d’espérer : jamais son armée n’avait été si bien organisée, si nombreuse. Grâce aux renforts qu’il avait obtenus, il se voyait à la tête de huit cents fantassins et de quatre-vingt-six cavaliers espagnols. Il possédait trois grandes pièces de siège en fer, et quinze petites pièces de campagne en bronze : les boulets, les balles et la poudre ne lui manquaient pas. Composée de Tlascalans, de Cholulans, d’Otomites, de Tezcucans, d’Acolhues et d’une foule d’autres tribus, toutes également impatientes de secouer le joug séculaire des Aztèques, l’armée des alliés indiens pouvait être évaluée à cent mille hommes.
Avant de commencer l’attaque, Cortez fit réduire par ses capitaines les villes voisines qui défendaient les approches de la capitale. Xaltocan, située au milieu des eaux, tomba d’abord au pouvoir des alliés ; Tlacopan et Xochimilco subirent le même sort. La prise de la ville forte de Quauhnahuac acheva de ruiner les espérances des habitants de Tenochtitlan.
On fit aux Mexicains, pendant plus de trois semaines, une véritable guerre de partisans. Alvarado, Olid et Sandoval occupaient les trois chaussées conduisant à la capitale. Cortez s’étant réservé le commandement de l’escadre, investit Tenochlitlan du côté du lac, et empêcha toute communication entre elle et les villes voisines.
Pour mettre le comble à la détresse des assiégés, le général fit couper les aqueducs, qui conduisaient dans la grande ville la seule eau douce quelle pût se procurer.
Ce n’était pourtant pas chose facile que de prendre la capitale de l’Anahuac. Bien quelle ne fût pas fortifiée comme nos villes d’Europe, elle tirait un grand avantage de sa position au milieu des eaux, de ses maisons en terrasses qui pouvaient devenir autant de citadelles, et surtout de l’énergique désespoir de son immense population.
Guatemozin, voyant l’imminence du danger, s’était affranchi de la fastueuse étiquette introduite par Moctezoma. Il avait pris les armes, et visitait lui-même, chaque jour, les points de la ville qui lui semblaient le plus menacés. Tous les Mexicains se pressaient, avec un dévouement digne des plus grands éloges, autour de leur jeune empereur, et juraient de vaincre ou de s’ensevelir sous les ruines de la cité.
Mitlal se distinguait par son activité et son courage. Il avait été chargé de fortifier le grand téocalli, qui, étant le point de réunion des différents quartiers, devait être le centre des opérations de la défense. Tous les tlamacazquis avaient pris les armes. Avec les caciques novices des trois ordres, qui allaient fournir les preuves de leur courage, ils formaient une assez forte garnison, disposée à défendre valeureusement le temple transformé en citadelle.
Itzoatl était en proie à une cruelle perplexité. En vouant son bras à la défense de l’empire aztèque, il n’avait pas prévu qu’il lui faudrait combattre secs compatriotes. Et puis, son âme était déjà à moitié chrétienne. Il avait d’abord cru pouvoir se raidir contre les puissantes insinuations de la grâce ; mais le souvenir de tout ce qu’il avait vu et entendu l’obsédait sans cesse, et l’aspect continuel de la muraille de crânes qui se trouvait dans la cour du temple, contribuait à nourrir l’aversion qu’il ressentait déjà pour l’affreuse religion de Tenochtitlan28.
Cependant Mitlal parvint à dissiper, pour le moment, les doutes de son neveu. Il lui fît comprendre qu’ayant donné sa parole à l’empereur, il était obligé de la tenir ; que les Tlascalans étaient des aveugles, courant à leur perte, et se forgeant des chaînes ; qu’il ne devait pas craindre de rencontrer son père dans la mêlée, car Xolotl n’avait pas quitté Tlascala, où il s’occupait activement à préparer les esprits à un revirement si les Espagnols éprouvaient un échec.
Fatigué de ces escarmouches si souvent répétées sans succès décisif, et désirant conserver Mexico intact, Cortez ordonna une attaque générale. Tous les jeunes officiers applaudirent à cette mesure, mais elle n’obtint pas l’assentiment des vieux guerriers, dont la prudence égalait le courage, et qui croyaient que le seul moyen de prendre Tenochtitlan, c’était de la détruire au fur et à mesure qu’on avançait, après avoir affamé et décimé les habitants. Mais l’avis du général prévalut.
Cortez divisa l’armée en trois corps. Celui d’Alderete, le trésorier, se composait de soixante Espagnols, dont huit cavaliers, et de vingt mille Acolhues. Ce corps était chargé d’abattre les maisons, et de combler les fossés. Alvarado avait sous ses ordres quatre-vingts Espagnols, douze mille Indiens et deux pièces de canon. Cortez, avec cent Espagnols et huit mille Tezcucans, commandés par Ixtlilxochitl, devait s’avancer par la rue principale, qui aboutissait directement au grand téocalli. La flottile [sic] croisait sur le lac.
La colonne commandée par Cortez s’avança au pas de course. Rien ne lui résistait. Les Aztèques furent culbutés, et précipités dans les flots. Bientôt, ils commencèrent à se replier vers le centre de la ville, et Cortez, les voyant fuir, pressa la poursuite avec tant de vigueur, qu’ayant passé l’endroit le plus fangeux et le plus étroit de la chausée [sic, il entra sans difficulté dans un quartier de la ville tenant à la grande place. Mais ici les choses changèrent de face. Du sommet d’un téocalli, on entendit les sons éclatants de la trompette sacrée. C’était Guatemozin lui-même qui donnait le signal. Les Aztèques, qui n’avaient pris la fuite que pour attirer les Castillans dans une embuscade se retournèrent subitement, et opposèrent une résistance si désespérée, une tactique et des efforts si bien combinés, que le général fut refoulé jusque sur la digue.
On eût dit que les revers de la noche triste allaient se renouveler. Des canots, chargés d’hommes et tenus cachés par des palissades, s’avancèrent à force de rames, et bordèrent les deux côtés de la chaussée, lançant sur les Espagnols une nuée de flèches.
Le désordre se mit dans les rangs de Cortez ; bientôt la déroute fut complète. Mais le général tenait toujours tête à l’ennemi ; il tacha de rallier les siens, sans parvenir à se faire écouter. Son obstination à tenir ferme faillit lui coûter la vie. Pendant qu’il exhortait les Castillans à reformer leurs rangs, il fut saisi au corps par six caciques ennemis, qui voulaient le prendre vivant, afin d’épuiser sur lui, devant l’autel de leur dieu, tous les raffinements de leur vengeance.
Le péril était extrême. Percé de mille flèches, le coursier de Cortez s’abattit sous lui ; il allait être précipité dans un canot, et transporté à Tenochtitlan, lorsque le fidèle Christoval de Guzman accourut, suivi de deux autres braves. Ils chargèrent vigoureusement les caciques, et les forcèrent de lâcher prise, tandis que Guzman donna son cheval à Cortez, qui parvint ainsi à s’échapper. Les deux braves qui s’étaient dévoués pour leur chef, trouvèrent la mort dans ce combat ; Guzman fut pris vivant et réservé pour le sacrifice.
Alderete, de son côté, avait commis une faute qui faillit causer la destruction entière du corps d’armée commandé par Cortez. S’étant avancé jusqu’à Tlatelolco, il avait abandonné la garde d’un pont, sans prendre soin de combler le fossé.
Cortez et ses troupes, qui se hâtaient de regagner le camp, se virent tout à coup arrêtés par cet obstacle imprévu ; car les ennemis avaient coupé le pont. Ixtlilxochitl, et ses Tezcucans avaient passé le canal à la nage. Mais les Castillans, pesamment armés, et ayant des chevaux avec eux, semblaient devoir périr dans l’eau bourbeuse, sous les coups des ennemis, libres de tous leurs mouvements. Dans ce moment critique, le général conserva toute sa présence d’esprit. Calme, et sans paraître redouter d’autre péril que celui qui menaçait les siens, il fit passer ses troupes devant lui, et s’élança à leur suite dans le fossé. Il fut serré de près par Mitlal, qui commandait la colonne ennemie. Le cacique l’avait déjà atteint, et il allait lui couper la tête, lorsque survint le fidèle Ixtlilxochitl, qui, d’un seul coup de hache, fendit le crâne du transfuge tlascalan. Mais au moment où le prince de Tezcuco sauvait la vie du grand capitaine, il fut atteint au-dessus de l’oreille gauche d’une pierre qui le blessa grièvement. Sans s’émouvoir, l’héroïque indien appliqua sur la plaie un peu de terre détrempée, puis, jetant au loin son armure, il ne garda que son bouclier et sa massue, et retourna au combat, comme pour couvrir la retraite de Cortez.
Voyant un cacique se détacher de la foule des combattants pour venir l’attaquer, le prince courut à lui, et d’un coup de massue il brisa le crâne de son ennemi. Déjà il se préparait à fouler aux pieds ce cadavre, lorsqu’une flèche lui traversa le bras droit. Cette nouvelle blessure ne l*fit qu’augmenter sa rage, et, répondant au défi d’un autre cacique, qu’il avait connu jadis à la cour, il s’élança à sa rencontre et l’étendit mort à ses pieds.
Alors, il se sentit incapable de résister à la douleur que lui causait sa blessure, et, faisant un grand effort de courage, il arracha la flèche restée dans la plaie. Ses indiens le pansèrent et appliquèrent des simples sur la blessure ; il put ainsi rejoindre Cortex, et tous deux, vigoureusement poursuivis, ne purent rentrer au camp qu’à travers mille obstacles.
Les autres divisions de l’armée n’avaient pas moins souffert. Le trésorier Alderete, tomba dans une embuscade, et perdit beaucoup de monde. Il eut la douleur de se voir enlever l’étendard royal ; quarante Espagnols furent faits prisonniers et réservés par les Mexicains pour être sacrifiés aux dieux.
Le corps d’armée commandé par Alvarado n’eut pas un meilleur sort. Voulant lui faire connaître les succès qu’il venait d’obtenir, l’ennemi jeta dans ses rangs les têtes de quelques Espagnols et leur cria que le même sort les attendait.
A cette vue, les Indiens alliés prirent la fuite, et les Espagnols, se virent bientôt forcés de suivre le torrent des fuyards.
Lorsque l’armée fut rentrée dans ses retranchements, le capitaine Sandoval se rendit auprès de Cortez.
— Mon fils, lui dit le général, les larmes aux yeux, mes nombreux péchés nous ont attiré ce désastre ; je n’étais pas digne de prendre Mexico. Ah ! pourquoi Alderete a-t-il négligé d’exécuter mes ordres, en ne comblant pas les fossés à mesure que nous avançions ?
Alderete ayant eu connaissance de ces paroles, s’écria que jamais Cortez ne lui avait donné pareil ordre, et l’accusa d’avoir manqué de prudence.
Les officiers s’interposèrent, et la nécessité d’une union cordiale dans des conjectures si périlleuses mit promptement fin à toute récrimation [sic].
Cette journée fut extrêmement fatale aux conquérants. Soixante Espagnols furent pris ou tués, mille alliés restèrent sur le champ de bataille, on perdit des chevaux, des canots, des armes et une pièce de canon. Aussi cette défaite releva le courage des Aztèques et ralentit l’ardeur des troupes de Cortez, surtout celle des Indiens alliés.

VIII

Pendant la nuit qui suivit ce jour de combats et de fatigues, il n’y eut point de service régulier au grand téocalli. Presque tous les aspirants aux trois ordres avaient suivi Mitlal. Plusieurs d’entre eux avaient péri ; d’autres étaient blessés ; tout le monde était avide de repos. Seuls, quelques téopixquis veillaient, et s’occupaient de tout préparer pour le sacrifice du lendemain.
Mais Itzoatl ne songeait point au repos. Il avait passé la journée à son poste, sur la plate-forme de la pyramide ; de cette hauteur, il dominait et les lacs et les campagnes voisines ; il put ainsi suivre tous les détails de la scène de carnage, qui se passait dans les rues de Tenochtitlan, et sur les digues.
Bien des réflexions amères vinrent l’assaillir, plus d’une larme mouilla sa paupière, quand il vit la déroute des braves Tlascalans et la mort fatale de son oncle. Ses doutes sur la religion de ses pères allaient toujours en croissant, et le plongeaient dans une pénible anxiété. Aussi brûlait-il du désir de se rendre au plus vite auprès du topiltzin aveugle, et d’entendre le reste de son histoire.
Dès que la nuit fut venue, au lieu d’aller prendre du repos, il se dirigea vers la chambre où veillaient et priaient Motezozomo et Alonzo.
— Seigneur, dit-il en entrant, vous savez déjà la nouvelle ? Nous sommes vainqueurs ; mais le triomphe nous a coûté bien cher !
— Mon fils, répondit le prêtre, Tenochtitlan ne jouira pas longtemps de sa victoire. Son heure a sonné ; la vengeance du ciel éclatera bientôt, et le châtiment sera terrible.
— Vous me rappelez les prédictions et les funestes présages dont parlait ma mère. Peut-être sont-ils connus de vous, qui savez tant de choses ?
— Je ne les ignore pas, mon fils, mais ce n’est pas là la cause de mes craintes. Par ses abominables sacrifices Tenochtitlan a multiplié ses offenses envers Dieu ; elle a aigri, exaspéré tous les peuples d’alentour par sa tyrannie, et ils se sont lassés d’une longue oppression. Une poignée d’hommes blancs, armés de la foudre, s’obstine, malgré des pertes considérables, à vouloir soumettre les Aztèques. Ils ont déjà dompté des états puissants, et toutes les nations de l’Anahuac se liguent avec eux contre nous, comme contre un ennemi commun. Nous succomberons.
La volonté de Dieu soit faite ! Je connais sa bonté, j’en ai l’expérience. Mais sous peu je ressentirai les redoutables effets de sa justice, car je dois expier le sang innocent que j’ai répandu sur les autels des faux dieux !…. Laissons-là ces tristes pensées. Peut-être nous voyons-nous aujourd’hui pour la dernière fois ?….
— De grâce, interrompit Itzoatl, daignez achever le récit qui m’intéressait tant…. Peut-être le Dieu de ma mère deviendra-t-il bientôt le mien ?….
Motezozomo commença en ces termes :
— Nous suivîmes donc en silence le sage vieillard, qui nous précédait avec une vigueur étonnante pour son âge. Nous franchîmes le paisible ruisseau, dont les eaux alimentaient jadis le grand aqueduc construit près du palais, et nous arrivâmes au pied d’une montagne faite de main d’homme, et s’élevant en pente douce. Uotan, s’appuyant sur son bâton, gravit l’éminence ; il s’arrêtait de temps en temps pour se reposer. Nous montâmes à sa suite. Arrivés sur l’esplanade qui s’étend au sommet, nous nous trouvâmes devant un autre édifice dont l’ascension était plus difficile. L’escalier était dégradé par l’intempérie des saisons, et mille végétaux divers y croissaient à travers les pierres disjointes. Là nous aperçûmes, sous l’épais ombrage des arbres séculaires, un téocalli, qui avait dû être jadis un bâtiment splendide et vraiment royal29.
« Uotan se reposa quelques instants sur un amas de décombres, tandis que je contemplais avec admiration ce vieillard antique accomplissant, malgré son grand âge, ce qui eût paru pénible même à un jeune homme. J’étais extrêmement fatigué.
» Bientôt mon hôte vénérable se leva, et nous fit signe de le suivre plus loin.
» Après avoir parcouru un long corridor, nous entrâmes dans une salle très-spacieuse ; un spectacle inattendu vint frapper mes yeux. Sur la muraille faisant face à la porte était sculptée l’image gigantesque de l’instrument de supplice, sur lequel mourut le Dieu de Tlapallan, notre bon Sauveur Jésus. L’image était surmontée d’un quetzal, emblème de la divinité chez les anciens peuples de Na-Chan. Quatre figures d’hommes, deux de chaque côté, considéraient le monument avec vénération. L’un de ces personnages, plus grand que les autres, offrait sur ses bras élevés quelque chose qui me parut être un enfant nouveau-né. L’autre était dans l’attitude de l’admiration. Les deux derniers étaient placés aux extrémités du groupe ; l’un représentait un homme âgé, tenant dans ses deux mains une sorte d’instrument de musique ; le dernier personnage, d’une physionomie grave et majestueuse, exprimait l’étonnement et la joie.
» Ayant examiné ce précieux monument avec tout l’intérêt qu’il méritait, je regardai Uotan comme pour l’inviter à m’expliquer cette merveille. Il me comprit. »
— Vous êtes étonné, me dit-il, de trouver au sein de ces forêts, et au milieu de ces ruines ignorées, le signe du salut de la religion de Jésus ? Je vais tâcher de satisfaire votre légitime curiosité ; mais un moment de patience.
» Et levant une dalle, il tira d’une espèce de coffre un gros rouleau de tissu d’agave chargé de peintures.
» — Voici, reprit-il, les annales de ma nation : c’est l’histoire des temps passés ; j’en suis le gardien, et je les conserve au pied du monument qui me rappelle le Dieu, mon Sauveur. Suivez-moi maintenant ; nous irons nous asseoir sur la terrasse, à l’ombre des fougères, et je vous expliquerai ce que ce rouleau contient30.
» A peine fûmes-nous assis que le vieillard commença en ces termes : »
— Vous savez que nos pères vinrent tous de la région où le soleil se lève, et où le genre humain tout entier prit naissance. Après la grande inondation, qui fit périr tous les hommes, à l’exception de huit personnes, la postérité de Noah s’étant multipliée, beaucoup d’entre eux se transportèrent à Tulanzu31, pour y bâtir un monument semblable au téocalli de Cholollan. Mais Dieu s’irrita de leur audace : il foudroya l’édifice, et dispersa les hommes sur toute la terre, après avoir donné à chaque famille un langage et un nom particuliers.
» Plusieurs familles de la race de Cham32 se mirent à la recherche de terres fertiles. Or, Dieu les conduisait. Ils s’avancèrent ainsi le long d’une mer dont le nom m’est inconnu33, se construisirent des canots, et abordèrent enfin dans ces contrées occidentales.
» Beaucoup de lunes après, de grandes guerres désolèrent les pays de l’Orient. Les Tchànes, que l’on appellait aussi Chivim, furent chassés en partie par d’autres nations34. Treize familles de cette tribu se fixèrent d’abord dans les îles d’Oxlahun-na-Chan35, d’où ils sortirent plus tard, sous la conduite de mon aïeul Uotan, pour venir aborder à l’île appelée maintenant Cuba, mais qui reçut alors le nom de Ualum-Uotan36, d’après le nom du premier Tonatiuh37 de cet empire.
» Le peuple se multipliant encore, mon aïeul Uotan passa dans le Tamoanchan, que les Aztèques appellent Tlalocan, et y bâtit la grande ville de Na-Chan, autrement dite Culhuacam. C’est la ville dont vous voyez les ruines.
» Mais bientôt un peuple habitant les terres de Ualum-Chivim, appelées alors Tlapallan, aborda dans ce pays, et fit une alliance avec les Tchânes. Il échangea des choses précieuses contre du bois de campèche et de la cochenille, et appela aussi ce pays le Tlapallan38.
» J’ignore pourquoi le sixième Uotan fit un voyage à Ualum-Chivim ; toutefois il est certain qu’il y alla, car nous avons ici la relation de ses voyages. Il y est dit qu’il vit dans la plaine de Tulanzu le grand édifice que, par ordre de son aïeul Nin, on éleva de la terre jusqu’aux deux. Il alla aussi à la grande ville où il vit le téocalli, que l’on était occupé à bâtir39.
» Ayant quitté Ualum-Chivim pour retourner au Tamoanchan, il visita d’abord la Ville-Neuve40 bâtie sur les bords de la mer par les hommes du Tlapallan. Là il fut initié dans les abominables mystères des souterrains, et, de retour à Na-Chan, il creusa et consacra un souterrain semblable, qui conduisait de cette ville à la cité de Tulha. Ce souterrain existe encore.
» Bien longtemps après, des chefs et des sacrificateurs arrivèrent de la ville aux souterrains amenant les sept familles Nahuatlaques, souches des Aztèques et des autres nations de l’Anahuac41. Ils s’étaient mis à la recherche du Tamoanchan, ce pays délicieux que Uotan et les peuples du Tlapallan oriental leur avaient fait connaître. Ils débarquèrent d’abord à Panotlan, et arrivèrent en ce pays.
» Lorsque ces tribus se trouvèrent établies, plusieurs chefs, et les Amoxoaques42 s’en retournèrent, emportant avec eux toutes les peintures qui traitaient des rites sacrés. Avant leur départ, ils tinrent le discours suivant aux tribus assemblées :
» — Sachez que le dieu notre seigneur vous commande de demeurer dans ces terres, dont il vous rend les maîtres. Pour lui il s’en retourne d’où il est venu, et nous autres, nous l’accompagnons ; mais il ne s’en va que pour revenir plus tard, lorsque le monde approchera de sa fin. En attendant, demeurez dans ces terres, et gardez l’espérance de le revoir. Jouissez de ce que vous possédez, et de toutes les choses que ces régions renferment ; car c’est pour cela que vous êtes venues en ces lieux. Adieu43.
» Et ils partirent pour l’Orient.
» Beaucoup de lunes se passèrent ; ces chefs revinrent, et trouvèrent que nos aïeux s’étaient mariés avec les femmes de ce pays, avaient bâti des villes, et les avaient peuplées de leur nombreuse postérité. Ceux-ci refusèrent de reconnaître leurs anciens chefs, et de les accompagner dans leur mère patrie. Sur ce, les chefs quittèrent ces parages, menaçant de revenir avec de nombreux guerriers pour réduire nos pères à l’obéissance44.
» Or, le bon Dieu Jésus venait d’établir sur la terre sa doctrine céleste.
» Alors on vit apparaître les Toltèques, qui, à la longue, asservirent les Tchânes, et refoulèrent les Nahuatlaques jusque dans l’Anahuac.
» Vers les mêmes temps, un grand sacrificateur de Jésus, homme blanc et barbu, annonça la religion du salut à nos pères. C’est probablement lui qui fit exécuter le monument que vous venez de voir dans la grande salle du téocalli. De Na-Chan, il se rendit à Tulha, capitale des rois Toltèques. Mais bientôt les prêtres des faux dieux lui suscitèrent une grande persécution. Il se retira avec ses compagnons, et alla publier sa doctrine à Cholollan, d’où il disparut aussi, chassé par vos sacrificateurs. C’est le même que vous adorez à présent sous le nom de Quetzalcohuatl ; chez nous on le nommait Cuculchan, appellation commune aux Uotanides de la race des Tchânes45.
» En ces temps-là parurent aussi, dans ces régions, des prêtres venant de l’Occident, et publiant un culte autre que celui de Jésus. Leur chef se nommait Quixipecocha ; ils enseignèrent d’abord à Tehuantepec, et passèrent de là dans le Yucatan ; c’est pourquoi j’ignore quel fut le résultat de leur prédication46.
» Ainsi, vous voyez que la religion de Jésus fut établie parmi nos pères, et si les peuples n’avaient été séduits et aveuglés par les mauvais esprits, nous aurions à présent la puissance et la sagesse des blancs, sans avoir à redouter les terribles châtiments d’un Dieu offensé.
» Vous connaissez aussi ce Quetzalcoatl, dont vos annales racontent qu’il enseignait une religion pacifique, le règne d’un amour mutuel et universel ; qu’il était vêtu d’un manteau parsemé de ces signes du salut, dont vous avez contemplé tout à l’heure la représentation. Vos souverains et vos prêtres, jaloux d’établir leur despotisme, inventèrent une religion inhumaine et des sacrifices sanglants, pour vous faire oublier le vrai caractère de ce Quetzalcoatl, et ils l’ont proposé à votre adoration comme le dieu de l’air et des marchands.
» Le vieillard se tut ; croyant qu’il allait continuer sa narration, nous écoutions encore. Mais il se leva.
» — Le reste de notre histoire, dit-il, vous intéresserait fort peu : ce n’est qu’un tissu de guerres et d’usurpations ; d’ailleurs ces faits se trouvent également consignés dans vos peintures. Seulement, je termine en vous priant de remarquer, dans les infortunes de mon peuple, l’accomplissement de l’anathème prononcé contre notre aïeul commun ; et peut-être les temps ne sont pas bien éloignés où votre peuple aussi éprouvera les effets de cette prédiction : Et il sera le serviteur des serviteurs de ses frères !
» Il dit, et, rentrant dans la salle aux sculptures, il y déposa le rouleau de peintures. Silencieux et remplis de pensées graves, nous descendîmes les degrés du téocalli.
» Le lendemain, je partis, accompagné de Teman, qui ne me quitta qu’aux frontières de l’empire des Aztèques. A mon retour, je trouvai Tenochtitlan au désespoir ; l’empereur Moctezoma était prisonnier du chef des blancs ; l’imminence du péril qui menaçait la capitale, fit que personne ne me demanda compte de ma mission.
» J’aurais eu beaucoup de peine à me dispenser de l’exercice de mes anciennes fonctions, si mon Dieu n’était venu à mon aide.
» Mes yeux, qui avaient beaucoup souffert des émanations de l’arbre de la mort, allaient toujours s’affaiblissant ; bientôt il me devint impossible d’assister aux sacrifices. Je souffrais beaucoup, mais je m’en réjouissais, car si je perdais complètement la vue, il me serait permis de ne plus m’occuper que de mon Dieu.
» Quelques jours après le départ des blancs, Teman se présenta devant moi.
» — Seigneur, me dit-il, le sage Uotan s’est endormi dans la paix de Dieu. Avant de quitter la terre, il m’enjoignit de venir vous trouver, de vivre et de mourir avec vous. Permettez-moi de demeurer ici : je serai votre serviteur ; les sacrificateurs me croiront votre esclave.
» — C’est bien, mon frère, dis-je ; mais où est Alonzo ?
» — Hélas ! seigneur, répondit Teman, il est mort sans doute. Je le conduisais à Tlascala selon son désir, lorsque, faisant un détour afin d’éviter les troupes aztèques, qui erraient dans les plaines, nous nous égarâmes ; je reconnus bientôt avec frayeur que nous étions tout près du Chapoltepec. Au même instant, je vis une troupe de gens armés venant de Tenochtitlan, et se dirigeant vers nous. Vite, j’ordonnai à l’enfant d’aller se cacher dans une des grottes de la montagne, tandis que je ferais mine de prendre la route de Xochimilco.
» Hélas ! je ne soupçonnai pas que ces Aztèques étaient des hommes d’armes escortant un enterrement’; j’avais oublié que le Chapoltepec est le grand champ des tombeaux. Lorsque je retournai à la montagne, je cherchai vainement Alonzo.
» J’étais au désespoir en apprenant cette fâcheuse nouvelle. Que faire maintenant pour sauver le fils adoptif de mon bienfaiteur ?
» — Cependant, dis-je à Teman, je n’ai vu amener aucun prisonnier au téocalli. Ah ! si je pouvais sauver l’aimable enfant ! Puissent Jésus et sa bonne Mère, nous être propices !
» Je fis sur le champ préparer une de ces litières fermées dont se servent les malades. Teman et trois esclaves devaient m’accompagner.
» Mes serviteurs m’aiment beaucoup : je les traite avec bonté, surtout depuis que je connais la loi de Dieu ; aussi font-ils avec amour tout ce que je leur ordonne ; je puis pleinement me fier à eux.
» J’avais caché dans la litière une tunique de tlamacazqui ; je me fis conduire au Chapoltepec.
» Le soir allait venir. A peine étions-nous arrivés à l’extrémité de la rue qui aboutissait à la grande digue, que nous vîmes arriver les guerriers, traînant au milieu d’eux mon bien-aimé Alonzo. A l’instant, je fis arrêter la litière ; je descendis, et, m’avançant au-devant d’eux, je dis au chef des guerriers :
» — Quel est ce prisonnier ? et où l’amenez-vous ?
» — Seigneur, répondit le guerrier en se prosternant devant moi, c’est un enfant de l’exécrable race des blancs. Nous l’avons trouvé dans un des tombeaux du Chapoltepec. Nous vous l’amenions pour le sacrifice, et déjà nous serions arrivés au téocalli, si nous n’avions été harcelés par une bande d’Otomites qui errent dans les montagnes.
» — C’est bien, dis-je. Mais le captif est bien jeune encore : nous l’engraisserons pour la fête de Tezcatlipoca47.
» Je parlais ainsi, afin d’avoir la certitude que le peuple, supposé qu’il eût connaissance de la capture d’Alonzo, n’exigerait pas sa mort avant dix- huit lunes48.
» Comme je réfléchissais aux moyens d’introduire Alonzo dans le téocalli sans compromettre sa sûreté, j’aperçus près de nous une maison ruinée en partie par la foudre des blancs, et par conséquent inhabitée. Un trait de lumière traversa mon esprit.
» — Guerriers, dis-je d’un ton d’autorité, conduisez le captif dans cette demeure, et qu’il soit garrotté ; tandis que je me promènerai sur les bords du lac, mes esclaves monteront la garde. Je veux conduire moi-même la victime des dieux au téocalli. Allez.
» Et, laissant là ma litière et mes gens, je m’éloignai, persuadé que je serais ponctuellement obéi.
» Dès que l’obscurité se répandit sur les eaux du lac, je revins à la maison déserte, où je trouvai Alonzo calme et tranquille, récitant des prières en l’honneur de la Mère de Dieu. Je lui fis endosser la tunique blanche des tlamacazquis, et, le prenant dans ma litière, je le conduisis, à la faveur des ténèbres, sain et sauf, jusque dans mon appartement. J’ordonnai à mes esclaves de garder le silence sur cet événement.
» Je cherchai plusieurs fois l’occasion de faire évader Alonzo, et de l’envoyer à Tlascala ; mais du jour où les blancs recommencèrent les hostilités, je compris qu’il fallait m’abstenir de toute tentative, attendant des temps plus favorables, et me confiant en la protection de Dieu.
» Depuis, j’ai perdu tout à fait la vue ; je puis vivre désormais, comme je le désire, oublié avec mon ami dans cette retraite où personne ne songe à nous inquiéter.
» Maintenant vous savez tout, seigneur ; vous pourriez nous trahir, mais vous ne le ferez pas, et j’ai le pressentiment, ou plutôt la certitude, que le Dieu du ciel et de la terre récompensera, par des bienfaits éclatants, votre charitable discrétion.
» Le prêtre se tut. Itzoatl était profondément ému, et, se prosternant devant le vieillard, il lui dit d’une voix pénétrée :
— Seigneur, je saurai me rendre digne de votre confiance. Veuillez prier ce Dieu qui vous aime, le Dieu de ma mère et de mes frères, d’attirer aussi à son culte sublime le pauvre Itzoatl. Adieu, Alonzo, ajouta-t-il, adieu, mon frère ; nous nous reverrons encore.
Il dit, et, sortant précipitamment pour cacher ses larmes, il alla se jeter sur sa couche, cherchant en vain le sommeil, car les plus graves pensées occupaient son esprit.

IX

Le lendemain de la sanglante défaite des troupes alliées, la ville de Tenochtitlan fut témoin d’un de ces horribles spectacles, dont ses annales n’offrent que trop d’exemples. Le soleil se levait à peine, quand, du haut des téocallis, les sacrificateurs appelèrent à son de trompe, toute la population sur la place du temple. Chacun devait assister au sacrifice offert à Huitzilopochtli.
Jamais les Aztèques ne se rendirent avec autant d’allégresse à l’appel de leurs prêtres. Ils savaient qu’on allait immoler les captifs espagnols, ces hommes terribles, que d’abord ils avaient pris pour des dieux. Maintenant tous ne voyaient en eux que des barbares, inspirés et agités par les mauvais esprits.
Dès qu’une foule immense ondula sur la grande place, les topiltzins et les tlamacazquis montèrent sur le faîte de la pyramide, et se rangèrent en hémicycle autour de la pierre des sacrifices. Les novices des trois ordres, armés comme au jour des batailles, devaient escorter les victimes.
A peine arrivés dans la cour du téocalli, ces infortunés Castillans furent insultés par une multitude furieuse et altérée de leur sang. Cristoval de Guzman était à leur tête. Tous avaient été dépouillés de leurs vêtements, et couronnés d’un diadème de plumes vertes.
Le silence s’étant rétabli, un téopixqui descendit de la pyramide ; il portait une tunique blanche dont le bas était garni de grelots ou flocons de lin et tenait dans les bras une idole formée de farine de maïs, et de miel. Cette image, qui représentait le dieu de la guerre, avait les yeux verts et les dents jaunes. Le prêtre descendit précipitamment les degrés du temple, et, montant par un petit escalier sur une plate-forme destinée à cet usage, et qu’on appelait quauhtixicalli, il montra aux captifs l’idole qu’il tenait dans ses mains, et leur cria : « Voici votre dieu ! » Descendant ensuite par un second escalier opposé au premier, il se plaça à la tête du cortège des victimes, pour se rendre plus solennellement, et au son de la trompe guerrière, à l’autel du sacrifice, où les attendaient les topiltzins.
Le grand téocalli avait toujours-six sacrificateurs en activité : quatre pour maintenir les pieds et les mains de la victime ; le cinquième tenait la gorge, et le sixième ouvrait le corps. Ces charges étaient héréditaires, et par voie de primogéniture. Ouvrir le sein des victimes, c’était, parmi les topiltzins, la plus haute dignité à laquelle on pût atteindre. Ce prêtre était revêtu d’une sorte de tunique pourpre, bordée de filoches ; sa tête était entourée de plumes vertes et jaunes ; à ses oreilles pendaient des anneaux d’or enrichis d’émeraudes, et sur sa lèvre inférieure un petit tuyau de saphir ; son visage était peint en noir.
Les cinq autres sacrificateurs avaient la tête couverte d’une perruque fort crépue, et retenue en arrière par des bandes de peau, qui ceignaient le milieu du front. Ces bandes soutenaient de petits boucliers de papier, peint de différentes couleurs, et ne couvrant pas les yeux ; leurs tuniques étaient blanches liserées de noir. Le grand sacrificateur avait dans la main droite un couteau d’obsidienne fort large et fort aigu ; un autre un collier de bois, de la forme d’un serpent replié en orbe.
Escortés par les jeunes caciques, les captifs venaient d’arriver sur la plate-forme. On les rangea en ligne à gauche de l’autel, la face tournée vers la tourelle où se trouvait la hideuse idole. L’horrible boucherie commença.
On étendit successivement chaque victime sur la pierre verte. Le prêtre chargé de maintenir la gorge mettait le collier, les autres tenaient les pieds et les mains ; puis le grand sacrificateur, appuyant le bras gauche sur l’estomac de la victime, lui ouvrait le sein de la main droite, en arrachait le cœur, et le présentait au soleil pour lui offrir la première vapeur qui s’en exhalait. Se tournant ensuite vers l’idole, qu’il avait quittée pendant l’horrible exécution, il lui frottait la face avec ce cœur, en prononçant quelques mystérieuses invocations. Les autres topiltzins jetaient le corps en bas de l’escalier, sans y toucher autrement qu’avec les pieds ; les degrés étaient si raides, qu’il se trouvait précipité en un instant. Alors, ceux qui avaient amené les captifs aux sacrificateurs enlevaient les corps, pour les distribuer aux principaux caciques, qui les mangeaient solennellement.
Les têtes seules étaient réservées pour orner la muraille, ou plutôt le monument des crânes.
Cet affreux dépôt était situé devant la principale porte du téocalli, et à la distance d’un jet de pierre. C’était une espèce de théâtre de forme longue, bâti en pierres ; les degrés par lesquels on y montait étaient aussi de pierres, mais entre-mêlées de têtes d’hommes dont les dents s’offraient aux regards. De chaque côté du théâtre s’élevaient des tourelles, formées uniquement de crânes liés entre eux par un ciment. Les murailles aussi étaient revêtues de têtes, et, de quelque côté qu’on jetât les yeux, on ne voyait que des images de mort. Sur le théâtre même, plus de soixante poutres, éloignées les unes des autres de quatre à cinq palmes, et reliées entre elles par de légères solives, offraient une infinité d’autres têtes, fixées successivement par les tempes. Le nombre en était si grand, que les Espagnols en comptèrent plus de cent trente mille, indépendamment de celles dont les tours étaient composées. La ville entretenait plusieurs employés uniquement chargés de maintenir en bon état cet horrible monument.
L’abominable sacrifice était consommé : trente-neuf victimes avaient été immolées. Mais où était la quarantième ?
Les sacrificateurs avaient voulu ménager une surprise au peuple, et signaler le jour de leur triomphe par un spectacle extraordinaire. Ils savaient d’ailleurs que l’empereur était là ; Guatemozin était assis sur un des balcons de son palais, derrière un voile d’un tissu transparent, qui lui permettait de voir sans être vu.
Le son rauque de la trompe se fit entendre de nouveau ; la foule comprit qu’il se préparait quelque chose d’extraordinaire.
En ce moment, les téopixquis amenèrent sur la plate-forme de la pyramide une femme castillane, et l’attachèrent à un poteau en face de la pierre verte. Cette femme, qui avait servi dans la division d’Alderete, avait été prise les armes à la main. Ce n’est pas la seule personne du sexe que les Aztèques eurent à combattre, car on raconte qu’à la bataille d’Otompan, la femme d’un soldat espagnol, Maria de Estrada, fit des prodiges de valeur.
Hélas ! la pauvre captive ne sut rien retrouver de la virile énergie qu’elle déployait naguère sur le champ de bataille. Elle frémissait d’épouvante à la vue de tant de sinistres visages, mais sa frayeur redoubla quand elle aperçut la pierre des sacrifices encore rougie du sang de ses infortunés compatriotes.
Son agonie devait être bien plus longue, bien plus douloureuse.
C’était l’usage, dans certaines fêtes, de donner le spectacle d’un défi entre le sacrificateur et la victime. Le captif était attaché par un pied à une grande roue de pierre ; on l’armait d’un glaive et d’un petit bouclier. Celui qu’il avait à combattre portait les mêmes armes, mais celui-ci était libre dans ses mouvements. Aussi rapportait-on, comme un fait fabuleux, le cas où un captif aurait obtenu la victoire. Si cependant le cas arrivait, le vainqueur non-seulement échappait au supplice, mais il recevait le titre et les honneurs que les lois du pays accordaient aux plus fameux guerriers. Le vaincu alors servait de victime.
On mit donc aux pieds de la captive un glaive et une rondache ; puis un des topiltzins, muni des mêmes armes, s’avança vers elle.
—- Femme, cria-t-il, tu as combattu nos guerriers, et fait preuve que tu aspires à la gloire. Il t’est accordé de me combattre ; si je succombe sous tes coups, tu seras comblée d’honneur ; si tu refuses le combat, et si dans la foule tu ne trouves point de champion qui sache vaincre, tu seras écorchée vive en l’honneur du glorieux Huitzilopochtli.
A ce discours d’une brutale absurdité, la pauvre femme fut près de s’évanouir ; un nuage passa devant ses yeux, et elle serait infailliblement tombée par terre, si elle n’eût été retenue par ses liens.
Ne recevant point de réponse, le topiltzin s’approcha du parapet de la plate-forme, et fit un appel à la foule, demandant si quelqu’un voulait se faire le champion de la captive.
Des rires et des murmures d’impatience, accueillirent cet appel dérisoire. Mais soudain un jeune tlamacazqui, montant avec précipitation les degrés de la pyramide, s’élança vers la victime, et l’enlaça étroitement de ses bras.
— Ma mère ! cria le jeune homme d’une voix déchirante.
— Mon fils ! soupira la femme qui s’évanouit.
C’était la veuve d’Alonzo Molina. Pressentant que son fils devait être dans l’Anahuac, elle avait suivi l’expédition. Hélas ! elle devait retrouver son enfant dans de bien douloureuses circonstances.
Voyant sa mère défaillir entre ses bras, Alonzo se jeta sur l’épée offerte à la captive, et, sans se donner la peine de se munir de la rondache, il se précipita avec fureur au-devant du topiltzin.
— Viens, dit-il, chien de païen ! Défends-toi, ou meurs !
Pauvre enfant ! sa piété filiale, son courage, sa colère, l’aveuglaient. Il ignorait que les lois de l’empire ne permettaient le combat qu’à la condition que le champion fut attaché par le pied. Déjà les autres topiltzins accouraient pour le saisir, le dépouiller et l’étendre sur la pierre verte ; mais un nouvel incident se produisit.
Itzoatl bondit en avant, et, brandissant son épée d’obsidienne :
— Imprudent ! cria-t-il à Alonzo, pourquoi veux-tu te perdre, et ta mère avec toi ? Que ne m’appelais-tu à ton secours ? as-tu oublié que je suis devenu ton frère ?
Et s’adressant au topiltzin :
— Attache-moi à la roue, dit-il, je combattrai pour les captifs.
— Seigneur, répondit le prêtre, vous pouvez combattre pour la captive ; mais que vous soyez vainqueur ou non, le jeune homme doit périr : telles sont les lois de l’empire.
Ces paroles exaspérèrent Itzoatl, et le rouge de l’indignation lui monta au visage.
— Infâmes jongleurs ! s’écria-t-il, vous méritez tous le mépris d’un honnête tlascalan. Eh bien ! écoutez. Votre culte sanguinaire m’inspire une profonde horreur. Vos dieux ne sont que des monstres, et ils n’existent que dans votre cruelle imagination ! J’y renonce ici devant vous, et je vous déclare, à la face du soleil, que je veux désormais adorer le bon Dieu du Tlapallan, qui est mort pour les hommes, qui est revenu à la vie pour ne plus mourir, et qui saura bien me tirer de vos mains. S’il veut cependant que je meure, eh bien ! je mourrai, fortifié par l’espoir d’être reçu avec honneur dans le palais éternel.
Et les deux jeunes gens, animés d’une valeur héroïque, se placèrent devant la captive, l’épée au poing, et décidés à défendre vaillamment leur vie.
Cependant la foule, ignorant ce qui se passait, frémissait d’impatience. Les topiltzins et les téopixquis, écumant de rage, allaient, tous ensemble, accabler les deux valeureux enfants sous leur nombre, lorsqu’un ordre, émané du souverain, vint prescrire au grand-prêtre de surseoir à l’exécution, d’enfermer la femme et les deux jeunes gens dans les prisons du temple, et de les réserver pour la fête de Centeotl, la déesse de la terre.
L’empereur avait reconnu Itzoatl, et voulait le sauver.
La foule s’écoula lentement dans les larges rues adjacentes. Chacun était mécontent de ce que les victimes avaient échappé au supplice, mais nul n’osait exprimer hautement ses murmures, de peur d’offenser la majesté souveraine.
Vers le soir, les téopixquis publièrent, dans chaque quartier de la ville, que les dieux s’étaient prononcés en faveur des Aztèques, et qu’ils avaient promis d’exterminer tous les blancs dans l’espace des huit soleils suivants49. La même proclamation fut envoyée à toutes les villes voisines, et les porteurs montrèrent partout des tètes espagnoles, en témoignage de la victoire.
C’en fut assez pour détacher de Cortez la plupart de ces Indiens crédules ; mais les Tlascalans restèrent fidèles, et le roi de Tezcuco, le vaillant Ixtlilxochitl, se montra plus dévoué que jamais au général.

X

L’heure suprême de Tenochtitlan avait sonné. Les barbares enfants de Chanaan allaient enfin subir le redoutable arrêt prononcé contre eux par la Providence. Le sang de milliers de victimes égorgées aux démons allait être vengé.
Mais en reconnaissant ici le doigt de Dieu et le bras de sa justice, nous ne saurions faire l’apologie des horribles cruautés exercées par les vainqueurs sur les malheureuses victimes de leur ambition. Les fléaux de Dieu, tout en servant les plans de la Providence, n’en restent pas moins responsables de leurs actions et de leurs intentions, qui, pour l’ordinaire, sont criminelles. Nous voyons, dans l’histoire de l’humanité, que Dieu trouve, dans le mal même, de quoi punir le mal ; qu’il châtie les méchants par les méchants, et c’est là peut-être un nouveau commentaire de cette parole profonde d’un grand philosophe que, « le mal, par une loi divine et invariable, s’égorge toujours lui-même. »
Par un trait de cette politique habile et prudente qui le caractérisait, Cortez avait accordé au repos les huit jours pendant lesquels, selon la prédiction des jongleurs aztèques, tous les blancs devaient être exterminés par les dieux. Dans l’intervalle, les Matlalzincas de la vallée de Tolocan, ayant attaqué les Otomites, furent défaits par Sandoval. Ces nations vaincues demandèrent la paix, offrant leurs services pour l’attaque prochaine de Tenochtitlan ; ceux de Malinalco firent la même offre. Cortez les accueillit avec joie, sachant qu’il pourrait tirer un bon parti du concours de ces vigoureux montagnards.
Les huit jours expirèrent, et les Indiens virent avec étonnement, et peut-être même avec joie, que les blancs non-seulement n’avaient souffert aucun dommage, mais qu’ils étaient plus forts, plus puissants que jamais. Ce fut un coup terrible pour les prêtres de l’Anahuac. Les dieux, aussi bien que les téopixquis, perdirent leur crédit, et tous ces peuples, même ceux qui auparavant étaient restés neutres, se rangèrent du côté des Castillans. Bientôt les Mexicains, ne comptant plus un seul allié, se virent réduits à leurs propres forces.
Cortez, désirant conserver intacte la belle capitale de l’Anahuac, dépêcha vers l’empereur trois caciques faits jadis prisonniers. Il le somma de se rendre, lui promettant de le conserver sur son trône, et de laisser à ses sujets leurs propriétés, sous la suzeraineté du roi d’Espagne.
L’empereur reçut les envoyés avec beaucoup de respect ; il paraissait incliné à s’engager dans des voies de conciliation, mais avant que de rien décider, il voulut en référer à son conseil. Plusieurs chefs étaient d’avis de se soumettre. Les prêtres, comprenant qu’avec les Espagnols c’en était fait de leur influence, combattirent de toutes leurs forces cette tendance vers les négociations.
— Grand prince, dit le Teoteuctli, la paix est un don des dieux ; mais elle ne saurait exister entre nous et les blancs. Avez-vous déjà oublié qu’ils sont des menteurs et des traîtres ? N’avez-vous pas entendu les horribles blasphèmes qu’ils vomissaient contre nos dieux, lorsqu’ils étaient au milieu de nous, lorsqu’ils se disaient nos amis ? Fions-nous plutôt à nos divinités qui n’ont cessé de nous protéger. Mieux vaut mourir que de vivre esclaves de ces fourbes !
Ces paroles hardies enflammèrent le jeune empereur :
— Eh bien ! s’écria-t-il, nous mourrons : malheur à qui parlera de se rendre !
Le jour fixé pour l’attaque était arrivé. Tandis que l’armée des alliés se mettait en marche, la flottille alla bloquer la capitale du côté des ports et des quais. Les chaussées furent occupées de nouveau, mais, cédant aux avis du roi de Tezcuco, homme sage et prudent, Cortez ordonna qu’on n’avançât qu’avec lenteur, comblant les fossés et rasant les maisons des quartiers envahis.
Les Indiens alliés s’occupaient à démolir la ville. Les Aztèques leur criaient du haut des terrasses :
— Misérables ! vous démolissez notre cité ! Eh bien, vous en porterez la peine ; car si nous sommes vainqueurs, nous voudrons avoir une capitale qui ne le cède en rien à la première ; si nous succombons, les blancs seront aussi exigeants que nous !
Prédiction qui, quand à la seconde partie, fut accomplie à la lettre.
Quoique se défendant avec le courage du désespoir, les Aztèques se virent sans cesse forcés de reculer ; ils perdaient chaque jour une partie de leur ville, et les vainqueurs s’y établissaient de manière à ne pouvoir plus en être délogés. Le sang coulait à flots dans les larges rues de la cité ; une épaisse fumée, s’élevant des blocs de maisons qu’on brûlait, et se mêlant à celle de la poudre, obscurcissait l’atmosphère. À toutes ces horreurs vint se joindre la famine, et les maladies contagieuses qui en sont la suite, de sorte que les infortunés Mexicains comprirent qu’ils devaient infailliblement succomber. Ils résolurent de périr jusqu’au dernier, plutôt que de se rendre.
Pour assouvir leur faim, ils dévoraient des rats et des lézards, rongeaient l’écorce des arbres, et allaient la nuit arracher des racines. On les voyait maigres et décharnés comme des spectres, sur les terrasses de leurs maisons. Dans les rues envahies, les Espagnols trébuchaient sur des tas de cadavres en putréfaction ; des femmes et des enfants expiraient d’inanition dans les maisons.
On vit même des combattants, épuisés par la faim, s’affaisser sur eux-mêmes, et crier aux conquérants :
— Cruels ! que n’en finissez-vous avec nous ? Vous n’êtes pas les fils du soleil ! lui, il est rapide dans sa course ; vous êtes lents dans votre œuvre de destruction. Achevez-nous ! nous irons vers nos dieux, qui nous tiendront compte de nos souffrances !
Les alliés avançaient toujours. Les trois divisions pénétrèrent enfin jusqu’à la grand’place, formant le centre de la ville. Ils se trouvaient au pied du grand téocalli, ce monument de malédiction, où tant de sang avait été versé, d’où le démon de l’impiété avait étendu, durant des siècles, sa despotique domination sur tout l’Anahuac.
À l’approche de l’ennemi, les téopixquis et les tlamacazquis, hommes et femmes, avaient pris la fuite. Quelques jeunes caciques qui essayaient encore de défendre la place, furent massacrés.
Les Espagnols frissonnèrent à la vue du monument des crânes, où ils reconnurent les têtes encore fraîches de leurs infortunés compatriotes. Ils se disposaient à pénétrer dans les logements des prêtres, pour rechercher les trésors du temple, quand ils virent sortir d’un bâtiment latéral un vénérable vieillard, conduit par deux jeunes gens, et suivi d’une femme.
C’était Motezozomo, qui, dès la première apparition des alliés devant la ville, avait secrètement délivré les trois captifs, et les avait cachés dans son appartement.
Il s’avança lentement vers les Espagnols, étonnés de reconnaître Alonzo et. sa mère.
— Où est le grand chef des blancs ? demanda le topiltzin en langue maya-quiche, je veux, je dois lui parler.
Dona Marina, qui était présente, répondit, dans la même langue, que le chef était là, et disposé à écouter ce que le prêtre aurait à dire.
— Chef, dit le vieillard en s’inclinant profondément, Dieu vous a livré la capitale du vieil Anahuac, avec ses dieux sanguinaires. Je m’en réjouis, tout en pleurant sur la ruine de ma nation. Hélas ! mieux eût valu sans doute que les Aztèques eussent reconnu et adoré le Dieu du ciel et de la terre, mais cela n’entrait pas dans les décrets du Seigneur ; j’adore ses desseins et je m’y soumets. Vous voyez ici, ô grand chef ! une femme et un jeune homme de votre nation, je les ai sauvés tous deux de la mort ; l’autre adolescent est un jeune prince de Tlascala, qui ne désire rien tant que d’embrasser la religion de Jésus, le fils de Dieu. Ces deux enfants, je les chérissais comme si je leur avais donné le jour ; c’est un précieux dépôt que Dieu avait confié à ma garde. Maintenant, je mourrai en paix, puisque j’ai pu le remettre en des mains sûres. Encore une prière, ô chef ! Si j’ai mérité de votre part quelque indulgence, je vous supplie d’épargner mon peuple !
A ce discours, Cortez essuya furtivement une larme ; tout ce carnage, qui durait depuis plusieurs jours, le révoltait ; aussi, à chaque attaque des divers quartiers de la ville, il avait envoyé à l’empereur des propositions de paix ; mais ses offres furent constamment rejetées avec mépris.
Au même instant, le roi de Tezcuco, Ixtlilxochitl, entra dans la cour du temple, et ayant considéré le topiltzin aveugle, il s’écria, en se précipitant vers lui :
— C’est Motezozomo, le frère de ma mère ! Seigneur ! ajouta-t-il en se tournant vers Cortez, épargnez les jours de mon oncle.
— N’ayez aucune crainte, mon ami ; votre oncle est chrétien comme vous.
— Mon enfant, dit le topiltzin en embrassant étroitement son neveu, tu parais être l’ami de Malintzin ; es-tu aussi l’ami de Dieu ?
— Oui, seigneur, j’adore le Dieu du Tlapallan, et j’ai le bonheur d’apprendre que vous l’adorez aussi.
— Mon fils, sois béni ! mes yeux ne le voient pas, mais mon cœur te voit, et un jour, je l’espère, je te verrai clairement dans les célestes palais de Jésus. Je bénis aussi mon Dieu de m’avoir réservé, au déclin de mes jours, le bonheur de te savoir chrétien comme moi !
Cependant, Cortez était monté sur le faîte de la pyramide ; de là, il avait vu que, des huit quartiers qui composaient la grande cité, un seul restait à prendre. C’était le quartier impérial.
Il descendit précipitamment, et, s’adressant à Motezozomo :
— Sage vieillard, dit-il, je veux épargner les restes infortunés de votre nation. Vous qui avez été sacrificateur, vous qui appartenez à une famille illustre et royale, vous devez avoir de l’influence à la cour. Allez, de ma part, faire des propositions de paix à votre empereur ; s’il s’obstine, sa perte est inévitable ; s’il cède à la nécessité, je lui conserve sa cité et son trône ; seulement, il faut qu’il reconnaisse l’autorité de mon souverain.
— Grand chef, répondit Motezozomo, j’accomplirai ponctuellement vos ordres ; mais je connais mon peuple, et je vous prédis que je marche à une mort certaine. Après avoir embrassé une dernière fois son neveu et ses amis, il fut conduit par deux prisonniers mexicains au quartier impérial.
Il fut immédiatement admis en présence de Guatemozin, mais à peine eût-il exposé l’objet de sa mission, qu’il fut saisi, et solennellement immolé sur un autel improvisé devant une image du sombre Tezcatlipoca.
Ne voyant pas revenir son ambassadeur, Cortez mit le feu au temple, et donna l’ordre d’attaquer, sur tous les points à la fois, le quartier impérial. Les colonnes et la flottille s’avancèrent ; la fusillade commença ; le canon grondait sans relâche ; des nuées de flèches obscurcissaient le ciel. Ce fut une mêlée épouvantable. En quelques heures, quarante mille Aztèques furent tués ou pris. La rage, le désespoir les frappaient d’une sorte de démence ; ils se précipitaient en aveugles sur les longues piques des Acolhues, se portaient d’eux-mêmes au-devant de l’artillerie castillane, et saisissaient dans leurs mains les canons des arquebuses, sans songer à détourner le coup.
Quinze mille de ces infortunés vinrent se jeter aux pieds du vainqueur, en implorant merci ; mais, au même instant, les Tlascalans, les Acolhues, les Otomites, se ruèrent sur ces malheureux, et les massacrèrent impitoyablement, se vengeant ainsi de deux siècles de tyrannie et d’outrages. Les cris déchirants de ces victimes, s’unissant aux clameurs des assaillants, et aux cris de rage poussés par les Aztèques qui se défendaient encore sur les terrasses des maisons, remplissaient l’âme de Cortez de douleur et d’épouvante.
Il essaya, mais en vain, d’arrêter le massacre ; les Indiens surtout se livraient sans retenue à leur instinct féroce, et, en plus d’un endroit, on vit d’horribles scènes dignes de cannibales.
La nuit mit lin au carnage. Le palais impérial et quelques rues adjacentes restaient au pouvoir des assiégés, qui y concentrèrent leurs forces.
Le lendemain, au lever de l’aurore, l’armée des alliés recommença ses opérations. Un tableau navrant se déroula aux yeux des Castillans, plus accessibles que les Indiens aux sentiments d’humanité. Tristes et abattus, les Mexicains attendaient la mort sur les terrasses des maisons. Femmes, vieillards, enfants, pleuraient, tandis que les guerriers se préparaient à mourir en se vengeant.
L’armée s’ébranla. Les palais et les téocallis, foudroyés par l’artillerie, écrasèrent sous leurs ruines les infortunés qui s’y étaient réfugiés. De nobles caciques se défendaient encore sur les chaussées ; ne voulant pas périr par le fer des vainqueurs, ils se donnaient eux-mêmes la mort, en se précipitant dans les flots.
L’élite de la noblesse s’était groupée autour de l’empereur, dans les cours du palais. Voyant qu’il n’y avait plus d’espoir, et que l’ennemi avançait toujours, les grands de l’empire se jetèrent aux pieds de Guatemozin, le suppliant de fuir avec son épouse, et d’emporter ses trésors. Des canots stationnaient dans une petite anse voisine, et l’on espérait tromper la vigilance des vainqueurs. L’empereur céda enfin aux instances de ses malheureux sujets, qui, pour gagner du temps, entamèrent des négociations avec le général castillan ; mais celui-ci, soupçonnant quelque ruse, rejeta toutes les propositions, et fit transmettre à Sandoval, commandant de la flottille, l’ordre de redoubler de vigilance.
Les canots impériaux parvinrent cependant à se glisser inaperçus à travers la ligne des brigantins ; Guatemozin était sauvé, lorsque Sandoval découvrit le mystère, et envoya le capitaine Gardas Holguin à la poursuite des fugitifs. Eu moins d’une heure, il atteignit les embarcations. Un prisonnier mexicain lui indiqua le canot qui portait la famille impériale.
A l’approche du brigantin, les rameurs s’arrêtèrent, et l’empereur ordonna de n’opposer aucune résistance. Gardas sauta dans la barque, l’épée à la main. Un jeune homme de haute stature, d’une figure noble et distinguée s’avança vers lui.
— Je suis Guatemozin, dit-il avec dignité, je suis le souverain de l’Anahuac. Trahi par le destin, je me rends à toi. Respecte mon épouse et mes enfants, et cesse de verser le sang de mes sujets : tu n’as plus rien à craindre d’eux.
L’illustre prisonnier fut conduit, avec sa famille, devant Cortez, qui le reçut avec tous les égards dus à son rang.
Guatemozin, qui joignait à une valeur sans égale une grande élévation de caractère, était incapable de descendre à de basses supplications. Jetant sur le général un regard également éloigné de la hauteur et de la bassesse, il ne lui adressa que ce peu de mots :
— Malintzin, dit-il, j’ai fait pour ma défense, et celle de mes sujets tout ce que me prescrivaient l’honneur de mon diadème et mon devoir de souverain. Les dieux m’ont été contraires : je suis votre captif ; faites de moi ce qu’il vous plaira.
Et, portant la main sur le poignard de Cortez :
— Frappez-moi, ajouta-t-il, prenez cette vie que je regrette de n’avoir pu perdre en défendant mes états.
Cortez le rassura, et le lit conduire au camp, où se trouvaient Itzoatl, ainsi que les franciscains qui avaient suivi les troupes, et prenaient soin des blessés.
Apprenant que l’empereur était prisonnier, les Aztèques cessèrent à l’instant même de combattre. Ils sortirent de la ville sans armes ni bagages, pleurant et le front baissé. Les autres Indiens applaudirent à l’infortune de leurs anciens tyrans, mais les Espagnols ne purent s’empêcher de frémir en voyant la ruine si subite et si complète d’un état naguère si puissant.
Quelques rues de la ville étaient seules restées debout ; le reste n’offrait plus qu’un vaste amas de ruines, qu’un immense charnier, dont les exhalaisons pestilentielles chassaient vainqueurs et vaincus. Plusieurs milliers d’Aztèques furent réduits en esclavage et marqués d’un fer chaud ; on les força de déblayer les décombres, et de travailler à rebâtir la ville. Les autres Mexicains se dispersèrent dans toutes les parties de l’Anahuac, et plusieurs même se retirèrent chez les peuples voisins.
Pendant les soixante-quinze jours que dura le siège, cent Espagnols périrent dans les combats, ou furent sacrifiés aux dieux. Plusieurs milliers d’indiens auxiliaires, et, suivant Bernal Diaz, témoin oculaire et soldat lui-même, cent cinquante mille Aztèques, tombèrent sous le fer ennemi, moururent d’inanition, ou furent la proie des maladies épidémiques.

XI

L’année 1525 vient de commencer. Itzoatl est à Tlascala, et l’infortuné Guatemozin, a trouvé dans le sensible jeune homme un ami sûr et dévoué.
Grâce à l’infatigable activité de Cortez, l’ancienne Tenochtitlan renaissait de ses cendres ; il l’appela Mexico, et résolut d’en faire la capitale de la Nouvelle-Espagne. Déjà, à cette époque, Mexico comptait trente mille habitants. L’an 1524, un concile y avait été célébré sous la présidence du légat apostolique Martinez de Valence, et on y avait pris diverses dispositions ayant pour but de civiliser les Indiens, et d’adoucir leur sort.
La religion luttait sans relâche contre la politique castillane. Elle se posait comme puissance conciliatrice entre les vainqueurs et les vaincus, et faisait une guerre sérieuse aux passions désordonnées des conquérants. Aussi les noms de Barthélemi d’Olmedo, de Martinez de Valence, de Zumarraga, et de Las-Casas, furent-ils constamment en bénédiction chez les Indiens.
Dès l’année qui vit s’accomplir la ruine de Tenochtitlan, l’empereur déchu avait embrassé le Christianisme. Quoique abhorrant la cruauté, et l’injuste ambition de ses vainqueurs, il sut apprécier le désintéressement des missionnaires, et séparer la cause de la religion des inventions et des honteuses turpitudes de la politique humaine. Il trouva dans la piété un allégement à ses maux, des consolations dans ses revers, et, au milieu de ses inquiétudes pour l’avenir, une sérénité, une paix, qui n’étaient que le simple résultat d’une heureuse alliance, de la grâce et d’un caractère noble et élevé.
Ce fut dans la chapelle des pères Franciscains qu’il reçut le baptême, ainsi que sa famille. Itzoatl et le fils de Moctezoma avaient été baptisés précédemment. Depuis, il vécut retiré avec les siens dans un palais attenant au monastère, Itzoatl continuait de demeurer avec lui. Tous les jours Alonzo lui donnait des leçons de castillan ; et les pères achevaient d’instruire dans la religion les hôtes augustes de la royale demeure.
Nous n’essayerons pas de décrire les sentiments du cacique Xolotl, dont la conspiration était complètement avortée ; chacun pourra aisément se rendre compte des dispositions morales de cet homme farouche.
Déjà une nouvelle expédition se préparait. Après la défection et la mort d’Olid, envoyé dans le Honduras, pour reconnaître les côtes de l’océan occidental, découvertes quelques années auparavant par Vasco Nugnez de Balboa, Cortez jugeait à propos de tenter lui-même l’aventure. Récemment décoré du titre de gouverneur-général de la Nouvelle-Espagne, cet homme entreprenant voulut ajouter une nouvelle illustration à sa renommée, par la découverte d’un passage conduisant aux Indes orientales par la mer Pacifique.
Les corps expéditionnaires se réunirent à Mexico, et bientôt on se mit en marche vers le sud. Une suite nombreuse composée de domestiques, d’officiers, de majordones, de pages, de laquais, accompagnait le conquérant. Un escadron de gardes entouraient partout sa personne. Les deux amis, Itzoatl et Alonzo, furent aussi du voyage, ainsi que plusieurs moines Franciscains, nommés aumôniers de l’expédition. Sandoval commandait la division espagnole, forte de quelques centaines d’hommes, dont cent cinquante cavaliers ; trois mille Mexicains marchaient sous les ordres de leurs caciques.
Afin de conjurer tout danger de révolte, Cortez voulut que Guatemozin l’accompagnât dans son voyage ; le prince de Tlacopan, et plusieurs autres chefs, durent suivre le conquérant pour le même motif.
Jusqu’au chef-lieu de Guazacualco, la marche de l’armée ressembla plus à un triomphe qu’à une expédition militaire. Partout sur la route, à la porte des cités et des villages, le gouverneur trouva une députation de notables, qui venaient prêter entre ses mains le serment de fidélité au roi d’Espagne. Mais à peine l’armée eut-elle pénétré dans le Honduras, que des difficultés surgirent de toutes parts.
Tantôt, c’étaient de vastes prairies inondées qu’il fallait traverser, de profonds marécages où les chevaux s’enfonçaient jusqu’au poitrail ; tantôt, on était arrêté par d’immenses forêts, où l’on devait se frayer un chemin avec la cognée et la hache. Au sortir de ces mauvais pas, on était attaqué, soit dans les plaines, soit dans les montagnes, par les peuplades indigènes, qui disputaient énergiquement le passage aux envahisseurs de leur territoire. Des tribus entières, plutôt que de devenir esclaves des blancs, s’enfermaient dans leurs temples, et s’y laissaient brûler, hommes, femmes et enfants.
En plusieurs endroits l’armée dut traverser, sans ponts et sans radeaux, de grandes et nombreuses rivières ; d’autres fois il fallait gravir des montagnes à pic, coupées de précipices ; les hommes et les chevaux, exténués de fatigue et mourants de faim, ne pouvaient se maintenir sur ces sommets arides ; les vents, impétueux comme le cours d’un torrent, balayaient tout ce qu’ils trouvaient sur leur passage.
Telle est, en abrégé, l’histoire d’une marche de plus de quatre cents lieues. Plusieurs Espagnols succombèrent à la fatigue, entre autres, le père Jean Vandak, de l’ordre des Franciscains, homme de zèle et de talent, qui, avant son départ pour l’Amérique, était gardien ou supérieur du couvent de Gand, en Flandre.
Enfin l’armée atteignit Nito, petite colonie espagnole située près d’Izancanac, capitale de la province d’Acalan, et Cortez y établit ses quartiers afin de s’y reposer quelques semaines.
Un jour, Guatemozin et Itzoatl étaient assis à l’ombre d’un groupe de platanes, devant la maisonnette qui leur servait de demeure. A une centaine de pas, sur la lisière d’une forêt, se promenaient des sentinelles.
— Seigneur, dit le jeune Tlascalan, quelque chose d’extraordinaire se prépare : de sourdes rumeurs circulent dans le camp ; on parle, mais à voix basse et à demi-mot, de conspirations, de complots…. en savez-vous quelque chose ?
— Oh ! répondit le prince, j’en suis parfaitement instruit. On a voulu m’entraîner dans un complot formé par quelques Aztèques, qui, profitant de la détresse où se trouve l’armée, veulent assassiner le chef et exciter une révolte en ma faveur. Mais je dédaigne les artifices, je laisse ces tristes ressources à la politique des blancs. Je n’enfreindrai pas la parole que j’ai donnée au chef : je resterai son prisonnier, jusqu’à ce qu’il lui plaise de me rendre la liberté. Toutefois, je ne suis pas encore tombé assez bas, pour descendre au rôle de délateur.
— Je reconnais bien là votre grandeur dame, seigneur, et chacun rend hautement justice à votre mérite. La vénération s’attache à vos pas, tous les chefs vous ont voué la plus cordiale amitié. Et d’ailleurs nous trouvons tant de consolations, tant de bonheur dans la sainte religion que nous avons embrassée, que je ne sais vraiment pas si nous ne devons pas nous estimer heureux d’avoir acquis ce trésor au prix de notre nationalité !
— Vous avez raison, Itzoatl, et je ne me plains pas de mon sort. Je regrette seulement que les chefs et les guerriers du Tlapallan ne pratiquent pas la religion qu’ils nous ont fait connaître.
— Cela n’est que trop vrai, seigneur ; mais il y a parmi ces blancs de bien saints personnages. Ces tlamacazquis, par exemple…. Savez-vous que notre ami, Alonzo Molina, va entrer au couvent de Mexico ?
— Oui, cher ami, il m’a confié son projet, et sa résolution ne m’étonne guère : il est si bon, si pieux !
Il me parle sans cesse de Jésus et de la Mère de Dieu. Mais voici Sandoval ; cet homme me plaît, et je l’aime. C’est le meilleur de tous les chefs, bien qu’il soit le plus jeune.
En effet, Sandoval s’avançait vers les deux princes ; un détachement de Castillans armés le suivait à quelque distance.
— Mon ami, lui dit Guatemozin, dès qu’il se fut approché, vous êtes pâle et défait, seriez-vous malade ?
— Non, prince, répondit le capitaine en s’inclinant ; mais, poursuivit-il d’une voix émue, je dois remplir une mission bien pénible pour mon cœur ! J’ai ordre de vous arrêter, et de vous conduire devant le gouverneur et ses officiers, réunis en conseil de guerre.
— Eh ! mon Dieu, dit le prince en souriant, il n’y a pas là de quoi vous troubler : ne suis-je pas arrêté et prisonnier depuis longtemps ? Allons ; et vous, Itzoatl, venez avec nous, ne me quittez pas ; j’ai un pressentiment étrange : il me semble que je ne vous reverrais plus, si vous me quittiez en ce moment.
En entrant dans la salle du conseil, le malheureux prince y trouva son ami intime, le cacique de Tlacopan, chargé de chaînes. A gauche du tribunal, où siégeait Cortez, se tenaient debout, et dans l’attitude de la honte, les deux Mexicains, délateurs du complot.
— Prince, dit le gouverneur, vous êtes accusé d’avoir conspiré contre l’autorité du roi, d’avoir excité vos anciens sujets à m’assassiner, et à soulever ensuite tous les peuples de l’Anahuac.
— Que l’on me mette en présence de mes accusateurs ! fut la réponse.
— Parlez, dit Cortez en s’adressant aux délateurs.
— Grand chef, dit l’un d’eux d’une voix tremblante, l’illustre seigneur Guatemozin a eu connaissance du projet des conjurés.
— Vous l’entendez ? interrompit Cortez avec véhémence : connaître le complot et ne pas le révéler, c’était l’encourager ; c’est ce que vous avez fait. Qu’avez-vous à répondre ?
— Il est vrai, répliqua le prince, j’ai connu ce que vous voulez bien appeler un complot ou une conjuration, mais on peut attester que je n’ai pas voulu y tremper, et que je l’ai même dissuadé. Comprenant que c’était un dessein chimérique et impossible à exécuter, je n’ai pas voulu vous en dénoncer les auteurs, et perdre inutilement quelques insensés. Toutefois, au besoin, mon corps vous eût servi de rempart contre le poignard des assassins.
Soudain Itzoall, tout en larmes, s’élance jusques aux pieds de Cortez, et, embrassant ses genoux :
— Non, chef, non, vous ne commettrez pas une si grande injustice ! L’empereur est innocent, je vous le jure ! Ah ! je vous en supplie, par l’amour de Jésus et de sa sainte Mère, laissez-vous attendrir !
Aux prières d’Itzoatl vinrent se joindre les instances du frère Pierre de Gand, qui osa même menacer le gouverneur de la colère divine, si le prisonnier n’était mis sur le champ en liberté.
Mais Cortez détourna les yeux, et fit signe d’éloigner les intercesseurs.
Guatemozin et le cacique de Tlacopan furent condamnés à mort.
En entendant cet arrêt inique, le prince s’adressa une dernière fois à son juge.
— Malintzin, dit-il, avec une profonde émotion, je vois maintenant à quoi devaient aboutir vos fausses promesses…. à ma mort ! J’aurais dû me la donner de mes propres mains dans mon palais de Tenochtitlan, plutôt que de remettre ma personne en votre pouvoir. Dieu vous demandera compte de mon sang, et, soyez-en sûr, vous n’échapperez pas à sa vengeance.
— Calmez-vous, seigneur, dit le cacique de Tlacopan ; nous trouverons au palais du ciel un juge plus équitable. Pour moi, je m’estime heureux de mourir à côté de mon souverain légitime.
Les deux condamnés furent immédiatement emmenés. Le père Juan Suarez les confessa, et, avant de marcher à la mort, ils pardonnèrent à leurs ennemis. Le même jour ils furent pendus dans la forêt voisine.
« Ainsi finirent ces deux grands hommes, écrit Diaz, et je dois ajouter, ces deux bons chrétiens. J’eus grande pitié de l’un et de l’autre, les ayant vus en si belle fortune et haute position…. Je déclare ici qu’ils souffrirent la mort sans l’avoir méritée, et que leur supplice fut une grande injustice. Nous en jugeâmes tous ainsi ; il n’y eut parmi nous qu’une opinion sur cette cruelle et inique sentence. »
Tel est le récit du naïf et véridique historien de la conquête, un des plus vaillants soldats de Cortez, et témoin oculaire.
Cette action qui ternit à jamais la gloire du conquérant, fut bientôt suivie du châtiment.
Le lendemain de l’exécution des princes, arriva en grande hâte un parent de Cortez, le père Pedro d’Altemir ; il le pressa de retourner sur le champ à Mexico, pour faire face à ses ennemis. De grands troubles avaient éclaté dans la capitale, et si le zèle de Martinez avait pu apaiser momentanément les séditieux, il ne put étouffer les accusations qui, de toutes parts, furent dirigées contre le gouverneur. Enfin arriva, dans la Nouvelle-Espagne, Ponce de Léon, commissaire souverain de la cour de Madrid, chargé d’informer sur la conduite de l’accusé.
A ces foudroyantes nouvelles, Cortez dut se résigner à reprendre immédiatement le chemin de l’Anahuac, et il se soumit de nouveau à toutes les péripéties d’un pénible et périlleux voyage.

XII

Par une belle matinée du mois des fleurs, Itzoatl était assis, avec sa mère Yula, sous le berceau de lianes du jardin royal. Ils venaient de réciter ensemble à voix basse le rosaire de la Reine des Cieux, prière simple et touchante, tribut de leurs cœurs innocents, qu’ils offraient tous les jours à Jésus et à Marie, afin d’obtenir la conversion de l’obstiné Xolotl.
Depuis le meurtre du dernier souverain des Aztèques, Itzoatl avait cessé tout rapport avec les chefs castillans, qui d’ailleurs, à cause de leur barbarie et de l’arbitraire dont ils usaient à l’égard des Indiens, ne méritaient plus la moindre sympathie. Cortez était allé se justifier à la cour de Madrid, accompagné du bon et généreux Sandoval, qui mourut dans sa patrie au moment où il se préparait à retourner dans l’Anahuac. La Nouvelle-Espagne resta donc abandonnée à la cruelle rapacité d’une foule de soldats de fortune, qui osaient affirmer que les Indiens ne valaient pas mieux que des bêtes de somme, et les traitaient en conséquence.
Heureusement, les vaincus trouvèrent chez les Franciscains et les Dominicains des protecteurs puissants, disposés à braver le ressentiment de leurs, compatriotes, plutôt que de forfaire à la loi de la religion et de l’humanité.
Une haine sourde contre les blancs couvait dans le cœur des opprimés ; elle arrêta les rapides progrès du Christianisme. Plusieurs téocallis restèrent debout, même à Tlascala, et des victimes humaines furent encore fréquemment immolées aux idoles, soit dans les temples bâtis sur les montagnes, soit dans ces antres ou téocallis domestiques, que plusieurs nobles possédaient dans leurs jardins. Malgré les prescriptions du concile de Mexico, la polygamie continua d’être pratiquée. Xolotl était un de ceux qui, avec une persévérance opiniâtre, résistaient aux injonctions du nouveau gouvernement.
Itzoatl partageait son temps entre Dieu, ses études et sa mère. Il fréquentait le collège fondé à Tlascala par le père Martinez, et le jeune Christoval (c’était le nom de baptême du cacique), jouissait, même parmi ses condisciples, d’une réputation bien méritée de sagesse et de piété.
Dans les rares entretiens qu’il avait avec son père, le bon jeune homme lui parlait toujours de Dieu, et des consolations que donne aux malheureux la religion chrétienne ; sa piété filiale lui avait inspiré le plus ardent désir de procurer à l’auteur de secs jours le bonheur qu’il goûtait lui-même. Mais le farouche païen gardait toujours un sombre silence, ou bien il répondait par des blasphèmes aux tendres sollicitations de son fils.
Un jour, Xolotl fit demander au vénérable père Martinez de lui envoyer ses quatre enfants, et de les lui laisser pendant une journée. Ce religieux, alors supérieur du collège, s’empressa d’accéder à cette prière, car il augurait bien de cette démarche insolite.
C’était ce même jour qu’Itzoatl et sa mère priaient sous le berceau de verdure.
— Mère, demanda le jeune homme, sais-tu pourquoi mon père nous a fait venir aujourd’hui ? Serait-il enfin disposé à embrasser notre sainte religion, et voudrait-il nous ménager une agréable surprise ?
— Hélas ! je crains que non, mon enfant, répondit Yula ; depuis plusieurs jours ton père est plus sombre, plus pensif que jamais. La mère de ton frère Luis l’obsède sans cesse, et tu sais combien elle me déteste, combien est grande l’aversion qu’elle manifeste pour la religion de Jésus !
— Cependant, je ne saurais croire que nos ardentes prières dussent rester sans effet ; le bon Jésus n’a-t-il pas dit que l’on obtient tout ce que l’on demande avec confiance ?
— Cela est vrai, mon fils ; mais le père Olmedo, parlant un jour dans l’appartement de Cetetli sur la bonté de Jésus, nous dit entre autres choses : « Lorsque le pécheur résiste continuellement à l’invitation de Dieu, la prière qu’on fait pour lui ne saurait avoir un plein résultat, car Dieu ne fait jamais violence à la volonté de l’homme. »
— Et pourtant, je veux continuer à prier : convertir mon père à la religion de Jésus, voilà désormais le grand désir de ma vie ; Dieu, qui est si bon, si puissant, ne pourrait-il pas trouver le moyen de fléchir l’âme altière du cacique ?
— Oh ! oui, bien certainement, mon Itzoatl ; ne vas pas croire que je te conseille de ne plus prier pour ton père ! C’est peut-être à notre persévérance dans la prière, que Dieu veut accorder la grâce que nous sollicitons de sa bonté. Néanmoins, je ne reste plus dans cette maison d’impiété et de désordre. Jusqu’ici j’avais espéré que le cacique se laisserait fléchir par mes larmes, et tes pressantes exhortations ; maintenant, c’en est fait, je me retire auprès de mon amie Cetetli, qui m’offre un appartement dans son palais.
Itzoatl allait répliquer, lorsqu’il vit accourir, par une des avenues, le petit Luis, qui lui criait de loin :
— Vite, frère, le cacique te demande !
— Voici du nouveau, dit le jeune homme en se levant ; adieu, ma bonne, ma tendre mère ; tu m’attendras ici, n’est-ce pas ? Nous causerons encore ensemble, puis nous recommencerons à prier pour mon père. J’invoque la Mère de Dieu, qui est si bonne pour les pécheurs ; je ne saurais te dire combien sont vives mes espérances !…
— Adieu, mon fils, dit Yula toute troublée ; mon cœur est plein d’angoisses, mais je prierai en t’attendant50.
Le jeune homme était entré depuis un quart d’heure environ dans l’appartement de son père, lorsqu’il s’y fit un vacarme épouvantable. Tout le monde accourut. C’étaient, d’une part, des cris lamentables, des supplications ; de l’autre, des vociférations et des blasphèmes.
Luis monta sur la fenêtre, et fut témoin d’une scène horrible. Itzoatl gisait sur les dalles, tandis que le barbare cacique lui brisait les membres à coups de bâton.
— Seigneur, mon Dieu ! s’écriait le jeune martyr, faites-moi miséricorde ! Ne souffrez pas que mon père me tue ; mais si vous le voulez ainsi, que votre volonté soit faite !
Le jeune Luis, tout effrayé, se laissa glisser sur le gazon, et, voyant accourir la pauvre Yula :
— Vite, vite ! lui cria-t-il, le cacique assomme ton fils !
La mère, animée d’une énergie surnaturelle, bondit dans l’appartement, s’élança sur son fils, qui gisait meurtri et sanglant, et, l’entourant de ses bras :
— Homme sans entrailles ! s’écria-t-elle, as-tu donc un cœur de tigre ?
A la vue de sa femme, et songeant quelle aussi était chrétienne, Xolotl fut saisi d’un nouvel accès de rage.
— Hors d’ici ! cria-t-il.
Et, sur son ordre, des esclaves entraînèrent avec beaucoup de peine l’infortunée Yula, et l’enfermèrent, avec les trois autres fils du cacique, dans un appartement éloigné.
Alors le barbare fit allumer un grand feu ; et, après avoir éloigné tout le monde, il jeta de ses propres mains Itzoatl dans les flammes.
La pauvre victime n’essaya pas de se défendre contre celui à qui elle devait la vie. Elle ne faisait que répéter d’une voix mourante :
— Mon Dieu Jésus ! c’est pour votre amour que je meurs ! O ma bonne Mère, Mère de mon Dieu, assistez-moi dans ma cruelle agonie.
Le monstre entendit ces touchantes prières, il vit la patience angélique de ce jeune martyr ; mais, loin d’être ému, il sentit redoubler sa fureur. Le démon de la rage s’était emparé de son âme. Il retourna le corps de son fils, activa la flamme, et quitta l’appartement.
Quelques moments après, deux femmes du cacique se hasardèrent d’entrer. Elles trouvèrent le jeune homme encore vivant, et étendu sur un tas de cendres ; le feu s’était éteint comme par miracle.
Elles enveloppèrent dans du coton, le corps brûlé du pauvre enfant, et le couchèrent sur un lit. Il souffrait horriblement, mais ce qui ajoutait encore à ses souffrances, c’était de ne pas voir sa mère. Hélas ! Yula le devança dans le séjour de la gloire ; elle fut immolée pendant la nuit par le cacique et le téopixqui, dans l’antre ténébreux du jardin, sur l’autel de l’exécrable idole ! Les trois autres fils du cacique furent chassés du palais.
Le lendemain, Itzoatl, sentant les approches de la mort, fit appeler son père.
Voyant le cacique agité, et le croyant bourrelé de remords, le jeune homme lui prit doucement la main, et, l’attirant près de lui, tandis que sa tête meurtrie reposait sur la poitrine du monstre, il lui dit d’une voix caressante :
— Ne soyez pas si troublé, mon père ; vous m’avez procuré le plus grand bonheur qu’un père puisse donner à son enfant !
Et, retombant épuisé sur sa couche, il dit d’une voix presque éteinte :
— Mon père, j’ai soif ! On lui rafraîchit un peu les lèvres avec de l’eau et du miel. Il joignit les mains, invoqua une dernière fois les noms de Jésus, de Marie, et de saint François dans l’église duquel il avait été baptisé, et rendit doucement son aine au Seigneur.
Le P. Martinez, auquel Luis avait communiqué ces scènes d’horreur, jugea à propos de ne pas révéler ces méfaits ; il espérait que la grâce triompherait de l’obstination du cacique.
Mais, l’année d’après, Xolotl eut le malheur d’offenser grièvement un employé du gouvernement. On instruisit son procès, et, à cette occasion, tous ses crimes furent découverts : ses esclaves, ses femmes même le trahirent. Il fut pendu, avec le téopixqui, devant la porte de la ville, sur la route de Mexico.
En exhumant les restes d’Itzoatl, on trouva son cadavre encore entier, quoique portant les traces d’horribles brûlures. On transféra avec beaucoup de pompe ces précieuses reliques dans l’église des Franciscains, et, depuis, les Tlascalans honorèrent la mémoire de Christoval le cacique comme celle d’un martyr.

  1. Né à Maestricht, il fut membre de l’ordre des Frères-Mineurs-Récollets. []
  2. Les Caciques de Tlascala, suivi d’autres nouvelles, Paris : P. Lethielleux ; Tournai : H. Casterman, 1863, 1 vol. (302 p.) ; in-16. Disponible en ligne, url : <https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k9941805>. La première nouvelle sur les caciques fut traduite en espagnol et paru à Barcelone en 1877 : Los caciques de Tlascala : episodio de las misiones franciscanas en tiempo de la conquista de Méjico, Barcelona : [s.n.], 1877 (Tipografía Católica), 1 vol. (143 p.) ; 16 cm. []
  3. Aztèques, nom propre delà tribu que les Espagnols appelèrent Mexicains, d’après le nom de la ville du dieu Mexi. Avant la conquête, cotte capitale se nommait Tenochtitlan. []
  4. Il est bon d’observer que l’orthographe des noms propres mexicains est espagnole, et que dans cette langue le x se prononce comme le ch allemand ou flamand. []
  5. Les Mexicains appelaient leurs prêtres Téopixquis ; le chef des sacrificateurs se nommait Topilzin, et le grand-prêtre Téoteuctli ou seigneur divin. Il est à remarquer que Téotl, chez les Aztèques, signifie la divinité suprême, le Dieu origine de tous les dieux, celui qui ne reçoit point de culte, parce qu’il est inconnu. []
  6. Temples et éminences où l’on offrait les sacrifices. Ce nom signifie maison de Dieu. []
  7. Les moines, ou Tlamacazquis, étaient des cénobites, qui devaient vivre dans la chasteté, la pauvreté et l’obéissance ; leurs occupations consistaient dans la prière, les pratiques de la pénitence, et l’enseignement de la jeunesse. Leur institution tenait plus des formes du bouddhisme que de celles du monachisme chrétien. []
  8. Pays d’où était venu le réformateur des Toltèques, Quetzalcoatl. Ces régions étaient inconnues aux Aztèques, mais elles devaient être situées au sud-est de l’Anahuac, et ne pouvaient être que l’Europe ou l’Afrique. Les Mexicains disaient le Tlapallan, comme nous l’Orient, en parlant de l’Asie toute entière. []
  9. C’est le titre que les Tlascalans et les Mexicains donnaient à Fernand Cortez. []
  10. Les Aztèques croyaient à l’immortalité de l’âme. Trois sites de repos distincts et séparés étaient réservés dans l’autre inonde aux âmes des trépassés. Tous les nobles Mexicains, les soldats morts sur les champs de bataille ou captifs de l’ennemi, les femmes qui succombaient en couches, habitaient le palais du soleil….. Après quatre ans de bonheur, toutes les âmes étaient transformées soit en nuages, soit en oiseaux au brillant plumage, soit en lions ou en jaguars. Le second séjour céleste appartenait aux âmes des pauvres enfants sacrifiés sur les autels de Tlaloc. Les âmes de tous les autres morts étaient reléguées dans un certain lieu sombre… La privation de la lumière était le seul tourment qu’elles éprouvassent. []
  11. C’était la petite vérole, maladie importée par un esclave maure de la suite du général Narvaez. Elle fit beaucoup de ravages dans l’Anahuac, et Cortez eut la douleur de se voir enlever son plus fidèle ami, le prince Maxicatzin. l’un des quatre présidents du sénat de Tlascala. []
  12. On croit généralement que Quetzalcoatl vint dans l’Anahuac au VIIe siècle. []
  13. Grand-prêtre ou évêque. []
  14. Tout ce que l’épouse du cacique raconte dans ce chapitre, se trouve dans les écrits des historiens du Mexique. []
  15. Ces îles artificielles de 50 à 100 mètres de long, se nommaient Chinampas, et servaient, à la culture des légumes et des fleurs[.] Quelques-unes avaient assez de consistance pour que des arbustes assez élevés pussent y croître….. On les amarrait à volonté contre la rive avec leur parure fleurie. (Le Mexique avant Fernand Cortez ; par Michel Chevalier. []
  16. Ou plutôt Quauhtemotzin. []
  17. Dans cette description de l’ancienne Mexico, nous n’avons fait qu’abréger les récits des historiens de l’expédition, et surtout les lettres de Fernand Cortez. []
  18. On a découvert des vestiges de mystères et d’initiations partout où les Phéniciens avaient des colonies, ou des relations commerciales. (Th. Moore. Histoire de l’Irlande, t. I. []
  19. C’est là un fait bien étonnant sans doute, que nous rencontrons dans toutes les religions païennes, tant chez les nations civilisées, que chez les Esquimaux et les hordes sauvages de l’Afrique, de l’Océanie et du nord de l’Asie. N’est-ce pas là un sentiment, provenant de la chute primitive, par lequel l’homme se reconnaît indigne et incapable d’honorer comme il faut la Divinité ? Et ne fallait-il pas un Médiateur, pour renouer les rapports interrompus entre Dieu et l’homme ? []
  20. Les tribus phéniciennnes, quoique adorant le grand dieu Baal-Samin (le dieu du ciel), que les Grecs appelaient Zeus ou Jupiter, vénéraient cependant de préférence le dieu secondaire Melicerte, ou plutôt Melek-Kereth (le roi de la cité), appelé par les historiens grecs Herakles ou Hercule. Dans leurs courses maritimes, les Phéniciens se mettaient toujours sous la conduite du dieu de la guerre, dont ils portaient l’image avec eux, et qu’ils établissaient comme chef des cités qu’ils fondaient. Les voyages et les exploits de l’Hercule tyrien symbolisent l’histoire des colonies phéniciennes. []
  21. Les mythographes grecs rapportent aussi d’un certain Busiris, roi d’Egypte, qu’il éleva à Ammon-Ra un temple entièrement bâti avec des crânes et des ossements humains. []
  22. Quant aux Shamans et aux institutions lamaïques, nous les croyons avec raison des imitations, ou plutôt des ruines d’un christianisme disparu. Nous savons que le Shakia-Mouni historique, réformateur du Bouddhisme, fut de beaucoup postérieur à l’ère chrétienne, et qu’il reçut sa doctrine d’un vieillard, que les livres bouddhistes ne définissent que vaguement ; mais ils en disent assez pour nous donner le droit de supposer qu’il était missionnaire chrétien. Les Nestoriens pénétrèrent de bonne heure dans le Thibet et dans le Céleste-Empire, ils y eurent des chrétientés florissantes. On sait comment les institutions religieuses dégénèrent lorsqu’il n’y a plus de prêtres pour en sauvegarder l’intégrité. La condition religieuse de l’Abyssinie en est une preuve frappante. []
  23. Utatlan, capitale du royaume dont les débris forment aujourd’hui la république de Guatemala. Cette superbe cité fut fondée par le roi Acxopil, fils de Namaquiché, roi Toltèque qui avait envahi ces contrées, et fondé l’empire des Kichés, des Kachiquèles et des Zutigiles. []
  24. L’arbre dont il s’agit est le mancenillier. []
  25. Les Espagnols appelèrent Palenque cette ville en ruines. M. Balbi, dans sa Géographie Universelle, lui donne le nom de Culhuacan. Elle avait six à sept lieues de tour. Ses ruines nous offrent encore des temples, des palais, des tours, des observatoires, des tombeaux, des pyramides, des ponts, des aqueducs, des fortifications, des maisons, des souterrains, tout cela construit en pierres polies, et presque toujours revêtu à l’extérieur et à l’intérieur d’un enduit du plus beau vermillon. On a découvert des vases, des idoles, des tables de pierre, des médailles, des instruments de musique, des statues colossales, des bas-reliefs d’une très-belle exécution, encore très-bien conservés, et ornés de caractères hiéroglyphiques. (Voyez les Annales de Philosophie Chrétienne, t. XII, p. 441.) Dans cet article, M. Bonnetty donne, d’après le capitaine Dupaix, la description du monument le plus grandiose et le plus frappant de Palenque ; c’est celui que les explorateurs nomment le Palais, et que décrit sommairement le sacrificateur mexicain. []
  26. Les peuples de l’Amérique centrale n’avaient point d’écriture proprement dite. Ils peignaient sur papier d’agave, sur peau de cerf, ou sur toile de coton, la représentation propre ou symbolique de ce qu’ils voulaient décrire. On trouve pourtant chez eux des vestiges d’écriture phonétique. Plusieurs de leurs caractères ont une certaine ressemblance avec les hiéroglyphes chinois et égyptiens. On lit plus ou moins bien les manuscrits aztèques, mais les hiéroglyphes des bas-reliefs de Copan, de Mitla, de Palenque, d’Uxmal, etc., parmi lesquels on découvre quelques caractères chinois et égyptiens, n’ont pas encore été déchiffrés. []
  27. Gen., IX, 25. []
  28. La majeure partie de ces têtes provenait de prisonniers tlascalans. Moctezoma lui-même avoua un jour à Cortez que, bien qu’il eût pu aisément, et depuis longtemps, s’emparer de Tlascala, il respectait l’indépendance de cette république, afin de pouvoir constamment exercer son peuple à combattre ses valeureux voisins, et ne jamais manquer de prisonniers pour les sacrifices. []
  29. Ce temple est situé sur une montagne d’un accès difficile, et qui n’a que cinquante-sept pieds de longueur sur trente pieds de largeur et vingt environ de hauteur. On arrive par douze grands escaliers en pierre sur une esplanade faite de main d’homme, et qui a cent vingt pieds en carré. Ce temple, comme tous ceux, de Palenque, est couvert en pierres très-bien jointes, et tout autour du toit règne une double corniche en pierre d’un très-beau travail. La façade est tournée vers le nord. — Annales de Philosophie chrétienne, t. XII, p. 447. []
  30. Le récit qui va suivie repose en grande partie sur les documents indiens recueillis dans les œuvres manuscrites de Don Ramon de Ordonez y Aguiar, chanoine de Ciudad Real de Chiappas, qui, possédant à fond les langues du Guatemala, consacra trente années à étudier les antiquités historiques de sa patrie. Ses travaux ont été analysés et discutés par M. Brasseur de Bourbourg dans les Annales de Philosophie chrétienne. Les traditions recueillies par D. Ramon s’accordent très-bien avec les détails que l’on trouve à ce sujet dans le long Préambule des Constitutions diocésaines de Nugnez de la Vega, évêque de Chiappas. []
  31. Tulanzu, ou la Vallée des calebasses, est. selon M. Ordonez, le pays de Sennaar. []
  32. Nugnez de la Vega dit que, parmi les populations de Chiappas, les noms de Cham et de Chanaan étaient encore assez communs. []
  33. C’est la Méditerrannée. Plus tard les Chananéens prirent la même route. On nous objectera l’insuffisance des connaissances nautiques chez les peuples primitifs, mais cette insuffisance n’est rien moins que prouvée ; et tous les jours de nouvelles découvertes nous apportent des preuves du contraire. []
  34. Il est ici question des Hévéens, appelés dans le texte hébreu de l’Ecriture chivim, mot qui signifie, aussi bien que Tchâne, serpent ou couleuvre. Une partie de cette nation chananéenne fut chassée par les Philistins et les Caphtorim, sortis de l’Egypte avant l’invasion de la Palestine par Josué. []
  35. Demeure des treize couleuvres. Ce sont les îles Canaries, connues des anciens sous le nom d’Iles Fortunées. Ces îles, au nombre de treize, paraissent en effet avoir été peuplées d’abord par des tribus chananéennes, qui vivaient en Troglodytes. Leurs habitations étaient des grottes qu’elles creusaient, disposées les unes au-dessus des autres. On les appelait Guanartèmes. []
  36. C’est à dire terre de Uotan. On désignait ainsi la grande île de Cuba, ou, selon la vraie prononciation, Kouba Ce dernier nom est tout à fait phénicien ou hébreu, et signifie habitation, caverne. []
  37. Tonatiuh signifie soleil ; c’était la qualité qu’adoptaient les souverains Uotanides. Ces peuples avaient même dans leur langue le verbe soleiller pour régner. []
  38. Tlapallan signifie pays des couleurs servant à teindre. []
  39. Ordonez prétend que cette grande ville est Jérusalem, et fixe ainsi le voyage de Uotan VI, au XI[e] siècle avant Jésus-Christ. []
  40. Kart-Chadath, dénomination que les Grecs transformèrent en Karchêdôn, et les Romains en Carthago. En voyant mouiller Uotan à Carthage, on se rappelle le passage de Plutarque (De Fade in Orbe Lunœ), où il parle de ce mystérieux étranger arrivé du grand Continent-Cronien, qui parut à Carthage, et fut initié aux mystères sanglants, après avoir lu certains livres sacrés. []
  41. Nous croyons que ces familles étaient des tribus enlevées par les Carthaginois aux sept îles principales des Canaries. []
  42. C’est-à-dire, hommes comprenant les antiques peintures. Ce sont les Sopherim, ou scribes des peuples sémitiques. []
  43. Qui ne reconnaît à ce discours les Carthaginois ? Voyez un passage de Diodore de Sicile, lib. IV, c 19, 20. []
  44. C’est ce que rapporte Moctezoma dans son discours à Cortez. []
  45. Cuculchan ou Quetzalcohuatl signifie la couleuvre ornée des plumes du quetzal. C’est ainsi que les Tchânes appelaient leur souverain Pontife ; les Mexicains l’appelaient téoteuctli. []
  46. Le chevalier de Paravey a découvert un manuscrit chinois contenant la relation du voyage d’un prêtre bouddhiste au pays de Fou-Sang, qui n’est autre que l’Amérique. Cette migration arriva vers le VIIe siècle, quand les Bouddhistes furent expulsés de l’Indoustan par les Brahmanes. []
  47. Le cinquième mois de l’année, on célébrait la fête de Tezcatlipoca, ou de la pénitence. Alors, on sacrifiait le plus jeune et le plus beau des prisonniers de guerre, auquel on avait procuré pendant l’année toutes sortes de jouissances. L’heure du sacrifice venue, le topiltzin s’approchait de la victime avec beaucoup d’égards, et la tuait de la manière la plus respectueuse. Les caciques, en leur qualité de nobles cannibales, réservaient pour leur table ses doigts et ses bras. []
  48. L’année mexicaine était composée de dix-huit mois de vingt jours ; chaque mois étant subdivisé en quatre petites périodes égales de cinq jours, les dix-huit mois de l’année renfermaient soixante-douze demi-décades, plus cinq jours complémentaires. []
  49. Huit jours. Expression usitée chez les Mexicains. []
  50. La scène qui va suivre est historique jusque dans ses moindres détails. []

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search