Les codex et la philatélie

Après avoir fait quelques incursions dans le domaine de la numismatique1, abordons une autre science auxiliaire de l’histoire, la philatélie, pour nous intéresser à la prise en compte de l’iconographie des codex méso-américains sur les timbres.

Philatélie, sciences auxiliaire encore vivante ?

Existe-t-il encore des collectionneurs de timbres, les enfants décollent-ils les timbres des enveloppes pour les glisser dans des albums et classeurs ou les conserver dans des enveloppes de papier cristal ?

Le public francilien peut se le demander quand il voit ce qu’est devenu le Carré Marigny, le marché aux timbres de Paris, où les philatélistes ont depuis longtemps cédé le pas à des marchands de cartes postales, télécartes, pin’s et capsules de champagne, par ailleurs dans l’ensemble de moins en moins nombreux. Il en va de même en parcourant le passage des Panoramas où rares sont les marchands de timbres qui survivent2.

Quelles institutions pour l’étude de la philatélie ?

Musée de la Poste

Même si la France dispose d’un Musée de la Poste (https://www.museedelaposte.fr/collections) présentant des collections philatéliques3 permettant d’admirer le travail des graveurs de timbres en plus de l’histoire de l’institution postale, la production philatélique nationale mais surtout internationale reste malgré tout limitée au cercle restreint des philatélistes4.

Musée postal britannique

Le cas d’autres pays est quelque peu plus avantageux. Ainsi de la Grande-Bretagne qui possède également un musée postal, The Postal Museum, possédant des collections philatéliques5 mais surtout la British Library qui conserve la collection philatélique nationale de Grande-Bretagne, riche de plus de 8 millions d’items du monde entier6. Une partie de cette collection, tout de même 80 000 documents, est en consultation libre, tous les jours de la semaine, dans les espaces en libre-accès de la bibliothèque7. La Bibliothèque diffuse en ligne quelques guides de ses collections philatéliques8.

Musée postal allemand

L’Allemagne possède également un Museumsstiftung Post und Telekommunikation9 qui cumule à la fois des collections postales mais aussi relevant des télécommunications, comme si les défunts Postes, Télégraphes et Téléphones français avaient leur musée couvrant l’ensemble de leurs activités postales et téléphoniques10. Possédant trois localisations différentes en Allemagne, l’institution héberge une Archiv für Philatelie, sise à Bonn, dont la collection générale comprend plus de 800 albums11.

Museo de la Filatelia (El MUFI)

Le Mexique possède un modeste musée de la philatélie, le Museo de Filatelia de Oaxaca (url : <http://www.mufi.org.mx>.) qui offre peu de ressources en ligne sur la production courante des postes mexicaines.

Les codex et la philatélie

Les ressources restent donc limitées pour consulter des collections philatéliques et tenter de répertorier la production de timbres exploitant les codex méso-américains.

Confinement et COVID-19

Elles le sont d’autant plus en raison du dispositif de confinement mis en place pour faire face à l’épidémie de covid-19 dans le cadre de l’état d’urgence sanitaire12. Les catalogues13 sont ainsi restés inaccessibles tout comme les périodiques des philatélistes, sauf à les trouver en ligne, comme par exemple l’article de Sophie Fournier, « A la recherche d’une civilisation perdue », Timbroscopie, 1989, Octobre, n° 6214.

Dans ces conditions, le plus simple a consisté à aller à la source, c’est-à-dire de tenter d’identifier la production philatélique des pays d’où proviennent les codex et en premier lieu le Mexique15. Sachant que ce dernier a fait classer au registre de la Mémoire du monde de l’Unesco ses collections de codex méso-américains16, il n’est pas étonnant de constater qu’elles firent l’objet d’émissions de timbres.

Un peu d’histoire

Avant 1936, les timbres mexicains étaient imprimés par la Oficina Impresora de Hacienda17. A partir de cette date, la relève est prise par les Talleres de Impresión de Estampillas y Valores, dont l’acronyme TIEV figure sur les timbres – de la Secretaría de Hacienda y Crédito Público (SHCP) qui a la responsabilité de l’impression des timbres aussi bien courants que commémoratifs, auxquels s’ajoutent des documents officiels comme les passeports et les formulaires de l’Etat-civil pour les Consulats, les timbres fiscaux pour les boissons alcoolisées nationales et importées, mais aussi des livres d’art, des brochures et même des revues. Cette date marque également l’introduction de l’emploi de la photogravure pratiquée sur une presse de marque Goebel, importée de Darmstadt en Allemagne.

Le premier timbre mexicain fut édité le 1er août 185618. Depuis 1952, les ateliers d’impression des TIEV se trouvent à Mexico, Calzada Legaria Número 662.

Arte y ciencia de Mexico

En 1971, les TIEV éditent un timbre aérien d’une valeur faciale de 80 centimes donnant à voir un motif tiré du Codex maya de Dresde. Il faisait partie de la série Arte y ciencia de Mexico reproduisant des œuvres de l’art et de la science du Mexique ancien, novohispanique mais aussi contemporain.

Codice Dresden
Codice Dresden

En 1976, H. Rodriguez dessine le timbre 1,60 $MXN en s’inspirant de la déesse « Coatlicue, escultura Mexica ».

Coatlicue, escultura Mexica
Coatlicue, escultura Mexica

La série comprend également une reproduction attendue de la pierre du soleil, ou cuauhxicalli.

Piedra del sol
Piedra del sol

Ponctuellement, l’iconographie des codex mexicains est mise à l’honneur sur des timbres pour diverses occasions et commémorations.

Parmi celles-ci figure la série des symboles aztèques et mayas des jours et nombres, à la palette typique des années qui ont suivi le Summer of love de 1967. Ces vignettes de 10 centimes (sans valeur d’affranchissement) furent émises pour des campagnes annuelles de lutte contre la tuberculose, comme il en existait dans d’autres pays, dont la France19. Ils s’inscrivaient donc dans une suite d’autres séries similaires consacrées à d’autres motifs : oiseaux 1961-62, costumes nationaux 1962-63, papillons, 1963-64, costumes militaires 1965-66, blasons de villes 1966-67, navires 1967-68, objets artisanaux 1968-69, costumes du monde 1969-70, Rincones Mexicanos 1970-71, archéologie mexicaine 1971-72, symboles aztèques et mayas 1972-73, fleurs 1973-74, églises mexicaines 1974-75, artisanat 1975-76, tauromachie 1976-77, cactus 1977-78, fontaines coloniales 1978-79, 40e anniversaire 1979-80, 40e anniversaire 1980-81, 40e anniversaire 1981-82, 40e anniversaire 1982-83, coquillages 1984, champignons 1985, Caretas (masques) 1986, chiens I 1987, chiens II 1988, minéraux 1989.

Mexico 1972-73
Mexico 1972-73

Il va de soi qu’une telle planche ne peut manquer de faire songer à celle du codex de Florence.

Codex de Florence : mots nahuatl et leur transcription espagnole.
Codex de Florence : mots nahuatl et leur transcription espagnole.

1874-1974 : camara nacional de comercio de la ciudad de Mexico

C’et ainsi le cas pour le centenaire de la chambre nationale de commerce de la ville de Mexico qui donne lieu à l’édition, en 1975, d’un timbre reprenant un dessin du codex de Florence, la troisième vue représentant des Pochtecas sur le marché de Tlatelolco, livre IX, fol. 308v.

Camara nacional de comercio de la ciudad de Mexico
Camara nacional de comercio de la ciudad de Mexico

Fundación de México Tenochtitlán

En 1975, pour fêter la fondation de Tenochtitlan en 1325, sur le site de l’actuelle ville de Mexico, un timbre est émis avec une illustration issue de CodeX Duran.

Fundación de Tenochtitlán
Fundación de Tenochtitlán
Historia de las Indias de Nueva-España y islas de Tierra Firme, México : Escalante, 1867, p. 561.
Historia de las Indias de Nueva-España y islas de Tierra Firme, México : Escalante, 1867, p. 561.

Centenario del observatorio meteorologíco central (1877-1977)

En 1977, pour le centenaire de l’observatoire météorologique de Mexico20, une émission d’1,30 $MXN fournissait le portrait du dieu de la pluie Tlaloc, tel que représenté au sein du Codex aztèque Maglabiechano

Codex Magliabechiano CL. XIII.3, p. 89, url : <http://www.famsi.org/research/graz/magliabechiano/img_page089.html>.

Le motif choisi pour le timbre est à rapproché d’une autre représentation de Tlaloc au sein du même manuscrit,

Codex Magliabechiano CL. XIII.3, p. 69, url : <http://www.famsi.org/research/graz/magliabechiano/img_page069.html>.

Cette représentation ne manque pas de faire songer à celle du manuscrit Mexicain 65-71 de la Bibliothèque nationale de France, le Codex Ixtlilxochitl et sa planche du fol. 109-110v :

Centenario del ingreso a la union postal universal

Le 27 juillet 1979, pour le 100e anniversaire de l’admission du Mexique à l’Union postale universelle, un timbre postal de courrier aérien a été émis représentant un personnage issu d’un codex.

Centenario del ingreso de México a la Unión Postal Universal

10° aniversario de la llegada del hombre a la luna

1979 est aussi l’année où fut fêté le dixième anniversaire de l’arrivée de l’homme sur la lune, ce pour quoi un timbre aérien fut émis par les TIEV, d’une valeur faciale de 2,50 $MXN intitulé 10° aniversario de la llegada del hombre a la Luna. La Luna en los códices mexicanos. Le motif de la déesse de la lune, Meztli, est le symbole du lapin issu du Codex Borgia, p. 55.

La Luna en los códices mexicanos
MSS_Borg.mess.1, fol. 55, url : <https://digi.vatlib.it/view/MSS_Borg.mess.1/0057>.

Le motif est à rapprocher du symbole de la lune dans les fol. 10, 50 ou 60 du même manuscrit :

MSS_Borg.mess.1, fol. 10 url : <https://digi.vatlib.it/view/MSS_Borg.mess.1/0011>.
MSS_Borg.mess.1, fol. 50, url : <https://digi.vatlib.it/view/MSS_Borg.mess.1/0052>.
MSS_Borg.mess.1, fol. 60, url : <https://digi.vatlib.it/view/MSS_Borg.mess.1/0060>.

Le motif se retrouve également au feuillet 29 du Codex Vaticanus B :

Codex Vaticanus B (3773), fol. 29, url : <http://www.famsi.org/research/loubat/Vaticanus%203773/page_29.jpg>.

Personajes Prehispanicos de Mexico

En 1980, le Mexique fait paraître sa série des « Personajes Prehispanicos de Mexico » : Cuauhtemoc, Nezahualcoyotl, Ocho venado garra de tigre, chacun d’une valeur faciale différente (0,80, 1,60 et 5,50 pesos).

Personajes Prehispanicos de Mexico
Personajes Prehispanicos de Mexico

Le 4 septembre 1982, la TIEV émettait une nouvelle série dessinée par Ramón Alcántara R.

La valeur faciale de 0,80 $MXN représente Tariacuri, fundador del reino Purépecha (le royaume Tarasque), d’un motif issu de la Relación de Michoacán parfois attribuée au franciscain Jerónimo de Alcalá (franciscain, 1508?-1545?).

Tariacuri, fundador del reino Purépecha
Tariacuri, fundador del reino Purépecha

Le timbre de 1,60 $MXN représente Acamapichtli, primer gobernante Mexica, issu du Codex Azcatitlan, conservé à la Bibliothèque nationale de France.

Acamapichtli, primer gobernante Mexica
Acamapichtli, primer gobernante Mexica

Enfin, le timbre de 4 $MXN représente 10 Venado Pechera de Tigre, princesa Mixteca, issue du codex Nuttall.

 10 Venado Pechera de Tigre, princesa Mixteca
10 Venado Pechera de Tigre, princesa Mixteca

Le 31 août 1987, la série paraît avec de nouveaux personnages : Xolotl, Nezahualpill et Motecuhzoma Ilhuicamina et des valeurs faciales de 100, 200 et 400 pesos.

Xolotl, caudillo Chichimeca (codice Xolotl)
Xolotl, caudillo Chichimeca (codice Xolotl)
Nezahualpill, talotani de Tezcoco (Codice Florentino)
Nezahualpill, talotani de Tezcoco (Codice Florentino)
Motecuhzoma Ilhuicamina, tlaotani de Tenochtitla (Codice Matritense)
Motecuhzoma Ilhuicamina, tlaotani de Tenochtitla (Codice Matritense)

XXII congreso bienal mundial del colegio internacional de cirujanos

En 1980, pour le 22e congrès mondial biennal du collège international des chirurgiens, le Mexique éditait un timbre de G. Ubalde, d’une valeur faciale de 1,60 $MXN, représentant le dieu Xipe Totec, issu du Codex Borbonicus.

Xipe
Xipe
Codex Borbonicus : Xipe

Códices Indigenas Mexicanos

La série la plus remarquable faisant explicitant référence aux codex mexicains est celle des Códices Indigenas Mexicanos éditée à partir du 2 octobre 1982, après validation du projet soumis par la Comisión Consultiva de Emisiones Postales Conmemorativas y Especiales. La première série de trois timbres de 40 x 48 mm au format vertical, édités par la Secretaría de Comunicaciones y Transportes, reprenait des extraits du « Códice Florentino ». Le graphiste des timbres était Ramón Alcántara Rodriguez. Imprimés en photogravure rotative par les Talleres de Impresión de Estampillas y Valores S.H.C.P., chaque timbre fut émis à 1 000 000 d’exemplaires.

Códices Indigenas Mexicanos
Códices Indigenas Mexicanos

Le premier timbre « El astrologo » , d’une valeur faciale de 0,80 $MXN, montre un tonalpouhqui, « celui qui prédit les destins », une sorte d’astrologue, tenant un livre de peintures dans les mains, parlant avec une femme intéressée par ses pronostics, favorables ou défavorables, concernant son fils.
Le deuxième timbre « Ingreso a la escuela », de 1,60 $MXN, illustre une rentrée scolaire : les enfants aztèques intègrent le Telpechcalli, « maison de la jeunesse », qui servait d’école pour le peuple.
L’illustration qui figure sur le troisième timbre, « Los musicos », de 4 $MXN, représente un groupe de musiciens et chanteurs participant à une fête. Les instruments dont ils jouent sont un huehuetl (tambour), un Teponaxtle (cylindre de bois creusé avec des anches), et des hochets.

Huéhuetl

En 1987, une autre série toujours illustrée par Ramón Alcántara Rodriguez à partir du « Códice Florentino » vint compléter ces trois timbres. D’une valeur faciale de 150 $MXN, les timbres représentent une noce préhispanique, la salle du conseil de Moctezuma et la fondation de Tenochtitlan sur le lac de Texcoco.

Boda prehispanica
Boda prehispanica
Sala del consejo de Moctezuma
Sala del consejo de Moctezuma
Fundation de Tenochtitlan
Fundation de Tenochtitlan

Encuentro de dos mundos

Pour fêter les 500 ans de la « rencontre des deux mondes », une série fut éditée comportant quelques timbres donnant à voir des motifs issus de codex mexicains. Des timbres furent émis avant la date anniversaire de 1992 puisque dès 1988 le timbre de 500 $MXN donne à voir le « pintor/tlacuilo » du codex de Florence en face d’un moine espagnol.

Encuentro de dos mundos : pintor
Encuentro de dos mundos : pintor

En 1992, ce fut également le cas des timbres de 2000 $MXN parus pour l’exposition philatélique de Chicago, l’un avec un motif issu du Codex Selden : El origen en el cielo, l’autre du Codex Borbonicus : Quetzalcoatl y Tezcatlipoca.

Encuentro de dos mundos
Encuentro de dos mundos

Stamp world London 1990

Pour Stamp World London 90, l’exposition internationale de timbres tenue du 3 au 13 mai 1990 à l’Alexandra Palace de Londres, le Mexique édite un timbre rendant hommage à la figure du paynani, soit les coursiers qui circulaient sur les voies. Ces messagers professionnels portaient les messages entres les cités et la noblesse aztèque comme l’illustre le timbre Paynani, mensajero mexica 1790. Ces coursiers avaient également pour mission de maintenir le bon état de leur principal outil de travail, c’est-à-dire de veiller à l’entretien des routes.

Paynani, mensajero mexica 1790
Paynani, mensajero mexica 1790

50 años de la Sociedad Mexicana de Ortopedia

Pour le cinquentenaire de la Société mexicaine d’orthopédie, un timbre de 1,80 $MXN est émis avec un motif issu du codex de Florence, le Tratamiento de la fractura.

Tratamiento de la fractura
Tratamiento de la fractura
Códice Florentino, lib. X, fol. 111v et 112r
Códice Florentino, lib. X, fol. 111v et 112r, url : <http://teca.bmlonline.it/ImageViewer/servlet/ImageViewer?idr=TECA0001504065>.

Pronosticos para la asistencia publica

En 1998, pour fêter les 20 ans de la loterie consacrée à l’assistance publique mexicaine21, un timbre de 2,30 $MXN est émis, avec pour motif, le dieu du jeu, Macuilxochitl, Dios del Juego, issu de la représentation du jeu patolli du Codex Magliabechiano.

Macuilxochitl, Dios del Juego
Macuilxochitl, Dios del Juego
Codex Magliabechiano CL. XIII.3, p. 121
Codex Magliabechiano CL. XIII.3, p. 121.

Les émissions étrangères

Cette petite excursion dans le monde de la philatélie mexicaine révèle l’action de l’Etat mexicain pour valoriser les codex méso-américains, fussent-ils conservés hors du Mexique, puisque les motifs choisis pour les émissions proviennent souvent de manuscrits qui ne font pas partie de ceux conservés au pays et classés au registre Mémoire du monde de l’UNESCO.

Cependant, les codex méso-américains furent mis en valeur par l’Espagne qui en conserve dans ses bibliothèques et musées. Ainsi en 1992 elle émit le bloc de quatre timbres, Patrimonio Nacional Códices, associant des manuscrits du Nouveau Monde (Codex Veitia et Códice Sahagun : Códices matritenses de la Historia general de la Nueva España) à des manuscrits de l’Ancien Monde (Codex Trujillo, de Baltasar Jaime Martinez Compañon et Libro de ajedrez).

Patrimonio Nacional Códices
Patrimonio Nacional Códices

L’enveloppe du premier jour de l’émission reprenait un motif d’un codex.

Primer dia
Primer dia
Codice Veitia / Trujillo
Codice Veitia / Trujillo
Libro de ajedrez / Códice Sahagun
Libro de ajedrez / Códice Sahagun
Codice Veitia : Huitzilopochtli
Codice Veitia : Huitzilopochtli
Huitzilopochtli
Huitzilopochtli

Dans l’histoire philatélique du Mexique qui débute en 1856, l’évocation, pour ne pas dire la célébration des codex date des années 1970. Si des émissions antérieures ont pu mettre en valeur le passé précolombien du Mexique, ce fut au travers de représentations d’objets et de sites archéologiques. Mais nous aurons peut-être l’occasion d’y revenir dans un prochain billet de ce carnet.

  1. Voir les billets consacrés à la numismatique, url : <https://amoxcalli.hypotheses.org/tag/numismatique>. []
  2. Parmi ceux-ci, citons AMDC – Au Matériel De Collections, Phila 2000, Marigny Philatelie, La Postale Philatélie, Philatélie, Prins Philatélie, sans compter ceux qui logent rue Drouot, le 9e arrondissement restant l’épicentre de la philatélie parisienne, comme le 2e l’est pour la numismatique. []
  3. Le site du musée indique qu’il conserve plus de 450 000 pièces philatéliques : le musée est le bénéficiaire et le gestionnaire pour l’Etat du dépôt obligatoire des archives de fabrication des timbres-poste français, d’Andorre et des collectivités d’Outre-Mer, incluant les émissions des timbres des T.A.A.F, les Terres Australes et Antarctiques Françaises. Le dépôt légal de la philatélie française devrait s’élever à plus de 700 000 pièces auxquelles s’ajoutent des timbres étrangers et 600 000 pièces de l’Union postale universelle (UPU). Signalons qu’il existait un dépôt légal des timbres assuré par le ministère des Postes qui adressait ses spécimens à la Bibliothèque nationale, en particulier à son Cabinet des médailles (Cf. les Registres produits pour la gestion des collections conservées au Département des monnaies, médailles et antiques (anciennement Cabinet des médailles), url : <https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/btv1b53085290w> et <https://archivesetmanuscrits.bnf.fr/ark:/12148/cc91538m/ca59892243525536>.). []
  4. Signalons tout de même le partenariat du musée avec la Bibliothèque nationale de France qui permet de diffuser en ligne deux périodiques postaux et des périodiques philatéliques édités entre 1864 et 1941, url : <https://gallica.bnf.fr/edit/und/musee-de-la-poste>. []
  5. Cf. url : <https://www.postalmuseum.org/discover/collections/philatelic-collection/>. []
  6. La British Library met à disposition en ligne la Crawford Library of Philatelic Literature, url : <http://www.globalphilateliclibrary.org/bl_crawford/crawford_about.html>. []
  7. Cf. The Philatelic Exhibition, url : <https://www.bl.uk/events/the-philatelic-exhibition>. []
  8. Cf. Philately, url : <https://www.bl.uk/subjects/philately>. []
  9. Qui offre des ressources en ligne, url : <https://sammlungen.museumsstiftung.de/kategorie/datenbanken/>. []
  10. Pour un aperçu de la variété des collections, cf. url : <https://sammlungen.museumsstiftung.de/kategorie/sammlungsgebiete/>. []
  11. Cf. Briefmarken, url : <https://sammlungen.museumsstiftung.de/briefmarken/> []
  12. Décret n° 2020-293 du 23 mars 2020 prescrivant les mesures générales nécessaires pour faire face à l’épidémie de covid-19 dans le cadre de l’état d’urgence sanitaire, url : <https://www.legifrance.gouv.fr/affichTexte.do?cidTexte=JORFTEXT000041746694&categorieLien=id> et Décret n° 2020-260 du 16 mars 2020 portant réglementation des déplacements dans le cadre de la lutte contre la propagation du virus covid-19, url : <https://www.legifrance.gouv.fr/affichTexte.do?cidTexte=JORFTEXT000041728476&dateTexte=&categorieLien=id>. []
  13. Par exemple le catalogue Michel Mittelamerika 2019, Germering : Schwaneberger, 2019, 1 vol. (879 p.) : ill. ; 23 cm. ISBN 978-3-95402-240-3 ; Jefferies, H., Stanley Gibbons Stamp Catalogue: Central America Pt. 15, London : Stanley Gibbons, 2007, 1 vol. : ill. couv. ill. en coul. ; ISBN 978-0852596487 ; Catalogue mondial de cotation des Timbres d’Amérique Centrale. Volume 1, de Anguilla à Grenadines, Paris : Yvert et Tellier, 2016, 1 vol. (1284 p.) : ill. ; 27 cm. Catalogue mondial de cotation des Timbres d’Amérique Centrale. Volume 1, de Guatemala à Vierges, Paris : Yvert et Tellier, 2017, 1 vol. (960 p.) : ill. ; 27 cm. Catalogue mondial de cotation : timbres d’Amérique du Sud : de Argentine à Venezuela, Paris : Yvert et Tellier, 2019 1 vol. (1260 p.) : ill. ; 32 cm. Semi-Modernes : les timbres du monde : 1941-1960. Vol. 2 : De Macao à Zanzibar (1941/1960), Paris : Yvert et Tellier, 1 vol. (468 p.) : ill. ; 27 cm. Les Classiques du Monde : 1840-1940, Paris : Yvert et Tellier, 2020, 1 vol. (1404 p.) : ill. ; 28 cm. []
  14. Disponible en ligne, url : <http://www.timbresmag.com/2015/07/08/a-la-recherche-dune-civilisation-perdue/>. []
  15. Au-delà des catalogues et bases de données commerciaux, citons quelques outils bibliographiques qui peuvent aider le chercheur : Josel Cossio, Album historico postal de la republica mexicana : 1856-1956, México : SCOP, 1956 ; Carlos Castán Ramírez, Catálogo del segundo centenario de la estampilla mexicana : 1956-1981, México : Climexa, 1980. []
  16. Cf. Mémoire du monde, Mexique, url : <http://www.unesco.org/new/fr/communication-and-information/memory-of-the-world/register/access-by-region-and-country/mx/>. []
  17. En 1864, les premières émissions philatéliques mexicaines furent l’œuvre de The American Bank Note Co. New York. []
  18. Tous les timbres émis par le Mexique sont listés sur le site Acervo Filatélico des Secretaría de Hacienda y Crédito Publico et Secretaría de Comunicaciones y Transportes, url : <http://www.sctiev.hacienda.gob.mx/scaatievweb/acervoTiev/coleccionTiev.do>. []
  19. A ce sujet nous renvoyons aux catalogues de Lucien Coutan ; Philippe Steff, Les Campagnes du timbre antituberculeux français (1925-1944), Paris : Yvert et Tellier, 2010 ; Les Campagnes du timbre antituberculeux français (1945-1969), Paris : Yvert et Tellier, 2012 ou au récent Lucien Coutan ; Philippe Steff, Les Campagnes du timbre antituberculeux français du 20e siècle et du début du 21e siècle (1970-2018), L’Isle Adam : Association des collectionneurs de carnets de timbres et de publicitimbres, 2018, 186 p. []
  20. L’observatoire fut installé à cette date sur le toit (l’azotea) du Palacio Nacional qui comptait en réalité deux observatoires : l’Observatorio Astronómico Nacional et l’Observatorio Meteorológico Central. En 1878, ce dernier ut transféré au château de Chapultepec. Voir : Comisión Nacional del Agua, Servicio Meteorológico Nacional: 135 años de historia en México, México : Secretaría de Medio Ambiente y Recursos Naturales, 2012, 76 p. Disponible en ligne, url : <https://www.senado.gob.mx/comisiones/recursos_hidraulicos/docs/doc22.pdf>. []
  21. Voir le site dédié, url : <https://www.pronosticos.gob.mx/>. []

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.