Permanence des modèles européens dans les représentations des Indiens d’Amérique

Entre syncrétisme1 et « anthropophagie culturelle »2, l’influence de l’iconographie européenne dans l’art latino-américain est un thème souvent étudié3 comme celui de la représentation des autochtones par les premiers européens4.

Des exemples nous sont régulièrement fournis, aussi bien par le domaine du jouet Playmobil5 que par le commerce du chocolat, pour citer un cas récemment identifié !

Indien « Nicolsen »

Ainsi, si le chocolatier Nicolsen a choisi une fève de cacao comme logo, sur ses emballages et son site internet6, il fait figurer ce que l’on imagine être un temple forcément méso-américain – puisque le chocolat provient originellement d’Amérique – sur lequel est sculpté un indien qui monte la garde :

Emballage de Nicolsen chocolatier

Cette représentation peut difficilement évoquer quelque temple autochtone, tant il n’existe pour ainsi pas de telle vigie en ronde-bosse sur les pyramides mayas ou aztèques. Faut-il y voir une lointaine réminiscence de quelque atlante toltèque tel que l’on peut en rencontrer à Tula de Allende ou de quelque stèle de Copán7 ?

La présentation actuellement visible sur le site archéologique résulte d’un montage contemporain et non d’une reconstruction de leur forme initiale puisqu’en réalité ils furent découverts en 1940 par l’archéologue mexicain Jorge Ruffier Acosta (1908-1975) alors qu’ils étaient enterrés. Si les chercheurs s’accordent à penser qu’ils servaient de support à une construction rien ne prouve qu’ils aient été placés au sommet de la pyramide8.

Tête d'atlante lors de son exhumation
Tête d’atlante lors de son exhumation

S’il ne s’agit pas d’une illustration inspirée par quelque reste archéologique, faut-il chercher une représentation approchante dans les codex méso-américains ?

Le Codex Mendoza (Bodleian Library MS. Arch. Selden. A. 1) donne à voir des guerriers aztèques, notamment dans son fol. 67r :

Même si le manuscrit est colonial, produit à la demande du vice-roi de la Nouvelle-Espagne, Antonio de Mendoza, il est l’oeuvre d’un tlacuilo indigène du nom de Francisco Gualpuyohualcal, formé à l’école des arts et métiers de San José de los Naturales. L’illustration des guerriers est toutefois issue d’une partie sans antécédent préhispanique mais adopte un caractère ethnographique sans doute destiné à instruire le public européen pour lequel le manuscrit est destiné. A cet égard, on peut légitimement estimer que le style, même si la tradition préhispanique prédomine, offre une synthèse d’éléments traditionnels et d’autres issus de la nouvelle culture novohispanique. Les chercheurs affirment que si les postures des personnages, la fermeté des lignes et l’utilisation de la couleur dénotent un style issu des anciens codex, l’auteur du manuscrit connaissait les canons de la Renaissance sur les proportions de la figure humaine, et qu’il avait du voir des gravures européennes.

Cette illustration nous rapproche de celles du Códice Durán ou Historia de las Indias de Nueva España e Islas de Tierra Firme produit par le dominicain Diego Durán.

Même si d’après Robert Barlow9, Diego Durán aurait adapté une chronique indigène antérieure, il n’en reste pas moins que le style occidental prédomine comme on peut le constater par ce seul encadrement :

Aussi, il nous semble que cette représentation d’un guerrier en pied portant arme au poing et bouclier reste un motif européen. N’est-ce pas celui que l’on retrouve sur maints portraits gravés de nobles, comme par exemple ceux de Philippe Ier de Castille, duc de Bourgogne ?

Portret van Filips de Schone, hertog van Bourgondië; Graven en gravinnen van Holland
Portret van Filips de Schone, hertog van Bourgondië; Graven en gravinnen van Holland, https://www.rijksmuseum.nl/nl/collectie/RP-P-1906-2583
Portret van Filips de Schone, hertog van Bourgondië; Philippus Austrius
Portret van Filips de Schone, hertog van Bourgondië; Philippus Austrius, https://www.rijksmuseum.nl/nl/collectie/RP-P-1908-3855
Portret van Filips de Goede, hertog van Bourgondië; Philippus Burgund
Portret van Filips de Goede, hertog van Bourgondië; Philippus Burgund, https://www.rijksmuseum.nl/nl/collectie/RP-P-1906-2546

C’est aussi un motif courant sur des sculptures funéraires du Moyen âge comme peuvent l’attester celle de Philippe de Solms en l’église de Marienstiftskirche ou encore celle de Christoph Ulrich von Pappenheim, sise en l’église St. Marien de Gräfenthal.

Philippe de Solms, photographie de Andrej Pfeiffer-Perkuhn, 2010.
Philippe de Solms, photographie de Andrej Pfeiffer-Perkuhn, 2010.
Epitaph Christoph Ulrichs in St. Marien in Gräfenthal
Epitaph Christoph Ulrichs in St. Marien in Gräfenthal, https://commons.wikimedia.org/wiki/File:Gr%C3%A4fenthal-Stadtkirche-Grabplatte-02.jpg

Toutefois si les attributs les plus courants restent l’écu avec une arme de type épée, lance voire fanion, la présence de la hache se fait plus rare.

Notre Indien « Nicolsen » s’inspire davantage de l’art néo-préhispanique, soit le mouvement architectural historiciste d’inspiration pré-hispanique que l’on peut retrouver dans le Museo Nacional de la Cultura Peruana de l’architecte Ricardo de Jaxa Malachowski (Ryszard de Jaxa Małachowski, 1887-1972) :

Museo Nacional de la Cultura Peruana de l'architecte Ricardo de Jaxa Malachowski
Museo Nacional de la Cultura Peruana de l’architecte Ricardo de Jaxa Malachowski, https://commons.wikimedia.org/wiki/File:Lima_-_Museo_Nacional_de_la_Cultura_Peruana.jpg

Par conséquent, la tradition iconographique de cet indien reste « occidentale » et en ce sens en accord avec son usage premier, qui est de favoriser la vente de chocolats à une clientèle d’Ile-de-France.

  1. Sur ce concept appliqué surtout pour le fait religieux, voir : Bœspflug, François, « Le syncrétisme et les syncrétismes. Périls imaginaires, faits d’histoire, problèmes en cours », Revue des sciences philosophiques et théologiques, 2006, tome 90, n° 2, p. 273-295. DOI : 10.3917/rspt.902.0273. Disponible en ligne, url : <https://www.cairn.info/revue-des-sciences-philosophiques-et-theologiques-2006-2-page-273.htm>. []
  2. Nous reprenons ici le terme qu’Elsa Leydier emploie en référence au Manifeste Anthropophage d’Oswald de Andrade, voir : Leydier, Elsa, « Entre Europe et Amérique latine : Le système artistique et la thèse d’une nouvelle anthropophagie culturelle », ENSP-CRAI, 18 novembre 2015. Disponible en ligne, url : <https://enspcrai.hypotheses.org/345>. []
  3. Nous renvoyons à la bibliographie établie par la Bibliothèque nationale de France qui comprend une partie consacrée à l’Amérique centrale et l’Amérique latine, voir : Bibliothèque nationale de France, Art et colonisation, Paris : Bibliothèque nationale de France, 2017. Disponible en ligne, url : <https://www.bnf.fr/sites/default/files/2018-12/biblio_art_colonisation.pdf>. []
  4. Citons, entre autres, Duviols, Jean-Paul, « Premiers regards sur les sauvages (XVIe siècle) », América, 2017, n° 50, p. 13-25. Disponible en ligne, url : <http://journals.openedition.org/america/1789> ; DOI : 10.4000/america.1789, et l’ouvrage América imaginaria, url : <https://amoxcalli.hypotheses.org/10805>. []
  5. Voir : « Playmobil et les civilisations précolombiennes », Amoxcalli, 30 décembre 2019. Disponible en ligne, url : <https://amoxcalli.hypotheses.org/11589>. []
  6. Voir son site, url : <https://www.nicolsen-chocolatier.fr>. []
  7. Pour voir les différentes stèles, on pourra se reporter au site de Günther Eichhorn, url : <http://gei.aerobaticsweb.org/honduras_stelae.html> ou consulter les photographies de Linda Schele, url : <http://research.famsi.org/schele_photos_list.php?rowstart=2355&search=Copan&num_pages=244&title=Schele%20Photograph%20Collection&tab=schele_photos>. []
  8. Voir Achaman Tahoro Isora, « Así fue el descubrimiento de los Atlantes de Tula », Achaman, 22 février 2019. Disponible en ligne, url : <http://squitel.blogspot.com/2019/02/asi-fue-el-descubrimiento-de-los.html>. []
  9. Barlow, Robert H., « La Crónica X: versiones coloniales de la historia de los Mexica Tenochca », Revista Mexicana de Estudios Antropológicos, 1945, n° 7, p. 65-87. []

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search