Parution : La colonisation du savoir : une histoire des plantes médicinales du Nouveau monde, 1492-1750

La colonisation du savoir

Créateur

Résumé de l’éditeur

Tabac, coca, quinquina, cacao, gaïac, peyotl, poisons, abortifs… De 1492 au milieu du XVIIIe siècle, les Européens s’approprient en Amérique d’innombrables plantes médicinales. Au moyen d’expéditions scientifiques et d’interrogatoires, ils collectent le savoir des Indiens ou des esclaves pour marchander des drogues, et élaborent avec elles les premières politiques de santé. Dans le même temps, inquisiteurs et missionnaires interdisent l’usage rituel de certaines plantes et se confrontent aux résistances des guérisseurs. Botanique, fraudes et sorcellerie : entre les forêts américaines et les cours du Vieux Monde, ce livre raconte l’expansion européenne comme une colonisation du savoir.

Aperçu de l’ouvrage disponible sur le site de « Les éditions des mondes à faire« .

Sommaire

  • PRÉFACE IMAGINAIRE À UNE HISTOIRE INVISIBLE
  • 0. L’APPROPRIATION DES INDES
    • Des plantes médicinales
    • Des Indes
    • Des manières de vivre
    • Conclusion: l’histoire en contrepoints
  • LIVRE I – UN NOUVEAU MONDE MÉDICINAL
  • NOTE. GALÉNISME ET PRATIQUE MÉDICALE EN EUROPE
  • 1. NOUVELLES PLANTES, ANCIENNES MÉDECINES (1492-1570)
    • Prises de contact: l’appropriation en Amérique
      • La vision du vainqueur: reconnaître et se méfier
      • Des remèdes de fortune
      • La transmission des plantes médicinales au quotidien
    • Prises à distance: la pharmacopée américaine en Europe
      • Les usages d’une médecine nouvelle: le bois de gaïac
      • Les substituts américains sur la route des épices
      • Le miroir des Indes
    • Nicolás Monardes, Séville et les choses médicinales des Indes occidentales
      • Le médiateur de Séville
      • L’Histoire médicinale des Indes occidentales
      • L’expérience sévillane d’un galéniste
      • L’avantage des Indes occidentales
      • Un nouveau monde médicinal à conquérir
    • Conclusion: comment s’approprier le monde
  • 2. LE QUESTIONNAIRE DES INDES (1570-1580)
    • La « pacification des Indes »
      • Quatre ordonnances d’Ovando
      • Les sources d’une enquête
      • L’Amérique en questions
      • L’administration du soin
      • La réforme catholique et la « pacification » des Indes
    • L’expédition de Francisco Hernández
      • Une expédition scientifique aux Indes
      • L’expérience de l’Amérique
      • Pline face aux Indes
      • Hernández face aux Indiens
      • Le rapport des Amériques
    • Les savoirs américains à l’épreuve du feu
      • La réception de l’Histoire naturelle de Nouvelle-Espagne
      • Usage et censure des savoirs américains
      • La pharmacopée dans les relations géographiques
    • Conclusion: une question sans réplique
  • 3. UNE APPROPRIATION EUROPÉENNE (1580-1640)
    • La mobilité des choses
      • Le mouvement des bateaux
      • L’approvisionnement médical de l’Europe
      • Le spectacle des curiosités
      • Du remède à l’agrément: tabac et chocolat
      • Les médiations missionnaires: le cas des jésuites
    • L’accumulation des choses: les Flandres et l’Italie
      • Les plantes américaines en Flandres à l’époque de Clusius
      • Le patronage des curiosités américaines en Italie
    • La publication des choses
      • Dans le sillage de Francisco Hernández
      • Universalisme et exotisme
      • Les deux sources du savoir mexicain
      • Le trésor mexicain de Rome
    • Conclusion: la colonisation dans le texte
  • PAUSE. LES MÉDECINES DU MONDE
  • 4. L’ÉCORCE DES JÉSUITES (1640-1660)
    • Quina quina. Sous l’écorce des mots et des images
      • Une écorce rougeâtre et amère, un arbre inconnu
      • Confusions en tous genres
      • Les routes du quinquina
    • L’histoire d’une transmission
      • Une comtesse nommée Chinchón
      • Deux versions de l’histoire
      • L’or des Maynas
      • Les recettes jésuites
      • Les poudres de Juan de Vega
    • La querelle du quinquina
      • La Schedula Romana en procès: Italie vs Flandres
      • Une controverse européenne: France, Angleterre, Espagne
    • Conclusion: réalité de la légende
  • 5. LE SPÉCIFIQUE DES FIÈVRES INTERMITTENTES (1670-1710)
    • La conduite des malades: des cours aux gouvernements
      • Talbor, de l’Essex à Londres
      • Le remède anglais à Paris et Versailles
      • La guérison du roi
      • La publicité du remède
      • Le quinquina, l’ipécacuanha et la santé du peuple
    • Un spécifique universel
      • Les remèdes spécifiques
      • La réception d’une nouvelle méthode
      • L’action du quinquina sur les fièvres
      • Le champ d’application du remède
      • L’arbre des fièvres de Francesco Torti
      • Le retour du particulier
    • Le commerce d’un spécifique
      • Une écorce falsifiée
      • Le règne de la méfiance
      • La quête des succédanés
      • À la recherche du bon quinquina
    • Conclusion: incertitude et innovation
  • 6. L’ARBRE RETROUVÉ (1710-1751)
    • L’approvisionnement des monarchies européennes
      • La classification des quinquinas
      • Le contrôle du quinquina en Espagne et en France
      • Les Anglais dans la mer des Caraïbes
    • La forme d’une écorce
      • Une expédition géodésique et botanique
      • À la recherche de repères
      • Le retour vers l’arbre
      • Les savants français et la prospection de la nature américaine
      • Le retour vers l’Europe
    • L’estanco du quinquina
      • Ensenada et le contrôle des ressources américaines
      • L’écorce du roi
      • L’exploration botanique de l’Amérique
    • Conclusion: la propriété de la nature
  • ÉPILOGUE. ARNAQUES, CRIMES ET BOTANIQUE
  • PAUSE. LA CONQUÊTE DES SAVOIRS
  • LIVRE III – RUPTURES DE COMMUNICATION
  • NOTE. À LA RECHERCHE DES ABORTIFS AMÉRICAINS
  • 7. LE MÉDICAL ET LE NON-MÉDICAL
    • Le visible et l’invisible
      • Le naturel, le surnaturel et la conquête de l’invisible en Europe
      • Les médecines imaginaires
      • L’invisible point de désaccords
    • Le sain(t) et le diabolique
      • Plantes du diable et herbes saintes
      • Diaboliques idoles
      • Le commerce des imaginaires
      • La guerre des mondes invisibles
      • Le profil des accusé(e)s
    • Le médicament et le remède
      • Le poison comme remède
      • L’amour de la magie
      • Les voix de la richesse et de la justice
    • Conclusion: la séparation impossible
  • 8. LE CONTRÔLE DES MANIÈRES DE VIVRE
    • Des médecines sous surveillance
      • Le secteur de la médecine
      • Filtres missionnaires
      • Médecines rivales
      • La chasse aux connaissances
      • La répression des déviances
    • L’ivresse défendue: le pulque au Mexique
      • Pulque blanc, pulque jaune: la médecine et l’ivresse
      • L’asiento du pulque 1692, le pulque en procès
      • L’extirpation impossible
    • La coca: usages autorisés, usages prohibés
      • L’empire de la coca
      • La conquête de la coca et le Cerro de Potosi
      • Dans la balance du droit et de l’économie
      • Les nouveaux chemins de la coca
    • Conclusion: l’expropriation des plantes médicinales
  • 9. LA RÉSISTANCE DES MATÉRIAUX
    • Fruits défendus: les usages de la clandestinité
      • Les temps et les lieux de la dissimulation
      • Le jeu des étiquettes
      • Traverser les murs
      • Un monde à l’envers
    • Ruptures de communication
      • Les refus de la contribution
      • La mauvaise volonté
      • Agir en silences
    • Le renversement du monde
      • La vengeance
      • Le diable ou le langage de la haine
      • Le retour de la peur
      • L’horizon de la mort
      • Revanches transversales
    • Conclusion: voir et savoir
  • X. AVOIR ET SAVOIR
    • Puissances du changement
    • Nouvelles habitudes
    • La connaissance et la vie
    • La discipline de l’innovation
    • La colonisation des liens
    • Maintenir en vie
    • Le conflit des connaissances
  • POSTFACE. CIRCÉ AUX AMÉRIQUES
  • GLOSSAIRE
  • NOTES

Préface

L’origine de ce livre remonte loin, très loin, jusqu’à une question que sans doute beaucoup d’enfants se sont un jour posée. Dans un monde où dominent des remèdes calibrés et prêts à l’emploi, il peut paraître banal de voir un médicament atténuer des douleurs d’estomac. L’affaire n’est pourtant pas si triviale. Avant d’être synthétisées, les molécules sont prélevées, dans la plupart des cas, sur des végétaux. Ce qui veut dire qu’une écorce, une racine, ou une feuille a la propriété de mettre un terme à une souffrance ou bien de favoriser la réalisation d’une performance – sportive, sexuelle, scolaire, etc. Il y a deux manières de s’en étonner et de trouver cela fascinant. On peut se demander pourquoi de telles propriétés existent. On peut, aussi, se demander comment elles ont été connues. Entre le XVIe et le XVIIIe siècle, de nombreux auteurs européens imaginent que les êtres humains ont « découvert » les remèdes en observant les animaux, voire en parlant avec eux. En Amérique, en Asie, en Europe ou en Afrique, d’autres légendes racontent que des esprits ou des dieux ont transmis les remèdes et les poisons aux hommes et aux femmes, cette transmission scellant bien souvent l’association d’une communauté avec les êtres du monde invisible. Le paradis des monothéismes abrahamiques, ce n’est pas anodin, est établi autour d’un arbre de santé. Pour un savant d’aujourd’hui, il est plus raisonnable d’attribuer la découverte des effets d’une plante au hasard. Une malencontreuse confusion permet de connaître le caractère vénéneux de tel champignon quand une autre plus heureuse permet aux malades d’une diarrhée de soulager leur peine. Vient alors le moment où le hasard est converti en expérience historique, où l’attention à l’imprévu fonde la connaissance des choses. Mais comment imaginer, à partir de cette explication par le hasard, que l’usage des plantes puisse atteindre la précision d’un dosage? Pour employer un remède, il faut en effet connaître la partie du végétal à utiliser, la façon de la préparer et de l’appliquer ainsi que les problèmes qu’elle peut permettre d’affronter. Toutes choses qui supposent qu’une expérience, mauvaise ou bonne, soit répétée dans le temps à tel point qu’elle mène à la définition d’une règle à respecter – un remède s’administre. Les pionniers malheureux qui ont donné leur vie pour connaître les plantes ne sont pas seulement les personnes mortes par erreur ou par excès de hardiesse. Elles sont aussi toutes celles soumises à des expériences dans lesquelles la quête du savoir se pare d’une dimension politique, avec la punition, et d’une dimension rituelle, avec le sacrifice. Les aliments, les médicaments, les cosmétiques que nous connaissons sont le résultat de ces essais. Chaque jour, nous avalons des morts. Cette histoire imaginaire est le pays dans lequel naît la figure mythologique et littéraire du guérisseur. Au moyen d’un voyage que lui procure la consommation d’une plante, il peut restaurer l’unité perdue, reprendre parole avec les animaux, les végétaux et les êtres invisibles. Détenteur d’un savoir sacré, il est le seul à pouvoir avaler, à pouvoir connaître, à pouvoir faire avaler. On lui demande de soigner, on lui demande de diriger les célébrations rituelles, on lui demande de sacrifier. Lorsqu’il est une figure imaginaire, le guérisseur possède un pouvoir unitaire, il est juge, sage et médecin. Lorsqu’il est une figure historique, ce pouvoir devient fragmentaire. Suivant les lieux, il est médecin et prêtre, médecin et sage; il peut être soumis à l’autorité du guerrier, ou être en concurrence avec des juges. Dans l’Europe de l’époque moderne, ces différentes fonctions sont spécialisées et institutionnalisées. Mais même là, un médecin reste un peu un juge pouvant reprocher aux malades leur débauche et il n’est pas si rare que l’on se fasse justice en administrant un poison. La première inscription du pouvoir est de faire incorporer une substance à une personne. Qu’êtes-vous prêt à avaler? Il n’y a pas de question plus politique. C’est par là que l’organisation de la vie collective pénètre chaque personne et lui attribue un rôle. Combien de rites de passage, de la naissance à la mort, combien de célébrations, combien de punitions reposent sur l’absorption d’une substance? La communauté se réunit autour de ce qu’elle reconnaît comme ingérable et elle se divise, se hiérarchise, en déterminant qui peut avaler, qui ne le peut pas. Pharmakon est un terme grec de forme neutre désignant le remède et le poison, ce qui soigne et ce qui punit. Un poison peut soigner si, à petite dose, il combat une infection. Un médicament peut tuer si, à forte dose, il provoque une hémorragie. On ne soigne pas un corps sans le secouer un peu, sans prendre quelque risque. Une bonne part de la médication réside dans l’expulsion d’« agents pathogènes » et tout le jeu est de savoir à partir de quand cette expulsion est nécessaire, et à partir de quand elle est dangereuse. De là l’importance des expériences menées sur des cobayes. Qui peut être guéri, qui peut être sacrifié? La pharmacie est un art politique. Le terme grec pharmakos, de forme masculine, désigne l’expulsion ou le sacrifice d’une personne dans le but de purifier la cité; la punition de la première guérissant la seconde. La connaissance qu’un groupe humain a du monde qui l’entoure est solidaire des relations de pouvoir qui le traversent. Elle est ce phénomène qui permet de guérir et de tuer, de soigner et de punir, de prendre et de détruire, de conquérir et de résister. Pour toutes ces raisons, une histoire des plantes médicinales est susceptible d’éclairer un aspect majeur de l’époque moderne: la colonisation des Indes.

Compte rendu

  • Gueux, Manuel, « Samir Boumediene. La colonisation du savoir. Une histoire des plantes médicinales du « Nouveau Monde » (1492-1750). Vaulx-en-Velin, Les éditions des mondes à faire, 2016 », Cahiers philosophiques, 2018, vol. 1, ,° 152, p. 101-106. DOI : 10.3917/caph1.152.0101. Disponible en ligne, url : <https://www.cairn.info/revue-cahiers-philosophiques-2018-1-page-101.htm>.
  • Lamy, Jérôme, « Samir Boumediene, La colonisation du savoir. Une histoire des plantes médicinales du « Nouveau Monde » (1492-1750) », Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique, 2017, n° 136. Disponible en ligne, url : <http://journals.openedition.org/chrhc/6067>.
  • Regourd, François, « Samir Boumediene La colonisation du savoir. Une histoire des plantes médicinales du « Nouveau Monde », 1492-1750 Vaulx-en-Velin, Les Éditions des mondes à faire, 2016, 477 p. », Annales. Histoire, Sciences Sociales, 2017, juin, vol. 72, n° 2, p. 501-504. DOI: https://doi.org/10.1017/S0395264917000798.
  • Virol, Michèle, « Samir Boumediene, La colonisation du savoir. Une histoire des plantes médicinales du « Nouveau Monde » (1492-1750) », Artefact, 2018, n° 8, p. 352-354. Disponible en ligne, url : <http://journals.openedition.org/artefact/2503>.

Informations pratiques

  • Editeur : Vaulx-en-Velin : les Éditions des mondes à faire
  • Date de parution : 2016
  • Description matérielle : 1 vol. (477 p.) : ill. en coul. [50 illustrations, dont 35 en quadrichromie] ; 22 cm
  • Note : Notes bibliogr. p. 447-471. – Glossaire. – Texte remanié de : Thèse de doctorat : Histoire des sciences : Université de Lorraine : 2013.
  • ISBN 978-2-9555738-1-5 (br.) : 24 EUR

Localisations



Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search