Les fac-similés de codex mexicains

La Bibliothèque nationale de France possède une très importante collection de fac-similés, voire l’une des plus importante au monde, au point qu’elle bénéficie d’une cotation spécifique gérée par le département des Manuscrits, la cote : FAC SIM1, comprenant une subdivision propre aux manuscrits orientaux – où se trouvent la plupart des fac-similés de codex mexicains – : FAC SIM OR2. Signalons en outre l’indexation RAMEAU à la forme et au genre, en particulier des fac-similés, éditions et études de manuscrits (608 $3 11956260 $a Fac-similés3) appliquée, en septembre 2021, pour plus de 4490 fac-similés de manuscrits4 et 1766 fac-similés5.

Historique du fac-similé

Avant les politiques de reproduction micrographique puis numérique, le fac-similé lithographique et photographique fut le principal mode de production et de diffusion de reproductions de manuscrits destinés à l’étude et à la recherche, en particulier dans le domaine de la paléographie, à tel point, comme l’indiquait en 1903 le bibliothécaire Henri Omont, « qu’aucune des grandes bibliothèques de l’Europe ou de l’Amérique n’en peut certainement prétendre posséder la suite complète et que ces reproductions ont fourni déjà matière à des bibliographies spéciales »6.

Pour remplir cette fonction, les bibliothèques elles-mêmes ont produit des fac-similés de leurs propres manuscrits, comme le rappelle la Bibliothèque de l’École des chartes pour ce qui était de la Faculté des lettres de Lyon7.

Rappelons qu’une Société française de reproductions de manuscrits à peintures avait vu le jour dont le secrétariat était assuré par le comte A. de Laborde. Elle se proposait « de constituer un Corpus picturarum manuscriptorum codicum »8.

Les fac-similés en bibliothèque

La vogue du fac-similé — l’historien et paléographe Beat Matthias von Scarpatetti parle même d’un « culte du fac-similé » qui a affecté son milieu9 — fut à tel point importante pour les bibliothèques que la Bibliothèque Nationale lui consacra une exposition en 1940, intitulée Trois cents chefs-d’oeuvre en fac-similé où furent exposés des fac-similés de codex mexicains10.

Dans la préface du catalogue qui fut imprimé pour l’occasion, Julien Cain, l’Administrateur de la Bibliothèque nationale, revient sur les divers intérêts du fac-similé pour les bibliothèques.

Le premier argument évoqué est celui de la restitution sous forme de reproduction d’un patrimoine parfois disparu : « Des techniques qui sont aujourd’hui délaissées ont produit de beaux ouvrages, dont quelques-uns nous offrent les seuls témoignages d’oeuvres aujourd’hui détruites ».

Le deuxième argument avancé est celui que les promoteurs du protocole IIIF11 emploient encore de nos jours, un argument de bibliothécaire soucieux de reconstituer des manuscrits dispersés : « Il existe des manuscrits dont des fragments ont été détachés, et qui sont ainsi répartis entre plusieurs dépôts ; le fac-similé permet de les rétablir dans leur aspect primitif ».

Le troisième argument est celui de la mise à la disposition des chercheurs de collections difficiles d’accès en raison de leur dispersion dans plusieurs bibliothèques ou dont l’accès est restreint pour des motifs de conservation : « On met à la disposition des savants et des érudits des documents qu’il peut être important de confronter entre eux, ce qui est malaisé généralement pour les originaux ». Enfin, vient sous la plume de Julien Cain l’argument de la diffusion au grand public dans une perspective de médiation et de vulgarisation. Cependant, quand il évoque la diffusion des fac-similés, ce n’est pas pour le plaisir des yeux et le pur agrément, mais pour « la formation du public » :

Leur diffusion, souvent très large, permet de contribuer à la formation du public, qui a appris peu à peu à connaître et à aimer des chefs-d’oeuvre trop longtemps cachés à sa vue. Telle oeuvre a pu prendre ainsi une vie nouvelle. Mais nous avons eu pour principal dessein la sauvegarde de nos collections.

Nous pouvons lire l’ambition d’un Julien Cain qui n’a pas oublié son action dans la politique culturelle du Front populaire12 et ne peut finir sans souligner le rôle primordial du fac-similé pour un bibliothécaire, celui de la conservation des collections :

La communication au public, – même au public limité qui est admis aux tables de la « réserve », – a toujours été une source de préoccupations bien explicables. Sans parler des risques de vol, de substitution, de lacération, on a pu voir des ouvrages irremplaçables, d’année en année s’altérer ou se détériorer sans remède. […] Et le remède, aussi bien pour certains imprimés rarissimes que pour un grand nombre de manuscrits, nous apparaissait dans l’établissement de fac-similés, mis à la disposition des travailleurs, qui permettraient de restreindre, sans pour cela l’interdire, la communication des pièces originales. Ainsi nos réserves pourraient être sauvegardées.

Ainsi Julien Cain justifie la production de fac-similé par la bibliothèque, avançant les arguments qui restent les mêmes que ceux qu’emploient les bibliothécaires actuels pour justifier leur politique de numérisation :

Il n’est pas nécessaire de recourir toujours à des procédés difficiles et coûteux ; l’usage de la photographie a permis de constituer des recueils méthodiquement classés, et le « microfilm », qui a fait de grands progrès dans ces dernières années, sera davantage encore utilisé quand les appareils de lecture seront plus largement distribués.

Après Julien Cain, le catalogue de l’exposition donne à lire la contribution du conservateur Émile-Aurèle Van Moé qui retrace l’histoire du fac-similé et de ses techniques de production, depuis la taille douce à la phototypie en passant par la lithographie et l’héliogravure. L’archiviste paléographe (promotion 1928) n’oublie pas de rappeler « l’influence de l’École des chartes », dont la « fondation […] en 1821 coïncide avec le renouvellement des études médiévales d’après les documents originaux » et pour laquelle « Plus de 1.200 documents ont été reproduits pour l’enseignement de l’école des chartes ». Enfin, il évoque les reproductions en couleurs de la revue Arts et Métiers graphiques « exécutées par la maison Draeger frères [qui] ont servi à constituer le noyau d’une collection de reproductions propre à la Bibliothèque ».

Les fac-similés à la BnF

Comme l’indique Émile-Aurèle Van Moé dans ledit catalogue :

les ouvrages contenant des fac-similés de manuscrits sont rassemblés, à la Bibliothèque nationale, en un même fonds conservé au département des manuscrits. Des listes en ont été dressées et publiées par les soins de M. Henri Omont et complétées dans une troisième édition par les soins de M. Ph. Lauer.

La première édition des dites listes est parue en 190313. Une deuxième édition paraît en 191214. La troisième et dernière édition de ces Listes des recueils de fac-similés et des reproductions de manuscrits conservés à la Bibliothèque nationale, due à Philippe Lauer, paraît en 193515. Dans sa préface, Philippe Lauer, rappelle l’origine du fonds :

C’est en 1903 que tous les recueils de fac-similés et les reproductions de manuscrits possédés par la Bibliothèque nationale furent réunis, à quelques exceptions près, au Département des Manuscrits, pour y constituer un fonds particulier.

Dans une remarque qui sonne comme un appel destiné à sa hiérarchie, Philippe Lauer regrette la faiblesse des budgets d’acquisition.

La collection de la Bibliothèque nationale comprenait les volumes suivants :

  • Antiquities of Mexico : comprising fac-similes of ancient mexican paintings and hieroglyphics, preserved in the royal libraries of Paris, Berlin and Dresden ; in the imperial library of Vienna ; in the Vatican library ; in the Borgian muséum, at Rome ; in the library of Institute, at Bologna ; and in the Bodelian library, at Oxford ; together with the monuments of New Spain, by M. Dupaix,… the whole illustrated by many valuable inedited manuscripts, by lord KINGSBOROUGH. The drawing, on stone, by A. Aglio. — Londres, 1831-1848, 9 vol. gr. in-fol., les quatre premiers composés exclusivement de planches lithographiées, dont plusieurs coloriées. Or. Fol. 12-2016
    • Tome I. —
      • 1. Collection of Mendoza, in the Bodleian Library at Oxford.
      • 2. Codex Telleriano-Remensis, in the Royal Library at Paris.
      • 3. Mexican hieroglyphic painting, from the collection of Boturini.
      • 4. Mexican painting in the Bodleian Library at Oxford.
      • 5-6. Mexican paintings in the Selden collection, in the Bodleian Library at Oxford.
    • Tome II. —
      • 1. Mexican ms. in the Library of the Vatican.
      • 2. Mexican painting given by archbishop Laud, in the Bodleian Library at Oxford.
      • 3. Mexican Painting in the Library of the Institute at Bologna.
      • 4. Mexican painting preserved in the Imperial Library at Vienna.
      • 5. Mexican paintings deposited in the Royal Library at Berlin by the baron Humboldt, and mexican bas-relief in the Royal Cabinet of antiques.
    • Tome III. —
      • 1. Mexican painting preserved in the Borgian Museum at Rome.
      • 2. Mexican painting in the royal Library at Dresden.
      • 3. Mexican painting of M. de Fejérvâry, at Pess in Hungary.
      • 4. Mexican painting preserved in the Library of the Vatican.
    • Tome IV. —
      • 1. Monuments of New Spain, by M. Dupaix.
      • 2. Mexican sculpture of M. Latour Allard, in Paris.
      • 3. Mexican sculpture preserved in the British Museum.
      • 4. Plates copied from the Giro del Mundo of Gemelli Careri ; with a mexican cycle, from a painting formerly in the possession of Boturini.
      • 5. Peruvian quipus.
    • Tome V. —
      • 1. Extrait de l’ouvrage de Humboldt sur les monuments de l’Amérique.
      • 2. Esplicacion de la Coleccion de Mendoza (Oxford, ms. Selden).
      • 3. Explicacion del Codex TeIIeriano-Remensis.
      • 4. Codice mexicano, che si conserva nella Bibliotheca Vaticana, al n° 3738, ms.
      • 5. Viages de Guillelmo Dupaix sobre las antigüedas mejicanas.
      • 6. Libro sexto de la retorica y filosofia moral y teologia de la gente Mexicana, por el M. R. P. Frayle Bernardino de Sahagun.
    • Tome VI. — Appendix.
      • 1. Interprétation of the hieroglyphical paintings of the Collection of Mendoza, of the Codex Telleriano-Remensis and the Codex Vaticanus.
      • 2. The Monuments of New Spain, by M. Dupaix.
    • Tome VII. — Historia universal de las cosas de Nueva España, por el M. R. P. Fr. Bernardino de Sahagun.
    • Tome VIII. —
      • 1. Supplementary notes.
      • 2. Supplementary extracts from spanish authors.
      • 3. History of the North-American Indians, by James Adair.
      • 4. Cartas ineditas de Hernando Cortes.
    • Tome IX. —
      • 1. Cronica Mexicana, de Fernando de Alvarado Tezozomoc.
      • 2. Historia Chichimeca, por Don Fernando de Alva Ixtlilxochitl.
      • 3. Ritos antiguos de los Indios de la Nueva España, por un Frayle Menor de Santa Maria de la Concepcion de Teozaan (1541).
  • Manuscrits mexicains, reproduits en chromolithographie par les soins de M. le duc de LOUBAT. — [Rome et Paris], 1896-1901, 8 vol. in-fol., et in-4°.17
    I. Cod. Vaticano 3773 ; avec notices du R. P. EHRLE et de F. DEL PASO Y TRONCOSO. (1896.) Or. 8° 10
    II. Cod. Borgiano di Velletri; avec notice du R. P. EHRLE. (1898.) Or. 8° 11
    III. BORUNDA (Ignacio), Clave general de jeroglificos americanos. (1898.) Impr. 4° X. 555
    IV. Cod. Cospiano di Bologna ; avec notice de F. DEL PASO Y TRONCOSO. (1899.) Or. 8° 12
    V. Cod. Telleriano-Remensis ; avec notice par le Dr E.- T. HAMY. (1899.) Or. 4° 13
    VI. Cod. Vaticano 3738 ; avec notice du R. P. EHRLE. (1900.) Or. Fol. 21
    VII. Tonalamatl Aubin ; avec notice de Ed. SELER. (1900.) Or. 4° 14
    VIII. Cod. Fejérvâry Meyer, de Liverpool ; avec notice de M. le duc de LOUBAT. (1901.) Or. 8° 13
    IX. Cod. Magliabechiano, XIII, 3. (1904.) Or. 8° 14
  • BOBAN. — Eugène BOBAN. Documents pour servir à l’histoire du Mexique ; catalogue raisonné de la collection Eugène GOUPIL (ancienne collection J.-M.-A. AUBIN). Atlas. — Paris, 1891, in-fol. oblong, 80 planches, en phototypie. Or. 4° 1518
    Album des deux volumes in-4° du Catalogue, rédigé par M. Boban, des manuscrits mexicains de la collection Aubin-Goupil, aujourd’hui conservés à la Bibliothèque nationale.
  • CODEX BORBONICUS. — Manuscrit mexicain de la bibliothèque du Palais Bourbon (Livre divinatoire et Rituel figuré), publié en fac-similé avec un commentaire explicatif, par M. E.- T. HAMY. — Paris, 1899, gr. in-4°, 24 pages et 36 feuillets repliés, en chromozincographie. Or. 4° 1619
    Publié aux frais de M. le duc de Loubat.
  • CODEX BORGIA. — Eine altmexicanische Bilderschrift der Congregatio de Propaganda fide, herausgegeben auf Kosten S. E. des Herzogs von Loubat., erläutert von Dr Eduard SELER. — Tomes 1-111, Berlin, 1904-1909, in-4°, IV-353, 310 et 76 planches, en zincogravure rouge, nombreuses fig. Or. 4° 31
  • CODEX CORTESIANUS. — Manuscrit hiératique des anciens Indiens de l’Amérique centrale, conservé au musée archéologique de Madrid, photographié et publié pour la première fois, avec une introduction et un vocabulaire de l’écriture hiératique yucatèque, par Léon DE ROSNY. — Paris, 1883, in-4°, 49 pages, 42 planches, en héliogravure, et XXXI pages. Or. 4° 1720
    Une reproduction photochromolithographique de ce même manuscrit a été publiée depuis sous le titre de : Codice maya denominado Cortesiano, que se conserva en el Museo arqueológico nacional (Madrid), par J. de la Rada y Delgado et J. López de Ayala y del Hierno (Madrid, 1892, in-8°, 3 pages et 42 planches coloriées.)
  • CÓDICE MARIANO JIMENEZ ; nómina de tributos de los pueblos Otlazpan y Tepexic en geroglifico azteca y lenguas castellana y nahuatl (1549). Lo publica el Dr Nicolás LEÓN, profesor de etnologia en el Museo nacional de Mexico. — Mexico, 1902, in-4°, 10 pages et 8 feuillets, en chromolithographie. Or. 4° 18
  • CODICE MENDOCINO. — Nombres geográficos de México. Catálago alfabetico de los nombres de lugar pertenecientes al idioma « Nahuatl ». Estudio jeroglifico de la matricula de los tributos del CODICE MENDOCINO, por el Dr Antonio PEÑAFIEL… — Mexico, 1885, in-4°, 264 pages et 39 planches, en chromolithographie. Or. 4° 2021
  • CODICE MIXTECO. — Lienzo de Zacatepec, publicado por el Dr Antonio PEÑAFIEL. Textos espanol y francés. — Mexico, 1900, gr. in-4°, III-14 pages, avec 2 et XXVI planches, en phototypie. Or. Fol. 22
  • CODEX NUTTALL. — Fac-simile of an ancient Mexican codex, belonging to lord Zouche of Harynworth, England ; with an introduction by Zelia NUTTALL. — Cambridge, Mass., 1920, in-4° oblong, [III]-35 pages et 84 planches, en chromozincographie. Or. 8° 1522
  • CODEX PERESIANUS. — Manuscrit hiératique des anciens Indiens de l’Amérique centrale, conservé à la Bibliothèque nationale de Paris [Mexic. 386], publié en couleurs, avec une introduction par Léon DE ROSNY. — Paris, 1887, in-4°, 95 pages, et 24 planches, en chromotypie. Or. 4° 2123
    Les manuscrits de l’antiquité yucatèque.
  • CODEX TROANO. — Manuscrit Troano, étude sur le système graphique de la langue des Mayas, par M. BRASSEUR DE BOURBOURG. — Paris, 1869-1870, 2 vol. in-fol., de VIII-244 et XLIX-464 pages avec 35 et 34 planches en chromolithographie.
    Or. 4° 32 (Planches seules et incomplètes.)
    Impr. Pd. 335 ; Z Renan 213 et P. Angrand 59-61.
    Mission scientifique au Mexique et dans l’Afrique centrale. Linguistique.
    — Fac-similé complet collé sur toile, avec copie de la Préface imprimée. Or. 8° 65 
  • DOMENECH. — Manuscrit pictographique américain, précédé d’une notice sur l’idéographie des Peaux-Rouges, par l’abbé Em. DOMENECH. — Paris, 1860, in-8°, VII-119 pages et 228 pages lithographiées. Or. 8° 1624
    Manuscrit 8022 de la Bibliothèque de l’Arsenal.
  • FORSTEMANN. — Die MAYAHANDSCHRIFT der königlichen öffentlichen Bibliothek zu Dresden, herausgegeben von Prof. Dr E. FORSTEMANN. — Leipzig, 1880, in-4°, 18 pages et 74 planches, en chromotypie. Or. 4° 1925
  • THE MOTUL DICTIONARY. — Vocabulario en la lengua de Maya. — S.l.n.d., in-8°, 236 pages en phototypie. Or. 8° 30

Entre la première et la troisième édition, la collection s’est évidemment enrichie. En revanche, la 3e édition ne mentionne plus le fac-similé du Mexicain 2 Xolotl, catalogué sous le n° 364 ainsi : “Commission scientifique du Mexique. Manuscrit dit Mexicain n° 2 de la Bibliothèque impériale, photographié (sans réduction). — Paris, 1864, in-fol., 22 planches, en photographie.”

Actualité de la collection de fac-similés de la BnF

Aujourd’hui, cette collection de fac-similés reste toujours alimentée par les acquéreurs du département des Manuscrits. La mention de Philippe Lauer reste d’actualité malgré la fin de la cotation Clément fin 1996 et la mise en place du nouveau système de cotation, à savoir que la cotation qui précise la typologie des documents perdure : « Les cotes du Département des Manuscrits qui sont de beaucoup les plus nombreuses, commencent par le format (octavo, quarto ou folio) et il y aura lieu de les faire précéder du mot Facsim ».

De nos jours, il apparaît que la Bibliothèque nationale de France conserve 148 fac-similés de manuscrits américains, principalement conservés sous les cotes FAC SIM et FAC SIM OR auxquels il faut ajouter des fac-similés reçus par dépôt légal ou acquis par d’autres départements notamment thématiques et conservés par ceux-ci.

Usage des fac-similés

Au-delà de leur fonction d’étude et de recherche ainsi que de préservation des originaux fragiles, les fac-similés font parfois l’objet d’expositions, se substituant plus aisément aux originaux de moins en moins exposables. Ce fut ainsi le cas du 22 janvier au 20 février 2009 lorsque la Bibliothèque interuniversitaire de lettres et sciences humaines et la Maison de l’Amérique Latine Rhône-Alpes expoèsrent des fac-similés au cours de l’exposition Mexicana : regards croisés sur l’Ancien Mexique26.

En novembre 2017, la Biblioteca Nacional de Antropología e Historia (BNAH) de Mexico exposa pour la première fois au Costa Rica 39 fac-similés de codex mexicains dans le cadre de l’exposition temporaire Códices de México, memorias y saberes27.

De même, du 6 au 26 novembre 2018, la bibliothèque de l’université de Lodz présenta un fac-similé du Codex Boturini provenant du Mexique lors de l’exposition intitulée Kodeks Boturini – Wstęga o Peregrynacji: indiańska księga o pochodzeniu Azteków = Codex Boturini – Aztec Book about their Origin and Peregrination.

Dans son espace d’exposition permanente, la bibliothèque de l’Agence espagnole pour la coopération internationale au développement (AECID : Agencia Española de Cooperación Internacional para el Desarrollo) expose 14 de ses fac-similés de codex mexicains au sein de l’exposition intitulée Las lenguas indígenas americanas: expresión de múltiples identidades28.

Certains établissements ayants acquis des fac-similés les valorisent via les réseaux sociaux, comme ce fut le cas du Laboratoire d’anthropologie sociale (LAS) du Collège de France qui rendit compte de l’acquisition, grâce au Labex TransferS, de quatorze fac-similés de codex mexicains29.

La rareté des codex comme de leurs fac-similés a même incité un particulier à proposer d’exposer sa collection personnelle de fac-similés.

Les fac-similés de manuscrits mexicains – possédés ou pas par la BnF – sont signalés dans les pages de ce carnet de recherche. Ils peuvent être retrouvés par leur titre, le nom du codex concerné ou le mot clef Fac-similé.


Notes

  1. Recensant plus de 5460 numéros selon le catalogue général de la BnF, url : <https://catalogue.bnf.fr/resultats-cote.do?cote=fac+sim&pageRech=rco>. []
  2. Recensant plus de 890 numéros selon le catalogue général de la BnF, url : <https://catalogue.bnf.fr/resultats-cote.do?cote=FAC+SIM+OR&pageRech=rco>. []
  3. Voir «L’indexation RAMEAU des études, fac-similés et éditions de manuscrits », BnF Kitcat, 1er février 2020, url : <https://kitcat.bnf.fr/consignes-catalogage/lindexation-rameau-des-etudes-fac-similes-et-editions-de-manuscrits>. []
  4. Voir url : <https://catalogue.bnf.fr/affinerAdv.do?mots0=SUJ%3B-1%3B2%3BFac-simil%C3%A9s&mots1=ALL%3B0%3B0%3B&pageRech=rav&listeAffinages=FacGenFrm_12110956_&afficheRegroup=false&nbResultParPage=10>. []
  5. Voir url : <https://catalogue.bnf.fr/affinerAdv.do?mots0=SUJ%3B-1%3B2%3BFac-simil%C3%A9s&mots1=ALL%3B0%3B0%3B&pageRech=rav&listeAffinages=FacGenFrm_11956260_&afficheRegroup=false&nbResultParPage=10>. []
  6. Omont, Henri (1857-1940), Listes des recueils de fac-similés et des reproductions de manuscrits conservés à la Bibliothèque nationale, Paris : É. Bouillon, 1903, p. 3. Disponible sur Internet, url : <https://archive.org/details/listesdesrecueil00bibl>. []
  7. « Collection lyonnaise de fac-similés », Bibliothèque de l’école des chartes, 1890, tome 51, p. 210-211. Disponible en ligne, url : <https://www.persee.fr/doc/bec_0373-6237_1890_num_51_1_462647>. []
  8. « La société française de reproductions de manuscrits à peintures », Journal des savants, 1911, 9e année, mars, p. 134-135. Disponible sur Internet, url : <https://www.persee.fr/doc/jds_0021-8103_1911_num_9_3_3697>. Elle a publié le Bulletin de la Société française de reproduction des manuscrits à peintures, de 1911 à 1937, url : <https://catalogue.bnf.fr/ark:/12148/cb32724555w>. []
  9. Voir Scarpatetti, Beat Matthias von, « Réintégrer la paléographie. Essai d’autocritique », Gazette du livre médiéval, 1982, Automne, n° 1, p. 20-23. DOI : https://doi.org/10.3406/galim.1982.900. Disponible en ligne, url : <https://www.persee.fr/doc/galim_0753-5015_1982_num_1_1_900>. L’auteur fait part de sa détestation des fac-similés : « imitation servile appliquée sur une feuille d’odieux plastique, celui-ci est dérisoire face au véritable manuscrit ». []
  10. Trois cents chefs-d’oeuvre en fac-similé: manuscrits, enluminures, incunables, livres précieux, estampes, dessins, cartes, portulans, médailles et antiques : [exposition, Paris, Bibliothèque nationale, 1940] / [catalogue réd. par Émile-A. Van Moé] ; [avant-propos de Julien Cain], [Paris] : [Bibliothèque nationale], 1940, 1 vol. (IV-52 p.) : couv. ill. en coul. ; 21 cm. Disponible en ligne, url : <https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k6533917j>. []
  11. Voir « International Image Interoperability Framework™ », url : <https://iiif.io/>. []
  12. Catherine Nicault, « Julien Cain (1887-1974) ». Disponible en ligne, url : <https://journals.openedition.org/histoire-cnrs/1339?file=1>, dans : Valérie Tesnière, « Les bibliothèques, grands équipements en sciences humaines et sociales, l’exemple de la BnF », La revue pour l’histoire du CNRS, 2005, 12. DOI : https://doi.org/10.4000/histoire-cnrs.1330. Disponible en ligne, url : <http://journals.openedition.org/histoire-cnrs/1330>. []
  13. Omont, Henri (1857-1940), Listes des recueils de fac-similés et des reproductions de manuscrits conservés à la Bibliothèque nationale, Paris : É. Bouillon, 1903, 1 vol. (68 p.). Extrait de la « Revue des bibliothèques », mai-juin 1903. Disponible sur Internet, url : <https://archive.org/details/listesdesrecueil00bibl>. Les manuscrits mexicains sont décrits aux p. 55-58 sous les nos 363 à 373. []
  14. Omont, Henri (1857-1940), Listes des recueils de fac-similés et des reproductions de manuscrits conservés à la Bibliothèque nationale, Paris : [s.n.], 1912, 1 vol. (291 p.). Extrait du « Bulletin de la Société française de reproductions de manuscrits à peintures », 1re année (1911), nos 1 et 2. Les fac-similés des manuscrits du fonds mexicain de la Bibliothèque sont catalogués aux pages 181 à 185. Le volume comprend une Introduction historique sur les premiers essais de fac-similés et une bibliographie. []
  15. Omont, Henri (1857-1940) ; Lauer, Philippe (1874-1953), Listes des recueils de fac-similés et des reproductions de manuscrits conservés à la Bibliothèque nationale, 3e édition, [S.l.] : Éd. des Bibliothèques nationales de France, 1935, 1 vol. (III-226 p.). Disponible sur Internet, url : <https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k6291072z>. Le document indique que c’est le nombre des accroissements du fonds qui ont rendu nécessaire la publication d’une troisième édition : « Le nombre total des ouvrages catalogués est de 1 229, dont 157 orientaux, c’est-à-dire qu’il a presque doublé, et cela grâce surtout aux dons, à la fondation Rockefeller et aux Réparations. » []
  16. N° 363 de la 1ère édition parue en 1903 des Listes. []
  17. N° 369 de la 1ère édition parue en 1903 des Listes. []
  18. N° 368 de la 1ère édition parue en 1903 des Listes. []
  19. N° 370 de la 1ère édition parue en 1903 des Listes. []
  20. N° 365 de la 1ère édition parue en 1903 des Listes. []
  21. N° 372 de la 1ère édition parue en 1903 des Listes. []
  22. N° 371 de la 1ère édition parue en 1903 des Listes. []
  23. N° 367 de la 1ère édition parue en 1903 des Listes. []
  24. N° 373 de la 1ère édition parue en 1903 des Listes. []
  25. N° 366 de la 1ère édition parue en 1903 des Listes. []
  26. Voir le catalogue disponible en ligne, url : <http://www.bibliotheque-diderot.fr/mexicana-regards-croises-sur-l-ancien-mexique-247938.kjsp>. []
  27. Voir « Códices mexicanos llegan a la Galería Nacional de Costa Rica », Boletín N° 376, 30 octobre 2017, 3 p. Disponible en ligne, url : <https://www.inah.gob.mx/boletines/6625-codices-mexicanos-llegan-a-la-galeria-nacional-de-costa-rica>. []
  28. Voir Gregorio González Centeno, « Códices mesoamericanos en la Biblioteca de la AECID: su colección de facsímiles », La reina de los mares : bitácora de la biblioteca que une orillas, 6 avril 2020. Disponible en ligne, url : <https://reinamares.hypotheses.org/32415>. []
  29. Bérénice Gaillemin, « La collection de fac-similés de documents pictographiques mexicains (ou « codex ») de la bibliothèque Claude-Lévi-Strauss, Laboratoire d’anthropologie sociale (LAS), Collège de France », Colligere, 4 octobre 2017. Disponible en ligne, url : <https://archibibscdf.hypotheses.org/595> ; Bérénice Gaillemin, « Matrícula de tributos : présentation détaillée du fac-similé d’un codex de la bibliothèque Claude-Lévi-Strauss », Colligere, 18 janvier 2018. Disponible en ligne, url : <https://archibibscdf.hypotheses.org/799> ; Loïc Vauzelle ; Antoine Franconi, « Le Codex Borbonicus », Colligere, 30 janvier 2019. Disponible en ligne, url : <https://archibibscdf.hypotheses.org/3391>. []

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search