Le Codex Quetzalecatzin acquis par la bibliothèque du Congrès

Dans un récent communiqué de presse et des billets de blogues désormais repris par divers média, la Bibliothèque du Congrès, annonce l’acquisition du Codex Quetzalecatzin, également connu sous le nom de Mapa de Ecatepec-Huitziltepec.

L’information a en effet de quoi surprendre compte tenu de l’extrême rareté de ce type d’objets sur le marché de l’antiquariat. Le Codex Quetzalecatzin, également connu sous le nom de Mapa de Ecatepec-Huitziltepec, Codex Ehecatepec et Huitziltepec, ou Codex Charles Ratton, est un manuscrit méso-américain illustré, resté entre des mains privées jusqu’à cette acquisition. Issu des collections de Charles Ratton et vendu par la galerie Charles Ratton et Guy Ladrière1, il a appartenu précédemment au magnat américain William Randolph Hearst ou encore à Weetman Dickinson Pearson, premier Vicomte Cowdray.

Si Charles Ratton (1895-1986) est surtout connu et célébré pour son rôle dans la promotion des arts premiers africains et océaniens, force est de constater que le volet méso-américain de ses collections reste le parent pauvre de l’intérêt des chercheurs2.

Puisqu’un tel trésor était en des mains françaises, on peut regretter qu’il n’ait pas intégré les collections nationales riches de manuscrits méso-américains. A-t-il seulement été proposé à la Bibliothèque nationale de France ? Cette dernière n’a-t-elle pas fait la preuve qu’elle savait se mettre en ordre de marche pour mobiliser le public et acquérir des trésors patrimoniaux inaccessibles à ses budgets d’acquisitions ? La library of Congress n’annonce l’acquisition qu’après la mise en ligne de la numérisation du codex indiquant que le document est entré en sa possession depuis quelques mois3.

En raison du système chronologique explicite utilisé dans la carte, ce codex a été produit à la fin du XVIe, entre 1570 et 1595, ce qui fait tout l’intérêt du Codex Quetzalecatzin, compte tenu de la rareté des manuscrits méso-américains antérieurs à 1600 parmi ceux qui ont survécu et sont parvenus jusqu’à nous. Comme le rappelle, John W. Hessler4, conservateur de la collection d’archéologie et d’histoire des premières Amériques Jay I. Kislak, “à ce jour environ 450 manuscrits pictographiques méso-américains ont survécu parmi lesquels moins de 100 sont antérieurs à 1600”.

Les périodes pendant lesquelles chaque gouverneur a régné sur les « terres et macehuales » d’Ecatepec-Vitziltepec sont non seulement fournies avec une date de début, mais sont également comptées en utilisant des points bleus représentant des années et des drapeaux représentant des unités de vingt ans. La carte narre une période de 150 ans commençant par l’année 2-Caña (1443) qui apparaît dans la partie supérieure de la moitié gauche du document et se terminant dans l’année 1593 dans la partie inférieure. La date 1593 est également ajoutée à une glose en caractères latins sur la partie inférieure de la moitié gauche de la carte.

Le codex est donc l’un des manuscrits autochtones les plus importants de l’histoire des Amériques en raison de son extrême rareté et de son intérêt pour documenter les premiers contacts des européens avec les peuples autochtones des Amériques. En ce sens, il  est une pièce maîtresse à mettre au crédit des trésors américains de la Bibliothèque du Congrès qui en offre désormais l’accès à tous les publics après l’avoir catalogué et numérisé en haute définition5. Cette mise en ligne constitue la première “publication” du codex qui restait jusqu’à présent inédit.

Le Codex Quetzalecatzin, Collections of the Geography and Map Division, Library of Congress.

Comme c’est souvent le cas pour les codex aztèques, ou nahuatl, de cette date, celui-ci décrit les propriétés foncières d’une lignée familiale appelée « de Leon », dont la plupart des membres sont représentés sur le manuscrit. A la fois généalogique et cadastral, il illustre, au moyen de glyphes nahuatl, la généalogie de la famille et leur descendance depuis le Señor 11-Viento de Quetzalecatzin, qui était, en 1480, le principal dirigeant politique de la région. C’est de lui que le Codex tire l’une de ses nombreuses désignations.

Certaines personnes figurent dans d’autres documents qui traitent, au moins partiellement, de la région de Tecamachalco dans le sud de l’État de Puebla, en particulier les Annales de Tecamachalco. Señor 11-Viento “Quetzalecatzin” est un individu d’une certaine importance puisque ses exploits ont été enregistrés dans divers documents pictographiques et alphabétiques en Nahuatl. Ce seigneur préhispanique est abondamment mentionné dans les Annales de Tecamachalco ; il est également cité dans l’Historia Tolteca-Chichimeca. Il apparaît aussi pictographiquement représenté mais cette fois en tant que 11-Viento, Señor de Tecamachalco sur la carte  Cuauhtinchan n ° 2 (Collection Angeles Espinosa Yglesias, Mexico), sur le Lienzo de Tecamachalco (Museum für Völkerkunde, Bâle) et sur le Lienzo de Tlapiltepec (Royal Ontario Museum, Toronto).

Le Señor 11-Viento Quetzalecatzin (en rouge) tel que représenté sur le Codex. Collections of the Geography and Map Division, Library of Congress.

Le manuscrit a été produit à une époque où de nombreuses histoires cartographiques étaient produites à la fois dans le cadre d’une enquête royale espagnole sur les ressources humaines et communautaires dans les colonies espagnoles, et lorsque les familles indigènes essayaient de revendiquer leurs anciens territoires auprès de la couronne d’Espagne. Ces cartes ont été réalisées en grande partie par des peintres et des scribes autochtones, ce qui se reflète dans la structure et la composition du Codex Quetzalecatzin. Les caractéristiques particulières révélant la paternité autochtone comprennent des conventions figuratives en usage chez les tlacuilo de l’époque préhispanique, telles que les symboles des rivières, des routes et des sentiers, et bien sûr l’écriture au moyen de glyphes. Les gloses sur le manuscrit, ainsi que des patronymes et des toponymes utilisent l’alphabet latin, ce qui est un indice supplémentaire en attestant une production de l’ère coloniale, tout comme les noms de certains des chefs autochtones tels que “don Alonso” et “don Matheo” puisque certaines élites indigènes évangélisées pouvaient recevoir un titre de noblesse espagnol (« don ») et furent baptisées de noms chrétiens.

Étendue des terres représentées dans le Codex Quetzalecatzin. Carte créée par John Hessler, Geography and Map Division.

Comme beaucoup de codex Nahuatl et de cartes manuscrites de l’époque, il représente une communauté locale à un moment important de son histoire. D’une part, la carte est une histoire cartographique traditionnelle aztèque dont la composition et la conception montrent des hiéroglyphes nahuatl, et des illustrations typiques. D’un autre côté, il représente aussi des églises, des noms de lieux espagnols et d’autres images suggérant une communauté autochtone qui s’adapte à la domination espagnole. Les cartes et les manuscrits de ce type représentent généralement le territoire de la communauté à l’aide de toponymes hiéroglyphiques, le nom de la localité se trouvant au centre ou près du centre. Le codex actuel montre la famille de Leon qui dirige une grande portion de territoire s’étendant du nord de Mexico, jusqu’au sud de l’actuelle Puebla avec la lagune de Texcoco et l’église Santa Cruz Huitziltepec. Ces textes sont des documents de première importance, notamment pour les chercheurs qui étudient l’histoire et l’ethnographie des premières périodes de contact entre l’Europe et les peuples des Amériques, puisqu’ils donnent des indices importants sur la façon dont ces cultures très différentes se sont intégrées.

Le codex, divisé en deux moitiés, est peint sur papier européen, mesurant environ 90 x 74 cm. La moitié de droite, encadrée par la représentation de deux chaînes de montagnes vert-bleu, est essentiellement cartographique ; la moitié gauche traite principalement de la généalogie de ceux qui ont gouverné le territoire représenté. Les deux toponymes qui donnent son nom à la carte occupent une place prépondérante dans la moitié droite du document (et sont également mentionnés dans les gloses en nahuatl) : “Ecatepec” dans la partie centrale supérieure de cette moitié et “Vitziltepec” dans la partie droite inférieure. Dans la moitié gauche, la généalogie des souverains commence d’en haut avec les plus anciens dirigeants préhispaniques et va jusqu’au bas du document pour se terminer par le plus «récent» du XVIe siècle.

La forme et les couleurs employées sont conformes à nombre de stylisations trouvées dans les livres indigènes fabriqués en Méso-Amérique qui emploient des pigments et colorants naturels, tel le bleu maya (Azul Maya en espagnol) ou la cochenille, pour créer les couleurs vivent qui frappent encore le public actuel qui peut voir ces codex. La couleur constitue un élément important dans tous les livres Nahuatl et Maya. Nombreuses sont les sources qui documentent sur les méthodes de préparation et les usages de ces couleurs. Pour notre connaissance des matériaux et des plantes utilisées par les anciens amérindiens, l’une des plus importantes source reste sans doute la Historia general de las cosas de Nueva España6, compilée par le frère franciscain Bernardino de Sahagún vers 1575-1577. Son manuscrit fournit d’importants renseignements sur la façon dont le Codex Quetzalecatzin a été fait et peint. Les lecteurs intéressés ne peuvent manquer d’aller feuilleter la version numérique du manuscrit de cet ouvrage désormais désigné sous le nom de Codex Florentinus7 et conservé par la Biblioteca Medicea Laurenziana de Florence.

Détail du bleu Maya Blue sur le Codex Quetzalecatzin. Collections of the Geography and Map Division, Library of Congress.

Le manuscrit fait partie des documents pictographiques du “Grupo Pinome”, provenant du nord d’Oaxaca et du sud de Puebla et incluant également le Lienzo de Tecamachalco du Museum für Völkerkunde de Bâle, le Codex Cueva et le Codex Fragmentado, tous deux à la Biblioteca Nacional de Antropología e Historia de Mexico. Le système chronologique appliqué est également celui des documents du “Groupe Pinome” et de l’Historia Tolteca-Chichimeca (Fonds Mexicain 46-58 de la BnF).

Cette acquisition par une bibliothèque publique va permettre au codex, pour la première fois depuis plus d’un siècle, d’être vu et étudié par des chercheurs du monde entier. Gageons que son étude nous en apprendra bientôt plus.


Petite revue de presse

21 novembre 2017 :

22 novembre 2017 :

23 novembre 2017 :

27 novembre 2017 :

28 novembre 2017 :

30 novembre 2017 :

  1. Galerie Ratton-Ladrière, 11 quai Voltaire 75007 Paris> []
  2. La récente vente Aristide Courtois & Charles Ratton – Au coeur de la succession Madeleine Meunier – dont le catalogue en ligne est consultable sur le site de la Maison de Ventes Millon, url : <http://www.millon.com/html/index.jsp?id=79708>- tend à confirmer la prédominance d’objets africains dans ses collections. Près de 80 objets d’art africain et océanien, ainsi que près de 60 lots d’archéologie collectés par Aristide Courtois (1883-1962) et Charles Ratton ont été dispersés par la succession Madeleine Meunier, qui fut mariée à ces deux personnalités de l’art. []
  3. Mise à jour du 8/12/2017 : en réponse à notre interrogation, John Hessler, curator of the Jay I. Kislak Collection of the Archaeology and History of the Early Americas, nous répond : “The National Library of France does have an amazing collection of Mesoamerican manuscripts, but the current manuscript has been in private hands for more than a century. The codex was owned by the famous Parisian art dealer Charles Ratton and was bequeathed to his heirs on his death in 1986. We purchased the manuscript from those heirs, who had obtained a European Union export permit for the codex.” L’exportation d’un tel trésor, qui présente “un intérêt historique, artistique ou archéologique”, doit en effet se conformer à la législation et la réglementation en vigueur en France (articles L111-1 à L111-7 et articles R111-1 à R111-16 du code du patrimoine relatifs aux biens culturels soumis à certaines restrictions de circulation) et en Europe (Réglement communautaire 3911/92 du 9 décembre 1992 relatif à l’exportation de biens culturels). On comprend de son absence de la liste des trésors nationaux ayant fait l’objet d’un refus de certificat 1993-2017 pdf – 281 Ko et du Recensement des avis de la commission consultative des trésors nationaux relatifs au certificat d’exportation de biens culturels et des arrêtés refusant ce certificat que le codex a obtenu un certificat d’exportation de la France. Sachant que, selon le Réglement communautaire 3911/92 du 9 décembre 1992 relatif à l’exportation de biens culturels, “l’exportation de biens culturels hors du territoire douanier de la Communauté est subordonnée à la présentation d’une licence d’exportation délivrée sur demande de l’intéressé par une autorité compétente de l’État membre sur le territoire duquel le bien culturel en question se trouvait”, on comprend que l’État français a octroyé la licence aux héritiers de Charles Ratton… Les américanistes ne peuvent que regretter ce défaut d’intérêt pour ce type de patrimoine qui, s’il rejoint une collection patrimoniale publique, n’est pas non plus celle du pays d’origine. []
  4. John W. Hessler, “The Codex Quetzalecatzin comes to the Library of Congress”, Worlds revealed : geography & maps at the library on Congress, 21 novembre 2017, Disponible en ligne, url : <https://blogs.loc.gov/maps/2017/11/the-codex-quetzelecatzin/> []
  5. Cf. notice à l’adresse url : <https://www.loc.gov/resource/g4701g.ct009133/> []
  6. Vol. 1 en ligne : <http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k830428> ; vol. 2 en ligne : url : <http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k83043m> ; en français : <http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k56006542> []
  7. Bibliothèque numérique mondiale, Histoire générale des choses de la Nouvelle-Espagne de Frère Bernardino de Sahagún : le Codex de Florence, url : <https://www.wdl.org/fr/item/10096/> []

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search