Iconographie de la « Conquista »

Les manuscrits mésoaméricains étant avant tout pictographiques, il paraît évident de devoir s’intéresser à leur iconographie, d’autant plus quand ils ont été produits pendant la période coloniale par des tlacuilos formés par des religieux espagnols ayant importés des modèles européens.

Cependant, c’est un pas de côté que nous souhaitons proposer dans ce carnet de recherche pour offrir une nouvelle ressource. Sans nous livrer à une étude iconographique des manuscrits proprement dit, nous souhaitons nous inscrire dans la lignée des travaux de Jean-Paul Duviols et nous pencher sur ce qu’il a qualifié d’images primitives de l’Amérique1 pour proposer une base iconographique sur la médiatisation des découvertes, donnant à voir, notamment au travers des gravures mais aussi de la peinture ou d’autres arts (sculpture, représentations théâtrales, etc.), la vision occidentale sur les populations autochtones d’Amérique, leur histoire, et leurs mœurs et coutumes.

Pour des raisons spirituelles (les impératifs de l’évangélisation), linguistiques (les obstacles démultipliés des langues indigènes), techniques (la diffusion de l’imprimerie et l’essor de la gravure), l’image exerça au XVIe siècle un rôle remarquable dans la découverte, la conquête et la colonisation du Nouveau Monde. Parce que l’image constitue avec l’écrit l’un des outils majeurs de la culture européenne, la gigantesque entreprise d’occidentalisation qui s’abattit sur le continent américain assuma – en partie du moins – la forme d’une guerre des images qui se perpétua pendant des siècles et dont rien n’indique qu’elle soit close aujourd’hui.

Gruzinski, Serge (1949-….), La guerre des images, de Christophe Colomb à « Blade Runner » (1492-2019), [Paris] : Fayard, 1989, p. 13.

Comme le rappelle Serge Gruzinski, l’image développe une pensée qui « offre une matière spécifique, aussi dense que l’écrit mais qui lui est souvent irréductible. Ce qui ne facilite guère la tâche de l’historien contraint de mettre des mots sur de l’indicible »2. C’est pourquoi, pour décrire cette iconographie, nous proposons un modèle de données inspiré du format de la Dublin Core Metadata Initiative3.

ÉlémentCommentaire
1. TitreNom donné à la ressource : reprise de la légende quand il en existe ou titre forgé (placé entre crochets [Titre]). Ce titre sera celui du billet dans ce carnet de recherche.
2. CréateurNom de la personne, de l’organisation ou du service responsable de la création du contenu de la ressource : graveur, dessinateur, etc.
3. SujetThème du contenu de la ressource. Dans la mesure du possible nous adopterons le langage d’indexation matière Rameau : Répertoire d’autorité-matière encyclopédique et alphabétique unifié, url : <https://rameau.bnf.fr/>.
4. DescriptionPrésentation du contenu de la ressource (résumé, table des matières, représentation graphique du contenu, texte libre) : ce champ reprend le texte d’une gravure ou le titre/légende attribué par un éditeur.
5. ÉditeurNom de la personne, de l’organisation ou du service responsable de la mise à disposition ou de la diffusion de la ressource
6. ContributeurNom de la personne, de l’organisation ou du service responsable de contributions au contenu de la ressource
7. DateDate de création ou de mise à disposition de la ressource
8. TypeNature ou genre de la ressource (catégories, fonctions, genres généraux, niveaux d’agrégation du contenu)
9. FormatManifestation physique ou numérique de la ressource
10. Identifiant de la ressourceRéférence univoque à la ressource dans un contexte donné (URI, ISBN)
11. SourceRéférence à une ressource dont la ressource décrite est dérivée (URI)
12. LangueLangue du contenu intellectuel de la ressource
13. RelationRéférence à une ressource apparentée
14. CouvertureCouverture spatio-temporelle de la ressource (domaine d’application)
15. Gestion de droitsInformations sur les droits associés à la ressource (IPR, copyright, etc.)

Selon les ressources décrites, tous les champs ne seront pas renseignés.


Avec cette nouvelle ressource, nous nous plaçons dans la lignée d’un site comme L’Histoire par l’image ((Voir url : <https://www.histoire-image.org/fr>.)) qui « s’est donné l’ambition d’enrichir la connaissance du passé à travers les œuvres d’art et les documents iconographiques qui s’y rapportent », ou encore de sites comme Decryptimages ((Voir url : <https://www.decryptimages.net/>.)), le Fil de l’image (Voir url : <https://www.lefildesimages.fr/>.) ou de la rubrique « décryptage d’image » du magazine L’Histoire (ISSN 0182-2411, url : <https://www.cairn.info/magazine-l-histoire.htm> et <https://www.lhistoire.fr/>.).

Par ce biais l’objectif est aussi de sourcer les images qui circulent dans des publications didactiques (manuels scolaires, revues, etc.) et sur le web,en se limitant souvent à indiquer les seuls titulaires des droits de reproduction mais sans indiquer la localisation des œuvres et leur origine.

  1. Duviols, Jean-Paul (1936-….), Le miroir du Nouveau monde : images primitives de l’Amérique, Paris : Presses de l’Université Paris-Sorbonne, impr. 2006, 1 vol. (364 p.-XVI p. de pl.) : ill. en noir et en coul., couv. ill. en coul. ; 24 cm, (Iberica, ISSN 0153-0364 ; 17). []
  2. Gruzinski, Serge (1949-….), La guerre des images, de Christophe Colomb à « Blade Runner » (1492-2019), [Paris] : Fayard, 1989, p. 15. []
  3. Cf. Dublin Core element set, url : <https://fr.wikipedia.org/wiki/Dublin_Core#Dublin_Core_element_set>. []

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search