Thèse : L’oeuvre américaniste de Mariano Veitia : autour de la Historia antigua de México

Auteur

  • Roulet, Éric
  • Chaunu, Pierre (dir.)

Informations pratiques

  • [S.l.] : [s.n.], 1992, 2 vol. (624 f.).
  • Thèse de doctorat : Histoire : Paris 4 : 1992.

Résumé

Mariano Veita est un créole de Nouvelle-Espagne du dix-huitième siècle. Apres des études de droit, il gagne l’Espagne. Il y rencontre Lorenzo Boturini qui l’initie aux antiquités mexicaines. De retour dans la colonie, Veita effectue des copies de documents pour Boturini. A la mort de celui-ci, il entreprend la rédaction de La historia antigua de Mexico. La historia antigua de Mexico fait accéder l’américanisme à la modernité en mettant en avant l’utilisation des sources, leur analyse et la vision globale de l’histoire. La historia s’appuie sur les écrits indigènes du seizième siècle. Veita suit La Historia de la Nación Chichimeca d’Ixtliixochitl pour former sa chronologie et le codex Ixtlilxochitl pour raconter les fêtes. Il a soin de confronter et de combiner les données. Il transmet ainsi plusieurs traditions. L’une est celle de Tetzcuco. Tetzcuco se plaçait dans la continuité de Tula qui avait dominé le haut plateau de Mexico quelques siècles auparavant. L’autre est tirée des missionnaires. Ils pensaient que saint Thomas avait évangélisé l’Amérique et que les indiens avaient ensuite renoncé à son enseignement. Veita comprend ainsi que Tula connut la gloire grâce à saint Thomas et que Tetzcuco réussit à égaler sa grandeur parce que ses souverains étaient vertueux.

Mariano Veita was a creole from the New Spain of the eighteenth century. After studying at the University of Mexico, he goes to Spain. In Madrid, he meets Lorenzo Boturini who gives him interest to Mexican antiquities. And, when he comes back to Mexico Veita transcribes some manuscripts for his friend. After the death of Boturini, Veita begins to write his Historia antigua de Mexico. The Historia antigua de Mexico allows a Americanism come modernity with the mention of the sources, its analysis and the inclusive vision of the Mesoamerican world. The historia leans on Indian works of the sixteenth century. Veita uses Ixtlilxochitl’s Historia de la Nación Chichimeca to make his chronology and codex Ixtlilxochitl to relate religious ceremonies. And, he collates and arranges all these materials. Veita gives many historical traditions. One is Tetzcocan. Tetzcuco claimed to be heir of Tula, the greatest city of the high plateau of Mexico during the ancient times. He finds the other in the missionary accounts. Religious people thought that saint Thomas had evangelized America and the Indians had renounced his message later on. Veita understands that Tula has accessed to glory with saint Thomas and Tetzcuco has gone on this way with Nezahualcoyotl, « the good king ».


Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search