Localisation du « Manual del christiano » du fray Bernardino de Sahagún

La philologue mexicaine Heréndira Téllez Nieto récidive dans le scoop puisqu’elle annonce1 la découverte d’une version complète du manuscrit réputé inconnu du « Manual del christiano » de Fray Bernardino de Sahagún.

Il s’agit d’une récidive parce qu’en 2015 elle avait rendu publique sa (re)découverte, au sein des collections de la bibliothèque capitulaire de Tolède, de la première Bible écrite en náhuatl comme l’avait qualifiée la presse2, rédigée pour évangéliser les populations de la Nouvelle Espagne3 dans ce qui est désormais désigné comme étant l’Evangeliario náhuatl de Toledo.

Evangéliaire de Tolède, © Heréndira Téllez

Evangeliario náhuatl de Toledo

Entré dans les collections de la bibliothèque en 1561, le manuscrit de cet évangéliaire original mesurant 21 x 16 cm, qui aurait été rédigé en 1545, était retombé dans l’oubli jusqu’à ce que Madame Nieto le découvre en 2012, par hasard, au cours de ses recherches doctorales portant sur d’autres textes. Son sujet de thèse -soutenue en 2015- portait en effet sur la tradition grammaticale classique de la Nouvelle-Espagne (Cf. :  Téllez Nieto, Heréndira, La tradición gramatical clásica en la Nueva España: estudio y edición crítica del « Arte de la lengua mexicana » de Fray Andrés de Olmos, Madrid : Universidad Complutense de Madrid, 2015. Disponible en ligne, url : <http://eprints.ucm.es/33231/>.))

Les recherches menées sur le manuscrit permettent d’indiquer qu’il s’agit d’une œuvre franciscaine copiée dans le scriptorium du Colegio de Tlatelolco par l’indigène latiniste Hernando de Ribas4. Comprenant 352 folios, il s’agit d’un manuscrit composite, un recueil de divers textes lus lors des célébrations liturgiques pour la période allant du premier dimanche de l’Avent jusqu’au 24 après la Pentecôte, comme par exemple la traduction de plusieurs fragments du Nouveau et de l’Ancien Testament, les Proverbes de Salomon, divers textes de la Passion du Christ, ou encore les Épîtres de Saint-Paul. Le manuscrit, d’une très belle facture, puisqu’il avait été rédigé dans l’intention de le publier, avait été ramené à Tolède par fray Francisco de Bustamante, commissaire général des Franciscains des Indes. Son décès intervenu quelques mois après son retour, fit avorté le projet de publication.

Le manuscrit n’était pas totalement inédit puisqu’il était connu depuis le XIXe siècle même si sa première description, due au père Atanasio López, date de 1921. Cela étant, à part une mention de Robert Ricard en 1944, il semble bien qu’aucun autre chercheur ne l’ait mentionné depuis. Une seule autre copie est répertoriée à ce jour, conservée à la British Library.

Manual del christiano

C’est dans ce recueil qu’a donc été identifiée une version complète du manuscrit du « Manual del christiano » de Fray Bernardino de Sahagún5 réputée perdue jusqu’à cette annonce parue ce 18 janvier 2018.

Il s’avère que le titre original du manuel du chrétien est Tractatulli de matrimonio. Ce traité du mariage, composé de dix chapitres formant les 12 folios (233r-245r) du manuscrit porte sur le sacrement de mariage et les devoirs des époux, les obligations religieuses du paterfamilias, quelques exercices pour les dimanches et les  jours fériés, et des avertissements contre l’oisiveté.

Le rapport au fonds Mexicain de la BnF

Avant cette découverte, le document était uniquement connu par quatre pages foliotées 11-14 conservées au sein du fonds Mexicain6 de la Bibliothèque nationale de France, plus particulièrement dans le manuscrit coté : [Mexicain 402 ayant obtenu un privilège pour publication accordé par le vice-roi Martin Enríquez en 1578 et s’étant vu apposé une mention en 1880 l’attribuant à Bernardino de Sahagún.

Ces folios faisaient partie des documents de l’archéologue, poète, dramaturge mexicain Alfredo Chavero (1841-1906) dispersés à sa mort bien que la collection provenait pour une grande part de celle de José Fernando Ramírez (1804-1871), vendue à Chavero à condition qu’elle ne quitte pas le Mexique. À la mort d’Alfredo Chavero, les fragments du manuel passèrent à Ricardo Heredia Livermore, comte de Benahavís (1833-1896)7, puis, après sa mort, entrèrent par legs à la Bibliothèque nationale de France.

Si les chercheurs américains Arthur J.O. Anderson et Wayne Ruwet avaient publié la première édition et traduction en anglais du manuscrit Mexicain 402, une étude plus récente, avec transcription intégrale et traduction du náhuatl en espagnol, a paru dans le cadre du projet Amoxcalli que nous avons décrit à cette adresse : https://amoxcalli.hypotheses.org/1302. En voici la référence :

Elia Rocío Hernández Andón, « Fondo mexicano de la Biblioteca nacional de Francia, Documento No. 402, 10 hojas de diferentes códices mexicanos del siglo XVI. 4 hojas que se suponen pertenecen a una obra desconocida de Fray Bernardino de Sahagún Manual del Christiano » in Centro de Investigaciones y Estudios Superiores en Antropología Social (CIESAS), Amoxcalli [en ligne]. Disponible en ligne, url : <http://amoxcalli.org.mx/fichaTecnica.php?id=402>.8

Si les chercheurs conjecturaient pour tenter de subodorer le contenu du Manual del Cristiano ((Cf. Ignacio Bernal, « La obra de Sahagún, otra carta inédita de Francisco del Paso y Troncoso », Estudios de Cultura Náhuatl, 1983, 16, p. 265-325, cf. en particulier Manual del Cristiano, p. 315-316. Disponible en ligne, url : <http://www.historicas.unam.mx/publicaciones/revistas/nahuatl/pdf/ecn16/256.pdf>, repris dans Ignacio Bernal, « La obra de Sahagún, otra carta inédita de Francisco del Paso y Troncoso », in Ascensión Hernández (éd.), Bernardino de Sahagún. Diez estudios acerca de su obra, México : Fondo de Cultura Económica, 1990. p. 152.)), d’aucuns, comme Howard Cline9 ou Anderson, avaient déjà avancé qu’il contenait des instructions pour les époux, tenant notamment compte des documents isolés de Sahagún : Regla de los casados, Mandamientos de los casados et Impedimentos del matrimonio.  La découverte de l’intégralité du manuscrit du manuel ne va pas manquer de susciter études et publications.

Heréndira Téllez Nieto et Fernando Nava, chercheur à l’Instituto de Investigaciones Antropológicas y Académico de la Lengua, qui ont mené l’étude et la traduction du document, s’attèlent désormais à inscrire le manuscrit dans la Liste du patrimoine mondial de l’UNESCO10.

Pour ceux qui sont à proximité, signalons que l’Évangéliaire náhuatl de Tolède est visible au sein de l’exposition consacrée au cardinal Cisneros qui se déroule dans la cathédrale de Tolède, organisée dans le cadre du 5e centenaire de Fray Francisco Ximénez de Cisneros (1517-2017)11. L’exposition intitulée « Cisneros, arquetipo de virtudes, espejo de prelados » a ouvert le 8 novembre 2017 et s’achève le 18 février 2018. Signalons que le décret d’expulsion des Juifs d’Espagne du 31 mars 1492 est également montré pour la première fois en son sein12.

  1. Dans un communiqué de presse publié sur le site de l’Université de Sonora, « Investigadora da a conocer hallazgo en el Evangeliario de la Biblioteca Capitular de Toledo », Universidad de Sonora, 18 janvier 2018. Disponible en ligne, url : <http://www.uson.mx/noticias/default.php?id=25495>. []
  2. Daniel Santiago, « Hallan la primera Biblia en náhuatl », El Norte, 27 mars 2016. Disponible en ligne, url : <http://www.elnorte.com/aplicacioneslibre/articulo/default.aspx?id=803109&md5=0b2d3f87a49aa2d204ea46e1b7937e4c&ta=0dfdbac11765226904c16cb9ad1b2efe&lcmd5=207834b96519a642fd599486afbae6e9>. Le scan de la version imprimée est disponible à l’adresse url : <https://www.researchgate.net/profile/Herendira_Tellez/publication/299449936_El_Evangeliario_de_Toledo/links/56f89c4608ae81582bf39d27/El-Evangeliario-de-Toledo.pdf>.

    []

  3. Cf. le communiqué de presse de l’Universidad Complutense de Madrid : Oficina de Transferencia de Resultados de Investigación, « Hallada en Toledo la primera traducción de los evangelios en la lengua del imperio azteca », novembre 2015. Disponible en ligne, url : <https://www.ucm.es/data/cont/media/www/pag-10588/2015_11_not02.pdf>. []
  4. Cf.  Hernández Triviño, Ascensión, « Hernando de Ribas, intérprete de dos mundos », Revista Latinoamericana de Pensamiento y Lenguaje, 1996, 2, p. 477-493. []
  5. Anderson, Arthur J.O. ; Ruwet, Wayne, « Sahagun’s Manual del Christiano : history and identification », Estudios de cultura náhuatl, 1993, p . 17-45. Disponible en ligne, url : <http://www.historicas.unam.mx/publicaciones/revistas/nahuatl/pdf/ecn23/404.pdf> []
  6. Cf. https://amoxcalli.hypotheses.org/634 []
  7. « Ricardo Heredia y Livermore, Conde de Benahavís (1831-1896) »,  Biblioteca Complutense : Biblioteca Histórica, url : <http://biblioteca.ucm.es/foa/52432.php> []
  8. Il s’agit de la mise en ligne du cédérom Centro Nacional Editor de Discos Compactos (CENEDIC), Amoxcalli, Colima : Universidad de Colima, 2010. []
  9. Cline, Howard F. ; Glass, J. B., Guide to ethnohistorical sources, part 2, Austin : University of Texas press, 2014, p. 205, 207. (Handbook of Middle American Indians ; 13). []
  10. http://whc.unesco.org/fr/list/ []
  11. Cf. le site dédié à la manifestation, url : <http://cisneros2017.es/>. []
  12. « La exposición de Cisneros en Toledo exhibe por primera vez el decreto de la expulsión de los judíos », Religión confidencial, 9 novembre 2017. Disponible en ligne, url : <https://www.religionconfidencial.com/diocesis/exposicion-Cisneros-Toledo-original-expulsion_0_3035696423.html>. []

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search