Thèse : Xiuhpoualli : el calendario mesoamericano en las manifestaciones rupestres del valle del Mezquital, Hidalgo, México = Xiuhpoualli : le calendrier mésoaméricain dans les manifestations rupestres de la vallée du Mezquital, Hidalgo, Mexique

Auteur

  • Lara Galicia, Aline
  • Duverger, Christian (dir.)
  • García G., María Teresa (dir.)

Informations pratiques

  • [S.l.] : [s.n.], 2015, 2 vol. (573 p., 41 f.).
  • Thèse de doctorat : Histoire et civilisations : Paris, EHESS : 2015
  • Thèse de doctorat : Histoire et civilisations : Mexico, Institut National d’anthropologie et d’histoire : 2015.

Résumé

La thèse vise à comprendre l’espace symbolique de la Vallée du Mezquital, Mexique, à partir de la distribution des ensembles de peintures rupestres qui s’y trouvent. Celles-ci sont interprétées comme étant une transcription du calendrier mésoaméricain aztèque et hñahñü-otomi préhispanique : le xiuhpohualli. Le corpus comprend 110 ensembles qui constituent une sorte d’écriture déployée dans l’espace et renvoient aux cosmovisions des groupes de l’époque préhispanique. La convention glyphique mise en œuvre a révélé deux aspects d’importance : premièrement, que les modèles qui figurent dans chaque ensemble sont ordonnés de façon à pouvoir être lus ; deuxièmement, qu’une icône peut représenter une action. La fonction des ensembles rupestres était de transmettre une information religieuse concernant une des activités les plus importantes de toute la Mésoamérique : l’activité rituelle. Les peintures rupestres fixent la géographie sacrée inscrite dans l’espace-temps symbolique ; les figures représentent les dieux, reconnaissables dans leur identité ; elles évoquent leurs fêtes ; elles construisent un modèle qui organise la rotation spatio-temporelle d’un univers en forme de quinconce : un centre et les quatre points cardinaux. Les peintures rupestres contiennent également des évocations qui renvoient au sacrifice et au nahualisme. Nous sommes manifestement en présence d’un système d’écriture fondé sur des icônes -ou glyphes-, de contenu conceptuel, pouvant être compris par tous les groupes de la région. Cette « écriture » rupestre de la Vallée du Mezquital constitue un langage politique, économique et cosmologique.

The work explains the understanding of the symbolic space of the Valley of Mezquital, Mexico, from the distribution of rock art sites. To this is interpreted that these paintings was a transcript of an Aztec and Hñähñü- Otomi Mesoamerican prehispanic calendar: The Xiuhpohualli. Includes a reading at 110 rock art sites. The glyph convention’s revealed two aspects of importance: first, that the ensembles can are ordered for to reading; second, an icon can represent an action. The function of rock art was to convey religious information about one of the most important activities throughout Mesoamerica. The emphasis on the characteristics of the Mesoamerican, such sacred geography inscribed in the symbolic space-time, the figures which represent the gods end emphasizing their identity, their festivals, but also a model that represents the universe as a kind of space-time clock or rotation, including the design of a cosmographic world with the figure of quinqunce, that is to say, the sacred space was divided by a center and four directions of the universe with their four corners. Also, the representation of the body, sacrifice, nahualism, it is represents in the writing system based on icons or glyphs as conceptual aspect that could be understood by all groups and that this writing allowed political language, economic and sacred.


Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search