Le code maya enfin déchiffré

Le récit en images du décryptage au XXe siècle de l’écriture maya, longtemps restée indéchiffrable, est (re)diffusé sur Arte TV ce samedi 3 mars 2018 à 20h50 et dimanche 4 mars à 16h05.

Réalisé en 2008 d’après le livre « L’art maya et sa calligraphie » de Michael D. Coe (La Martinière, 1997), ce documentaire de 90 min est dû au réalisateur David Lebrun et au producteur Rosey Guthrie.

En 1519, l’invasion des Espagnols et la prise de Cozumel par Cortez contraignent les Maya à fuir vers la forêt vierge. Dans les cités abandonnées, les conquistadores découvrent des objets sacrés et utilitaires, mais aussi des milliers de livres rédigés selon un mystérieux alphabet composé de hiéroglyphes. Pour les très chrétiens envahisseurs, il ne peut s’agir là que de l’œuvre du diable : ils interdisent ces ouvrages et en brûlent un nombre considérable. La tradition maya se perpétue néanmoins jusqu’en 1697, date de la prise de la dernière ville maya indépendante. Ensuite, ce qui fut l’une des plus grandes civilisations du monde sombre dans l’oubli.

Le film retrace l’histoire de la quête de 200 ans des linguistes pour traduire cette langue. Le voyage emmène le public dans des lieux aussi variés et extrêmes que les toundras russes, les jungles guatémaltèques et les bibliothèques désuètes de Madrid, en Espagne. C’est ainsi que réparti sur les divers continents, un groupe hétéroclite de théoriciens de divers domaines, dont un journaliste basé en Californie, un professeur d’art du Tennessee et un photographe britannique, commence à rassembler les pièces visant à déchiffrer cette langue.

C’est au XIXe siècle que les premières fouilles sont entreprises dans les cités perdues de la jungle. Les chercheurs s’attaquent bientôt au déchiffrage de la calligraphie. Ils remportent un premier succès en parvenant à comprendre le calendrier maya (très complexe) et à identifier les glyphes des monuments figurant les dieux, les plantes, les animaux, les couleurs et les directions. Mais l’écriture, elle, conserve tous ses secrets. Il faut attendre la fin du XXe siècle et l’exploration du site de Piedras Negras, dans le nord de l’actuel Mexique, pour avancer de façon significative dans le déchiffrement des écrits. Une importante équipe pluridisciplinaire réunissant des paléographes, des épigraphistes, des historiens, des ethnographes, des archéologues, des astronomes et des linguistes commence à faire parler les textes. On y découvre des histoires de royaumes et de guerres, d’alliances et de trahisons, de puissantes dynasties et de brillants généraux, d’artistes inventifs et de héros légendaires. Des récits qui témoignent de la profonde originalité de la civilisation maya, restée longtemps totalement isolée, contrairement aux grands royaumes asiatiques et européens soumis à de multiples influences.

Le déchiffrage des hiéroglyphes mayas peut donc être considéré comme un miracle, compte tenu de la destruction systématique par les Espagnols du 16ème siècle de tous les livres, monuments et poteries portant la langue écrite. Si l’histoire de cette civilisation s’est améliorée au XVIIIe siècle, avec les découvertes par les archéologues d’artefacts portant des glyphes – artefacts enfouis dans les jungles d’Amérique centrale depuis des centaines d’années -, ce n’est qu’au XXe siècle que l’on est parvenu à déchiffrer le maya. Ce qui ressort finalement de ce travail collectif est le portrait d’une société fracturée en factions conflictuelles, guidée par une cosmologie presque byzantine dans sa complexité et un étrange rituel presque surnaturel – une image sociale qui relie les Mayas contemporains à leur passé.

Le documentaire est disponible en télévision de rattrapage (https://www.arte.tv/fr/videos/034880-000-A/le-code-maya-enfin-dechiffre/) et en dévédérom :  


Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search