Document : Notice sur une collection d’antiquités mexicaines (peintures et manuscrits)

En 1851, Joseph-Marius-Alexis Aubin (1802-1891) faisait paraître une Notice sur une collection d’antiquités mexicaines (peintures et manuscrits), imprimée à Paris chez P. Dupont1.

C’est ce document que nous transcrivons ici.

Notice sur une collection d'antiquités mexicaines (peintures et manuscrits)
Notice sur une collection d’antiquités mexicaines (peintures et manuscrits)

NOTICE SUR UNE COLLECTION D’ANTIQUITÉS MEXICAINES (PEINTURES ET MANUSCRITS).

Par J.-M.-A. AUBIN,
ANCIEN PROFESSEUR DE L’UNIVERSITÉ.

(École Normale.)
(Extrait d’un Mémoire sur la Peinture didactique et l’Ecriture
figurative des anciens Mexicains).

PARIS,
IMPRIMERIE ADMINISTRATIVE DE PAUL DUPONT,
rue de GRENELLE SAINT-HONORE, N° 45,
1851


Notice
sur une collection d’antiquités mexicaines
(peintures et manuscrits).


Il y a cent ans, un antiquaire milanais, d’origine française, le chevalier Boturini Benaduci, avait réuni, à Mexico, un nombre prodigieux de documents inédits relatifs à l’histoire de l’antique civilisation mexicaine. Un bref du pape et l’audience royale de la Nouvelle-Espagne l’avaient autorisé à régulariser le culte de N.-D. de Guadalupe, si célèbre au Mexique, et encore aujourd’hui mêlé à celui de Tonantzin (Notre-Mère) des Aztèques. Huit ans de pénibles et dispendieuses recherches, pour rassembler les documents qui sont aujourd’hui passés de sa collection dans la mienne, éveillèrent d’avares susceptibilités, qu’excitèrent encore des offrandes d’or et de pierreries pour la couronne de la Vierge. L’archevêque de Mexico suspendit le bref homologué et en cours d’exécution : le vice-roi, comte de Fuenclara, saisit argent, bijoux, musée. Boturini, enfermé avec des malfaiteurs, fut réduit à vivre d’aumônes. Absous par le juge, et cependant déporté, il fut pris en mer par les Anglais qui, contre le droit des gens, le dépouillèrent d’un reste d’antiquités conservées par des amis, et même de ses vêtements2. « On n’a jamais su, dit M. de Humboldt, si ces peintures sont parvenues en Angleterre, ou si on les a jetées à la mer comme des toiles d’un tissu grossier et mal peintes3 . »

J’ai pu en recueillir un petit nombre qui, après avoir échappé aux investigations de Robertson et de M. de Humboldt, n’avaient pas été comprises dans la magnifique publication de lord Kingsborough4. Ce ne sont d’ailleurs que des fragments ou des pièces d’un médiocre intérêt pour la science. Continuons l’histoire de la partie, infiniment plus importante, confisquée par les autorités de la Nouvelle-Espagne.

Jeté nu sur le rocher de Gibraltar, Boturini s’était reconstitué prisonnier des Espagnols. « Le roi d’Espagne le déclara innocent, poursuit M. de Humboldt, mais cette déclaration ne le fit pas rentrer dans sa propriété. Ces collections, dont Boturini a publié le catalogue à la suite de son Essai sur l’Histoire ancienne de la Nouvelle-Espagne, imprimé à Madrid, restèrent ensevelies dans les archives de la vice-royauté de Mexico. On a conservé avec si peu de soin ces restes précieux de la culture des Aztèques, qu’il existe aujourd’hui à peine la huitième partie des manuscrits hiéroglyphiques enlevés au voyageur italien5. ». Qu’étaient devenus les sept huitièmes perdus et toute la partie littéraire et historique de ces collections ?

MM. Ternaux-Compans6, D. Rafael Isidro Gondra, le sénateur Ortega7, D. C. M. Bustamante8, restaurateurs des études américaines, ont fait connaître les longs différends élevés au sujet de ces collections entre les autorités de la Nouvelle-Espagne, le conseil des Indes, Boturini ou ses héritiers ; entre les savants de Mexico, réunis en Académie pour exploiter ces richesses scientifiques, et l’Académie historique de Madrid obtenant la suppression de cette Académie coloniale. Pour mettre un terme à ces démêlés, le roi d’Espagne chargea définitivement l’historien mexicain Veytia, exécuteur testamentaire de Boturini, de continuer l’œuvre de l’infortuné antiquaire9. Après la mort de Veytia, arrivée en 1769, les procès recommençèrent. Les collections passèrent dans le cabinet de Gama, qui les accrut d’une classe importante de peintures anciennes. C’est à la vente des collections de ce dernier savant que M. de Humboldt acheta, au commencement du siècle, les quelques fragments de peintures ayant autrefois fait partie du Musée de Boturini, et aujourd’hui déposés à la bibliothèque royale de Berlin10. Toutes les pièces remarquables étaient restées à Mexico, à l‘exception de quelques-unes rapportées en Europe par M. de Waldeck, de qui je les ai acquises.

Je me suis proposé : 1° de réunir ces pièces et de reconstituer, s’il était possible, soit par les originaux, soit par des copies, la collection de Boturini ; 2° de rechercher les documents de même nature que l’antiquaire milanais11 estimait exister, en nombre à peu près égal, au pouvoir des indigènes ; 3° d’y joindre ceux recueillis par Veytia, je l’ai dit, exécuteur testamentaire et continuateur de Boturini ; par Gama, l’infatigable explorateur des archives de l’Audience royale ; enfin, par Pichardo, « cet homme instruit et laborieux, dit M. de Humboldt, dont la collection était la plus riche et la plus belle de la capitale12. » Vingt années de recherches et de sacrifices de tout genre ont été consacrées à cette tâche difficile. On jugera, par l’extrait suivant du catalogue de ma collection, jusqu’à quel point j’ai réussi. Je conserverai les numéros et les indications du catalogue de Boturini, occupant les quatre-vingt-seize dernières pages du livre cité.

MANUSCRITS EN MEXICAIN OU NAHUATL,
Ayant appartenu à Boturini, et extraits des notices de son catalogue.

« § Vlll, n° 6. — Essais d’histoire mexicaine, en langue nahuatl, sur papier européen, depuis l’an 1064 jusqu’en 1521, par D. Domingo Chimalpaïn. » — Gama, dont j’ai la copie, attribue à Tezozomoc cette histoire, en mexicain très-élégant. Ce sont des fragments de Tezozomoc et d’Alonso Franco, annotés par Chimalpaïn, qui se nomme en les citant.

« § VIII, n° 10. — Original. Annales historiques de la nation mexicaine, sur papier indien, presque in-folio, en nahuatl, relié avec des cordelettes de ixtle (ichtli), etc…… Il commence à la gentilité et suit jusqu’à la conquête, époque probable de la mort de l’auteur. C’est une pièce antique et d’une grande valeur. » Gama la cite souvent et ajoute : « Je la suppose écrite par un des soldats mexicains qui se trouvèrent au siège de la ville, d’après différentes particularités que j’y ai remarquées.13 » C’est aussi l’opinion d’un annotateur anonyme, et il est difficile de s’en former une autre. Une copie très-ancienne, avec d’heureuses additions et d’étranges variantes, nous apprend que cette histoire a été écrite en 1528, par conséquent sept ans seulement après la prise de Mexico. On y trouve des chants historiques d’un dialecte si difficile, que je n’ai pu les traduire entièrement. Plusieurs écrivains, et même Sahagun, auteur d’importants ouvrages en mexicain, nous parlent toujours de ces chants comme de compositions que personne ne comprend14.

§ VIII, n° 12. — Différentes histoires originales, en nabuatl, sur papier européen, des royaumes de Culhuacan, Mexico, et d’autres provinces, par Domingo Chimalpaïn, depuis la gentilité jusqu’en 1591. » Elles sont écrites, année par année, depuis l’an 4 de J.-C., mais ne commencent réellement que l’an 49, époque de l’arrivée, par mer, des Chichimèques à Aztlan, avec de grandes lacunes jusqu’en 669. Gama et le P. Pichardo en ont copié une partie, sans remarquer la transposition de plusieurs feuillets qu’ils ont cru arrachés. Un examen attentif de l’original m’a permis de combler quelques-uns des vides de leurs copies, surtout depuis l’an 669. J’ai traduit la plus grande partie de ces deux ou trois volumes d’annales, les plus importantes que nous ayons sur l’histoire du Mexique.

§ VIII, n° 13. — « Histoire des royaumes de Culhuacan et Mexico, en nahuatl, papier européen, auteur anonyme….. entièrement de la main de D. Fernando de Alba ; la première feuille manque. » Cette histoire, composée en 1563 et en 1570, par un écrivain de Quauhtitlan et non par Fernando de Alba, comme l’a cru Pichardo, n’est guère moins précieuse que les précédentes et remonte, année par année, au moins jusqu’à l’an 751 de J.-C. Je dis au moins, parce que, entre le manque de la première feuille, les copies de Gama et de Pichardo font soupçonner quelque désordre dans le commencement de l’original. A la suite de ces annales, se trouve l’histoire anonyme d’où Gama extrait le texte mexicain de la tradition sur les soleils15. Deux copies du commencement de cette histoire, faites par le P. Pichardo, prouvent l’intérêt que ce savant attachait à des récits dont la traduction m’a coûté des peines infinies.

Je ne ferai que nommer l’histoire de Tlaxcalla, par Zapata, § XVIII, n° 4, du même catalogue ; et le n° 3, § XIX, qui est une copie, faite par Loaysa, de l’original d’où Torquemada a traduit plusieurs chapitres curieux, écrits aussi par le P. Pichardo, en regard du texte mexicain, dans une copie de ce MS. laissée par lui. L’interprète royal, chargé du rapport sur la collection de Boturini, regardait au contraire ces deux cahiers comme traduits après coup du texte espagnol : c’est qu’il n’avait pas lu attentivement Torquemada.

J’ai traduit toutes ces pièces et une foule d’autres non moins remarquables, telles que les fragments de Christoval del Castillo, sur l’histoire et le calendrier Aztèques. 0n sait que le système calendaire mexicain, exposé par Gama et admis en Europe, est en définitive celui de Castillo. Or, comme ce travail n’est pas à l’abri de toute objection, il est fâcheux que je n’aie pu recueillir, de l’œuvre étendue de l’auteur mexicain, que ces fragments conservés par Pichardo.

La plupart des chroniques dont je viens de parler ne consistent qu’en une série plus ou moins continue de dates, avec l’indication sommaire des événements correspondants. Quelquefois des restes évidents d’anciennes traditions orales ou de chants historiques, forment des digressions plus intéressantes, quoique généralement peu animées. Il n’y a guère à se méprendre sur l’origine de ces morceaux. Des passages entiers se trouvent répétés à la fois, presque mot pour mot, dans Chimalpaïn, Castillo, Tezozomoc, dans le MS. § VIII, n° 14, et dans plusieurs fragments d’auteurs contemporains. De nombreux abrégés, d’un laconisme désespérant, paraissent n’être que la transcription littérale des précis historiques en figures destinés à l’enfance ou à des gens dont l’instruction devait être très-limitée. D’autres, souvent reproduits aussi avec de légères variantes, semblent avoir été, ou les textes mêmes de ces peintures appris par cœur dans les écoles, ou des résumés techniques à la portée du jeune âge. Voici ce qu’Acosta dit à ce sujet : « …Comme (les Indiens) sont encore dans l’usage de réciter de mémoire les harangues et les discours des orateurs et rhéteurs anciens, ainsi que beaucoup de chants composés par leurs poètes, qu’on ne pouvait acquérir par les hiéroglyphes et les caractères16 ; il faut savoir que les Mexicains avaient grand soin de faire apprendre par cœur ces discours et ces compositions ; et, pour cela, ils avaient des écoles et des espèces de collèges ou de séminaires où les vieillards enseignaient à la jeunesse ces choses et beaucoup d’autres conservées par la tradition, comme si elles eussent été écrites. C’est surtout chez les nations célèbres qu’on les faisait apprendre mot à mot aux jeunes gens instruits pour être rhéteurs et orateurs. Les Indiens eux—mêmes en écrivirent beaucoup, quand les Espagnols vinrent et leur apprirent à lire et à écrire notre langue, comme l’attestent les hommes graves qui les ont lues. Je fais cette remarque, poursuit Acosta, parce qu’en voyant, dans l’histoire mexicaine de semblables raisonnements développés et élégants, on les croit facilement inventés par les Espagnols et non rapportés réellement des Indiens. Mais la vérité connue, on doit accorder à leurs histoires un juste crédit…17. »

Nous sommes persuadé que la plupart des tlatolli ou harangues récitées de mémoire, plutôt qu’improvisées, par les Indiens dans une foule de circonstances, sont des restes de ces anciennes oraisons. Cette origine est suffisamment indiquée par une extrême conformité avec la langue littérale, dont les patois modernes ne conservent généralement que le tiers des mots, et par la certitude où l’on est que les scènes dialoguées, représentées dans les réunions d’apparat, sont formées de fragments d’antiques compositions indigènes, dramatiques ou oratoires, adaptés, depuis la conquête, à des sujets chrétiens, par les moines (et par Torquemada lui-même) ou par les interlocuteurs à la verve desquels les développements sont abandonnés18. Il serait urgent de recueillir ces morceaux oratoires qui deviennent chaque jour plus inintelligibles et se perdent rapidement au milieu de commotions politiques incessantes. Je me disposais à la faire quand l’expulsion des Français est venue mettre un terme à ces recherches.

Mais si cette classe d’ouvrages pèche par trop de concision, l’élégance de Castillo, de Tezozomoc et d’autres auteurs est quelquefois redondante : la profusion des synonymes, flatteuse pour une oreille américaine, fatigue souvent le lecteur Européen.

Ce même défaut est encore sensible dans un long morceau d’éloquence antique, conservé par le vénérable Andrès de Olmos à la fin de sa grammaire manuscrite, ayant appartenu à Las-Casas, à Torquemada, et aujourd’hui en ma possession. C’est un échantillon de ces admirables exhortations morales encore si attachantes dans les traductions décolorées de Sahagun, de Zurita, d’Ixtlilxochitl, de Torquemada et d’autres. Ce dernier auteur, après avoir inséré, d’après Olmos, de longs extraits de ces exhortations, et rappelé le soin extrême des Indiens pour les inculquer à leurs enfants, « comme parmi nous chrétiens, dit-il, les oraisons et le plus indispensable de la loi divine, » ajoute : « J’ose affirmer que ni Olmos, qui les a traduites, ni Bartholomé de Las-Casas, qui les hérita de lui, ni moi qui les possède et qui ai tâché d’en approfondir le sens et les métaphores, n’avons pu les rendre avec la douceur et l’onction de l’original…, parce que ces gens sont naturellement des orateurs accomplis, etc…19.

Je n’ai jamais pu me procurer les Discours des pères à leurs enfants, et des rois à leurs vassaux, recueillis en mexicain, sous le titre de Huehuetlatolli (oraisons antiques), par Juan Baptista, écrivain recommandable, que Bétancourt surnomme le Cicéron Mexicain, ni les monuments analogues de l’éloquence tarasque réunis par un moine français, Gilbert.

MANUSCRITS ESPAGNOLS.

Je ne m’étendrai pas sur les nombreuses compositions historiques écrites en espagnol, par Ixtlilxochitl, Tezozomoc, Muñoz Camargo, Zurita et autres. Celles d’Ixtlilxochitl embrassent toute l’histoire ancienne du Mexique, les périodes cosmogoniques, l’histoire Toltèque, celle des Chichimèques, jusqu’à l’arrivée de Cortès. Interprète du gouvernement Espagnol et descendant de la famille royale de Tetzcuco, l’auteur avait sous les yeux, en écrivant, des peintures que lui expliquaient de vieux indigènes, contemporains de la conquête. J’ai eu le bonheur de pouvoir réunir les peintures originales dont l’explication détaillée occupe les cent cinquante premières pages de son histoire Chichimèque. Ce sont les belles cartes historiques, § III, n° l, du catalogue de Boturini. On jugera des secours qu’elles m’ont fournis pour la question de l’écriture mexicaine et pour la chronologie.

Les manuscrits d’Ixtlilxochitl et plusieurs autres portent des notes et la signature de Veytia, élève, bienfaiteur, puis exécuteur testamentaire de Boturini, et, comme il a été dit plus haut, chargé par le roi d’Espagne de poursuivre les travaux historiques de l’antiquaire milanais. J’ai cru devoir donner au Musée de Mexico le manuscrit original de l’histoire inachevée de Veytia, publiée et continuée par un poète aimable, D. Francisco de Ortega, avant que j’en eusse retrouvé le prologue et les tables chronologiques.
De nombreux fragments de Gama, de Pichardo et d’autres écrivains, jettent du jour sur divers points historiques. Ceux d’0rdoñez font connaître les traditions religieuses des indigènes voisins des ruines de Palenque.

Une grande quantité de relations de voyages entrepris par ordre du gouvernement espagnol, et accompagnées de cartes manuscrites, fort importantes pour la géographie et l’ethnographie de la région comprise entre le Mississipi et le Grand-Océan, pourraient former un ouvrage à part. Plusieurs de ces pièces donnent la plus haute idée de l’influence exercée par les Français sur les nations sauvages de l’Amérique septentrionale, et font naître de douloureux regrets sur les sacrifices imposés par les traités de Louis XV et de Bonaparte.

PEINTURES MEXICAINES.

On désigne généralement sous le nom de peintures mexicaines, des produits très-divers des arts graphiques chez les différentes nations de la région isthmique de l’Amérique septentrionale, peut-être même de quelques contrées voisines. On y comprend des représentations purement artistiques, des annales, des calendriers, des rituels, des pièces de procès, de cadastre, de comptabilité, enfin les signes de l’écriture et de la numération.

Cette confusion tient, en partie, à la nature même de ces ouvrages. La plupart appartiennent à ce genre de composition mixte, empruntant le secours de l’écriture et du dessin, comme nos cartes géographiques, nos plans et certaines gravures avec légendes, où les figures et les localités se trouvent accompagnées de leur nom propre et quelquefois d’un texte explicatif. En général, sur un fond ou dans un cadre topographique, à côté, au-dessus, ou au milieu de compartiments indiquant l’année et quelquefois le jour, les peintures mexicaines offrent les principaux événements représentés en style conventionnel, par exemple : la tête de profil et l’œil de face ; les hommes en rouge-brun, les femmes en jaune, etc., particularités qu’on retrouve chez les Égyptiens. Derrière un buste on une tête d’homme, en sur le symbole générique de ville et village, des signes figuratifs expriment le nom du personnage ou de l’endroit. Ces signes figuratifs, que nous étudierons bientôt en détail, constituent l’écriture mexicaine20. Le reste du tableau est occupé par les indications chronologiques, par une topographie et une iconographie souvent grossières, dont je traiterai ailleurs, me bornant à ajouter, pour le moment, qu’on ne doit guère plus y chercher l’art mexicain, que celui de Raphaël dans nos figures héraldiques ou dans nos cartes à jouer.

Ce que j’ai à dire dans la suite de ce mémoire, s’appliquant à la presque totalité de ces productions (en tenant compte des différences de langage pour le phonétisme), je les désignerai encore collectivement sous le nom de Peintures ou de Mappes mexicaines. Je ne ferai d’exception formelle que pour quelques pièces presque uniques dans leur genre, telles que le codex de Dresde et un autre assez semblable, conservé à la Bibliothèque Nationale de Paris. Ces livres singuliers, bien qu’offrant quelques rapports avec les Codices Mexicani, en différent essentiellement par leurs caractères. Ils paraissent appartenir, ainsi qu’une urne sépulcrale du Musée de Mexico, trouvée, dit-on, dans cette capitale, à la même civilisation que les ruines imposantes de Chiapa, du Yucatan et de l’Amérique centrale. Des compagnies de marchands mexicains entretenaient un commerce très-étendu avec ces contrées, où elles avaient même fait des conquêtes.

Donnons maintenant une idée des morceaux principaux de ma collection : ils faisaient l’ornement du Musée de Boturini, dont je suivrai, autant que possible, le catalogue.

PEINTURES
PROVENANT DE LA COLLECTION DE BOTURINI.

« Histoire Toltèque. — § Ier, n° 1. Annales peintes et manuscrites en nahuatl, en 50 feuilles, papier européen, ornées de figures représentant les hauts faits, les expéditions, les batailles et les personnages de cette nation, avec les symboles des jours et des années où les choses ont en lieu. Elles traitent de la venue des Toltèques à la fameuse ville de Tula, depuis capitale de leur empire (ici Boturini se trompe), et continuent jusqu’à vingt-six ans après la conquête par les Espagnols. Au commencement de ces annales se trouve une peinture sur papier européen, doublé en papier indien, etc….. » Gama cite plusieurs fois cette histoire21 ; je n’ai pu traduire qu’imparfaitement les chants chichimèques conçus en un dialecte étrange.

Je possède une copie du manuscrit cité à la suite par Boturini, § II, n° 1, et probablement un des fragments, § II, n° 2, désignés d’une manière insuffisante sur le catalogue.

« Histoire chichimèque. — § III, n° 1. Peintures d’un rare mérite, sur papier indien, grand format, où l’on voit en figures et caractères, l’histoire de l’empire chichimèque, depuis Xolotl jusqu’à Nezahualcoyotl….. , 6 feuilles, sur lesquelles 10 pages sont entièrement peintes….. Ixtlilxochitl s’en servit pour écrire l’histoire de cet empire, comme il résulte de témoignages authentiques. » C’est, à mon, avis, le plus beau monument historique relatif à l’Amérique. Je possède, outre l’original, une copie faite par Gama, et la description complète d’Ixtlilxochitl. C’est avec le secours de cette dernière que j’ai pu analyser les innombrables figures de ce manuscrit, qui, de son côté, m’a servi pour rectifier les inexactitudes d’Ixtlilxochitl ou des copistes.

On voit, par ces peintures, que la végétation couvrait déjà, au douzième siècle, les débris des villes Toltèques détruites dans la lutte des adorateurs de Tezcatlipoca et de Quetzalcoatl. Or, le serpent emplumé, emblème du culte proscrit, orne encore des édifices de Chichen et d’autres points du Yucatan. Il faut donc placer au onzième siècle, et la ruine des Toltèques, et celle d’une contrée où leur histoire nous apprend qu’ils furent poursuivis par d’implacables ennemis.

« § III, n° 2. — Codex en papier indien, relié comme un livre in-4°, de 25 feuilles. Il présente au commencement l’image de l’empereur Xolotl, etc….. »

« § III, n° 3. — Autre peinture sur peau préparée, représentant la généalogie des empereurs chichimèques, depuis Tlotzin jusqu’au dernier roi Ixtlilxochitzin.
« Elle porte plusieurs lignes en langue nahuatl. » Les profils sont d’une si précieuse netteté qu’on pourrait les prendre pour des portraits. On y voit la généalogie et comment les croyances toltèques, la culture du maïs, l’art de le convertir en pain et en bouillie, l’usage de la viande cuite, furent enseignés aux barbares Chichimèques par un ministre de Chalco. Avec l’original, je me suis procuré la copie du P. Pichardo et celle de Boturini.

§ III, n° 4. — Autre grande pièce sur papier indien, étendue en forme de bande. La partie supérieure est séparée de celle d’en bas par les signes des années. Elle représente la série des seigneurs chichimèques et mexicains, ainsi que les événements des deux monarchies, etc… » C’est proprement l’histoire synchronique de Tepechpan et de Mexico. Outre l’original, j’ai la copie faite par le P. Pichardo et un calque de celle dont parle Boturini, conservée au Musée de Mexico.
La pièce suivante, remontant, comme le n° 3 ci-dessus, à l’état sauvage des conquérants chichimèques et offrant la même netteté dans les contours des figures, paraît être celle que Boturini désigne en ces termes :

« § III, n° 5. — Original. Autre carte sur papier indien, contenant plusieurs figures, des chiffres numériques et quelques lignes en langue nahuatl. Elle concerne l’empereur Nezahualpiltzintli et ses fils. Elle est plus longue qu’une feuille de grand format. »

« § III, n° 12. — Un livre en papier européen, qui devait être de 56 feuilles. La première manque aujourd’hui….. Il est signé par un nommé Vergara…. » Je tirerai bon parti de ce cadastre, remarquable par le grand nombre de noms en signes rigoureusement syllabiques. Au bas de la deuxième page, on lit : « 1539. Marques del valle virey. » C’est le titre de Cortès.

§ VII, n° 1. — Je n’ai qu’une copie de cette belle peinture appartenant au Musée de Mexico, et déjà reproduite par M. Bulloch, par lord Kingsborough, et récemment par M. John Delafield.

« § VII, n° 3. — Autre carte sur papier européen, en 25 feuilles, peut—être tirée d’une plus ancienne. Elle explique l’histoire mexicaine, la venue des habitants de la Nouvelle-Espagne, leur séjour en plusieurs lieux, avec les symboles des années et des jours, l’arrivée des Espagnols, la prédication de l’Évangile, et les rites de notre religion. » Pichardo et Gama en avaient pris des copies qui sont aussi en mon pouvoir.

« § VII, n° 10. — Autre carte sur papier indien, expliquant l’histoire de trois cycles, etc….. Elle est curieuse, peinte par quartiers, avec les caractères des années, comme en forme de croix. » C’est, après les peintures citées, § III, n° 1, le plus précieux morceau d’histoire mexicaine originale connu. Gama en donne une description étendue, IIe partie, p. 41. Je possède aussi les copies faites par ce dernier et par Pichardo.

§ VII, n° 16. — J’ai pris copie de l’original appartenant au Musée de Mexico.

§ VII, n° 17. — J’en possède l’original et la copie faite par Pichardo.

« § VIII, n° 14. — Histoire de la nation mexicaine, partie en figures et caractères, partie en prose nahuatl, écrite par un anonyme en 1576, et continuée de la même manière, par d’autres auteurs Indiens, jusqu’en 1608. » Le texte mexicain est l’explication des figures. Je possède l’original et la copie de Gama, qui cite quelquefois cet ouvrage, suffisant à lui seul pour donner la clef de l’écriture et de l’iconographie mexicaines.
D’autres articles du même catalogue m’appartiennent encore, entre autres, les 18 feuilles originales du Tonalamatl, § XXX, n° 2, et la belle peinture originale sur peau, § XXX, n° 3, avec sa copie. Les Manuscrits mexicains suivants, que je possède également, ne viennent pas de Boturini.

PEINTURES
NE VENANT PAS DE BOTURINI.

Codex mexicanus, papier américain, en forme de livre, d’une centaine de pages peintes. Il contient l’histoire des Mexicains, année par année, depuis leur départ d’Aztlan jusqu’en 1590. J’en ai aussi une copie faite par Pichardo.

Autre histoire mexicaine, en 18 feuilles, papier ordinaire, figures accompagnées d’un texte nahuatl, pareillement année par année, depuis la sortie d’Aztlan jusqu’en 1569, avec une copie par Pichardo.

Fragments sur papier ordinaire ayant appartenu à Sigüenza. Depuis la feuille 94 jusqu’à la 113e, on voit peintes les principales fêtes du calendrier mexicain, comme dans le manuscrit Letellier de la Bibliothèque nationale, outre quelques figures de divinités et de rois. A partir de la feuille 113, se trouve l’explication de ce même calendrier, en partie de la main d’Ixtlilxochitl, suivant Gama, qui en a tiré une copie, aussi en ma possession.

Ces Manuscrits mexicains et plusieurs autres, dont il serait trop long de parler, offrent peu de rapports avec un grand nombre de peintures mexicaines, insignifiantes ou apocryphes, conservées dans plusieurs collections. Je cite ici presque toutes [les] pièces historiques, où le fait est accompagné de sa date. On remarque dans l’économie de ces annales une diversité qui doit nous tenir en garde contre toute conclusion trop absolue sur le degré de perfection atteint par l’écriture, l’art et les institutions indigènes. Cette diversité a déjà été constatée par Gama. Il dit, IIe partie, p. 30 : « Chaque historien adoptait la manière de peindre qui lui paraissait plus expressive, et on trouve de grandes différences quant à l’ordre et à la méthode suivis dans leurs peintures ; de sorte que, parmi toutes celles que j’ai vues, je n’en ai pas trouvé deux qui fussent entièrement semblables. » La même variété se fait remarquer dans les chroniques composées, encore pendant deux siècles après la conquête, suivant l’ancienne méthode et l’ancien calendrier, par des indigènes plus ou moins familiarisés avec l’usage de l’écriture alphabétique. Quelques-unes s’étendent même jusqu’en 1737. On n’y trouve d’ailleurs que des événements peu intéressants et quelques phénomènes naturels dignes tout au plus de fixer un instant l’attention du philologue ou du physicien.

Ces dernières peintures sont à peu près les seules pièces historiques recueillies, depuis Boturini, par Veytia et Pichardo, munis des ordres du gouvernement espagnol, et par Gama compulsant, « pendant trente-six ans, les papiers et les anciens procès d’Indiens et d’Espagnols depuis la fondation de la première Audience royale, où on trouve, dit-il, des peintures et autres précieux documents de ces temps22. » Il semble que Boturini eût épuisé la source des véritables peintures mexicaines, et acquis, avec la collection de Sigüenza, les annales peintes citées par Ixtlilxochitl et la plupart de celles que les Indiens tenaient cachées, et dont parlent Torquemada, Sahagun, Valadès, Zurita et autres23. Depuis que le Mexique a proclamé son indépendance, les recherches de don Carlos Maria Bustamante, restaurateur des études historiques à Mexico, secondé par don Ignacio Cubas, depuis quarante ans attaché aux archives des vice-rois ; celles de Don Rafael Isidro Gondral pour former le Musée National ; celles de MM. Waldeck, Bulloch, Uhde, Naxera, et les miennes, n’ont presque fait découvrir aucune pièce importante qui n’eût appartenu à l’infortuné antiquaire. La magnifique publication de lord Kingsborough ne nous a valu que des données sans intérêt réel pour la chronologie et l’histoire, quoique très-précieuses sous d’autres rapports.

Mais nous devons aux recherches de Gama d’autres peintures, telles que : des titres de propriétés, des témoignages juridiques, des actes administratifs, etc., présentés par des indigènes à l’Audience royale de Mexico, et expliqués par les interprètes royaux ou par les débats judiciaires. Citons-en quelques-unes :

Copie de trois cartes sur papier de maguei, faites par ordre du dernier roi de Mexico, d’après d’autres plus anciennes, relatives au partage de la lagune entre les quartiers de Mexico-Tlatelulco et de Mexico-Tenochtitlan. Elles sont accompagnées d’une ordonnance assez longue et curieuse, rendue en 1523 par Quauhtimoc. Manuel Mancio, interprète de l’Audience royale, a traduit le texte et expliqué les cartes, en 1704, par ordre de la cour. L’ordonnance de Quauhtimoc (vulgairement nommé Guatimotzin) rappelle quelques dates importantes depuis 1361.

Cadastre de terres conquises à Izhuatepec, etc. , comprenant 25 feuilles de figures ou de textes écrits en 1539, 1573, 1599, etc. Une ordonnance du roi de Mexico Itzcohuatl nous apprend que ce sont des terres distribuées par lui en 1438, aux capitaines mexicains qui l’ont aidé dans ses guerres. Outre l’image de Itzcohuatl, on y voit celle des rois mexicains qui l’ont précédé et suivi, ainsi que d’autres renseignements historiques. L’original est conservé avec soin parles indigènes d’Izhuatepec, près Mexico. La copie, à moi appartenant, porte des notes marginales de Gama, prouvant le parti que cet astronome en a tiré pour fixer le jour de la prise de Mexico par Cortès, base sur laquelle repose la concordance des calendriers mexicain et européen.

Procès intenté en 1564, à Jorge Ceron, ancien premier alcade de Chalco, par des indigènes contraints à des corvées illégales : 24 pages de figures entremêlées et suivies de texte, plus une grande feuille de papier indien. Je possède les originaux et une copie prise par Pichardo. Gama dit, 2e partie, page 139 : « parmi toutes les pièces curieuses de cette nature qui m’appartiennent, ce fragment est celui auquel je dois le plus de lumières sur l’arithmétique des Mexicains, etc. » Malheureusement Don Carlos Maria Bustamante a publié les observations de Gama sans les figures : c’est dire que ce dossier mérite d’être publié en entier. Torquemada parle de ce Jorge Ceron ou Seron, lib. XIX , cap. VIII.

Plainte portée en 1566, devant l’Audience royale, par le gouverneur, l’alcade, etc., de Temazcaltepec contre l’alcade, les alguazils et les habitants de Malacatepec qui les ont pillés à main armée, ont brûlé plusieurs maisons et emmené captifs huit indigènes. Environ 150 pages de texte, plus douze peintures sur papier de maguei, complètement expliquées par les dépositions de vingt témoins et par le reste de la procédure.

Je pourrais citer une vingtaine d’autres dossiers judiciaires non moins instructifs, différents rôles de tributs, des cadastres, des matricules. Mais je terminerai par une dernière classe de peintures propres à donner en même temps une idée des principales méthodes graphiques américaines et des éléments étrangers qui en ont jusqu’ici compliqué l’étude. Je veux parler des catéchismes ou doctrines chrétiennes (doctrinas cristianas) en images, employés à la conversion des indigènes.

PEINTURES CHRÉTIENNES.
Prières, catéchismes ou doctrines chrétiennes (doctrinas cristianas) et autres compositions dévotes en figures

Suivant Torquemada, huit ou neuf ans après la prise de Mexico, Testéra, de Bayonne, frère du chambellan de François Ier… ne pouvant apprendre, aussi vite qu’il aurait voulu, la langue des Indiens, pour y prêcher, et impatient du retard………. se livra à un autre mode de prédication par interprète, ayant avec lui les mystères de la Foi peints sur une toile et un Indien habile qui expliquait aux autres, en leur langue, ce que disait le serviteur de Dieu ; il en retira un grand profit pour les Indiens, aussi bien que des représentations dont il se servait beaucoup24. »

Sahagun25, Motolinia26, Pierre de Gand27, tous les Franciscains28 ayant adopté les tableaux de leur gardien Testéra (depuis commissaire général des Indes, et revenu une seconde fois d’Europe à la tête de cent cinquante moines), la peinture indigène, jusque-là persécutée, reparut et s’y mêla, dans une partie considérable des possessions espagnoles. Nous trouvons Testera à Mexico en 1529 et 1530, à Champoton en 1531. Chassé du Yucatan par des Espagnols dont il voulait contenir les excès, on l’y retrouve en 1534 et peut-être une autre fois encore. « Il n’y eut pas un pied de terre, alors ici découverte, dit toujours Torquemada, qu’il ne parcourût : il alla en Mechuacan, à Guatemala, etc.29. » Ces faits, importants pour la discussion de certaines peintures péruviennes et des traces d’un christianisme américain, antérieur à Colomb, ces faits promettent, pour les écritures figurées de l’Amérique centrale, la lumière qu’ils jettent sur celles du Mexique proprement dit. Des catéchismes, encore entre les mains de quelques Indiens de Chiapa et du Yucatan, portent, assure-t-on, des caractères semblables à ceux des inscriptions de ces contrées que je n’ai pas visitées, mais où, suivant Gonzaga, « la mémoire de Testera s’est longtemps conservée30, » et où, au temps de Barezzo Barezzi , « les Indiens faisaient tous les ans une fête en l’honneur de leur saint et glorieux ami31. »

Dans les provinces voisines de Mexico, les interprètes et un grand nombre d’indigènes, employés comme missionnaires, hâtèrent le retour des anciennes méthodes graphiques32. Motolinia était accablé d’Indiens se présentant avec leur confession en figures33. Valadès, en 1579, et Torquemada, près d’un siècle depuis la conquête, en recevaient encore de semblables : de leur temps les peintures étaient quelque fois préférées à l’écriture alphabétique par des Indiens parfaitement exercés à cette dernière34.

On distingue plusieurs sortes de compositions catéchistiques depuis l’arrivée de Testera (1529) jusque vers 1600, époque à laquelle le laborieux J. Baptista, se servant encore de peintures et de drames, écrivait l’ouvrage intitulé : « Hiéroglyphes de la conversion où, par des estampes et des figures, en apprend aux naturels à désirer le ciel35. » Les plus remarquables sont : 1° celles de Testera et des premiers Franciscains ; 2° celles de nature mixte ; 3° celles en caractères phonétiques.

Les premières, simplement imitatives, comme on l’entrevoit par ce qui précède, et d’ailleurs d’origine européenne, ne méritent pas de nous arrêter, au moins pour ce qui concerne le Mexique. Il en sera peut-être autrement pour les Amériques centrale et méridionale, où ces catéchismes forment le premier épisode d’une querelle qui finit par ensanglanter le Pérou et les bords de la Plata. Les Jésuites eurent près de quatre cents morts au combat de l’Assomption, ou ils prirent l’évêque Franciscain Cardenas36. Au Mexique, des mesures énergiques prévinrent de semblables excès, mais elles ne purent empêcher de nouvelles destructions de monuments antiques, ni la suppression d’immenses travaux des Franciscains sur la statistique, l’histoire et la linguistique américaines.

Les catéchismes mixtes ne sont guère autre chose que les précédents, remaniés par les indigènes pour la pédagogie, pour la prédication ou pour les représentations scéniques. Tantôt c’est un nom propre que l’Indien ajoute en rébus phonétiques ; tantôt, mais plus rarement, c’est un signe explicatif de l’action représentée. Quand ces indications manquent, il est fort difficile de savoir si la peinture est véritablement testérienne ou indigène. De là, d’interminables démêlés entre les ordres monastiques et l’erreur de quelques savants trompés, comme de Brosses, par l’inexactitude des descriptions et la partialité des témoignages37.

C’est à ces deux premières classes qu’appartiennent cinq de mes catéchismes en images. L’un portant le nom et des notes de Sahagun est ainsi décrit par Boturini :

« § XXV, n° 1. Originaux. Onze feuilles de doctrine en figures et en chiffres, sur papier européen. Son auteur est le P. Fr. Bernardino de Sahagun, Franciscain. C’est une chose à voir, très-curieuse, avec laquelle les Indiens apprenaient facilement les mystères de notre foi. »

Les doctrines phonétiques ou de la troisième classe sont ainsi décrites par Torquemada, « le premier, dit Ixtlilxochitl, qui ait su interpréter les peintures et les chants dans son ouvrage intitulé : Monarchie Indienne »38. Après avoir parlé des cailloux dont quelques Indiens se servaient pour apprendre le Pater noster, ce Franciscain ajoute : « … D’autres rendaient le latin par les mots de leur langue voisins pour la prononciation, en les représentant non par des lettres, mais par les choses signifiées elles-mêmes ; car ils n’avaient d’autres lettres que des peintures, et c’est par ces caractères qu’ils s’entendaient. Un exemple sera plus clair. Le mot le plus approchant de Pater étant Pantli, espèce de petit drapeau servant à exprimer le nombre vingt, ils mettent ce guidon ou petit drapeau pour Pater. Au lieu de noster, mot pour eux ressemblant à Nochtli, ils peignent une figue d’Inde ou Tuna dont le nom Nochtlti rappelle le mot latin noster ; ils poursuivent ainsi jusqu’à la fin de l’oraison. C’est par des procédés et des caractères semblables qu’ils notaient ce qu’ils voulaient apprendre par cœur… Tout cela se rapporte aux premiers temps de leur conversion… Car aujourd’hui (entre 1592 et 1614) ils n’ont plus besoin de ces caractères antiques (aquellos sus caracteres antiguos)39. »

Ce passage, qui donne la véritable clef de l’écriture mexicaine, confirme ce que Torquemada dit ailleurs40 des lettres réelles ou rébus encore en usage de son temps ; ce qu’il ajoute d’une intéressante classe de moines Totonaques chargés de composer, « de mettre en bon style et d’écrire en figures les discours que les Pontifes prononçaient en public »41 ; enfin ce qu’on sait par Sahagun42 et par d’autres auteurs, de livres pour l’enseignement renfermant « des chants en caractères antiques. »

On pourrait donc prendre pour point de départ ces catéchismes figuratifs et surtout les belles peintures chrétiennes du musée de Mexico, également remarquables par un excellent goût de dessin et par des essais d’écriture syllabique. Mais les contradictions des auteurs ecclésiastiques exposant à des reproches du genre de ceux quelquefois adressés à Champollion, je ne pousserai pas plus loin une marche qu’on pourra reprendre pour les écritures de l’Amérique centrale, de l’Equateur et du Pérou. Pour le Mexique, nos résultats reposeront sur des documents purement indigènes.

———–

La publication de la partie la plus essentielle de ma collection comprendrait approximativement :
Écriture, Numération, Cadastre, Calendriers, Économie des peintures mexicaines. — 1 volume de planches expliquées par 2 ou 3 volumes d’extraits de dossiers judiciaires et administratifs et autres pièces justificatives ;
Chronologie, Histoire, Religion. — 4 ou 5 volumes de planches renfermant l’histoire pittoresque et chronologique de- puis le xe siècle; 5 ou 6 volumes de textes explicatifs mêlés aux figures ; traduction en regard ; notes philologiques. 200 planches sont déjà lithographiées ;
Manuscrits mexicains. (Littérature historique). — 5 ou 6 volumes de chroniques de Chimalpaïn, de Tezozomoc, de Castillo et d’autres, depuis l’an 669 de J.-C. avec quelques dates antérieures ; traduction en regard, notes philologiques ;
Manuscrits espagnols. (Histoire, Géographie, Administration, Voyages.) — 8 à 10 volumes. La traduction peut en être différée.
Total : 5 à 6 volumes de planches et 20 à 25 volumes de texte ; le tout entièrement inédit et non compris de nombreux documents pour l’histoire moderne, et, pour la linguistique, les grammaires ou les vocabulaires d’une vingtaine de langues américaines.


Paris , Imprimerie administrative de Paul Dupont.


Notes

  1. Aubin, Joseph-Marius-Alexis (1802-1891), Notice sur une collection d’antiquités mexicaines : peintures et manuscrits, Paris : Impr. administrative de P. Dupont, 18551, 1 vol. (27 p.) ; 22 cm. (Extrait d’un Mémoire sur la peinture didactique et l’écriture figurative des anciens Mexicains). Disponible en ligne, url : <https://hdl.handle.net/2027/pst.000024792967>. []
  2. Idea de una nueva historia general de la America septentrional, fundada sobre material copioso de figuras, symbolos, caracteres y geroglificos…, por el cavaliero L. Boturini Benaduci, señor de la Torre y de Hono. Madrid, 1746, p. 6 ; Catalogo, p. ij. []
  3. Humboldt, Vues des Cordillères, in-8°, I, p. 226. []
  4. Antiquities of Mexico. Londres, 1850. []
  5. Vues, etc., p. 163. []
  6. Cruautés horribles, p. 275-289. []
  7. Veytia, Historia antigua de Mexico, 1856, I, p. 49-50. []
  8. Diario del Gobierno de Mexico, 12 de marzo de 1836. []
  9. Veytia, ibid., I, p. XXII. Ternaux-Compans, ibid., p. 289. []
  10. Ces fragments, venant de Boturini, ont été publiés sous le titre de : Généalogie des Princes d’Azcapozalco, etc….. » Vues des Cordillères, I, p. 161-163. []
  11. Boturini, Catalogo, ij ; Humboldt, ibid., p. 230. []
  12. « Le père Pichardo a sacrifié sa petite fortune à réunir des peintures aztèques, à faire copier toutes celles qu’il ne pouvait pas acquérir lui-même… C’est ainsi qu’au nouveau continent, comme presque partout ailleurs, de simples particuliers, et les moins riches, savent réunir et conserver les objets qui devraient fixer l’attention des gouvernements. » Humboldt, ibid., p. 229. []
  13. Descripcion historien y cronologica de las dos Piedras, etc. 2a éd. Mexico, 1832, p. 79. []
  14. Historia général de Nva España, lib. Il , ap. p. 227 ; lib. X, cap. XXVII et passim. Mexico, 1899. []
  15. Descripcion, p. 94, 95. 96. []
  16. « Dans les écoles, » bien entendu. Le collège de vieillards « chargés de composer, de mettre en bon style et d’écrire en figures les histoires et les sermons que les grands prêtres prononçaient en public, » prouve qu’il n’y avait pas impossibilité absolue. Voy. Torquemada, Monarquia indiana, lib. XIX, cap. VIII. []
  17. Acosta, Historia natural y moral, etc. lib. VI, cap. VII. []
  18. Torquemada, Monarquia indiana, lib. XV, cap. XVIII. []
  19. Torqu., lib. XIII, cap. XXXVI. []
  20. Ce sont les signes que M. de Humboldt reconnaît « susceptibles d’être lus. – Vues des Cordillères, I, p. 190 et p. 194, où il ajoute : « Ils savaient écrire des noms en réunissant quelques signes qui rappelaient des sons. » []
  21. Notamment p. 31 et 34 de sa Description historica, etc. 2e partie, édit. de 1832. []
  22. Descripcion, 2e part. p. 5. []
  23. Torqu., lib. II, prol. et cap. I ; lib. II, cap. XLII ; lib. III, cap. VI ; lib. X, cap. XXXXVI ; lib. XIV, cap. VI ; lib. XV, cap. XLIX… Sahagun, lib. X, cap. XXVII et passim. []
  24. Torqu., lib. XX, cap. XLVII ; lib. XIX, cap. I, II et XIII ; lib XV, cab. XVIII. Betancurt, Menologio, p. 84. — Gonzaga, de Origine seraphicæ religionis, etc. , p. 1221, 1243, 1305. — Cogolludo, Historia de Yucathan, lib. II, cap. XIII ; lib. VI, cap. XII. — Barezzo Barezzi, Chroniche del l’ordine, etc., P. IV, lib. III, cap. XLVIII. []
  25. Sahagun, Hist. general…. lib. XI, cap. XIII. []
  26. Motolinia (Toribio de Benavente) MS. []
  27. P. de Gand avait donné, cinq ou six ans auparavant, des leçons de peinture et de sculpture ; mais complice des Franciscains espagnols dans la destruction des monuments antiques, ces leçons ne doivent s’entendre que des procédés artistiques et nullement de leur emploi didactique. Voy. sa lettre du 29 juin 1529, f° 126, Chronica, etc.; per F. Amandum Zierixcensem, Antuerpiæ, 1534, et M. Ternaux, Recueil de pièces, p. 201. []
  28. Et parmi leurs commensaux dominicains, Gonzalo Luzero, dont Davila Padilla décrit les peintures, Historia… de Mexico, lib. I, cap. LXXXI. []
  29. « … après y être allé lui-même (deux fois) avec cinq compagnons, il y envoya Fr. Toribio (le célèbre Benavente, dit Motolinia) avec douze moines. » Torqu., lib, XIX, cap. XIII ; lib. XV, cap. XVIII. []
  30. Gonzaga, p. 1243. []
  31. Barezzo Barezzi, P. IV, lib. III, cap. XLVIII, p. 281. Venetiæ, 1608. []
  32. Torqu., lib. XV, cap. XVIII. []
  33. Motolinia MS. et Torqu., liv. XVI, cap. XVI. []
  34. Traitant de la mnémonique des Indiens « …Qui etiam si sine litteris… formis tamen quibusdam et imaginibus, voluntatem suam vicissim denotabant, quas gestare solent in panniculis bombycinis, papyro bibula ex foliis arborum… » Valadès ajoute : « Ea consuetudo in hodiernum usque diem in rationum suarum tabulis remansit, non modo ab ignorantibus, verum etiam recte legendi scribendique (quorum plurimos ad miraculum usque exercitatissimos videas) peritis. » Valadès, Rhetorica christiana. P. II, cap. XXVII, p. 93. Perusiæ, 1579. Torqu., lib. I, cap. X. Telle est l’origine d’un certain nombre de peintures modernes quelquefois difficiles à distinguer des anciennes. J’ai déjà parlé de celles qui font partie des dossiers judiciaires et administratifs. []
  35. Betancurt, Menologio, p. 141. Mexico, 1698. — J. Baptista, Confessionario, prol. p. 2. []
  36. Il s’agissait, cette fois, de savoir si, au catéchisme, on appellerait Dieu, Dios ou Tupa. Lettre de Cardenas, Coleccion general de documentos t. II, p. 93 et 60 ; t. I, § 14, p. 145, édit., in-8° ; p. 114, édit. in-4°. Madrid, 1768. []
  37. Traité de la formation mécanique des langues, chap. VII, § 14. []
  38. Ixtlilxochitl, Histoire des Chichimèques, MS. et trad. de M. Ternaux, I, cap. XLIX, p. 355. []
  39. Torqu., Monarquia indiana, lib. XIV, cap. XXXVI. []
  40. « Letras reales de cosas pintadas » Venegas, ap. Torqu., lib. I, cap. X. « Lettres réelles de choses peintes » ou « in rebus », que j’appellerai « rébus. » []
  41. Lib. X, cap. VIII. []
  42. Sahagun, lib. III, apendice. — Cogolludo, Hist. de Yucathan, lib. IX, cap. XIV, p. 507. []

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search