Joseph-Marius-Alexis Aubin (1802-1891)

Amoxcalli se propose de publier un modeste dictionnaire prosopographique des chercheurs, ethnologues, copistes, collectionneurs de codex méso-américains.
Amoxcalli propone publicar un modesto diccionario prosopográfico de investigadores mesoamericanos, etnólogos, copistas y recolectores de códices.
Amoxcalli proposes to publish a modest prosopographic dictionary of Mesoamerican researchers, ethnologists, copyists, and codex collectors.

Portrait de l’américaniste Aubin (détail)

Pays France
Langue(s) Français
Sexe Masculin
Naissance 1802-06-18, Tourettes (Var)
Mort 1891-07-07, Callian (Var)
  • Notice

Joseph Marius Alexis Aubin est né le 18 juillet 1802 à Tourettes-les-Faïences dans le Var. Après un passage par l’École des Beaux-arts il dirigea, à partir de 1826, la section des sciences à l’École normale supérieure jusqu’en 1830, année de son départ pour le Mexique afin de s’occuper de recherches physiques et astronomiques. Fasciné par les restes archéologiques présents notamment à Mexico, il se lance dans « une étude plus approfondie des monuments placés sous mes yeux » comme il le dit dans son Mémoire sur la peinture didactique et l’écriture figurative des anciens Mexicains. C’est à partir de ce moment qu’il constitue sa collection : « je pus acquérir une partie des manuscrits et des peintures provenant de la succession des fils du célèbre astronome américain Gama […]. Plus tard, un grand nombre de chroniques en nahuatl, ou mexicain » si bien qu’il se décide à apprendre cette langue.

L’antiquaire Eugène Boban (1834-1908), désigné par Eugène Goupil (1831-1895) pour « mettre un peu d’ordre dans ce fouillis », comme il le dit lui-même, et établir le catalogue de la collection d’Aubin qu’il avait acquise, propose dans son ouvrage des Notes biographiques sur M. J.-M.-A. Aubin1

Il indique qu’Aubin fonda un collège franco-mexicain, lointain ancêtre du Lycée Franco-Mexicain2 – fondé en 1937 et encore fréquenté par la communauté française de Mexico. Pour ce qui est de sa collection, il précise qu’Aubin « se trouvait placé dans d’excellentes conditions pour réunir, sans avoir à redouter la concurrence, manuscrits et peintures hiéroglyphiques, livres et papiers précieux ».
Eugène Boban signale qu’en 1840 Aubin vend son collège et rentre en France avec sa collection qu’il garde jalousement jusqu’en 1889, année où il la cède à Eugène Goupil. Daniel Garrison Brinton, reprenant la date de 1840, écrit qu’Aubin :

lived surrounded by them for fifty years, making very little use of them himself, and never permitting a single student so much as to look at them.

  • Un Américaniste

En 1857, Aubin fonde avec Brasseur de Bourbourg, Léon de Rosny, Ernest Renan, Edme François Jomard (de la Bibliothèque Nationale !), Alfred Maury et d’autres, une « Société Américaine de France» qui s’élargira en 1859 pour devenir la Société d’Ethnographie Américaine et Orientale, dont la Société américaine devint une section.

En 1863, « les membres de cette Section ayant trouvé qu’une place trop restreinte était faite à leurs études par la Société d’Ethnographie s’en séparèrent en 1863, et tentèrent de former une Société indépendante sous le nom de Comité d’archéologie américaine. L’essai fut malheureux, et ce Comité cessa de donner signe de vie dès 1867 » selon Robert de Lasteyrie3. En 1864, les membres de la Société américaine restés dans la Société d’Ethnographie fondent la Revue américaine. La Société Américaine de France renaît en 1873 tout en restant l’une des branches de la Société d’Ethnographie et contribue à la fondation du Congrès international des Américanistes qui se tient encore régulièrement.

Selon Daniel Garrison, Aubin se serait ruiné après de malheureux investissements à Panama, ce qui l’aurait incité à accepter la proposition d’achat de sa collection que lui avait faite Goupil.
En 1891, Eugène Boban dresse le portrait d’un Aubin paranoïaque, aigri et misanthrope, vivant retiré du monde, ce que confirme Brinton qui déclare l’avoir rencontré en 1890 à la huitième session du Congrès international des Américanistes tenue à Paris et où sa présence seule suffisait à susciter des protestations indignées.

Albert Réville, dans son article « Les aventures d’une collection », décrit l’Alexis Aubin de 1880-1890 en des termes toujours aussi peu amènes :

un petit vieillard d’aspect bizarre, toujours négligé, qui se traînait plus qu’il ne marchait […]. Il ne causait avec personne, attirant seulement l’attention par la singularité de sa tenue et son expression de défiance à l’égard de tout et de tous.

A. Réville rend néanmoins hommage à ses connaissances : « Il était à la veille de devenir le Champollion de cette seconde Égypte ».

Alexis Aubin décède le 7 juillet 1891 à Callian dans le Var.

  • Études mexicaines

Bizarrement, ni Boban, ni Brinton ne font mention de sa participation à la Commission scientifique du Mexique (1864-1867)4 dont Alexis Aubin fut l’un des membres nommé par le décret fondateur du 27 février 1861 et destinée « à préparer l’organisation d’une expédition scientifique au Mexique et d’en suivre les résultats ».
Le 10 mars 1864, la Commission centrale de la Commission scientifique du Mexique fut divisée en quatre comités : Sciences naturelles et médicales, Sciences physiques et chimiques, Histoire, linguistique, archéologie et enfin Économie politique, statistique, travaux publics, questions administratives.

Alexis Aubin, qui avait été proposé par Armand de Quatrefages, faisait partie du Comité Histoire, linguistique, archéologie présidé par le Baron Gros, comprenant également Longpérier, Maury, Angrand, Viollet-le-Duc, Daly, Brasseur de Bourbourg, soit  « de hautes personnalités du monde scientifique […] et d’érudits reconnus pour leur connaissance du Mexique » selon Pascal Riviale5.

Sous la direction d’Ernest-Théodore Hamy (1842-1908), le Comité publia une collection de « Recherches historiques et archéologiques » dans laquelle est paru l’ouvrage d’Alexis Aubin, Mémoires sur la peinture didactique et l’écriture figurative des anciens Mexicains6.

Nadia Prévost Urkidi mentionne qu’Aubin :

était réservé, suspicieux, désordonné et n’avait pas le charisme nécessaire à la fondation d’une véritable « école » consacrée aux études sur l’Amérique indigène. Alfred Maury disait de lui qu’il était ce genre de personne qui « chauffe toute leur vie le four, sans jamais cuire », tant il ne se décidait jamais à mettre la dernière main à une œuvre […]. Son entrée dans la commission centrale de la CSM se fit a posteriori, après que fut établie une première liste constituée d’académiciens de l’Institut de France et de personnalités savantes telles que Brasseur de Bourbourg7.

Ce sont sans doute ces traits de caractère, comparés à la libéralité de Goupil qui d’emblée destinait son acquisition à la Bibliothèque nationale qui expliquent que l’on ait quelque peu oublié celui qui a constitué cette collection en rachetant d’ailleurs une partie de celle d’un prestigieux prédécesseur, en la personne de Lorenzo Boturini Bernaducci.

Une plaque commémorative lui est consacrée à Faynece (Var) :

Par WikiRigaou (Travail personnel) [CC BY-SA 4.0 (https://creativecommons.org/licenses/by-sa/4.0)], via Wikimedia Commons

Citer cet article : Olivier Jacquot, "Joseph-Marius-Alexis Aubin (1802-1891)". Dans Amoxcalli, ISSN 2606-6718, 11/03/2018. Disponible en ligne, url : <https://amoxcalli.hypotheses.org/2468> (consulté le 21/08/2018).
  1. Boban, Eugène, « Notes biographiques sur M. J.-M.-A. Aubin », dans Boban, Eugène, Documents pour servir à l’histoire du Mexique. Catalogue raisonné de la collection de M. E.-Eugène Goupil (ancienne collection J.-M.-A. Aubin), Paris : E. Leroux, 1891, p. 20-30. Disponible en ligne, url : <http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k2557004.image.f31>. []
  2. Cf. url : <http://www.lfm.edu.mx/>. []
  3. Robert de Lasteyrie, Bibliographie générale des travaux historiques et archéologiques publiés par les Sociétés savantes de la France…. 4, 1904, p. 78 []
  4. Le Goff, Armelle ; Prévost-Urkidi, Nadia, Commission scientifique du Mexique (1864-1867) : F/17/2909 à 2914/3. Répertoire méthodique et semi-analytique, Paris : Archives nationales, 2001, 1 vol. (106 p.). Disponible en ligne, url : <http://www.archivesnationales.culture.gouv.fr/chan/chan/fonds/edi/sm/F/F17%202909-2914.pdf> []
  5. Pascal Riviale, « L’américanisme français à la veille de la fondation de la Société des Américanistes », Journal de la Société des Américanistes, 1995, n° 81, p. 207-229. []
  6. Alexis Aubin, Mémoires sur la peinture didactique et l’écriture figurative des anciens Mexicains, précédés d’une introduction par Hamy, Paris : Imprimerie nationale, 1885, XI-106 p. []
  7. Nadia Prévost Urkidi, « La Commission scientifique du Mexique (1864-1867) : un exemple de collaboration scientifique entre l’élite savante française et mexicaine ? », Revue d’Histoire des Sciences Humaines, 2008/2, n° 19, p. 107-116. Disponible en ligne, url : <http://www.cairn.info/resume.php?ID_ARTICLE=RHSH_019_0107>. []

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.