Thèse : Historiographie acolhua du premier siècle de la colonisation, genèse d’une culture métisse

Créateur

  • Lesbre, Patrick
  • Baudot, Georges (dir.)

Informations pratiques

  • Editeur : [S.l.] : [s.n.], 1997
  • Description matérielle : 1 vol. (688 p.) ; 30 cm.
  • Thèse de doctorat : Études latino-américaines : Toulouse 2 : 1997

Résumé

L’étude de l’historiographie acolhua de 1521 jusqu’aux environs de 1640, permet de retracer les multiples processus, parallèles plutôt que successifs, de préservation des traditions historiques préhispaniques, de leur déperdition mais aussi de création de chroniques culturellement métisses ou se mêlent traditions indiennes et influences occidentales, fondant l’identité mexicaine. Les manuscrits pictographiques acolhua reflètent ce processus complexe de résistance culturelle, de déperdition et d’adaptation. L’école historique acolhua, peu connue pour la période préhispanique, a également produit des codex coloniaux. Ceux-ci se caractérisent par leur mémoire historique sélective. Les planches illustratives acolhua sont le dernier vestige de cette importance accordée à l’image. Les traditions orales historicisantes sont un second pan des traditions préhispaniques, vite déformé. Les chants historiques acolhua ont été rapidement annexés par les chroniqueurs. Les huehuetlatolli ou les discours rhétoriques semblent inclure tardivement des anecdotes historiques. L’alphabétisation de la province de Tezcoco a rapidement permis aux indigènes d’annoter les planches de codex, ébauchant les premiers récits historiques alphabétiques en nahuatl. Ceux-ci ont très vite foisonné, entre la constitution d’annales et la rédaction de chroniques parfois considérables. Le cycle de Coyohua reprend des traditions orales anciennes. Le récit de la campagne de Nezahualpilli montre déjà des influences occidentales. Elles sont manifestes dans le récit de la guerre de Chalco, fortement européanisé. Les noticias, fragment traduit d’une importante chronique nahuatl ancienne, sont le meilleur exemple de cette recomposition de l’histoire tezcocane. Elle touche la conquête (entrée de Cortes à Tezcoco dès 1519, prise du Templo Mayor, baptême d’Ixtlilxochitl) mais aussi l’époque préhispanique (Conseil de la Triple alliance, règne et succession de Nezahualpili). Les deux grands chroniqueurs tezcocans, J. B. Pomar et Alva Ixtlilxochitl, sont l’aboutissement de ce processus de déperdition et de création culturelle. On relève ainsi l’invention de traditions apocryphes en nahuatl ou la réadéquation de traditions orales aux sources écrites anciennes (mariage de Nezahualcoyotl).

The study of acolhua historiography from 1521 to around 1640, enable to recount the various process, parallels rather than successives, of preservation of prehispanics historics traditions, their deperdition but also of creation of chronicles culturally crossbred where indians traditions and occidental influences blend together, founding mexican identity. Pictographic manuscripts acolhua reflect this complex process of cultural resistance but also deperdition and adaptation. The acolhua historic school, little know for prehispanic time, also produced colonial codices. These are caracterized by their selective historic memory. Acolhua plates are the last vestige of the importance granted to image by indians. Oral traditions more or less historic are a second pillar of prehispanics traditions, quickly distorted. Historics acolhua songs have been soon affixed by chroniclers. Huehuetlatolli ore rhetorics speechs seems to include belatedly historicals anecdotes. Alphabetization of Tezcoco province quickly enable indigenes to annotate plates of codices, sketching out the firsts historicals narratives alphabetics in nahuatl. These have soon been profuse, among annals constitution and the redaction of chronicles sometimes extensives. The Coyohua cycle take back olds orals traditions. Narrative of Nezahualpilli campaign already shows occidentals influences. These are obvious in Chalco’s war narrative, very europeanized. The noticias, traduced fragment of an important old nahuatl chronicle, are the best example of this new composition of tezcocan history. It’s affect conquest (entrance of Cortes in Tezcoco as early as 1519, conquest of Templo mayor, Ixtlilxochitl’s baptism) but also prehispanic times (triple alliancy council, Nezahualpilli’s reign and succession). The two bigs tezcocans chroniclers, J. B. Pomar and Alva Ixtlilxochitl, are the result of this deperdition and cultural creation process. We can note the invention of spurious traditions in nahuatl or the adaptation of orals traditions to historical olds sources (Nezahualcoyotl’s marriage).


Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search