La vectorisation de l’iconographie précolombienne

A l’image de ce que nous pouvons constater pour d’autres aires géoculturelles, comme par exemple l’Océanie, les motifs iconographiques des civilisations anciennes ont la vogue des créateurs d’images vectorielles et alimentent en masse les bases d’hébergement et d’échange d’images. Ainsi, sur des sites comme Adobe Stock, iStock, BigStock, Shutterstock, Freepik, Vecteezy, etc., tout un chacun peut trouver nombre de vecteurs inspirés des arts scandinaves, celtes, de l’art du Mau Moko (ou tatouage maori), des motifs de la vogue Tiki pop « inventée » par le cinéaste allemand Sven Kirsten1, etc.

Tiki Pop : L’Amérique rêve son paradis polynésien
Tiki Pop : L’Amérique rêve son paradis polynésien

Clip art

A dire le vrai, cette vogue des images vectorielles, sans doute dynamisée par celle du tatouage, n’est que l’héritière de la pratique plus ancienne du clip art2, précédée elle-même par l’édition d’ouvrages et répertoires de motifs, comme certaines maisons d’édition s’en sont fait une spécialité. Songeons à l’éditeur Dover Publications et sa collection Dover Pictorial Archives qui couvre de nombreuses civilisations. L’éditeur commercialise d’ailleurs sa production sous forme de cédéroms de clip art ethniques 3 et la décline en livres de coloriage, albums d’auto-collants, modèles de pochoirs, etc., comme nous pouvons le constater avec les exemples suivants consacrés à l’art d’inspiration celte :

Celtic Designs
Celtic Designs
Celtic Letters and Ornaments
Celtic Letters and Ornaments
Celtic and Old Norse Designs
Celtic and Old Norse Designs
Celtic Motifs: 24 Black-and-White Pressure-Sensitive Stickers
Celtic Motifs: 24 Black-and-White Pressure-Sensitive Stickers
Celtic Knotwork Stained Glass Colouring Book
Celtic Knotwork Stained Glass Colouring Book

A ces productions s’ajoutent celle de graphistes, comme par exemple, pour le domaine scandinave, le danois Jonas Lau Markussen4 qui, en plus de maintenir leur propre site internet, signalent leurs oeuvres via les plateformes de diffusion des graphistes, comme Behance ((Voir url : <https://www.behance.net>.)), Dribbble5 ou DevianArt6, sans compter Facebook, Instagram, ou encore Pinterest.

Quid des motifs méso-américains ?

Les motifs des civilisations précolombiennes d’Amérique n’échappent pas à cette production.

La maison d’édition Dover n’a pas manqué de consacrer des publications aux motifs précolombiens, notamment en reprenant l’ouvrage de Jorge Enciso, Design Motifs of Ancient Mexico, plusieurs fois réédité depuis 1953 et publié d’après son ouvrage paru en 1947 : Sellos de antiguo Mexico.

Sellos de antiguo Mexico
Sellos de antiguo Mexico, ici sans sa jaquette ill.
Design Motifs of Ancient Mexico
Design Motifs of Ancient Mexico / Jorge Enciso, 1953
Design Motifs of Ancient Mexico
Design Motifs of Ancient Mexico / Jorge Enciso
4e de couv. Design Motifs of Ancient Mexico
4e de couv. Design Motifs of Ancient Mexico
Designs from Pre-Columbian Mexico
Designs from Pre-Columbian Mexico / Jorge Enciso, 1972

L’ouvrage Design Motifs of Ancient Mexico est paru accompagné d’un cédérom offrant les fichiers numériques des motifs sous forme de clip art.

Design Motifs of Ancient Mexico
Design Motifs of Ancient Mexico, 2004

Le domaine plus spécifique de la civilisation aztèque fut traité par Wilson G. Turner.

Aztec Designs
Aztec Designs / Wilson G. Turner, 2005

Livres de coloriage

Les recueils de motifs sont déclinés en livres de coloriage aussi bien pour les enfants que les adultes.

Aztec Designs Coloring Book
Aztec Designs Coloring Book / Wilson G. Turner, 2009
Ancient Mexican Designs Colouring Book
Ancient Mexican Designs Colouring Book / Marty Noble, 2004
Life in Ancient Mexico Coloring Book
Life in Ancient Mexico Coloring Book / John Green, 1991

Ce secteur éditorial est exploité par d’autres maisons d’édition que Dover. Si souvent les motifs s’inspirent d’objets archéologiques, une production fait aussi la place à des interprétations de graphistes contemporains comme José Villalba ou Nick Snels.

Aztec and Mayan inspired designs : a JV creative coloring book
Aztec and Mayan inspired designs : a JV creative coloring book / Jose a Villalba, 2016
Aztec Coloring Book 1
Aztec Coloring Book 1 / Nick Snels, 2014
Aztec Coloring Book 2
Aztec Coloring Book 2 / Nick Snels, 2014
Aztec Coloring Book 3
Aztec Coloring Book 3 / Nick Snels, 2014
Adult Coloring Book : Coloring Book For Adults Featuring 30 Beautiful Mayan And Aztec Cultural Art
Adult Coloring Book : Coloring Book For Adults Featuring 30 Beautiful Mayan And Aztec Cultural Art / Morgana Skye, 2015
A Coloring Book of Incas, Aztecs and Mayas and Other Precolumbian Peoples
A Coloring Book of Incas, Aztecs and Mayas and Other Precolumbian Peoples / Bellerophon Books, 1987

L’art du tatouage

La vogue du tatouage7 a redynamisé nombre de motifs provenant de plusieurs aires géo-culturelles8.

Le tatouage traditionnel, ethnographique, tribal ou à visée magique connaît lui aussi une révolution. Soumise aux échanges incessants grâce au développement des transports et du tourisme, la pratique du tatouage ancien est influencée par les regards extérieurs.

Tatoueurs, tatoués, http://www.quaibranly.fr/fr/expositions-evenements/au-musee/expositions/details-de-levenement/e/tatoueurs-tatoues-35253/

Si les motifs océaniens ou polynésiens9 semblent dominer le marché du tatouage occidental, les habitants des pays méso-américains se font tatouer des motifs en lien avec leur passé pré-hispanique10, comme le montre l’ouvrage publié par Edgar Hoill aux éditions Reuss et faisant la part belle aux tatoueurs de la scène chicano de Los Angeles ainsi que du Mexique et d’Europe. Les croquis et les photos donnent à voir un mélange de styles chicanos, inspirés de l’imagerie aztèque et de l’art maya, ainsi que de motifs mexicains contemporains.

Latino Art Collection: Tattoo-Inspired Chicano, Maya, Aztec & Mexican Styles
Latino Art Collection: Tattoo-Inspired Chicano, Maya, Aztec & Mexican Styles. Edition Reuss, 2011

Le fanzine destiné aux tatoueurs Free Hands11, a fait une place dans son numéro 5 à Pandido (@pddtattooing) qui s’inspire des motifs précolombiens12 : « Depuis 2 ans, environ, je travaille un style précolombien tiré de la culture aztèque. J’ai passé quelque temps au Mexique et depuis, j’aime beaucoup cette iconographie. Du coup, je pioche des thèmes et des références dans les codex et l’art aztèque en général. J’essaie de les mettre à ma sauce. »

© Pandido
© Pandido

Le tatouage a permis de recycler un certain nombre de motifs, de clip art et de vecteurs13 issus des tampons en céramique ou inspirés de glyphes de codex.

Les vecteurs méso-américains

Toute cette production imprimée et des clip art des débuts de l’informatique ont ouvert la voie à la diffusion d’images vectorielles, s’inspirant pour une large part de motifs tels ceux que Jorge Enciso avait modélisés à partir des tampons en argile servant à décorer les céramiques.

Vecteurs des américanistes

Outre ces usages populaires, il convient de mentionner les vecteurs dessinés par les chercheurs, notamment par ceux qui oeuvrent à inscrire les glyphes, notamment mayas, dans les tables de l’Unicode. C’est le cas du projet « Textdatenbank und Wörterbuch des Klassischen Maya »14 développé à la Faculté de philosophie de l’Université de Bonn en 2014 par la Nordrhein-Westfälische Akademie der Wissenschaften und Künste de Düsseldorf, avec l’Union der deutschen Akademien der Wissenschaften de Berlin.

L’objectif du projet, dirigé par le professeur Nikolai Grube, consiste à recenser tous les textes hiéroglyphiques mayas, pour produire un dictionnaire complet de la langue maya classique. Comme le projet entend fournir un corpus numérique des textes servant de base au futur dictionnaire du maya, il s’avère nécessaire de proposer une version numérique des glyphes mayas, ce pour quoi l’équipe s’attache à produire des images vectorielles15.

Le corpus concerne 10 000 inscriptions épigraphiques datant de l’an 250 avant J.-C. jusqu’à l’an 900 après J.-C. Pour les besoins du projet, un outil d’annotation des hiéroglyphes a été développé, l’Annotator for the Linguistic Analysis of Maya Hieroglyphs (ALMAH) dont les données sont stockées au format JSON et peuvent être exportées en TEI/XML. Les annotations
peuvent être recherchées et consultées16.

Les dessins vectorisés sont produits à partir de la classification de John Eric Thompson17.

Glyph renderings Carlos Pallán Gayol ; graphic design by Andrea Heiss
Glyph renderings Carlos Pallán Gayol ; graphic design by Andrea Heiss.

L’objectif du projet est aussi de parvenir à modéliser les glyphes afin de pouvoir enrichir les tables d’Unicode18. Une proposition en ce sens a été formulée par Carlos Pallán Gayol pour le maya, en janvier 201819mayan.pdf>.)), ce qui laisse espérer que des polices soient, en fonction des délais d’instruction des propositions, prochaînement disponibles !

Maya PS

Ce travail de chercheurs mayanistes, épigraphistes et graphistes amène à évoquer le projet mené par l’épigraphiste Bruno Delprat et le mathématicien Stepan Orevkov qui se sont livrés à
une recherche pour le moins inédite en développant un système d’écriture et de polices de caractères en Tex/LaTeX pour le maya ancien qu’ils ont nommé le MayaPS20

Leur idée a consisté à utiliser le langage de programmation PostScript pour dessiner
les glyphes. Pour encoder un document portant des glyphes mayas, ils mettent à disposition le
package pour LaTeX MayaPS : Typing Maya with TeX/LaTeX21.

Répertoires de motifs graphiques

Certains chercheurs, anthropologues et ethnologues, s’attachent à recenser les répertoires de motifs graphiques traditionnels22.

Des anthropologues mexicains se sont ainsi attelés à compiler, cataloguer et numériser l’iconographie de certaines communautés méso-américaines comme ce fut le cas pour celle de Tlaxcala, au Mexique. Ce travail a donné lieu au livre produit par l’École itinérante de design artisanal de Tlaxcala qui a effectué un travail de terrain après des communautés, des sites archéologiques et un travail de recherche dans les bibliothèques et centres archives pour proposer le recueil suivant, diffusé en libre-accès :

Fontes de caractères

Pour finir cette évocation de la vectorisation contemporaine de l’iconographie précolombienne, il reste à mentionner le travail des typographes qui développent des fontes de caractères et dont certains se sont attaqués au maya, comme par exemple Rafael de PYRS Fontlab Ltd. :

Si certains tentent de modéliser les glyphes tels que l’épigraphie ou la céramique en fournit des témoignages, la plupart des graphistes interprètent l’iconographie pré-hispanique pour proposer leur fontes, comme c’est par exemple le cas de Karla Vazquez et sa fonte Mayan :

Les sites recensant les polices et fontes typographiques ne manquent pas de proposer maintes fontes recyclant des motifs mésoaméricains. En voici quelques exemples :

Maya Allstars par Casa Phunk Phonts
Maya Allstars par Casa Phunk Phonts : https://www.fontspace.com/maya-allstars-font-f5702
101! Aztec SymbolZ Font par Nght's Place
101! Aztec SymbolZ Font par Nght’s Place : https://www.fontspace.com/101-aztec-symbolz-font-f8569
MesoAmerica Dings Font par Intellecta Design
MesoAmerica Dings Font par Intellecta Design : https://www.fontspace.com/mesoamerica-dings-font-f12091
Mixtec Codice par CloutierFontes
Mixtec Codice par CloutierFontes : https://www.fontspace.com/mixtec-codice-font-f14042
Mexican Ornaments par Listemageren
Mexican Ornaments par Listemageren : https://www.fontspace.com/mexican-ornaments-font-f2351
Aztecs Icons par Woodcutter
Aztecs Icons par Woodcutter : https://www.dafont.com/fr/aztecs-icons.font

Ces différents exemples issus du monde de l’édition, du graphisme, de la typographie ou encore du tatouage révèlent l’attrait pour l’iconographie et la symbolique des civilisations passées mais dans un rapport qui semble exclusivement esthétique, faisant fi du sens initial des motifs, symboles et glyphes. Seuls les chercheurs adoptent un regard sémiologique et cherchent, comme ce fut le cas pour le maya et l’est encore pour l’olmèque, leur signification, ce qui ne les empêchent pas d’en apprécier la beauté et la maîtrise graphique qui révèlent la qualité artistique des motifs, comparable à celle des « grands » peintres ou dessinateurs.

  1. Exposée au musée du quai Branly, Paris, 24 juin-28 septembre 2014 : Tiki Pop : L’Amérique rêve son paradis polynésien. []
  2. Voir « Clip art », Wikipédia, l’encyclopédie libre, 23 janvier 2020. Disponible en ligne, url : <http://fr.wikipedia.org/w/index.php?title=Clip_art&oldid=166644045>. []
  3. Voir, url : <https://www.doverbooks.co.uk/ethnic-celtic-tribal-design-c102x2011123>. []
  4. Voir son site, url : <https://jonaslaumarkussen.com>. []
  5. Voir url : <https://dribbble.com>. []
  6. Voir url : <https://www.deviantart.com>. []
  7. Qui a fait l’objet de l’exposition à succès Tatoueurs, tatoués au Musée du Quai Branly-Jacques Chirac, de 2014 à 2015. []
  8. Le Breton, David, « Le monde à fleur de peau : sur le tatouage contemporain », Hermès, La Revue, 2016, vol. 1, n° 74, p. 132-138. Disponible en ligne, url : <https://www.cairn.info/revue-hermes-la-revue-2016-1-page-132.htm>. []
  9. Galliot, Sébastien, « Quel avenir pour le tatouage polynesien ? », Muséum Toulouse, 13 mars 2019. Disponible en ligne, url : <https://www.museum.toulouse.fr/-/quel-avenir-pour-le-tatouage->. []
  10. Voir par exemple, les tableaux Pinterest : Mexican tattoo, https://www.pinterest.fr/diosyyo2001/mexican-tattoo/ ; Aztec Tattoo Designs, https://www.pinterest.fr/xbodyisacanvas/aztec-tattoo-designs/ ou « 42 Dramatic Mexican Tattoos: A Look into the Dark World of the Mexican Tattoo », Tattoo Easily, [s.d.]. Disponible en ligne, url : <https://www.tattooeasily.com/mexican-tattoo-design-ideas/>. []
  11. Voir sa page Facebook, url : <https://www.facebook.com/fanzinefreehands/>. []
  12. dont le travail peut être consulté sur les pages, url : <https://www.picuki.com/profile/pddtattooing> et <https://www.instagram.com/pddtattooing/?hl=fr>. []
  13. Voir par exemple, « Aztec & Mexican Tattoos », Free Tattoo Designs, url : <http://www.freetattoodesigns.org/mexican-tattoos.html>. []
  14. Voir le site du projet, url : <https://mayawoerterbuch.de>. []
  15. Diehr, Franziska ; Brodhun, Maximilian ; Gronemeyer, Sven ; Diederichs, Katja ; Prager, Christian ; Wagner, Elisabeth ; Grube, Nikolai, « Modellierung eines digitalen Zeichenkatalogs für die Hieroglyphen des Klassischen Maya », dans Eibl, Maximilian ; Gaedke, Martin (éd.), Informatik, Bonn : Gesellschaft für Informatik, 2017, (Lecture Notes in Informatics ; 275), p. 1185-1196. []
  16. Gronemeyer, Sven ; Prager, Christian M. ; Grube, Nikolai ; Brodhun, Maximilian ; Diede- richs, Katja ; Diehr, Franziska ; Wagner, Elisabeth, « The Digital Exploration of Maya Hieroglyphic Writing and Language », Crossing Experiences in Digital Epigraphy : From Practice to Discipline : 65-83, Berlin ; Warsaw : De Gruyter Open, 2018. []
  17. A catalog of Maya Hieroglyphs, University of Oklahoma Press, 1962. []
  18. Pallan Gayol, Carlos ; Anderson, Deborah, « Achieving Machine-Readable Mayan Text Via Unicode: Blending “Old World” Script-Encoding With Novel Digital Approaches », DH2018, Mexico, 26-26/06/2018. Disponible en ligne, url : <https://dh2018.adho.org/en/achieving-machine-readable-mayan-text-via-unicode-blending-old-world-script-encoding-with-novel-digital-approaches/>. []
  19. Pallán Gayol, Carlos, A preliminary proposal for encoding mayan hieroglyphic text in Unicode, 22 janvier 2018, 27 p. Disponible sur Internet, url : <https://www.unicode.org/L2/L2018/18038-( []
  20. Delprat, Bruno ; Orevkov, Stepan, « MayaPS : Maya hieroglyphics with LaTeX », TUG-boat, 2012, vol. 33, o 3, p. 289-294. Disponible sur Internet, url : <https://www.math.univ-toulouse.fr/~orevkov/tb105delprat.pdf>. Delprat, Bruno ; Orevkov, Stepan, « mayaTEX – un sistema de composición tipográfica de textos jeroglíficos mayas para la computadora », dans XXI Simposio de investigaciones arqueológicas en Guatemala, Guatemala de la Asunción, 23-27
    July 2007
    , Guatemala : Museo Nacional de Arqueología y Etnología, 2008, p.1080-1094. Disponible sur Internet, url : <https://www.asociaciontikal.com/simposio-21-ano-2007/68-delprat-07-doc/>. []
  21. Voir le site Internet, url : <https://www.math.univ-toulouse.fr/orevkov/mayaps.html>. []
  22. KULIJAMAN, Mataliwa ; DÉLÉAGE, Pierre, « Dessins de monstre, motifs graphiques, écriture : autour d’un texte wayana : Ipo milikut ïlïtpë, imilikut : wajana nïlïtpï », dans : Paroles en images : Écritures, corps et mémoires [en ligne], Marseille : OpenEdition Press, 2016. Disponible en ligne, url : <http://books.openedition.org/oep/812>. ISBN : 9782821855762. DOI : https://doi.org/10.4000/books.oep.812. Déléage, Pierre, « Les répertoires graphiques amazoniens », Journal de la Société des américanistes, 2007, vol. 93, n° 1. Disponible en ligne, url : <http://journals.openedition.org/jsa/6693> ; DOI : https://doi.org/10.4000/jsa.6693. []

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search