Document : Bibliographie américaine

Charles Wiener, « Bibliographie américaine », Revue de philologie et d’ethnographie, 1874, octobre-novembre-décembre, 1ère année, t. 1, p. [86]-91.

Aujourd’hui que l’on compose tant de manuels, de dictionnaires et d’encyclopédies pour résumer la science acquise et faciliter les travaux à venir, quand on pense que les derniers souvenirs de l’une des plus notables fractions de l’humanité vont s’éteindre avec les dernières peuplades indiennes de l’Amérique, sans même laisser aux bibliothèques des documents suffisants sur leur passé, l’essai d’une bibliographie américaine ne s’impose-t-il pas à la fois comme un devoir et comme une nécessité scientifique ?

Déterminer la tâche du bibliographe, faire ressortir l’influence de la bibliographie sur la réussite de tout travail ethnographique, démontrer l’importance de cette science dans les études qui doivent éclairer le passé d’un pays qu’on est convenu d’appeler la terre de l’avenir, tel est le but que nous nous proposons d’atteindre.

On a trop souvent méconnu l’importance du rôle que doit jouer le bibliographe, car on a parfois l’habitude de juger l’utilité des sciences d’après leur plus ou moins d’éclat ; or les travaux du bibliographe sont à la fois ternes et pénibles, longs et ingrats, et refusent, par leur nature même, à l’homme de labeur désintéressé la satisfaction de récolter le fruit de ses efforts. On a voulu ne voir qu’un travail d’énumération oiseuse dans une oeuvre qui offrait au bibliophile un intérêt pratique, au savant chercheur un intérêt de curiosité. Cependant l’intérêt pratique ressort du soin que le bibliographe apporte à la tâche qu’il s’est imposée, et de l’usage que l’érudit intelligent fait du résultat obtenu.

Quiconque veut se vouer à une étude sérieuse ne peut le faire d’une façon profitable qu’en s’informant de ce qui a été écrit sur le même sujet. Mais se lancer sans guide dans une étude compliquée est un travail ardu et trop souvent stérile. De même que, dans la voie des spéculations de la pensée, l’on profite des efforts d’un précurseur, on doit pouvoir s’appuyer, dans les sciences exactes, sur les travaux de critique déjà existants.

Il faut l’expérience d’un homme, qui, à force de lectures, ait acquis une puissance de jugement telle, qu’il puisse contrôler son auteur, non seulement sur les données de l’érudition, mais sur la valeur de ses jugements et sur son caractère de véracité et de bonne foi. Cet homme, le vrai bibliographe, tâchera de retrouver un même fait dans le plus grand nombre d’auteurs ; il en constatera avec soin la présence et l’omission ; il relèvera le jugement fondé sur des faits acquis et celui qui ne s’appuie que sur des hypothèses ; en un mot il poursuivra à la fois une science d’observation et des études comparées.

Les érudits qui suivront la route tracée par ce consciencieux travailleur ne perdront pas un temps précieux à des recherches souvent inutiles : ils auront pour guide de plus amples informations que le titre d’un ouvrage fourni par le hasard. Car il arrive parfois que telle oeuvre, par son épigraphe, éveille la curiosité, sans donner à celui qui l’ouvre les renseignements espérés. Le contraire se présente souvent, et, sous un titre insignifiant, se cache incidemment la solution longtemps cherchée de questions obscures et de problèmes difficiles.

Or, il est rare, surtout en ethnographie ou en archéologie, où l’on est souvent obligé de travailler de seconde main, que l’auteur ne cite pas plus ou moins scrupuleusement les sources dont il a tiré ses informations, soit pour autoriser sa propre opinion, soit pour combattre celle des autres.

Recueillir ces citations et vérifier ces renvois au fur et à mesure des travaux ou des lectures que l’on fait, c’est découvrir incessamment des sources souvent peu connues et parfois cachées. Dès lors il n’est personne qui ne puisse apporter sa pierre à un édifice tel que celui que nous voulons élever, car il suffit que chacun constate un simple fait sans même le juger. Il viendra ainsi en aide aux plus autorisés qui, ne pouvant tout savoir par eux-mêmes, recueilleront les renseignements nouveaux et s’empresseront de les vulgariser au profit de la science.

Ainsi l’ouvrage bibliographique, vrai fil conducteur dans le labyrinthe de l’érudition, présentera une série de citations et de résumés faisant ressortir les points essentiels, les théories nouvelles et les faits inconnus dans des ouvrages publiés précédemment et perdus dans le chaos des bibliothèques.

Après avoir essayé de déterminer la tâche du bibliographe et celle de l’érudit, tâchons de définir le rôle que doit jouer la science bibliographique dans l’ethnographie et dans l’archéologie américaines.

Bien que le domaine de l’ethnographie soit très-clairement défini par l’étymologie, ses attributions n’en sont pas moins vivement discutées. Elle doit, ce nous semble, s’occuper de tout ce qui touche l’ethnos, étudier le pays qu’il habite, la manière dont il se développe grâce à ce milieu, et le point de civilisation qu’il a atteint.

L’ethnographie est donc une science où les faits acquis par l’observation (telles que les données géographiques, topographiques et climatologiques) se trouvent à côté de données essentiellement variables (telles que l’état des civilisations).

La bibliographie ethnographique aura donc pour premier devoir de vérifier, d’après les investigations de la science, quels auteurs ont fourni des renseignements dont la vérité a été constatée, afin de contrôler, d’après leur exactitude, la valeur de ceux qui appartiennent à une époque passée et se dérobent ainsi à l’observation directe.

Elle nous apprendra aussi à classer les données des auteurs, à y distinguer le vrai du probable et le possible du faux ; elle nous apprendra à nous défier de certains écrivains, même lorsque leurs récits paraissent vraisemblables, ou de nous fier à leur bonne foi, quoique bien des détails semblent de prime-abord peu conformes à la réalité.

Quant à l’ethnographie américaine, tout y est tellement difficile, et la littérature qui s’y rapporte est écrite dans des conditions tellement spéciales que le rôle du bibliographe augmente singulièrement d’importance.

On a parfois estimé à un cinquième de l’humanité le nombre des habitants du Nouveau-Monde lors de sa découverte, bien que M. Frédéric Muller ne croie pas qu’il y ait jamais eu en Amérique plus de quatre-vingt millions d’habitants (chiffre de la population actuelle). Quoi qu’il en soit, le nombre des indigènes va chaque jour en décroissant ; les traditions se perdent et le type des races s’efface.

La civilisation, ou du moins la barbarie civilisée, enivrée par le désir d’augmenter ses richesses et sa puissance, peu scrupuleuse dans le choix de ses moyens, a pénétré dans tous les Etats américains avec férocité du conquérant à la fois juge et bourreau. L’Européen a toujours regardé les aborigènes avec le désir de les trouver sauvages, et il a fini, grâce à un système qu’il est difficile de qualifier dans aucune langue, par les rendre tels que son intérêt voulait qu’ils fussent. Certaines peuplades, irritées par une hypocrite cruauté, devenaient hypocrites et cruelles, et justifiaient ainsi les mesures de répression que l’on désirait prendre à leur égard ; les autres, moins vigoureuses et bientôt abruties par un traitement abominable, tombaient dans un état d’impuissance enfantine et pliaient totalement sous le joug qui devait les écraser.

L’Européen du seizième siècle ne convenait pas du fait que si l’Amérique était en partie habitée par des tribus primitives, il s’y trouvait aussi des peuples civilisés. Les Thuainas et les Thinnehs, les Algonquins, les Dacotas, les Iroquois, les Panis et les Appalaches avec leurs nombreuses tribus, les peuples de la côte N.-0., les aborigènes de la Californie et les Yumas, les tribus des Caraïbes, les Tupis, les Guaranis et les Omaguas, les Araucaniens, les Guaycurus-Abiponiens, les Puelches et les Tehuelches, les habitants de l’Ile-de-Feu et peut-être d’autres encore, ont certes présenté toutes les nuances de la vie patriarcale sans aucune tendance marquée vers un développement intellectuel, sans aptitude même pour une existence réellement policée.

Le caractère guerrier des uns, les habitudes de chasseur des autres rendaient, en outre, difficiles toutes tentatives pour les ramener à des idées de civilisation.

Cependant les Qquichuas, les Mexicains et même les Chibchas avaient atteint un développement très-remarquable. Ils s’étaient constitués en société ; leur machine administrative fonctionnait avec une régularité étonnante ; leurs idées, tant concrètes qu’abstraites , ne manquaient ni de justesse, ni de netteté ; bref, c’étaient des peuples dont la civilisation avait marché en quelque sorte en ligne divergente de celle des Européens, mais enfin qui avait marché et était fort avancée.

Cette dernière ne pouvait donc jamais se rencontrer avec l’autre, et comme elle était moins ancienne, elle ne présentait pas l’ensemble complet de notre état social. Cependant elle existait !

Il est complétement [sic] impossible de se rendre compte d’après leur état actuel de ce que les aborigènes de l’Amérique peuvent avoir été jadis. Ce qui empêche de déterminer leur origine, de pénétrer les causes de leur grandeur et de leur chute, c’est que les documents authentiques font défaut.

Chez les peuplades primitives citées plus haut , l’écriture était inconnue ; chez d’autres elle avait existé, puis l’usage en avait été défendu ; chez d’autres encore, des hiéroglyphes, à la fois symboliques et phonétiques ont déjoué jusqu’à présent les efforts des chercheurs. Les ethnographes sont donc réduits à puiser leurs renseignements dans les traditions orales. Nous ne nions pas que de ces légendes, la vérité ne ressorte jusqu’à un certain point, souvent vivante, let ne ressuscite devant nos yeux une image complète d’un temps qui n’a guère laissé de traces ; mais encore faut-il recueillir avec un soin jaloux toutes ces données qui, jaillissant de mille sources différentes, ne doivent former qu’un seul courant.

Or, les hommes qui se sont donné cette mission, qui nous ont légué, comme témoins oculaires, des détails sur ces peuples, appartiennent tous (la conquête ayant été laite dans un espace de temps relativement court) à la même époque. Ils appartiennent tous à la même nation, et ce qui est plus grave, à la même profession.

On ne peut donc pas espérer de trouver dans ces ouvrages la réalité non fardée. Nous y trouverons des faits peut-être vrais en eux-mêmes, mais arrangés avec un parti-pris, présentés avec une arrière-pensée et considérés sous un point de vue faussé ou pas assez élevé. Pendant que ces écrivains commettaient, tant par ignorance que par système, des inexactitudes et ne donnaient qu’une image incomplète ou trompeuse de la réalité, les propagateurs militants du christianisme détruisaient les monuments qui avaient eu une importance religieuse, et les gouverneurs, soucieux plutôt de s’enrichir que d’administrer, laissaient tomber en ruines les bâtiments d’utilité publique. C’est ainsi que quelques traces muettes, derniers restes d’une civilisation disparue, nous affirment que ces pays ont eu un grand passé.

Le bibliographe américaniste aura donc à développer les études comparées, car il ne pourra guère offrir de renseignements absolument authentiques. Des contradictions de différents auteurs, dont peut-être pas un ne disait la droite vérité, il faudra faire ressortir le fond qui a servi à leurs interprétations.

Tel est le rôle de la bibliographie américaine : nous faire connaître une histoire pleine d’enseignements utiles, nous révéler des civilisations curieuses, s’efforcer de retrouver des données, perdues où incomplétement [sic] connues, afin de déchiffrer des documents dont les sciences exactes et les sciences abstraites profiteront ; fortifier notre volonté à la recherche, aiguiser notre esprit à la comparaison, agrandir notre horizon par la nouveauté des faits, élever notre point de vue par la vérité des expositions.

Nous apportons à cette tâche tout le zèle dont nous disposons, et nous espérons qu’à force de bonne volonté, nous ferons un travail utile aux amis de la science et bien venu de tous ceux qui regardent les efforts sérieux comme le but suprême de la vie.

(A suivre.) CHARLES WIENER.


Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search