La COVID-19, outil de compréhension historique ?

Nombreux sont les ouvrages réflexifs qui interrogent la discipline historique et notamment la question du récit de l’Histoire1, les relations entre mémoire et histoire2.

Le récit historique

Au-delà de l’analyse et de la quantification des faits historiques à partir des sources, les historiens s’interrogent sur la nature et la portée du récit historique3. Ses limites tendent certains à aller vers la narration voire la fiction pour tenter de rendre sensibles les faits, dans une gradation qui va du « récit historique romancé »4 à l’uchronie5 en passant par le roman6. Les relations entre histoire et fiction se posent d’autant plus dans le contexte de l’historiographie antique7 et dans le domaine des études bibliques8, en tout cas pour les périodes historiques où les sources se limitent à l’archéologie et à des récits fictionnels9.

Quand dans l’Encyclopédie de la Pléiade, dans la préface de L’histoire et ses méthodes10, Charles Samaran liste les « qualités particulières exigées de l’historien, la onzième et dernière qu’il recense concerne l’écriture de l’histoire :

Enfin, l’historien doit s’efforcer d’être un écrivain et un artiste en même temps qu’un savant, sous peine de manquer l’un des buts de l’histoire, qui est de rendre la vie aux choses mortes par la force mystérieuse et incommunicable de la sympathie et du talent.

Samaran Charles, « Préface », dans L’histoire et ses méthodes, [Paris] : Gallimard, 1986, p. XIII.

L’assimilation de l’historien à l’écrivain et l’artiste ouvre la porte à tout un champ de possibles dans le récit historique. Quand il est question « de rendre la vie aux choses mortes par la force mystérieuse et incommunicable de la sympathie et du talent », Charles Samaran se garde bien de définir le récit historique et les modalités de sa mise en oeuvre, préférant laisser ce relève de la maîtrise des techniques propres au récit historique dans le domaine du mystère, de l’incommunicable et de la notion toute relative du « talent ».

C’est justement cette zone indéterminée que Guy Thuillier et Jean Tulard tentent d’éviter dans leur méthode en histoire11 :

Nous restons fidèles à une conception positive, assez restrictive de l’histoire : pas d’histoire sans document ni critique du document […], un jugement non appuyé sur un document vérifié n’est le plus souvent qu’une opinion « littéraire » ou « philosophique », et ne relève pas de l’histoire proprement dite (il ne faut pas confondre les genres) (2).
(2) L’histoire aujourd’hui tend à se confondre — aux yeux du public — avec l’essai philosophique, le roman (la biographie romancée), l’enquête du journaliste : elle n’est plus liée aux documents, elle est nulle part et partout.

Thuillier, Guy ; Tulard, Jean, La méthode en histoire, Paris : Presses universitaires de France, 1993, p. 4.

A contrario d’un Charles Samaran qui consacre une large part à la question des témoignages et de leur exploitation, laissant peu de place à celle du récit, Guy Thuillier et Jean Tulard, destinant leur ouvrage à « l’étudiant ou le professeur qui a en vue une épreuve universitaire, mémoire ou thèse, et l’historien « non professionnel », qui fait des recherches « pour son plaisir », qu’il soit professeur de lycée, notaire ou ingénieur à la retraite », rédigent toute une partie sur la question de la rédaction du récit historique12. Ils y affirment la nécessité de s’éloigner de la fiction, recommandant aux futurs auteurs d’éviter :

une écriture trop « littéraire » : on n’écrit ni un roman, ni un essai philosophique ou littéraire, et il faut éviter le souci de l’effet (1).

(1) Comme le soulignait Clovis Brunel, « le souci de l’effet est une des causes les plus malignes de l’erreur. Les sciences historiques sont entre toutes les plus séductibles et les plus dangereuses, car elles manquent de sanction. La réalité ne s’insurge pas chez elles contre qui la méconnaît (…) L’historien n’a de juge que sa propre conscience. L’opinion est complice de ses faiblesses, car elle lui pardonne, s’il plaît d’abord ».

Thuillier, Guy ; Tulard, Jean, La méthode en histoire, Paris : Presses universitaires de France, 1993, p. 103.

Les réflexions épistémologiques autour de la question de la production du récit historique13 agitent notamment les pédagogues. En effet, les professeurs d’histoire des collèges et lycées se trouvent en première ligne pour sensibiliser leurs publics aux rapports entre récit, histoire et narration. L’apprentissage de la différence entre narration et fiction passe par celle des particularités de la production du récit historique que les élèvent doivent mettre en oeuvre au cours de leur enseignement et à même de leur permettre d’acquérir une culture historique14.

Le fond de la question pour l’historien reste bien celui de la forme du récit à adopter tout en respectant les critères d’objectivité et de scientificité développés par la discipline historique. Comment sensibiliser le public des lecteurs aux faits du passé sans qu’ils ne restent pas trop abstraits et lointains ? C’est sans doute là qu’intervient le talent évoqué par Charles Samaran tout comme Guy Thuillier et Jean Tulard quand ils soulignent que :

la valeur d’une recherche tient aussi au talent d’exposition du chercheur, à son habileté à en présenter les résultats ; c’est dire l’importance de cette phase de rédaction.

Thuillier, Guy ; Tulard, Jean, La méthode en histoire, Paris : Presses universitaires de France, 1993, p. 110.

COVID-19, opportunité d’une transmission de l’histoire

Mais il est aussi une autre voie qui peut permettre de sensibiliser le public aux faits du passé, celle du comparatisme15 non pas entre des aires géo-culturelles différentes à une même époque mais dans un aller-retour entre des événements du passé et ceux du temps présent, non pas pour tirer des enseignements du passé mais pour tenter de se mettre à la place des populations anciennes devant affronter une pandémie. En ce sens, la pandémie de la maladie à coronavirus 2019 n’est-elle pas à même de donner à réfléchir sur les précédentes pandémies qui ont affecté les populations par le passé et donner une opportunité de saisir le trauma qui a pu être celui de nos aïeux ? Ainsi chaque historien a-t-il sans doute été tenté de tisser des liens entre la situation actuelle de l’infection et celles qu’il a pu étudié, chacun selon « sa » période. Ainsi du médiéviste et des épisodes de lèpre ou de peste, de même que les modernistes qui font des rapprochements avec les pandémies de choléra asiatique ou de peste au Proche-Orient.

Cette pandémie semble être à même de « ramener à la conscience le passé refoulé », pour reprendre les termes de Gérard Noiriel16. Ne nous trouvons-nous pas dans une situation similaire à celle des Espagnols du XVIe siècle ne comprenant pas ce qui tuait leur main-d’oeuvre indienne, ou dans celle de ces Indiens décimés pas un mal inconnu, apparu avec ce qu’un temps ils avaient pu prendre pour des envoyer de leur divinités ? Si toutes les choses n’étant par ailleurs pas égales, cette pandémie est à même, sinon de mieux comprendre, du moins appréhender l’hécatombe des XVIe et XVIIe siècles en Nouvelle-Espagne, estimée à 10 fois la Shoah.

La destruction des Indiens d’Amérique

Pour l’historien qui s’intéresse à la rencontre des deux Mondes entre l’Europe et l’Amérique, la maladie à coronavirus 2019 ne peut manquer de faire songer à l’hécatombe – certains parlent d’apocalypse ou de génocide17 espagnol tant les taux de mortalité furent importants – qui a suivi la Conquête du Nouveau-Monde. Ne peut-on mener des comparaisons entre la COVID-19 et la suette anglaise et la syphilis importés d’Amérique18 mais bien plus, avec les effets des maladies exportées vers l’Amérique (variole, lèpre, rougeole, tuberculose et paludisme) qui ont décimé les autochtones.

Désastre démographique

Car, comme le rappelle José Rosales-Jiménez, l’un des effets inattendu de la Conquête de l’Amérique par les Espagnols fut « la mayor catástrofe demográfica de todos los tiempos »19. Si la question reste débattue tant il est compliqué d’estimer le nombre des populations autochtones avant la Conquête, il n’en reste pas moins que les chercheurs s’accordent sur les taux exponentiels de mortalité dus aux épidémies. Pour s’en faire une idée, nous recommandons la consultation de l’article espagnol de Wikipédia, Catástrofe demográfica en América tras la llegada de los europeos20 (la version française étant plus lacunaire).

Demomex-1518-1623

La variole (la viruela du graphique ci-dessus) semble avoir été le fléau le plus mortel des populations autochtones d’Amérique.

Elle aurait fait irruption en Europe au VIIe siècle, et les croisades ainsi que l’extension du commerce avec l’Orient l’auraient généralisée en Occident aux XIe et XIIe siècles. Aucun document ne permet d’en préciser la fréquence et la mortalité durant le Moyen Age et la Renaissance. On a compté 1600 morts de variole à Nuremberg en 1570, mais la variole reste encore confondue, à l’époque, avec la rougeole et la scarlatine, sous la dénomination de « peste » ou de « maladie pestilentielle ». Le titre Traicté de la peste, de la petite verolle et de la rougeole d’Ambroise Paré (1568) contribue à entretenir la confusion. Au XVIe siècle, la variole atteint les Antilles et l’Amérique centrale et, au XVIIe, elle apparaît comme la maladie infectieuse la plus meurtrière, particulièrement en Europe occidentale et en Grande-Bretagne. Au XVIIIe siècle, selon Darmon21, elle est deux fois plus meurtrière que la peste au siècle précédent. Elle aurait fait 60 millions de morts.

Mollaret, Henri H., « Les grands fléaux », dans Grmek, Mirko D. (dir.) , Mollaret, Henri H., Histoire de la pensée médicale en Occidentvol. 2 : De la Renaissance aux Lumières, Seuil, 1997, p. 253-278.

Selon les chercheurs Cook et Borah22, 20 millions d’Indiens mésoaméricains sont morts en 30 ans ; un siècle plus tard, il ne reste plus que 3 % de la population d’origine.

Henry Dobyns a estimé que 95 % de la population totale d’Amérique disparut au cours des 130 premières années suivant l’arrivée de Christophe Colomb23.

Le commerce triangulaire

Cette catastrophe démographique est à l’origine d’un autre fléau, l’esclavage massif du commerce triangulaire entre l’Afrique, l’Amérique et l’Europe.

la découverte de l’Amérique va bouleverser l’état sanitaire du monde par un échange intercontinental d’agents infectieux. Si l’Europe acquiert la syphilis, elle exporte la variole, la lèpre, la rougeole, la tuberculose, probablement le paludisme, toutes infections qui entraîneront aux Antilles, au Mexique, à Haïti une telle dépopulation que la traite des Noirs s’imposera pour assurer la survie du colonialisme naissant. Ainsi, un troisième continent, l’Afrique, prend place dans le circuit épidémique entre Ancien et Nouveau Monde, en disséminant à son tour la variole et la fièvre jaune.

Mollaret, Henri H., « Les grands fléaux », dans Grmek, Mirko D. (dir.) , Mollaret, Henri H., Histoire de la pensée médicale en Occidentvol. 2 : De la Renaissance aux Lumières, Seuil, 1997, p. 253-278.

Ces lectures pourront être complétées par celle de l’article de Wikipédia, Actes de génocide en Amérique24, en plus de la bibliographie ci-après.


Bibliographie sur les maladies des Indiens d’Amérique

Depuis l’ouvrage l’Histoire générale des choses de la Nouvelle-Espagne du Frère Bernardino de Sahagún (le fameux Codex de Florence conservé sous les cotes Med.Palat. 218-22025), un certain nombre de chercheurs s’est intéressé à la question des maladies qui ont affecté les populations autochtones d’Amérique après l’arrivée des Européens.

Fol. 460v, vol. 3 du Codex de Florence
Fol. 460v, vol. 3 du Codex de Florence
  • Martínez-Fortún Foyo, José A., « Epidemiología: síntesis cronológica », Cuadernos de historia sanitaria, 1952, n° 5, p. 28-32.
  • Figueroa Marroquín, Horacio, Enfermedades de los conquistadores : segundo premio de medicina, certamen nacional de cultura, El Salvador, 1955, San Salvador : Ministerio de cultura Departamento editorial, 1957, 1 vol. (228 p.). – (Certamen nacional de cultura ; 5). Réédition : [Guatemala] : Editorial Universitaria de Guatemala, 1983.
  • Colloque sur l’ethnocide à travers les Amériques [1970. Paris], L’Ethnocide à travers les Amériques, Paris : Fayard, 1972, 1 vol. ([IV]-431 p.).
  • Crosby, Alfred W., The Columbian Exchange : biological and cultural consequences of 1492, Westport, Conn.: Greenwood Press, 1973.
  • Chagny, Bernard Noël, Variole et chute de l’Empire aztèque : essai d’épidémiologie historique, [S.l.], [1975], 1 vol. (115 f.) : ill., multigr. ; 30 cm. Thèse. Méd. Dijon. 1975. N° 30. Bibliogr.
  • Jennings, Francis, The Invasion of America : Indians, colonialism, and the cant of conquest, Chapel Hill : University of North Carolina press, 1975, 1 vol. (XVII-369 p.).
  • León-Portilla, Miguel (éd.), L’Envers de la conquête, Lyon : FÉDÉROP, 1977, 1 vol. (177 p.). – (Collection Minorités nationales).
  • Florescano, Enrique ; Malvido, Elsa, Ensayos sobre la historia de las epidemias en México, México : Instituto Mexicano del Seguro Social, 1982, 2 vol. (873 p.). – (Salud y seguridad social. Historia ; 4).
  • Thornton, Russell, American Indian Holocaust and Survival: A Population History since 1492, Norman ; London : University of Oklahoma press, 1987, 1 vol. (XX-292 p.). – (The Civilization of the American Indian series, ISSN 0069-4304 ; 186).
  • Crosby, Alfred W., Imperialismo ecológico. La expansión biológica de Europa, 900–1900, Barcelona : Ed. Crítica, 1988 (réimpr. 1999).
  • Crosby, Alfred Worcester, El intercambio transoceánico : consecuencias biológicas y culturales a partir de 1492, México : Universidad nacional autónoma de México, 1991, 1 vol. (270 p.). – (Serie historia general ; 16).
  • Whitmore, Thomas M., Disease and death in early colonial Mexico : simulating Amerindian depopulation, Boulder : Westview press, 1992, 1 vol. (XVI-261 p.). – (Dellplain Latin American studies ; 28).
  • Márquez Morfín, Lourdes, La desigualdad ante la muerte en la ciudad de México: El tifo y la cólera, 1813–1833, México : Siglo Veintiuno Editores, 1992.
  • Stannard, David E., American Holocaust: The Conquest of the New World, New York ; Oxford : Oxford university press, 1993, 1 vol. (XV-358 p.-[30] p. de pl.). 
  • Larsen, Clark Spencer ; Milner, George R., In the wake of contact : biological responses to conquest, New York : Wiley-Liss, cop. 1994, 1 vol. (VIII-206 p.).
  • Larsen, Clark Spencer ; Milner, George R., In the wake of contact : biological responses to conquest, New York : Wiley-Liss, 1994, 1 vol. (VIII-206 p.).
  • McCaa, Robert, « ¿Fue el siglo XVI una catástrofe demográfica para México? Una respuesta basada en la demografía histórica no cuantitativa », Cuadernos de Historia, 1995, n° 15, p. 123-136. Disponible en ligne, url : <http://users.pop.umn.edu/~rmccaa/nocuant/nocuant.htm>.
  • McCaa, Robert, « Spanish and Nahualt views of small pox in the conquest of Mexico », The Journal of Interdisciplinary History, 1995, Vol. 25, n° 3, p. 397-431.
  • Molina del Villar, América, Por voluntad divina: escasez, epidemias y otras calamidades en la Ciudad de México, 1700–1762, México : CIESAS, 1996.
  • Kiple, Kenneth F. ; Beck, Stephen V., Biologie consequences of the European expansion, 1450-1800, Aldershot : Ashgate, cop. 1997, 1 vol. (XXIX-376 p.). – (An expanding world ; 26).
  • Cook, Noble David, Born to die : disease and New World Conquest : 1492-1650, [New York] : Cambridge University press, [1998], 1 vol. (XIII-248 p.).
  • Henige, David Patrick, Numbers from nowhere : the American Indian contact population debate, Norman [Okla.] : Oklahoma university press, 1998, 1 vol. (XI-532 p.).
  • McCaa, Robert, « ¿Fue el siglo XVI una catástrofe demográfica para México? Una respuesta basada en la demografía histórica no cuantitativa », Papeles de Población, 1999, vol. 5, n° 21, p. 223-239. Disponible en ligne, url : <https://www.redalyc.org/articulo.oa?id=11202108>.
  • Raudzens, George, Technology, disease and colonial conquests, sixteenth to eighteenth centuries : essays reappraising the guns and germs theories, Leiden : Brill, 2001, 1 vol. (XVII-304 p.-pl.). – (History of warfare ; 2).
  • Schifter Aceves, Liliana, Medicina, minería e inquisición en la nueva España : Esteban Morel, 1744-1795, México : Universidad autónoma metropolitana, 2002, 1 vol. (XVI-199 p.). – (Biblioteca de historia de la farmacia ; 3)
  • Sokolow, Jayme A., The great encounter : native peoples and european settlers in the Americas, 1492-1800, Armonk (N.Y.) : M.E. Sharpe, 2003, 1 vol. (296 p.).
  • García Cáceres, Uriel, « La implantación de la viruela en los Andes, la historia de un holocausto », Revista Peruana de Medicina Experimental y Salud Publica, 2003, vol. 20, n° 1, p. 41-50. Disponible en ligne, url : <http://www.scielo.org.pe/pdf/rins/v20n1/a09v20n1.pdf>.
  • Hernández Palomo, José Jesus (coord.), Enfermedad y muerte en América y Andalucía (siglos XVI-XX), España : Consejo Superior de Investigaciones científicas/Ministerio de Educación y Ciencia, 2004.
  • Franco-Paredes, Carlos ; Lammoglia, Lorena ; Santos-Preciado, José Ignacio, « Perspectiva histórica de la viruela en México: aparición, eliminación y riesgo de reaparición por bioterrorismo », Gaceta médica de México, 2004, vol. 140, n° 3, p. 321-327. Disponible en ligne, url : <http://www.scielo.org.mx/pdf/gmm/v140n3/v140n3a13.pdf>.
  • « Siglo XVI. Bojeo, conquista y colonización de Cuba: Las primeras villas. Primeras epidemias. Ataques de corsarios y piratas. Primeras noticias médicas de las Actas del Cabildo de La Habana », Cuadernos de Historia de la Salud Pública, 2004, n° 96. Disponible en ligne, url : <http://ref.scielo.org/5rv3vq>.
  • Cook, Noble David, La conquista biológica : las enfermedades en el Nuevo Mundo, Madrid : Editorial Siglo Veintiuno, 2005.
  • Crouzet, Denis, Christophe Colomb : héraut de l’Apocalypse, Paris : Éd. Payot & Rivages, 2006, 1 vol. (509 p.).
  • Rodríguez, José Vicente, Las enfermedades en las condiciones de vida prehispánica de Colombia, Bogotá : Universidad nacional de Colombia, 2006, 1 vol. (299 p.).
  • Cappel, Constance, The smallpox genocide of the Odawa tribe at L’Arbre Croche, 1763 : the history of a Native American people, Lewiston (N.Y.) ; Queenston (Ont.) ; Lampeter : Edwin Mellen Press, 2007, 1 vol. (V-169) p.
  • Livi Bacci, Massimo, Conquest : the destruction of the American Indios, Cambridge, UK ; Malden, MA : Polity, 2008, 1 vol. (XI-317 p.-[24] p. de pl.)
  • Carbajal López, David, « Las epidemias de viruela en Bolaños, 1762-1840 », Relaciones. Estudios de Historia y Sociedad, 2008, vol. XXIX, n° 114, p. 21-43. Disponible en ligne, url : <https://www.redalyc.org/articulo.oa?id=13711402>.
  • Arrambide, Victor, « Factores que incidieron en el despoblamiento de América a raíz de la primera conquista europea (S. XV-XVI) », El Espejo de Clío, 24 février 2008. Disponible en ligne, url : <https://espejoclio.hypotheses.org/53>.
  • Consens, Mario, Extinción de los indígenas en el Río de la Plata, Montevideo : Librería Linardi y Risso, 2010, 1 vol. (378 p.).
  • Moreno Okuno, Alejandro Tatsuo ; Ventosa-Santaulària, Daniel, « Fall in the Indian population after the arrival of the Spaniards. Diseases or exploitation ? », Investigación económica, 2010, vol. 69, n° 272, p. 87-104. Disponible en ligne, url : <http://www.scielo.org.mx/pdf/ineco/v69n272/v69n272a4.pdf>.
  • El impacto demográfico de la viruela en México de la época colonial al siglo XX, Zamora, Michoacán : El Colegio de Michoacán, cop. 2010, 3 vol. (174, 147, 138 p.). – (Colección Debates).
  • Malvido, Elsa, « Representaciones y textos de la primera pandemia de viruela en seis códices mexicanos », Arqueología, 2010, n° 45,p. 195-211.
  • Molina del Villar, América ; Marquez Morfín, Lourdes ; Pardo Hernández, Claudia Patricia, El miedo a morir. Endemias, epidemias y pandemias en México: análisis de larga duración, México : CIESAS/Instituto Mora/Benemérita Universidad Autónoma de Puebla/CONACYT, 2013.
  • Daschuk, James, La destruction des indiens des Plaines : maladies, famines organisées et disparition du mode de vie autochtone, [Québec (Canada)] : Presses de l’Université Laval, 2016, 1 vol. (365 p.).
  • Trejo Moreno, Jessica, La epidemia de viruela de 1797 en el sagrario de la Ciudad de México, vista a través de los registros parroquiales de defunción : tesis para obtener el título de Maestría en Historia Moderna y Contemporánea, México : Instituto de Investigaciones Dr. José María Luis Mora, 2016.
  • Waizbort, Ricardo ; Porto, Filipe, « Epidemias e colapso demográfico no México e nos Andes do século XVI: contribuições da biologia evolutiva », História, Ciências, Saúde-Manguinhos, 2018, vol. 25, n° 2, p. 391-407. https://doi.org/10.1590/s0104-59702018000200006
  • Waizbort, Ricardo, « O debate inesgotável: causas sociais e biológicas do colapso demográfico de populações ameríndias no século XVI », Boletim do Museu Paraense Emílio Goeldi. Ciências Humanas, 2019, vol. 14, n° 3, p. 921-942. https://doi.org/10.1590/1981.81222019000300012

Selon les chercheurs Cook26 et Borah de l’Université de Californie à Berkeley, 20 millions d’Indiens mésoaméricains sont morts en 30 ans ; un siècle plus tard, il ne reste plus que 3 % de la population d’origine…

  1. Burke, Peter, New perspectives on historical writing, Cambridge : Polity press, 1991, 1 vol. (254 p.). []
  2. Nous pouvons constater que les ouvrages portant sur les relations entre la littérature et l’histoire semblent numériquement bien plus importants que ceux consacrés à l’épistémologie historique, si l’on en croit le catalogue général de la BnF et le nombre d’ouvrages liés à la vedette-matière « Littérature et histoire », url : <https://catalogue.bnf.fr/rechercher.do?index=TOUS3&numNotice=11933994&typeNotice=m>. []
  3. Dans la lignée de l’ouvrage de Paul Veyne, Comment on écrit l’histoire : essai d’épistémologie, Paris : Éditions du Seuil, 1971, 1 vol. (350 p.). []
  4. Pour reprendre les termes de Hopes, Jeffrey, « De l’histoire aux histoires : le récit historique romancé au début du XVIIIe siècle », XVII-XVIII. Bulletin de la société d’études anglo-américaines des XVIIe et XVIIIe siècles, 1996, n° 42, p. 73-81. DOI : https://doi.org/10.3406/xvii.1996.1323. Disponible en ligne, url : <https://www.persee.fr/doc/xvii_0291-3798_1996_num_42_1_1323>. []
  5. Voir les ouvrages liés à la vedette-matière « Uchronies » du langage Rameau, url : <https://catalogue.bnf.fr/rechercher.do?index=TOUS3&numNotice=11976312&typeNotice=m>. []
  6. Voir les ouvrages liés à la vedette-matière « Roman historique » du langage Rameau, url : <https://catalogue.bnf.fr/rechercher.do?index=TOUS3&numNotice=11980810&typeNotice=m>. []
  7. Cameron, Averil, History as text : the writing of Ancient history, Chapel Hill : University of North Carolina press, 1990, 1 vpl. (208 p.). []
  8. Backhaus, Knut ; Häfner, Gerd, Historiographie und fiktionales Erzählen : zur Konstruktivität in Geschichtstheorie und Exegese, Neukirchen-Vluyn : Neukirchener, 2007, 1 vol. (XI-164 p.). []
  9. Mais pas exclusivement : Historisches und fiktionales Erzählen im Mittelalter, Berlin : Duncker und Humblot, 2002, 1 vol. (164 p.). []
  10. Samaran Charles (dir.), L’histoire et ses méthodes, [Paris] : Gallimard, 1986, 1 vol. (XIII-1771 p.). []
  11. Thuillier, Guy ; Tulard, Jean, La méthode en histoire, Paris : Presses universitaires de France, 1993, 1 vol. (127 p.). (Que sais-je ?, ISSN 0768-0066 ; 2323). []
  12. « Comment écrire ? », dans La méthode en histoire, Paris : Presses universitaires de France, 1993, p. 95-120. []
  13. Bazin, Jean, « La production d’un récit historique », Cahiers d’études africaines, 1979, vol. 19, n° 73-76, p. 435-483. DOI : https://doi.org/10.3406/cea.1979.2874. Disponible en ligne, url : <https://www.persee.fr/doc/cea_0008-0055_1979_num_19_73_2874>. []
  14. Exemple : Amiot, Isabelle, Le récit en histoire et en géographie au lycée professionnel, Académie de Nantes, 2018. Disponible en ligne, url : <https://www.pedagogie.ac-nantes.fr/lettres-histoire/dossier-enrichir-sa-pratique-le-recit-1132006.kjsp>. []
  15. Detienne, Marcel, Comparer l’incomparable, Paris : Éd. du Seuil, 2000, 1 vol. (134 p.) ; 21 cm. – (La librairie du XXe siècle). []
  16. Noiriel, Gérard, « Il ne faut pas négliger les leçons de l’histoire », Le Monde, 15 juillet 2019. Disponible en ligne (payant), url : <https://www.lemonde.fr/festival/article/2019/07/15/il-ne-faut-pas-negliger-les-lecons-de-l-histoire_5489488_4415198.html>. []
  17. Voir « Actes de génocide en Amérique », Wikipédia, l’encyclopédie libre,12 mars 2020. Disponible en ligne, url : <http://fr.wikipedia.org/w/index.php?title=Actes_de_g%C3%A9nocide_en_Am%C3%A9rique&oldid=168364235>. []
  18. Même si l’origine américaine de l’infection est encore débattue au profit d’une origine européenne : Brun, Jean-Pierre ; Dutour, Olivier ; Pálfi, György, « L’antiquité des tréponématoses dans l’Ancien Monde: évidences historiques, archéologiques et paléopathologiques », Bulletins et Mémoires de la Société d’anthropologie de Paris, 1998, Nouvelle Série, tome 10, fasc. 3-4, p. 375-409. DOI : https://doi.org/10.3406/bmsap.1998.2525. Disponible en ligne, url : <https://www.persee.fr/doc/bmsap_0037-8984_1998_num_10_3_2525> ; Palfi, Gy. ; Dutour, O. ; Bérato, J. ; Brun, J.P., « La syphilis en Europe dans l’Antiquité : le fœtus de Costebelle et les autres nouvelles données ostéoarchéologiques », Vesalius, 2000, t. VI, n° 1, p. 55-63. Disponible en ligne, url : <https://www.biusante.parisdescartes.fr/ishm/vesalius/VESx2000x06x01x055x063.pdf>. []
  19. Rosales-Jiménez, José, « La mayor catástrofe demográfica de la historia », Anales medicos, 2010, vol. 55, n° 4, p. 217-223. Disponible en ligne, url : <https://www.medigraphic.com/pdfs/abc/bc-2010/bc104i.pdf>. []
  20. « Catástrofe demográfica en América tras la llegada de los europeos, », Wikipedia, La enciclopedia libre, 12 mars 2020. Disponible en ligne, url : <https://es.wikipedia.org/w/index.php?title=Cat%C3%A1strofe_demogr%C3%A1fica_en_Am%C3%A9rica_tras_la_llegada_de_los_europeos&oldid=124218213>. []
  21. Pierre Darmon, La longue traque de la variole : les pionniers de la médecine préventive, Paris : Librairie académique Perrin, 1985. []
  22. Cook, Sherburne Friend ; Borah, Woodrow Wilson, The Indian population of central Mexico, 1531-1610, Berkeley : University of California Press, 1960, 1 vol. (109 p.). Disponible en ligne, url : <https://babel.hathitrust.org/cgi/pt?id=mdp.39076005669143&view=1up&seq=9>. []
  23. Dobyns, Henry F., Their number become thined: Native American population dynamics in Eastern North America, Knoxville (Tenn.), University of Tennessee Press, 1983. []
  24. « Actes de génocide en Amérique », Wikipédia, l’encyclopédie libre,12 mars 2020. Disponible en ligne, url : <http://fr.wikipedia.org/w/index.php?title=Actes_de_g%C3%A9nocide_en_Am%C3%A9rique&oldid=168364235>. []
  25. Voir les manuscrits numérisés, url : <http://mss.bmlonline.it/s.aspx?Id=AWOS4Bm7I1A4r7GxMdb1&c=Historia%20general%20de%20las%20cosas%20de%20nueva%20Espana%20-%20Vol.%201> (vol. 1), <http://mss.bmlonline.it/s.aspx?Id=AWOS4CC3I1A4r7GxMdb5&c=Historia%20general%20de%20las%20cosas%20de%20nueva%20Espana%20-%20Vol.%202> (vol. 2), <http://mss.bmlonline.it/s.aspx?Id=AWOS4CksI1A4r7GxMdb9&c=Historia%20general%20de%20las%20cosas%20de%20nueva%20Espana%20-%20Vol.%203> (vol. 3). []
  26. Cook, Noble David, Born to die : disease and New World Conquest : 1492-1650, [New York] : Cambridge University press, [1998], 1 vol. (XIII-248 p.). []

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.