La otra mitad del códice

La otra mitad del códice
La otra mitad del códice

Ayant pour point focal les codex méso-américains et en particulier le signalement de la littérature académique qui résulte de leur étude, ce carnet de recherche n’omet pas non plus les usages populaires que suscite l’histoire des civilisations anciennes de l’Amérique pré-colombienne.

Même si la production n’est pas pléthorique, des ouvrages de fiction font référence aux codex comme ce fut par exemple le cas dans La otra mitad del códice de Juan Octavio Schietekat Ballesteros, qui était par ailleurs vice-président de la banque mexicaine Bancomer1, paru en 19962, présenté de la sorte par sa 4e de couverture :

Vicente, en sus exploraciones al mercado de antigüedades de la Lagunilla adquiere un lote de libros de temas varios. Al llegar a su casa se da a la tarea de urgar en su « tesoro », llamándole la atención un libro: Historia Eclesiástica Indiana. Aprisionado en el forro encuentra un manuscrito, una especie de pergamino antiguo. Este descubrimiento desencadena una serie de situaciones que van de lo chusco a lo dramático.
La otra mitad del códice es una novela bien estructurada con una prosa ágil y sencilla, es una historia del México actual, una reseña de corrupción en la que no hay héroes, sólo realidades.
La narración garantiza al lector un interesante viaje al mundo de la investigación arqueológica en México poniéndolo a reflexionar, al igual que al protagonista Vicente, sobre la suerte final de estos hallazgos.

Au cours de ses explorations du marché des antiquités de La Lagunilla, Vicente acquiert un ensemble de livres sur divers sujets. Lorsqu’il arrive chez lui, il commence à fouiller son « trésor », au sein duquel un livre attire son attention : Historia Eclesiástica Indiana. Emprisonné dans la doublure, il trouve un manuscrit, une sorte de parchemin ancien. Cette découverte déclenche une série de situations qui vont du plus anodin au dramatique.
L’autre moitié du codex est un roman bien structuré avec une prose agile et simple ; c’est une histoire du Mexique actuel, une revue de la corruption dans laquelle il n’y a pas de héros, seulement des réalités.
Le récit garantit au lecteur un voyage intéressant dans le monde de la recherche archéologique au Mexique, en le faisant réfléchir, ainsi que le protagoniste Vicente, sur le sort final de ces découvertes.

Ainsi, à partir de ce feuillet trouvé dans l’Historia Eclesiástica Indiana du Fray Geronimo de Mendieta et baptisé le Códice María-Vicente – de l’adjonction du prénom du protagoniste et de son épouse -, l’auteur mène une enquête pour déterminer l’origine du feuillet en se rendant au Museo Nacional de Antropología de México. Cette fiction prend des allures de documentaire narrant une enquête philologique citant des ouvrages de référence sur l’histoire du Mexique, l’étude et l’analyse des codex mexicains ainsi que de véritables codex (Colombino, Becker, Nutall, etc.).

  1. Et postérieurement au sein du Grupo Termoindustrial Eca. []
  2. Juan Octavio Schietekat Ballesteros, La otra mitad del códice, México : Plaza y Valdes, 1996, 1 vol. (148 p.) : ill., couv. ill. en coul. ; 21 cm. ISBN 968-856-479-9 (br.). []

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search