Exposition : Exploring Art of the Ancient Americas: The John Bourne Collection

De 1er mars au 23 juin 2013, le The Walters Art Museum de Baltimore organisait une exposition consacrée à la collection d’objet pré-colombiens d’Amérique de John Bourne.

Crocodile Effigy Incense Burner
Crocodile Effigy Incense Burner

Argument

De l’an 3000 avant J.-C. à l’année 1492 après J.-C., lorsque les Européens ont accidentellement rencontré l’hémisphère occidental, les cultures de la Mésoamérique, de l’Amérique centrale et de l’Amérique du Sud andine ont tracé des voies novatrices de développement social, intellectuel, spirituel et artistique. Elles ont créé des merveilles d’ingénierie, en construisant le plus haut bâtiment de l’hémisphère à Teotihuacan, dans le centre du Mexique (surpassé seulement en 1931 par l’Empire State Building) et en concevant des systèmes d’irrigation qui déplaçaient l’eau sur près de 260 kilomètres depuis une altitude de 5500 m dans les Andes péruviennes jusqu’à la côte du Pacifique. Au Mexique et au Guatemala, des systèmes d’écriture ont enregistré des données historiques et astronomiques qui ont permis de suivre avec précision les planètes et de prédire les éclipses. Des voyages à longue distance, d’aussi loin au nord que l’Illinois actuel jusqu’aux îles des Caraïbes et au bassin amazonien, ont permis de transporter non seulement des marchandises mais aussi des connaissances pratiques, religieuses et artistiques. Les anciennes Amériques constituent à tous égards l’un des majestueux berceaux de civilisation du monde.


La collection John Bourne est l’œuvre d’un homme dont la vie fut transformée en 1945 par un voyage remarquable qu’il fit dans la jungle du sud du Mexique. Au cours d’une expédition, lui et un autre explorateur seraient devenus les premiers non-Mayas à voir les ruines de Bonampak, une ville maya du sud du Chiapas où des peintures murales désormais célèbres ont été trouvées quelques mois plus tard seulement. De retour aux États-Unis, M. Bourne (né en 1927) s’est lancé dans une passion d’une vie pour constituer une collection d’art de cette région et d’autres dans les Amériques anciennes. À cette époque, dans les années 1950, seule une poignée de personnes, dont les artistes mexicains Diego Rivera (1886-1957) et Frida Kahlo (1907-1954), reconnaissaient les objets d’art précolombiens comme des beaux-arts, au même titre que ceux de toute autre culture. Cette exposition présente une sélection de pièces de la collection John Bourne, présentées à la fois comme de belles formes d’art et comme d’insignes expressions des peuples indigènes des Amériques.

Pour aller plus loin

Le musée met à la disposition du public :

L’audioguide de l’exposition, présentant les pièces exposées, est librement accessible pour application mobile ou visible en ligne à l’adresse, url : <https://izi.travel/fr/d30d-exploring-art-of-the-ancient-americas-the-john-bourne-collection-gift/en>.

Un catalogue est paru.

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search