Les catalogues de vente d’antiques mésoaméricains

Les historiens de l’art comme les historiens du livre savent depuis longtemps tout l’intérêt des catalogues de vente d’objets d’art ou de livres pour leurs recherches, notamment de provenances. L’exploitation de ces sources est donc ancienne au sein de ces communautés même si elle connaît un certain renouvellement depuis les opérations de numérisation des collections imprimées. Un exemple de projet de numérisation concertée de catalogues de vente d’art est celui mené par la Bibliothèque nationale de France (BnF) et l’Institut national d’histoire de l’art (INHA) avec un découpage chronologique chargeant la BnF du XIXème (1800-1913) siècle et l’INHA des catalogues de vente de l’époque des guerres mondiales (1914-1950)1, sachant que les tous les catalogues de vente des XVIIe et XVIIIe siècles que possède l’INHA sont déjà numérisés et consultables dans sa bibliothèque numérique et dans Gallica. L’Allemagne a mené un projet équivalent donnant lieu à la base de données German Sales ((Sven Stienen, « Datenbank „German Sales“: Den Kunstgeschichten auf der Spur », Dossier Provenienzforschung, 25 octobre 2019. Disponible en ligne, url : <https://www.preussischer-kulturbesitz.de/newsroom/dossiers-und-nachrichten/dossiers/dossier-provenienzforschung/datenbank-german-sales-den-kunstgeschichten-auf-der-spur.html> et « German Sales 1901–1945 », arthistoricum.net, [s.d.]. Disponible en ligne, url : <https://www.arthistoricum.net/themen/portale/german-sales/>.)).

Ainsi, ces collections auparavant étudiées dans les bibliothèques et centre de documentation au crayon et au papier, font désormais l’objet de programmes de recherche souhaitant exploiter le texte intégral des catalogues, obtenu après océrisation.

A titre d’exemple, citons le projet MEDIATE (Measuring Englightenment. Disseminating Ideas, Authors and Texts in Europe, 1665-1830)2.

Plus récemment, les avancées permises par les réseaux de neurones convolutifs incitent les chercheurs à mettre en œuvre des projets de segmentation des informations contenues dans les catalogues pour constituer des bases de données permettant les interrogations pas champs d’entités nommées (possesseur, vendeur, acquéreur, lieu, etc.)3.

L’intérêt pour ces supports d’information, au départ produits pour des motifs à visée commerciale et judiciaire, s’est élargit à d’autres communautés, notamment aux antiquisants et archéologues, surtout depuis qu’il s’intéressent aux questions de patrimonialisation, c’est-à-dire d’entrée des objets anciens dans les collections nationales et donc de circulation à travers le temps et l’espace (depuis l’exhumation lors d’une fouille parfois dans un pays étranger jusqu’à l’achat par un musée après moultes successions, ventes, héritages, circulations entre générations et continents).

A titre d’exemple de ce mouvement qui affecte l’étude des objets archéologiques, mentionnons le programme « Répertoire des ventes aux enchères d’antiques en France au XIXe siècle »4 qui

a pour objectif, à partir des ventes aux enchères des œuvres antiques au XIXe siècle en France, d’analyser la biographie (origine, parcours, évolution des prix) et la réception des objets antiques (vases, statues, statuettes, peintures murales, gemmes, bijoux…), la formation des collections françaises et étrangères, l’activité des grands et petits collectionneurs, des institutions, des marchands et intermédiaires ainsi que de mettre en évidence le rayonnement du marché français, en grande partie parisien, à l’échelle européenne, permettant ainsi de reconstituer une véritable histoire culturelle et sociale du XIXe siècle.

Url : <https://www.inha.fr/fr/recherche/le-departement-des-etudes-et-de-la-recherche/domaines-de-recherche/histoire-de-l-art-antique-et-de-l-archeologie/repertoire-des-ventes-d-antiques.html>

Die Provenienzforschung

L’intérêt pour les catalogues de vente de la part des américanistes et plus largement des archéologues et anthropologues oeuvrant dans les musées de civilisations, type Musée du Quai Branly-Jacques Chirac, s’est accru depuis que les pays d’origine des objets se montrent de plus en plus sourcilleux du respect de leurs lois de protection du patrimoine, au point de réclamer la restitution d’objets à l’origine douteuse, de contester l’organisation de ventes publiques voire d’exiger le retour des artefacts archéologiques à leur pays5.

Biens spoliés

La question des provenances des biens spoliés aux familles juives pendant la seconde guerre mondiale6. Mentionnons le Répertoire des acteurs du marché de l’art en France sous l’Occupation (RAMA), url : <https://www.inha.fr/fr/recherche/le-departement-des-etudes-et-de-la-recherche/domaines-de-recherche/histoire-des-collections-histoire-des-institutions-artistiques-et-culturelles-economie-de-l-art/repertoire-des-acteurs-du-marche-de-l-art-en-france-sous-l-occupation-rama.html> et son carnet de recherche, Le marché de l’art en France sous l’Occupation, url : <https://ramainha.hypotheses.org/>.)) s’est élargi à l’ensemble des objets d’art y compris les objets archéologiques, au point de devenir une discipline académique dans les pays germaniques, la Provenienzforschung dûment mentionnée comme l’une des activités des musées et faisant l’objet de recrutements spécifiques7.

Pillages d’œuvres d’art au Moyen-Orient

La situation des conflits au Moyen-Orient, avec l’inondation du marché d’objets provenant de fouilles illégales ou du pillage de musées dans des aires en guerre, a alerté l’ensemble de la communauté des conservateurs qui mettent en oeuvre des programmes de suivi du marché et de surveillance des provenances8. Cela suscite un certain marché où fleurissent les initiatives privées9 qui viennent compléter les programmes internationaux et nationaux tels ceux mis en oeuvre par Interpol – avec sa Base de données sur les œuvres d’art volées10 – ou l’Office central de lutte contre le trafic des biens culturels (OCBC), pour ce qui est de la France.

Désormais la recherche des provenances n’est plus seulement une activité destinée à prouver l’authenticité des oeuvres d’art, mais répond à une demande sociale de plus en plus forte de ne plus conserver des œuvres à l’origine douteuse. Les musées se trouvent enjoints à prouver qu’ils ont acquis les dits biens en toute légalité voire, pour les œuvres spoliées, de bonne foi ou en méconnaissant leur origine douteuse, et bien plus, à faire état de leur active recherche des héritiers des familles spoliées. Par ailleurs, d’aucuns se montrent soucieux que les descriptions des artefacts sur les cartels et dans les bases de données descriptives des musées indiquent leur origine et l’historique de leur circulation, ce pour quoi les musées se lancent dans des enquêtes rétrospectives dans leurs archives et les archives sur les spoliations et ventes pendant la Seconde Guerre mondiale11.

Dans le monde des marchands d’art, la contestation de certaines ventes12, qui a parfois abouti au retrait d’objets13, rend les études et les salles de vente d’autant plus vigilantes sur le « pedigree » des objets.

Quelles ressources pour l’archéologie mésoaméricaine ?

Dans une recherche rétrospective portant sur 50 ans de ventes d’objets Mayas, Cara Grace Tremain – qui se place dans le sillage de la thèse de Gordon Lobay14 – rappelle l’intérêt des catalogues de vente pour l’étude du marché des antiques15 :

These catalogues offer insight into market trends and allow the volume of antiquities being bought and sold to be monitored. […] Sales catalogues themselves can be an aid to understanding the sale and purchase of antiquities at auction.

Tremain, Cara Grace, « Fifty Years of Collecting: The Sale of Ancient Maya Antiquities at Sotheby’s », International Journal of Cultural Property, 2017, May, vol. 24, n° 2, p. 187-219. DOI:10.1017/S0940739117000054

Cependant, eu égard l’antériorité de l’histoire du livre et de l’art, les historiens qui s’intéressent aux objets archéologiques ne bénéficient pas des mêmes ressources, en termes d’outils de recherche numériques (bases de données, catalogues numérisés, etc.), que les historiens du livre ou de l’art. Ainsi, il n’existe pas autant de répertoires de catalogues de vente d’objets archéologiques mésoaméricains comme il en existe pour l’art, à l’image de la base Art Sales Catalogues Online (Brill) ou du Getty Provenance Index®. Il va de soi que des catalogues de vente d’art peuvent recenser des objets archéologiques d’Amérique quand ils furent classés comme des objets d’art. Cependant, a priori les ventes exclusivement archéologiques peuvent se trouver de fait éliminées des entreprises d’indexation et de numérisation des catalogues de vente, car ne concernant pas le domaine de l’art stricto sensu, qui a la faveur de ces opérations.

Cependant, le terrain n’est pas vierge et fort heureusement les ressources à destination des archéologues, anthropologues, américanistes et curieux dans le domaine des arts premiers (ou art tribal pour reprendre une désignation anglo-saxonne) et des oeuvres antiques qui ne seraient pas grecques ou égyptiennes, existent malgré tout.

Ressources exploitables

Artcurial

Maison de ventes aux enchères pluridisciplinaire, Artcurial (https://www.artcurial.com/) met à disposition du public les archives des ventes qu’elle a organisé en donnant accès gratuitement aux lots mis en vente, à leur description, estimation et résultats d’adjudications. Les catalogues sont téléchargeables au format .pdf et consultables en ligne sur issuu.

Exemple d'archive du site Artcurial
Exemple d’archive du site Artcurial

Artkhade, la base de données du marché des Arts Anciens d’Afrique, d’Asie, d’Océanie et des Amériques.

Comme l’indique son site internet, la base Artkhade (https://www.artkhade.com/fr), consacrés au marché de l’art d’Afrique, d’Asie, d’Océanie et des Amériques, contient « plus de 30.000 résultats de ventes aux enchères (chaque jour complétés), depuis 1927 à nos jours, plus de 20.000 objets passés par plus de 180 maisons de ventes aux enchères internationales ».

Résultat d'une requête dans Artkhade
Résultat d’une requête dans Artkhade

Auction.fr

Le site Auction.fr (https://www.auction.fr/) qui s’affirme est « la plateforme numérique de référence du monde des Enchères d’Art en France » recense des ventes aux enchères, essentiellement françaises, et donne accès aux catalogues ainsi qu’aux résultats. Une recherche par catégories d’objets est proposée sur le site avec une impotante rubrique consacrée aux « Arts asiatiques » déclinées en sous-catégories que l’on ne retrouve pas pour d’autres aires géoculturelles. Or de l’Asie, l’amateur doit se contenter de la rubrique fourre-tout « Civilisations & Religions » mais qui comprend malgré tout en son sein des sous-rubriques « Archéologie », « Arts Amérindiens », « Arts pré-colombiens », etc.

Exemple d'affichage des "Arts pré-colombiens"
Exemple d’affichage des « Arts pré-colombiens »

Barnebys

Le site Barnebys (https://www.barnebys.co.uk) répertorie des lots mis en vente chaque semaine et classés par catégories plutôt généralistes parmi lesquelles « Ancient Art » et « Ethnographical ».

Barnebys
Barnebys

Catawiki

Le site néerlandais Catawiki (https://www.catawiki.eu) de « vente en ligne d’objets rares, inattendus et uniques », comme il se désigne, propose des catégories :

  • « Archéologie et histoire naturelle » > « Archéologie » > « Art ancien et antiquités »
  • « Art d’Asie et ethnographie » > « Art tribal et ethnographique » > « Art tribal d’Asie, Océanie et d’Amérique »
Catawiki
Catawiki
Catawiki : Lot 36248065
Catawiki : Lot 36248065

Christie’s

Le site de la maison de vente Christie’s (https://www.christies.com/) permet de consulter les ventes à venir (upcoming auctions) ou passées (past auctions). Parmi les filtres proposés figure « African, Oceanic & Pre-Columbian Art ».

"African, Oceanic & Pre-Columbian Art"
« African, Oceanic & Pre-Columbian Art »

Drouot

Le site de l’Hôtel Drouot (https://www.drouot.com/) donne accès aux catalogues et résultats pour les ventes aux enchères depuis 2003. Les catalogues des ventes passées ou à venir sont accessibles sous forme de base consultable en ligne, de fichier .pdf à télécharger ou de livre à feuilleter. Cette base propose une recherche par « spécialités » parmi lesquelles une sous-rubrique « Civilisations & Religions » déclinée en « Archéologie », « Arts d’Asie », « Arts premiers » mais rien sur l’Amérique…

Recherche par le mot-clé "Mexique"
Recherche par le mot-clé « Mexique »

Le site Drouot digital (https://www.drouotonline.com/) propose une rubrique « Civilisations et Religions » comprenant en son sein des sous-rubriques « Archéologie – Antiquité » et une seule rubrique mélangeant « Arts d’Afrique, d’Amérique et d’Océanie ». « Drouot Digital met en ligne annuellement plus de 3 000 catalogues et près d’un million de lots, d’une valeur estimée de 900 millions d’euros, dont 75% sont enchérissables en Live et 15% en Online ».

Sotheby’s

Le site de la maison de vente Sotheby’s (https://www.sothebys.com/en/) permet de consulter les objets en vente qui peuvent être filtrés au moyen de diverses facettes dont l’une porte sur les « department » comme : « American Furniture, Decorative Art & Folk Art » ; « Latin American Art » ; « Indian, Himalayan & Southeast Asian Art », etc. mais rien de spécifique sur l’Amérique précolombienne.

Sotheby's
Sotheby’s

Tribal index

La base de donnée Tribal index (http://www.tribalindex.com/) comprend les résultats des principales ventes aux enchères d’art africain et océanien de ces quarante dernières années.

Problèmes terminologiques

Le terrain des outils consacrés aux objets anthropologiques ou ethnologiques s’avère donc encore limité en comparaison de la surabondance de ceux destinés aux pièces artistiques. Cela s’explique sans doute en raison de la classification occidentale des arts, de l’antériorité et de l’influence des historiens d’art pour la mise en ouvre de ces outils. Cependant, la problématique dépasse les cadres de l’histoire de l’art comme tend à le prouver la norme de catalogage AFNOR Z 44-061 sur la Forme et structure des vedettes noms de personnes, des vedettes titres, des rubriques de classement et des titres forgés qui ne distingue que trois seules sortes de catalogues de ventes :

Les catalogues de vente aux enchères publiques sont divisées en trois séries : les ventes d’objets d’art : tableaux, estampes, meubles, etc. ; les ventes de livres, manuscrits et autographes ; les timbres-poste.

Cela ne laisse pour ainsi dire pas de place pour les objets archéologiques et ethnologiques… D’ailleurs, tout à chacun qui consulte le sites des maisons de vente, ne peut que s’étonner de la pauvreté des classifications afférentes aux arts non occidentaux en comparaison des filtres, facettes et critères de tris offerts pour les items relevant des arts lontemps considérés comme « majeurs ». S’agissant du domaine des arts précolombiens, aucun de outils mentionné ci-dessus ne rend grâce à la diversité des cultures, époques ou genres stylistiques des artefacts des pays d’Amérique latine et ce, même dans une base qui se veut spécialisée comme Artkhade. En effet, cette dernière, pour les articles sur l’Amérique latine, propose les catégories « Art Amérindien » et « Art Précolombien » et pour sa base de données une seule entrée « Amérique du Sud et Centrale »16.

"Amérique du Sud et Centrale"
« Amérique du Sud et Centrale »

Sans doute l’amateur ou le chercheur doivent-ils recourir aux bases de vendeurs spécialisés qui peuvent se permettre un plus grand raffinement descriptif pour desservir leur clientèle experte, comme cela peut être le cas sur les sites de vente d’objets africains, qui proposent des listes déroulantes par ethnies et pays (Exemples : Arts-ethniques.com (https://www.arts-ethniques.com) ; Bruno Mignot (https://www.bruno-mignot.com) ; Essentiel Galerie SPRL (https://www.galerie-art-africain.com) ; Mémoires d’Afrique (https://memoires-afrique.com/).).

Evolution des catalogues de vente

Le développement de la vente d’objets en ligne a fait évoluer les catalogues de vente aux enchères publiques. Les études et maisons de ventes ont adopté les techniques commerciales et les logiciels ad hoc (comme Bidlogix, RainWorx, Handbid, BiddingOwl, ILance, Merkeleon, etc.) pour mettre en avant les objets qu’elles souhaitent vendre17, qui impliquent le recours presque systématique à l’image, à la reproduction des artefacts grâce à des photographies de qualité18.

Le catalogue des ventes aux enchères publiques a sensiblement changé en trente ans : d’un simple support de la publicité légale, répondant à une obligation de «publicité de la vente», il est souvent devenu un support de promotion commerciale de la vente, véritable ouvrage de référence avec des notices très développées et une riche iconographie.

Conseil des ventes volontaires, Petit-déjeuner sur « le droit d’auteur et les catalogues de ventes aux enchères », 12 février 2015, https://studylibfr.com/doc/2887982/le-droit-d-auteur-et-les-catalogues-de-ventes-aux-enchères

A tel point que certains d’entre eux prennent les atours des catalogues d’exposition ou des livres d’art, dont la consultation suscite un plaisir esthétique ou comme l’écrit Claude Guillon, de la jubilation :

au-delà de l’intérêt documentaire des catalogues de vente, par correspondance ou aux enchères, […] les parcourir […] c’est une lecture jubilatoire.

Claude Guillon, « Les catalogues de vente, objets de lecture gourmande », La Révolution et nous, 17 avril 2020. Disponble en ligne, url : <https://unsansculotte.wordpress.com/2020/04/17/les-catalogues-de-vente-objets-de-lecture-gourmande/>.

Le dispositif de confinement mis en place pour faire face à l’épidémie de covid-19 dans le cadre de l’état d’urgence sanitaire va peut-être même renforcer la tendance si l’on en croit les tendances relevées par certains médias19.

Pour un répertoire des ventes d’antiques mésoaméricains

Grâce aux quelques outils signalés, nous nous proposons de recenser dans ces pages les plus importantes ventes d’antiques mésoaméricains, et, dans les limites permises par le droit, de donner à en voir les catalogues récents. En effet, même si, l’on considère généralement ces catalogues comme de banals documents informatifs dont la seule fonction est d’assurer la publicité légale des ventes aux enchères, pour reprendre les propos de l’avocat Anthony Bem20, certains des catalogues de vente aux enchères et certaines des photographies qu’elles contiennent sont protégeables au titre du droit d’auteur21. Cela en interdit donc la reproduction sans autorisation préalable des auteurs.

Désormais, les Opérateurs de Ventes Volontaires (OVV), qui font réaliser des catalogues de vente, font signer des contrats de cession de droits dès lors qu’ils recourent aux services d’experts pour produire les notices et de photographes professionnels pour reproduire les objets à vendre. Ainsi quand ils estiment devoir produire des catalogues protégeables ils s’assurent de détenir des droits d’auteur pour s’assurer, notamment lors des ventes en ligne, de ne pas être victime de contrefaçon. Il va de soi que cela concerne les OVV les plus importantes sur la place, pour des objets patrimoniaux les plus insignes. Cependant, l’usage de l’internet pour annoncer les ventes mais bien plus, pour vendre en ligne, a rendu l’illustration des objets d’autant plus importante et par conséquent le recours à des professionnels qui supplantent désormais les collaborateurs direct du commissaire-priseur qui effectuaient eux-mêmes, dans nombre d’études, les photographies et descriptions d’objet.

Cela devient même un argument commercial, comme nous pouvons le constater avec l’étude Lucien Paris, qui ne manque pas d’indiquer sur son site internet que :

Les catalogues sont réalisés par des spécialistes qui reçoivent les vendeurs ou se déplacent à domicile avant de concevoir les catalogues.

https://www.lucien-paris-commissaire-priseur-lpa.fr/?msclkid=1b38fdc4c58910a890e3a35fbb585cbc

Certains photographes se spécialisent dans ce domaine et en font état sur leur site, comme c’est par exemple le cas de Maxime Melnikov22.

Pour aller plus loin

Pour aller plus loin sur les questions relatives aux pillages des biens archéologiques mais aussi sur celles de l’exploitation des catalogues de vente, nous ne saurions que recommander la consultation de l’International Journal of Cultural Property (https://www.cambridge.org/core/journals/international-journal-of-cultural-property).


  1. L’INHA met ainsi en ligne plus de 24000 catalogues de vente : https://bibliotheque-numerique.inha.fr/collection/?est=doc_type.exact&esr=Catalogue+de+vente []
  2. Helwi Blom ; Alicia Montoya, « Vers la numérisation des catalogues de vente des bibliothèques privées : le projet MEDIATE », Histoire du livre, 18 janvier 2020. Disponible en ligne, url : <https://histoirelivre.hypotheses.org/5800>. []
  3. Voir Lucie Rondeau Du Noyer, Simon Gabay, Mohamed Khemakhem, Laurent Romary, « Scaling up Automatic Structuring of Manuscript Sales Catalogues », TEI 2019: What is text, really? TEI and beyond, Sep 2019, Graz, Austria. ⟨hal-02272962⟩ et Simon Gabay, Mohamed Khemakhem, Laurent Romary, « Les catalogues et GROBID ». ⟨cel-01951107⟩. []
  4. Son développement peut être suivi via son carnet de recherche, Les ventes d’antiques en France au XIXe siècle, url : <https://venteantique.hypotheses.org/>. []
  5. Voir André Delpuech, « Un marché de l’art précolombien en plein questionnement », Les nouvelles de l’archéologie, 2016, n° 144, p. 43-50. DPO https://doi.org/10.4000/nda.3487. Disponible en ligne, url : <http://journals.openedition.org/nda/3487>. []
  6. La bibliographie afférente à ce sujet n’a de cesse de croître depuis la création du The Holocaust Art Restitution Project par Ori Z. Soltes, Willi Korte et Marc Masurovsky (cf. son blogue, plundered art : a perspective from the Holocaust Art Restitution Project (HARP), url : <https://plundered-art.blogspot.com/>) et la mise en place des Principes de la Conférence de Washington applicables aux œuvres d’art confisquées par les nazis ((A la suite desquels de nombreux projets ont vu le jour, comme la Commission for Looted Art in Europe, url : <https://www.lootedartcommission.com/>, le Central Registry of Information on Looted Cultural Property 1933-1945, url : <https://www.lootedart.com/home> ou The Nazi-Era Provenance Internet Portal Project, url <http://www.nepip.org/>. Pour aller plus loin, nous signalons le répertoire des Bases de données et catalogues sur les œuvres d’art volées et spoliées de l’INHA, url : <http://bibliotheque.inha.fr/iguana/www.main.cls?surl=guides-catalogues-vente-spoliations>. []
  7. Voir par exemple la page dédiée des Staatliche Museen zu Berlin, url : <https://www.smb.museum/forschung/provenienzforschung.html>. []
  8. Sophie Reyssat, « Trafic culturel, état des lieux et moyens d’action », La Gazette Drouot, 13 mars 2019. Disponible en ligne, url : <https://www.gazette-drouot.com/article/trafic-culturel-etat-des-lieux-et-moyens-d-action/5385>. ou Juliette Bénabent, « Comment mettre fin au pillage d’œuvres d’art en Irak et en Syrie ? », Télérama, 28 juin 2015. Disponible en ligne, url : <https://www.telerama.fr/scenes/comment-mettre-fin-au-pillage-d-oeuvres-d-art-en-irak-et-en-syrie,128493.php>. []
  9. Comme par exemple celle du registre Art Loss Register (ARL), url : <http://www.artloss.com>, héritier de The International Foundation for Art Research (IFAR), ou Art Recovery International, url : <https://www.artrecovery.com/> de Christopher A. Marinello, le dissident de l’ARL que le Figaro désigne comme le « Sherlock Holmes du monde de l’art » ; cf. Ines Mcgriff, « Christopher Marinello, le Sherlock Holmes du monde de l’art », Le Figaro, 10 juillet 2015. Disponible en ligne, url : <https://www.lefigaro.fr/arts-expositions/2015/07/10/03015-20150710ARTFIG00221-christopher-marinello-le-sherlock-holmes-du-monde-de-l-art.php>. []
  10. Cf. url : <https://www.interpol.int/fr/Infractions/Atteintes-au-patrimoine-culturel/Base-de-donnees-sur-les-aeuvres-d-art-volees>. []
  11. Prenons pour exemple le cas britannique où une recherche systématique est menée : Spoliation research by UK museums for 1933-45, url : <https://collectionstrust.org.uk/cultural-property-advice/spoliation-research-by-uk-museums-for-1933-45/> qui donne lieu à une base de données des rapports de spoliation et des notices d’objets dont la provenance est incomplète pour la période 1933-1945, url : <http://records.collectionstrust.org.uk/>. []
  12. Comme par exemple celle de la collection de Manichak et Jean Aurance, vendue par la maison Millon à l’hôtel Drouot le 18 septembre 2019. Cf. « Rechaza Gobierno de México venta ilegal de arte precolombino », 17 septembre 2019. Disponible en ligne, url : <https://www.gob.mx/cultura/prensa/rechaza-gobierno-de-mexico-venta-ilegal-de-arte-precolombino-217579>. Ou encore la vente « Les empires de lumière » organisée par la même maison Million à l’hôtel Drouot le 22 janvier 2020 et pareillement contestée par le Mexique. Cf. Mónica Mateos-Vega ; Daniel López Aguilar, « Otra subasta de piezas arqueológicas en París; muchas, ‘‘fraudulentas’’: INAH », La Jornada, 9 janvier 2020. Disponible en ligne, url : <https://www.jornada.com.mx/ultimas/cultura/2020/01/09/anuncian-en-paris-nueva-subasta-de-piezas-arqueologicas-son-20182018fraudulentas20192019-muchas-inah-4783.html>. []
  13. Comme par exemple lors de la vente organisée par Salorges Enchères, sous le marteau de Me Philippe Kaczorowski, à Nantes le 23 mars 2019 où une quarantaine de lots litigieux ont été retirés par le ministère de la Culture. []
  14. Lobay, Gordon Brock, Objects and Objectivity: An Archaeology of Auctions. Central Italian Antiquities at Bonhams, Christie’s and Sotheby’s 1970–2005, Thèse : Department of Archaeology, University of Cambridge : 2006. DOI : https://doi.org/10.17863/CAM.31436. []
  15. Même si cela ne peut constituer l’unique source pour ce faire, comme le rappelle Neil Brodie, « Through a Glass, Darkly: Long-Term Antiquities Auction Data in Context », International Journal of Cultural Property, 2019, août, vol. 26, n° 3, p. 265-283. DOI:https://doi.org/10.1017/S094073911900016X. []
  16. Les termes figurant dans les champs « région » (ex. : Jaïna) et « culture » (ex. : maya) des fiches descriptives sont indexés et peuvent faire l’objet d’une requête via le moteur de recherche mais ne sont pas accessibled sous forme de liste déroulante permettant en néophyte de les appréhender de façon globale. []
  17. Comme c’est le cas des galeries d’art, Alexia Lanta Maestrati, « Les galeries ont de plus en plus recours à des logiciels de gestion de leur stock », Le Journal des Arts, 23 avril 2020. Disponible en ligne (payant), url : <https://www.lejournaldesarts.fr/marche/les-galeries-ont-de-plus-en-plus-recours-des-logiciels-de-gestion-de-leur-stock-149124>. []
  18. Laurent Montant, « Enchères en salle des ventes ou en ligne : quelles différences ? », Editions Francis Lefebvre, 9 octobre 2017. Disponible en ligne, url : <https://www.efl.fr/actualites/affaires/contrats-speciaux/details.html?ref=r-4c9bf389-e984-49cc-a572-22b2e9b80637>. []
  19. Diane Zorzi, « Confinement : les maisons de ventes s’adaptent et poursuivent leur activité », Le magazine des enchères, 9 avril 2020. Disponible en ligne, url : <https://magazine.interencheres.com/art-mobilier/confinement-les-maisons-de-vente-sadaptent-et-poursuivent-leur-activite/> ; Marie Potard, « Les ventes aux enchères sur Internet profitent du confinement », Le Journal des Arts, 3 avril 2020. Disponible en ligne (payant), url : <https://www.lejournaldesarts.fr/marche/les-ventes-aux-encheres-sur-internet-profitent-du-confinement-149006>. []
  20. Anthony Bem, « La protection par le droit d’auteur des catalogues de vente aux enchères », Anthony Bem, 14 août 2013. Disponible en ligne, url : <https://www.legavox.fr/blog/maitre-anthony-bem/protection-droit-auteur-catalogues-vente-12311.htm>. []
  21. L’affaire de juin 2013 du photographe Stéphane Briolant et de la société Camard et associés contre la société Artprice.com fait désormais jurisprudence considérant qu’un catalogue peut se voir conférer le caractère d’œuvre protégeable au sens de l’article L 112-3 du Code de la Propriété Intellectuelle dès lors que « le travail de sélection, de classement et de présentation reflète la personnalité de l’auteur ». []
  22. Cf. https://photohunter.fr/photographie-dart/vente-aux-encheres-publique/ []

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.