Star Wars chez les mayas

En 1977, sort sur les écrans de cinéma le premier opus de la saga Star Wars, écrit et réalisé par George Lucas, bien avant qu’il ne devienne l’épisode IV intitulé Un nouvel espoir d’une série encore en cours.

Ce troisième long métrage réalisé par Lucas1 narre la libération de la princesse Leia Organa, capturée par les troupes de l’Empereur menées par Dark Vador, par le jeune Luke Skywalker, accompagné des droïdes C-3PO et R2-D2, du jedi Obi-Wan Kenobi et du contrebandier Han Solo et son copilote, le Wookiee Chewbacca.

Avant le combat final qui opposera les forces du bien contre celles du mal, selon la vision manichéenne habituelle de l’industrie cinématographique américaine, les héros parviennent à fuir de l’Étoile Noire où la princesse avait été emprisonnée. Une courte phase de repos et de préparatifs à ce combat final se tient dans une base secrète de l’Alliance rebelle située sur le satellite naturel Yavin 4.

Arrivée sur la base de Yavin 4

Or, quand le vaisseau de Han Solo, le Faucon Millenium, arrive sur la base, les mayanistes qui regardent le film ne manquent pas, malgré la brièveté de la scène, de reconnaître les ruines de l’ancienne cité maya de Tikal, au Guatemala, et non un décor artificiel issu de l’imagination d’un décorateur. Nichée au coeur de la jungle guatémaltèque, l’ancienne cité maya semble noyée dans la forêt, ne laissant émerger de la canopée que les temples des pyramides les plus élevées, les Temples I à VI.

Vue du site de Tikal
Vue du site de Tikal

La scène complète dure en effet moins de vingt secondes au cours de laquelle le spectateur voit d’abord le Faucon Millenium survoler la jungle avant qu’un autre point de vue le montre en train d’approcher de l’une des pyramides.

Faucon Millenium survolant Tikal

Pour donner une idée de l’ampleur du panorama, le réalisateur place ensuite au premier plan un rebelle casqué qui vise le vaisseau depuis une tour de guet. Le point de vue est filmé depuis le Temple IV – ou temple du serpent à deux têtes -, érigé en l’an 741 par le roi Caan Chac, d’une hauteur de plus de 66 m, soit la plus haute structure pré-colombienne des Amériques. John Knoll, dans son ouvrage Creating the Worlds of Star Wars: 365 Days2 indique que c’est le concepteur de maquettes et de sculptures Lorne Peterson qui joue le rôle du guetteur, filmé par le cinéaste Richard Edlund3 d’Industrial Light & Magic (ILM4), la société d’effets spéciaux créée par George Lucas. 

Faucon Millenium approchant le Temple du grand jaguar

Une troisième et rapide dernière scène donne à voir l’entrée de la base avec une architecture qui, si elle reste pyramidale, s’éloigne des monuments mayas du site de Tikal. La scène fut tournée sur une ancienne base de la Royal Air Force, le hangar 1/2 du Cardington Airfield, à Bedford, en Angleterre.

Ensuite, le spectateur est conduit à l’intérieur de la base dont le décor minéral aux murs obliques suggère qu’elle se situe à l’intérieur de la pyramide, telles les bases secrètes des films de James Bond.

La princesse Leia Organa dans la base

Le film ne montre pas l’entrée du vaisseau dans la base. Celui-ci est en revanche visible sur la piste de la base dans le jeu vidéo Star Wars: Battlefront II développé par les Pandemic Studios et LucasArts, et paru le 1er novembre 2005, pour Xbox, PlayStation 2, et Microsoft Windows avant de connaître une autre édition en 2017 par le studio suédois Digital Illusions Creative Entertainments (DICE) et édité par Electronic Arts (EA).

Base de Yavin 4 de Star Wars: Battlefront II
Base de Yavin 4 de Star Wars: Battlefront II
Base de Yavin 4 de Star Wars: Battlefront II
Base de Yavin 4 de Star Wars: Battlefront II

Le jeu situe l’un de ses épisodes sur le site maya, avec des combats opposant les rebelles aux troupes de l’Empire.

Combats sur le site de Yavin 4 /Tikal
Combats sur le site de Yavin 4 /Tikal.

La mention de James Bond pour évoquer la base secrète est d’autant plus justifiée que le même site servit également de décor dans le film Moonraker paru deux ans plus tard, en 1979. Une rapide vue, plus courte encore que dans Star wars, donne à voir le site avant que James Bond entre dans le repère d’Hugo Drax, son ennemi, que l’on comprend se situer dans la pyramide. La persistance dans la fiction cinématographique mais aussi littéraire de voir des caches, couloirs, et repères secrets au sein des pyramides mayas, comme d’ailleurs égyptiennes, ne manque pas d’intriguer.

Selon Mike McDonald5, George Lucas aurait choisi le site après avoir vu une affiche du site dans une agence de voyage en Angleterre pendant la production du film.

Désormais le point de vue est devenu une attraction pour les fanatiques de la série qui ne manquent pas de se photographier dans la position du guetteur. Ce point de vue est cité par les sites touristiques recensant les lieux de tournage de la série pour les amateurs qui effectuent le pèlerinage des différents pays et paysages de décors du film.

https://onewayticketon.wordpress.com/

Ainsi, George Lucas se servait d’un cité précolombienne comme décor d’un de ses premiers films, bien avant que ne sorte sur les écrans de cinéma, en 1981, le film Les Aventuriers de l’arche perdue, réalisé par Steven Spielberg et coproduit par George Lucas, qui initiait la série mettant en scène un singulier « archéologue », Indiana Jones, joué par Harrison Ford, le même acteur qui tenait le rôle de Han Solo et avait eu un avant-goût de la jungle sud-américaine dans cet épisode de Star wars.

Tournage sur le site de Tikal
Le cinéaste Richard Edlund, spécialisé dans les effets spéciaux, derrière la caméra sur le site de Tikal. Phot. Alvaro Argueta
Décor de la tour de guet.
Décor de la tour de guet.

Rogue One: A Star Wars Story

En 2016, quand le film Rogue One: A Star Wars Story sort en salles, les spectateurs ont la surprise de revoir la base secrète de l’Alliance, sise sur la lune Yavin IV, cette fois à plusieurs reprises. La jungle semble avoir disparu pour laisser la place à des pyramides dégagées et vues dans leur totalité. En lieu et place d’une mer de végétation verte, le sol sert de piste pour les multiples engins de l’Alliance.

Une scène s’attarde à l’intérieur de la base au moment d’un départ en masse de la flotte des chasseurs, avant de fournir une vue vers l’extérieur et ses pyramides.

Si la plupart des scènes montre des pyramides qui se conforment à la réalité architecturale du site de Tikal, il en est d’autres qui, tout en restant pyramidales voire à niches, s’en éloignent en adoptant une forme circulaire qui rappelle quelque peu la pyramide d’Uxmal.

https://commons.wikimedia.org/wiki/File:Uxmal_Pyramid_of_the_Magician.jpg

Force de suggestion

Le puissant pouvoir de suggestion de la série semble persister avec ce nouvel épisode de la série qui n’a pas manqué de susciter l’imagination de l’illustrateur John R. Mullaney, qui en est venu à concevoir l’architecture intérieure de la base au sein de la pyramide pour les ouvrages consacrés à la série6.

The Great Temple on Yavin 4
The Great Temple on Yavin 4

Retour de la vigie

Le guetteur dans sa vigie fait également un retour dans le film, toujours en pointant un instrument de visée au moment du départ d’un vaisseau.

Cette scène répétée du guetteur isolé dans sa nacelle, sans moyen d’accès visible à son poste, a suscité la création d’une bande-annonce parodique par la chaîne allemande ZDF7 pour sa chaîne comique Gute Arbeit Originals, mentionnant une pseudo-sortie en décembre 2028.

Yavin

Si les ouvrages spécialisés dans l’analyse de l’univers de la série, les sites de fans comme l’encycoplédie Wikipédia Ne manquent pas de décrire la planète et ses diverses apparitions, le nom de la planète elle-même inventée par la société Lucas films ne fait pas l’objet de descriptions.

Ce nom, qui est un prénom d’origine hébraïque signifiant l’ « entente », ne semble pas faire référence à la toponymie ni même à l’étymologie maya qui compte une syllabe « ya » et une syllabe « wi »8. Certes, le calendrier solaire maya, le haab, comporte des mois portant le même préfixe, les 7e mois Yaxk’in ou Yaxkin et le 10e mois Yax (qui signifie « vert »9, comme la couleur dominante du panorama de la première apparition de Yavin dans la série) mais faut-il pour autant considérer que cela ait inspiré George Lucas ?

Pour finir, signalons que la planète fictive de Yavin inventée par les concepteurs de la série Star Wars, outre le jeu vidéo, a aussi inspiré deux entrepreneurs qui se sont servis de ce nom pour leur entreprise dédiée aux terminaux de paiement. Leur site fait explicitement référence à la série10 et leurs produits11 sont présentés sur le fond étoilé des génériques et de nombre de scènes de la série.

  1. Après THX 1138 paru en 1971 et American Graffiti en 1973. []
  2. John Knoll, J. W. Rinzler, Creating the Worlds of Star Wars: 365 Day, New York : Harry N. Abrams, 2005, 744 p. Une traduction française est parue en 2005 au sein de la filiale d’Abrams Books : Star Wars : 365 jours / John Knoll et J. W. Rinzler ; [traduit par Ariel Marinie], Paris : La Martinière, 2005. []
  3. The Academy, « The force behind the original “Star Wars” magic: VFX legend Richard Edlund », Medium, 4 mai 2018. Disponible en ligne, url : <https://medium.com/art-science/the-force-behind-the-original-star-wars-magic-vfx-legend-richard-edlund-8cc8ef632e8b>. []
  4. Voir son site internet, url : <https://www.ilm.com/>. []
  5. Mike McDonald, « Maya apocalypse and Star Wars collide in Guatemalan temple », Reuters, 18 décembre 2012. Disponible en ligne, url : <https://uk.reuters.com/article/oukoe-uk-maya-calendar-starwars/maya-apocalypse-and-star-wars-collide-in-guatemalan-temple-idUKBRE8BH16320121218>. []
  6. Comme par exemple Star wars complete locations : inside the worlds of the entire Star wars saga, London : DK [Dorling Kindersley], 2005, ou Inside the worlds of Star wars trilogy : the ultimate guide to the incredible locations of episodes IV, V, and VI, London : DK children, 2004. []
  7. Zweites Deutsches Fernsehen. []
  8. Voir : « Écriture maya », Wikipédia, l’encyclopédie libre, 1 mai 2020. Disponible en ligne, url : <http://fr.wikipedia.org/w/index.php?title=%C3%89criture_maya&oldid=170295211> et Stuart, David, « Ten phonetics syllables », 52 p. Disponible en ligne, url : <http://www.mesoweb.com/bearc/cmr/RRAMW14-OCR.pdf>. []
  9. Ou « nouveau » (Ya’ax), voir : Beuchat, H., « L’écriture maya (suite) », Journal de la Société des Américanistes, 1913, tome 10, n° 2, p. 427-471. DOI : https://doi.org/10.3406/jsa.1913.2867. Disponible en ligne, url : <https://www.persee.fr/doc/jsa_0037-9174_1913_num_10_2_2867>. []
  10. Voir la page de leur site qui y fait mention, url : <https://www.yavin.com/mission/>. []
  11. Voir url : <https://www.yavin.com/terminaux-de-paiement/>. []

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

Vous aimerez aussi...

1 réponse

  1. 28/06/2020

    […] Star Wars chez les Mayas, par Olivier Jacquot, sur Amoxcalli. […]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search