Parution : Dossiers d’archéologie, n° 260 : L’écriture, ses diverses origines

Dossiers d'archéologie, n° 260
Dossiers d’archéologie, n° 260

Résumé de l’éditeur

Au regard de l’histoire de l’humanité, l’écriture est une invention récente : en effet, si l’homme parle depuis environ 100 000 ans, il n’écrit que depuis un peu plus de 5 000 ans. En outre, elle n’est pas une invention universelle car, en définitive, elle n’est qu’un système de communication parmi d’autres et certaines civilisations ont pu s’en passer (les Celtes) ou l’adopter tardivement (l’Inde). L’écriture a été inventée plusieurs fois et de manière indépendante : en Basse-Mésopotamie vers 3300 av. J.-C., en Egypte presque en même temps, en Méso-Amérique, chez les Olmèques, entre 2000 et 1500 av. notre ère, en Chine au milieu du IIe millénaire av. J.-C. C’est seulement à partir de la diffusion de l’alphabet phénicien (vers -1000) que les écritures entrent dans un système de filiation ininterrompue.

Sommaire

  • Berthier (A.), « D’où viennent les signes d’écritures ? », p. 2-5 : Avant de « s’apprendre à écrire tout seul », l’homme apprivoise le mouvement. Dans l’acquisition de la marche debout qui accompagne l’émergence de sa conscience et libère sa main, il apprend à chaque pas à déraciner sa voûte plantaire de la boue humide, laissant sur le sol une trace indélébile, car il s’y reconnaît, celle de son nom. Posée sur le monde, sa main modèle, trace lignes et chemins ; par les gestes de tailler, frapper, modeler, graver, polir, peindre, tisser, lier qui se retrouvent à divers degrés dans toute démarche scripturaire, l’homme-artisan opère une primordiale séparation entre toutes les choses du monde, notamment en les nommant, dans une première phase, par des représentations figurées ; et, à force, sa danse, comme les gouttes de pluie, façonne et construit, plante et fait pousser un monde nouveau.
  • Zali (A.), « La naissance des écritures », p. 8-13 : « Voici, ô Roi, dit Theut, une connaissance qui rendra les Egyptiens plus savants, et leur donnera plus de mémoire : mémoire et science ont trouvé leur remède ». Le roi lui répondit : « Très ingénieux Theut, tel est capable de créer les arts, tel l’est de juger dans quelle mesure ils porteront tort, ou seront utiles à ceux qui devront les mettre en usage. Et toi, à présent, comme tu es le père de l’écriture, par bienveillance tu lui attribues des effets contraires à ceux qu’elle a. Car elle développera l’oubli dans les âmes de ceux qui l’auront acquise, par la négligence de la mémoire ; se fiant à l’écrit, c’est du dehors, par des caractères étrangers, et non du dedans, grâce à l’effort personnel, qu’on rappellera ses souvenirs. Tu n’as donc pas trouvé un remède pour fortifier la mémoire, mais pour aider à se souvenir ». Platon, Phèdre, 274c-275f.
  • Zali (A.), « Les systèmes d’écriture », p. 14-15 : C’est dans un infini foisonnement de diversités que s’offrent à nous les écritures du monde en leurs imprévisibles tracés : splendeur des hiéroglyphes bruissante des réalités géographiques et humaines de l’univers pharaonique, respiration tranquille des écritures hindi ou nagari aux courbes douces, géométrie nerveuse des capitales grecques, alignements hérissés de l’écriture cunéiforme, la première énigme que tournent vers nous les écritures est peut-être celle de leur insaisissable multiplicité…
  • André-Salvini (B.), « L’écriture cunéiforme », p. 16-19 : Le « cunéiforme » est le système d’écriture le plus important du Proche-Orient ancien. La forme de ses signes, produits par l’empreinte d’un calame de roseau dans l’argile fraîche, est à l’origine de ce nom qui lui fut donné par les premiers savants modernes qui en tentèrent l’étude, d’après le nom latin des clous ou « coins » auxquels ils ressemblent (cunei). Les déchiffreurs retrouvaient ainsi, sans le savoir, le nom que les Mésopotamiens donnaient eux-mêmes à leurs signes, nom qui évoquait aussi l’amorce du calame dans l’argile. « Le commencement de l’art du scribe est un coin », dit un texte scolaire sumérien. Et, au VIIe siècle avant notre ère, le roi d’Assyrie, Assurbanipal, se vantait de pouvoir lire les « signes avec des coins », sur les ouvrages érudits qu’il rassembla dans sa grande bibliothèque de Ninive.
  • Vernus (P.), « L’écriture de la civilisation pharaonique », p. 20-25 : A la fascination qu’exercent ses monuments, l’Egypte pharaonique ajoute la fascination qu’exerce l’écriture hiéroglyphique. De récentes découvertes ont montré que cette écriture était déjà utilisée deux siècles avant les premiers pharaons, par des rois qui ne régnaient que sur une partie de l’Egypte vers 3150 avant J.-C. Autrement dit, son apparition est presque contemporaine de celle des premières écritures mésopotamiennes, qui ne la précéderaient apparemment que d’un siècle, encore que ces datations relatives soient susceptibles de remise en cause. Elle survivra à la fin des dynasties nationales, marquée par la conquête d’Alexandre le Grand en 330 avant J.-C. et se perpétuera sous les Ptolémées et les empereurs romains dans les temples où se maintenait l’antique religion des pharaons. C’est la fermeture de ces temples à la suite de l’édit de Théodose (393 de notre ère) qui lui portera le coup de grâce. La Renaissance la tira de l’oubli où l’avait reléguée le Moyen Age. Elle suscita dès lors débats et controverses fort animés, auxquels mit fin son déchiffrement par J.-F. Champollion en 1822.
  • Boccara (M.), « Dans la nuit des mots mayas », p. 26-31 : « Et ici, nous établirons la démonstration, la révélation et la description de comment les choses furent placées dans l’ombre et portées à la lumière… C’est le livre original, d’écriture/peinture ancienne, et celui qui le lit et le médite doit cacher sa face » (Popol Vuh).
  • Thouvenot (M.), « L’écriture aztèque », p. 32-35 : L’écriture aztèque ou nahuatl, nom de la langue que celle-ci transcrivait, était en usage, dans la vallée de Mexico et dans les régions parlant cette langue, lors de la conquête espagnole au début du XVIe siècle. Détruite par les envahisseurs, elle perdurera cependant, bien que de façon très limitée, jusqu’au début du XVIIIe siècle.
  • Drouin (J.), « Les écritures libyco-berbères », p. 36-39 : Ces graphies, apparentées par la forme et partiellement par la valeur phonétique de leurs signes, ont évolué dans le temps et dans l’espace. On considère généralement que les attestations des écritures libyques de Numidie sont contemporaines de l’Antiquité carthaginoise et romaine, dans le nord de l’Afrique. Après diverses évolutions au cours d’environ vingt-cinq siècles, elles survivent dans les écritures actuelles, les tifinagh, écritures des Touaregs, Berbères sahariens et sahéliens. Ces écritures font partie des plus anciennes au monde.
  • Briquel-Chatonnet (F.), « La révolution alphabétique », p. 40-43 : L’invention de l’écriture alphabétique, au début du IIe millénaire avant J.-C., a représenté une véritable révolution dans l’histoire de l’écrit. Ce système, qui limite l’apprentissage à celui d’une quarantaine de signes au plus, est potentiellement à la portée de tout le monde, ce qui était un réel progrès par rapport aux systèmes anciens, même si l’usage actuel des écritures chinoise ou japonaise montre qu’un système d’écriture non phonétique n’est pas forcément réservé à une élite.
  • Viers (R.), « L’alphabet hébraïque », p. 44-45 : L’histoire de l’écriture hébraïque s’étend depuis le Xe siècle avant J.-C., de la période du roi David, jusqu’à nos jours. On ne connaît ni l’inventeur du premier alphabet ni le peuple qui en a été le précurseur mais on sait qu’il est apparu dans un milieu de langue sémitique voire cananéen, parlé par les Hébreux lors de leur installation en Canaan. La plupart des chercheurs attribuent l’invention de l’alphabet aux Cananéo-Phéniciens car c’est principalement dans leur langue et en Phénicie (Liban actuel) que l’on trouve d’importantes inscriptions très anciennes. Ce sont les Phéniciens qui ont fixé le nombre des lettres à vingt-deux, la direction de l’écriture de droite à gauche ainsi que leur forme linéaire.
  • Troupeau (G.), « L’écriture arabe entre emprunt et adaptation », p. 46-47 : L’écriture arabe est un exemple typique d’emprunt d’un alphabet à une langue et de son adaptation à une autre. L’arabe est, en effet, la dernière langue sémitique à s’être dotée d’une écriture, et cela au moyen de signes empruntés à un alphabet servant à noter une autre langue sémitique. Mais la question qui se pose alors est de savoir à quelle écriture l’arabe a emprunté son alphabet.
  • Briquel (D.), « L’alphabet grec », p. 48-51 : Les Grecs ont emprunté leur écriture aux Phéniciens, mais en introduisant une innovation capitale : leur alphabet ne note plus seulement les consonnes, mais aussi les voyelles. Néanmoins cet alphabet apparaît très conservateur vis-à-vis de son modèle sur d’autres points (maintien de signes devenus inutiles, absence de notation systématique pour des traits linguistiquement importants comme la longueur des voyelles). Les Grecs ont moins cherché à se donner une écriture linguistiquement parfaite qu’à exprimer, par l’écriture, la personnalité des cités auxquelles ils appartenaient.
  • Colas (G.), « Les anciennes écritures indiennes », p. 52-55 : En dehors de l’écriture de la civilisation de l’Indus qui reste indéchiffrée, les plus anciennes écritures attestées (IIIe siècle avant notre ère) dans le sous-continent indien sont la kharoshthî et la brâhmî, qui peuvent être qualifiées de semi-syllabiques. Toutes deux reposent sur une analyse poussée de la phonétique que rendait possible l’exceptionnelle qualité des grammaires indiennes dès le IVe siècle avant notre ère. De la brâhmî dérivent les écritures anciennes et modernes de type indien.
  • Pommier (G.), « L’histoire de l’écriture », p. 56-59 : L’origine de l’écriture peut s’aborder en considérant son évolution au cours des derniers millénaires. Il s’agit de dépouiller l’important matériel archéologique disponible, de l’ordonner selon ses invariants et sa chronologie. Son évolution peut être alors interprétée, et elle va manifestement de l’idéogramme à l’idéophonogramme pour aboutir à l’écriture alphabétique. La genèse de l’écrit peut aussi s’étudier en examinant son acquisition individuelle. Il convient dans ce cas d’observer comment les enfants se mettent à écrire selon des procédures qui connaissent des règles générales et des exceptions.
  • Dancel (B.), « Apprendre à écrire en Grèce et à Rome », p. 60-63 : L’invention de l’écriture dans le monde méditerranéen il y a plus de cinq mille ans, fait naître évidemment la question de la transmission aux jeunes générations du code graphique en termes de calligraphie et de sens. Seul le premier aspect de cette transmission nous retiendra ici. A travers la description du matériel et des méthodes, nous tenterons d’approcher des élèves aux prises avec l’apprentissage de l’écriture dans les mondes grec et romain pour lesquels le problème de l’égal accès de tous à ce savoir élémentaire ne se pose pas.
  • Viers (R.), « Les découvertes épigraphiques du XXe siècle et l’alphabet », p. 64-69 : Depuis le début du XXe siècle, les archéologues ont découvert de nombreuses inscriptions sur des tablettes, sur des roches, des outils ou des armes. Ces trouvailles ont jeté une lumière nouvelle sur l’histoire de l’invention de l’alphabet. Elles ont permis de répondre à des questions fondamentales.
  • Sitbon (S.), « La part de l’énigme dans l’écriture », p. 70-73 : L’enluminure de certaines bibles hébraïques médiévales espagnoles est réalisée à partir de l’écriture d’un texte appelé massore. La linéarité perdue du discours ouvre sur une fragmentation du blanc du feuillet, amène le regard à en explorer toutes les directions, fait perdre les repères habituels de la lecture. Cet art de la lumière, dans le sens littéral hébreu du mot ?enluminure?, est-il uniquement décoration ou recherche d’un contact avec le divin ?
  • André-Salvini (B.), « Le déchiffrement des anciennes écritures », p. 74-77 : Certaines écritures nous ont été transmises sans interruption depuis l’antiquité, comme le grec ou les caractères chinois, et les langues qu’elles recouvrent n’ont jamais cessé d’être parlées ou lues, tandis que beaucoup d’entre elles, découvertes par des voyageurs ou des archéologues, sont mortes depuis longtemps. Des essais isolés furent tentés, dès le XVIe siècle, pour percer le secret des écritures oubliées. L’évolution des techniques et des mentalités du ?siècle des lumières?, puis la ?révolution industrielle? dans l’Europe du XIXe siècle, engendrèrent des missions scientifiques, l’ouverture de fouilles archéologiques provoquant une abondance de documents et le développement de sciences nouvelles ; parmi elles, celle du déchiffrement des écritures oubliées, alors redécouvertes, réinventées.
  • Monnet (N.), « Un siècle d’extraordinaire découvertes épigraphiques en Chine », p. 78-83 : Tout au long du XXe siècle, la terre chinoise n’a cessé de livrer d’inestimables trésors épigraphiques parmi lesquels des centaines de milliers d’inscriptions archaïques sur os, sur plastrons de tortue et sur bronze datant des hautes époques ; des textes juridiques inédits de la dynastie des Qin (221-210 av. notre ère) ; des documents d’archive sur des dizaines de milliers de lattes de bois et de bambou d’époque Han (IIe s. av. J.-C.-IIe s. de notre ère) ; 51 documents de 168 avant notre ère dont 11 textes sur soie relatifs à la médecine, l’astronomie, le taoïsme ; la bibliothèque monastique de Dunhuang murée au XIe siècle pour l’époque médiévale, etc.
  • Zali (A.), « L’ambiguïté de l’écriture », p. 84-85 : Tenter de restituer à l’écriture sa part visuelle, occultée dans la tradition occidentale par une approche souvent linguistique de l’écriture envisagée comme un démoulage transparent de la parole, c’est aussi sortir d’une vision restrictive de l’écriture au service exclusif de conservation des messages et s’ouvrir à sa fonction heuristique, à sa prodigieuse capacité d’invention et de trouvaille. Ecrire : non pour répéter ce qui a déjà été dit, mais pour risquer autre chose, pour ?jouer aux secrets? (selon la belle formule d’Aragon). Ou, peut-être, pour retrouver un savoir perdu qui serait celui de notre corps.

Informations pratiques

  • « L’écriture, ses diverses origines », Dossiers d’archéologie, 2001, février, n° 260.

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search