Parution : Dossiers d’archéologie, n° 214 : Civilisations précolombiennes en Equateur

Dossiers d'archéologie n° 214
Dossiers d’archéologie n° 214

Résumé de l’éditeur

Les vestiges archéologiques permettent d’affirmer que l’histoire de l’Equateur commence il y a quel-que 11 000 ans. Les peuples préhispaniques et pré-incaïques qui y vivent ont développé des caractères propres qui les différencient des Incas. Mais à la fin du XVe s., ils durent faire face à l’expansionnisme du Tahuantinsuyu, état né dans la région de Cuzco qui répandit son influence sur un vaste territoire. L’empire inca est l’une des civilisations les plus développées des temps préhispaniques.

Sommaire

  • Dr H. Burgos Guevara, “L’Equateur, présentation générale”, p. 6-15 : Etudier le milieu naturel équatorien revient à traduire l’une des expériences géographiques les plus extraordinaires qui ait été décrite par les voyageurs et les scientifiques du monde entier au cours des derniers siècles. Son territoire réduit, environ 282 000 km2, offre de saisissants contrastes qui sont dus à l’extraordinaire variété des climats et des régions géographiques et à laquelle correspond une abondante diversité dans la flore et la faune qui représentent le plus grand nombre des exemplaires de leur espèces sur la planète.
  • Salvador Lara J., “Brèves histoire de l’archéologie”, p. 16-25 : La recherche scientifique a permis d’identifier les caractères propres aux peuples préhispaniques et pré-incaïques de ce qui est aujourd’hui la République de l’Equateur. Ces peuples sont habituellement confondus avec les Incas, bien qu’ils leur aient opposé une longue et farouche résistance, comme le rapportent de nombreux “Chroniqueurs des Indes”.
  • Salazar E., “Les premiers habitants de l’Equateur”, p. 26-33 : Les vestiges archéologiques dont nous disposons nous permettent d’affirmer que l’histoire de l’Equateur commence il y a quelque 11 000 ans. Aux environs de cette date, le pays vient de sortir de l’une des époques les plus froides de la glaciation Wisconsin ; débute alors un processus d’amélioration climatique qui mettra quelques millénaires avant d’atteindre les conditions actuelles.
  • Holm O., “Les cultures formatives de l’Equateur”, p. 34-45 : Parler de “Culture Formative”, c’est employer un terme correspondant au Néolithique européen pour décrire une réalité américaine. De même, on ne parle pas en Amérique de Paléolithique ni de Mésolithique, mais de Période Paléo-indienne et de Période Archaïque.
  • Buys J., “Les seigneuries régionales”, p. 46-57 : La Période de Développement régional (500 av. -500 ap J.-C.) est caractérisée par la division de l’espace septentrional andin en plusieurs chefferies régionales, connues sous le nom de signeuries ou cacicazgos (domaine du cacique).
  • Echeverria Almeida J., “L’organisation des confédérations”, p. 58-65 : A la différence des Andes centrales (Pérou) où se développèrent de grands royaumes tels que Huari, Chimu ou l’Empire des Incas, on vit apparaître en Equateur des seigneuries, petites mais très solides, différenciées et hiérarchisées, qui assirent une partie de leur pouvoir sur le contrôle des bassins fluviaux source de produits stratégiques, sur la création et le contrôle d’une force de travail, et sur l’échange de matières premières et de produits manufacturés, en particulier à caractère exotique ou somptuaire.
  • Almeida Reyes E., “La période inca”, p. 66-77 : A la fin du XVe s., les peuples indigènes des Andes septentrionales durent faire face à l’expansionnisme du Tahuantinsuyu, état né dans la région de Cuzco, qui répandit son influence sur un vaste territtoire en Amérique du Sud. L’Empire inca, considéré à la lumière de l’ethnologie, de l’histoire et de l’archéologie, est l’une des civilisations les plus développées des temps préhispaniques.
  • Lévine D., “L’Equateur, du Chinchasuyu à l’audience de Quito”, p. 78-83 : La puissance militaire des Incas leur permit d’édifier un vaste empire. Au sein de cette entité politique, les régions qui, aujourd’hui, font partie de l’Equateur, ont joué un rôle important, surtout au moment de la conquête espagnole, car c’est sur leurs terres que se sont jouées les dernières heures de l’Empire inca, le plus grand, et sans doute le seul véritable empire de l’Amérique préhispanique.

Informations pratiques

  • “Civilisations précolombiennes en Equateur”, Dossiers d’archéologie, 1996, juin, n° 214.

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search