Parution : Dossiers d’archéologie, n° 245 : Grandes civilisations du Mexique

Dossiers d’archéologie, n° 245
Dossiers d’archéologie, n° 245

Résumé de l’éditeur

Ce qui forme aujourd’hui le Mexique fut le lieu d’un développement continuel de civilisations. Les nombreux vestiges de villes en ruines, les pyramides spectaculaires et les mystérieux monuments érigés parles peuples mésoaméricans témoignent de la grandeur du pays. Ce numéro des Dossiers d’Archéologie présente en une synthèse précise et claire les tout derniers résultats des recherches menées sur les grandes civilisations mexicaines : Olmèques, Zapotèques, Mixtèques, Toltèques, Totonaques, Huastèques, Mayas et Aztèques, sans oublier l’énigmatique civilisation de Teotihuacan. Archéologues mexicains et français se sont associés pour réaliser un numéro qui s’adresse à tous les passionnés d’histoire, d’art et d’archéologie préhispaniques.

Sommaire

  • Serre (F.), “La Préhistoire de la Mésoamérique”, p. 4-13 : Dans l’état actuel des recherches en Préhistoire, la Mésoamérique comme tout le reste du continent américain soulève de nombreuses questions quant à l’ancienneté de ses premiers habitants.
  • Gonzalez Licon (E.), “Les cultures préhispaniques”, p. 14-25 : Au milieu de ce siècle, le chercheur allemand Paul Kirchhoff appela Mésoamérique la région centrale et méridionale de l’actuelle République mexicaine, incluant les pays d’Amérique centrale comme le Guatemala, le Belize, le Honduras et le Salvador. Cette région se distingue surtout parce que les civilisations précolombiennes qui la peuplèrent, parcoururent un long processus d’évolution culturelle, depuis les petits groupes nomades de chasseurs-cueilleurs jusqu’aux grands états agricoles sédentaires de plus de 100 000 habitants, avec une structure sociale complexe et des institutions qui réglaient leur vie politique, économique et religieuse. Kirchhoff divisa la Mésoamérique en cinq zones principales : le Centre, la Côte du Golfe, l’Occident, l’aire Maya et la région de Oaxaca. Cette dernière couvre une superficie d’environ 100 000 km2 et correspond plus ou moins à l’actuel Etat de Oaxaca.
  • Lévine (D.), “Les cultures préhispaniques”, p. 26-39 : L’Ouest mexicain est une vaste aire culturelle de la Mésoamérique qui recouvre les territoires des Etats actuels de Guerrero, Michoacan, Colima, Jalisco, Nayarit, Sinaloa et partiellement ceux de Querétaro, Zacatecas et Aguas Calientes. Aux temps préhispaniques, cette zone a été un carrefour de plusieurs traditions culturelles.
  • Mastache Flores (A.G.) ; Cobean (R.), “Xochicalco et Tula”, p. 40-51 : Au VIIe siècle après Jésus-Christ, la décadence et la chute de Teotihuacán en tant que centre de pouvoir politique et économique provoqua des changements radicaux dans le développement culturel des peuples du haut plateau central du Mexique. Pendant cette période de dissolution de l’état de Teotihuacán, de nouveaux centres de pouvoir d’importance différente surgissent dans diverses régions du haut plateau central, comme Xochicalco dans la vallée occidentale de Morelos, Teotenango dans la vallée de Toluca, Cacaxtla au sud-ouest de l’actuel Etat de Tlaxcala, et, un peu plus tard, Tula dans le sud de l’Etat d’Hidalgo.
  • Cyphers (A.), “Les Olmèques de San Lorenzo”, p. 52-63 : Le grand centre olmèque de San Lorenzo, situé dans la plaine côtière humide du golfe de Mexico, apparaît au moins six cents ans avant l’invention de l’écriture en Mésoamérique. Aussi, les fouilles archéologiques et les prospections sont-ils les seuls moyens pour reconstituer l’histoire ancienne de la première grande civilisation mésoaméricaine.
  • Ladron de Guevara (S.), “Les Totonaques”, p. 64-69 : La partie centrale de ce qui forme aujourd’hui l’Etat de Veracruz, présente une grande variété de niches écologiques, en raison des altitudes variables allant de 3000 m à la côte baignée par les eaux du golfe du Mexique. Ces conditions favorisèrent le développement de communautés essentiellement agricoles, fondées sur la culture du maïs, complétant leur régime alimentaire par d’autres produits végétaux aussi bien cultivés que récoltés, en plus de la pêche dans les lagunes, les rivières ou la mer, et la chasse de petites proies comme les oiseaux, les lapins ou de plus grosses telles que les cerfs.
  • Ladron de Guevara (S.), “Les Huastèques”, p. 70-73 : A l’époque précolombienne, la culture huastèque occupe une aire géographique fluctuante (surtout à l’ouest) qui incluait une partie des états actuels de Veracruz, San Luis Potosí, Hidalgo, Tamaulipas et peut-être une partie de Puebla et Querétaro, ayant pour limites le nord du fleuve Soto La Marina, au sud le fleuve Cazones et à l’est le golfe du Mexique.
  • Velasquez Corichi (G.), “Le nord du Mexique”, p. 74-81 : Au-delà des zones où l’agriculture était possible, s’étendaient des terres où l’eau était rare, les températures excessives, le climat sec et les précipitations très faibles voire quasi inexistantes ; les rares cours d’eau se présentaient sous forme de sources (ojos de agua), et de fleuves encaissés dans des canyons, conditions qui existent encore aujourd’hui. Pourtant, il y a quelques millénaires, des groupes humains s’y adaptèrent. Cette grande zone – sur laquelle nous reviendrons – est appelée “Nord du Mexique” ou encore “Grand Sud-Ouest américain” par les spécialistes des Etats-Unis.
  • Matos Moctezuma (E.), “Teotihuacan”, p. 82-89 : Pendant près de huit siècles (0-750), la civilisation de Teotihuacán va se développer et marquer de sa présence différentes cultures mésoaméricaines. Au cours des dix dernières années, les recherches archéologiques ont réaffirmé le rôle prépondérant que Teotihuacán joua en Mésoamérique ; de plus, elles ont fourni une nouvelle et riche information, qui nous amène d’une part à considérer l’importance et les caractéristiques de cette culture, et de l’autre, à changer quelques concepts qu’on lui attribuait traditionnellement.
  • Olmedo Vera (B.), “La culture maya”, p. 90-15 : La civilisation maya se caractérise par un ensemble de traits culturels qui se répartissent sur un territoire continu comprenant le sud-est du Mexique et le nord de l’Amérique centrale, et fleurissent au cours d’une période déterminée, appelée ?période Classique?. Selon les spécialistes, ces traits culturels sont : une architecture monumentale dans les centres cérémoniels avec utilisation de voûtes à faux arc et de crêtes faîtières (cresterías) qui augmentaient de manière impressionnante la hauteur des édifices ; le développement d’une écriture hiéroglyphique et d’un calendrier d’une grande complexité ; l’inscription de dates dans un système absolu appelé long compte ; la présence du complexe sculpté stèle-autel dans les centres cérémoniels ; l’élaboration d’une céramique polychrome d’une grande qualité et le développement d’un style artistique très sophistiqué et caractéristique qui se manifeste beaucoup sur les bas-reliefs et la peinture murale.
  • Matos Moctezuma (E.), “Les Aztèques”, p. 106-113 : Les Aztèques sont le dernier groupe qui s’installe dans la vallée de Mexico et fonde la ville de Tenochtitlan vers 1325 après J.-C. Diverses sources écrites, principalement du XVIe siècle, coïncident en datant cet événement de cette année. Cependant, de récentes recherches d’archéo-astronomes ont révélé que, vers 1325, il y avait eu une éclipse solaire, raison pour laquelle les Aztèques ont bien pu adapter l’année de référence pour la fondation de leur ville, car nous savons bien l’importance que revêtaient les éclipses, considérées comme la lutte entre les puissances solaires et celles de la nuit, comme nous le voyons dans le mythe bien connu du conflit entre le dieu du Soleil et de la Guerre, Huitzilopochtli, et sa sœur Coyolxauhqui, la lune.

Informations pratiques

  • “Grandes civilisations du Mexique”, Dossiers d’archéologie, 1999, juillet-août, n° 245.

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search