Quels précolombiens ont vu King Kong ?

Peter Jackson, le réalisateur de la trilogie du Seigneur des anneaux, d’après l’œuvre de J. R. R. Tolkien, est aussi celui de la reprise du film King Kong1 sortie en 2005. Le film, qui se veut fidèle au film original de 1933 de Merian Caldwell Cooper, remporta trois Oscars lors de la 78e Cérémonie des Oscars en 2006.

King Kong : affiche
King Kong : affiche

De Sumatra au Pacifique

Tourné en Nouvelle-Zélande, le film donne à voir la « Skull Island » (l’île du Crâne), située dans la fiction au large de Sumatra dans l’Océan Indien, mais un temps située – notamment dans Google maps -, par les fans ou la maison de production, dans l’océan Pacifique et qualifiée comme étant un site archéologique.

Skull Island sur Google Maps
Skull Island sur Google Maps

Située dans l’hémisphère Sud, proche de l’équateur et à des centaines de kilomètres à l’Ouest des îles Galapagos, l’île a suscité l’imagination de l’artiste Noah Scalin qui en a donné une représentation cartographique2.

Comment expliquer ce transfert de l’océan Indien vers l’océan Pacifique, ce déplacement de l’île du récit originel du film de 1933 de Sumatra vers l’Amérique des temps précolombiens, autrement que par la présence de pyramides ? Car si l’Indonésie comporte le site mégalithique de Gunung Padang dans le village de Karyamukti3, elle ne compte pas de pyramides comme les civilisations de l’Amérique précolombiennes en ont laissé.

Or, les décorateurs du film de Peter Jackson semblent s’être inspirés des temples mayas, notamment pour une scène panoramique montrant un troupeau de mythiques brontosaures – mythiques parce l’existence scientifique de cette espèce est en discussion au profit de l’apatosaurus -, se mouvant devant une série de temples envahis de végétation, comme il en existe encore de nos jours dans les forêts du sud du Mexique et du Guatemala. 

Brontosaures de King Kong
Brontosaures de King Kong
Brontosaures de King Kong
Brontosaures de King Kong

Les temples qui surmontent les pyramides ne sont pas sans évoquer la tour de l’observatoire du site de Palenque au Mexique ou encore le sommet du Temple I du site de Tikal au Guatemala.

Ricraider / CC BY-SA (https://creativecommons.org/licenses/by-sa/3.0)
Ricraider / CC BY-SA (https://creativecommons.org/licenses/by-sa/3.0)

Rappelons que la forme pyramidale n’était pas absente dans le film originel de 1933 puisque l’héroïne est placée en offrande au roi Kong sur un autel à degrés.

King Kong 1933
King Kong 1933, https://www.imdb.com/title/tt0024216/mediaviewer/rm2230832128

Le mur d’enceinte

Avant de parvenir à ce site, les héros avaient déjà été confrontés à un autre monument sis sur l’île, l’enceinte séparant le bord de côte où résident les indigènes habitants l’île, du reste de l’île où sévit le terrible gorille Kong qu’ils redoutent et auquel ils offrent en offrande des êtres humains.

Porte, King Ko,g (2005)
Porte, King Ko,g (2005)

Cette enceinte censée les protéger d’incursions de Kong comporte notamment une porte monumentale, de la taille du roi Kong comme le démontre la suite du film, qui est inspirée de la vision mythique de Babylone de Gustave Doré que le public anglo-saxon a pu découvrir dans des ouvrages publiés au XIXe comme le Cassell’s Doré Gallery4. De même l’ouvrage The Dore Gallery Of Bible Illustrations permit de diffuser l’oeuvre de l’illustrateur au-delà de la France5

Babylon fallen / Babylone en ruines (Vision de Saint Jean)
Babylon fallen / Babylone en ruines (Vision de Saint Jean)

Cette dernière illustration de Gustave Doré a sans doute également fortement influencé le décor du film Intolerance (1916)6 de D.W. Griffith (1875-1948) comme l’attestent les éléphants surmontant les pilastres.

Intolerance (1916) de D.W. Griffith
Intolerance (1916) de D.W. Griffith

Dès lors que les autochtones craignent le monstre, nous ne pouvons que nous interroger sur la présence de cette porte en bois dans ce qui du coup est moins un mur d’enceinte qu’un autre temple construit pas une civilisation disparue et réutilisé par les populations rencontrées par les héros. L’état de délabrement du mur comme la végétation ayant gagné les pyramides ou encore l’emploi de bambou pour les structures attestent une construction plus ancienne uniquement réemployée par les autochtones. Ces indigènes, dont le caractère agressif, pour ne pas dire sauvage, est souligné par la dentition taillée en pointe de la chamane jouée par Vicky Haughton, semblent ne connaître que le bambou comme matériau de construction, comme le montre notamment l’autel de sacrifice ou d’offrande à la bête.

Cette porte en bois, comme le monument auquel elle est fixée figurait déjà dans le film de 1933.

Skull Island dans King Kong (1933)
Skull Island dans King Kong (1933)
Porte de King Kong 1933
Porte de King Kong 1933
Porte de King Kong 1933
Porte de King Kong 1933
King Kong franchissant la porte
King Kong franchissant la porte

L’escalier d’accès à la porte n’est pas non plus sans évoquer les temples d’Amérique centrale, notamment l’espèce de tête de serpent à crocs qui rappelle les têtes des temples de Quetzalcóatl du site de Teotihuacan ou du Templo Mayor de Mexico.

King Kong 1933
King Kong 1933
https://cdn.wallpapersafari.com/49/97/je4zfC.jpg
Templo Mayor de Mexico
Templo Mayor de Mexico
Temple de Quetzalcóatl du site de Teotihuacan
Temple de Quetzalcóatl du site de Teotihuacan
Temple du Jaguar , Chichen Itza : tête de serpent à plumes
Temple du Jaguar , Chichen Itza : tête de serpent à plumes

Macuahuitl

Une scène particulièrement frappante du film met en scène une décapitation humaine au moyen d’une sorte de hache munie de pointes en ce qu’on le devine être des dents ou de l’obsidienne. L’américaniste ne peut manquer d’y reconnaître une sorte de Macuahuitl7.

Macuahuitl
Macuahuitl

L’armement fabriqué pour le film de 2005 est l’oeuvre de la société Weta Workshop basée à Wellington en Nouvelle-Zélande.

King Kong, Weta Workshop
King Kong, Weta Workshop
King Kong, Weta Workshop
King Kong, Weta Workshop

Déclinaisons transmédia des temples

Comme c’est de plus en souvent le cas avec les productions cinématographiques anglo-saxonnes, des déclinaisons ont été produites sous d’autres formes, notamment des jeux vidéos. Le jeu produit à partir du film pour la console PlayStation 2 par les français d’Ubisoft souligne davantage le rapprochement des temples avec ceux de l’Amérique précolombienne.

King Kong sur PS2
King Kong sur PS2
King Kong sur PS2
King Kong sur PS2
Peter Jackson’s King Kong – PS2 Trailer

Mais c’est également le cas dans l’univers Minecraft où plusieurs décors s’inspirent de celui des films.

Skull Island Temples Minecraft
Skull Island Temples Minecraft
 Skull Island Minecraft
Skull Island Minecraft
Skull Island Porte Minecraft
Skull Island Porte Minecraft

Skull Island: Reign of Kong

La dernière déclinaison est celle la proposition Skull Island: Reign of Kong du parc à thème Islands of Adventure à Universal Orlando en Floride, basée sur le film de 2005. Ouvert à l’été 2016, le parcours offre aux visiteurs la panoplie habituelle des spectacles et du manège immersif dans l’univers du film que le public, muni de lunettes 3D, appréhende depuis un camion pouvant accueillir 72 personnes à la fois8.

Skull Island: Reign of Kong
Skull Island: Reign of Kong

Si la présence des crânes vise sans doute à suggérer la pratique de sacrifices humains, voire de pratiques anthropophages, il ne manque pas de rappeler la pratique du Tzompantli en Mésoamérique9.

 Tzompantli du Templo Mayor, Mexico. Juan Carlos Fonseca Mata / CC BY-SA (https://creativecommons.org/licenses/by-sa/4.0)

Comme les différents exemples peuvent l’illustrer, le film King Kong évoque bien, à la fois des sites archéologiques Mayas, mais aussi un armement qui pourrait être aztèque. Dans ce qui relève parfois du grand guignol, précurseur de Jurassic Park par la cohabitation d’humains et d’animaux préhistoriques, il ne faut évidemment pas chercher une véracité historique mais se contenter de s’amuser des clins d’oeil et des emprunts à l’archéologie et à l’histoire opérés par les scénaristes et les décorateurs. Oeuvres fantastiques destinées à amuser le public, produites par l’industrie de l’entertainment, si ces réalisations ne prétendent pas à la reconstitution, elles n’en demeurent pas moins intéressantes pour ce qu’elles révèlent du rapport au passé de leurs producteurs et de l’usage qui en est fait.

  1. Voir la fiche « King Kong (film, 2005) », Wikipédia, l’encyclopédie libre, 18 mars 2020. Disponible en ligne, url : <http://fr.wikipedia.org/w/index.php?title=King_Kong_(film,_2005)&oldid=168533894>. []
  2. Voir « [Flashback Friday] 268. Skull Island », Skull-a-day, 19 fzvrier 2010. Disponible en ligne, url : <https://skulladay.blogspot.com/2010/02/flashback-friday-268-skull-island.html> ou <https://3.bp.blogspot.com/_0OXYBDjaqVw/S2W4AgBh6-I/AAAAAAAAJIg/IcGwev96a7Y/s1600/skull268.jpg>. []
  3. Voir « Gunung Padang », Wikipédia, l’encyclopédie libre, 26 juillet 2017. Disponible en ligne, url : <http://fr.wikipedia.org/w/index.php?title=Gunung_Padang&oldid=139247411>. []
  4. Cassell’s Doré Gallery, containing two hundred and fifty beautiful engravings, selected from the Doré Bible, Milton, Dante’s Inferno, Dante’s Purgatorio and Paradiso, Atala, Fontaine, Fairy Realm, Don Quixote, Baron Munchausen, Croquemitaine, etc., etc. With memoir of Doré, critical essay, and descriptive letterpress / by Edmund Ollier, London : Cassell, [s. d.]. []
  5. Disponible en ligne, url : <https://www.gutenberg.org/files/8710/8710-h/8710-h.htm>. []
  6. Voir « Intolérance (film, 1916) », Wikipédia, l’encyclopédie libre, 6 mai 2020. Disponible en ligne, url : <http://fr.wikipedia.org/w/index.php?title=Intol%C3%A9rance_(film,_1916)&oldid=170518137>. []
  7. Voir « Macuahuitl », Wikipedia, The Free Encyclopedia, 18 mars 2020. Disponible en ligne, url : <https://en.wikipedia.org/w/index.php?title=Macuahuitl&oldid=946232825>. []
  8. Avec un départ toutes les deux minutes, la capacité s’avère atteindre 2 160 passagers par heure. []
  9. « Tzompantli », Wikipedia, La enciclopedia libre, 5 avril 2020. Disponible en ligne, url : <https://es.wikipedia.org/w/index.php?title=Tzompantli&oldid=124887368>. []

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

Vous aimerez aussi...

1 réponse

  1. 06/07/2020

    […] Quels précolombiens ont vu King Kong ? par Olivier Jacquot, sur Amoxcalli […]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search