Parution : Anahuac ou l’Indien sans plumes

Anahuac ou l'Indien sans plumes
Anahuac ou l’Indien sans plumes

Créateur

  • Chadourne, Marc (1895-1975)
  • Brenson, Théodore (Riga (Lettonie) 27/11/1893 – Peterborough (New Hampshire, USA) 21/09/1959). Illustrateur

Résumé

L’écrivain voyageur1 Marc Chadourne (1895-1975)2, le frère de l’auteur de Le Pot au noir, Louis Chadourne (1890-1925), publia plusieurs récits de ses différents voyages. De retour d’un séjour au Mexique effectué en 1931, il livre son interprétation du secret de l’Anahuac par lequel il cherche à comprendre comment l’ancien Mexique indigène a résisté face à la colonisation de l’Amérique anglo-saxonne et espagnole, qui ont anéanti leur civilisation.

Résumé de l’éditeur

De grandes poussières se lèvent aujourd’hui sur la lagune, qu’en des temps sans mémoire les premiers découvreurs du Mexique virent apparaître scintillante et nue.
D’ou venaient-ils ? Selon les théories admises, des steppes de la Haute-Asie, des déserts thibétains et mongols. De lentes migrations, par le détroit de Behring et l’Alaska, sur l’échine des cordillères et des sierras, les avaient conduits, fourmis têtues, en quête d’eau, au cœur même de l’Amérique.
L’eau brillait. Un mirage d’eau illuminait l’air éthéré des cimes, sur ce plateau dont les bases sont enveloppées, au-dessus des terres chaudes, de nuages diluviens. Cette terre promise, ils l’appelèrent Anahuac, « voisine de l’eau ». Terre promise, en vérité… Les tribus Nahuas, l’ayant fertilisée au long des siècles, se la disputèrent : Toltecs, Chichimecs, Colhuas, Aztecs enfin. Ceux-ci, les plus guerriers, en l’an 1318 de notre ère, un jour d’été, allaient avoir l’annonce de leur hégémonie : sur un rocher qui émergeait des eaux, porté par un cactus nopal, un aigle royal apparut qui dévorait un serpent. Le dieu Mexitli voulait un autel sur ce rocher, une ville sur ce lac, un empire autour. Ce fut Mexico.
Mexico, tête et cœur des Amériques, qui, hors de sou berceau couronné de volcans, – le vieil Anahuac, – allait former, épandre un immense corps de peuples et de civilisations.
Annoncés par d’antiques prophéties, les hommes de l’Est débarquèrent. « Nous souffrons d’un mal dans le cœur que l’or seul peut guérir, » répondit le Conquistador aux ambassadeurs de Moctezuma, qui l’interrogeaient sur ses désirs et ses desseins. Cette rage au cœur, cette soif d’or portèrent, la croix sur la poitrine et la lance au poing, ces nouveaux croisés au gîte même de la puissance aztèque. Ils visèrent à la tête et, ayant démembré ce grand corps, le dépecèrent. Ils fouillèrent le sol et les palais, mirent les peuples en esclavage dans les encomiendas. Sur les temples et sanctuaires des dieux américains, ils bâtirent leurs lourdes églises et leurs couvents fortifiés comme des citadelles. Leurs descendants, même lorsqu’ils eurent rompu le lien avec la mère Espagne, continuèrent cette œuvre d’oppression, et, pour la parfaire, appelèrent d’Europe, vers les mines, les pétroles, les chemins de fer, les usines, leurs frères de race. Ils accoururent, saisis à leur tour de ce mal que l’or seul peut guérir, – et n’a pas guéri. Comment le Mexique, – le Mexique indien, – n’a-t-il pas succombé à la curée ? Comment entre deux Amériques où la colonisation – l’anglo-saxonne et la latine, pourtant si dissemblables – a également écrasé les premiers « Américains », anéanti leur civilisation, tué leur génie, comment le Mexique a-t-il résisté ? Gomment l’Indien, après des siècles de léthargique soumission, a-t-il pu s’éveiller et, – puisant dans le sang mêlé de ses métis une énergie neuve – défendre sa race, ses terres et ses libertés contre les entreprises de l’autre race ? Quelles puissances concourent à ce miraculeux réveil ?
C’est le secret de l’Anahuac… Par le contact mystérieusement gardé entre l’homme et le sol, un courant de forces – culture, arts, traditions et croyances – émane de la vieille terre des volcans et des pyramides, du berceau ancestral, et ranime le Mexique entier.
C’est le secret que j’ai voulu lui demander au cours d’un voyage, hélas, trop rapide. On ne connaît pas un pays en quelques mois. Mais sur une terre aussi chargée de magnétisme que celle-ci, l’approche, même brève, des êtres et des paysages peut suffire à révéler le sens et l’intensité du courant, à faire jaillir de vives lueurs sur l’évolution et les problèmes d’un pays où, présent et passé, semblent confondre leurs lignes en un même temps.
Ce sont ces contacts et ces fugitives clartés que j’ai souhaité transmettre. Je les dois pour la plus large part aux amis mexicains qui m’ont guidé à travers la vallée de Mexico, les lacs de Michoacan, la sierra mistèque, la vallée zapotèque de Oaxaca et le Yucatan ; à M. le ministre Narcisse Bassols qui m’a permis de suivre l’effort fécond de ses missions culturelles à travers les communautés indiennes ; à Roberto Monténégro, Miguel Covarrubias, Atl, Novo, Pellicer, Villeurutias, Azuelas, Luis Cabrera, Ledesma, et tant d’autres, qui m’initièrent aux charmes et aux mystères de leur étonnant pays. À ces guides et introducteurs, je dois associer, dans ce tribut de gratitude, des écrivains comme Grüening, Steward Chase, Cariton Béais, Anita Brenner, Cecchi, Asturias dont les ouvrages m’ont aidé à mûrir mes impressions et souvenirs.
À eux tous, et particulièrement au grand poète mexicain Alfonso Beyes, dont la Vision de l’Anahuac, débute par cette apostrophe, que je me suis souvent adressée en son nom :
« Voyageur, tu es arrivé à la région où l’air est le plus transparent… »
je dédie ce livre. Je l’ai écrit comme ils me l’ont donné : avec amour.

Sommaire

  • Introduction I
  • I LE GOLFE
    • Gulf-Stream 3
    • Passagers 5
    • Patria mexicana 9
    • La Vera-Cruz 13
    • Zopilotes et communisme 17
    • Terres chaudes. Tierra Caliente 21
    • Nourritures 24
    • Terre froide. Tierra fria 26
  • II LA OU FUT TENOCUTITIAN
    • Approches 31
    • Mexico 32
    • Chapultepec 36
    • Cocktail Mexico 40
    • Les éléments 43
    • Où Tenochtitlan ressurgit 48
    • Chiffres 50
    • Gachupines 51
    • Mexicains 53
    • Soldats et généraux 58
    • Sanborn’s 60
    • Les traces de Don Porfirio 63
  • III NUIT, MORT ET SOLEIL
    • Nocturnes 69
    • Posada et les « calaveras » 73
    • Histoires mexicaines 77
    • Ce monde à part 80
    • Jouets 81
    • Un cimetière de dieux 84
    • Xochimilco 89
    • Pyramides 93
    • Messie mexicain 96
  • IV MEXICO-CITY ET L’INDIEN
    • Cuauthemoc 101
    • Fresques 103
    • Pulquerias 106
  • V TERRE INDIENNE
    • Monde immobile 111
    • La plante et l’homme 113
    • Le secret 115
    • Une Amérique sans machines 116
    • Pueblos 124
    • Cuernavaca 127
    • La ville de Don José 132
    • Patzcuaro 138
    • Le lac de Purapechas 142
    • Un long silence 146
    • Fiestas 149
    • Marchés 152
    • Couvents forteresses et églises baroques 157
    • Christs 160
    • La résurrection des Dieux indiens 163
    • Le retour du serpent à plumes 172
    • Hacienda 174
  • VI LA REVOLUTION
    • Quand les volcans sommeillent 186
    • Depuis la Révolution 187
    • L’aigle aux pieds nus 189
    • Le bilan des Révolutions 194
    • Mexique et Russie 195
    • Aujourd’hui le Mexique est rose 198
    • L’aigle et le cactus 200
    • Bombes 202
    • Clergé mexicain 206
    • L’Eglise et la Révolution 213
    • Aujourd’hui, les « persécutions » 218
    • Hier, les haciendas 221
    • « Ni Tlaca »… Nous sommes aussi des hommes 225
    • L’Indio 229
  • VII LE REVEIL INDIEN
    • Nouveaux missionnaires 239
    • Tecomavaca 243
    • Soyez les bienvenus, paladins du savoir 244
    • A travers les cactus géants 251
    • Professeur Ramirez 255
    • Dans une ancienne hacienda 258
    • A travers la blanche Misteca 262
    • Enthousiasmes 268
    • Eglises lézardées, écoles neuves 270
    • Vers Oaxaca et les Zapotèques 272
  • VIII YUCATAN, TERRE MAYA
    • Sous l’oeil de l’oiseau 279
    • Chewing Gum 281
    • Campeche 283
    • Merida 285
    • Un son de cloche 287
    • Mayas… Yucatecos 292
    • La crise du Henequen 294
    • Fincas 296
    • Chichen-Itza 298
    • Terre maya 305
    • Vers Uxmal 308
    • Uxmal 312
  • IX RETOUR VERS MEXICO
    • « If we could have remembrance now » (Conrad) 317

Commentaire

L’édition française de l’ouvrage est illustrée par le peintre graveur letton Théodore Brenson (1893-1959)3

Informations pratiques

  • Ouvrage orné de 34 dessins originaux et de 22 culs-de-lampe avec une carte dans le texte de Th. Brenson
  • Editeur : Paris : Plon
  • Date de parution : 1934
  • Description matérielle : 1 vol. (XII-329 p.) : ill., carte ; 21 cm
  • Notes bibliogr.
  • « Il a été tiré de cet ouvrage :
    • 24 exemplaires sur papier des manufactures impériales du Japon, dont 17 numérotés de 1 à 17 et 7 hors commerce, marqués H. C. ;
    • 513 exemplaires sur papier d’alfa, dont 500 numérotés de 18 à 517 , et 13 hors commerce, marqués E. P. »
  • Elle comporte 34 dessins originaux hors-texte en noir et 22 culs-de-lampe, avec une carte de Th. Brenson.
  • Il semble que des exemplaires comportant une jaquette illustrée à la gouache en couleur aient été diffusés.
Anahuac ou l'Indien sans plumes
Anahuac ou l’Indien sans plumes
Page de dépôt légal sans mention de collection
Page de dépôt légal sans mention de collection
Version de page de dépôt légal avec  mention de collection
Version de page de dépôt légal avec mention de collection
Anahuac ou l'Indien sans plumes : sommaire
Anahuac ou l’Indien sans plumes : sommaire

Edition espagnole

Une édition espagnole a paru en 1935 :

  • Titre : Anáhuac : o el indio sin plumas
  • Traduccion de Alfonso Teja Zabre4)
  • Editeur : México : Ediciones Botas
  • Date de parution : 1935
  • Description matérielle : 1 vol. (215 p.) : couv. ill. en coul. ; 19,5 x 12,5 cm
Anáhuac : o el indio sin plumas
Anáhuac : o el indio sin plumas
Anáhuac : o el indio sin plumas : carte
Anáhuac : o el indio sin plumas : carte
Anáhuac : o el indio sin plumas : 4e de couv.
Anáhuac : o el indio sin plumas : 4e de couv.

Edition anglaise

Une édition anglaise a paru en 1954 :

  • Titre : Anahuac : a tale of a Mexican Journey
  • Translated into English by Jean Stewart
  • Éditeur : London : Elek Books Ltd.
  • Date de parution : 1954
  • Description matérielle : 1 vol. (196 p.) : ill., jaquette ill. en coul.
  • (Rel.)
  • Edition illustrée de photographies noir et blanc
Anahuac : a tale of a Mexican Journey : jaquette
Anahuac : a tale of a Mexican Journey : jaquette
 Anahuac : a tale of a Mexican Journey
Anahuac : a tale of a Mexican Journey
Anahuac : a tale of a Mexican Journey
Anahuac : a tale of a Mexican Journey
 Anahuac : a tale of a Mexican Journey
Anahuac : a tale of a Mexican Journey
 Anahuac : a tale of a Mexican Journey
Anahuac : a tale of a Mexican Journey

Edition allemande

Une édition allemande a paru en 1955 :

  • Titre : Anahuac : Unvergängliches Mexiko
  • Aus dem Französischen von Susanne Ullrich
  • Editeur : Zürich : Orell Füssli
  • Date de parution : 1955
  • Description matérielle : 1 vol. (190 p.-47 f. de pl. [photographies] et 16 ill. de Th. Brenson) : carte; jaquette ill.
  • (Rel.)
Anahuac : Unvergängliches Mexiko
Anahuac : Unvergängliches Mexiko
Anahuac : Unvergängliches Mexiko
Anahuac : Unvergängliches Mexiko
  1. Qui fit notamment en 1934 un «tour du monde en quatre-vingts jours » pour Paris-Soir, voir : Lilith Pittman, « Marc Chadourne : écrivain-voyageur (23 mai 1895 – 30 janvier 1975) », Cahiers Robert Margerit, 2010, vol. XIV, p. 146-163. Disponible en ligne, url : <https://lesamisdeschadourne.jimdofree.com/app/download/14091235822/Marc+Chadourne+voyageur.pdf?t=1507231256> et Lojacono, Florence, « Zarathoustra aux îles : Vasco (Chadourne, 1927) et Touriste de bananes (Simenon, 1938) », Thélème: Revista complutense de estudios franceses, 2016, vol. 31, n° 2, p. 283-296. DOI : https://doi.org/10.5209/rev_THEL.2016.v31.n2.52786. []
  2. Voir les pages qui lui sont consacrées sur le site de l’Association Les Amis des Chadourne, url : <https://lesamisdeschadourne.jimdofree.com/marc-chadourne/>. []
  3. Voir sa nécrologie, « Theodore Brenson 1893–1959 », College Art Journal, 1959, vol. 19, n° 1, p. 74. Disponible en ligne, url : <https://www.tandfonline.com/doi/abs/10.1080/15436322.1959.11465709?journalCode=rcaj19>. []
  4. Teja Zabre, Alfonso (1888-12-23, San Luis de la Paz (Mexique) – 1962-02-28, Mexico []

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search