La culture visuelle des cinéastes : influence des gravures du Nouveau Monde de Théodore de Bry

En 1968, sort le film de science-fiction La Planète des singes (Planet of the Apes) réalisé par Franklin Schaffner, avec l’acteur Charlton Heston dans le rôle principal.

Le film est l’adaptation de l’ouvrage de science-fiction La Planète des singes, paru en 19631, de l’auteur français Pierre Boulle (1912-1994)2, auteur qui s’était déjà fait connaître du grand public international par l’adaptation cinématographique en 19573 de son ouvrage, paru en 1952, le Pont de la rivière Kwaï4.

Pierre Boulle, La planète des singes, Paris : Cercle du nouveau livre, 1963.
Pierre Boulle, La planète des singes, Paris : Cercle du nouveau livre, 1963.
Pierre Boulle, La planète des singes, Paris :  R. Julliard, 1963. Ed. courante.
Pierre Boulle, La planète des singes, Paris : R. Julliard, 1963. Ed. courante.
Pierre Boulle, La planète des singes, Paris :  R. Julliard, 1963. Tirage sur alfa.
Pierre Boulle, La planète des singes, Paris : R. Julliard, 1963. Tirage sur alfa.

Le récit narre les aventures, se déroulant en l’an 2500, du professeur Antelle, du physicien Arthur Levain et du journaliste Ulysse Mérou qui, après avoir quitté la Terre dans une navette cosmique en direction de la supergéante Bételgeuse, débarquent sur une planète qu’ils nomment Soror. Après avoir découvert que la planète est habitée d’être humains dénués de parole auxquels ils se mêlent, ils s’aperçoivent qu’ils sont l’objet d’une chasse à l’homme où les chasseurs s’avèrent être des singes armés et dotés de la parole.

L’adaptation filmique de l’ouvrage diverge peu du récit initial. Si les noms des protagonistes ont été américanisés, les scénaristes Rod Serling et Michael Wilson ont ainsi par exemple conservé le nom de l’héroïne, Nova5. La chasse à l’homme y est également présente, reprenant peu ou prou le fil du récit originel et notamment la « bestialité » des singes chasseurs n’ayant aucun égard pour des humains qui ne forment que du gibier à chasser, des proies – sans âme est-il dit à un moment du film – propres à être tuées ou capturées.

La chasse d’hommes à demi-nus, pour ainsi dire « sauvages » ou « primitifs », ne possédant en tout cas aucune technologie, dont les armes à feu des singes, ni même des lances ou flèches, n’est pas sans évoquer une iconographie que les Européens ont diffusé à partir de la découverte de l’Amérique. Ainsi, à un moment, les pourchassés par des cavaliers tombent – ou se réfugient – dans une fosse creusée dans le sol. D’aucuns, tirés au fusil, y chutent mortellement, transformant la cavité en fosse commune…

La scène ne manque pas de rappeler la gravure de Théodore de Bry illustrant des Espagnols jetant des femmes indigènes dans une fosse hérissée de pics.

Narratio regionum Indicarum per Hispanos quosdam devastatarum...,  Francfort-sur-le-Main : T. de Bry, 1598.
Narratio regionum Indicarum per Hispanos quosdam devastatarum…, Francfort-sur-le-Main : T. de Bry, 1598, p. 47. https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/btv1b20000085/f10.item

Après la phase dynamique de la chasse proprement dite, qui suit presque les étapes d’une chasse à courre, le film comme l’ouvrage donnent à voir le comportement des vainqueurs, dans ce qui ressemble à la fois à des scènes d’hallali et de curée.

Quand le héros, nommé Taylor dans le film, est capturé, son transport est organisé car il fait partie des survivants capturés.

Ce type de mode de transport employé par les gorilles pour l’humain ne manque pas d’évoquer la représentation qui s’est imposée par les cartes postales coloniales du XIXe siècle et les illustrations des récits de chasses en Afrique.

Chasse au lion dans l'Oubangui-Chari
Chasse au lion dans l’Oubangui-Chari
Retour de la chasse
Retour de la chasse

Il va de soit que ce corpus ne pouvait manquer de montrer l’exact contraire de celui représenté dans le film, à savoir les humains de retour de la chasse portant un gorille…

Retour de la chasse au gorille

Longue permanence de l’influence de Théodore de Bry ?

Dans cette épisode de la chasse à l’homme, une scène marquante est celle qui passe rapidement sur les victimes décédées. Le plan-séquence qui guide le spectateur est animé par un singe qui porte un enfant, d’abord sur l’épaule, puis sous le bras. Au moment du changement de position, le public découvre en arrière-plan un portique où sont appendus par les pieds sept victimes humaines que l’on devine décédées.

La scène ne fait pas partie du corpus des images retenues pour la promotion du film, dans ce que les américains nomment les « Lobby cards » et les britanniques les « Front of house cards », de format 28 × 36 cm, 20 × 25 cm ou, pour les plus grandes, 36 × 45 cm et qui, avec les développements de la photographie, notamment en couleur, ont permis de reproduire des photographies de plateau ou des scènes du film. Combien des cinéphiles d’antan se sont livrés à des larcins pour les « emprunter » des couloirs des grandes salles de cinéma ou de leurs devantures ?

Quand la caméra s’attarde sur la potence, entre en scène un cavalier qui va permettre à la caméra de continuer le mouvement du plan-séquence. Le cavalier porte un cadavre sur le garrot du cheval.

La scène s’achève sur un panorama comportant une cage de transport de prisonniers et un tas de cadavres empilés.

Dans le roman, Pierre Boulle décrit ces scènes de la sorte :

Dès que les chariots furent rangés, elles s’approchèrent, curieuses de voir les résultats de la chasse et, d’abord, les pièces abattues, que des gorilles, protégés par un long tablier, étaient en train d’extraire de deux grands camions, pour les exposer à l’ombre des arbres. C’était le glorieux tableau de chasse. Là encore, les singes opéraient avec méthode. Ils plaçaient les cadavres sanglants sur le dos, côte à côte, alignés comme au cordeau. Puis, tandis que les guenons poussaient de petits cris admiratifs, ils s’appliquaient à présenter le gibier d’une manière attrayante. Ils allongeaient les bras le long du corps, ouvraient les mains, la paume en l’air. Ils étiraient les jambes, faisaient jouer des articulations pour enlever au corps son aspect de cadavre, rectifiaient un membre disgracieusement tordu ou bien atténuaient la contraction d’un cou. Ensuite, ils lissaient avec soin les cheveux, particulièrement ceux des femmes, comme certains chasseurs lissent le poil ou la plume de l’animal qu’ils viennent d’abattre. Je crains de ne pouvoir faire comprendre ce que ce tableau avait pour moi de grotesque et de diabolique. Ai-je assez insisté sur le physique totalement, absolument simiesque de ces singes, mis à part l’expression de leur regard ? Ai-je dit que ces guenons, habillées elles aussi d’une façon sportive, mais avec une grande recherche, se bousculaient pour découvrir les plus belles pièces et se les montraient du doigt en congratulant leurs seigneurs gorilles ? Ai-je dit qu’une d’elles, sortant d’un sac une paire de petits ciseaux, se pencha sur un corps, coupa quelques mèches d’une chevelure brune, en fit une boucle autour de son doigt, puis, bientôt imitée par toutes les autres, la fixa sur son bonnet au moyen d’une épingle ? L’exposition du tableau était terminée : trois rangées de corps soigneusement disposés, hommes et femmes alternés, celles-ci dardant une ligne de seins dorés vers l’astre monstrueux qui incendiait le ciel.

L’américaniste ne peut manquer de faire le rapprochement entre les scènes montrées dans le film et celles qui illustrent les premiers récits narrant les contacts entre les Espagnols et les indigènes d’Amérique. Nous pensons notamment aux gravures de la Brevísima relación de la destruición de las Indias de Bartolomé de Las Casas par Théodore de Bry, dans son édition latine de Francfort, 1598, en particulier celle du dessin de Joos van Winghe (1544-1603) montrant treize pendus en train de se faire rôtir.

Narratio regionvm Indicarvm per Hispanos qvosdam deuastatarum verissima : prius quidem per Episc. Barth[olemaeum] Casaum, natione hispanum hispanice conscripta, et anno 1551. Hispali, Hispanice. Anno vero hoc 1598. Latine excusa. Francofvrti, sumptibus Theodori de Bry, et Joannis Saurii typis, 1598, p. 10. Url : <https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k857166d/f26.image>.
Regionum indicarum per Hispanos olim devastatarum accuratissima descriptio, insertis, figuris aeneis ad vivum fabrefactis Bartholomeo de las Casas episcopo hispano
Regionum indicarum per Hispanos olim devastatarum accuratissima descriptio, insertis, figuris aeneis ad vivum fabrefactis Bartholomeo de las Casas episcopo hispano, Heidelbergae : typis G. Walteri, 1664, p. 5. Dernière édition à employer les cuivres originaux de de Bry.

Les auteurs du film ne sont pas allés jusqu’à présenter des scènes de dépeçage et de boucanage d’humains par les singes, comme les ouvrages se sont complus à en représenter au cours des siècles dès lors qu’il s’est agi de représenter les indiens d’Amérique6.

Théodore de Bry (1528-1598), America pars quarta, Francfort, 1592, p. 127.
Théodore de Bry (1528-1598), America pars quarta, Francfort, 1592, p. 127.
Théodore de Bry (1528-1598), America tertia pars, Vol. II, 1592, p. 128.
Théodore de Bry (1528-1598), America tertia pars, 1592, p. 128.
Théodore de Bry (1528-1598), Americae tertia pars, 1592, p. 179.
Théodore de Bry (1528-1598), Americae tertia pars: memorabile provinciae historiam contines, 1592, p. 179 (détail).
 Théodore de Bry (1528-1598),  Americae tertia pars: memorabile provinciae historiam contines, 1592, p. 179 (complète).
Théodore de Bry (1528-1598), Americae tertia pars: memorabile provinciae historiam contines, 1592, p. 179 (complète).

La scène est ensuite interrompue par un retour sur le transport du principal protagoniste, porté et introduit dans la cage.

Chasse aux trophées ?

La suite laisse la place à une autre scène se déroulant sur la gauche du chariot. Des chasseurs se font photographier devant un amoncellement de leurs victimes, sur lequel l’un d’entre eux ne manque pas de mettre le pied, comme dans toute scène de chasse au fauve7.

La scène du photographe provient également de Pierre Boulle qui la rend de la sorte :

Détournant les yeux avec horreur, j’aperçus un nouveau personnage qui s’avançait, portant une boîte oblongue au bout d’un trépied. C’était un chimpanzé. Je reconnus très vite en lui le photographe qui devait fixer le souvenir de ces exploits cynégétiques pour la postérité simienne. La séance dura plus d’un quart d’heure, les gorilles se faisant d’abord prendre individuellement dans des postures avantageuses, certains posant le pied d’un air triomphant sur une de leurs victimes, puis en groupe compact, chacun passant le bras autour du cou de son voisin. Les guenons eurent ensuite leur tour et prirent des attitudes gracieuses devant ce charnier, avec leur chapeau empanaché bien en évidence. Il y avait dans cette scène une horreur disproportionnée avec la résistance d’un cerveau normal. Je réussis pendant un certain temps à comprimer le sang qui bouillait dans mes veines, mais quand je distinguai le corps sur lequel une de ces femelles s’était assise pour obtenir un cliché plus sensationnel, quand je reconnus, sur la face de ce cadavre allongé auprès des autres, les traits juvéniles, presque enfantins de mon infortuné compagnon, Arthur Levain, il me fut impossible de me contenir. Et mon émoi explosa encore d’une manière absurde, en harmonie avec le côté grotesque de cette macabre exposition. Je me laissai aller à une hilarité insensée ; j’éclatai de rire. Je n’avais pas pensé à mes compagnons de cage. J’étais incapable de penser ! Le tumulte déchaîné par mon rire me rappela leur voisinage, aussi dangereux pour moi, sans doute, que celui des singes. Des bras menaçants se tendirent vers moi. Je compris le péril et étouffai mes éclats en enfouissant la tête dans mes bras. Je ne sais pourtant si j’aurais évité d’être étranglé et déchiré si quelques-uns des singes, alertés par le tapage, n’avaient rétabli l’ordre à coups de pique. Un autre incident détourna d’ailleurs bientôt l’attention générale. Une cloche tinta dans l’auberge, annonçant l’heure du déjeuner. Les gorilles se dirigèrent vers la maison par petits groupes, en bavardant gaiement, tandis que le photographe rangeait ses instruments après avoir pris quelques clichés de nos cages.

Les auteurs du film inversent une iconographie qui s’est imposée tout au long de l’histoire des représentations des retours de chasse et de trophées, là encore largement diffusé par la carte postale tout au long du XXe siècle.

La chasse aux hippopotames (Oubangui-Chari)
La chasse aux hippopotames (Oubangui-Chari)

L’animal décédé au pied du chasseur triomphant exhibant son arme fait partie d’un motif récurrent de l’histoire iconographique qu’adopte même Théodore Roosevelt et sa famille dans plusieurs des photographies qui illustrent son récit. Nous pouvons même y retrouver le pied posé sur le cadavre d’un buffle.

Mes chasses en Afrique / Théodore Roosevelt
Mes chasses en Afrique / Théodore Roosevelt ; traduction de Norbert Sevestre… Paris : Hachette, 1910 https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k373451f/f141.image

La critique inhérente au film qui, comme l’ouvrage, est une charge saritique de notre monde, ne semble pas avoir eu d’effet si l’on en croit les photographies que les chasseurs contemporains diffusent en ligne de leurs héroïques exploits, où les mêmes poses continuent d’être adoptées.

A croire que ni l’ouvrage ni le film n’ont donné assez à réfléchir ou, plus pessimiste, que l’homme se complaît à la vue et l’exhibition de la mort des animaux comme des siens.

  1. L’ouvrage a donné lieu à deux éditions cette même année 1963 : l’une réservée aux adhérents d’un club de bibliophiles, parue à Paris : Cercle du nouveau livre, 1963 (Rennes : Impr. Oberthur), 1 vol. (272 p.) ; 20 cm. (Rel.) : 12,90 F. Réalisée d’après les maquettes de Jeanine Fricker, l’ouvrage, composé en gloucester corps 12, a été achevé d’imprimer le 8 janvier 1963 sur les presses des Imprimeries Oberthur à Rennes et relié par Prache de Franclieu à Choisy-le-Roi. Il fait partie d’une édition originale numérotée du Cercle du nouveau livre, 352, rue Saint-Honoré à Paris 1er. L’autre, en édition courante parue à Paris : R. Julliard, 1963 (Rennes : Impr. Oberthur), 1 vol. (271 p.) ; 19 cm. (Br.) : 12 F. Cette dernière édition a fait l’objet d’un tirage sur alfa des papeteries d’Avignon tirée à cinquante exemplaires de luxe numérotés de 1 à 50 plus quelques exemplaires d’auteur. []
  2. Voir « Pierre Boulle », Wikipédia, l’encyclopédie libre, 12 juin 2020. Disponible en ligne, url : <http://fr.wikipedia.org/w/index.php?title=Pierre_Boulle&oldid=171940666>. []
  3. Voir « Le Pont de la rivière Kwaï (film) », Wikipédia, l’encyclopédie libre, 9 juin 2020. Disponible en ligne, url : <http://fr.wikipedia.org/w/index.php?title=Le_Pont_de_la_rivi%C3%A8re_Kwa%C3%AF_(film)&oldid=171825749>. []
  4. Les archives de Pierre Boulle sont conservées à la Bibliothèque nationale de France, sous la cote : [NAF 28166. Voir : <https://archivesetmanuscrits.bnf.fr/ark:/12148/cc8877q>. []
  5. Sur les suites du rapport de Pierre Boulle au producteur Arthur P. Jacobs, voir l’étude du scénario de Planet of The Men par Xavier Mauméjean : Xavier Mauméjean, « Planet of The Men, scénario de Pierre Boulle », ReS Futurae, 2015, 6. Disponible en ligne, url : <http://journals.openedition.org/resf/739>. []
  6. Grégory Wallerick, « La représentation du Brésil et de ses habitants dans l’Europe de la fin du XVIe siècle », Confins, 2010, 8. Disponible en ligne, url : <http://journals.openedition.org/confins/6279> ; DOI : https://doi.org/10.4000/confins.6279. []
  7. Pour accroître la charge du film, il convient de souligner que les humains ne s’y montrent nullement agressifs ni dangereux pour les singes. Loin d’êtres des fauves carnivores, ils ne s’avèrent être qu’une sorte de nuisibles -végétariens – qui détruisent les récoltes des singes, un peu comme les sangliers de nos campagnes venant manger des épis de maïs, maïs dans lesquels a lieu la chasse. []

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search