Le Mexique ancien en affiches

Destination touristique prisée, pays d’accueil de millions de visiteurs étrangers1, le Mexique ancien – aux côtés de vues de monuments plus récents ou de scènes folkloriques – fut, au temps de l’affiche imprimée, un motif employé par les agences de voyages, les compagnies maritimes puis aériennes pour susciter l’attrait des voyageurs.

Un pays de tradition graphique

Depuis le XIXe siècle et l’installation en 1835 de la première presse lithographique à Mexico, bien après l’art pictographique des codex préhispaniques, une tradition graphique perdure au Mexique, comme tend à le prouver la tenue d’une biennale internationale de l’affiche, la Bienal Internacional del Cartel en México2.

Cette tradition fut marquée par quelques artistes de renom, dont le plus célèbre reste sans doute José Guadalupe Posada (1852-1913) dont la renommée internationale ternit peut-être celle d’autres artistes comme Manuel Manilla (1830-1890)3, ou Gabriel Vicente Gaona, dit « Picheta » (1828/4/5-1899/3/1)4.

A l’époque post-révolutionnaire (1910-1940) où naît l’école mexicaine de peinture, marquée par des artistes se plongeant dans les racines du passé indigène de leur pays, l’art de l’illustration connaît un certain regain avec notamment les productions des membres du Taller de Gráfica Popular5 mais aussi des adeptes du stridentisme, comme Ramón Alva de la Canal, Germán Cueto ou Fermín Revueltas. L’action de l’Etat mexicain ne fut pas en reste pour promouvoir un certain graphisme national, notamment le ministère de l’éducation publique qui a encouragé les peintres tels Diego Rivera (1886-1957), José Clemente Orozco (1883-1949), David Alfaro Siqueiros (1896-1974) ou Rufino Tamayo en leur commandant des fresques à peindre sur les murs des bâtiments publics, donnant naissance au muralisme. L’art du livre illustré6 fut également marqué par les oeuvres d’artistes comme Gabriel Fernández Ledezma ou Francisco Díaz de León, partageant tous des ambitions éducatives, conformément à leurs conceptions sociales et politiques. En effet, Gabriel Ledezma fut un temps responsable des éditions de la Secretaría de Educación Pública quand Francisco Díaz de León fut directeur de la Escuela de Pintura al Aire Libre de Tlalpan (de 1925 à 1932) puis créateur et directeur de la Escuela de Artes del Libro (de 1938 à 1956), devenue la Escuela Nacional de Artes Gráficas (ENAG). L’engagement de ces artistes rejoint celui des membres de la Liga de Escritores y Artistas Revolucionarios (LEAR)7.

Les productions de Galas de México

L’une des productions emblématiques du Mexique, qui décorait nombre d’habitats et de petites échoppes de rue – les «  »estanquillos » de la esquina » et autres tlapalerías et verdulerías – au point d’influencer l’imaginaire du public à son insu, comme les représentations de la Vierge de Guadalupe omniprésentes dans les bus, taxis, magasins, etc., est celle de l’imprimeur Galas de México, S.A. de C.V. [Sociedad Anonima de Capital Variable]8. Cette entreprise fut créée quand Don Santiago Galas Arce (1886-1970)9 acquiert une petite imprimerie en 191310 sur la Calzada San Antonio Abad.

Santiago Galas Arce (1886-1970)
Santiago Galas Arce (1886-1970)

Elle tient sa renommée de l’impression d’éphémères de la vie quotidienne, de la petite imagerie – des chromos – et des calendriers publicitaires édités pour de nombreux produits.

Calendrier pour les cigarettes La Moderna, Monterrey
Calendrier pour les cigarettes La Moderna, Monterrey
Los reyes magos pour les teintureries Jardin, 1963
Los reyes magos pour les teintureries Jardin, 1963

Inmigrante de Cantabria (España). En 1913 radica en la zona de Tlalpan y adquiere una pequeña imprenta muy cerca del centro de la ciudad de México que con el paso de los años se convertiría en una de las más emblemáticas dentro de la gráfica latinoamericana entre los años veinte y setenta del siglo pasado. El auge de su empresa “Galas de México en la comercialización de calendarios se dio a partir de la década de los años treinta. Mediante el empleo de la litografía y el offset se reprodujeron de forma masiva las imágenes dirigidas fundamentalmente a la clase media urbana: escenas taurinas y deportivas, actores y actrices de la pantalla grande, motivos de la vida cotidiana familiar, festejos rebosantes de color y tradición, procesiones y estampas religiosas, así como los célebres guerreros de cuerpo musculoso y las sensuales doncellas aztecas, diferentes imágenes que se convirtieron en una tradición en todo nuestro país y varios lugares de centro y sudamérica.

Grandes pintores de la época como Luis Améndolla, Eduardo Cataño, Mario Chávez, Armando Drechsler, Jorge González, Jesús de la Helguera, Humberto Limón, Ángel Martín, Jaime Sadurní, José Bribiesca y Aurora Gil, tenían pequeños estudios dentro de la empresa Galas donde crearon bellas imágenes tradicionales de México las cuales eran fabricadas especialmente para los ya famosos y distinguidos calendarios Galas, la presencia visual que tuvieron en el negocio, la casa o el lugar de trabajo, marcaría un destino para las décadas subsecuentes, los calendarios Galas se fabricaban en producciones de miles de piezas que tradicionalmente serian obsequios de las tienditas, carnicerías y todo tipo de negocios a finales y comienzos de cada año, crearon una tradición que hasta nuestros días prevalece. Gracias a las donaciones de este gran empresario se construyeron varias escuelas tanto en México como en España de las cuales la mayoría lleva su nombre en agradecimiento a este gran impulsor de la educación. Actualmente su nombre aparece dentro de los 200 emprendedores que tuvieron gran influencia en la construcción de nuestra nación

Pour la réalisation de ses calendriers aux scènes épiques et romantiques, Santiago Galas met en place un département spécifique au sein de son entreprise, regroupant un collectif de peintres, pour créer les images commandées par les clients.

Certains graphistes se sont ainsi illustrés par leur production publicitaire pour cet imprimeur, donnant à voir une certaine image du Mexique, de ses traditions et populations, au service des produits à vendre : vin, cigares, pneus, bières, etc. Ainsi, des artistes comme Jesús de la Helguera11, Jorge González Camarena (1908-1980), Eduardo Cataño Wilhelmy (1910-1964), Ángel Martín Merino12, José Bribiesca Ruvalcaba (1915-1959), Humberto Limón Salazar, Luis Amendolla (1939-2000), Armando Drechsler (1901-1964), Josep Renau Berenguer (1907-1982), Jaime Sadurní, ou encore Aurora Gil (1919-2008)13, ont pris pour thèmes des héroïnes, dieux, guerriers du Mexique ancien ou de légendes préhispaniques.

Chicas mexicanas

A l’époque de la pin-up, ils figurèrent des mexicaines avec des traits ou des teints de peau européens, ou encore des jeunes indiennes mais avec des brushings hollywoodiens et des traits idéalisés.

Indienne devant un monument (Maya ?). José Bribiesca Ruvalcaba (1915-1959)
Indienne devant un monument (Maya ?). José Bribiesca Ruvalcaba (1915-1959)
Indienne et cabosse de cacaoyer.
Indienne et cabosse de cacaoyer.
Indienne et cabosse de cacaoyer.
Indienne et cabosse de cacaoyer.

Les couples

Oeuvre d'Aurora Gil pour Galas
Oeuvre d’Aurora Gil pour Galas
Couple sur le lac de Texcoco avec les volcans Popocatépetl et Iztaccíhuatl en arrière plan.
Couple (Popocatépetl et Iztaccíhuatl ?) sur le lac de Texcoco avec les volcans Popocatépetl et Iztaccíhuatl en arrière plan.

Les Aztèques

A côté de vues mettant en scène de jeunes femmes au cours d’épisodes domestiques de la vie quotidienne, nombre d’images donnent à voir des indiennes et des guerriers aztèques.

Illustration de calendrier Galas par Angel Martin représentant la Malinche devant le calendrier du Soleil en train d'être sculpté.
Illustration de calendrier Galas par Angel Martin représentant la Malinche devant le calendrier du Soleil en train d’être sculpté.
Sculpture de la pierre du soleil, calendrier aztèque, qui aurait été commandée par Moctezuma Xocoyotzin qui regarde le modèle de l'oeuvre.
Sculpture de la pierre du soleil, calendrier aztèque, qui aurait été commandée par Moctezuma Xocoyotzin qui regarde le modèle de l’oeuvre.
Guerrier aztèque sur fond de volcans Popocatépetl et Iztaccíhuatl. Jesús de la Helguera (1910-1971)
Guerrier aztèque sur fond de volcans Popocatépetl et Iztaccíhuatl. Jesús de la Helguera (1910-1971)

Les Toltèques

Cultura tolteca
Cultura tolteca

Le calendrier sur le culture toltèque donne à voir une indienne devant un arrière plan figurant la sculpture et l’érection des célèbres « Atlantes » du temple de Tlahuizcalpantecuhtli du site de Tula, découverts par Jorge Ruffier Acosta et son équipe en 1941.

La Leyenda de los Volcanes

Des légendes préhispaniques servent de support à l’imagination des illustrateurs, notamment La Leyenda de los Volcanes Popocatépetl et Iztaccíhuatl ((Voir « La Leyenda de los Volcanes », Wikipédia, l’encyclopédie libre, 9 décembre 2018. Disponible en ligne, url : <http://fr.wikipedia.org/w/index.php?title=La_Leyenda_de_los_Volcanes&oldid=154652630>.)).


L’image de Demetrio Llorden14 montre un Popocatépetl casqué ayant posé son chimalli à ses côtés.

Popocatépetl et Iztaccíhuatl avec le volcan Iztaccíhuatl en arrière fond. Demetrio Llorden
Popocatépetl et Iztaccíhuatl avec le volcan Iztaccíhuatl en arrière fond. Demetrio Llorden
Popocatépetl et Iztaccíhuatl. Jesús de la Helguera (1910-1971)
Popocatépetl et Iztaccíhuatl. Jesús de la Helguera (1910-1971)
Guerrier aztèque armé d'un macuahuitl
Guerrier aztèque (Popocatépetl portant Iztaccíhuatl morte ?) armé d’un macuahuitl debout sur la tête sculptée de Quetzalcoatl (serpent à plumes) de Teotihuacan. Jesús de la Helguera (1910-1971)
Quetzalcoatl
Quetzalcoatl. Photo : Isaact92 / CC BY-SA (https://creativecommons.org/licenses/by-sa/4.0)
e guerrier Popocatépetl portant la princesse morte Ixtaccíhuatl sur fond du volcan Popocatépetl, par Jesús de la Helguera
Le guerrier Popocatépetl portant la princesse morte Iztaccíhuatl sur fond du volcan Popocatépetl, par Jesús de la Helguera.
Le guerrier Popocatépetl pleurant Iztaccíhuatl sur fond des volcans éponymes qui épousent leurs formes. Jesús de la Helguera (1910-1971)

Flechador del sol

Flechador del sol
Flechador del sol15.

Cette imagerie prit une telle place dans l’imaginaire des Mexicains – à l’image de l’« almanach des Postes et des Télégraphes » français16 – que le musée Soumaya de Mexico lui consacre depuis 2013 une exposition permanente17 avec 1500 œuvres illustrant le procédé de la chromolithographie publicitaire tout en présentant des huiles originales ayant servi de modèles pour les productions de masse de Galas de México18.

Arte comercial de la imprenta Galas de México, Musée Soumaya
Arte comercial de la imprenta Galas de México, Musée Soumaya
Calendarios mexicanos, Museo Soumaya
Calendarios mexicanos, Museo Soumaya

Cette production déclina avec le développement de la photographie dans les années 1960 et prit définitivement fin avec le décès de Santiago Galas en 1970.

Notons que les mexicains prompts à pointer les exemples d’appropriation culturelle ne semblent pas remettre en cause cette imagerie idéalisée produite par un certain nombre d’Espagnols et niant, par les traits européens des modèles, la diversité des types autochtones du Mexique. En outre, il conviendrait d’étudier la part de l’influence, tant pour les thèmes que pour le style, du commanditaire Santiago Galas Arce qui ne passait commande auprès d’artistes qu’après validation d’esquisses et oeuvres préparatoires.

L’influence de cette imagerie fut telle que la Comisión Nacional de libros de texto gratuitos (l’organisme public, créé le 12 février 195919), a fait appel à ces illustrateurs pour produire des images patriotiques qui, pendant des décennies, ont rempli les papeteries sous forme de monographies ou de vignettes à découper et coller dans les cahiers scolaires pour illustrer les leçons. Plus tard, la Comisión fit appel à d’autres artistes, comme Jorge González Camarena (1908-1980), pour l’illustration des couvertures des manuels scolaires gratuits20.

Au final cela a donné lieu à une sorte d’avatar latino-américain du réalisme socialiste, toutefois différent de celui qui a pu prévaloir sur l’île de Cuba21.

"La Patria" du peintre de Jorge González Camarena
Fresque murale « La Patria » du peintre de Jorge González Camarena utilisée pour l’édition de 1962 des manuels. Le modèles est Victoria Dorantes, une femme de Tlaxcala. Cette oeuvre fut utilisée dans les éditions ultérieures pour le livre d’éducation civique et éthique et pour la collection 2014.

La production internationale

Pourtant, malgré la force et la vivacité de cette iconographie mexicaine, les producteurs étrangers des affiches vantant les sites et paysages du Mexique se limitèrent aux techniques graphiques et typographiques ainsi qu’aux canons esthétiques européens que l’on peut qualifier de classiques de l’art de l’affiche, pour ne pas dire stéréotypiques.

Affiches de compagnies maritimes

La première ligne régulière reliant Saint-Nazaire au port mexicain de Vera Cruz fut inaugurée en 186222 par la Compagnie générale transatlantique (CGT)23, quand le paquebot La Louisiane24 quitte Saint-Nazaire le 14 avril. Plus tard, celle qui devint la French line privilégia le Havre pour assurer les liaisons avec l’Amérique.

A partir de cette date inaugurale et au gré du développement de nouvelles lignes, les compagnies européennes se font fort de vanter leurs destinations, dont le Mexique.

Affiches de transport par autocar

Le dépliant correspondant donne à voir plusieurs vignettes.

12 day escorted tour of romantic Mexico
12 day escorted tour of romantic Mexico
Dépliant Greyhound
Dépliant Greyhound

Affiches de compagnies ferroviaires

L’affiche éditée par les chemins de fer mexicains présente des vues du Mexique dont les pyramides de Teotihuacan.

Handy mysterious... colorfoul... exotic... Mexico
Handy mysterious… colorfoul… exotic… Mexico, imprimée par Galas de México

Affiches de compagnies aériennes

Du fait de leur vitesse accrue par rapport au temps de navigation entre l’Europe et l’Amérique, le transport aérien supplanta les liaisons transatlantiques. Après la première liaison aérienne Paris-Mexico en 1952 – qui nécessita 30 heures comme le rappelle le commentateur des Actualités Françaises -, nombre de compagnies aériennes firent éditer des affiches publicitaires vantant le Mexique en prenant pour argument ses monuments anciens.

Air France

La compagnie Air France fit un argument publicitaire de sa liaison directe entre Paris et Mexico. Son affiche présente le site de Teotihuacan avec un mexicain vêtu d’un poncho et d’un sombrero charro, survolés par un Lockheed Constellation mis en service entre 1953 et 195725.

Air France Paris-Mexico direct
Air France Paris-Mexico direct

La carte postale intitulée Mexico, éditée en 1957 par Air France, fut dessinée par l’illustrateur Jean Colin (1911-1982)26. Elle représente un indien stylisé avec un chimalli à plumes et serpent.

Mexico Air France
Mexico Air France

Aeromexico

L’affiche pour Merida d’Aeromexico joue sur la symétrie des motifs mettant au sommet de la composition le soleil et le Temple de Kukulcán à Chichén Itzá.

Merida. Begin with us Aeromexico, the airline of Mexico
Merida. Begin with us Aeromexico, the airline of Mexico

Mexicana

L’affiche pour le Yucatan de Mexicana montre en arrière-plan le Temple de Kukulcán et l’un des serpent emplumé du temple de los Guerreros27.

L’affiche de la compagnie aérienne Mexicana présente la Tour de l’observatoire du site de Palenque, Chiapas.

Mexico Mexicana
Mexico Mexicana

Pan American Airways / Mexicana

Le thème du guerrier aztèque armé d’une flèche et d’un chimalli, selon un dessin qui peut faire songer aux codex préhispaniques, sert d’argument pour la compagnie aérienne.p

Fly by clipper to Mexico
Fly by clipper to Mexico

Bien que l’Etat de Oaxaca compte de nombreux sites archéologiques, les affichistes semblent avoir privilégié le site de Mitla, notamment l’Édifice des Colonnes.

Oaxaca
Oaxaca
Oaxaca, Variante
Oaxaca, Variante
Oaxaca
Oaxaca
Serpents emplumés du temple de los Guerreros de Chichén Itzá.
Serpents emplumés du temple de los Guerreros de Chichén Itzá.

American airlines

Les affiches d’American airlines privilégient les coiffes emplumées et colorées pour vanter le Mexique.

Mexico American Airlines
Mexico American Airlines
American Airlines endless summer
American Airlines endless summer

Western airlines

Western airlines Mexico city
Western airlines Mexico city
Western airlines Mexico city
Western airlines Mexico city

Qantas

La compagnie aérienne australienne Qantas édita également une affiche sur le Mexique représentant la déesse de l’eau, Chalchiuhtlicue, du Musée ethnologique de Berlin.

Mexico Qantas
Mexico Qantas
Chalchiuhtlicue, du Musée ethnologique de Berlin
Chalchiuhtlicue, du Musée ethnologique de Berlin

Affiches d’offices du tourisme

Chichen-Itza, Yucatan Mexico
Chichen-Itza, Yucatan Mexico

L’affiche éditée par la Direccion general del turismo, accumule divers aspects du Mexique (les volcans Paricutín, Popocatépetl et Iztaccíhuatl, des monuments, scènes flokloriques) parmi lesquels figure une pyramide.

Mexico, Direccion general del turismo
Mexico, Direccion general del turismo

Selon un procédé similiaire cette affiche présente divers moyens de transports (avion McDonnell Douglas Corporation DC-3, train Pullman, voitures) et des monuments antiques (site de Teotihuacan), coloniaux et contemporains.

Mexico D. F.
Mexico D. F.
Mexico
Mexico

L’affiche de German Horacio (1902-1975) de 1953, éditée en anglais par la Direccion general del turismo, montre une jeune femme appuyée sur un Atlante de Tula sur fond des volcans Popocatépetl et Iztaccíhuatl.

Mexico welcomes you
Mexico welcomes you
Culture and tradition Mexico
Culture and tradition Mexico
Mexico pride of indian culture
Mexico pride of indian culture
Scène de peones en poncho semblant regarder le panorama du site de Teotihuacan
Scène de peones en poncho semblant regarder le panorama du site de Teotihuacan
Mexico Diego Rivera
Mexico Diego Rivera
Affiche des années 1970
Affiche des années 1970 avec la déesse de la fertilité Coatlicue.

Jeux olympiques d’été de 1968

Pour les jeux de la XIXe olympiade de l’ère moderne, célébrés à Mexico du 12 au 27 octobre 1968, plusieurs affiches furent éditées dont certaines avec des motifs du Mexique ancien, notamment la pierre du soleil.

Jeux de la XIXe olympiade Mexico 1968
Jeux de la XIXe olympiade Mexico 1968
Mexico 1968 bleu
Mexico 1968 bleu
Mexico 1968 rose
Mexico 1968 rose

Affiches de graphistes contemporains

Nombre de graphistes produisent des affiches qu’ils mettent en vente sur des plateformes dédiées ou des sites de vente en ligne comme Etsy, Big cartel, Posterlounge, etc. D’aucuns n’omettent pas d’exploiter les sites touristiques les plus connus du Mexique pour proposer leur production. Les exemples qui suivent montrent une prédilection des illustrateurs pour l’aire maya du Yucatan.


La société Anderson Design Group, sis à Nashville, Tennessee, produit de nombreuses affiches touristiques recyclant des styles de l’histoire du graphisme. Plusieurs sont consacrées au Mexique et donnent à voir des monuments du Mexique ancien.

Celle de Mérida représente le Monumento a la Patria, oeuvre de 1956 du sculpteur colombien Rómulo Rozo qui évoque le Mexique ancien.

Mérida Mexico

Celle de Tulum représente le temple del Dios de viento.

Tulum Mexico
Tulum Mexico

Come and explore the Mayan ruins of Tulum Mexico
Come and explore the Mayan ruins of Tulum Mexico
Chichen Itza Mexico
Chichen Itza Mexico
Mexico the land of shaking earth
Mexico the land of shaking earth par le IdeaStorm Studios
Yucatan
Yucatan
Chichen Itza Mexico
Chichen Itza Mexico par Mike Swallow
Chichen Itza Mexico
Chichen Itza Mexico
Chichen Itza
Chichen Itza par le Lower Woodland Studio
Mexico Chichen Itza
Mexico Chichen Itza © Editors Choice
Mexico
Mexico

Pour aller plus loin

  • Gráfica Mexicana : Dynamic Online Catalog of Mexican Graphics = Gráfica Mexicana : Catálogo Dinámico de Gráfica Mexicana en Linea. Disponible en ligne, url : <http://www.graficamexicana.com/Index.asp>.
  • Museum of modern art (New York, N.Y.), Twenty centuries of Mexican Art = Veinte siglos de arte mexicano, New York : Museum of Modern art, in collab. with : México : Mexican government, 1940, 1 vol. (198 p.). Disponible en ligne, url : <https://assets.moma.org/documents/moma_catalogue_2985_300061951.pdf>.
  • Villamil Duarte, J. A., Publicidad mexicana : su historia sus instituciones sus hombres, México : Demoscopia, 1971.
  • Ortiz Gaitán, J., Imágenes del deseo : arte y publicidad en la prensa ilustrada mexicana (1894-1939), México : UNAM, 2003.
  • Bienal Internacional del Cartel en México, México a través del cartel28. Disponible en ligne, url : <https://bienalcartel.org/mexico-a-traves-del-cartel/>.
  • Oehy, Milena, Mexican graphic art, Zurich : Verlag Scheidegger & Spiess AG, 2017, 1 vol. (319 p.).
  1. 7e pays du monde en réception de touristes internationaux, selon « Tourisme International 2019 : Chiffres Clés, tendances et statistiques », GLOBE-TROTTING Philomène Martinelli. Disponible en ligne, url : <https://www.globe-trotting.com/post/tourisme-international-2019>. []
  2. Voir son site internet, url : <https://bienalcartel.org/>. La biennale possède une collection de plus de 70 000 affiches qui ont été confiées en 2015 à l’université autonome de San Luis Potosí, ce qui a conduit à la création de la Casa Cartel, url : <https://www.casacarteluaslp.com/>, Centre universitaire de recherche graphique, géré par la Facultad del Hábitat, url : <http://habitat.uaslp.mx/>. []
  3. Velarde Cruz, Sofia Irene, México en el arte gráfico de Manuel Manilla 1850-1895, México : Frente de Afirmación Hispanista, 2011, 1 vol. (200 p.). López Casillas, Mercurio, Monografia de 598 estampas de Manuel Manilla, grabador mexicano, Mexico : Ed. RM, 2005, 1 vol. (207 p.). []
  4. N., Gilberto, « Gabriel Vicente Gahona « Picheta » », Yucapedia, 15 juillet 2017. Disponible en ligne, url : <https://www.yucapedia.com/index.php/2017/07/15/vicente-gabriel-gahona-picheta/>. []
  5. Voir « Taller de Gráfica Popular », Wikipedia, La enciclopedia libre, 30 avril 2020. Disponible en ligne, url : <https://es.wikipedia.org/w/index.php?title=Taller_de_Gr%C3%A1fica_Popular&oldid=125640235> et Musacchio, Humberto, El Taller de grafica popular, Mexico : Fondo de cultura economica, 2007, 1 vol. (214 p.). []
  6. Torre Villar, Ernesto de la, Ilustradores de libros : guión biobibliográfico, México : Univeresidad Nacional Autónoma de México, 1999, 1 vol. (364 p.). []
  7. Voir en français Velasco-Pufleau, Luis, « La Liga de Escritores y Artistas Revolucionarios (L.E.A.R.) : l’antifascisme communiste au Mexique », Aden, 2011/1, n° 10, p. 184-204. DOI : 10.3917/aden.010.0184. Disponible en ligne, url : <https://www.cairn.info/revue-aden-2011-1-page-184.htm>. []
  8. Voir son site, url : <https://www.impresionurgentedf.mx/el-arte-de-la-publicidad-y-la-grafica-mexicana>. []
  9. Né à Santander en Espagne, il arrive au Mexique par le port de Veracruz en 1900. Voir sa fiche au Registro Nacional de Extranjeros en México disponible en ligne url : <http://pares.mcu.es/MovimientosMigratorios/detalle.form?nid=26727>. []
  10. « Imprenta Galas de México », Wikipedia, La enciclopedia libre, 9 septembre 2019. Disponible en ligne, url : <https://es.wikipedia.org/w/index.php?title=Imprenta_Galas_de_M%C3%A9xico&oldid=119126901>. []
  11. Jesús Enrique Emilio de la Helguera Espinoza (1910-1971). []
  12. Né à Barcelone en 1932, il rejoint Galas de Mexico en 1952 et y séjourne pendant 9 mois, avant de continuer à réaliser des peintures pour les calendriers de Galas à partir de scènes domestiques, religieuses, paysannes et préhispaniques mais de façon indépendante. Après son passage à Galas, il a continué à travailler notamment pour l’industrie pétrolière. []
  13. Voir le site qui lui est consacré, Aurora Gil : Artista Española del siglo XX, url : <https://auroragilartes.wordpress.com/> et Palhares Meza, Héctor, « Aurora Gil (1919 – 2008). Una mujer que pintó calendarios », Museo Soumaya, revista mensual, 2008, vol. 6, n° 10, p. 21-23. Aurora Gil fut la seule femme oeuvrant pour l’entreprise qui au début refusa de lui accorder un entretien d’embauche au prétexte que l’entreprise n’employait pas de femmes. []
  14. Né à Nerva, le 6 août 1931, il arrive au Mexique en 1947. Il commence à étudier le dessin et la peinture avec le maître Bardasano, ainsi que l’aquarelle avec le maître Pastor Velázquez à l’Académie de San Carlos.
    Entre 1953 et 1955, il retourne en Europe pour étudier en France, en Italie et en Espagne. Il décède le 26 décembre 2000 à Acapulco, Guerrero. []
  15. « Flechador del Sol », Wikipedia, La enciclopedia libre, 4 septembre 2019. Disponible en ligne, url : <https://es.wikipedia.org/w/index.php?title=Flechador_del_Sol&oldid=118909673>. []
  16. Werner, Françoise, « L’almanach des PTT », L’Histoire, 1981, janvier. Disponible en ligne (payant), url : <https://www.lhistoire.fr/lalmanach-des-ptt>. []
  17. Voir le descriptif sur son site internet, url : <http://www.museosoumaya.org/inicio/colecciones/>. []
  18. Voir : Museo Soumaya, La Leyenda de los Cromos : el arte de los calendarios del siglo XX en Galas de México, México : Museo Soumaya, 2000, 1 vol. (303 p.), ISBN 968-7794-11-9 ; Palhares Meza, Héctor ; Mogollán García, Minerva, Calendarios Mexicanos, México, D.F. : Museo Soumaya : Fundación Carlos Slim, [2014], 1 vol. (357 p.), ISBN 968-607-7805-08-3. L’organisation de l’exposition fut d’autant plus facilitée que Galas de México est devenu la propriété du Grupo Carso, appartenant à Carlos Slim, qui ceda certaines de ses oeuvres au Musée Soumaya qui appartient à la Fundación Carlos Slim. []
  19. Voir son site, url : <https://www.gob.mx/conaliteg> qui fournit le catalogue des livres gratuits, url : <http:/libros.conaliteg.gob.mx> []
  20. Voir « El arte en los libros de texto gratuitos », 26 février 2019. Disponible en ligne, url : <https://www.gob.mx/cultura/es/articulos/el-arte-en-los-libros-de-texto-gratuitos?idiom=es>. []
  21. Voir Affiches cubaines : révolution et cinéma, 1959-2019 : [exposition, Paris, Musée des arts décoratifs, 31 octobre 2019-2 février 2020], Paris : MAD, 2019, 1 vol. (143 p. []
  22. Voir le récit donné par Le Constitutionnel : Boniface Demaret, Aimé, « Inauguration des paquebots transatlantiques des Antilles », Le Constitutionnel : journal du commerce, politique et littéraire, 15 avril 1862, p. [2]. Disponible en ligne, url : <https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k672798r/f2.item>. []
  23. Signalons que ce n’est que deux années plus tard que la même CGT inaugura, le 15 juin 1864, la première liaison Le Havre – New York, avec le paquebot Washington. []
  24. Le navire semblait prédestiné pour la liaison avec le Mexique puisque son premier nom, avant son rachat par la CGT en Angleterre, était Cortes. Voir « L’abordage du Paquebot Louisiane par le SS Gironde », url : <http://www.archeosousmarine.net/louisiane.php>. []
  25. Voir Ottello, Dominique, « Constellation L.1049C et L.1049G », Aviatechno. Disponible en ligne url : <https://aviatechno.net/constellation/constel07b.php>. []
  26. Augustin Manaranche, « Jean Colin », Index Grafik, 13 ocotbre 2014. Disponible en ligne, url : <https://indexgrafik.fr/jean-colin/>. []
  27. Guida Navarro, Alexandre, « Las serpientes emplumadas de Chichén Itzá, México, y las etapas de construcción de la Gran Nivelación », História, 2018, vol. 37, http://dx.doi.org/10.1590/1980-4369e2018010. Disponible en ligne, url : <https://www.scielo.br/pdf/his/v37/1980-4369-his-37-e2018010.pdf>. []
  28. Pour ses 25 ans, en 2015, la Bienal Internacional del Cartel en México invita des graphistes contemporains à produire une affiche inédite célébrant la culture populaire du Mexique. Voir le catalogue correspondant, disponible en ligne, url : <https://issuu.com/bienalcartelmexico/docs/cated_mexico_a_traves_del_cartel_web>. []

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

Vous aimerez aussi...

1 réponse

  1. 30/07/2020

    […] Le Mexique ancien en affiches, par Olivier Jacquot, sur Amoxcalli […]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.