Document : Americana

En 1894, Hyacinthe de Charencey (1832-1916), publiait un article faisant le compte rendu de publications récentes relatives à l’Amérique1. Les notes entre crochets sont de notre fait.

Avertissement

Cet article comprend des mots et des descriptions qui peuvent être culturellement sensibles et qui ne sont normalement plus utilisés dans certains contextes publics ou communautaires. Les termes et annotations qui reflètent l’attitude de l’auteur ou sa période de création peuvent être considérés comme inappropriés aujourd’hui. L’article adopte en effet un modèle de recherche scientifique datant du XIXe siècle, dépeignant les populations étudiées comme des sujets de recherche d’une manière qui devrait aujourd’hui être considérée comme choquante.


Quittons maintenant le Mexique pour nous transporter plus au nord, en pays de langue anglaise. Le lecteur trouvera plus d’un article propre à piquer sa curiosité dans le Report of the U. S. national Museum de 18912, édité par la Smithsonian[.] Le nombre et la variété des sujets traités sont également considérables. A propos des objets fesant [sic] partie des collections du musée, M. R. Ridgeway3 donne une étude approfondie des différentes espèces d’oiseaux-mouche4, depuis la Patagona Gigas, presque de la dimension d’une grive jusqu’à la Mellisuga minima a peine plus grosse qu’un hanneton. Des planches soigneusement exécutées nous permettent de juger du savoir faire de ces oiseaux dans la construction de leur nid. D’autres mémoires sur lesquels nous n’avons point à nous arrêter sont consacrés à la géologie de l’Amérique du nord, à l’art du miniaturiste vers l’époque de la renaissance, ainsi qu’à l’histoire du Savannah, le premier bateau à vapeur qui dans le cours de l’année 1819 fit le voyage des Etats-Unis en Europe. Les articles consacrés à l’ethnographie ainsi qu’à l’anthropologie doivent seuls ici attirer notre attention. M. R. Hittcock fournit des renseignements fort curieux sur les Aïnos de l’île de Yésso5. Jadis, ce peuple avait occupé la plus grande partie de l’île de Nippon. Néanmoins à la suite de luttes prolongées, les envahisseurs Japonais venus de la Corée ou de l’archipel Loutchouan parvinrent à les soumettre ou à les refouler. Aujourd’hui encore quantité de localités jusque dans le Sud du Japon portent des noms d’origine incontestablement Aïno.

Ces insulaires de Yésso constituent, sans aucun doute, un rameau particulier de la race Caucasienne, mais avec certains caractères physiques à eux spéciaux. Par l’abondance extrême de leur système pileux, ils se distinguent de toutes les populations aujourd’hui existantes. En tout cas, leurs yeux droits, leur nez généralement proéminent les séparent nettement des tribus de souche mongole. La nation Aïno semble, il est vrai, en voie d’extinction rapide. Elle ne se mêle guère à ses maîtres d’origine japonaise, n’adopte à peu près rien de leurs arts et de leurs moeurs et reste plongée dans son antique état à demi-barbare. Chose remarquable d’ailleurs, les rares unions entre indigènes de Yésso et Japonais restent d’ordinaire stériles ou bien le peu d’enfants qui en proviennent presque toujours demeurent malingres et chétifs. II ne se constitue donc pas plus de race métisse dans la grande île du nord du Nippon qu’il ne s’en forme an Sénégal ou à Java, par suite du croisement des Français ou Hollandais avec les Jolofs ou individus de sang malais[.] Si, en principe, le mélange entre les races humaines les plus diverses, peut donner lieu à des produits eux-mêmes indéfiniment féconds, cette grande loi physiologique souffre un certain nombre d’exceptions, dues à des causes encore indéterminées.

De curieuses analogies peuvent être signalées entre le Folk-lore Aïno et celui des habitants de l’Amérique du nord aussi bien que de l’Asie méridionale. Rappelons spécialement, l’histoire du chasseur métamorphosé en serpent pour être entré dans une caverne qui le conduisit au séjour des morts. N’est-ce pas un peu l’histoire du Barman Pyu-tsau-ti, du Siamois Phra-Ruang, de Votan, le civilisateur du Chiapas dans le Mexique méridional ? Le trait le plus caractéristique de la légende de ces trois personnages, c’est qu’il leur est donné, en qualité de fils de serpent, de penétrer dans les entrailles de la terre. Les dieux Aïnos assistant aussi bien que les mauvais génies à l’apparition de l’astre du jour pour savoir qui d’eux ou de leurs rivaux doivent gouverner le monde n’ont-ils pas leur équivalent, à la fois dans les mythologies mexicaine et indoue ?

Souvenons-nous de la lutte des Déwas contre les Açouras pour la possession de l’ambroisie, telle que la racontent les riverains du Gange. D’un autre côté, redirons-nous les habitants de l’olympe mexicain témoins du sacrifice de Mextli, la lune deifiée et de Nanahuatl qui au sortir du bûcher où il a été consumé, se transforme en l’astre du jour. Faut-il raconter encore à ce propos, l’histoire d’Amitéras, la déesse soleil du Japon que les autres immortels décident difficilement à sortir de son antre pour éclairer le monde[.] Les Aïnos ont la prétention singulière de descendre d’un chien uni à une jeune fille.

Ne se rencontre-t-elle pas d’ailleurs chez certaines tribus de race Denné habitant les rives du Mackenzie, comme l’a démontré le R. P. Petitot, aussi bien que chez les nomades de la haute Asie ? Ajoutons, par parenthèse, que cette légende a bien pu prendre naissance au sein des tribus de race Turque ou Mongole, adonnées à la vie pastorale depuis les temps les plus reculés et les premières peut-être qui aient domestiqué le chien ? Nous voyons ici une confirmation nouvelle de nos vues relatives à la presqu’identité du Folk-lore chez les Indiens de l’Am&rique du nord et les populations de l’extrême Orient.

Pour en revenir à nos Aïnos, le même auteur démontre dans son article The ancient Pit-dwellers of Yezo6 qu’ils avaient eux-mêmes été précedés sur le sol de Nippon par une autre couche de population, à savoir les Tsuchi-Gomo des Japonais, probablement identiques aux Koro-pok-guru des légendes de Yésso. Ces hommes durent être d’habiles céramistes à en juger par les échantillons de poterie que renferment leurs tombeaux. Ils vivaient dans des sortes de cavernes artificielles ou demeures à demi-souterraines, comme font aujourd’hui encore les Aléoutes, Kamschkadales et insulaires d’une partie de Sakhalien qui parlent une langue toute spéciale. Sans doute, ces hommes des cavernes sont arrivés du nord ou du Nord-Ouest dans l’archipel. Leur humeur devait être fort peu belliqueuse, puisqu’en dépit de certains progrès par eux réalisés dans la voie de la civilisation, ils ne tardèrent pas à succomber aux attaques de nouveaux envahisseurs. D’un autre côté, ils succédèrent eux-mêmes au Japon à des tribus de negritos semblables à celles qui occupent encore les îles Andaman et l’intérieur de Luçon. Les descendants plus ou moins métissés de ces derniers se retrouvent aujourd’hui sur plusieurs points du sud de l’archipel.

Nous regrettons de ne pouvoir nous étendre sur le mémoire de M. Mathews, concernant la Catlin collection of indian paintings7 que le roi Louis-Philippe8 était sur le point d’acheter, lorsque la révolution de 48 l’obligea à tourner ses idées d’un autre côté. Elle fut acquise depuis par le musée de la Smithsonian. L’auteur rend, sur presque tous les points, justice à l’exactitude du vaillant explorateur. Les tableaux, en dépit de quelques défauts d’exécution inévitables, onstituent une copie fidèle des scènes que Catlin a vues de ses propres yeux. On y reconnait, même à cette heure où la civilisation a passé par là et enlaidi bien des choses, les localités les plus remarquables du Haut Missouri. Certains doutes concernant la véracité du voyageur américain, s’étaient élevés sur un point spécial, à savoir les effroyables épreuves infligées aux jeunes guerriers de la nation Mandane[.] M. Mathews a pu constater, à titre de témoin oculaire, qu’il y a quelques années, elles n’étaient pas tout à fait tombées en désuétude. Néanmoins, la jeunesse indienne semble bien moins empressée à les subir et le nombre de ceux qui se font ainsi torturer à plaisir, tend chaque jour à décroître. Décidément, le contact avec les blancs a corrompu ces enfants de la nature. Catlin, trompé par des renseignements sans doute pris un peu à la légère, avait annoncé la destruction complète des Mandanes par les Ricaries et les Sioux. Le fait est que la tribu en question subsiste toujours, bien que fort diminuée en nombre et réduite à un état misérable.

Nous ne pouvons passer sous silence un mémoire de M. O. F Mason, sur les Ulus ou couteaux de femmes des diverses tribus Esquimaudes9. Jadis, leur lame était presque toujours en silex. Plus tard, le commerce avec les Européens permit d’y substituer le fer. On remarquera une singulière analogie entre cet instrument si primitif et celui dont se servaient les artisans de l’antique Egypte pour couper et façonner le cuir. Parlons enfin, en terminant, de l’étude consacrée par M Walter Hough aux procédés en vigueur tant chez les peuples sauvages qu’au sein des sociétés les plus civilisées pour obtenir le feu. Certains, comme les Hupas et les Groënlandais fesaient [sic] tourner vivement une baguette dans le trou d’une planchette en bois très sec. D’autres, à l’exemple des Malais, se contentent du simple frottement. Les Dayaks, sauvages habitants de l’interieur de Bornéo ont recours à la compression de l’air dans un tube clos, procédé bien compliqué pour des tribus encore si barbares. Peut-être l’ont-elles reçu de navigateurs étrangers. Une particularité digne d’être signalée se révèle chez les populations du sud de l’Australie. Elles connaissent, sans doute, comme toutes les autres races humaines, l’usage du feu, mais ignorent l’art de le rallumer, une fois mort. Force est, si on l’a laissé s’éteindre, de s’adresser à quelque tribu parfois fort éloignée, mais qui a eu la précaution d’entretenir ses foyers. Ne convient-il point de voir en ceci un indice certain de décadence et d’oubli des traditions primitives ? Si l’homme est, par nature, susceptible de progrès, ne doit-il, par suite, être capable, à l’occasion, de déchéance ?

Par la petite brochure in 12 de 32 p. intitulée A memorial for Rev. M. Merrill and his Wife10, l’auteur a voulu, en quelque sorte, élever un monument à la mémoire de ses parents. Le Rev. M. Merrill de l’église baptiste, assisté de son épouse, Mrs. Elisa Wilcox, évangélisa les tribus des Otoës, Joways et autres indiens du Haut Missouri. II fut missionnaire chez eux depuis 1834 jusqu’en 1840, époque de sa mort. Mrs. Wilcox, chassée par l’épidémie qui décimait les néophytes, rebutée d’ailleurs par les habitudes d’ivrognerie de ces hommes, sans doute assez insuffisament convertis, quitta le territoire indien pour se retirer avec ses enfants dans l’état de Maine. Nous la voyons contracter en 1847 avec le Rev. Thomas Merrill, une seconde union terminée onze ans plus tard par un divorce[.] Elle se décida alors a retourner au milieu des Peaux-rouges qu’elle instruisit de son mieux. C’est au milieu de ces occupations que la mort la surprit en 1882. Le fils du premier mari de Mrs Wilcox a réimprimé des fragments des quatre évangiles traduits en langue Ottoë par son père, pour l’ usage de son troupeau indien et publics une première fois en 1837. II va sans dire que cette 1re édition était, depuis un certain temps déjà, devenue introuvable en librairie. Le Rev. M . Merrill avait d’ailleurs imprimé d’autres ouvrages dans le même idiöme, spécialement un petit recueil d’hymnes lequel parut en 1887. A moins que son fils ne se décide également à une réimpression de ces poésies, je crains fort qu’elles ne demeurent perdues pour le public savant.

Le petit livre qui nous occupe constitue donc à peu près le seul document abordable pour étudier l’idiöme Ottoë qui paraît se rattacher à la souche Siousse ou Dacotah et il faut savoir grand gré à l’éditeur de l’avoir ainsi mis à notre disposition. N’eut-il pas été bon de faire précéder la traduction des Evangiles d’un expose de la méthode de transcription suivie par l’auteur ? Beaucoup de mots évidemment ne se prononcent pas comme il les écrit, et cela pour l’excellente raison qu’ils seraient tout à fait imprononçables ; citons p. ex , les suivants choisis au hasard, ndlhtl Ltlifka, lrlnelsko, etc.

Le livre intitulé The story of the memorial fountain to Shakespeare at Stratford-upon-Avon (in 8 de 261 p. édité par M. Clarke-Davis, avec 2 planches ; Cambridge, 189011), mérite sûrement d’être tout au moins mentionné dans un article d’Americana. Il y est question, en effet, des libéralités par lesquelles se signala un citoyen des Etats-Unis, M. Georges W. Childs de Philadelphie, à l’occasion du jubilé de la reine Victoria. Il fit construire à ses frais, la monumentale fontaine de Shakespeare dans la petite ville où reposent les restes du roi de l’art dramatique. La dédicace de ce monument, le plus important de ceux qui ont été élevés à la mémoire du grand homme, eut lieu en 1887. Nous renverrons pour les détails de cette intéressante cérémonie au récit qu’en fait M[.] Clarke-Davis. Mentionnons seulement la pièce de vers qui y fut lue par le poète M. Irving. Déjà, du reste, des vitraux avaient été donnés par le généreux américain à l’abbaye de Westminster, en l’honneur d’Herbert et du romancier Cowper. L’église de St Marguerite, également à Westminster, lui est, elle aussi redevable d’un autre vitrail reproduisant les traits du poète Milton, ainsi que certaines scènes du Paradis perdu. Ils donnent véritablement un bien bon exemple, les particuliers qui n’hésitent pas à jouer ainsi le rôle de mécènes et consacrent leur fortune au service du public. Les Etats-Unis semblent, au reste, avec la Grèce le pays où ces louables pratiques se trouvent le plus répandues.

Parlons maintenant des auteurs qui ont traité en français, de sujets américains. Nous n’en citerons qu’un seul pour aujourd’hui. L’auteur du lexique Algonquin en publiant la vie de Jésus dans le même idiôme12, du R. P. Mathevet rend un nouveau et signalé service aux linguistes et ethmographes [sic]. Cet ouvrage forme un petit in 12 de 384 p. et a été imprimé à Montréal. Nul plus que M. l’Abbé Cuoq ne se trouvait capable de mener à bonne fin une pareille oeuvre, car sa science en fait de langues Canadiennes n’est certainement pas inférieure à celle de son savant prédécesseur et sur ce point, je ne crois pas qu’aucun érudit vivant lui puisse être comparé. Ajoutons que le Père Mathevet après avoir été quarante ans missionnaire chez les Algonquins, mourut en 1881. II a laissé beaucoup de travaux sur la langue de ses néophytes. La plupart sont restés manuscrits. Prions instamment M. X. de vouloir bien continuer à se faire l’éditeur de son collègue décédé. L’on doit encore à M. l’Abbé Cuoq un travail d’importance capitale et qui a paru dans les Mémoires de la société royale du Canada. II consiste en une grammaire de la langue Algonquine13. Recommandons en la lecture à quiconque s’occupe de philosophie du langage. On se figure très volontiers ces idiômes sauvages comme aussi rudes, aussi pauvres que les hommes qui les parlent. Rien de moins conforme à la réalité des faits qu’une pareille manière de voir. L’on découvre, notamment dans les dialectes Canadiens, une richesse de formes qui touche à la profusion, des lois phonétiques d’une extrême délicatesse et qui satisfont à toutes les exigences de l’oreille. C’est, qu’en définitive, ceux qui ont sinon inventé, du moins façonné ces langues étaient bien véritablement des hommes doués d’intelligence, tout comme leurs confrères plus civilisés et créés ainsi qu’eux à l’image et ressemblance de Dieu. A quelques égards, sans doute, nous devons reconnaître ces dialectes inférieurs à ceux de l’Europe. Le verbe substantif p. ex. leur fait défaut aussi bien que le pronom relatif. Par suite, ils restent comme les idiômes sémitiques peu susceptibles de période oratoire. Cela prouve qu’ils n’ont pas dépassé un niveau de développement assez rudimentaire, mais non pas qu’ils ne fussent virtuellement susceptibles d’atteindre un, jour, à un plus haut degré de perfectionnement. D’ailleurs, nos langues d’Europe les plus policées ne devraient-elles pas quelque fois même sous le rapport de la précision et de la clarté, rendre des points à celles des Peaux-rouges. Le français, l’anglais possèdent-ils rien d’aussi bien imaginé que les cas dit Obviatif et surobviatif de l’Algonquin ? Ils indiquent le rapport entre deux ou plusieurs mots régis par le pronom de la 3e personne et leur emploi fait disparaître de la phrase, une des causes les plus fréquentes d’obscurité et d’amphibologie. Nous avons dans un travail paru depuis peu essayé de faire ressortir les affinités existant entre les dialectes Canadiens et le Basque, si isolé au point de vue linguistique de tout ce qui l’entoure. Devons-nous en conclure à d’anciennes relations ayant jadis existé entre les deux mondes et que l’Amérique a pu recevoir de notre occident la plus grande partie de sa population ?

Pour en revenir à notre auteur, ajoutons qu’il n’a voulu traiter ici que des formes grammaticales proprement dites. Espérons qu’il ne s’en tiendra pas là. Un travail de lui sur la syntaxe et le mode de formation des mots en Algonquin ne serait pas moins favorablement accueilli du public savant que les précédents. Nul autre sans doute, ne se trouve autant en état de nous le donner.

Cte DE CHARENCEY.


George Catlin, The Last Race, Mandan O-Kee-Pa Ceremony, 1832
George Catlin, The Last Race, Mandan O-Kee-Pa Ceremony, 1832.
https://commons.wikimedia.org/wiki/File:George_Catlin_-The_Last_Race,_Mandan_O-Kee-Pa_Ceremony-_WGA04575.jpg
  1. Charencey, Hyacinthe de (1832-1916), « Americana », Le Muséon, 1894, janvier, tome XIII, n° 1, p. [55]-61. Disponible en ligne, url : <https://archive.org/details/lemuson08lougoog/page/n63/mode/2up>. []
  2. [Report of the United States National Museum : under the direction of The Smithsonian Institution, for the year ending June 30, 1890, Washington, D.C. : Government Printing Office, 1891, XVIII-811 p.]. Disponible en ligne, url : <https://archive.org/details/reportuponcondi05musegoog/mode/2up>. []
  3. [Voir : Westmore, Alexander, « Biographical memoir of Robert Ridgeway, 1850-1929 », National academy of sciences : biographical memoirs, vol. XV, 2d, p. [56]-101. Disponible en ligne, url : <http://www.nasonline.org/publications/biographical-memoirs/memoir-pdfs/ridgway-robert.pdf>.]. []
  4. Ridgeway, Rober, « The Hummings Birds », Report of the United States National Museum : under the direction of The Smithsonian Institution, for the year ending June 30, 1890, 1891, p. 253-383, pl. I-XLVI, fig. 1-47. []
  5. Hittcock, Romyn, « The Ainos of Yezo », Report of the United States National Museum : under the direction of The Smithsonian Institution, for the year ending June 30, 1890, 1891, p. 459-502, pl. LXXXI-CXVII, fig. 68-88. []
  6. [Hittcock, Romyn, « The ancient Pit-dwellers of Yezo », Report of the United States National Museum : under the direction of The Smithsonian Institution, for the year ending June 30, 1890, 1891, p. 417-427, pl. LXXIII-LXXX, fig. 64-67. Disponible en ligne, url : <https://archive.org/details/ancientpitdwelle00hitc/page/n3/mode/2up>.]. []
  7. [Mathews, Washington, « The Catlin Collection of Indian Paintings », Report of the United States National Museum : under the direction of The Smithsonian Institution, for the year ending June 30, 1890, 1891, p. 593-610, pl. CXXX-CL. Disponible en ligne, url : <https://archive.org/details/b24850056/page/n3/mode/2up>.]. []
  8. [Voir : Daniel Fabre, « Présentation : Catlin vu d’Europe », Gradhiva, 2006, n° 3. Disponible en ligne, url : <http://journals.openedition.org/gradhiva/89>.]. []
  9. [Mason, Otis M., « The Ulu, or Woman’s Knife, of the Eskimo », Report of the United States National Museum : under the direction of The Smithsonian Institution, for the year ending June 30, 1890, 1891, p. 411-416, pl. LII-LXXII. Disponible en ligne, url : <https://babel.hathitrust.org/cgi/pt?id=aeu.ark:/13960/t70v8wv48>.]. []
  10. [Disponible en ligne, url : <http://www.campmerrill.com/documents/memorialforrevmosesmerrill.pdf>.]. []
  11. [Davis, L. Clarke, The Story of the memorial fountain to Shakespeare at Stratford-upon-Avon…, Cambridge : the Riverside Press, 1890, VII-261 p., pl.]. []
  12. [Mathevet, Jean-Claude (Abbé), Ka Tite Jezos tebeniminang ondaje aking enansinaikatek masinaigan ki ojitogoban kaiat pejik kanaktageng daje mekatewikonaiete J. Cl. Mathevet,… = Vie de Notre-Seigneur Jésus-Christ, par J.-Cl. Mathevet,… 2e édition revue… , Montréal : J.-M. Valois, 1892, XI-384 p.]. []
  13. [Cuoq, Jean André (1821-1898), Grammaire de la langue algonquine, [S. l.], [1891 ?], paginé 85-119. Extrait des : « Mémoires S[ociété]. R[oyale]. Canada », section I, 1891.]. []

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search