Document : Les Papas du Nouveau-Monde rattachés à ceux des îles britanniques et nordatlantiques

En 1893, l’historien et archéologue Eugène Beauvois publiait un article dans Le Muséon évoquant Quetzalcóatl, également dénommé « Papa » selon Diego Duran1. Nous en proposons la transcription. Les datations fournies entre crochets sont d’Eugène Beauvois, les autres mentions entre crochets sont les nôtres.

Avertissement

Cet article comprend des mots et des descriptions qui peuvent être culturellement sensibles et qui ne sont normalement plus utilisés dans certains contextes publics ou communautaires. Les termes et annotations qui reflètent l’attitude de l’auteur ou sa période de création peuvent être considérés comme inappropriés aujourd’hui. L’article adopte en effet un modèle de recherche scientifique datant du XIXe siècle, dépeignant les populations étudiées comme des sujets de recherche d’une manière qui peut aujourd’hui être considérée comme choquante.


Les Papas du Nouveau-Monde rattachés à ceux des îles britanniques et nordatlantiques

I. Notions précédemment acquises.

La plupart des peuples du Mexique et de l’Amérique centrale avaient des traditions sur l’origine orientale et transatlantique de leurs ancêtres2. Mais s’ils se rappelaient les débuts de leur nation, ils avaient oublié une bonne partie des événements intermédiaires3, de sorte que le plus souvent il reste des lacunes entre les premiers et les derniers siècles de leur histoire. Quelques tribus d’Aztecs, avaient seules conservé des traditions, bien mieux une chronologie assez précise, rattachant le passe au présent à peu près sans interruption ; de sorte qu’il est possible de fixer à quelques années près la date de l’arrivée des premiers émigrants. Grâce à cette circonstance nous sortons du domaine de la légende pour entrer dans celui de l’histoire positive. Quand on se trouve en présence de personnages auxquels on peut assigner une place certaine dans le temps et l’espace, il n’est plus permis de soutenir qu’ils soient purement mythiques ; quant aux faits extraordinaires mêlés à leur vie, on est en droit de chercher à les éliminer pour obtenir un résidu purement historique. C’est ce que nous allons entreprendre pour les Papas Toltecs et leur chef Topiltzin ou Quetzalcoatl, qui n’ont peut-être pas été les premiers colonisateurs du Mexique et de l’Amérique centrale, mais qui leur ont certainement apporté une nouvelle religion et les germes de leur dernière civilisation.

Si Quetzalcoatl n’est pas l’unique civilisateur des régions isthmiques (terme dans lequel nous comprenons aussi bien le Mexique que l’Amérique centrale), c’est du moins le principal et c’est en tous cas celui qui a laissé le plus de souvenirs. D’où venait-il ? Du Nord, dit Sahagun et plusieurs autres avec lui4, et il allait à la recherche du Paradis terrestre. Cette assertion a une couleur légendaire qui excite de suite la défiance des lecteurs peu familiarisés avec les anciennes croyances ; mais le scepticisme a lui seul n’est pas de la saine critique : on serait en effet mal venu à traiter de fables les relations d’aventuriers partis à la découverte de l’Eldorado et du pays des Amazones ; de ce que ces contrées n’ont été trouvées nulle part, il ne s’ensuit pas que les stériles recherches des explorateurs soient toutes imaginaires. Loin de dédaigner celles-ci, comme on l’eût fait au XVIIIe s. où tout ce qui tenait aux légendes devenait suspect5, nous devons au contraire les recueillir et les étudier soigneusement, parce que rien n’est plus topique et par suite plus propre à nous faire reconnaître les mystérieux explorateurs. Ceux d’entre-eux qui cherchèrent l’Eden au-delà de l’Atlantique jusqu’au IXe siècle de notre ère ne pouvaient être que des Gaëls ou des Cymrys : de longue date en effet, ces peuples professaient la croyance qu’il y avait quelque part vers l’Ouest, dans le grand Océan ou au-delà, un Elysée où les dieux dépossédés et les héros malheureux avaient trouvé un asile. En devenant Chrétiens ils ne répudièrent pas cette erreur ; ils se bornèrent à la transformer en substituant aux dieux le patriarche Enoch, le prophète Elie, le roi Arthur, les bardes Merlin et Ossian. Les religieux celtiques, à force de copier les anciens manuscrits, s’étaient appropriés jusqu’aux rêveries de leurs auteurs, à tel point que l’Irlandais St Brendan, le Gallois St Malo, les Bas-Bretons du monastère de St Matthieu, les Ecossais d’lona, cherchèrent avec persévérance cette Terre de promission qui devait servir de refuge aux Chrétiens persécutés par les païens scandinaves6. Leurs relations affirment qu’ils avaient pénétré jusqu’aux abords de cette contrée merveilleuse, et l’on peut bien admettre que les explorations, sans cesse répétées, des Culdees ou Papas, moines columbites, dans les îles nordatlantiques7, étaient provoquées par la croyance en ces merveilles et par l’espoir de s’assurer de ce qu’il en était.

Quoiqu’il en soit, ils formèrent des établissements dans tous les groupes d’îles situées sur le trajet le plus court de l’Ancien au Nouveau-Monde, dans les Hébrides, les Orcades, les Shetlands, les Faeroes, l’Islande ; il y a même lieu de croire que le nom de Pays Vert (qui chez eux était synonyme d’Eden transatlantique et que les Scandinaves ont rendu par Groenland), a été pour la première fois donné à cette contrée par des navigateurs Gaëls8). S’il en est ainsi, nous sommes déjà arrivés dans une dépendance de l’Amérique, rien qu’en suivant les traces des religieux de cette nation. Ils ne s’arrêtèrent pas au seuil du Nouveau Monde, paraît-il, puisque les Sagas nous signalent sur le continent américain une Grande Irlande ou Pays des hommes blancs, dans lequel on parlait le gaélique, où l’on baptisait les païens et où l’on voyageait à cheval. Nous avons démontré que la contrée en question, située au nord du Vinland (Nouvelle-Angleterre), au sud du Groenland et vis-à-vis du Markland (Nouvelle-Ecosse), ne pouvait être que le Nouveau-Brunswick et la Gaspésie, entre le golfe et l’estuaire du St Laurent9. L’existence d’une colonie gaélique dans ces parages est confirmée par divers faits, dont il suffit de rapporter les plus saillants : vers la fin du XIVe siècle, un naufragé Frislandais ou insulaire des Faeroes rapportait que la même contrée était civilisée à l’européenne et s’appelait encore Escotiland (Pays des Ecossais) et le navigateur vénitien Antonio Zeno, à qui il avait fait ce récit, constata en effet que la grande île située en face, l’Icaria (en esquimau Ikâriâ, golfe ; Ikerdlek, île du golfe) avait reçu des lois d’un prince Ecossais10.

A la vérité, aucun document européen ne signalé d’établissements de Papas au-delà de Thulé (l’Islande) ; mais les missionnaires Gaëls de la grande Irlande ne pouvaient guère appartenir qu’à la congrégation de St Columba, la seule qui se fut donné pour mission d’évangéliser toutes les contrées océaniques11. On ne devrait toutefois regarder cette opinion que comme une simple conjecture, si elle n’était étayée par de faits empruntés à d’autres sources totalement indépendantes. Les documents mexicains, car c’est d’eux qu’il s’agit, placent précisément dans les mêmes parages le berceau où la première station américaine des plus anciens Papas du Nouveau Monde ; or ceux-ci ne portaient pas seulement le même nom que ceux des îles Britanniques et Nordatlantiques, ce qui serait peu concluant ; mais ils venaient de l’Est12) ou, pour mieux préciser, de Tullan-Tlapallan, c’est-à-dire de la Tula ou Thulé située dans le Tlapallan ou mer de l’Est qui est l’Océan atlantique pour les Mexicains13 ; c’est pour cette Tula que partit le Papa Quetzalcoatl en quittant le Tlapallan14 de l’Amérique centrale ou du Yucatan ; et c’est parce que ses compagnons venaient de cette Tula nordatlantique d’où leur nom de Tultecs ou Toltecs, qu’ils allèrent s’établir dans les Tula mexicaines15, d’abord à Tullantzinco (Petite Tula), ensuite à Tula de l’Anahuac à 70 kilomètres au nord de Mexico, enfin à Tollan-Cholollan (la Tula du refuge, aujourd’hui la Puebla). Ils avaient passé par l’Aztlan (Pays blanc)16 qui était le Hvitramannaland (pays des hommes blancs) ou grande Irlande dont parlent les Sagas et qui correspondait au Teoculhuacan des Mexicains. Ils avaient le teint blanc ; ils étaient barbus, comme des Européens17 ; ils se rasaient la tête par devant et rejetaient le reste des cheveux sur la nuque, comme affectaient de le faire les Columbites s’écartant en ce point de la coutume générale des autres catholiques18 ; ils étaient vêtus comme nos moines (La légende de St Columba, p. 158.)) ; ils portaient toujours avec eux des livres d’après lesquels ils se dirigeaient19 ; comme les Gaëls, et à l’inverse des autres chrétiens de leur temps, ils plaçaient le Paradis terrestre dans la direction de l’ouest20 ; enfin, trait plus caractéristique que tous les précédents, ils propagaient non seulement le culte de la croix21, mais ils érigaient ou sculptaient des crucifix22. C’était là une des principales occupations de leur chef, Topiltzin, nommé aussi Papa, Hueimac ((D. Duran, Hist. de las Indias, t. II. p. 72, 73. 77.)) et Quetzalcoatl ((Topilcin Queçalcoatle dans Codex Tellerianus, p. 137 du t. V des Ant. of Mexico de Kingsborough ; — Topiltzin-Quetzalcoatle et Quetzalcoatle-Topiltzin dans Codex Vaticanus, t. V. p. 167, 168, 176 du t. V. des Ant. of Mexico de Kingsborough. — Quetzalcohuatl Topiltzin (si l’on admettait la leçon adoptée par G. Chimalpopoca qui paraît en tout cas préférable à celle de Tonitzin admise par G. Mendoza) dans Anales de Cuauhtitlan p. 13. — Huemac, chez Ixtlilxochitl, Hist. Chichimeca, ch. 1, t. V, p. 206 des Ant. of Mex. de Kingsborough.)). C’étaient des noms de dieux et des titres de dignité23 : le dernier en effet avait été déjà porté par l’un des quatre fils de Tonacatecutli24 ; le premier, par le même dieu qui pendant sa vie terrestre était, sous le nom de Topiltzin-Quetzalcoatl, considéré comme une incarnation de Tonacatecutli25 ; le second était le titre aussi bien des missionnaires columbites (les Papas ou pères), que du chef de la catholicité, et le troisième, signifiant grande puissance (mot à mot : à la grande main), désignait tout à la fois le papa26 et son adversaire le chef civil de Tula27.

Les Cholultecs disaient que Quetzalcoatl avait été leur premier papa ((Codex Tellerianus et Codex Vaticanus 3738. p. 138, 177 du t. V. des Ant. of Mexico de Kingsborough ; passages reproduits dans Migrat. d’Europe en Amérique, p. 138 note 1.)) et c’est en mémoire de lui que les prêtres Mexicains étaient appelés papas28, nom que l’on expliquait par chevelus (papaua) et d’où l’on dérivait papatli (longue chevelure), papachtli (touffe de cheveux) et papachtic (touffu). Raison de plus pour identifier les premiers Papas du Nouveau Monde avec ceux des îles Britanniques, les uns et les autres étant caractérisés par les longues tresses de l’occiput et la tonsure de la partie antérieure du crâne29.

Cette identification était déjà suffisamment justifiée par les analogies que l’on vient de passer en revue, et qui ont été précédemment exposées avec preuves à l’appui. II restait pourtant une lacune dans cette démonstration : si les Toltecs du Papa pouvaient être rattachés directement à ceux de Tullan-Tlapallan ou Papas de Thulé, il manquait des chaînons intermédiaires pour les relier à ceux de la Grande Irlande. A la vérité, d’après Motolinia30, Gomara31 et Mendieta32, Quetzalcoatl et les autres fils d’Iztac Mixcoatl, chefs des tribus établies au Mexique, étaient originaires de Chicomoztoc, que le P. Duran33, J. de Tovar34 et Tezozomoc35 assimilent à Teoculhuacán et Aztlan (pays des Blancs ou Hvitramannaland) d’où venaient les Papas de Quetzalcoatl ; mais cette généalogie est tellement légendaire qu’il est difficile d’en dégager les éléments historique et ethnographique. D’autre part, si le P. Duran nous donne des indications suffisantes pour fixer la situation de Teoculhuacán36 et l’identifier avec la Grande Irlande37 (Nouveau Brunswick et Gaspésie, au sud de l’estuaire du fleuve St. Laurent)38, il ignorait que Quetzalcoatl eût passé par ce pays39. De leur côté, Sahagun40 et Torquemada41 disent bien que ce personnage, venu du nord par mer, avait débarqué à Panuco, à l’est du Mexique, ce qui exclut toute hypothèse d’une origine occidentale (asiatique ou océanienne) pour Quetzalcoatl et ses Toltecs, d’autant plus qu’en quittant le Yucatan il s’embarqua à Coatzalcoalco pour retourner vers l’est par où il était venu42 ; mais ces auteurs ne précisent pas le point de départ de Quetzalcoatl : le premier, n’ayant pas traité des origines, ne cite ni Teoculhuacan, ni Aztlan, ni Chicomoztoc ; le second n’indique le berceau que d’une tribu de Toltecs bien différents de ceux de Quetzalcoatl ; il les fait venir de Huehuetlapallan (Vieux-Tlapallan) et les fait entrer au Mexique par l’ouest, quoiqu’il les y montre pour la première fois a Tullantzinco43, qui est dans la partie orientale de ce pays. Quant aux Papas Toltecs, qui, selon lui, venaient du nord et pénétrèrent au Mexique par l’est en débarquant à Panuco44 rien n’empêche de placer à Chicomoztoc45 leur première station dans le Nouveau-Monde, car, ajoute Torquemada46,  » c’est une opinion commune à tous les indigènes de toutes les parties découvertes de la Nouvelle Espagne qu’ils sont sortis d’une localité appelée les Sept-Grottes (Chicomoztoc), et ceux qui ne croient pas en être originaires, avouent tout au moins avoir passé par là.  » Parmi les tribus auxquelles se rapportaient ces traditions étaient les Chichimecs47, dont les congénères, les Teochichimecs48, après s’être établis à Tlaxcala49, furent appelés Tlaxcaltecs. Or une fraction de ceux-ci, ayant fondé une résidence royale ou Tecpancalli, la nommèrent Culhuacán, « en mémoire de Teoculhuacán qui est la contrée d’où vinrent ces nations. »50 On voit par là que Chicomoztoc et Teoculhuacán sont à peu près synonymes et que toutes les traditions nous reportent plus ou moins clairement vers le Nord, quelle qu’ait d’ailleurs été la voie suivie par les émigrants. Ce n’est pas à dire que tous fussent de même race ou de même langue ; il suffisait qu’ils eussent tant soit peu subi la domination ou l’influence des Blancs pour qu’on les appelât Aztecs.

Ces notions étaient déjà contenues dans des documents accessibles depuis longtemps ; mais il fallait savoir les en tirer, et l’on n’y parvenait qu’en analysant ceux-ci, en les comparant, en les commentant, travail qui avait été rarement entrepris ou prématurément tenté avant que de récentes publications eussent jeté plus de lumière sur ce sujet bien obscur. Ce qu’il nous avait été permis d’entrevoir vient d’être confirmé par deux documents que nous connaissions déjà par une trop brève analyse du docte Orozco y Berra51 et dont nous attendions avec impatience la publication intégrale. Notre attente n’a pas été déçue : ces nouvelles sources, dont Gómara et Torquemada, avaient connu des versions peu différentes, mais dont ils n’avaient guère tiré que des listes de rois, avec peu ou point de dates, — vont nous fournir la matière d’une chronologie bien suivie et, combinées avec les annales de Cuauhtitlan, nous donner les éléments de la vie du Papa, le Quetzalcoatl historique du IXe siècle.

II. Les Mémoriaux pour Juan Gano.

Ces sources, que nous avons qualifiées de nouvelles, ne le sont que pour la date de la publication (1891), car elles sont au contraire des plus anciennes et des premières qui aient été écrites par les Espagnols d’après les tableaux historiques, les iconophones et les récits des Mexicains. Avec les Mémoriaux inédits du P. Toribio de Motolinia et l’Historia de los Mexicanos por sus pinturas, si précieuse au point de vue mythologique, elles font partie du Libro de oro y tesoro indico, manuscrit du XVIe, actuellement en la possession du savant éditeur Joaquín García Icazbalceta, qui en a publié une bonne partie dans sa Nueva Colección de documentos para la historia de México52.

L’une d’elles est intitulée Relación de la genealogía y linaje de los señores que han señoreado esta tierra de la Nueva España etc. (Relation de la généalogie et descendance des seigneurs de la Nouvelle-Espagne, en remontant jusqu’aux premiers habitants dont on ait souvenir, tirée par les religieux soussignés des livres iconophoniques53 en usage chez les indigènes et des récits des vieillards les plus âgés et les mieux instruits de l’histoire de leurs ancêtres. Nous l’avons écrite par ordre de notre prélat à la demande et prière de Juan Cano, espagnol, mari de doña Isabelle, fille de Montezuma II, seigneur de la ville de Mexico, au temps où Don Hernando Cortes y vint au nom et comme capitaine de Sa Majesté. »54 L’autre porte le titre plus bref de Origen de los Mexicanos55. Les deux mémoriaux ont été rédigés par des religieux à la prière du conquistador J. Cano, mais non d’après sa Relación de la tierra de la Nueva España y su conquista ((Citée par Zurita dans son Catalogo de los autores que han escrito historias de Indias (reproduit par Icazbalceta en tête du t. III, de sa Nueva Colección, voy. p. XXVII). II est à craindre que cet ouvrage ne puisse être retrouvé. On peut être certain que cette Relation différait des deux mémoriaux qui ne parlent pas de la conquête et qui ont omis a dessin le récit des faits de guerre (Voy. Origen de los Mexicanos, p. 305).)), ni d’après les récits de sa femme56, mais d’après ceux des indigènes57 et d’après leurs livres58. Ces mémoriaux devaient être présentés au roi d’Espagne par l’évêque élu de Mexico, Juan de Zumárraga ((Ibid., p. 302.)), mais d’après Manuel Lastres, un des possesseurs du Libro de oro, ce fut l’évêque de Cuenca, Ramirez de Fuenleal, qui porta en Espagne, sinon toutes les pièces du volume, du moins l’Historia de los Mexicanos par [sic] sus pinturas ((Introduction au t. III, de la Nueva Colección d’Icazbalceta p. XL.)). Il est regrettable que les copies mises au net aient disparu ; elles n’eussent pas été de trop pour rectifier les noms défigurés et remplir les lacunes des deux brouillons qui nous restent. Peut-être les retrouvera-t-on quelque jour, comme cela est arrivé récemment pour tant d’autres précieux documents enfouis dans des archives publiques ou privées.

Les deux mémoriaux peuvent servir de commentaire au mémorable discours que Montezuma II prononça, peu après l’arrivée de Cortés, pour engager ses sujets à se soumettre aux Espagnols, parce que ceux-ci étaient blancs, barbus, montés sur des cerfs (cheveux) [sic] et qu’ils venaient de l’est sur des navires59 et que Quetzalcoatl, en partant pour cette direction, leur avait annoncé que, ses frères ou lui viendraient du même côté60. « Frères et amis, dit Montezuma, vous tenez de vos ancêtres une tradition d’après laquelle ils n’étaient pas originaires de ce pays-ci, mais qu’ils venaient d’une contrée fort lointaine, amenés par un seigneur qui les laissa ici [au Mexique], où tous étaient ses sujets. Etant revenu longtemps après, il les trouva établis et mariés avec les femmes indigènes et pourvus d’une nombreuse postérité ; de sorte qu’ils ne voulurent pas retourner avec lui et encore moins le reconnaître pour seigneur. Il repartit en disant qu’il reviendrait ou enverrait des forces pour les contraindre et les réduire à l’obéissance. Vous savez que nous l’avons toujours attendu et, d’après les récits que ce capitaine [Cortés] fait sur le souverain par qui il est envoyé, et à raison de la direction d’où il dit venir, je tiens pour certain, et vous devez aussi partager cette conviction, que ce roi est le seigneur que nous attendions. »61 Cette croyance, dit le P. J. de Torquemada « était si répandue chez les Mexicains que leurs souverains ne prenaient possession du trône qu’en se reconnaissant lieutenants de leur seigneur Quetzalcoatl, et à condition de le lui rendre s’il revenait et de lui obéir comme à un suzerain. »62

Comme le second Quetzalcoatl63 n’avait pas été reconnu par les descendants des compagnons du premier, il ne pouvait avoir place dans la liste des souverains que les mémoriaux établissent en descendant jusqu’à Montezuma II. La généalogie remonte jusqu’à Quetzalcoatl et même jusqu’au père de celui-ci, Totepeuh, qui passait pour être le fondateur de la dernière des colonies précolombiennes qui civilisèrent le Mexique64. Nous allons reproduire cette liste, en la résumant et en la comparant avec celles de Gómara et de Torquemada qui ont puisé à la même source, et avec celle des Annales de Cuauhtitlan qui sont basées sur des documents dont l’affinité avec ceux-là ne va pas jusqu’à l’identité ; mais il faut auparavant extraire du premier mémorial (Relación) qui est le mieux rédigé, tous les passages concernant Quetzalcoatl et les traduire, parce qu’ils ne sont accessibles qu’à fort peu de lecteurs :

« Quelques indigènes qui sont bons chrétiens ont bien voulu nous informer et nous montrer, pour nous renseigner, des livres que nous avons comparés les uns avec les autres et que nous avons trouvés conformes entre eux. Ils se souviennent et ils montrent par des iconophones que, depuis 765 ans65, leur pays a des habitants dont une partie, la plus grande, partit au bout de onze ans [en 778] pour une autre contrée, dite Culhuacán ; et celle-ci pour être éloignée et d’ancienne date est encore appelée Teuculhuacán. Tous pourtant ne la nomment pas ainsi : teute ((Forme espagnole du mot nahua teutl ou teotl.)) signifiant Dieu et entrant dans la composition du nom de Teuculhuacán ; aussi les indigènes déjà convertis ne disent que Culhuacán, mais ils ne savent en fixer la situation. (Relación, p. 264)….. Dix sept ans plus tard [en 795], les gens émigrés à Culhuacán, d’où ils prirent leur nom de Culhúas, installèrent un seigneur et devinrent plus policés que les autres66. Ils avaient des édifices et des artisans de toute sorte, ce qui est le fait des peuples plus civilisés. Ce seigneur, nommé Totehéb ((Appelé Toteper dans l’autre mémorial (p. 287) ; Totepeuch par Gómara (p. 433 de l’édit. Védia) et Totepeuh par Torquemada (Mond. ind. t. I. p. 254).)) gouverna 56 ans [jusqu’en 851] et fut tué par un parent ambitieux (les meurtres et les haines les divisant déjà là-bas) ; il laissait un fils nommé Topilci [Topiltzin] qui chercha les ossements de son père, ce qu’il n’aurait pas dû faire67, lui éleva un temple comme à Dieu et le tint en grande vénération (ainsi le démon commençait vraiment à les abuser !) A cette nouvelle, le meurtrier qui était vaillant homme s’en fut vers lui tout courroucé pour le tuer et le trouva dans le temple. Le Topilci, le voyant furieux, se jeta sur lui et d’une poussée le fit rouler à la vallée des marches du temple68, construit à la manière de ceux qui existaient naguère et qui subsistent encore là où il n’y a pas de chrétiens. On appelait A tepanecate69 celui que tua Topilci, dont nous avons vu à Culhuacán (celui d’ici) l’image en pierre, fort grande, composée de cinq morceaux dont on fit quatre piliers sur lesquels reposent les arcs de deux autels dans l’église de St. Jean l’Evangéliste, audit Culhuacán. La mort de Totehéb et de son parent Atepanecate laissa Topilci maître de cette contrée qu’il gouverna dix-sept ans [jusqu’en 868], fort aimé des Culhúas, parce qu’il était très bon. (Relación, p. 265-6).

« Après ces dix-sept ans, il se décida à venir en ce pays-ci, accompagné d’un grand nombre de gens, dont beaucoup succombèrent dans le trajet. Au bout de dix années de pérégrinations, il en arriva enfin ici [en 878] une certaine quantité parmi lesquels il y avait des ouvriers de tous métiers, orfèvres, forgerons, charpentiers, plumassiers, peintres. La première localité qu’ils peuplèrent après leur entrée dans la Nouvelle-Espagne fut Tulancinco ; ils y firent quelques petites maisons et n’y restèrent pas plus de quatre ans [jusqu’en 882], après lesquels ils allèrent coloniser Tula & douze lieues de Mexico. Comme je l’ai dit, il n’y avait pas d’habitants sédentaires [población] dans cette contrée, ou n’étaient pas non plus fixés les Chichimecs restés [après le départ de ceux qui étaient allés à Teuculhuacán], de sorte que les émigrants furent les premiers colonisateurs [población] de cette contrée70. Les Culhúas commencèrent donc à dominer dans ce pays, ayant pour chef-lieu de leur gouvernement Tula qui fut la capitale, comme Mexico l’était à l’arrivée des Espagnols. C’est à Tula qu’ils commencèrent les sacrifices71, car ils en apportaient la coutume de Culhuacan où ils avaient pour dieux Huitzilopochtli et Tezcatlipoca. Ils n’immolaient toutefois pas de victimes humaines, mais des cailles, des couleuvres, des papillons, des cigales et d’autres choses analogues. Ils les tuaient devant leurs dieux, mais comme le démon travaillait toujours à enlacer les âmes pour les faire tomber de mal en pis, soit que les dieux eussent manifestement parlé à Topilci, comme il l’affirma, soit que ce fût à l’instigation de certaines personnes, le seigneur des Culhúas reçut le conseil de sacrifier des victimes humaines pour apaiser les dieux et, comme il ne le voulut pas faire, il fut expulse du pays72 et s’en alla dans une contrée qu’ils nomment Tlapala ; mais dont ils ignorent la situation. Il emmena avec lui des Culhúas et des gens de tons métiers, car on l’aimait pour sa bonté ; et quoiqu’il ne leur eût pas commandé d’émigrer, ils le suivirent. C’était [en 892] dix années après son établissement à Tula [882]. Ils disent qu’il mourut là-bas au bout de deux ans ; les Indiens de cette ville et de ses environs ont conservé beaucoup de souvenirs de Topilci et il y a de grands récits sur lui. On dit qu’il était vêtu à la manière des Espagnols. (Relación, p. 266-7).

« Après sa mort ou son départ de Tula, ses sujets en furent tout attristés ; les dieux étant toujours courroucés ne permirent pas qu’il y eut de seigneurs à cette époque ; aussi Tula resta t-elle sans chefs suprêmes pendant 97 ans [jusqu’en 989]. Au bout de ce temps, jugeant que les dieux étaient apaisés, ils crurent bon d’avoir un roi et ils en élurent un de la famille de Topilci, que l’on regarde en ce pays comme principale et de sang royal. Celui-ci s’appelait Huemac ; il gouverna pendant soixante deux ans en prince indépendant [jusqu’en 1051]. En ce temps il y avait déjà dans l’intérieur du pays un grand nombre de Calhúas qui se dispersaient pour coloniser et gagner leur vie. II y avait 163 ans que les Culhúas étaient arrivés dans cette contrée et, pendant toute cette période, les Chichimecs n’avaient pas voulu avoir de relations avec eux, bien que tout le pays reconnût pour roi le seigneur de Tula, en lui payant tribut et en lui rendant hommage, ce que ne faisaient pas les Chichimecs. Cette période de prospérité73 pour Tula étant passée, il se produisit un fait inouï et stupéfiant, l’apparition d’un fantôme démesurément grand, très difforme et affreux qui épouvanta toute la nation, à tel point que beaucoup d’habitants n’osèrent plus demeurer dans la ville. Le seigneur Huemac fut également effrayé et commença de croire que les dieux étaient irrités et qu’ils ne permettaient plus que Tula fût habitée, ou peut-être les démons le lui dirent-ils. II partit donc avec quelques personnes et s’en alla à Chapultepec, petite montagne fraîche d’où sort la source canalisée pour alimenter Mexico. Là il s’étrangla d’affliction et de désespoir. Le reste des habitants de Tula, se voyant sans roi, prirent pour chef Nahuinci, qui règna pendant soixante ans, quoique en dehors de Tula. Je crois qu’il était le plus proche parent de son prédécesseur, quoique je n’aie pas réussi à le savoir. Pour la même cause que son prédécesseur, il sortit de Tula et s’en fut au lieu où est maintenant Mexico, en passant non pas comme les autres [émigrés de Tula] par Chapultepec, mais par les localités où sont maintenant Tezcuco et Otumpa. Pendant tout son règne il ne construisit pas de grandes bourgades pour s’y établir : quelque part ils s’arrêtèrent dix ans avec lui, ailleurs huit, là quatre, ici cinq ans, plus ou moins, comme c’est marqué par des figures. Ilfut seigneur pendant soixante ans [jusqu’en 1111]. Après lui règna Cuahutexpetlaci qui commença de fonder la capitale du royaume, appelée Culhuacán, comme la ville et la contrée d’où ils étaient originaires. II fut seigneur onze ans [jusquen 1122], dont neuf avant de s’établir dans ce nouveau ou second Culhuacán[en 1120] et deux postérieurement. Ce Culhuacán, situé à deux lieues de Mexico, est [actuellement] une petite bourgade qui fut capitale pendant deux cents et quelques années. Il était alors très grand ; il eut cependant le sort de Tula, comme on le dira. » (Relación, p. 267-8).

Nous n’avons pas besoin, cette fois d’en traduire plus long ; en voilà assez pour montrer que Quetzalcoatl est bien un personnage historique. Maintenant pour faire comprendre à quel titre il pouvait être considéré comme un des prédécesseurs de Montezuma, nous allons donner la liste de ses successeurs.

(A suivre) E. Beauvois.

  1. Beauvois, Eugène, « Les Papas du Nouveau-Monde rattachés à ceux des îles britanniques et nordatlantiques », Le Muséon, 1893, avril et juin, tome XII, n° 2 et 3, p. 171-188, 213-234. Disponible en ligne, url : <https://archive.org/details/lemuson07lougoog/page/n181/mode/2up>. []
  2. Inutile de s’étendre sur ce sujet qui a été traité dans la Tula primitive, berceau des Papas du Nouveau Monde (Muséon, n° 2, avril 1891, p. 206-231). []
  3. On verra plus loin que les diverses histoires s’accordent mieux en ce qui concerne Quetzalcoatl et la fin du IXe siècle, qu’en ce qui touche a des événements beaucoup moins anciens. []
  4. On citera plus loin p. 178-9 les passages de ces divers auteurs relatifs à l’origine septentrionale. []
  5. Les Bollandistes eux-mêmes ont sacrifié aux préjugés du temps : de peur de se montrer trop naïfs, ils ont exclu de la vie des Saints beaucoup de traits qui, pour être légendaires, ne laissaient pas que de caractériser le pays, le peuple, le personnage ou le temps : de sorte que la couleur locale est trop souvent absente des récits expurgés par la critique soi-disant philosophique. Aussi la plus ample des collections d’Acta sanctorum est-elle insuffisante à ce point de vue ; il faut recourir à celle de Colgan pour l’hagiographie irlandaise. []
  6. Voyez à ce sujet : l’Elysée transatlantique et l’Eden occidental dans Revue de l’histoire des religions, 4e année, t. VII et VIII, mai-juin et novembre-décembre 1883. []
  7. Voyez les Premiers chrétiens des iles Nordatlantiques dans Muséon, t. VIII. nos 3 et 4, juin, août 1888. []
  8. Voy. notre mémoire sur la Découverte du Groenland par les Scandinaves au Xe siècle (Muséon 1892, t. XI, 4e livraison, p. 274-6. []
  9. Voy. la Découverte du Nouveau-Monde par les Irlandais et les premières traces du christianisme en Amérique avant l’an 1000, Congrès international des Américanistes, 1re session, Nancy, 1875, t. I). – Les Colonies européennes du Markland et de l’Escociland[.] Domination canadienne au XIVe siècle et les vestiges qui en subsistèrent jusqu’aux XVIe et XVIIe siècles (Compte-rendu des travaux du Congrès international des Américanistes, 2e session, Luxembourg 1877, t. I, p. 6-14 du tirage à part. []
  10. Voy. les Colonies européennes de Markland et de l’Escociland ; – les Voyages transatlantiques des Zeno. Leur relation est-elle véridique et leur carte authentique[,] Muséon, t. IX, n° 4, août 1890, p. 464, 471. []
  11. (« Nomen Columbae per omnes Oceani proveneias divulgabitur notum. » Prophétie de St Mochta dans Life of S. Colomba par Adamnan, edition Reeves (Dublin, 1857, in-4, p. p. 7. []
  12. C’est ce que dit expressément Ixtlilxochitl, en ajoutant que Quetzalcoatl retourna du même côté en s’embarquant à Coatzacoalco (Historia Chichimeca, ch. I et Sumaria relacion de la historia general de esta Nueva España, dans le t. IX, p. 206, 459 de Antiquities of Mexico de Kingsborough. []
  13. Voy. la Tula primitive, p. 215-16 : — Migrations d’Europe en Amérique, p. 149. []
  14. Ibid. p. 214. []
  15. Ibid, p. 212-13. []
  16. Historia de los Mexicanos par [sic] sus pinturas, ch. 9, 10 dans le Nueva colección de documentos para la historia de México, publiée par J. G. Icazbalceta, t. III, Mexico, 1891, in-8, p. 238-9 ; — D. Duran. Historia de las Indias de Nueva España (t. I, Mexico, 1867, in-4, p. 8, 19, 219). []
  17. Voy. les textes cités dans l’Elysée des Mexicains, p. 281-2 ; — la Légende de St Columba chez les Mexicains du moyen-âge (Muséon, t. VI, avril 1887, n° 2, p. 159, 164-5). []
  18. Voy. les Premiers chrétiens des îles Nordatlantiques, p. 326-7; — Migrations d’Europe en Amérique pendant le moyen âge : les Gaëls (Mémoires de la Soc. bourguignonne de géogr. et d’hist. t. VII, Dijon, 1891, p. 159); — La Tula primitive, p. 208-210. []
  19. Voy. les sources citées dans Migrations d’Europe en Amérique pendant le moyen âge, p. 159, note 3. []
  20. Voy. l’Elysée transatlantique ;— l’Elysée des Mexicains ;— plus haut, p. 172. []
  21. Les relations précolombiennes des Gaëls avec le Mexique (Compte-rendu du Congrès international des américanistes à Copenhague, 18S3, p. 85-97. — La légende de S. Columba, p. 164-167. []
  22. Topiltzin…. tenia por exercicio el edificar altares y oratorios por todos los barrios y poner ymagenos en las parades, sobre los altares…… Yba extallando en las peñas cruces y ymagenes…… un crucifixo entallado en una peña en una quebrada. (D. Duran, Historia de las Indias, t. II, Mexico 1880, in-4, p. 73, 76). []
  23. Llamaban à este con tres nombres que eran de dioses y de estima. (J. de Tovar, Origen de los Indios, en tête de l’édit. de Tezozomoc, par Oroxco y Berra, Mexico, 1878, in-4, p. 81. 82. A la vérité cet historien ne fait que combiner, en les résumant, un ouvrage antérieur de lui et celui du P. Duran, et s’il met le nom de Quetzalcoatl en place de celui de Hueimac, il y est autorise par le P. Duran lui-même, qui oublie ce nom dans les pages citées sous la note 4, mais qui écrit ailleurs : « El que nuestros antepasados llamaron Topiltzin y por otro nombre Quetzalcoatl.  » (Hist, de las Indias, t. II, p. 5). []
  24. Hist. de los Mexicanos por sus pinturas, ch. I, p. 228. []
  25. Codex Tellerianus et Codex Vaticanus 3738, dans le t. V. des Ant. of Mexico de Kingsborough, p. 137 et 167. []
  26. D. Duran, Hist, de las Indias, t. II, p. 72. 77. []
  27. (Sous la forme Uemac (syncope de Hueïmac) chez Sahagun, (Hist. gen. L. III, ch. 5, p. 211-213 de trad. française.) — Serait-ce une forme corrompue de Ihuimecatl, donné par les Ann. de Cuauhtitlan ? {p. 17, 19). — Huemac, chez Torquemada, L. III, ch. 7, p. 254-6 du t. I ; L. VI, ch. 24, p. 48 du t. II. []
  28. Trayan algunos dellos [dicipulos del Papa] el cavello largo, á las quales cavalleras llamaron despuos estos Indios papa (D. Duran. Hist, de las Indias, t. II, p. 76.). — Cfr. Migrations d’Europe en Amérique, p. 159. []
  29. (Voy. plus haut, p. 175, note 6. []
  30. Historia de los Indios de la Nueva de España, dans Colección de documentos para la historia de México, édit, par J. G. Icazbalceta, T. I. Mexico, 1858, gr. in-8, p. 7-10. []
  31. Conquista de Méjico, p. 432 du t. I. de Historiadores primitivos de Indias, édit, par E. de Védia, Madrid, 1877, gr. in-8. []
  32. Historia eclesiástica indiana, L. II, ch. 33, édit., par J. G. Icazbalceta, Mexico, 1870, gr. in-8, p. 145-6. []
  33. Hist de las Indias, t. 1, p. 8. []
  34. Origen de los Indios, p. 17-18. []
  35. Crónica Mexicana, ch. I, édit. par Orozco y Berra, Mexico, gr. in 8, p. 223-4. []
  36. Estas (siete cuevas….. á las quales Ilamavan Chicomoste) son en Teoculuacán, que por otro nombre se llama Aztlan, tierra de que todos tenemos noticia caer ácia la parte del Norte y tierra firme con la Florida. (Hist. de las Indias, t. I, p. 8, 9). Lugar que llamaron Aztlan que quiere decir blancura. En este lugar ay un gran cerro, en medio del agua, que Ilamavan Culhuacán,….. En este cerro avía unas bocas ó cuevas y concavidades donde avitaron nuestros padres y aguelos par muchos años. (Ibid, t. I, p. 219-220). []
  37. Voy. les textes cités dans notre mémoire sur la Fontaine de Jouvence et le Jourdain dans les traditions des Antilles et de la Floride (Muséon, t. III, n° 3, juillet 1884, p. 405). []
  38. Migrations d’Europe en Amérique, p. 140-2. []
  39. D. Duran, Hist. de las Indias, t. II, p. 74. []
  40. Hist. gén. des choses de la Nouvelle-Espagne, trad, par D. Jourdanet et R. Siméon, Paris, 1880 gr. in-8. prof. [sic] du L. I, p. 9 ; du L. VIII, p. 495 ; L. X, ch. 29, § 12, p. 673-4. []
  41. Mon. ind., L. III, ch. 7 ; t. I, p. 255. []
  42. Voy. plus haut, p. 174 note 4. — Cfr. la Tula primitive, p. 214-6. []
  43. Monarchia indiana. 2e édit. par Barcia, Madrid, 1723 in-4, L. I, ch. 14 : t. I, p. 37. []
  44. Ibid. L. III, ch. 7 ; t. I, p. 255. []
  45. Cette opinion est confirmée par un passage de Muñoz Camargo où il est dit que Mixcohuatl Amacohtle [évidemment pour Camaxtli] était parti de Chicomoztoc et s’était rendu à Colhuacán [Teoculhuacán], puis à Teohuiznahuac, où il avait eu de Cohuatlicue, reine du lieu, un fils nommé Colchacovat [probablement Chalchihuitl un des surnoms de Quetzalcoatl].  » C’est pourquoi, ajoute l’historien Tlaxcaltec, j’ai dit plus haut que celui-ci était venu du Nord et de Panuco à Tollantzinco et à Tula.  » (Hist. de la république de Tlaxcallan, trad. de l’espagnol sur le manuscrit inédit par Ternaux-Compans, dans Nouvelles annales des voyages. 4e série, t. XIV, avril-juin 1843, p. 145). Malheureusement le passage auquel se réfère l’écrivain ne se trouve pas dans les fragments publiés. []
  46. Mon. ind., L. III, ch. 8 ; t. I, p. 256. []
  47. Ibid., L. III, ch. 8 ; t. I, p. 256. []
  48. Ibid., L. III, ch. 9 ; t. I, p. 258. []
  49. Ibid., L. III, ch. 11 ; t. I, p. 263. []
  50. Ibid., L. III, ch. 14 ; t. I, p. 269. []
  51. Historia antigua y de la conquista de México, T. III, Mexico, 1880 pet. in-4, p. 30-38. []
  52. T. III, Mexico, 1891, in-12. []
  53. « Libros de caracteres » (livres de signes ou iconophones). Ce dernier mot, signifiant son des images, nous paraît désigner fort exactement une sorte d’écriture composée de rébus ; ceux-ci exprimaient l’idée non des objets représentés, mais des mots se prononçant comme eux. Par exemple le nom de la bourgade de Huitzilapan est rendu par un oiseau mouche (huitzitzilin) et un canal d’eau (apan) ; celui de Tlachquiauhco par des gouttes d’eau (quiauitl, pluie) placées dans (co) un tlachtli (jeu de paume). []
  54. Edité par Icazbalceta dans sa Nueva Colección, t. III, p. 263-281. []
  55. Edité par le même, ibid., t. III, p. 281-308. []
  56. Origen de los Mexicanos, p. 305. []
  57. Mémoriaux pour J. Cano, p. 264, 283, 305. []
  58. « J’ai eu des livres qui se rapportent à notre sujet ; en les comparant entre eux et en interrogeant tels et tels de ceux qui sont le mieux instruits et à même de l’être, nous dirons ce qui a été le mieux avéré de ce dont ils se souviennent et qui est figuré en iconophones. » (Origen de los Mexicanos, p. 283). Voy. plus loin, p. 183-184 un témoignage analogue tiré de la Relación. []
  59. Les deux Quetzalcoatl espagnols, p. 478, 489-92, 578, 585. []
  60. Ibid., p. 471, 480, 484. []
  61. 2e rapport de Cortés à l’empereur, écrit le 30 Octobre 1520, dans Cartas y relaciones de Hernan Cortés, édité par Pascual de Gayangos. Paris, 1856 gr. in-8, p. 98-99. Cfr. l’allocution adressée par le même prince à Cortés, ibid., p. 86. Cette dernière a été traduite en partie dans les Deux Quetzalcoatl espagnols, p. 584-5 et Migrations d’Europe en Amérique, p. 133-4. []
  62. Monarquia indiana, L. IV, ch. 24 ; 2e édit. t. 1, p. 380. — Cfr. Tezozomoc, Crónica Mexicana, ch. CVII, p. 687 de l’édit. d’Orozco y Bera ; — D. Duran, Hist, de las Indias, t. II, p. 5, 12, 35 ; — Sahagun, Hist. gén. L. XII, ch. 16, p. 811-2 de la trad, française. []
  63. Celui-ci devait être un des compagnons gaëls du navigateur frislandais dont parlent les Zeno. (Voy. les Voy, transatl. des Zeno, p. 468, et les Deux Quetzalcoatl espagnols, p. 472-3). []
  64. Les Tenuchcs du Mexico soumirent l’Anahuac sans faire progresser la civilisation ; les Tecpantlacs ou Neo-Chalcs, qui y avaient établi une domination théocratique ne purent se maintenir indépendants ; les Teochichimecs des républiques de Tlaxcala, de Cholula et de Huexotzineo ne se civilisèrent qu’après leur établissement dans ces contrées. []
  65. Avant 1532, date de la composition du Mémorial, ce qui nous reporte à l’an 767 de notre ère. []
  66. L’autre mémorial (Origen) que nous n’avons pas à traduire parce qu’il diffère trop peu de la Relación, mais qui nous offre quelques variantes intéressantes, fait une réflexion fort juste à propos de cette première migration : « Quelques-uns disent que les émigrants partis de ce pays-ci au bout de onze ans, n’étaient pas les mêmes qui depuis vinrent de Culhuacán, mais qu’ils appartenaient plutôt à la race des Chichimecs…… Il y a la une apparence de raison, les Culhúas étant dès l’origine une race policée, plus raisonnable et industrieuse, auraient laissé ici des édifices ou quelques vestiges, s’ils y eussent dès lors habité. La raison pour laquelle on dit que les Culhúas habitèrent d’abord ici se fonde sur la fausse croyance qui place ici le berceau de l’humanité ; il en résulterait que les Culhúas en seraient sortis, ainsi que les Espagnols et les autres nations : aussi est-il plus rationnel de croire que seuls les Chichimecs sont aborigènes de cette contrée, et que les tribus venues d’ailleurs, et établies dans les déserts et les montagnes du Mexique, étaient des bandes détachées qui, trouvant le pays bon, ne le quittèrent pas et y sont restées jusqu’aujourd’hui. » Que des Chichimecs soient partis, ou non, du Mexique pour aller se soumettre à Totepeuh, ils étaient vraisemblablement d’une autre race que les Culhúas primitifs. []
  67. Le pieux ecclésiastique voit un acte d’idolâtrie dans ce culte de dulie assez bien caractérisé par les détails qui suivent. Il s’agit là, croyons-nous, de la translation des reliques d’un père spirituel que Topiltzin pouvait considérer comme un martyr. []
  68. De quoi celui -ci mourut, ajoute l’Origen p. 287. []
  69. Apanecathl dans Origen de los Mexicanos, p. 287. La leçon de la Relación doit être meilleure, étant plus rapprochée de la forme normale : Atepanecatl, composé de atl eau, et tepanecatl (habitant du palais). []
  70. « D’autres disent que Tula était déjà peuplée lors de l’arrivée de Topilce, mais ils ne le prouvent pas par des documents écrits ; ils doivent se tromper en croyant que c’est le Topilce des Mexicains qui vinrent postérieurement. La vérité est qu’il y avait dès lors beaucoup d’endroits habités. Je ne laisse pas non plus de penser que les Chichimecs avaient aussi des stations et des bourgades occupées par les plus avisés d’entre eux et par les seigneurs. On dit par exemple quo Azcaputzalco, Tenayuca et Clatuva [Tlacuva ou Tlacopa] existaient déjà, mais avaient peu d’importance. » (Origen de los Mexicanos, p. 288. Ce Topilce des Mexicains ne serait-il pas le second Quetzalcoatl, auquel Montezuma fait allusion, ou en d’autres termes le Papa du XIVe siècle ? Celui-ci en effet est représenté comme ayant été en relations avec Acamapichtli, le premier roi des Mexicains. (Voy. les passages cités plus haut, p. 188. note 2). []
  71. Cette assertion peut être vraie si on l’applique au Mexique, mais elle n’est pas vraisemblable si on l’applique a Teoculhuacán où la sanguinaire Huitzilopochtli et Tezcatlicopa étaient déjà adorés avant la migration. (Voy. Origen de los Mexicanos, p. 287). []
  72. L’auteur ne parle pas ici de Cholula qui tient tant de place dans d’autres traditions sur Quetzalcoatl ; c’est que cette ville étant la seconde Tula fondée dans l’Anahuac (voy. plus haut, p. 175), pouvait bien être confondue avec la première. []
  73. C’est-à-dire 163 ans après 878, ce qui nous amène jusqu’en 1041 ; or comme Huemac ne mourut qu’en 1051, on peut conjecturer que les troubles, dont il est question, ne durèrent pas moins de dix ans. []

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search