Document : La Fontaine de Jouvence et le Jourdain dans les traditions des Antilles et de la Floride

En juillet 1884, dans la revue le Muséon1, Eugène Beauvois publiait un article2 évoquant la découverte de la Floride et le voyage de Juan Ponce de León (1460?-1521) à la recherche de la Fontaine de Jouvence. En effet, parmi les mythes suscités par la découverte du Nouveau-Monde, comme celui de l’Eldorado, d’autres furent réactivés, comme celui de la source de l’éternelle jeunesse.

Fontaine de Jouvence de l'île de Bimini, Bahamas.
Fontaine de Jouvence de l’île de Bimini, Bahamas.

Avertissement

Cet article comprend des mots et des descriptions qui peuvent être culturellement sensibles et qui ne sont normalement plus utilisés dans certains contextes publics ou communautaires. Les termes et annotations qui reflètent l’attitude de l’auteur ou sa période de création peuvent être considérés comme inappropriés aujourd’hui. L’article adopte en effet un modèle de recherche scientifique datant du XIXe siècle, dépeignant les populations étudiées comme des sujets de recherche d’une manière qui peut aujourd’hui être considérée comme choquante.


La Fontaine de Jouvence et le Jourdain dans les traditions des Antilles et de la Floride

Les Espagnols, en arrivant dans les Antilles, entendirent conter par les insulaires de Cuba et de Haiti3 qu’il y avait quelque part, au nord de ces îles, une fontaine ou une rivière dont les eaux rajeunissaient ceux qui en buvaient ou s’y baignaient. Les indigènes n’étaient pas d’accord sur la situation de cette source merveilleuse ; les uns la localisaient à Boiuca ou Agnané4, une des trois cents îles (les Lucayes) situées au nord de Haïti5. D’autres la plaçaient dans l’île de Bimini6 située, d’après la troisième carte de Herrera, au sud de l’île de Bahama et à l’est du cap Florida formant la pointe sud-est de la péninsule du même nom. Plus tard, on la chercha aussi dans cette dernière contrée et il y avait de quoi exercer la patience des investigateurs, puisque, sous la dénomination de Floride, les Espagnols entendaient tout ce qu’ils connaissaient de l’immense territoire des Etats-Unis et même la Nouvelle-Ecosse, le Nouveau-Brunswick et la Gaspésie7).

Les plus anciennes notions que nous ayons rencontrées sur la Fontaine de Jouvence transatlantique, en dehors des sources celtiques8, se trouvent dans les Décades de Pierre Martyr d’Anghiera. Ce conseiller de Ferdinand d’Aragon et d’Isabelle la Catholique, qui devint abbé de la Jamaïque et membre du conseil des Indes, s’intéressait beaucoup aux découvertes et expéditions dans le Nouveau Monde et, au fur à mesure quelles arrivaient à sa connaissance, il en faisait part à de hauts dignitaires civils et ecclésiastiques et même au grand public dans des lettres, plus tard réunies en décades, qui, à en juger par le nombre des éditions9, eurent le plus grand succès, et elles le méritaient : l’auteur, naturellement curieux, était aussi bien placé qu’on peut l’être en Espagne pour se tenir au courant de tout ce qui se passait dans les colonies. Outre qu’il était appelé par ses fonctions à prendre connaissance des rapports adressés à la cour par les conquérants, les explorateurs, les missionnaires, il avait, en sa qualité d’historiographe royal, à en résumer le contenu et il y joignait les informations qu’il recevait de la bouche même des Européens revenus d’Amérique ou des Indiens ramenés par eux. Aussi a-t-il pu, sans prendre part aux événements du Nouveau Monde, les exposer avec exactitude et, sans avoir fait d’observations personnelles, en consigner dans sa correspondance un grand nombre des plus précieuses. Gomara, son contemporain et son émule dans un genre un peu différent, le félicite d’avoir été le premier à écrire sur les affaires des Indes, tout en regrettant qu’il ait préféré le latin à la langue vulgaire et que son style ne soit pas meilleur et plus clair10.

Dès 1514, Pierre Martyr communiquait au pape Léon X ce qui commençait à transpirer dans le public européen des récits sur une Fontaine de Jouvence transatlantique. Une des trois cents îles découvertes à vingt-cinq lieues au nord d’Española (Haïti), dit-il, « se nomme Boiuca ou Agnané ; elle est, à ce que content ceux qui en ont exploré l’intérieur, fameuse par sa source pérenne dont les eaux rajeunissent les vieillards qui en boivent. Que Votre Sainteté ne croie pas que ce soient des plaisanteries ou des paroles en l’air : ils ne craignent pas de débiter ces propos dans toute la cour avec tant de sérieux, que tout le peuple et un assez grand nombre de ceux qui se distinguent par leur mérite ou leur fortune y ajoutent foi. Si l’on me demande ce que j’en pense, je répondrai que je n’attribue pas tant de vertus régénératrices à la nature : à mon sens, Dieu s’est réservé cette prérogative non moins exclusivement que celle de sonder les coeurs humains ou d’habituer quelqu’un à ce dont il est privé, à moins que l’on ne veuille croire à la fable colchidienne du rajeunissement d’AEson ou aux oracles de la sibylle Erythrée11. »

Plus tard il revint sur cette légende et ajouta à son premier récit de nouvelles notions qu’il tenait de plusieurs personnages de grande autorité12, notamment du decanus Aiglionus ((II s’agit ici de Lucas Vasquez d’Ayllon, le futur explorateur de la Floride, dont le nom est transcrit à l’italienne, conformément à la prononciation, mais non à l’orthographe espagnole. L’identification d’Aiglionus et d’Ayllon n’est pas aussi oiseuse que pourraient le croire les contempteurs de l’érudition précise et habituée à mettre les points sur les i. Elle donne plus de poids au témoignage de ce conseiller à l’audience d’Española, juge de l’île de San Juan de Puerto-Rico et adelantado de la Floride (Herrera, Hist. gen. déc. III, 1. V, ch. 4, p. 157 ; 1. VI, ch. 1, p. 177), et elle nous éclaire sur un des mobiles de sa malheureuse expédition dans les contrées inconnues dont il avait obtenu l’investiture.)) et du licencié Rodrigo de Figuerroa, président de l’audience d’Española. « Ils sont, dit-il, unanimes à rapporter qu’ils out entendu parler de la fontaine rajeunissante et ils y croient en partie, sans l’avoir visitée et sans avoir fait l’épreuve de ses vertus13. » Ayllon citait comme exemple son domestique Lucayen, André surnommé le Barbu, pour le distinguer de ses compatriotes qui étaient imberbes. Celui-ri rapportait que « son père, déjà courbé par la vieillesse, mais désireux de prolonger sa vie et attiré par la renommée de la fontaine, fit ses préparatifs de voyage, quitta son île natale, voisine de la Floride, et partit pour les bains en faveur, comme les Romains ou Napolitains vont aux eaux de Pouzzoles pour recouvrer la santé. II y alla et y passa plusieurs jours, se baignant, buvant de l’eau et prenant les remèdes prescrits par les baigneurs. On affirme qu’en retournant chez lui, il avait recouvré ses forces et pouvait exercer toutes ses fonctions viriles : il se remaria et engendra des fils. Ce fait est attesté par des gens amenés des îles Lucayes14, et le fils en question prime ceux qui attestent avoir vu le vieillard décrépit rajeunir et reprendre de la virilité et de la vigueur corporelle15. »

La même fontaine a été aussi localisée dans la puissante île de Bimini16 par un écrivain plus récent, qui a écrit en vers, mais sans sacrifier à la poésie la vérité historique et géographique. Dans la première partie de ses Elégies des hommes illustres des Indes, publiée en 1589, Juan de Castellanos, né à Tunja (Colombie), où il obtint un bénéfice ecclésiastique, après avoir pris part à la conquête du royaume de Nouvelle Grenade, chante en ces termes la fontaine et ses propriétés : « Beaucoup de vieillards de race indienne parlaient de la puissante île de Bimini, habitée par divers peuples, et des grandes vertus de sa fontaine qui changeait les vieillards en adolescents et rajeunissait les vieilles ridées et chenues. — II suffisait à celles-ci de boire quelques gorgées de ses eaux et d’y laver leurs membres affaiblis pour réparer les outrages de la vieillesse, pour guérir si elles étaient de complexion maladive, pour embellir leur visage et leur teint sans modifier les traits ; mais alors, pour ne pas devenir fillettes, toutes sortaient de l’eau. — On parlait des admirables influences de ses champs et de ses bois fleuris. II n’y avait là pas trace de ce qui cause de l’ennui ; on n’y connaissait pas les procès, mais seulement les joies, les plaisirs, les grandes fêtes. Enfin. d’après ces descriptions, on y recouvrait sa première jeunesse. — Et moi, considérant la vanité de notre temps, je songe combien de vieilles femmes s’y traîneraient pour recouvrer leur ancienne gaillardise, si les enfantillages que je conte étaient des certitudes ! Combien ne serait pas riche, fort et puissant, le roi d’une telle fontaine ! — Combien les hommes ne vendraient-ils pas de fermes, de joyaux et de bijoux, pour redevenir jeunes ! Quels cris belles et laides ne pousseraient-elles pas dans ces stations ! Dans quelle variété de costumes et de livrées n’irait-on pas gagner ces faveurs ! Certainement on ne prendrait pas tant de peine à visiter la Terre-Sainte ! — La réputation de cette source se répandit dans les assemblées et les réunions. En s’imaginant déjà être rajeunis beaucoup de vieillards tombèrent en enfance et poursuivirent un vain fantôme, sans vouloir entendre raison ; c’est ainsi que beaucoup de gens suivirent étourdiment la voie de la folie17 ! »

Antonio de Herrera qui, sans avoir visité le Nouveau monde, le connaissait aussi bien que pas un des historiens du XVIe siècle, ayant eu sous les yeux les rapports des conquérants et des enquêteurs, et la plupart des mémoires des missionnaires ou des ouvrages relatifs aux colonies espagnoles18, admet l’existence de deux traditions parallèles, répandues chez les insulaires de Cuba et de la Española, relatives l’une à la fontaine de Bimini, l’autre à une rivière de la Floride, où les vieillards n’avaient qu’à se baigner pour recouvrer les facultés de la jeunesse. II affirme, comme une certitude, que, peu d’années avant la découverte de leur île par les Espagnols, beaucoup d’Indiens de Cuba, croyant à l’existence de cette rivière, avaient passé en Floride pour la chercher, s’étaient fixés dans le pays et avaient formé une colonie qui s’était perpétuée jusqu’au XVIe siècle19. Cette émigration des insulaires sur le continent est l’inverse e celle dont parle Francisco Lopez de Gomara, quoique l’une et l’autre aient eu la même cause : « La population de ces îles [les Lucayes], dit le chapelain et historiographe de Cortés, est plus blanche et mieux faite que celle de Cuba. C’est surtout le cas pour les femmes, si belles que beaucoup d’hommes de la Terre-Ferme, notamment de la Floride, de Chicora [Georgie et Caroline] et du Yucatan, allaient vivre avec elles ; aussi ces insulaires étaient-ils plus policés que les autres et il y avait une grande diversité de langues parmi eux. De la vint je crois la tradition des Amazones de ces îles20) et d’une fontaine qui rajeunissait les vieilles gens21. »

Quelle que soit la valeur de l’explication donnée par le classique écrivain, l’existence d’une colonie cubaine dans la Floride est attestée par un voyageur qui avait parcouru, bien malgré lui, pendant dix-sept longues années, la Floride comme il désigne la partie sud-est des Etats-Unis. II s’agit de Hernando d’Escalante Fontaneda22. Cet espagnol, né à Cartagena dans la Colombie, se rendant en Europe pour y achever ses études, fit naufrage sur les côtes de la Floride (1551) ; il fut fait prisonnier par les indigènes et resta parmi eux depuis sa treizième jusqu’à sa trentième année (en 1568) ; il apprit quatre des langues du pays. Six ans après avoir quitté cette contrée, c’est-à-dire en 1574, il en écrivit une relation que le savant Muñoz qualifiait d’excellente, quoique souvent inintelligible ; ce profond érudit, ayant constaté que Herrera y avait ajouté des renvois en marge, pense que c’est de cette source que le célèbre historien avait tiré ses notions sur le Jourdain de la Floride23 ; c’est assez vraisemblable, ce qu’il en dit étant conforme à la tradition recueillie par Fontaneda. « Juan Ponce de Leon, dit celui-ci, se fiant aux récits des Indiens de Cuba ou à d’autres de Saint-Domingue alla chercher la rivière Jourdain dans la Floride, soit pour s’en rendre compte, soit pour se faire valoir ou y perdre la vie, ce qui arriva en effet24, soit pour se rajeunir en se baignant dans ses eaux, ce qui était conforme aux pratiques pieuses des Indiens de Cuba et de tous ces parages25, lesquels remplissaient un devoir religieux en se rendant à la Floride où ils plaçaient le Jourdain. Pour ma part du moins, je ne l’y ai malheureusement jamais rencontré, en me baignant dans beaucoup de rivières de ce pays, lorsque j’y étais prisonnier. Anciennement, beaucoup d’Indiens de Cuba débarquèrent dans le territoire de Carlos pour chercher cette rivière. Ils furent faits prisonniers par le père du roi Carlos, nommé Senquene, qui en peupla une localité ; leurs descendants vivent encore. D’autres Indiens quittèrent aussi leur pays pour les mêmes causes et vinrent à la recherche du Jourdain. Tous les rois et caciques de la Floride, ainsi que des particuliers, même sauvages, s’enquirent de cette rivière ayant la bienfaisante vertu de rajeunir les vieilles gens. Ils y mirent tant de zèle qu’ils ne laissèrent pas de ruisseau, par de rivière, ni même de lagunes et de marais, dans toute la Floride, sans s’y baigner. Aujourd’hui encore ils ont l’espoir de trouver le Jourdain, sans jamais y parvenir. Ceux de Cuba s’exposaient à périr sur mer dans l’accomplissement de leur devoir religieux. C’est ainsi qu’il doit se faire qu’une localité fut peuplée de ceux qui passèrent chez Carlos, car ils étaient si nombreux que l’on trouve encore de leurs fils et même des vieillards déçus, quoique beaucoup d’entr’eux soient morts. II est ridicule que Juan Ponce de Leon soit allé chercher le Jourdain en Floride26. »

Si folle, en effet, eût été cette espérance que le premier adelantado de Bimini ne dut jamais l’avouer ; il n’en est fait mention ni dans le traité entre le roi et le futur explorateur, signé à Burgos le 23 février 151227, ni dans celui de Valladolid, du 20 septembre de la même année28. Fontaneda lui-même n’est pas bien certain que le découvreur de la Floride l’ait réellement conçu. Toutefois, comme il n’y a pas de fumée sans feu et que tous les historiens sont d’accord pour reprocher à ce dernier sa crédulité, il est vraisemblable que la fontaine de Jouvence était au moins l’un des buts secrets de l’exploration. Mais il s’agit moins ici de rechercher si des Espagnols ont pu ajouter foi à cette fable que d’en constater l’existence précolombienne chez les Indiens. Or, il est certain qu’elle avait cours chez les insulaires et les riverains du golfe du Mexique avant la naissance d’André le Barbu29, au temps de Senquene, père du roi Carlos30, et pour mieux préciser, peu d’années avant l’arrivée de Colomb à Cuba31. Elle était si profondément enracinée dans l’esprit des indigènes qu’ils allaient en pèlerinage à la source réparatrice ; leur sincère conviction ne pouvait manquer de faire impression sur les chrétiens et leur exemple s’imposa à quelques-uns des plus crédules. Aussi vit-on des explorateurs sérieux comme Ponce de Leon et Ayllon s’acharner à la recherche du nouveau Jourdain jusqu’à y perdre la vie. La poursuite des chimères a toujours été l’un des principaux mobiles de l’humanité ; il ne faut pas trop faire fi de ceux dont-elle provoque l’activité ; souvent elle les conduit a de plus grands résultats que n’en obtiennent les calculs des sages. Car, si la maxime quere et invenies est d’une profonde vérité, elle ne signifie pourtant pas que l’on trouvera précisément ce que l’on cherche, mais seulement que l’habile investigateur sera récompensé par une découverte quelconque.

C’est ce qui arriva à Juan Ponce de Leon : depossédé [sic] du gouvernement de l’île de Boriquen ou San Juan Bautista de Puerto-Rico, « il arma deux caravelles en s’en fut à la recherche de l’île de Boyuca, où les Indiens plaçaient la fontaine qui transformait les vieillards en adolescents ; il erra pendant six mois égaré et affamé, à travers une foule d’îles, sans trouver trace d’une telle fontaine. II entra à Bimini et découvrit la Floride, en 1512, le jour de Pâques Fleuries, c’est pourquoi il la nomma ainsi32 . » Gonzalo Fernandez de Oviedo y Valdés, qui passa en Amérique deux ans après cette découverte, en 151433, est beaucoup plus explicite : « Johan Ponce, dit-il, instruit de sa destitution, se décida à armer deux caravelles, partit pour les parages septentrionaux et découvrit les îles de Bimini qui sont au nord de l’île Fernandine [Cuba] ; alors fut divulguée cette fable de la fontaine qui rajeunissait les vieillards. C’était en 1512. Elle était si bien répétée et certifiée par les Indiens de ces parages que le capitaine, son équipage et ses navires croisèrent dans cet archipel pendant plus de six mois, en se donnant beaucoup de peine pour chercher la fontaine. Le récit des Indiens était une grande mystification, mais plus grande était l’extravagance des chrétiens qui y croyaient et qui perdaient leur temps à de telles recherches. Pourtant, il entendit parler de la terre ferme, la vit et donna le nom de Floride à une contrée qui s’avance en mer, comme une manche, sur une étendue de cent lieues de longueur et près de cinquante de largeur34. » Le même historien revient à plusieurs reprises sur cette fable de vieillards changés en enfants ; métamorphose qu’il a vu produire, dit-il avec un souverain mépris, « non pas la vigueur et l’augmentation des forces, mais la perte de la virilité, le retour à l’enfance et à la puérilité. Ce fut le cas pour J. Ponce de Leon35. »

Aux témoignages des contemporains de ce navigateur, ajoutons celui d’un historien qui écrivait une ou deux générations plus tard, mais qui, pour être un narrateur de seconde main, et s’être notamment servi de la relation de Fontaneda, ne fournit pas moins quelques notions originales. « II est certain, dit Herrera, après avoir constaté que la découverte de nouvelles terres était le principal but de l’expédition de Ponce de Léon, il est certain qu’il allait en outre à la recherche de la fontaine de Bimini et d’une rivière de la Floride, se fiant à ce que les Indiens de Cuba et d’autres de la Española (Haïti) disaient du rajeunissement des vieillards qui se baignaient dans cette rivière ou cette fontaine. C’est la vérité que beaucoup d’Indiens de Cuba, peu d’années avant la découverte de leur île par les Espagnols, croyant à l’existence de cette rivière, passèrent en Floride pour la chercher ; ils s’y fixèrent et formèrent une colonie qui s’est perpétuée jusqu’à nos jours. A la nouvelle de la cause qui les avait attirés en Floride, tous les rois et caciques de ces contrées prirent à coeur de s’enquérir de cette rivière bienfaisante ; il n’y eut pas de rivière et de cours d’eau dans toute la Floride, ni même de lagune ni de marais, où ils ne se baignassent. Aujourd’hui encore (1599) quelques personnes s’opiniâtrent à la recherche de cette merveille, pensant follement que c’est le fleuve actuellement appelé Jourdain, à la Pointe de Sainte-Hélène, sans réfléchir que ce nom lui a été donné par les Espagnols en 152036, lors de la découverte de la terre de Chicora37. »

Cette dernière assertion de Herrera est des plus contestables ; le nom de Jourdain paraît avoir existé antérieurement à l’exploration de la Chicora par Ayllon, puisque Ponce de Leon alla reconnaître cette rivière dès 151238). En outre Oviedo, qui connaissait personnellement Ayllon et sa famille, qui avait reçu de lui, dès 1523, des confidences sur sa future entreprise (1525), et qui tenait des renseignements de son lieutenant Francisco Gomez, de son pilote major Pedro de Quexo et de beaucoup d’autres survivants de cette malheureuse expédition39, au lieu de parler d’un capitaine Jordan, avoue qu’il ignore l’origine du nom de Jourdain40, donné à une rivière située vers le 34° de lat. sept.41. II suppose qu’on a pu y baptiser des Indiens lors de la découverte42, et Herrera lui-même paraît rattacher cette rivière aux croyances chrétiennes, puisque ailleurs il la qualifie de Fontaine sainte43 (cfr. l’expression saints fonts).

Lucas Vasquez de Ayllon, qui se fiait aux récits exagérés de ses esclaves Francisco de Chicora44 et André le Barbu45, croyait, comme on la vu46, à l’existence d’une source rajeunissante située dans la Floride ; il la confondait sans doute avec le Jourdain de Chicora ; en tout cas, lors de l’exploration de ce pays en 1525, il alla tout droit débarquer dans le Jourdain, où il perdit sa capitane ; avec les navires qui lui restaient il alla s’établir près d’une grande rivière située à une quarantaine de lieues plus au Nord et il mourut en 152647. Cet insuccès d’un explorateur trop crédule n’était pas de nature à convertir les sceptiques ; mais il ne découragea pas non plus ceux qui croyaient encore à la Fontaine de Jouvence. Cette superstition, comme l’atteste Herrera48, se perpétua jusqu’à la fin du XVIe siècle ; seulement ses fidèles n’osaient plus l’avouer ; de peur de s’exposer aux railleries, ils dissimulaient cette chimère sous un autre nom. De même que Ponce de Leon, dans sa dernière expédition en Floride (1521), voulait se rendre compte de certains secrets49, ainsi Hernando de Soto parcourut cette contrée, depuis l’année 1539 jusqu’à, sa mort en 1543, sous prétexte de scruter de « grands secrets qu’il disait avoir appris de cette terre, selon les nombreux renseignements qu’il avait reçus50. » Nous ne savons pas au juste ce qu’il faut entendre par là, mais il est permis de supposer que l’un de ces desseins cachés était la découverte de la fabuleuse fontaine.

Quoi qu’il en soit, de Soto ne la trouva pas plus que ne l’avaient fait ceux qui l’avaient cherchée ostensiblement ; mais il fit certaines observations qui nous aident à découvrir l’origine de ce conte. On voit par les relations de ses voyages, que les Indiens adoptaient volontiers les croyances et les symboles du christianisme sans les comprendre et en les détournant de leur vrai sens. Un des caciques qu’il visita, Athahachi, chef de la tribu de Tascaluça, avait au milieu de son parasol la figure d’une croix de Malte, blanche sur fond noir51. — Ailleurs, Icasqui ou Casquin, le cacique d’une tribu qui habitait à l’ouest d’un fleuve plus large que le Danube (sans doute le Mississipi), lui fit des propositions de paix et accueillit fort bien les Espagnols parce qu’il les croyait d’origine céleste et invincibles. Sachant depuis longtemps que leur Dieu était supérieur au sien, il les pria de lui donner le signe qui assure la victoire52 et procure la pluie, la contrée étant alors désolée par la sécheresse. De Soto fit avec deux pins une grande croix que l’on alla processionnellement planter sur l’un des monticules artificiels (mounds) au sommet ou au pied desquels habitait la tribu. Pendant les prières que firent les Espagnols pour obtenir la pluie, les Indiens se tinrent dévotement à genoux comme leurs nouveaux alliés, et la pluie qui tomba la nuit suivante ne fit que les confirmer dans leur foi en la puissance surnaturelle des fils du ciel53. Les sujets du cacique Pacaha, ennemi d’Icasqui, se plaçaient des croix sur la tête54.

Ainsi, avant même d’avoir abandonné leurs propres superstitions et d’être en relations continuelles avec les Européens, les Floridiens avaient déjà adopté le culte de la croix, de même que les Totonacs de la Nouvelle-Espagne attendaient l’arrivée d’un messie. Le fils du grand Dieu, disaient ces derniers, devait descendre sur terre pour renouveler entièrement le monde. Mais ils n’attachaient à cette croyance spiritualiste qu’une signification terrestre et matérielle, pensant qu’après la venue du sauveur les aliments seraient plus sains et plus substantiels, les fruits plus savoureux et de meilleure qualité, la vie humaine plus longue et tout le resta amélioré en proportion55.

Conformément à cette grossière interprétation, les mêmes Indiens qui regardaient la croix comme un emblème magique et qui en faisaient une amulette procurant la victoire et la pluie, pouvaient bien prendre à la lettre les paroles qui avaient un sens figuré dans l’esprit des chrétiens. Ceux-ci qui n’étaient même pas toujours des missionnaires et qui n’auraient d’ailleurs pas trouvé de termes exacts dans les langues indigènes, (alors même qu’ils les auraient sues à fond, au lieu de transmettre leur pensée par l’intermédiaire de deux ou trois interprètes), étaient souvent réduits à employer des images par trop corporelles pour expliquer à des sauvages les doctrines spiritualistes de la religion chrétienne ; c’est ainsi, par exemple que H. de Soto disait à Icasqui que rien ne lui manquerait s’il mettait vraiment son espoir en la croix56. Le naïf cacique, n’ayant sans doute pas la moindre notion des biens spirituels, croyait bonnement qu’il s’agissait d’avantages temporels, surtout de la pluie qui est particulièrement bienfaisante dans les pays brûlés par le soleil, et cela d’autant plus naturellement que la croix était déjà l’emblème du dieu de l’eau chez les peuples voisins, dans la Nouvelle-Espagne. De même, lorsque les premiers évangélisateurs de la Floride et des Antilles traduisaient les saints fonts par fontaine ou rivière sacrée, et les maladies de l’âme ou les souillures du péché que guérissaient ou lavaient leurs eaux, par maladies du souffle ou du principe de la vie, et par laideur ou défaut, les simples enfants de la nature pouvaient bien entendre par là les infirmités du corps ou les rides de la vieillesse. En tous cas, s’ils avaient jamais compris la signification figurée de ces images par trop matérielles servant à exprimer des idées abstraites, ils finirent certainement par en oublier le sens primitif et ils firent du Jourdain mystique une Fontaine de Jouvence où ils conservèrent l’habitude de se plonger, de même que les Parisiens du XIXe siècle continuent à se diriger du côté de Longchamps, les trois derniers jours de la Semaine-Sainte, les uns sans se douter qu’ils font par routine ce que l’on faisait autrefois par piété ; d’autres qui sont mieux instruits de l’origine de cette coutume, la suivent sans se soucier de l’ancienne abbaye dont la promenade traditionnelle a conservé le nom. Jusque vers la fin du XVIe siècle, les Cubains, les Haïtiens et les Lucayens allaient en pèlerinage à la Floride, comme avaient fait leurs ancêtres, se rappelant vaguement qu’une rivière de ce pays avait été nommée Jourdain (antérieurement à l’arrivée de Ponce de Léon, le premier explorateur Espagnol) ; que c’était une source sacrée (Fuente Santa, dit Herrera) ; que l’immersion dans ses eaux était une cérémonie prescrite par la religion (Devociones de los Indios… por cumplir su ley. — Fontaneda) ; et qu’elle avait une efficacité régénératrice, bien différente d’ailleurs de celle qu’ils lui attribuèrent en dernier lieu. C’était, à eu [sic] juger par les allusions trop vagues de divers auteurs, une sorte de baptême.

Oviedo, comme on l’a vu, suppose en effet que le Jourdain Floridien a bien pu être nommé d’après le fleuve Galiléen, en réminiscence du baptême administré à des indigènes sur ses rives ou dans ses eaux, et que cet évènement aurait eu lieu au temps de la découverte du pays par les chrétiens57. Bien qu’il ne désigne pas nominativement ces derniers, il est évident que dans sa pensée c’étaient des Espagnols. Mais on peut objecter que la tradition de la Fontaine de Jouvence était répandue dans les Antilles dès les temps précolombiens, et que le premier explorateur espagnol de la Floride, Jean Ponce de Leon, allait précisément à la découverte d’une rivière de ce pays déjà nommée Jourdain. Tous nos documents sont d’accord sur le premier point58 et, quant au second, le texte de Fontaneda est formel59. Mais alors comment expliquer l’existence précolombienne de cette fable et de ce nom ? Rien de plus facile quand on sait que la Floride, pour les Espagnols du XVIe siècle, comprenait toute la côte orientale de l’Amérique du Nord, ainsi que les rives septentrionales du golfe du Mexique60 ; or il n’est pas prouvé que le Jourdain cherché par Ponce de Léon et Ayllon ait été situé plutôt dans la Floride propre ou dans la Chicora que dans une contrée plus septentrionale ; les insulaires des Antilles et des Lucayes savaient seulement qu’il était au nord de leurs îles61 : mais ce n’était pas dans le sud des Etats-Unis actuels, puisque les habitants de cette contrée ne le connaissaient que par les dires des pèlerins62 ; ce devait être plus loin. Si l’on remonte vers le Nord, on trouve d’abord, sur le littoral du Massachusetts, l’ancien Vinland que les Scandinaves du Grœnlaad tentèrent de coloniser au XIe siècle et où fut baptisé, vers l’an 1008, le fils de Thorfinn Karlsefni, le premier chrétien que l’on sache être né sur le continent américain63 ; ensuite, dans la Nouvelle-Ecosse, l’ancien Markland avec lequel ils avaient des relations commerciales au XIVe siècle64 ; puis, la plus grande île de ces parages, Terre-Neuve que les Islandais explorèrent de nouveau à la fin du XIIIe siècle65 ; enfin, dans le nouveau Brunswick et la Gaspésie, la Grande-Irlande ou Hvitramannaland (Pays des hommes blancs), occupée par une colonie gaélique avant l’an 1000 et au moins jusqu’à la fin du XIVe siècle, et où fut baptisté vers l’an 1000, par les Papas, moines columbites, évangélisateurs de cette contrée, l’islandais Aré Mârsson, qui avait quitté son île natale avant sa conversion au christianisme66.

Ces Gaëls, sous la conduite d’un pêcheur Frislandais, c’est-à-dire originaire des iles Færeys, ayant établi des relations suivies entre le golfe du Saint-Laurent et la zône tropicale de l’Amérique du Nord vers 138067, il est fort probable que des missionnaires accompagnèrent les marchands dans leurs voyages aux Antilles ou dans la Floride propre, comme on sait qu’ils le firent au Mexique68. Que ces missionnaires aient baptisé des indigènes dans quelque rivières des Etats-Unis et l’aient pour cette raison appelée Jourdain, ou bien qu’ils leur aient parlé d’une rivière de leur pays sur laquelle aurait été établie une mission chrétienne, le fait ou le récit a eu, quel qu’il soit, la même influence sur la formation de la légende et sur la tradition d’un Jourdain situé quelque part au nord des Antilles. II reste à montrer comment celle-ci est venue à se confondre avec le conte sur la Fontaine de Jouvence. Cette confusion était d’autant plus naturelle que la même idée fait le fond des deux traditions parallèles69 ; l’une a trait à la régénération de l’âme, l’autre au rajeunissement du corps, le tout au moyen d’une eau vivifiante. A l’origine, on n’a connu qu’une seule eau qui sauvât par sa propre vertu, l’eau du baptême dont l’efficacité est exclusivement spirituelle. Mais, dans la contre-façon qu’on en fit, on lui supposa des propriétés qui semblaient préférables aux superstitieux, notamment celle de guérir les maladies du corps, de rendre la jeunesse aux personnes décrépites, et même de prolonger indéfinément [sic] leur vie. Dès lors la Fontaine de Jouvence eut une existence propre et commença à jouer un grand rôle dans les traditions populaires70. Sous l’influence des idées chrétiennes, la fable de la rénovation matérielle qui était connue de l’antiquité classique, prit une autre forme par la substitution de l’eau pure aux fruits de l’arbre de vie71, à ceux des platanes du Léthé72, et aux pommes du Jardin des Hespérides chez les Grecs, ou du Mag Mell (Plaine des délices) chez les Gaëls payens73. II ne fallait rien moins que la profonde croyance en la régénération spirituelle opérée par les Saints-Fonts, pour que la tradition populaire attribuât à un liquide sans odeur ni saveur, les mêmes vertus qu’aux fruits merveilleux des divers paradis terrestres.

La Fontaine de Jouvence, toute fabuleuse qu’elle soit, est donc la forme prise par l’antique légende sous la Loi de l’Evangile ; elle n’a pu être propagée dans le Nouveau-Monde que par des chrétiens et, comme elle l’était déjà avant l’arrivée des Espagnols, il faut en attribuer la propagation à d’autres Européens, à ceux par exemple de qui les indigènes du Tenessee et de la Georgie tenaient les croix exhumées de leurs anciennes sépultures74, ou à ceux que les insulaires de Haïti connaissaient certainement de visu ou par oui-dire. Le cacique Guarionex conta en effet, a Christophe Colomb que son père, désireux de connaître l’avenir, alla consulter son Zemi ou Dieu suprême, après s’être soumis à un jeune rigoureux. Les interprêtes [sic] de l’oracle lui répondirent que, dans peu d’années viendraient des hommes à longues barbes, entièrement couverts de vêtements et armés d’épées brillantes avec lesquelles ils pourfendraient un homme d’un seul coup ; qu’ils proscriraient la religion des indigènes, répandraient le sang de leurs fils et les réduiraient en esclavage. Cette effrayante prédiction fut consignée dans un areito ou ballade historique que les Haïtiens chantaient dans leurs fêtes75.

Pour décrire avec tant de précision les guerriers européens, il fallait que les prêtres de Zemi en eussent vu ou eussent au moins entendu parler d’eux ; comme ils vivaient deux ou trois générations avant les voyages de Colomb, ils étaient contemporains du pêcheur Frislandais et de ses compagnons les Gaëls de l’Escotiland ou Ecosse transatlantique (ou en d’autre [sic] termes la grande Irlande) ; rien n’empêche de croire que, s’ils n’avaient pas été en relations directes avec ces voyageurs, ils les connaissaient par l’intermédiaire d’autres Américains visités par eux.

Ainsi la tradition d’un Jourdain transatlantique était à coup sûr d’origine chrétienne, comme la fable connexe sur la Fontaine de Jouvence ; mais si les Indiens ne les avaient pas inventées, ils ne les expliquaient pas moins à leur façon, les uns en exagérant les vertus thérapeutiques de certaines eaux minérales de la Floride, les autres en adoptant une légende gaélique, qui localisait dans leur hémisphère le Mag Mell (Plaine des délices) avec ses nymphes toujours jeunes et belles. II est en effet surprenant, mais indéniable, que plusieurs notions ou croyances celtiques ont eu leur écho dans les traditions américaines. Les Gaëls affirmaient que le Paradis terrestre était dans le Nouveau-Monde, les Mexicains répliquaient : il est en effet chez nous ou plutôt dans la contrée septentrionale qui a été le berceau de notre race. D’après les légendes gaëliques, il y avait au-delà de la grande mer un immense continent caractérisé par de grands tertres et peuplé de nymphes gouvernées par une autre Calypso. Les Américains pouvaient répondre que c’était vrai : leur pays étant un autre monde, avec de tertres incomparablement plus gigantesques que ceux de l’ancien, et avec de nombreuses tribus gouvernées par des femmes aussi bien dans le Nouveau Mexique que dans la Floride ; il n’est au contraire pas prouvé qu’il y eût chez eux de sociétés d’amazones ; ils ne laissaient pourtant pas que de le répéter, en se faisant sans doute l’écho des Irlandais, comme pour le Jourdain, la Fontaine de Jouvence et l’Elysée occidental. Les Gaëls enfin cherchaient la Fontaine de Jouvence fort loin à l’ouest de l’Europe ; or les Lucayens et les Floridiens, dont les îles et le pays répondaient quelque peu à cette donnée, y signalaient une source et une rivière dont les eaux avaient de merveilleuses vertus régénératrices. Pour que les croyances des premiers eussent ainsi leur contre-partie dans les circonstances locales ou les traditions des autres, il fallait que les Celtes précolombiens eussent réellement visité le Nouveau-Monde et que des navigateurs de leur race eussent imposé leur manière de voir aux indigènes par un contact prolongé. La présente étude corrobore par de nouvelles preuves celles que contenait déjà la mémoire sur l’Elyséee transatlantique et l’Eden occidental ; de nouveaux arguments en faveur de cette thèse seront développé [sic] dans d’autres essais sur l’Elysée des Mexicains comparé à celui des Celtes et sur la Fable des Amazones dans l’Amérique du Nord.

Eug. Beauvois.

  1. Voir le site de la revue, url : <https://poj.peeters-leuven.be/content.php?url=journal&journal_code=MUS>. []
  2. Beauvois, Eugène, « La Fontaine de Jouvence et le Jourdain dans les traditions des Antilles et de la Floride », Le Muséon, 1884, juillet, t. III, nº 3, p. p. 404-429. Disponible en ligne, url : <https://archive.org/details/in.ernet.dli.2015.56343/page/n407/mode/2up>. []
  3. Hernando d’Escalanto Fontaneda, Memoria de las cosas y costa y Indios de la Florida, que ninguno de cuantos le han costeado, no lo han sabido declarar, conservé dans le recueil de Muñoz et publié dans la Colleccion de documentos ineditos relativos al descubrimiento, conquista y organizacion de las antiguas posesiones españolas en America y Oceania, sacados en su mayor parte del real archivo de Indias, t. V, in-3°, Madrid, 1866, p. 532-548, voy. p. 536-537. — Herrera, Historia general de los Hechos de los Castellanos en las islas y tierra firme del mar Oceano, 2e édit. Madrid 1730, 8 part, in-fol. Voy. déc. I, 1, 9, ch. 12, p. 249-250. []
  4. Francisco Lopez de Gomara, Primera parta [sic] de la Historia general de las Indias, dans Biblioteca de autores Españoles publiée par Rivadeneyra t. XXII, comprenant le t. 1 de Historiadores primitivos de Indias coleccion dirigida por don Enrique de Vedia, T. I, Madrid, 1877, in-8°, p. 150-151. []
  5. De orbe novo Petri martyris ab Angleria mediolanensis, Alcala de Henares, 1530, in-4° déc. 11, 1, 9, f° 35 v. []
  6. Juan de Castellanos, Elegias de varones ilustres de Indias 1e part. élég. VI, ch. 7, dans Biblioteca de autores españoles, publiée par Rivadeneyra, T. IV, Madrid, 1847, in-8°, p. 60 ; — Historia general y natural de las Indias, Islas y Tierra firme del mar Oceano por el capitan Gonzalo Fernandez de Oviedo y Valdés, publicala la real Academia de la Historia…. illustrada por D. José Amador do los Rios. Madrid, 1851-1835. 4 vol. pet. in-fol., 1e partie, 1. XVI, ch. 11, t. 1, p. 482 ; — Herrera, déc. 1, 1. 9, ch. 12, p. 249. []
  7. [Juan Ponce de Leon] tornó de Castilla muy favorecido con titulo de Adelantado y gobernador de Bimine, que él llamó por otro nombre la Florida, y que agora llamamos tambien Florida, aunque deste nombre decimos toda la tierra y costa de la tierra y costa de la mar que comienza desde aquel cabo grande que él descubrió haste la tierra de los Bacallaos, y por otro nombre la tierra del Labrador, que no está muy léjos de la isla de Inglaterra. (Historia de las Indias escrita por fray Bartolomé de las Casas, ahora por primera vez dada á luz por el marques de la Fuensanta del Valle, l. III, ch. 20 ; t. III, p. 401, Madrid, 1875, in-8°.) — Herrera comprend sous le nom de Floride non seulement la côte qui s’étend depuis la Floride actuelle jusqu’au Mexique à l’est, et jusqu’au 73° de lat. Sept., mais encore tout l’intérieur découvert ou à découvrir, en d’autres termes toute l’Amérique du nord sauf le Mexique (Description de las Islas y Tierra-Firme de el mar Occeano [sic] que llaman Indias occidentales, Madrid 1730, in-fol., p. 14-15 []
  8. Voy. l’Elysée transatlantique et l’Eden occidental par E. Beauvois, dans la Revue de l’histoire des religions publiée sous la direction de M. Maurice Vernes, 4° année, t. VII, n° 3, mai-juin 1883, p. 310 ; t. VIII, n° 6, novembre-décembre 1883, p. 362. []
  9. Voy. H. Ternaux, Bibliothèque américaine ou catalogue des ouvrages relatifs à l’Amérique qui ont paru depuis sa découverte jusqu’à l’an 1700. Paris, 1837, in-8°. — Henri Harrisse, Bibliotheca americana vetustissima. A Description of works relating to America published between the years 1492 and 1551. New- York 1860 gr. in-8°, avec Additions. Paris 1872, in-8°. []
  10. Pedro Mártir de Anglería, milanés, el cual escribió muchas cocas de Indias en latin, como era cronista de los Reyes Católicos : algunos quisieran mas que las escribiera en romance, ó mejor y mas claro. Todavía le debemos y loamos mucho, que fué primero en las poner en estilo (Gomara, Historia de las Indias, T. XXII de la coll. Rivadeneyra, p. 183). []
  11. Inter quas [terras] ad leucas ab Hisponiola quinque ac viginti supra tercentum unam esse insulam fabulantur, qui eam explorarunt ad intima, nomine Boiúca, alias Agnanéo, fonte perenni adeo nobilem, ut ejus fontis aquà epotâ senes rejuvenoscant. Nec arbitretur Beatitudo tua hoc dictum jocosè aut leviter, ita seriò rem hanc per curiam universam ausi sunt spargere ; ut populus omnis et ex iis quos virtus aut fortuna secernit a populo, non pauci rem esse veram arbitrentur. Ego vero si quid sentiam interrogaveris : natura rerum genitrici non me tantum tribuere respondebo, sibique servasse Deum hanc praerogativam pro non minus propria quam scrutari corda hominum aut privationi dare accessum ad habitum, existimo, nisi Colchiam forte fabulam de renovato AEsone, Erythreae Sibyllae fuisse folia crediderimus (De orbe novo Petri Martyris ab Angleria, Déc. II, 1. X, f° 35 v. de l’édit. de 1530 ; p. 175 de l’éd, Hakluyt). []
  12. In primis decadibus meis, quae per orbem typis impressorum creditae vagantur, de fama unius fontis mentio facta est, et hujus latentem tantam esse vim aiunt, ut per potum et balnea revirescere senescentes ejus aquae usus faciat, innixus ego Aristotelis Pliniique nostri exemplis, ausim ea recensere ac litteris mandare quae viri auctoritate summa pollentes, audent emittere ab ore… Sunt autem quos ego in meis cito, propter absentium litteras et vivas eorum voces, qui eunt redeuntque frequenter, decanus ille Aiglionus, senator jureconsultus, memorati, et una tertius licentiatus Figueroa missus ad Hispaniolam, ut senatui praeesset… (De orbe novo Petri Martyris, déc, VII, 1. VII, f° 97 v. de l’édit. de 1530 ; p. 499 de l’édit. Hakluyt). []
  13. Tres hi conveniunt de fonte restaurante virtutem audivisse, et referentibus partim credidisse. Vidisse autem vel experimento probasse minime. (P. Martyr. Ibid.). []
  14. Le texte porte Iucaius et Iucaia, corrompu en Sucaius dans l’édit. de 1530, mais on sait que le nom de Lucayes s’écrivait en espagnol tantôt Yucayos, tantôt Lucayos (voy. Fontaneda, p. 37 de la trad. Ternaux-Compans, et Gomara, p. 178 de l’édit. citée). []
  15. De re hac unum dedit exemplum decanus, lucaium habet familiarem. Andream cognomine barbatum, quod barbatus ipse inter suos imberbes evaserit. Patrem hic habuisse dicitur senecta gravi jam pressum. Ex propinquá Floridae regioni sibi natali insulâ, fontis ejus famâ impulsus et longioris vitae captus amore, praeparatis viatico necessariis, uti ad Puteolana balnea ex Urbe vel Neapoli solent nostri valetudinis recuperandae gratiâ, profectus est ad ejus fontis optatos haustus. Ivit, moratus est, lotus et epotus per plures dies, cum statutis per balnearios remediis, viriles tulisse domum vires et virilia quaequo exercuisse fertur. Nupsisseque iterum et filios genuisse, hujus rei testes praestat filius e transvectis ab ejus patria Iucaia, plures qui virum decrepitâ fere aetate gravatum, dein florentem et viribus ae robore corporis pollentem se vidisse asserunt. (P. Martyr, Ibid.). []
  16. C’est-à-dire évidemment dans la péninsule Floridienne, autrement l’épithète serait fort impropre si elle s’appliquait au petit ilot [sic] de Bimini. []
  17. Entre los mas antiguos desta gente
    Habia muchos Indios que decian
    De la Bimini, isla prepotente,
    Donde varias naciones acudian,
    Por las virtudes grandes de su fuente,
    Do viejos en mancebos se volvian,
    Y donde las mujeres mas ancianas
    Deshacian las rugas y las canas,

    Bebiendo de sus aguas pocas veces.
    Lavando las cansadas proporciones,
    Perdian fealdados de vejeces,
    Sanaban las enfermas complexiones,
    Los rostros adobaban y las teces,
    Puesto que no mudaban las faicionos ;
    Y por no desear de ser doncellas
    Del agua lo salian todas ellas.

    Decian admirabils influencias
    De sus floridos campos y florestas ;
    No se vian aun las apariencias
    De las cosas que suelen ser molestas,
    Ni sabian que son litispendencias,
    Sino gozos, placeres, grandes fiestas :
    Al fin nos la pintaban de manera
    Que cobraban alii la edad primera.

    Estoy agora yo considerando
    Segun la vanidad de nuestros dias
    ¡ Que de viejas vinieran arrastrando
    Por cobrar sus antiguas gallardias,
    Si fuera cierta como voy contando
    La fama de tan grandes niñerias !
    ¡ Cuán rico, cuán pujante, cuán potente
    Pudiera ser el rey de la tal fuente !

    ¡ Qué de haciendas, joyas y preseas
    Por remozar vendieran los varones !
    ¡ Qué grita de hermosas y de feas
    Anduvieran aquestas estaciones !
    ¡ Cuán diferentes trajes y libreas
    Vinieran á ganar estos perdones !
    Cierto no se tomara pena tanta
    Por ir á visitar la tierra santa.

    La fama pues del agua se vertia
    Por los destos cabildos y concejos,
    Y con imaginar quo ya se via
    En mozos so tornaron muchos viejos :
    Prosiguiendo tan loca fantasia
    Sin querer ser capaces de consejos :
    Y ansi tomaron muchos el camino
    De tan desatinado desatino.

    (Juan de Castellanos, Elegias de varones ilustres de Indias, lre partie, élég, VI, chant 6, dans Biblioteca de autores Españoles, collect. Rivadeneyra, T. IV. Madrid 1847, in-8°, p. 69. — Ces vers, qui ne se distinguent pas par la précision du style, ont du moins une certaine allure poétique et valent bien les suivants qui ont été composés en français sur la fontaine de Jouvence :

    Grand dommage est que ceci soit sornettes :
    Filles connais qui ne sont plus jeunettes
    A qui cette eau de Jouvence viendroit
    Bien â propos.

    (Ancien rondeau cité par La Bruyère (Les caractères, XIV). Voy. Littré, Dict. de la langue franç. (aux mots jeunette et sornettes), et le Grand Dictionnaire géographique, histor. et critique par M. Bruzen de la Martinière. Nouv. édit. T. I. Paris 1768, in-f° art. Bimini). []
  18. Herrera, Hist. gen. déc. VI, 1. 3, ch. 19, p. 81. Cfr. Déc. V, 1. 2. ch. 4, p. 32. []
  19. Herrera, Hist. gen. déc. I, 1. 9, ch. 12, p. 249, Voy. le texte plus plus loin, p. 418, n° 2. []
  20. Aucun autre écrivain, que l’on sache, ne place les Amazones dans les Lucayes, mais cette fable a été localisée dans une île du groupe méridional des Antilles, c’est-à-dire dans l’archipel de Barlovento ou petites Antilles, à Matinino, aussi appelée Matalino (Gregorio Garcia, Origen de lss Indios del Nuevo Mundo, 2e édition. Madrid, 1729, petit in-f° p. 193, 319) et Mataliron (Antonio de Alcedo, Diccionario geografico-historico de las Indias occidentales ò America. Madrid, in-8°, t. II, p. 116), qui, d’après les données de Herrera (Descripcion de las islas y tierra firme del mar Occeano, p. 11, cfr. la 3e carte), doit être la Martinique. Christophe Colomb entendit parler de cette île de Matinino où il y avait beaucoup d’or et seulement des femmes. Celles-ci ne recevaient les hommes d’une île voisine qu’à certaines époques de l’année ; s’il leur naissait des filles, elles les gardaient avec elles ; si c’étaient des garçons, elles les envoyaient à l’île des hommes. Mais il faut savoir, ajoute Bartolomé de las Casas qui nous a transmis cette tradition, que l’on n’a trouvé de femmes isolées dans aucune partie des Indes occidentales, et il en conclut que l’amiral ne comprit pas bien le récit des indigènes, ou que c’était une pure fable (Historia de las Indias, éditée par le marquis de la Fuensanta del Valle,, 1. I, ch. 67. Madrid, in-8°, t. I, 1875, p. 434. []
  21. La gente destas islas es mas blanca y dispuesta que la de Cuba ni Haiti, especial las mujeres, por cuya hermosura muchos hombres de Tierra-Firrne, como es la Florida. Chicora y Yucatan, se iban á vivir á ellas ; y asi, habia mas policía entre ellos que no en otras islas, y mucha diversidad de lenguas. Y de allí creo que manó el decir como por aquella parte habia Amazonas y una fuente que remozaba los viejos (Gomara, Hist, de las Indias, p. 178). []
  22. Voy. p. 541 de son Memoria dans la Colleccion de documentos ineditos del archivo de Indias, t. V, in-8°. Madrid 1866, p. 532-548. Cfr. p. 518, note 2, l’appréciation de cet ouvrage par Muñoz. II a été traduit en français, sur une copie manuscrite, dans le Recueil de pièces sur la Floride (p. 9-42. Paris 1841, in-8°) faisant partie des Voyages, relations et mémoires originaux pour servir à l’histoire de la découverte de l’Amérique, publié pour la première fois en français par Ternaux-Compans. Cette traduction s’écarte souvent du texte, qui est d’ailleurs fort obscur par suite de l’incorrection du style. []
  23. Ternaux-Compane, recueil cité, p. 23, 27, 42. []
  24. II y en avait aussi du Honduras (p. 544 du Memoria de Fontaneda) qui étaient allés en Floride avec leurs richesses et s’y étaient égarés à la recherche du Jourdain, comme les Yucatecs dont parle Gomara (p. 178 ; voy. plus haut, p. 412, note 2). []
  25. II y en avait aussi du Honduras (p. 544 du Memoria de Fontaneda) qui étaient allés en Floride avec leurs richesses et s’y étaient égarés à la recherche du Jourdain, comme les Yucatecs dont parle Gomara (p. 178 ; voy. plus haut, p. 412, note 2). []
  26. Juan Ponce de Leon fué a buscar el rio Jordan à la Florida, creyendo à los Indios de Cuba y à otros de Santo Domingo, ò por tener que entender, ò por valer más y acabar de morir, ques lo más cierto, ó sino para tornarse mozo, lavandose en tal rio, que es lo que hace al caso, que todo eso eran devociones de los Indios de Cuba, y de toda aquella comarca, que por cumplir su ley decian que el rio Jordan estaba en la Florida. A lo menos, estando yo captivo, en muchos rios mo bañé, pero, por mi desgracia, nunca acerté con él. En la provincia de Cárlos, antiguamente, aportaron muchos Indios de Cuba, en busca deste rio : y el padre del rey Cárlos, que se llamaba Senquene, los tomó y hizo un pueblo de ellos, que hasta hoy dia está la generacion : y por las mismas causas que ellos, partieron otros de sus tierras, que venian á buscar el rio Jordan. Tomaron lengua todos los reyes y caciques de la Florida, como personas, aunque salvajes, á ver qué rio podia ser aquel, que tan buena obra hacia de tornar los viejos y viejas mozos, y tan de pechos lo tomaron, que ni quedò arroyo ni rio en toda la Florida, hasta las lagunas y pantanos, que no se bañaron, que hasta hoy dia porfian de hallalle y nunca acaban, y los do Cuba votaban á morir por esa mar á cumplir su ley, que así debió de ser, que de los mismos que pasaron á Cárlos, se hizo un pueblo, porque fueron tantos, que hoy dia se hallan los hijos y viejos engañados y hánse muorto muchos : y es cosa de risa lo que Juan Ponce de Leon fué à buscar al rio Jordan, en la Florida (Fontaneda, dans Col. de doc. ined. del archivo de Indias. T. V, p. 536-537). []
  27. Coleccion de documentos ineditos del archivo de Indias. T. XXII. 1874, p. 26-32. []
  28. Ibid. p. 33-37. []
  29. Pierre Martyr, déc. VII, 1. 7 ; voy. plus haut, p. 408, note 3. []
  30. Fontaneda, dans Col. de doc. ined. del arch, de lndias, t. V, p. 537. []
  31. Herrera, Hist, gen., déc. I, 1. IX, ch. 12, p. 249. Voyez plus loin p. 418, note 2. []
  32. Quitó el Almirante del gobierno del Boriquen a Juan Ponce de Leon, y viendose sin cargo y rico, armó dos carabelas y fué à buscar la isla Boyuca, donde decian los Indios estar la fuente que tornaba mozos à los viejos. Anduvo perdido y hambriento seis meses por entre mucbas islas sin hallar rastro de tal fuente. Entró en Bimini y descubrió la Florida en Pascua Florida del año de 12, y por eso le puso aquel nombre (Fr. Lopez de Gomara, Hist. de las Indias, p. 181). — A la suite des vers cités précédemment, Juan de Castellanos dit non moins brièvement à propos du même voyage :
    Al norte pues guiaron su corrida,
    No sin fortunosísimos rigores,
    Bien lejos de la fuente referida
    Y de sus prosperados moradores ;
    Mas descubrió la punta que Florida
    Llamó, porque la vió Pascua de flores ;
    Volvióse hecho tal descubrimiento,
    Y pidiólo por adelantamiento
    (Elegias de varones ilustres de Indias. Elég. VI, chant 7, p. 69). []
  33. Voy. Vie et écrits de cet historien par D. Jose Amador de los Rios, et tête de l’Hist. gen., t. I, p. XXII). []
  34. E sabido esto por Johan Ponce, acordó de armar é fue con dos caravelas por la vanda del Norte, é descubrió las islas de Bimini, que están de la parte septentrional de la isla Fernandina ; y estonces se divulgó aquella fábula de la fuente que hacia rejovenesçer ó tornar mançebos los hombres viejos : esto fue el año de mill é quinientos y doçe. E fue esto tan divulgado é certificado por Indios de aquellas partes, que anduvieron el capitan Johan Ponçe y su gente y caravelas perdidos y con mucho trabajo mas de seys meses, por entre aquellas islas, à buscar esta fuente : lo qual fue muy gran burla deçirlo los Indios, y mayor desvario creerlo los Chripstianos é gastar tiempo en buscar tal fuente. Pero tuvo noticia de la Tierra-Firme é vidola é puso nombre à una parte della que entra en la mar, como una manga, por espaçio de çient leguas de longitud, é bien çinqüenta de latitud, y llamóla la Florida. (Oviedo, Hist. gen. 1. XVI, ch. XI. T. I, p. 482). []
  35. Dicho se há cómo Johan Ponco de Leon fué removido del cargo é gobernacion de la isla de Sanct Johan, y de cómo fue a descubrir à la vanda del Norte, é cómo anduvo en busca de aquella fabulosa fuente de Bimini, que publicaron los Indios que tornaba á los viejos mocos. Y esto yo lo he visto (sin la fuente), no en el subgeto é mejoramiento de las fuerças ; pero en el enflaqueçimiento del sexo, e tornarse en sus hechos moços y de poco entender ; y destos fué el uno el mismo Johan Ponçe. (Oviedo, Hist, gen., 1. XVI, ch. 13 ; T. I, p. 486 ; — cfr. 1. XXXVI, ch. I ; t. III, p. 621). []
  36. II s’agit évidemment ici de la seconde expéedition de Ponce de Leon, quoique le même historien, la contant ailleurs (Hist. gén. déc. III, l. 1, ch. 14, p. 24), la place en 1521 et parle de la Florida en général, sans désigner spécialement la terre de Chicora. Oviedo assigne à cette même exploration la date de 1520 (Hist, gén. part. III, l. XXXVI, ch. 1, t. III. p.622). C’est que, selon l’ancien style, l’année commençait à Pâques : or cette fête tombait le 31 mars en 1521 ; les trois premiers mois de cette année appartenaient donc encore à la précédente : il suffisait que Ponce de Leon fût parti avant pâques et fut mort après, pour que sa dernière expédition pût être placée sans erreur en 1520 et en 1521. []
  37. Es cosa cierta, que demás del principal proposito de Juan Ponce de Leon, para la navegacion que hiço (que se ha referido en el capitulo precedente, que fue descubrir nuevas tierras, que era en lo que mas entendian los Castellanos,en aquellos primeros tiempos), fue á buscar la Fuente de Bimini i en la Florida un rio, dando en esto credito á los Indios de Cuba, i á otros de la Española, que decian, (que bañandose en él, ó en la Fuente, los hombres viejos se bolvian moços : i fue verdad, que muchos Indios de Cuba, teniendo por cierto, que havia este rio, pasaron, no mucbos años antes que los Castellanos descubriesen aquella isla, à las tierras dela Florida, en busca de él, i alli se quedaron, i poblaron un pueblo, i hasta oi dura aquella generacion de los de Cuba. Esta fama de la causa quo movió à estos para entrar en la Florida, movió tambien à todos los reies, i caciques de aquellas comarcas, para tomar mui á pechos, el saber qué rio podria ser aquel, que tan buena obra hacia, de tornar los viejos en moços ; i no quedó rio, ni arroio en toda la Florida hasta las lagunas i pantanos, adonde no se bañasen ; i hasta oi porfian algunos en buscar este misterio ; el qual, vanamente algunos piensan, que es el rio que aora llaman Jordan, en la Punta de Santa Elena, sin considerar que fueron Castellanos los que le dieron el nombre el año de veinte, quando se descubrió la Tierra de Chicora. (Herrera, Hist. gen. déc. I, 1. 9, ch. 12, p. 249-250). []
  38. Fontaneda le dit en propres termes : « J. Ponce de Leon fué á buscar el rio Jordan à la Florida. » (p. 536 du t. V de Docum. ined. del Archivo de Indias. []
  39. Oviedo, Hist. gen. 3e part. l. XXXVII, prohemio ; t. III, p. 624-627 ; cfr. 1re part. l. XVII, ch. 25 ; t. I, p. 558. []
  40. Oviedo, Hist. gen. 2e part. l. XXI, ch. 8 ; t. II, p. 143. []
  41. Ailleurs, il en place l’embouchure, avec plus de précision, par 33°40′ de lat. sept. (Oviedo, Hist. gen. 3e part. l. XXXVII, ch. 1, t. III, p. 628.) II n’y a pas de rivière un peu importante qui se jette en mer à cette latitude ; celles qui se rapprochent le plus de ces données sont la Great Peedee River, dans la Caroline du sud, ou la rivière du cap Fear dans la Caroline du nord. []
  42. Es la verdad yo no sé que les movió a los que tal nombre dieron á estos rios… Ya podria ser quo al tiempo que los Chripstianos descubrieron estos rios, baptiçasen algunos Indios en ellos, y por memoria del baptismo, los llamasen Jordanes, ó por otra cosa que yo no sé. (Oviedo, Hist. gen. 2e part. l. XXI, ch. 8 ; t. II, p. 145). []
  43. El adelantado Juan Ponce de Leon, que desde el año de doce, que descubrió la Florida, i anduvo buscando aquella Fuente Santa, tan nombrada entre los Indios, i el rio cuias aguas remoçaban los viejos. (Herrera, déc. III, l. I, ch. 14, p. 24). []
  44. Oviedo, Hist. gen. part. III, l. XXXVII, proh. et ch. 1, t. III, p. 626- 628. — Herrera, Hist. gen. déc. II, l. 6, p. 260. []
  45. Pierre Martyr, déc. VII, l. 7, f° 97, voy. le passage cité plus haut, p. 408, note 3. []
  46. Id. ibid. « Tres hi conveniunt de fonte restaurante virtutem audivisse et referentibus partim credidisse. » []
  47. De la manera ques dicho fué su viage derecho á se desembarcar en un rio que le llaman rio Jordan. (Oviedo, Hist. gen. part, III, l. XXXVII, ch. 1, t. III, p. 627-8). []
  48. I hasta oi porfian algunos en buscar este misterio (Herrera, Hist. gen. déc. I, l. IX, ch. 12, p. 250). []
  49. E’ paresçióle que demás de lo que se podia alcançar é saber de las islas que por allí hay, quo tambien en la Tierra-Firme se podrian saber otros secretos é cosas importantes. (Oviedo, part. III, l. XXXVI, ch. I, t, III, p. 622). — Herrera emploie l’expression misterio à propos de la même exploration (voy. la note précédente). []
  50. Y que á dónde yban ni el gobernador ni ellos lo sabian, sino que su intento era de hallar alguna tierra tan rica que hartasse sus codibçias, y saber los secretos grandes quel gobernador deçia que sabia de aquellas partes, segund muchas informaçiones que se le avian dado. (Oviedo, Hist. gen. part. I, l. XVII, ch. 20, t. I, p. 566 ; cfr. ch. 23, p. 548). []
  51. Un quitasol… con una cruz (semejante á la que traen los caballeros de la Orden de Sanct Johan de Rodas) en medio en campo negro, y la cruz blanca. (Id. Ibid., ch. 27, p. 567). []
  52. La croix qui servait d’emblème à Cortés et qui portait pour devise l’inscription du labarum : in hoc signo vinces. []
  53. Saliónos este cacique [Icasqui] de paz, diciéndonos que hacia mucho tiempo que tenia noticia de nosotros, é que sabia que éramos hombres del cielo y que no nos podían hacer mal sus flechas… Este dia que llegamos, el cacique pidió al Gobernador diciéndole que sabia que era hombre del cielo, é pues se habia de ir adelante, que le dexase una señal á quien él pudiese pedir ayuda para sus guerras, y á quien su gente pudiese pedir agua para sus sembrados, que tenian mucha necesidad della, que se murian sus hijos de hambre. El Gobernador mandó que hiciesen una cruz de dos pinos, muy alta, y le dijo que otro dia volviese, que él le daria la señal del cielo que le pedia, y que creyese que ninguna cosa le faltaria, si tenia en ella esperanza verdadera… El vino á la tarde con toda su gente, nosotros fuimos en procesion fasta [sic] el pueblo y ellos tras nosotros ; allegados á el pueblo, acostumbran los caciques alli tener junto á las casas donde viven unos cerros muy altos, hechos à mano, y otros tienen las casas sobre los mismos cerros ; en aquel alto de aquel cerro fincamos aquella cruz, y fumos todos con mucha devocion, hincados de rodillas, á besar en el pié de la cruz. Los Indios hicieron como nos vieron hacer á nosotros. (Luis Hernandez de Biedma, Relacion del suceso de la jornada que hizo Hernando de Soto y de la calidad de la tierra por donde anduvo, présentée au conseil des Indes en 1544, dans Coleccion de varios documentos para la historia de la Florida y tierras adyacentes, éditée par Buckingham Smith. Madrid, 1857 ; in-4°, p. 57-58 ; et dans Documentos ineditos del archivo de Indias, t. III, 1865, p. 431-2. — Cfr. Oviedo, Hist. gen. part. I, l. XVII, ch. 28, t. I, p. 573-575 ; — Herrera, Hist. gen. déc. VII, 1. 2, ch. 6, p. 32). []
  54. Oviedo, ibid. p. 574. []
  55. Tambien se halló que, on algunas provincias de esta Nueva-España, como era en la Totonoca, esperavan la venida del hijo del gran Dios (que era el sol) al mundo ; y decian que avia de venir para renovarlo en todas las cosas. Aunque esto no lo tenian ni interpretavan en lo espiritual, sino en lo temporal y terreno, como decir que con su venida los panes avian de ser mas purificados y substanciales, y las frutas mas sabrosas y de maior virtud ; y que las vidas de los hombres avian de ser mas largas y todo lo demás, segun esta mejoria. (Tercera parte de los veinte i un libros rituales i monarchia indiana par F. Juan de Torquemada. Madrid, 1723, in-f°, l. XV, ch. 49, p. 134). []
  56. L. H. de Biedma, passage cité plus haut, p. 421, note 2. []
  57. Voy. plus haut, p. 419, note 4. []
  58. Voy. plus haut, p. 415. []
  59. Voy. plus haut, p. 414, note 1. []
  60. Voy. plus haut, p. 405. []
  61. Voy. plus haut, p. 404. []
  62. Voy. plus haut, p. 413. []
  63. Voy. les deux belles publications de la Société des antiquaires du Nord : Antiquitates Americanæ sive scriptores septentrionales rerum Antecolumbianarum in America, éd. et traduit par Ch. Chr. Rafn. Copenhague, 1837, in-f° et 18 pl. et cartes ; et Grœnlands historisker Mindesmoeker (Monuments historiques du Grœnland), édit. et trad. par Rafn et Finn Magnunsen. Copenh. 1838-1845, 3 vol. in-8° avec 12 pl. []
  64. Outre les sources citées dans la note précédente, voyez les Colonies européennes du Markland et de l’Escociland (Domination canadienne) au XIVe siècle, par E. Beauvois dans le Compte rendu des travaux du Congrès international des américanistes, 2e session tenue à Luxembourg en 1877. Nancy 1877, in-8°, aussi à part. []
  65. Voy. les deux recueils de la Société des Antiq. du Nord cités, p. 424, note 6. []
  66. Outre les mêmes recueils, voy. La découverte du Nouveau-Monde, par les Irlandais et les premières traces du christianisme en Amérique avant l’an 1000, par E. Beauvois, dans Compte rendu des séances du ler Congrès des américanistes, Nancy 1875, in-8°, t. I ; aussi à part. []
  67. Voy. la Relation das Zeni, dont le passage afférent a été reproduit avec commentaire et traduction dans les Colonies européennes du Markland et de l’Escociland, p. 25-40. []
  68. Voy. Les relations précolombiennes des Gaëls avec la Mexique, par E. Beauvois, dans le Compte rendu du Congrès des américanistes, 5e session, tenue à Copenhague en 1883 (sous presse). Ce sujet sera traité beaucoup plus amplement dans un volume en préparation sur le Christianisme au Mexique dans les temps précolombiens et ses propagateurs les Papas, d’après les sources scandinaves, celtiques et hispano-mexicaines. []
  69. A tel point qu’en espagnol la locution ir al Jordan signifie : aller à la Fontaine de Jouvence, rajeunir, devenir convalescent ; c’est une allusion à la coutume des pèlerins chrétiens de se jeter dans le Jourdain par dévotion et pour obtenir la guérison de leurs maux. (Jean Doubdan, Voyage de la Terre Sainte et de Jérusalem. Paris 1661, in-4° ; cité dans le Gr. Dict. histor. de Moréri, avec les suppléments de l’abbé Goujet, édit. Drouet. Paris 1739. 10 vol. in 8°, t. VI. art. Jourdain. Avant mêmne que St-Jean-Baptiste et le Christ eussent sanctifié les eaux du Jourdain, les Juifs se représentaient le bassin du lac de Genezareth, c’est-à-dire du haut Jourdain, comme une sorte de paradis terrestre dont les produits jouissaient d’une incorruptibilité relative. (Fl. Josephus, de Bello Judaico, l. III, ch. 35). []
  70. Ces trois dernières phrases sont empruntées à notre mémoire sur l’Elysée transatlantique et l’Eden occidental (p. 562). []
  71. Genèse, II, 9. []
  72. Dans la Méropide ou continent transatlantique (Ælian. Variae historiae, l. III. ch. 18). []
  73. Voy. l’Elysée transatlantique et l’Eden occidental, passim. []
  74. Smithsonian contribution to knowledge. Washington, in-4°, t. XXII, 1880, p. 35, 59, 77, 78 ; — Charles C. Jones, sur les deux croix du mound de Coosawattee old town, Murray County (Georgie), dans Annual Report of the Board of the Regents of the Smithsonian Institution for the year 1881. Washington, 1883, in-8°, p. 619-624 avec 4 fig. []
  75. Contaban los caciques y bohitis, en quien está la memoria de sus antigüedades, á Cristóbal Colon y Españoles que con él pasaron, cómo el padre del cacique Guarionex y otro reyezuelo preguntaron á su zemi é idolo del diablo lo que tenia de ser después de sus dias. Ayunaron cinco dias arreo, sin comer ni beber cosa ninguna. Lloraron y disciplináronse terriblemente, y sahumaron mucho sus dioses, como lo requiere la cerimonia de su religion. Finalemente, les fué respondido que, si bien los dioses esconden las cosas venideras á los hombres por su mejoría, les querian manifestar à ellos por ser buenos religiosos ; y que supieron cómo antes de muchos años vernian á la isla unos hombres de barbas largas y vestidos todo el cuerpo, que hendiesen de un golpe un hombre por medio con las espadas relucientes que traerian ceñidas. Los cuales hallarian los antiguos dioses de la tierra, reprochando sus acostumbrados ritos, y vertirian la sangre de sus hijos, ó cativos los llevarian. E que por memoria de tan espantosa respuesta habian compuesto un cantar, que llaman ellos areito, y lo cantaban las fiestas tristes y llorosas (Fr. L. de Gomara, Hist. de las Indias, p. 175-6. — Cfr. Pierre Martyr, déc. I, l. 9, p. 111 ; déc. III, l. 7, p. 280 ; — J. de Torquemada, Tercera parte de los XXI libros rituales y monarchia indiana, l. XVIII, ch. 7, p. 298 ; — Herrera, Hist. gen. déc. I, l. III, ch. 4, p. 69 ; — Novæ Novi Orbis historiae… libri tres Urbani Calvetonis opera industriaquo ex italicis Hieronymi Benzonis. Lyon, 1578, in-8°. p. 31, 33. A la suite de cet ouvrage se trouve De Gallorum expeditione in Floridam.., anno 1565 brevis historia, où il est parlé de la Fontaine de Jouvence, ch. I, p. 430. []

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search