Document : La fable des Amazones chez les indigènes de l’Amérique précolombienne

En juillet 1904, dans la revue le Muséon1, Eugène Beauvois publiait un article2 recensant toutes les sources évoquant la rencontre d’Amazones dans diverses régions d’Amérique. En effet, parmi les mythes suscités par la découverte du Nouveau-Monde, comme celui de l’Eldorado ou de la Fontaine de Jouvence3, d’autres furent réactivés, comme celui de communautés féminines excluant hommes et garçons.

Théodore de Bry

Avertissement

Cet article comprend des mots et des descriptions qui peuvent être culturellement sensibles et qui ne sont normalement plus utilisés dans certains contextes publics ou communautaires. Les termes et annotations qui reflètent l’attitude de l’auteur ou sa période de création peuvent être considérés comme inappropriés aujourd’hui. L’article adopte en effet un modèle de recherche scientifique datant du XIXe siècle, dépeignant les populations étudiées comme des sujets de recherche d’une manière qui peut aujourd’hui être considérée comme choquante.


"Comme les Amazones traitent ceux qu'il [sic] prennent en guerre",
“Comme les Amazones traitent ceux qu’il [sic] prennent en guerre”, Les singularitez de la France antarctique, autrement nommée Amérique, & de plusieurs terres & isles découvertes de nostre temps : par F. André Thevet, natif d’Angoulesme, https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k1041773w/f272.image

La fable des Amazones chez les indigènes de l’Amérique précolombienne

Aux débuts mêmes de la découverte des Indes occidentales, Christophe Colomb entendit parler d’une île exclusivement peuplée d’Amazones. On lit dans son Journal de bord4, à la date du 13 janvier 1493, que depuis longtemps il était informé de leur existence ; qu’au moyen de quelques mots qu’il comprenait de la langue des Grandes Antilles, il en avait appris d’autres et qu’il en savait bien davantage par les Indiens qu’il emmenait dans ses explorations5. Le 15 février 1493, étant à la hauteur des Canaries, lors de son retour en Europe, il écrivait à propos de ces Amazones : les Cannibales, [Caraïbes] « sont ceux qui ont commerce avec les femmes vivant seules dans l’île de Matinino6, la première que l’on rencontre7 en se rendant de l’Espagne aux Indes. Ces femmes n’ont aucune des occupations de leur sexe, mais armées d’arcs et de flèches, comme je l’ai dit de leurs maris [les Caraïbes], elles se protègent au moyen de lames de cuivre qu’elles possèdent en grande quantité8. »

Si l’on n’avait que ce document, le plus connu des écrits de Chr. Colomb, à cause des nombreuses traductions de l’espagnol en latin et en d’autres langues, qui ont été publiées depuis 1493 jusqu’à nos jours, on serait en droit de nier qu’il s’agisse, dans le passage reproduit plus haut, de la fable des Amazones, mais tout doute à cet égard doit être levé par les détails qu’ajoute le Journal de bord, à la date du 16 janvier1493 : « Les Indiens lui dirent que dans cette direction il trouverait l’île de Matinino peuplée de femmes sans hommes ; ce que l’amiral désirait beaucoup [voir] pour emmener aux rois [catholiques, Ferdinand et Isabelle] cinq ou six d’entre elles ; mais il doutait que ses guides sussent bien la route et il ne pouvait s’arrêter à cause du danger causé par l’eau qui entrait dans les caravelles. Toutefois il était sûr qu’il y avait de ces femmes visitées en certains temps de l’année par des hommes de l’île des Caribs [la Dominique], située à dix ou douze lieues, et que s’il naissait des fils, ils étaient envoyés à des hommes ; que si c’étaient des filles, elles les gardaient près d’elles9. »

Dans le cours de son second voyage, pendant que l’on faisait du pain dans la Guadeloupe, en avril 1496, Chr. Colomb envoya à la découverte quarante hommes qui revinrent le lendemain avec dix femmes et trois enfants ; l’une d’elles était la femme d’un cacique qui, poursuivie par un Canarien très agile, lui aurait échappé, si elle ne s’était retournée pour l’assaillir ; elle le terrassa et allait l’étrangler lorsqu’il fut secouru par ses compagnons. « Faite prisonnière, elle conta que toute cette île appartenait à des femmes et que c’étaient elles seules qui s’étaient opposées au débarquement, à l’exception de quatre hommes d’une autre île qui étaient là par hasard ; car en certains temps de l’année ils venaient s’amuser et cohabiter avec elles ; ce que faisaient également les femmes d’une autre île appelée Matrimino [la Martinique]. Elles racontaient à propos de celles-ci tout ce que les livres rapportent des Amazones »10. En tout cas, elles ne l’étaient, pas elles-mêmes, puisqu’elles apprenaient à leurs fils à tirer de l’arc.

Le P. Bart. de las Casas, qui résume fort bien ces récits11, ajoute : « Il faut savoir que, depuis, on n’a jamais constaté que des femmes vécussent seules en aucune partie des Indes [occidentales] ; aussi pensé-je ou que l’amiral ne comprit pas bien ou que le récit était fabuleux »12. La sincérité du rapport de Chr. Colomb, qui n’est d’ailleurs pas une garantie de la réalité des faits, ne fut contestée ni par les interprètes qui revenaient de l’Espagne, ni par les trente prisonniers13 échappés à la voracité des Caraïbes de la Guadeloupe. Ces indigènes la confirmèrent, au contraire, tant par signes que par paroles, dans ses parties essentielles, quoique plus amplement et en termes un peu différents, d’où l’on peut induire que le passage précité de Las Casas n’est pas emprunté au témoignage suivant de P. Martyr, ecclésiastique Milanais au service de l’Espagne14 : « Au nord apparut une grande île appelée Madanina15 par ses habitants, au dire de ceux qui avaient été emmenés en Espagne lors du premier voyage [de Chr. Colomb] et de ceux qui s’étaient soustraits aux Cannibales ; ils affirmaient qu’elle était uniquement habitée par des femmes, comme le bruit en était parvenu aux oreilles des nôtres lors du premier voyage. On croit que les Caraïbes vont vers elles en certains temps de l’année, tout comme l’Antiquité rapporte que les Thraces passaient vers les Amazones de Lesbos ; que de même, après avoir sevré les garçons, elles les envoient vers leurs pères en gardant les filles. Ces femmes ont, dit-on, de grandes galeries souterraines où elles se réfugient, si l’on vient vers elles avant le temps fixé ; et si, en les poursuivant, on tente d’y pénétrer par force ou par stratagème, elles se défendent avec des flèches qu’elles lancent, croit-on, fort sûrement. Recevez la tradition comme on me la donne16. Ils ne purent aborder dans cette île à cause du vent du nord qui en venait17. »

L’étude des mœurs et des croyances des naturels de l’Española ou Haïti qui fut faite, à la demande de Chr. Colomb, par Fr. Román Pane, ermite de l’ordre de Saint Jérôme, ne fit que confirmer l’existence de la tradition chez les insulaires qui prétendaient même l’expliquer ainsi : Un des leurs, Guagugiona, vivant dans une grotte d’où sortirent la plupart des aborigènes de Haïti, en emmena toutes les femmes sous prétexte d’aller chercher au dehors une herbe pour se laver le corps ; elles abandonnèrent leurs maris et même leurs enfants pour le suivre jusqu’à Matinino, où il les laissa en partant pour une autre contrée nommée Guanin; « de là vient que l’on dit aujourd’hui qu’il n’y a plus que des femmes à Matinino »18. — P. Martyr résume cette fable avec quelques variantes dans les faits et les noms : Vaguniona, le principal de ceux qui étaient enfermés dans la grotte des ancêtres, voulant aller à la recherche de l’un des siens qu’il avait envoyé à la pêche, sortit avec les femmes et les enfants à la mamelle, laissant les hommes seuls dans la grotte, puis il abandonna les femmes à Mathinino, emmenant plus loin les enfants qui furent métamorphosés en grenouilles19. On demanda aux indigènes de qui ils tenaient ces inepties ; ils répondirent que c’était un héritage de leurs ancêtres ; qu’elles étaient de temps immémorial enchâssées dans des chants que, faute d’écrits pour les conserver, les fils des caciques seuls avaient le droit d’apprendre par cœur, et dont on faisait part au peuple dans des cérémonies religieuses20. »

Cette fable des Haïtiens parait avoir eu pour pendant une tradition qui localisait dans les parages du canal de Bahama une population d’Amazones, sur laquelle on n’a d’ailleurs qu’une allusion conservée dans le passage suivant de Fr. Lopez de Gomara, chapelain et historiographe de Fernand Cortés : « La population de ces îles [les Lucayes] est plus blanche et mieux faite que celle de Cuba. C’est surtout le cas pour les femmes, si belles que beaucoup d’hommes de la terre ferme, notamment de la Floride, de Chicota [Georgie et Carolines] et du Yucatan, allaient vivre avec elles. Voilà, me semble-t-il, pourquoi l’on dit qu’il y avait, de ce côté, des Amazones et une fontaine21 qui rajeunissait les vieilles gens »22. Pour notre auteur, c’est un dit-on qu’il place nettement au rang des fables, en parlant des récits de Fr. de Orellana sur les Amazones de l’Amérique du Sud23. Ses doutes à cet égard étaient partagés par ses contemporains Oviedo y Valdés et J. de Castellanos ; ils paraissent même l’avoir été par la plupart des premiers explorateurs des bassins de l’Orénoque et du Marañon.

L’un d’eux était le gouverneur de Venezuela, Georges Formuth, de Spire en Allemagne, que les Espagnols nommaient Jorge d’Espira. Il allait à la recherche de l’Eldorado dont les richesses, quoique fort exagérées par les narrateurs, n’étaient pas un mythe, comme le prouvent les trouvailles faites dans la Colombie. Il s’avança jusqu’à la latitude de 1° au nord de l’équateur. Les Indiens de la rivière Papomane, affluent de la Meta, répétèrent ce que savaient déjà les Espagnols : qu’à huit journées plus loin vers le sud, il y avait « une nation d’Amazones ou femmes sans mari ; que des hommes d’une autre nation allaient vers elles en certains temps de l’année et que, après avoir eu des rapports avec elles, ils retournaient dans leur pays ; que ces femmes avaient beaucoup d’or et d’argent, mais qu’elles recevaient ces métaux des Choques. Les explorateurs, qui avaient d’autres visées, ne se soucièrent pas de les visiter »24. Pendant sa longue et pénible expédition qui dura trois ans, de 1535 à 153825 ou cinq ans, de 1534 à 153926, G. Formuth ne vit rien qui confirmât ces histoires, auxquelles probablement, comme on peut l’induire de sa conduite, il ne donnait aucune créance.

Son second successeur, le Biscayen Juan Perez de Tolosa, faisant allusion aux récits sur les Amazones du Marañon et à la richesse du pays, ajoute « qu’il n’y donne pas foi à cause des grands mensonges des Indiens »27. Ces paroles rapprochées de l’indifférence de G. Formuth dénotent assez que la légende circulant parmi les naturels n’avait pas été inventée ni importée par les Espagnols.

Quand ceux-ci témoignaient de visu ils se gardaient bien de donner pour des Amazones les femmes qui leur ressemblaient en quelques points non essentiels. En 1536, au temps où G. Formuth allait à la découverte de l’Eldorado, son voisin le gouverneur de Paria, Gerónimo de Ortal, voulant avoir sa part des trésors supposés, partit avec 150 hommes pour la Meta, affluent de l’Orénoque, dans le bassin de laquelle on croyait trouver les mines d’or ainsi que les temples et les palais à piller. Sur le trajet de 150 lieues ou plus, qu’il fit dans la direction du Sud, il rencontra en beaucoup d’endroits des bourgades où des femmes étaient caciques et exerçaient le pouvoir absolu quoiqu’elles fussent mariées. « Une d’elles notamment, Orocomay, qui se faisait obéir à plus de trente lieues à la ronde, était grande amie des Espagnols. Elle ne se servait que de femmes. Dans sa bourgade et son intimité, il n’y avait pas d’autres hommes que ceux qu’elle faisait appeler pour leur donner des ordres et les envoyer à la guerre28. »

Pendant l’exploration que Gonzalo Ximenez, lieutenant de l’adelantado Pedro Hernandez de Lugo, fit de 1536 à 1539 dans le bassin du Rio Grande [de la Magdelena], les Espagnols campés dans la vallée de Bogotá « eurent notion d’une peuplade de femmes vivant seules, sans Indiens parmi elles ; c’est pourquoi on les nomma Amazones. Au dire de ceux qui donnèrent ces renseignements, elles se faisaient féconder par des esclaves achetés ; s’il naissait des garçons, elles les envoyaient aux pères ; si c’étaient des filles, elles les élevaient pour l’accroissement de leur Etat. Les esclaves, dit-on, ne leur servaient que pour la copulation charnelle, après quoi elles les expulsaient ». On voulut vérifier ce récit, « mais à cause des hautes montagnes, on ne put aller jusqu’à elles, quoique l’on n’en fût qu’à trois ou quatre journées et que les renseignements sur elles fussent de plus en plus nombreux. »29 — « Ce que l’on put savoir des Indiens qui sont en relations avec elles, c’est que le territoire de ces femmes est peu étendu ; qu’elles sont les maîtresses et les hommes, des sujets et des esclaves achetés pour avoir commerce avec elles. La dame du pays s’appelait Jarativa. Elles étaient peu nombreuses et la contrée est une terre chaude. Ce sont elles qui combattent, bien que le licencié Gonzalo Ximenez ne le croie pas, parce que les Indiens content la chose de deux ou trois manières30. »

Faute d’avoir observé autant de réserve que G. Formuth, G. de Ortal, J. Perez de Tolosa, — Francisco de Orellana s’attira les critiques des historiens les plus autorisés. Ce lieutenant de Gonzalo Pizarro, descendant un des affluents du Marañon, crut entendre parler des Amazones et de leurs richesses, alors qu’il ne comprenait encore guère la langue des riverains (janvier 1541). Un des chefs indigènes, Aparia, lui dit qu’elles se nommaient Coniapuyara et qu’elles étaient beaucoup plus nombreuses que les explorateurs Espagnols31. A cinq cents lieues plus bas, en aval du rio Negro, un captif indien leur apprit qu’ils se trouvaient dans le pays des Amazones. Quelques jours après, le 7 juin 1541, ils descendirent sans opposition sur un rivage où il n’y avait que des femmes, mais le soir, au retour des hommes, il fallut combattre et se rembarquer32. II n’y avait donc pas là de vraies Amazones33. En se laissant aller au cours de l’eau, ils arrivèrent à la fin de juin dans une contrée située, à quatorze cents lieues de leur point de départ ; sur la rive gauche du fleuve, ils furent assaillis par les Indiens qui blessèrent cinq Espagnols, entre autres le P. Gaspar de Carvajal. Ce dominicain, qui écrivit une relation de voyage34 dont Herrera donne des extraits, affirme que la vigoureuse résistance de ces Indiens venait de ce qu’ils étaient tributaires des Amazones. Lui et d’autres, ils virent dix à douze de ces femmes qui marchaient comme des capitaines devant ces Indiens, en combattant si courageusement que les hommes n’osaient tourner le dos, car elles assommaient à coups de massues ceux qui fuyaient devant les Espagnols. Ces femmes semblaient être fort grandes, membrues, avec de longs cheveux tressés et entortillés sur la tête. Elles allaient nues, ne couvrant que les parties secrètes, ayant dans les mains arcs et flèches. Après que les Espagnols eurent tué sept ou huit de celles qu’ils virent, les Indiens prirent la fuite. « Je rapporte, ajoute Herrera, ce que j’ai trouvé dans les relations de ce voyage, laissant à chacun la liberté d’en juger à sa guise, car ces femmes ne me paraissent tenir aux Amazones que par le nom que les Espagnols voulurent leur donner. . . . Bien des gens pensèrent que Orellana n’aurait pas dû l’imposer à ces guerrières ni affirmer que c’étaient des Amazones. Les viragos qui combattaient et tiraient de l’arc n’étaient en effet pas une nouveauté dans les Indes : on en avait vu dans quelques-unes des Iles-sous-le-vent, à Carthagène et dans son district, où elles se montrèrent aussi braves que des hommes35. »

A une centaine de lieues plus bas, Orellana qui avait composé un vocabulaire, put interroger un captif Indien duquel il apprit « que la contrée était soumise à des femmes vivant à la manière des Amazones, qu’elles étaient fort riches, qu’elles possédaient beaucoup d’or et d’argent, que leurs cinq temples du soleil étaient revêtus d’or, que les maisons étaient de pierre ; et nombre de particularités que je n’ose ni croire ni affirmer, dit le chroniqueur en chef des Indes, à cause qu’en ces matières les relations des Indiens ont toujours été peu certaines ; en outre, le capitaine Orellana avoua qu’il n’entendait pas ces Indiens : quelque copieux et précis qu’ait été son vocabulaire, il ne parait pas qu’en peu de jours tant de détails aient pu être communiqués par cet Indien. Que chacun croie donc ce qu’il lui plaira36. »

Etant retourné en Espagne, Orellana présenta au Conseil des Indes une longue relation de son voyage, « qui était mensongère comme on le constata depuis, dit Gomara37, . . . . . Entre autres absurdités, il affirmait qu’il y avait sur ce fleuve des Amazones que lui et les siens combattirent. Peu importe qu’il y ait eu là des femmes armées : il y en a bien à Paria38 qui n’est pas loin ; c’est la coutume en beaucoup d’autres contrées des Indes. Je ne crois pas non plus qu’aucune de ces femmes se coupe ou se brûle la mamelle droite pour tirer de l’arç [[sic]] (elles peuvent très bien le faire en la conservant), ni qu’elles égorgent ou exilent leurs propres fils, ni qu’elles vivent sans mari, étant fort luxurieuses. D’autres que Orellana ont conté une semblable fable des Amazones après la découverte des Indes, mais jamais on n’a vu ni ne verra rien de tel sur le fleuve [Marañon]. Ce témoignage fit que beaucoup de gens le nommèrent, par écrit ou autrement, rio de las Amazonas, et que d’autres se sont associés pour y aller ». C’est à quoi aussi doit avoir trait la défense faite à Orellana « d’enlever quelque femme, fille ou autre, des Indiens39. »

J. de Castellanos, qui avait pris part à diverses expéditions pour la recherche de l’Eldorado, notamment à celle de G. de Ortal40, avait pu s’assurer personnellement de la fausseté des récits sur les Amazones ; aussi expédie-t-il en deux octaves ceux d’Orellana et de ses compagnons : « Ils voulurent, dit-il41, prendre terre dans une bourgade qui paraissait au-dessus du ravin, mais ils en furent empêchés par des guerriers qui accouraient avec une impétuosité sauvage, et par une virago indienne qui, bravement comme une chienne, défendait les siens. Ils la qualifièrent d’Amazone pour indiquer combien vaillante était la personne. – Telle fut l’origine des fictions du capitaine Orellana : la voyant avec dards et macana (épée de bois), il nomma la rivière fleuve des Amazones, sans autres motifs de croire si légèrement à cette fable. Il y a chez les païens et les chrétiens bien d’autres exemples de virilité féminine ». Il en cite lui-même, d’ailleurs sans autre garantie que la parole d’un captif indien emmené par Philippe de Huten et Arteaga dans leur expédition vers l’Eldorado en 1545. Avant leur arrivée au Guaviare, affluent de l’Orénoque, le naturel leur conta qu’il y avait quelque part « des Maniriguas, agiles tireuses d’arc, ayant la réputation de grandes guerrières ». Très belles et entièrement nues, elles excluaient de leur société les laides, les contrefaites, les estropiées, n’y admettant les hommes qu’à certaines époques, pendant lesquelles cessaient les guerres qu’elles leur faisaient. Les garçons étaient pour eux, les filles pour elles. Les aventuriers ne trouvèrent pas cette contrée dont la situation n’est pas précisée. J. de Castellanos prend ces récits pour des fables, malgré leur concordance avec ceux d’Orellana et leur confirmation par des hommes de mérite, notamment par Orteaga. Il ne s’opiniâtrait donc pas dans son scepticisme et admettait qu’il pouvait y avoir des Amazones dans des contrées éloignées42. C’était dans le pays des Omaguas, a ce que suppose Antonio de Alcedo43, auteur d’un dictionnaire géographique estimé. Il regardait cette tribu comme la plus grande que l’on connût en Amérique, et il la plaçait dans le Venezuela, ajoutant qu’elle changeait de nom selon les contrées44. D’après Cornelius Wytfliet, elle habitait sur la rive droite du Marañon moyen45, mais J. de Oviedo y Baños avouait, en 1725, qu’on l’avait cherchée en vain et que jusque là on ignorait sa situation46. Ici comme partout ailleurs les Amazones d’Amérique s’évanouissent comme des fantômes dès qu’on veut les saisir.

C’est ce qui ressort en outre du passage suivant du P. Ives d’Evreux qui tenait ses renseignements d’un Indien du bassin des Amazones. « C’est, dit-il, un bruit, général et commun parmi tous les sauvages qu’il y en a, et qu’elles habitent une île assez grande, ceinte de ce grand fleuve de Maragnon, autrement des Amazones, qui a en son embouchure dans la mer cinquante lieues de large, et que ces Amazones furent jadis femmes et filles des Tapinambos, lesquels [lesquelles] se retirèrent à la persuasion et soubs la conduite d’une d’entre elles, de la société et maistrise des Tapinambos ; et gagnans pays le long de ceste rivière, en fin apercevans une belle Isle, elles s’y retirèrent et admirent, en certaines saisons de l’année, sçavoir des Acaious, les hommes des prochaines habitations pour avoir leur compagnie. Que si elles accouchent d’un fils, c’est pour le père, et l’emmène avec luy après qu’il est competamment alaicté ; si c’est une fille, la mère la retient pour demeurer à tousiours avec elle. Voilà le bruict commun et général. — Un jour, pendant que les François estoient en ce voyage, je fus visité d’un grand Principal fort avant dans ceste rivière, lequel. . . . . me dit qu’il estoit habitant des dernières terres de la nation des Tapinambos, et qu’il lui falloit près de deux lunes pour retourner de Maragnan en son village . . . . . Je luy fis demander alors par mon truchement si sa demeure estoit fort esloignée des Amazones, il me dit qu’il falloit une lune, c’est-à-dire un mois pour y aller. Je luy lis répliquer s’il y avoit esté autrefois et les avoit veues ; il me fit responce qu’il ne les avoit point veues ni estoit entré en leurs terres, mais bien qu’il avoit rangé dans les canots de guerre l’isle où elles habitoient. . . . Ce mot d’Amazones leur, est imposé par les Portugois et François, pour l’aprochement qu’elles ont avec les Amazones anciennes, à cause de la séparation des hommes, mais elles ne se coupent pas la mamelle droitte, ny ne suivent le courage de ces grandes guerrières, ains vivant comme les autres femmes sauvages, habiles et aptes néanmoins à tirer de l’arc, sont nues et se défendent comme elles peuvent de leurs ennemis47. »

Une trentaine d’années plus tard, le général Portugais Pedro Texeira48 qui, remontant le Marañon depuis Para jusqu’à l’une de ses principales sources, pouvait mieux se renseigner que le P. Yves, n’obtint pourtant pas de notions plus positives. Un rapport anonyme sur cette exploration, commencée en 1638 se réfère aux récits des Indiens de la tribu des Omaguas, qui occupaient une étendue de trente lieues le long du Marañon. Ils contèrent à un soldat de l’expédition familiarisé avec leur idiome « que dans la direction du Nord où ils allaient chaque année, il y avait des femmes avec lesquelles ils passaient deux mois ; qu’ils emmenaient chez eux les garçons nés de cette union et laissaient les filles à leurs mères ; que ces femmes de très haute stature n’avaient qu’une mamelle ; qu’elles se disaient être de la race des hommes barbus et qu’elles demandaient qu’on les menât vers elles. On donne communément à ces Indiennes le nom d’Amazones49. »

Lorsque le P. Cristoval de Acuña descendit, en 1640, le fleuve des Amazones, avec P. Texeira, il entendit tant de fois parler d’elles qu’il lui semblait impossible de nier leur existence. Et il ne s’en tenait pas aux sérieuses enquêtes faites par ordre de l’audience royale de Quito et d’où il résultait qu’une des contrées du bassin de ce fleuve était peuplée de femmes guerrières vivant seules des produits de leur culture et n’ayant qu’en certains temps des rapports avec des hommes d’une autre tribu. Il ne s’appuyait pas non plus sur les notions recueillies à Pasto dans la Nouvelle-Grenade de la bouche des Indiens et particulièrement d’une indienne qui disait, avoir vécu parmi ces femmes et dont les dires concordaient avec tout ce que l’on savait par d’autres. Il ne s’en rapportait qu’à ce qu’il avait appris dans le dernier village des Tupinambas. À trente-six lieues plus bas est l’embouchure de la rivière des Cunuris50, l’un des affluents septentrionaux du fleuve des Amazones ; dans les hautes montagnes où ce cours d’eau prend sa source, vivaient des viragos qui, de tout temps, avaient exclu les hommes de leur société, sauf à certaines époques de l’année où elles recevaient la visite des Guacaras leurs voisins méridionaux ; elles élevaient les filles nées de ces unions, mais on n’est pas certain de ce que devenaient les garçons. Selon un Indien qui, dans son enfance, était allé à un de ces rendez-vous, on les donnait à leurs pères l’année suivante ; mais, d’après la commune opinion, on leur ôtait la vie. « Le temps, ajoute notre auteur, découvrira si ce sont les célèbres Amazones de l’histoire51 ». Voilà la conclusion dubitative d’un écrivain qui avait commencé par affirmer si catégoriquement l’existence des Amazones ! Ici, de même que partout ailleurs, ce sont des indigènes qui disent en avoir vu, sans que des Européens pussent se porter garants de leur véracité.

C’est donc avec raison que le franciscain Laureano de la Cruz, qui descendit le cours du Marañon en 1651 (après avoir résumé les récits des Omaguas sur une tribu de femmes guerrières vivant seules sauf en certaines saisons, et les dires d’un soldat Portugais et d’autres qui localisaient cette tribu féminine tout en haut de la rivière des Cunduris)52, ajoute: « Tout cela et d’autres choses que nous ouïmes ne sont que des paroles et non des faits qui puissent être certifiés par des Indiens ou des Portugais qui naviguent d’ordinaire dans ces parages », et il était surpris de ce que le nom de la petite rivière des prétendues Amazones eût supplanté celui de Gran Rio de San Francisco de el Quito53.

Ainsi, aucun explorateur ne peut se flatter d’avoir découvert de vraies Amazones dans le bassin du fleuve de ce nom, ni sur les rives de l’Orénoque ou de ses affluents, ni sur le versant oriental des Andes. On va voir que les recherches faites pour en trouver dans les parties du Mexique où l’on en signalait n’ont pas été plus fructueuses. Dans sa quatrième Décade adressée au Pape Léon X qui mourut en 1521, (laquelle par conséquent doit avoir été écrite peu de temps après les événements) P. Martyr disait en parlant de l’expédition de Juan de Grijalva en 1518 : « Près des côtes de cette Colluacane54, il y a d’autres îles dans lesquelles des femmes habitent seules, sans relations avec les hommes. Certains croient qu’elles vivent à la manière des Amazones ; ceux qui pèsent les termes avec plus de critique pensent que ce sont des vierges ascétiques, vouées à la reclusion, comme les religieuses chez nous, les vestales en beaucoup de lieux chez les Anciens, et les femmes consacrées à la Bonne Déesse. En certains temps de l’année des hommes passent vers elles, non pour cohabiter, mais par motif de piété, pour cultiver les champs et les jardins du produit desquels elles vivent. On parle pourtant d’autres îles où demeurent des femmes corrompues, privées d’une mamelle dès l’enfance, afin qu’elles puissent plus facilement se livrer à l’exercice de l’arc ; des hommes vont cohabiter avec elles, mais elles ne gardent pas les enfants mâles. Je crois que c’est une fable55. »

Tout éloigné qu’il fût du théâtre des événements, le fin lettré Milanais avait vu juste, tandis que d’autres, placés près des lieux où étaient localisées ces communautés féminines, s’efforçaient d’y avoir accès. Quelles pouvaient bien être ces autres îles auxquelles il est fait allusion

dans le précédent récit ? Elles différaient de l’îlot dont notre auteur venait de parler, celui des Sacrifices, voisins de San-Juan-de-Uloa56, et il n’est pas nécessaire de les chercher dans les mêmes parages : les côtes de la Colluacane, soit que l’on entendit par là la fédération des Culuas ou empire mexicain57, soit qu’il s’agit seulement des contrées où l’on parlait le nahua58 -, ces côtes s’étendaient aussi bien le long de l’Océan Pacifique qu’à l’ouest du golfe du Mexique ; or la Nueva Galicia que baigne le golfe de Californie et où la langue la plus répandue était le nahua, idiome des Aztecs59, renferme précisément une ville que les premiers conquistadors nommaient tantôt Coluacan ((L’interprète Garcia del Pilar emploie alternativement les noms de Coluacan et de Culuacan, à l’exclusion de Culiacan. (Voy. sa Relat. dans le t. II, p. 259-261, de la 1re Col. de doc. d’Icazbalceta).)) ou Culuacan60, tantôt Culiacan ((Gonzalo Lopez dans sa Relat. sur la même expédition écrit Culuacan (Col. de doc. inéditos del Archivo de Indias, t. XIV, Madrid, 1870, in-8°, p. 439, 450, 453, 460) ; une fois Culiacan (ibid., p. 453).)). Il est donc possible qu’en parlant d’autres îles voisines de la Colluacana on ait voulu désigner des îlots situés non loin de Culiacan dans l’Etat actuel de Sinaloa. En tout cas, c’est certainement du côté de l’ouest que les compagnons de Cortés et de Nuño de Guzman cherchaient des Amazones. Pourquoi là plutôt qu’ailleurs ? D’abord parce qu’il y avait dans cette direction des localités nommées Cihuatlan, composé nahua de cihuat (femme) et de la suffixe locative tlan, le tout signifiant : lieu où il y a des femmes61 ; et probablement aussi parce que, en nahua, l’Ouest était appelé Cihuatlampa ((Bern. de Sahagun, Hist. gén. des choses de la Nouvelle Espagne, L. VI, ch. 29 ; L. VII, ch. 5, 8, p. 435, 484, 486 de la trad. franç. par D. Jourdanet et R. Siméon. Paris, 1880, gr. in-8. — Ce nom est composé de Cihuatlan auquel on a ajouté le suffixe pa vers.)) ou Vers le Côté des femmes. Chez les anciens Mexicains, en effet, les femmes mortes en couches ou à la guerre étaient canonisées, et l’on croyait qu’elles allaient mener une vie de délices sans fin, dans la station du soleil couchant, en compagnie de Notre Seigneur62 et de ses sœurs les Cihuapipiltin [Nobles Dames ou divinités féminines]63. »

Bien que ce mythe, à lui seul, n’ait pas dû suffire à donner naissance à la fable des Amazones, il a pu suggérer l’idée de localiser à l’ouest de la région isthmique les récits sur ce sujet qui étaient répandus, avant l’arrivée des Espagnols, chez les indigènes de plusieurs contrées des deux Amériques. Lorsque Gonzalo de Sandoval retourna à Mexico (1522) après avoir soumis les territoires de Zacatula, de Colima et de Ciuatlan, sur le littoral des Etats actuels de Michuacan et de Xalisco, « il dit avoir été informé que, à dix soleils ou journées de Colima, il y avait une riche île d’Amazones. Bien qu’on ait cherché celles-ci on n’en découvrit jamais, et l’on jugea que ce rapport avait trait au nom de Ciutlan ((Sic, mais la traduction de ce nom donnée par Herrera prouve suffisamment qu’il faut lire Ciuatlan ou Cihuatlan, selon l’orthographe normale. Cette localité est située à 180 kilom. au nord de Colima, à 680 kilom. à l’ouest de Mexico, entre la vallée de Banderas au nord et Santiago, port de Colima, au sud, d’après l’Atlas du Ptolémée de 1554 ; sous le 20° de L. N. selon Herrera (Déc. V, L. VII, ch. 4, p. 160). — Sihuatan que les cartes modernes placent à peu près à la latitude de Colima, mais plus près de la mer, vers Puerto de Navidad, doit être une mauvaise leçon pour Cihuatlan.)), qui signifie lieu des femmes64. »

Oviedo y Valdés est un peu plus explicite au sujet de ces Amazones. Sans nommer Gonzalo de Sandoval, il le désigne suffisamment sous le titre de : capitaine chargé par F. Cortés de réduire les Indiens de Zacatula et de Coliman. Entre autres notices contenues dans le rapport que fit celui-ci à son retour était « la relation des seigneurs de Ciguatan qui affirmaient expressément (afirmaban mucho) l’existence d’une île entièrement peuplée de femmes sans un seul homme ; mais qu’en certains temps il venait des gens de la terre ferme, qui cohabitaient avec elles et les laissaient enceintes. S’il naissait des filles, elles les gardaient ; si c’était des garçons, elles les excluaient de leur société. On disait que cette île était à dix lieues de cette province [de Ciguatan ou de Colima ?] et que beaucoup de gens y sont allés et l’ont vue, et qu’elle est, très riche en perles et en or65 ; mais aucun chrétien ne croit l’existence de ces femmes ; elle n’est attestée, de la manière que l’on vient de rapporter, que par ces Indiens de Ciguatan66. »

Nuño Beltran de Guzman feignit pourtant de regarder ces rumeurs comme fondées et il les allégua comme moyens d’entraîner ses troupes une expédition au nord de la Nouvelle Espagne. Ce premier président de l’audience de Mexico, qui avait été chargé de faire une enquête sur les agissements de F. Cortés, abusait de son autorité pour persécuter les amis de son justiciable absent et pour marcher sur ses brisées. Après avoir fait torturer et brûler vif le roi de Michuacan, partisan de Cortés, il réunit ses officiers « et leur exposa qu’il était parti [de Mexico] dans l’intention d’aller découvrir au Nord certaines provinces. Celles-ci, comme il en avait été informé, étaient extrêmement peuplées de tribus si belliqueuses que les femmes maniaient l’épée avec autant d’habileté que les hommes, aussi les qualifiait-on d’Amazones67 ». Mais ce n’était qu’un prétexte pour cacher son véritable but qui était de supplanter Cortés dans les territoires soumis par celui-ci ou dans les conquêtes à faire sur le littoral de la Mer du Sud [Océan Pacifiquel et de la Mer de Cortés [golfe de Californie], conquêtes qu’il voulait joindre à son gouvernement de Panuco pour constituer avec le tout une Mayor España68 [plus Grande Espagne], par opposition à la Nueva España.

Voici comment il explique lui-même son dessein dans une lettre datée d’Omitlan69 dans le Michuacan (7 juillet 1530) et adressée à l’Empereur-roi : « J’irai à la recherche de la province des Amazones, que l’on dit être située à dix journées d’ici, en mer selon les uns, sur un bras de mer selon d’autres. Riches et regardées comme des divinités par les habitants de la terre, elles sont plus blanches que les autres, portent des arcs, des flèches, des rondelles70.

En certains temps de l’année, elles ont commerce avec les voisins, et les garçons qui naissent de ces relations sont, dit-on, mis à mort, mais les filles conservées. Il y a de nombreuses et grandes tribus à traverser pour arriver jusqu’à elles71 ». Après avoir hiverné sur le littéral [[sic]] de Xalisco à Aztatlan72 qu’il disait être situé à trois journées d’Omitlan, il écrivit de Chiametla, le 16 janvier 1531, qu’il n’était pas loin des Amazones73. Il les fit d’abord chercher dans l’intérieur des terres, en donnant ordre à Pedro Alméndez Chirinos de s’avancer vers le Nord dans la direction de Lagos et de Zacatecas. Dans cette dernière localité le cacique Xiconaque lui apprit que plus loin, « chez les Guachichiles, pauvres et traîtres, il ne trouverait rien dans ce qu’il cherchait . . . . . . Chirinos constatant que ces paroles concordaient avec ce que les Indiens du gué de Nuestra-Señora avaient dit à Guzman qu’il n’y avait pas d’Amazones, le crut et s’enquit du tout pour détromper son chef74 ». On ignore si Nuño de Guzman a laissé un rapport sur son expédition à la recherche des Amazones ; mais le chroniqueur Oviedo y Valdés, qui l’avait interrogé à cet égard, a consacré tout un chapitre de son Histoire générale à une visite de Nuño de Guzman dans une de leurs bourgades. Se reportant à ce qu’il avait dit du Ciguatan soumis par un lieutenant de Cortés75, il remarque qu’on le donnait pour une île, tandis que celui de Nuño de Guzman était sur la terre ferme. Il en conclut que ce nom devait s’appliquer à une grande étendue de pays76 ou plutôt, croyons-nous, à des localités bien différentes et fort éloignées l’une de l’autre.

« Ces troupes, dit-il, portant la guerre sur le littoral de l’autre mer [Océan Pacifique, par opposition au golfe du Mexique], entendirent parler d’une peuplade de femmes auxquelles ils donnèrent de suite la qualification d’Amazones. A cette nouvelle, le capitaine Cristobal de Oñate se hâta de demander comme une faveur au général Nuño de Guzman l’autorisation de soumettre ces Amazones. L’ayant obtenue, il partit avec sa compagnie pour cette entreprise, mais pendant le trajet il fut fort maltraité dans une bourgade d’Indiens nommée Quinola, aidés de ceux de Quila, qui en sont éloignés d’une lieue77 . . . . . . . C’est pourquoi ils attendirent là le gouverneur, à l’arrivée duquel le capitaine Gonzalo Lopez, mestre de camp, offrit d’aller à la bourgade des femmes, ce qui lui fut accordé. il était en marche et se trouvait à cinq lieues de Ciguatan lorsqu’il fut atteint par un messager du général. Celui-ci lui enjoignait de l’attendre, parce qu’il voulait voir ce qu’étaient ces femmes. Le lendemain, continuant sa route, il trouva, en vue de la bourgade et près d’elle, un grand nombre de ces femmes postées sur le chemin et attendant les Espagnols. Elles étaient vêtues jusqu’aux pieds de chemises blanches, plissées au cou et aux poignets. Gonzalo Lopez et les siens avançant vers elles avec beaucoup d’ordre pour les disperser, elles furent tellement effrayées à la vue des cavaliers qu’elles demandèrent la paix, emmenèrent les Espagnols à leurs demeures et leur donnèrent de quoi se régaler avec tout ce dont ils avaient besoin. Cette bourgade se compose d’un millier de maisons fort bien construites avec des rues bien disposées, dans la meilleure situation d’une contrée fertile et agréable. En les questionnant sur leur manière de vivre, les Espagnols apprirent d’elles que tous les jeunes gens des environs viennent cohabiter avec elles quatre mois de

l’année, que l’on se met en ménage de suite pour cet espace de temps et non pour plus longtemps, que la journée ils n’ont d’autre occupation que de les servit et d’exécuter ce qu’elles leur commandent de faire dans la bourgade ou à la campagne, de quelque manière que ce soit, mais que la nuit elles leur abandonnent leur personne et leur lit. Pendant ce temps, ils cultivent, travaillent et sèment le maïs et les légumes, les récoltent, les serrent dans les maisons de leurs hôtesses (voy. supra p. 306). La période écoulée, tous retournent dans leur pays d’origine ; les garçons qui naissent sont, au bout de deux à trois mois ou auparavant, envoyés aux pères, pour que ceux-ci les élèvent ou en fassent ce qu’ils veulent78 ; quant aux filles, les mères les gardent et les élèvent pour l’accroissement de leur association et de leur famille. Les Espagnols virent chez ces femmes des turquoises et des émeraudes ; on leur dit que ces deux sortes de pierres précieuses y étaient en quantité et de bonne qualité. Le nom de cette peuplade de femmes ainsi que celui des Amazones que l’on signala à Cortés est Ciguatan, qui signifie localité de femmes, comme je l’ai appris de plusieurs personnes auprès desquelles je m’enquis plus amplement de la matière. Plus tard, en Espagne, rencontrant à la cour Nuño de Guzman, en 154779, je voulus m’informer de ces femmes ; il me dit qu’il était absolument faux qu’elles vécussent dans le célibat à la manière des Amazones, car en repassant dans la localité, il les trouva avec leurs maris80. . . . . Il fonda dans le pays des prétendues Amazones (de las no Amazonas) une ville nommée81 Sanct Miguel82. »

Le témoignage de Nuño de Guzman doit avoir été sincère et fidèlement reproduit, car un des membres de son expédition, Pedro de Carranza, après avoir dit que le seigneur de Ciguatan apporta des vivres aux Espagnols, ajoute : « On acquit la certitude qu’il y avait là des hommes comme ailleurs83 ». Voilà ce qui fut alors constaté ; auparavant, lors du passage du mestre de camp Gonzalo Lopez, on avait cru que la bourgade du rio Ciguatan ((C’est certainement ainsi qu’il faut lire Aguatan ” que se dice de las mujeres. ” (Ibid. p. 368) et Capuatan, où il y avait plus de femmes que d’hommes, « por donde se tuvo que era pueblo de mujeres, como se decía, y no se averiguó, porque no llevaba lengua que los entendiese ». (Ibid., p. 366).)) n’avait qu’une population de femmes, parce qu’elles étaient plus nombreuses que les hommes, mais on ne s’en était pas assuré faute d’interprète qui les entendît. — Entre Piazta et Culiacan, est-il dit dans la Relation anonyme d’un autre compagnon de Nuño de Guzman, « nous arrivâmes à la bourgade de Ciguatlan, chef lieu de certaines localités du voisinage, que l’on disait être peuplées d’Amazones. Là et dans les environs on ne trouve que des femmes et peu ou point d’hommes ; c’est pourquoi l’on fut d’autant mieux persuadé que c’était là le Pays des femmes dont on avait entendu parler ; mais la cause pour laquelle on ne trouva point d’hommes avec elles, c’est que ceux-ci avaient reçu l’ordre de nous attaquer en certain endroit. La preuve qu’il en était ainsi, c’est qu’en revenant des montagnes et des déserts infranchissables, nous les trouvâmes dans les maisons avec leurs femmes et leurs enfants, tout comme dans les autres bourgades. On ne put jamais trouver d’interprète84 qui les entendît85. »

Au delà de Piaztla, dans un campement, où l’on passa quatre à cinq jours, « on apprit, dit un autre anonyme, que l’on était fort près de Ciguatan dont on entendait parler, depuis une année, comme d’une curiosité, quoiqu’il n’en fût rien. De là, le gouverneur [Nuño de Guzman] envoya par des voies différentes le mestre de camp [Gonzalo Lopez] avec 35 cavaliers, et Samaniego avec 25, afin d’entrer de deux côtés dans ce pays que l’on croyait être fort peuplé. Ainsi fut fait et chacun d’eux trouva beaucoup de bourgades. Arrivés au rio Ciguatan, ils en traversèrent huit, grandes et petites, où il y avait quelques hommes de guerre et quantité de femmes. Celles-ci différaient beaucoup, aussi bien par le costume que pour être plus soignées, de celles que l’on avait vues jusqu’ici. Les guerriers peu nombreux étaient bien équipés avec panaches, arcs, flèches et massues. Ils dirent qu’ils étaient des bourgades voisines et qu’ils venaient défendre les dames Amazones, dont on prit un grand nombre. On sut depuis, par les interprètes, que ces femmes disaient être venues par mer et que, d’ancienneté, elles avaient pour règle de ne pas avoir de maris et de ne pas souffrir d’hommes parmi elles ; niais qu’en certains temps les voisins venaient cohabiter avec elles ; les accouchées enterraient vivants les garçons, mais élevaient les filles ; que depuis peu de temps on n’y tuait plus les enfants mâles, mais qu’on les gardait jusqu’à dix ans ou un peu plus et qu’alors on les donnait aux pères. C’est ce que l’on ne put bien éclaircir parce que les interprètes étaient peu experts. On en donna avis au gouverneur qui arriva le surlendemain. Jusqu’ici la contrée est bien approvisionnée en maïs et en légumes ; il y a beaucoup de poissons et quelques fruits, peu de gallinacés ; nombreuses sont les bourgades dans ce territoire où est aujourd’hui située la ville de San Miguel. Ou s’y arrêta dix à douze jours et l’on y reçut des informations sur la province de Culiacan86 ». — Garcia del Pilar lui-même qui était interprète affirme que, faute de bien comprendre les femmes de Ciguatlan, on ne put savoir si elles vivaient dans le célibat ou dans le mariage ; mais il n’y avait là que peu d’hommes, tout le reste était de l’autre sexe dans cette bourgade située sur le bord d’une rivière et près de la mer87.

La Relation du mestre de camp Gonzalo Lopez, dont il a été question88, quoique étant des plus circonstanciées relativement à cette expédition89 ne contient pourtant que peu de renseignements sur les Amazones. Du campement situé au delà de Bayla où Nuño de Guzman s’arrêta cinq à six jours, il envoya l’Alcalde90 et G. Lopez, chacun d’un côté, à la recherche des femmes qui, d’après les rapports de certains indigènes, devaient se trouver près d’une grande rivière. Lopez y rencontra une grande bourgade où il ne vit que trois vagabonds avec un millier de femmes qui prirent la fuite et dont il fit arrêter une grande partie. Elles n’étaient vêtues que de longues chemises descendant jusqu’à terre, quelques-unes ornées de grelots ; les hommes avaient des plaids [mantas] et quelques-uns des scapulaires comme ceux des frères Dominicains. Des gens que Lopez avait chargés d’explorer la rivière en amont et en aval, y trouvèrent beaucoup d’hommes et de femmes qui ne s’enfuirent pas sans avoir combattu ; ils prirent quatre de ceux-là et jusque à trois cents de celles-ci91. Mais Lopez eut beau battre la campagne jusqu’à soixante dix lieues de Culiacan, il ne put découvrir de vraies Amazones92. C’est près du rio de las Mugeres que Nuño de Guzman fonda la ville de San-Miguel93 [de Navito94].

Voilà ce que nous avons recueilli dans des livres passablement rares et peu accessibles à la plupart des lecteurs européens. Malgré la monotonie résultant de la répétition des mêmes faits, presque dans les mêmes termes, nous avons tenu (conformément à une constante méthode qui nous parait devoir être celle de la sérieuse érudition traitant de faits peu connus) à ne pas procéder par voie d’allusions et de renvois aux sources, mais à reproduire celles-ci, soit clans des traductions intégrales, soit dans de substantielles analyses avec commentaires, afin que chacun puisse juger par soi-même des conclusions que nous en allons tirer. Remarquons d’abord que les femmes guerrières du Nouveau Monde (voy. supra, p. 288, 289, 291, 296, 297, 299, 300, 303, 304, 305, 311), dédaignant les occupations de leur sexe (supra, p. 288), vivant dans le célibat et excluant les hommes de leur société, au moins la plus grande partie de l’année (supra, p. 287, 288, 294, 295, 298, 300, 302, 303, 304, 305, 306, 309, 312, 314, 318), mettant à mort (p. 299, 304, 312, 318) ou renvoyant aux pères leurs enfants mâles (p. 289, 291, 295, 299, 300, 302, 305, 306, 310, 315), ne gardant avec elles que les filles nées (le relations temporaires (p. 289, 295, 299, 300, 302, 303, 304, 310, 315, 318) et systématiquement privées d’une mamelle (p. 299, 302, 306), — correspondent presque de point en point à l’idée que les auteurs classiques nous donnent des Amazones de notre continent.

Ce ne sont pourtant pas les Espagnols qui ont puisé dans les écrits des Anciens cette tradition plus ou moins historique pour la transplanter en Amérique ; elle y était connue avant leur arrivée et ils l’y ont trouvée dans des contrées assez éloignées l’une de l’autre (supra, p. 313) pour que les communications entre elles aient été longues et difficiles ; elle avait dû mettre un certain temps pour se propager de l’une aux autres. Chr. Colomb l’entendit conter par des insulaires de Haïti qui, d’après le P. B. de las Casas, la localisaient à la Martinique (supra, p. 288) ; G. Formuth la trouva dans le bassin de l’Orenoque (p. 294) ; Orellana, le P. Yves d’Evreux, les compagnons de P. Texeira, Laureano de la Cruz, dans celui du Mareñon (p. 296-299, 301-305) ; Gomara, signala son existence dans les Lucayes (p. 292) ; P. Martyr, dans les îles voisines du littoral des Culuas (p. 306) ; Gonzalo de Sandoval dans une île située à 10 journées de Colima, près du littoral de l’Océan Pacifique (p. 309-310) ; et Nuño de Guzman qui, pour être un homme pratique, n’en poursuivait pas moins des chimères, perdit son temps à chercher des Amazones sur les rives du rio Ciguatan ou rio de las Mugeres (p. 311-315, 319).

Loin d’avoir été les inventeurs ou même les simples propagateurs de cette tradition les Espagnols ne croyaient même pas qu’elle eùt le moindre fondement et la traitaient de fable : B. de las Casas (supra, p. 289), P. Martyr (p. 290-291), Chirinos d’après Xiconaque (p. 315), Gomara (p. 293, 298-299), J. Perez de Tolosa (p. 294), Herrera (p. 298), J. de Castellanos (p. 299-300), Oviedo y Valdés (p. 309-310), Nuño de Guzman (p. 315-316), Laureano de la Cruz (p. 305) affirmaient qu’il n’y avait pas trace de Amazones dans le Nouveau Monde, et plusieurs d’entre eux disaient que c’était pure fiction ou mensonge des indigènes (p. 291, 293, 294, 296, 297, 298-300, 304, 310, 316). Certains, après avoir cru à l’existence des Amazones transatlantiques, acquirent la conviction que les récits sur elles, étaient soit totalement erronés (p. 290, 306, 315-316, 319 n. 2), soit fondés sur de simples apparences ou des analogies non essentielles (p. 297-303, 306). S’il était vrai par exemple qu’il y eut des territoires gouvernés par des reines (p. 296 et aussi sur le littoral du Pacifique) et des bourgades où les femmes restaient seules pendant les expéditions ou les déplacements temporaires des hommes (p. 316, 317), il était faux qu’elles vécussent dans le célibat (p. 288, 290, 299, 301 n., 316), qu’elles missent à mort les enfants mâles (p. 299, 304, 318) et qu’elles fussent privées d’une mamelle (p. 299, 302, 306).

Ces derniers détails répugnent tellement aux instincts maternel et féminin que si, par impossible, ils étaient vrais pour des viragos de l’antiquité asiatique, ils auraient besoin d’avoir été dûment constatés chez des femmes du Nouveau Monde pour accréditer l’origine américaine de la tradition sur des Amazones transatlantiques, et alors même que l’on serait disposé à regarder celle-ci comme indigène, il resterait à expliquer comment elle se serait formée, à peu près identiquement et par génération spontanée, chez tant de populations éloignées les unes des autres et différant par les croyances, les mœurs, le langage. On ne peut croire que les diverses tribus chez lesquelles cette fable était répandue, aient eu indépendamment l’une de l’autre l’étrange conception de marâtres égorgeant ou expulsant systématiquement la moitié de leur progéniture ; de femmes, dénaturées se mettant d’accord entre elles pour exclure de leur société les pères de leurs enfants ; de personnes du sexe faible se soumettant bénévolement à la douloureuse exérèse d’une mamelle.

Ces divers traits sont tellement invraisemblables qu’ils n’auraient certes pas été imaginés de la même façon en plusieurs pays ; la fable dont ils sont les principaux éléments ne doit avoir eu qu’un seul berceau et, comme celui-ci n’a été trouvé aucune part en Amérique, il faut le chercher dans l’Ancien Monde, car les Indiens n’ont fait que répéter et en partie seulement ce, que l’antiquité grecque et latine avait dit des Amazones ; ils n’y ont rien ajouté et n’ont fait que leur attribuer pour demeure certains lieux se prêtant, pour une cause ou pour une autre, à cette localisation, par, exemple Matinino, parce que les femmes de cette île restaient seules une partie de l’année (voy. supra, p. 288-291) pendant les courses maritimes de leurs maris, les pirates Caraïbes ; les Lucayes, parce que la beauté des femmes y attirait temporairement des hommes venus de loin (p. 292-293) ; le bassin de l’Orénoque, parce que des femmes y exerçaient le caciquat (p. 295-297), et le bassin des Amazones, parce qu’il y avait sur les rives de ce fleuve des femmes guerrières (p. 295-304) ; l’ouest de la région isthmique, parce qu’il y avait sur le versant occidental des territoires gouvernés par des reines et qu’en nahua Cihuatlan et Cihuatlampa, mots dont le radical est le même, signifient respectivement : contrée des femmes et bande ou direction de l’ouest (p. 309, 311 note 4).

Ainsi, sauf la localisation, la fable des Amazones américaines est empruntée de toutes pièces à nos traditions classiques et l’on n’est pas surpris de ce qu’elle ait rayonné si loin et ait été si vivace, quand on sait avec quelle facilité les mythes et surtout les contes passent d’une contrée ou d’une génération à l’autre, et se propagent ou se perpétuent de la sorte dans le temps et dans l’espace. Mais il reste à montrer comment elle a été transportée toute faite d’un continent à l’autre. Ce n’est évidemment pas sur les vaisseaux des découvreurs Espagnols puisqu’elle existait dans les Antilles avant le premier voyage de Chr. Colomb ; elle n’aurait d’ailleurs vu se répandre en trente ou quarante ans seulement dans de vastes territoires fort éloignés les uns des autres et, qui plus est, séparés par la langue, les mœurs, les haines de tribus à tribus, lesquelles pour ces diverses raisons n’auraient pu s’entendre dans le cours d’une seule génération. Les Amazones ont été connues, au moins de nom, par les Anciens Scandinaves, comme on le voit dans la Trœjumannasaga ((Dans Hauksbók, édit. par la Soc. R. des Antiquaires du Nord, Copenhague, 1892-1896, gr. in-8°, p. 218.)) (Saga des Troyens), traduction fort libre d’après Darès et d’autres écrivains, faite vers la fin du XIIIe siècle95. Mais ils avaient alors cessé depuis longtemps d’entretenir des relations avec le Vinland (Nord des Etats-Unis), la contrée la plus méridionale du Nouveau Monde qu’ils aient visitée et, autant qu’on peut le savoir, il n’y a pas lieu de penser que l’influence de leurs colonies transatlantiques se soit fait sentir dans la zône intertropicale des deux Amériques.

Quant à leurs prédécesseurs96, les Papas Gaëls, on pourrait supposer que ces disciples de Saint Columba, comme lui zélés copistes non seulement des textes et des commentaires bibliques, mais encore des ouvrages profanes97, avaient transplanté la tradition des Amazones dans le bassin du golfe et du fleuve Saint-Laurent, d’où essaimèrent vers le sud nombre de missionnaires et d’aventuriers98, et qu’elle se serait répandue avec eux dans les Antilles, l’Amérique du Sud et le Mexique. Mais cette conjecture n’aurait pour elle que la vraisemblance, faute d’être étayée d’aucun document pour attester que cette fiction était familière aux propagateurs de la civilisation dans la région isthmique. Il est plus naturel de penser qu’elle était connue des sectateurs d’Hercule (Ogmios, l’Ogma des Gaëls), établis avant notre ère sur les rives de la Méotide transatlantique ou golfe du Saint-Laurent. Ce demi-dieu, au dire de l’un de ses prêtres qui, allant en pèlerinage à Ogygie (l’Islande) et de là aux autres sanctuaires de Kronos [Saturne] dans l’Ancien Monde, s’entretint avec le dictateur Sylla de la nature transatlantique et de ses colons européens, — ce demi-dieu était en grand honneur chez les riverains de la Méotide, dont ses compagnons mêlés à la population kronienne en avaient adouci les mœurs. Comme il passait pour avoir vaincu les Amazones en Asie-Mineure et dans l’Attique, ce trait de sa légende avait dû frapper aussi bien en Amérique qu’en Europe les peuples qui lui rendaient un culte. L’adaptation de cette fable aux viragos du Nouveau Monde nous semble donc concourir fortement à prouver la réalité de l’entretien99 de Sylla avec le pèlerin de la Méotide et la véracité de ce dernier.

La description d’Ogygie, sa situation sous le cercle polaire, la douceur relative de sa température, ses convulsions titaniques ou éruptions de ses volcans, les glaces que vomissent les rivières gelées du Grœnland et qui obstruent la navigation, l’existence d’un grand continent transatlantique et de plusieurs groupes d’îles dans la mer Kronienne ou partie septentrionale de l’Océan, celle d’une mer comparable à la Méotide européenne et située à la même latitude — toutes ces assertions sont conformes aux notions de la géographie positive. En ce qui concerne la nature de ces îles, contrées et parages, on pourrait déjà affirmer que Sylla ou tout au moins Plutarque, qui rapporte son récit, avaient été bien renseignés, mais on pouvait douter que les fictions helléniques fussent acclimatées dans la Nouvelle Méotide, comme le rapportait le pélerin ; désormais, on aura la preuve inattendue que l’une d’elles au moins, après y avoir été admise comme un fait réel, était disséminée au loin et au large dans les différentes parties de l’Amérique. C’est ainsi qu’approfondissant les sources, jusque dans les détails en apparence insignifiants, en les groupant et en montrant leur étroite connexité avec d’autres, on est arrivé, sinon à résoudre, du moins à poser nettement une question dont l’examen s’impose aux démomathes des deux mondes et dont la solution éclairerait certains points obscurs de la haute antiquité américaine.

EUG. BEAUVOIS.

  1. Voir le site de la revue, url : <https://poj.peeters-leuven.be/content.php?url=journal&journal_code=MUS>. []
  2. Beauvois, Eugène, « La fable des Amazones chez les indigènes de l’Amérique précolombienne », Le Muséon, 1904, nouvelle série, vol. V, fascicules III-IV, p. 287-326. Disponible en ligne, url : <https://archive.org/details/in.ernet.dli.2015.56365/page/n289/mode/2up>. []
  3. Voir url : <https://amoxcalli.hypotheses.org/32423>. []
  4. Giornale di borde, édité dans Raccolta di documenti e studi pubblicati dalla R. Commissione Colombiana, pel quarto centenario dalla scoperta dell’ America, part. I. canton. les Ecrits de Chr. Colomb, édités et commentés par Cesare de Loilis, t. 1, Rome 1892, in-fol. p. 96. []
  5. De la Isla de Mugeres sin hombres dixo aquel Yndio que era toda poblada de mugeres sin hombres…… Destas islas dize el Almirante que avia por muchas personas, dias avia, noticia……. Dize que entendia algunas palabras, y por ellas diz que sacó otras casas, y que los Yndios que consigo traja, entendian más. » (Giorn. di bordao p. 96). []
  6. Ecrit ailleurs Mateunin, Matanino, Madanina, Mathanino, Mathinino, Matrimino, Matrino et même Masemitro, aujourd’hui la Martinique. []
  7. La Martinique est en effet, dans le groupe septentrional des Petites Antilles, le seul que connût alors Chr. Colomb, prima ex Hispania in Indiam trajicientibus. []
  8. Lettre de Chr. Colomb à L. de Santangel et à G. Sanchez, texte espagnol dans la Raccolta citée plus haut (p. 287, n. 1 Part. I, t. I, p. 131 ; trad. en latin par Aliander de Cosco, ibid., p. 131. Quoique les variantes n’aient pas d’importance pour le présent sujet, on peut conférer : Lettera in lingua spagnuola diretta da Cristoforo Colombo a Luis de Santangel, riprodotta a facsimile, por G. d’Adda. Milan, 1866, in-4 ; — The letter of Columbus on the Discovery of America, a Facsimile of the Pictorial Edition, with a new and literal Translation, and a complete Reprint of the oldest four editions in latin, printed by order of the Trustees of the Lenox Library, New-York, 1892, in-8°, p. 50. []
  9. Giornale di bordo, p. 100 dans le t. I, de la 1re part. de la Raccolta. []
  10. Memoriale di Cr. Colombo pel secondo viaggio, p. 227-228 du t. I, de la 1re part. de la Raccata. []
  11. II rapporte en effet que, dès le 13 janvier 1493, un indigène de Haïti, emmené comme interprète, parla à Chr. Colomb « d’une île nommée Matinino, où il y avait beaucoup d’or et qui était exclusivement habitée par des femmes ; des hommes y allaient en certains temps de l’année ; s’il naissait des filles, elles les gardaient avec elles, mais les garçons étaient envoyés à l’île des hommes. Or il faut savoir ,, (Historia de las Indias, composée de 1527 à 1561. L. I, ch. 25, p. 281 du t. I de l’édit. de José M. Vigil, Mexico, 1877, in-4°. []
  12. Id. ibid. []
  13. Plusieurs d’entre eux étaient originaires de Burichena ou Boriquen (P. Martyr, De Orbe Novo, déc. I, L. II, ch. 1, 2) aujourd’hui Puerto-Rico, dont les insulaires avaient de grands rapports avec ceux de Haïti (Antonio de Herrera, Historia general de los hechos de los Castellanos en las islas y tierra firme del mar Oceano, Déc. I, L. VII, ch. 13, p. 196). []
  14. Il résidait à la cour comme chapelain de la reine Isabelle et précepteur des pages ; il fut nommé conseiller royal pour les Indes en 1518 et, lors de la création du Conseil des Indes en 1524, il en devint secrétaire. (Un lettré italien à la cour &Espagne (1448-1528) : Pierre Martyr d’Anghera, par J. H. Mariéjol, Paris 1887, in-8°, p. 157, n. 3). []
  15. P. Martyr, De Orbe Novo, Déc. L L. II, ch. 2 ; — plus loin, Mathinino (Déc. I, t. I, L. IX, ch. 2) et Matinina (Déc. III, L. V, ch. 1) ; — identique avec Matinino de Las Casas. — De là vient par corruption le nom actuel de la Martinique. []
  16. Colomb ne put donc vérifier les assertions des insulaires, et ceux-ci qui n’étaient pas des Caraïbes et qui au contraire les fuyaient (Las Casas, Op. cit. L. I, ch. 67, 68, p. 280, 283 du t. I ; P. Martyr, De Orbe Novo, Déc. I, L. II, ch. 2), n’avaient pu constater de visu ce qui se passait à la Martinique ; ils ne faisaient que répéter une tradition courante sans avoir été à même de la contrôler. []
  17. Id. ibid. Déc. I, L. II, ch. 2, p. 83-84 du t. I de l’édit. de D. Joachim Torres Asensio, Madrid, 1892, in-8°. []
  18. Escritura de Fray Román (Pane) §§ 1-5, p. 282-286 du t. I de Historia del Almirante Don, Cristobal Colon, escrita por Don Fernando Colon su hijo, Madrid 1892, in-18. — Cfr. la trad. franç. de cet écrit (p. 432-435), insérée par Brasseur de Bourbourg dans Relation des choses du Yucatan de Diego de Landa. Lyon 1864, gr. in-8°. []
  19. De Orbe Novo, Déc. I, L. IX, ch. 2, p. 193-194 du t. I. []
  20. Id. ibid., p. 197. []
  21. Localisée par P. Martyr (De Orbe Novo, Déc. II, L. II, ch. 1, p. 314 du t. I) dans l’île de Boiuca ou Agnaneo, qu’il dit être située à 325 lieues au nord de Cuba ; par Gomara (Historia de las Indias, p. 181 du t. I de Historiadores primitivos de Indias, édit. de E. de Vedia, Madrid, 1863, gr. in-8°), dans l’île de Boiuca, qu’il distingue de Bimini ; par Juan de Castellanos (Elegias de Varones ilustres de Indias, Madrid, 1847, gr. in-8°, p. 69), dans l’île qu’il qualifie de puissante et qu’il confondait probablement avec la péninsule Floridienne, comme le faisait B. de las Casas (Hist. de las Indias, L. III, ch. 20) ; par Oviedo y Valdés (Historia general y natural de las Indias, édit. par José Amador de los Rios. Madrid, 1851-1855, in-4″, t. I, p. 482), dans une des îles de Bimini ; par Ant. de Herrera (Déc. I, L. IX, ch. 2, p. 245), à Bimini qu’il distingue de la Floride. Tous ces passages sont reproduits et traduits dans notre mém. sur la Fontaine de Jouvence et le Jourdain (Le Muséon, Louvain, t. III, n° 3, 1881, p. 409, 415, 416, 417) ; ils méritaient d’être rappelés ici à cause de la proximité prétendue de cette fontaine et de la demeure des Amazones Lucayennes. []
  22. Y de alli creo que manó el decir como por aquella parte habia Amazonas y una fuente que remozaba los viejos. (Hist. de las Indias, p. 178). []
  23. Voy. plus loin, p. 299. []
  24. Gonzalo Fernandez de Oviedo y Valdés, Hist. gen. y natural, t. II, p. 310. []
  25. Id., ibid. t. II, p. 302, 315 ; Castellanos (Elegias, p. 211) dit que le départ eut lieu en 1536 ; — Lucas Fernandez de Piedrahita (Historia general de las conquistas del Nuevo Reino de Granada, 1688 ; nouv. édit. Bogotá, 1881, in-8°, L. III, ch. 4, p. 62) place le retour en 1537. []
  26. José de Oviedo y Baños, Historia de la conquista y población de la provincia de Venezuela, édit par C. Fernandez Duro, Madrid, 1885, in-8°, t. I, p. 131. []
  27. Description de son gouvernement, envoyée en 1546 à Charles Quint et publiée dans l’append. à l’ouvrage précité d’Oviedo y Baños, t. II, p. 235. []
  28. Oviedo y Valdés, Op. cit., t. II, p. 2416-247 ; cfr. t. III, p. 576. — Sur la carte qui est jointe au t. II, le territoire d’Orocomay est placé dans le delta de l’Orenoque ou Huyapari. []
  29. Oviedo y Valdés, Op, cit., t. Il, p. 362. []
  30. Id. ibid., t. II., p. 405-406). []
  31. Herrera, Déc. VI, L. IX ; ch. 2, p. 192. []
  32. Id. ibid., ch. 4, p. 195. []
  33. Pedro Simon dit à propos de ce combat que ce n’était pas un motif suffisant pour donner au Marañon le nom de fleuve des Amazones ” pues se han hallado otras muchas provincias en estas Indias, que han echo las mugeres lo mismo. ” (Noticias historiales de las conquistas de Terra Firme en las Indias occidentales, t. I réédité d’après l’édition de Cuenca 1626, à Bogota, 1882 pet. in-4°, part. 1re, not. VI, ch. 26 p. 291). []
  34. Descubrimiento del rio de las Amazonas segun la relacion de Fr. Gaspar de Carrajal, con otros documentos referentes à Francisco de Orellana, avec introd. histor. par José Toribio Medina, Séville, 1894. []
  35. Herrera, Déc. VI, L. IX., ch. 4, p. 196. []
  36. Id. ibid., ch. 5, p. 197. []
  37. Hist. de las Indias, p. 210. []
  38. L’auteur fait probablement allusion à Orocomay, dont il a été question plus haut (p. 295) et qui, d’après Oviedo y Valdés, habitait dans le bassin de l’Orénoque, près de l’un de ses bras qui débouche dans le golfe de Paria. []
  39. Capitulacion que se tomó con Francisco Orellana, à Madrid 13 février 1544, p. 106 du t. XXIII (1875 in-8°) de Coleccion de documentos inéditos del Archivo de Indias. []
  40. Voy. plus haut, p. 295. []
  41. Elegias, p. 157. []
  42. Id. ibid., p. 232-233. []
  43. ” Le nom de fleuve des Amazones, dit-il, vient de femmes guerrières qui combattirent et se défendirent contre les premiers découvreurs, notamment Orellana. C’est une fable selon les uns, mais d’autres veulent qu’il y en ait eu effectivement et qu’il y en ait encore, en faisant sur elles les mêmes récits que sur celles du Thermodonte en Asie. Ce qu’il y a de certain, c’est qu’il y eut des Indiennes qui aidaient leurs maris à la guerre, comme c’est la coutume chez la plupart des barbares américains, et comme l’expérimentèrent Gonzalo Ximenez de Quesada (supra, p. 296) dans le royaume de Tunja, Sehastien Benalcazar en Popayán, Pedro de Valdivia en Chili, et d’autres conquistadors en divers pays. Celles du Marañon qui tinrent tête à Orellana étaient de la tribu des Omaguas, qui possédaient les îles et les rives du fleuve. Les histoires qui décrivent le pays, le gouvernement et les coutumes de ces prétendues Amazones sont du délire et des rêveries de gens qui ont publié des merveilles pour accréditer leurs voyages et leurs relations. ” (Diccionario geográfico-historico de las Indias occidentales ó America. Madrid, 1788, in-8, t. III, p. 67). Aux explorateurs cités par Alcedo, on peut ajouter le capitaine de frégate José Solano qui parcourut les bassins de l’Orenoque et du rio Negro, de 1754 à 1766, en qualité de commissaire de l’Espagne pour la délimitation du Venezuela et du Brésil, et qui dans sa relation inédite énumère nombre de tribus riveraines du Marañon, où des femmes se battirent héroïquement à côté de leurs maris, mais chez lesquelles il n’y avait pas de traditions sur des Amazones d’autrefois ou d’alors. (Ces. Fernandez Duro, dans son édit. de l’ouvr. précité d’Oviedo y Baños, t. II, p. 388). []
  44. Alcedo, Op. cit., t. III, p. 374. []
  45. Descriptionis Ptolemaicæ augmentum. Louvain, 1597, in-4°. (Carte du Pérou, entre les pp. 126 et 127). []
  46. Op. cit. t. I, p. 190. []
  47. Voyage dans le nord du Brésil, fait durant les années 1616 et 1614, par le P. Yves d’Evreux, publié par Ferdinand Denis, Leipzig et Paris, 1864, in-8°, p. 25-26. []
  48. Qu’il ne faut pas confondre avec Pedro Teixeira qui voyagea en Orient vers 1600 et publia des Relaciones (Anvers, 1610, in-12 ; trad. en anglais par W.-F. Sinclair, pour la Société Hakluyt. Londres, 1901, in-8°), contenant l’histoire des rois de Perse et son itinéraire de l’Inde à l’Italie par terre. []
  49. Viaje del capitán Pedro Texeira aguas arriba del rio de las Amazonas 1638-1639, publié avec introd. et continent. par M. Jiménez de la Espada, dans Boletin de la Sociedad geográfica, p. 85-86 du tirage à part. Madrid, 1889, in-8°. []
  50. On voit par le contexte que cette rivière était située en aval du Rio Negro, du Rio de la Madera et de l’Isla grande de los Tupinambas, mais en amont de l’Urixamina, éloignée de plus de 360 lieues de la mer et où les marées se faisaient pourtant sentir. []
  51. Nuevo desculwimiento del gran rio de las Amazonas, por el P. Ch[[i]]rstoval de Acuña, Madrid, 1641. in-12, ch. 71 et 72, fol. 36 et 37 ; trad. en français par De Gomberville, Paris, 1682 ; Amsterdam 1725, 2 vol. in-12 ; en anglais par Clements R. Marklham, dans Expeditions into the Valley of the Amazonas, 1539, 1540, 1639, formant t. XXIV de Works issued by the Hakluyt Society. Londres, 1859, in-8°. []
  52. Comme l’explorateur franciscain la place à plus de trois cents lieues de la mer, c’est évidemment la même que Cr. d’Acuña appelle rivière des Cunuris. []
  53. Nuevo descubrimiento del rio de Marañon, llamado de las Amazonas, écrit à Madrid en 1653, édité par Fr. Marcellino da Civezza, dans son Saggio di bibliografia geografica, storica, etnografica Sanfrancescana. Prato 1899, gr. in-8°, p. 299. []
  54. Extant et in huius Colluacanœ lateribus aliæ sitæ insulæ, in quibus silæ mulieres habitant sine virorum coinniercio (De Orbe Novo, Déc. IV, L. IV, p. 20). []
  55. Id., ibid., p. 20. []
  56. Le dernier mot de ce composé est, comme le radical de Colluacana, une forme du nahua Culua ou Colhua que Toribio Motolinia (Historia de los Indios de Nueva España, p. 4, 5, 10, 11, du t. I de la 1re Coleccion de documentos para la historia de México, édit. par F. Garcia Icazbalceta, Mexico, 1858, in-8°) emploie concurremment avec Acolhua pour désigner les premiers civilisateurs du Mexique et les habitants de Tezcuco, dont les rois eurent longtemps l’hégémonie dans la fédération du haut Anahuac. Leur nom, paraît-il, fut appliqué à l’ensemble des peuples, même hétérogènes qui la composaient, et il lui resta même après que les Tenuches de Mexico se furent arrogé la suprématie. Le composé en question signifie donc San-Juan-des-Culuas. []
  57. Toda esta Nueva España que los Indios llamaban enfonces Culhua, por ser Culhuas los Mexicanos que la señoreaban. (J. de Torquemada, Mon. ind. L. XIX, ch. 31, p. 383 du t. III). []
  58. Motolinia, Op. cit., p. 5, 11. []
  59. Cet idiome des Culuas et des Tenuches de Mexico était également celui d’une partie des populations de la Nueva Galicia (Matias de la Mota Padilla, Historia de la conquista de la provincia de la Nueva Galicia, Mexico, 1870, in-4°, p. 21, 27), où sont situés Culiacan et les deux Cihuatlan dont il va être question. []
  60. Dans sa 3e Relation anonyme sur l’expédition de Nuño de Guzman, Culuacan et Culiacan désignent la même localité, (1re Col. de doc. d’Icazbalceta, t. II, p. 452-456, 458, 459). — Oviedo y Valdés (Op. cit., t. III, p. 560, 561) n’emploie que la forme Culuacan. []
  61. On écrit aussi Ciuat et Ciguat, avec la suffixe locative tan qui équivaut à tlan. []
  62. En nahua Topillzin un des surnoms de Quetzalcoatl. « Por nuestro señor se entendia por Quetzalcohuatl, y no por otro alguno. » (Bart. de las Casas, Apol. hist. ch. 122, à la fin du t. V, de l’édit. madrilène de son Hist. de las Indias, 1876, in-8°, p 450). — Voy. d’autres références dans notre mém. sur La contrefaçon du christianisme chez les Mexicains du moyen-âge (Le Muséon, t. XVII. Louvain 1898, in-8°, p. 132). —Il faut toutefois remarquer que si cette tradition s’applique ici à Quetzalcoatl, elle est difficile à concilier avec celle qui lui attribue l’immortalité non dans la station du soleil couchant, mais dans la station du soleil levant, d’où il venait. Voy. les sources citées dans notre mém. sur La Tula primitive, berceau des Papas du Nouveau Monde (Le Muséon, 1891, p. 214-215). []
  63. Sahagun, Op. cit. L. I, ch. 10 ; L. VI, ch. 29 ; L. VII, ch. 5, 8, p. 20, 433-437, 486-487 de la trad. franç. []
  64. Id, ibid., Déc. III, L. III, ch. 17, p. 106. []
  65. Ce passage est emprunté presque mot pour mot à la 4e Relation de F. Cortés, dont voici les propres termes : ” Asimismo me trujo relacion de los señores de la provincia de Ciguatan, quo se afirman mucho haber une isla toda poblada de mujeres sin varon ninguno, y que en ciertos tiempos van de la tierra firme hombres con las cuales han aceso, y las que quedan preñadas si paren mujeres las guardan y si hombres los echan de sa compañia, y que esta isla está diez jornadas desta provincia, y que muchos dellos han ido allá y la han visto : Dicenme asimismo que es muy rica de perlas y oro. (Carta cuarte, datée de Temixtitan [Tenuchtitlan ou Mexico] le 15 octobre 1524, dans le t. I, p. 102 de Historiadores primitivos de Indias, édit. par E. de Vedia). — A la différence d’Oviedo qui écrivait après d’infructueuses recherches, Cortés ne rejette pas à priori, comme fabuleux, ce récit qu’il se proposait de contrôler pour en envoyer un ample récit à Charles Quint ; mais on ignore s’il eut occasion de le faire. []
  66. Pero d’estas mugeres no dá fée algun Chripstiano, salvo aquellos Indios de Ciguatan lo testilficaban de la manera ya dicha (Hist. gen. y nat. de Indias, t. III, p. 447). []
  67. M. de la Mota Padilla, Op. cit., p. 25. []
  68. Id. ibid., p. 25-27, 83. []
  69. T. XIII, p. 391, 393 de Col. de doc. in4cl. del Archivo de Indias ; — écrit Omistlàn,, ibid., p. 408 ; Omitlan, Umitlan, et Humitlan dans divers documents publiés par Icazbalceta dans le t. II, de sa 1re Col. p. 254, 278, 470 ; Umitan, par Herrera , Déc. IV, L. VIII, ch. I. p. 151. []
  70. Ces femmes armées, pourvues de grandes richesses et prises pour des divinités terrestres paraissent avoir eu pou r prototypes les Ciuapiltin de la mythologie mexicaine. Celles-ci en effet étaient, comme on l’a dit (supra, p. 308) des mortelles divinisées ; le visage, les bras et les jambes (autant, dire toutes les parties visibles) de leurs images étaient blanches. (A rapprocher, de ce qui aurait été rapporté à Pedro Texeira de la prétendue parenté des hommes barbus avec les Amazones du Marañon (supra, p. 305) et de ce qui fut dit à Gonzalo Lopez de l’origine transmarine (p. 318) de celles de Cignatan) ; elles avaient des oreilles en or. On donnait à ces femmes immortalisées la qualification de vaillantes ; les vieilles accoucheuses qui accompagnaient leur cadavre au lieu de sépulture étaient armées de glaives et de boucliers pour le défendre contre les entreprises de jeunes guerriers qui cherchaient à s’emparer du corps pour en faire des reliques et des talismans militaires. Les Ciuapipiltin elles-mêmes qui jouissaient à perpétuité de toutes sortes de délices dans la station occidentale du soleil étaient en opposition avec les guerriers morts sur le champ de bataille, qui avaient leur demeure dans la station orientale du soleil. Ceux ci accompagnaient l’astre du jour depuis son lever jusqu’au zénith ; là ils étaient remplacés par les déesses armées qui suivaient le soleil jusqu’à sa station occidentale où elles étaient relevées par les habitants du Mictlan ou enfer. (Voy. supra, les sources citées, p. 308, n. 3 et 4). – Il y a là un mythe solaire que l’on ne se charge pas d’expliquer, mais on ne répugnerait pas à y voir le germe d’une tradition américaine sur les Amazones, s’il ne lui manquait quelques-uns des traits les plus caractéristiques de celles-ci, comme la cohabitation temporaire, le partage des enfants, l’expulsion ou la destruction des garçons, la privation d’une mamelle. En l’absence des éléments constitutifs de cette fable, le mythe ne peut en être regardé comme l’origine, mais tout au plus comme un des motifs de localiser un pays des Amazones dans l’Ouest du Mexique. []
  71. P. 392 du t. XIII, 1870, de la Col. de doc. inéd. del Archivo de Indias. []
  72. Col. de doc. inéd. del Archivo de Indias, t. XIII, p. 392, 408. — Son mestre de camp, Gonzalo Lopez écrit Uslatlan, Astatlan, Haztatlan et Aztatlan (même recueil, t. XIV, p. 434, 438, 439, 461). Cette localité qu’il dit être à quatorze lieues de Chiametla (p. 438), devait être située vers 22°10 de lat. N., à l’embouchure du rio San Pedro. (Voy. la carte originale qui accompagne la prise de possession de la Nueva Tierra de Santa-Cruz) [Pointe méridionale de la péninsule de Californie] par F ortés en 1535 ; facsimilé dans Narrative and critical History of America, par Justin Windsor, T. II. Londres 1886, gr. in-8°, p. 442. []
  73. Col. de doc. inéd. del Arch. de Indias, t. XIII, p. 408-409. []
  74. Libro segundo de la Cronica Miscelanea…… de la Santa provincia de Xalisco en el Nuevo Reino de la Galicia, par Fr. Antonio Tello, Guadalajara, 1891, in-8°, ch. 38, p. 107-109. []
  75. Voy. plus haut, p. 309-310. []
  76. Hist. gen. y nat., t. III, p. 576. []
  77. Sur la rivière qui baigne cette dernière localité, était situé Navito où fut fondée en 1532 la ville de San Miguel, (Voy. infra, 316, n. 2 et 320 n. 2). []
  78. C’est bien invraisemblable pour de si jeunes enfants qu’il eut fallu sevrer dans un pays dont les habitants n’avaient domestiqué aucun des quadrupèdes laitiers. Autant eût valu faire mourir de suite les infortunés nourrissons. []
  79. Le docte José F. Ramirez n’avait pas fait attention à cette date, lorsqu’il plaçait en 15144 le décès de Nuño de Guzman (Not. sur ce personnage dans Apéndice al Diccionario univereal de historia y de geografia, publié par M. Orozco y Berra, T. II, Mexico, 1836, in-4°, p. 533). []
  80. Il écrivit en effet à la reine Jeanne, mère de Charles-Quint qu’il n’avait pas découvert les Amazones, pour la recherche desquelles il avait commencé son expédition. (Ant. Tello, Op. cit., ch. 67, p. 203 ; cfr M. de la Mota Padilla. Op. cit., p. 51). []
  81. Qui remplaça la ville indigène de Culiacan située plus loin vers le Nord. (Rel. de Gonzalo Lopez, dans le t. XIV, p. 461 des Doc. inéd. del Archivo de Indias. Cfr. supra, p. 314 n. 1 et infra, p. 318 et 320 ; Alcedo, Dicc. t. I, p. 719). []
  82. Oviedo y Valdés, Op. cit., t. III, p. 576-577. []
  83. Voy. sa Rel. dans le t. XIV, p. 368 de Doc. inéd. del Archivo de Indias. []
  84. Cette difficulté de s’entendre, également attestée dans le passage qui précède et dans ceux qui suivent, dénote que le nahua n’était pas ici, comme dans les localités plus méridionales, l’idiome du pays, et que par conséquent le nom nahua de Ciuatlan avait été imposé par les Mexicains. Ce sont ces derniers qui ont localisé dans l’ouest de la région isthmique la fable des Amazones. []
  85. 1re Col. de doc. inéd. d’Icazbalceta, t. II, p. 475-476. []
  86. Ibid., t . Il, p. vrais451-452. []
  87. Id. ibid., t. II, p. 258-259. []
  88. Voy. supra, p. 314-317. []
  89. Elle a été publiée dans le t. XIV, 1870, p. 411-463 de Col. de doc. inéd. del Archivo de Indias, sous la signature de Garcia Lopez, dont le prénom est certainement erroné, soit par la faute de l’éditeur, soit par celle de l’imprimeur. Il faut lire Gonzalo Lopez, comme l’attestent l’auditeur Maldonado, qui reçut le serment de Lopez et le greffier Alonso de Mata. (Ibid., p. 461-463). []
  90. Il s’agit de Lope de Samaniego (cité plus haut, p. 317), alcade de l’arsenal de Mexico, qui explora plus tard le littoral jusqu’au rio Petatlan à 3 journées en avant du rio Sinaloa, et dont le rapport contribua à déterminer Nuño de Guzman à partir pour les Sept-Cités, “ porque de la demanda que de las Amazonas habia tenido, ya se le habia deshecho. ” 1re Relat. anon. sur l’expédit. de Nuño de Guzman dans la 1re Col. de doc. d’Icazbalceta, t. II, p. 291). []
  91. Col. de doc. inéd. del Archivo de Indias, t. XIV, p. 443-444. []
  92. Ibid., p. 459. En aurait-il rencontré, si du 30° de Lat. N. il s’était avancé jusqu’au delà de San-Francisco ? Cronise (Natural Weallh of California. San-Francisco 1868) affirme qu’à l’arrivée des Espagnols, une tribu des Pomos, établie dans le comté actuel de Mendocino, vers 39° 20′ de Lat. N. était soumise à la gynécocratie. Stephen Powers (p. 160-161 de Tribes of California, formant le t. III de Contributions to North American Ethnology, Washington, 1877, in-4°) admet bien que cette fable n’est pas sans fondement, mais il avoue que, malgré de diligentes recherches, il n’a jamais découvert de vestiges de ces sociétés d’Amazones. []
  93. Ibid., p. 461. []
  94. En 1532 ; transférée la même année sur le rio Culuacan (Ant. Tello, Hist. de la Nueva Galicia, fragm. publiés par Icazbalceta dans le t. II, p. 355 de sa 1re Col. de doc.) – Navito est situé par 24° 8′ cle L. N. sur le rio Quila, qui doit correspondre au rio de las Mujeres. []
  95. Finnur Jónsson, dans l’introd. à l’édit. du Hauksbók, p. CIII. []
  96. E. Beauvois, La découverte du Nouveau Monde par les Irlandais et les premières traces du christianisme en Amérique avant l’an 1000 (dans le Compte-rendu du 1er congres intern. des Américanistes. Nancy, 1875, in-8°) ; — Migrations d’Europe en Amérique pendant le moyen-âge : les Gaiëls (dans Mém. de la Soc. bourguignonne de géogr. et d’hist. T. VII, Dijon, 1891, in-8°). []
  97. Id. Les premiers chrétiens des îles nordatlantiques, dans Le Muséon, Louvain, 1888, t. VIII, p. 316, 321-323. []
  98. Id. La Tula primitive, berceau des Papas du Nouveau Monde (dans Le Muséon, 1891). []
  99. Trad. et commenté dans notre mém. sur L’Elysée des Mexicains comparé à celui des Celtes (dans Revue de l’hist. des religions, 5e ann. Nouv. série, t. X, 1884, p. 3-21). []

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search