Document : Animaux domestiques chez d’anciens peuples de l’Amérique du Nord

En 1897, l’historien Eugène Beauvois1 publiait dans la revue Le Muséon : revue d’études orientales, un article sur les animaux domestiques de l’Amérique précolombienne2 que nous republions dans ces pages.


Les notes entre les traits horizontaux ainsi que les mentions entre crochets carrés (« [] ») sont de notre fait.


Animaux domestiques chez d’anciens peuples de l’Amérique du Nord

Nous avons montré, dans un mémoire sur Le Cheval en Amérique avant l’arrivée des Espagnols3, que le noble quadrupède avait été répandu dans les temps précolombiens non seulement chez les Scandinaves du Grœnland, mais encore chez les Blancs de la Grande Irlande (bassin du Saint-Laurent) et dans les pays évangélisés par leurs missionnaires les Papas : le Mexique et le Yucatan. On est dès lors autorisé il induire qu’il y en a également eu dans les contrées intermédiaires. Il est vrai que les notions sur le passé des Etats-Unis ne remontent pas bien haut ; mais si les documents écrits nous font défaut en ce qui concerne les temps précolombiens dans cette grande étendue de territoire, nous ne manquons pourtant pas d’autres moyens d’information. C’est par la graphique et la plastique que d’anciennes tribus de l’Amérique du Nord ont fixé et transmis à la postérité les premières notions qu’elles ont eu du précieux coursier, devenu plus tard l’indispensable auxiliaire de leurs chasseurs de bisons.

Dans l’angle nord-ouest du Nouveau-Mexique, W. H. Holmes a vu en 1875, sur la paroi lisse d’un rocher qui surplombe le lit du rio San-Juan (affluent oriental du rio Colorado), à dix milles en aval du rio de la Plata, une image de cheval fort ressemblante, gravée dans le style particulier aux Navajos de la contrée. A la vérité notre auteur pense que cette figure doit être moderne, parce qu’il n’en a pas rencontré d’analogues dans les nombreuses effigies d’animaux qu’il a rapportées de ce pays4. Mais outre qu’il est fort arbitraire d’attribuer à celle-ci une origine plus récente qu’à d’autres images données par lui comme anciennes, il faut remarquer qu’il y a parmi ces dernières des quadrupèdes moins bien dessinés, il est vrai, mais pouvant passer pour des chevaux, l’un parce qu’il a un ballot ou un bât sur le dos, l’autre parce qu’il est monté par un cavalier5.


Holmas, W. H., « A Notice of the ancient remains of South-Western Colorado examined during the summer of 1875 », Bulletin of the geological and geographical Survey of the Territories, 1876, t. II, n° 1, p. [3]-24.

A peu près à la même latitude, mais vers l’extrémité opposée des Etats-Unis, on a découvert en 1832, dans un mound funéraire à Coosawattee Old Town (comté de Murray au nord-ouest de la Géorgie), deux curieuses croix d’argent, en connexion avec des objets de fabrication indigène ; elles paraissent être des produits européens, mais l’une d’elles a été décorée postérieurement, peut-être en Amérique, d’une chouette sur l’une des faces, d’une tète de cheval sur l’autre et d’une inscription en majuscules latines gravées dans la partie supérieure du disque central, que Charles C. Jones lit :6 IYNKICIDU ou bien, en prenant l’inverse UDICIKNYI. Comme il y a (les traces d’usure, on peut regarder l’inscription comme incomplète, et, en lisant à rebours, il suffirait d’ajouter un J en tète de la dernière leçon pour avoir JUDICIA ou peut être JUDICIUM, ce qui nous autoriserait à penser que cette croix a servi pour l’épreuve du Crucis judicium7, sorte de jugement de Dieu. Si l’on préfère la lecture judicia, la finale A en forme de R retourné, qui est bien connue par les inscriptions romanes des XIIIe et XIVe siècles, donnerait une date approximative à la légende.


Silver Crosses from an Indian Grave-Mound at Coosawattee Old Town, Murray County, Georgia
Jones, Charles C. « Silver Crosses from an Indian Grave-Mound at Coosawattee Old Town, Murray County, Georgia », Mason, Otis T. (éd.), Miscellaneous papers relating to anthropology, Washington : Government printing office, 1883, p. 93-105. Disponible en ligne, url : <https://archive.org/details/miscellaneouspa00masogoog/page/n104/mode/2up>.
Silver Crosses from an Indian Grave-Mound at Coosawattee Old Town, Murray County, Georgia
Jones, Charles C. « Silver Crosses from an Indian Grave-Mound at Coosawattee Old Town, Murray County, Georgia », Mason, Otis T. (éd.), Miscellaneous papers relating to anthropology, Washington : Government printing office, 1883, p. 93-105. Disponible en ligne, url : <https://archive.org/details/miscellaneouspa00masogoog/page/n104/mode/2up>.

Pour ne rien négliger de ce qui peut éclairer le présent sujet, il faut ajouter que l’on a tiré des cavernes, ou exhumé du sol de l’île de Puerto-Rico, un grand nombre de colliers de pierre volcanique, dont plusieurs sont conservés au Musée d’artillerie à San-Juan de Puerto-Rico8 et dont trente cinq font actuellement partie de la collection G. Latimer au Musée national de Philadelphie9. Il y en a un spécimen dans la collection Guesde à Pointe-à-Pitre (Guadeloupe)10 et d’autres en Europe, notamment au Musée du Trocadéro à Paris et au Musée d’Annecy. Quelques-uns d’entre eux offrent une remarquable ressemblance11) avec deux colliers, l’un de trapp, l’autre de granit rouge, trouvés dans les Highlands de l’Ecosse, près des célèbres routes parallèles de Glenroy (comté d’Inverness). Ils ont les mêmes dimensions que les colliers des poneys écossais, mais quoiqu’ils en reproduisent tous les détails, notamment les plis de cuir, les clous, les boucles, les trous d’attache, on ne peut pourtant supposer, dit le célèbre archéologue Daniel Wilson, qu’ils aient jamais fait l’office de colliers12. Ils en sont évidemment des imitations13, on peut bien le conjecturer, mais nous n’avons pas de notions précises à cet égard. Il nous est pourtant permis de dire que de l’ensemble des témoignages historiques et des faits archéologiques, réunis ici pour la première fois, il ressort que le cheval a été connu dans le Nouveau Monde cinq ou six siècles avant l’arrivée des Espagnols. Mais alors, demandera-t-on, comment se fait-il que les premiers explorateurs n’en aient retrouvé dans aucune contrée des deux Amériques ? La réponse est facile quand on sait que les millions de bisons, naguère dispersés dans les régions tempérées de l’Amérique du Nord, ont été presque totalement exterminés par les chasseurs et les bêtes féroces. Il en a sans doute été de même pour les chevaux, qui d’ailleurs n’ont jamais dû être bien nombreux dans l’Amérique précolombienne.

Nous avons omis à dessein d’invoquer le témoignage des néophytes de Chicora (aujourd’hui les Carolines) sur l’existence de chevaux dans leur pays14, car il n’a pas été confirmé par les explorations postérieures ; aussi fut-il de bonne heure regardé comme suspect15. Il ne l’est pas moins en ce qui concerne “ les troupeaux de cerfs qui mettent bas dans des étables et y sont nourris. Lâchés la journée pour paître dans les bois, ils rentrent le soir vers leurs petits retenus à l’écurie, et se laissent enfermer dans des enclos où ils sont traits après que leurs faons ont têté. Leur lait et le fromage que l’on en fait sont les seuls dont on se serve dans le pays oit l’on élève beaucoup de volailles : poules, canards, oies et autres ”16. Nulle part en Amérique on n’a retrouvé de ces prétendus cerfs domestiqués, comme le renne l’est en Laponie et chez les Samoyèdes. Le caribou, renne du Canada et du Labrador, est resté sauvage, mais le chevreuil “ s’apprivoise aisément, dit le P. de Charlevoix17 ; une femelle devenue domestique se retire dans les bois quand elle est en chaleur, et dès qu’elle a été couverte, elle revient au logis de son maître. Lorsque le temps est venu de mettre bas, elle retourne dans le bois et y demeure quelques jours avec ses petits, puis elle revient se montrer à son maître ; elle visite assidûment les petits. On la suit quand on le juge à propos ; on prend ses nourrissons, et elle continue de les nourrir dans la maison. Il est assez étonnant que toutes nos habitations n’en aient pas des troupeaux entiers ”.

Si donc les récits des indigènes de Chicora ont quelque fond de vérité, ils s’appliquent aux chevreuils, aux venados, et non aux ciervos, aux cervi, termes dont se servent Gomara et P. Martyr. Mais peut-être les récits sur les mammifères domestiqués ne sont-ils que l’écho d’anciennes traditions. Si les Chicorains n’avaient pas de documents écrits, ils conservaient en revanche clans des poèmes et des chants le souvenir de ce qu’avaient rapporté leurs ancêtres18. Les contes les plus fantastiques sur la fontaine de jouvence19. et sur un paradis terrestre où les vieillards rajeunis jouissaient de toutes les délices en compagnie de houris20, passaient à leurs yeux pour de l’histoire si véridique que l’incrédule eût été retranché de la société des hommes. Ces fables avaient sans doute été propagées chez eux par des Gaëls qui localisaient au delà de l’Océan Atlantique leur Mag Mell (Plaine de délices), leur Tir n an-0g (Terre des jeunes) et qui en les cherchant avaient découvert quelques parties du nouveau monde21. De même que ces merveilles avaient été transportées du domaine de la féerie dans le monde réel, les Chicorains avaient bien pu appliquer au présent ce qui s’était passé quelques siècles auparavant, après que les Scandinaves du Grœnland eurent importé des bêtes à cornes dans la contrée des Etats-Unis alors appelée Vinland22.

Les indigènes précolombiens du Yucatan donnaient bien à la race bovine un nom qui dans leur langue signifie chevreuil23. Ils avaient conservé, dans un ancien livre, l’image d’une vache qu’ils mettaient en connexion avec les propogateurs d’une religion différente de leur polythéisme aussi, à la fin du XVe siècle, l’aïeul de Juan Cocom, contemporain de D. Landa, lui avait-il annoncé que l’idolâtrie cesserait lors de la réapparition de chevreuils de cette sorte24.

Les habitants de Quivira (Nebraska), vivaient de la chair du bison, se vêtaient ou se chaussaient de sa peau25 ; en un mot, ce ruminant était pour eux ce qu’est le renne pour les nomades des régions boréales de l’ancien monde ; mais il ne parait pas qu’ils aient pu le domestiquer ou même le garder : ils ne faisaient que le chasser. En revanche, ils avaient comme les Esquimaux de grands chiens, assez forts pour porter des charges de deux arrobes ou cinquante livres, et ils s’en servaient pour le transport de leur mobilier, de leurs tentes et de l’armature de celles-ci26.

Les Mexicains aussi nourrissaient des chiens, mais c’était pour les engraisser et les manger27, n’ayant, à part les captifs et les hommes voués aux sacrifices, pas d’animal privé de plus grande taille pour leur fournir de la viande28. Ils possédaient aussi des lapins et des gallinacés, et les poules que les Espagnols rapportaient, dès leurs premières descentes chez les Mayas et les Totonacs29, indiquent assez que ces peuples en avaient dans leurs basses cours. Il devait y en avoir également chez les Indiens de Vera-Paz (Guatemala), puisque le voleur de poules y était mis à l’amende30. Ceux du Nicaragua élevaient des volatiles analogues aux paons, sans doute des dindons, comme nous élevons des poules31. La domestication de ces divers gallinacés remontait, selon Ixtlilxochitl, jusqu’aux anciens Toltecs32.

Quoiqu’il y eût dans l’Amérique précolombienne plusieurs sortes d’abeilles33 le P. B. de las Casas a fait la remarque que, de tous les peuples de la Nouvelle-Espagne, les Yucatecs étaient les seuls qui eussent des ruchers et quantité d’abeilles domestiques, et que le miel et la cire récoltés ailleurs provenaient de mouches sauvages34. Le témoignage du vénérable auteur est d’un grand poids ; nous ne devons pourtant pas dédaigner celui de son contemporain Gonzalo Fernandez de Oviedo y Valdés, dont l’Histoire générale et naturelle des Indes n’a d’ailleurs été publiée que de nos jours35. Une industrie fort répandue chez les indigènes de la Nouvelle-Galice (Xalisco), dit-il, “ est d’élever des abeilles qu’ils tiennent dans des ruchers suspendus en l’air. N’ayant pas de ruches de liège, ils les remplacent par un billot d’arbre creusé, à peu près de la grosseur de celles que l’on fait de liège en Espagne ; tel rucher en a dix ; d’autres, vingt, trente, plus ou moins, où les essaims font des rayons d’excellent miel, et tel que ceux de Cerrato ou de la Alcarria en Castille, de la Caspé en Aragon ne les surpassent ni en saveur, ni en couleur, ni en autres qualités. Les abeilles sont petites, pas plus grosses que des mouches et fort nombreuses ; elles ne piquent pas, n’ayant point d’aiguillons. Ils ne tirent le miel dont ils mangent et assaisonnent leurs mets que d’une ou deux ruches dont ils se servent ordinairement, gardant les autres entières pour en vendre ou en échanger la cire et le miel, marchandises fort avantageuses avec lesquelles ils se procurent ce qui leur manque. Après avoir débouché un trou ménagé dans la ruche, ils y introduisent un bois lisse, préparé à cet effet, et font couler ainsi un, deux pots de miel, ou ce dont ils ont besoin, sans déranger la ruche ni troubler les abeilles ”36.

En résumé, quoique les Américains du centre et du nord aient pu songer d’eux-mêmes à domestiquer certains petits quadrupèdes et volatiles, — pour d’autres espèces, ainsi que pour le cheval et la vache, ils ont eu pour initiateurs les Papas Toltecs, et c’est là un des indices les plus frappants de l’influence exercée chez eux par des immigrants européens dès les temps précolombiens.

E. BEAUVOIS.

  1. Voir « Eugène Beauvois », Wikipédia, l’encyclopédie libre, 10 décembre 2019. Disponible en ligne, url : <http://fr.wikipedia.org/w/index.php?title=Eug%C3%A8ne_Beauvois&oldid=165293081>. []
  2. Beauvois, Eugène, « Animaux domestiques chez d’anciens peuples de l’Amérique du Nord », Le Muséon, 1897, avril, T. XVI, 1er de la nouv. série, n° 2, p. 130-139. Disponible en ligne, url : <https://archive.org/details/lemuson16soci/page/130/mode/2up>. []
  3. Dans Mélanges Charles de Harlez. Leyde, 1896 in-4, p. 35 40. []
  4. A Notice of the ancient remains of South-Western Colorado examined during the summer of 1875, by W. H. Holmes, p. 21, pl. XI, fig. 11. (Extrait de Bulletin of the geological and geographical Survey of the Territories, t. II, n° 1. Washington 1876 in-8.) [Disponible en ligne, url : <https://www.biodiversitylibrary.org/item/100255#page/7/mode/1up> et <https://archive.org/details/bulletinofunited21876geol/page/n9/mode/2up>.] []
  5. Id. ibid. pl. XI, fig. 7. []
  6. Silver Crosses from an Indian Grave-Mound at Coosawattee Old Town, p. 619-624, avec les quatre faces des deux croix, dans Annual Report of the Board of the Srnithsonian Institution for the year 1881. Washington 1883, in-8. []
  7. Voy. ces mots dans le Glossarium mediæ et infimæ latinitatis de Du Cange, ainsi que Jurare per crucem : Jurabant posita super caput suum cruce Domini. Jurare super animam suam….. et crucem. []
  8. I. Abbad, Historia de San-Juan-Bautista de Puerto-Rico, nouv. édit. par J. J. de Acosta y Calbo. Puerto-Rico, 1866, in-4, note 4 p. 51. — L’éditeur les regarde comme des cemí, quoiqu’ils ne correspondent en rien à la description de ces idoles données par Roman Pane (à la suite du chap. 61 de la Vie de Christophe Colomb par Fernando Colomb, trad. par Brasseur de Bourbourg, à la suite de la Relation du Yucatan de D. Landa, p. 453-457). []
  9. Ottis T. Mason, The Latimer Collection of antiquities from Porto-Rico, dans Annual Report of the Smithsonian Institution for the year 1876. Washington 1817 in-8, p. 372-393, avec 11 fig. []
  10. Id. ibid. ann. 1884, p. 825-7. []
  11. Signalée pour la première fois dans notre mémoire sur les Colliers de pierre trouvés à Puerto-Rico et en Ecosse (Extr. des matériaux pour l’hist. primitive de l’homme, 3e série, t. III, 1886, août p. 388-392, avec fig. []
  12. The Archeology and præhistoric Annals of Scotland. Edinburgh, 1851, gr. in-8, p. 156 7 avec 2 fig. []
  13. They are each of the full size of a collar adapted to a small Highland) horse…… They are not, however, to be regarded as the primitive substitutes, for the more convenient materials of later introduction. On the contrary, a close imitation of the details of a horse collar of common materials is attempted, including the folds of the leather, rails, buckles, and holes for tying particular parts together. (Id. ibid., p. 156).).


    L’article cité d’Otis Mason de 1877 semble bien être le premier qui mentionne les colliers de pierre taínos inachevés. Pour la collection Guesde à Pointe-à-Pitre, voir : Mason, Otis Tufton, The Latimer collection of antiquities from Porto Rico in the National museum, and the Guesde collection of antiquities in Pointe-a-Pitre, Guadeloupe, West Indies, Washington, Government printing office, 1899, paginé IV-373-393, 783-837. Disponible en ligne, url : <https://archive.org/details/latimercollectio00maso/page/n5/mode/2up>.


    Collier Taíno, donné au Metropolitan Museum par George Latimer en 1869.
    Collier Taíno, donné au Metropolitan Museum par George Latimer en 1869, url : <https://www.metmuseum.org/art/collection/search/818527>.

    Le collier du Musée de l’Homme se trouve désormais au Musée du quai Branly – Jacques Chirac. Il doit s’agir du collier « M.H. 27-4-1 », visible à l’adresse, url : <http://www.quaibranly.fr/fr/explorer-les-collections/base/Work/action/show/notice/967559-collier-en-pierre/page/1/> ou <http://zone47.com/crotos/?p195=167863&d=20170315>.


    Comment et par qui ont été portés au delà de l’Atlantique les modèles dont se sont inspirés les sculpteurs de Puerto-Rico ((M. le Dr Hamy (Congrès international des Américanistes à Berlin. Compte rendu de la 7e session, 1888, p. 105-6) conjecture que ces colliers servaient aux chefs insulaires dans certaines danses et que les deux spécimens d’Ecosse ont été apportés en Europe par des voyageurs au lieu d’y avoir été fabriqués. C’est reconnaître leurs similitudes avec ceux des Antilles ; en ce cas, il serait toujours loisible de supposer qu’ils ont pu être importés, dès le moyen âge, comme les perroquets, les feuilles de palmier à éventail et autres objets transatlantiques, par des Culdees ou des explorateurs Gaëls. Mais quel qu’ait été le lieu où ils ont été faits, leur forme ovale indique assez que le prototype, dont ils sont des imitations, était destiné non au cou arrondi de l’homme, mais à l’encolure du cheval ; et alors ils attestent une influence européenne corroborée par la présence, sur plusieurs d’entre eux, d’une tête humaine entre des entrelacs ou des chimères symétriques, motif de décoration fort répandu chez les Gaëls. (G. Petrie, The ecclesiastical Architecture of Ireland, Dublin 1874, in-4, p. 247, 255. — J. R. Allen, Early Christian Symbolism in Great Britain and Ireland, Londres 1887, in-8, p. 374-5.) En outre l’une des têtes a un beau nez de type grec, dit l’éditeur de l’ouvrage précité d’I. Abbad (p. 51, note 1) ; fait qui l’étonne mais qui s’explique tout naturellement en admettant notre thèse. []

  14. De orbe novo Petri Martyris Anglerii decades octo, déc. VII. L. II, ch. 2, p. 289 du t. II de l’édit. de Joachim Torres Asensio, Madrid, 1892 in-18. — D’après le doyen de la cathédrale de la conception dans l’île d’Haïti, Alvarez de Castro, homme très digne de foi (Id. ibid. L. II, ch. 1, p. 286) personne n’en avait vu dans ce pays ; le futur gouverneur de la Chicora, Lucas Vasquez de Ayllon, qui se référait aux relations de ses associés pour la colonisation de cette province (id. ibid. p. 288), savait au contraire par plusieurs personnes qu’il y avait là des chevaux ; ce point ne put être suffisamment éclairci par un naturel, Francisco de Chicora, qui se trouvait présent. []
  15. De orbe novo Petri Martyris, déc. VII, L. III, p. 297 du t. II de l’édit. d’Asensio : — Gonzalo Fernandez de Oviedo y Valdés, Historia general y natural de las Indias, éditée par José Amador de los Rios. Madrid, 1853 in-4, t. III, p. 626-7. — Francisco Lopez de Gomara, Historia de las Indias, édit. de E. de Vedia, Madrid 1877, in-8, p. 179. []
  16. De orbe novo Petri Martyris, déc. VII, L. II, ch. 2, p. 290. — Gomara, Hist. de las Indias, p. 190. — Antonio de Herrera, déc. II, L. X, ch. 6, p. 261 de la 2e édit. []
  17. Journal d’un voyage dans l’Amérique septentrionale, Lettre VII. Paris, 1744 in-4, p. 132-3. []
  18. De orbe novo Petri Martyris, Déc. VII. L. Il et III, p. 291, 296 du t. II de l’édit, de Madrid 1892. []
  19. E. Beauvois, La fontaine de jouvence et le Jourdain dans les traditions des Antilles et de la Floride, extr. du Muséon, t. III, n° 3, juillet 1884, p. 404-429. []
  20. De orbe novo Petri Martyris, Déc. VII, L. III, p. 296. []
  21. Beauvois, L’Elysée transatlantique et l’Eden occidental, (dans Revue de l’hist. des religions. Paris in-8, 4e année, t. VII, mai-juin 1883, p. 285, 288-294, 302-305, 312, 313 ; t. VIII, nov.-déc. 1883, p. 712-3). []
  22. E. Beauvois, Les Skrœlings, ancêtres des Esquimaux (dans Revue orientale et américaine, Nouv. série, t. II. Paris, 1879 in-8, p. 10, 11, 15). []
  23. Le chevreuil et le cerf s’appellent en maya ceh ou ceb, mot qui n’est peut-être pas sans relation avec le latin caper, le gaélique gabhar (chèvre et aussi cheval), l’armoricain gavar, le cymrique gafr ; de même que le nahua mazatl (cerf) ressemble singulièrement à l’arabe maázat (chèvre). []
  24. Que en el [libro] estava pintado un venado et que aquel su aguelo le avia dicho que quando en aquella tierra entrasen venados grandes, que asi llaman á las vacas, cesaria el culto de los dioses. (Diego de Lauda, Relation des choses de Yucatan, texte et trad. par Brasseur de Bourbourg, Paris, 1864, in-8, p. 64). L’auteur qui écrivait en 1566 dit que l’aïeul du narrateur était fils du Cocom qui avait été tué lors de la ruine de Mayapan 125 ans auparavant, c’est-à-dire en 1441 (Id. ibid., p. 50, 52, 62), et comme ce fils était déjà en tournée commercial lors de cet évènement, il faut supposer qu’il était né avant 1420 et que son récit est antérieur à l’établissement des Espagnols en Yucatan. []
  25. Relations de l’expédition en Cibola de Francisco Vazquez de Coronado, par Juan Jaramillo (1537), dans Coleccion de documentos inéditos relativos al descubrimiento, conquista y organizacion de las antiguas posesiones españolas de América y Oceania, t. XIV, Madrid 1880, in 8, p. 310 ; autre par un anonyme, ibid. p. 327. []
  26. Ibid. Relat. anon. p. 328. — Cfr. Jaramillo, p. 310 ; — Gourara, édit. de Vedia, p. 289. — J. de Torquemada, Monarchia indiana, L. XIV, ch. 14, p. 560 de l’édit. de Madrid, 1723, in-4, t. II. — D’après la Description des côtes de l’Amérique septentrionale par Nicolas Denys (Paris, 1670-72, in-12), citée par Faucher de Saint-Maurice (De tribord à babord Monréal, 1877, in-12), les Indiens du golfe Saint Laurent faisaient traîner par leurs chiens des sachées d’huitres. []
  27. Bern. de Sahagun, Hist. gén. des choses de la Nouvelle Espagne, trad. par D. Jourdanet et Rémi Siméon, Paris 1880, in-8. L. X.I. ch. 1, 4, p. 688 — A. de Herrera, Hist. gén. Voy. le mot Perros à la table. — Sur les chiens des Antilles, de l’Amérique centrale, de la Colombie, voy. Oviedo, Hist. nat. de las Indias, t. I, p. 390-1. []
  28. Torquemada, Mon. ind. L. XIV, eh. 14, p. 559-560 du t. II. — A. de Herrera, Hist. gén. déc. II. L. VI. ch. 12, p. 188. []
  29. Bernal Diaz del Castillo, Conquista de la Nueva-España, ch 25, 35, 38, p. 21, 30, 33 de l’édit. de Enrique de Vedia, dans le t. II de Historiadores primitivos de Indias (Biblioteca de autores Españoles de Rivadeneyra), Madrid 1862, in-8. []
  30. B. de las Casas, Apologética historia, extrait dans le t. VIII notes, p. 139 des Antiquities of Mexico de Kingsborough. []
  31. De orbe novo Petri Martyris, Déc. VI, L. III, p. 245 du t. II de l’édit. de 1892. []
  32. IVa Relation de los Tultecas, p. 327 du t. IX des Ant. of Mex, de Kingsborough. — Motolinia (Historia de los Indios part. III, ch. 7, p. 186 du t. I de Coleccion de documentos para la historia de México, édit. par J. G. Icazbalceta) attribue aux anciens Mexicains venus du Nord l’importation du maïs et de quelques volatiles. []
  33. Herrera, Hist. gen. voy. la table au mot abejas. Bernabé Cobo, Historia del Nuevo Mundo publié pour la société des bibliophiles andalous par Marcos Jiménez de la Espada, t. II. Séville 1891, in-8, p. 242-250. []
  34. Apologética historia extrait dans le t. VIII notes, p. 148 des Ant. of Mex. de Kingsborough. — Cfr. son Historia de las Indias, L. I. ch. 41 du t. I, p. 247 de l’édit. de Mexico, 1877, in-4. []
  35. En outre, la contradiction est d’ailleurs plus apparente que réelle, car si la Nouvelle-Galice dépendait du gouverneur-général ou vice-roi de la Nouvelle-Espagne, elle formait une audience particulière, indépendante de celle de la Nouvelle-Espagne ou Audiencia de México. (Ant. de Herrera, Descripcíon de las islas y tierra firme de el mar Oceano, ch. 9, 11, p. 16, 22 de l’édit. de Madrid, 1726 in-4.) Il est à supposer que Las Casas prenait ici la dénomination commune dans son sens le plus restreint. []
  36. Hist. gen. y nat. de las lndias, t. III, p. 561-2. []

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search