Document : Sur le déchiffrement d’un groupe de caractères gravés sur le bas-relief dit de la croix de Palenqué (lecture faite à l’Institut, en juin 1882).

En 1883, le philologue Hyacinthe de Charencey (1832-1916) publiait un article dans la revue Le Muséon sur des caractères gravés sur le bas-relief du temple de la Croix du site de Palenqué1.

Une photographie des 3 parties réunies de la stèle figure sur le site de la revue Arqueología Mexicana :

https://arqueologiamexicana.mx/sites/default/files/styles/arq1200x600/public/tablero_de_la_cruz_br.jpg

Le dessin complet figure sur la page Tablero del Templo de la Cruz de Palenque du site Pueblos originarios, url : <https://pueblosoriginarios.com/meso/maya/sitios/palenque-tablero.html>.


Sur le déchiffrement d’un groupe de caractères gravés sur le bas-relief dit de la croix de Palenqué.

(Lecture faite à l’Institut, en juin 1882).


Les dessins de Del Rio, publiés à la suite de la relation de Cabrera qui avait visité le Centre de l’Amérique vers la fin du siècle dernier, la publication de l’ouvrage de Dupaix, à Londres, en 1822, avaient fait connaître à l’Europe, les ruines du Yucatan et ses somptueux édifices chargés d’inscriptions en caractères dits calculiformes.

C’était un premier pas, mais pendant longtemps, on eut lieu de douter que le déchiffrement de ces hiéroglyphes Américains devint jamais chose possible.

Heureusement, la traduction du manuscrit de Diego de Landa, vieux missionnaire presque contemporain de la conquête, vint nous fournir le secours qui avait fait défaut jusque là. On y trouve la transcription on caractères latins de plusieurs hiéroglyphes Yucatêques, celle des signes des jours et des mois. La publication du manuscrit Troano accrût encore dans une certaine limite, nos moyens d’investigation. Les signes des jours y sont presqu’identiques à ceux de Landa et, de plus, l’on y rencontre un certain nombre de caractères évidement numériques. L’extrême similitude de tous ces caractères avec ceux que nous retrouvons gravés sur les bas-reliefs de Palenqué, d’Uxmal, de Chichen-Itza joint à ce que nous savons concernant les dialectes des populations de toutes ces régions, ne nous permet guères [sic] de douter que les inscriptions calculiformes ne soient toutes rédigées dans un dialecte très voisin du Vieux Maya, contemporain de la découverte.

Déjà, M. l’abbé Brasseur, dans son introduction du manuscrit Troano, établit la valeur des signes numériques de 1 à 20, les unités étant figurés par des points et les quints par des barres. C’est de toutes les tentatives de déchiffrement, la seule qui nous paraisse avoir été couronnée de succès et mériter d’être prise au sérieux.

Au moyen des gravures de Del Rio, nous avions cru pouvoir lire l’un des groupes de caractères du bas-relief de la croix “ Hunab-ku, ” litt. “ le seul saint, le Sacré, ” nom de la principale Divinité du Panthéon Yucatêque, et un second “ Cukulcan, ” litt. “ Celui de Cukulcan. ” On sait que Cukulcan, litt. “ Le serpent-quetzal, le serpent aux plumes vertes ” sorte de demi-dieu, de Héros civilisateur qui parût dans le Yucatan, nous dit la légende, vers le IXe siècle de notre ère, ne constitue qu’une forme locale du second Quetzalcoatl mexicain dont le nom a juste la même signification et que les peuples de l’Anahuac considéraient comme leur grand réformateur religieux.

D’autres groupes du même monument nous ont paru offrir également le nom de Hunab-ku, mais écrit d’une façon un peu différente.

Enfin , nous pensons avoir lu dans le Codex Troano phonétiquement ou plutôt par la méthode syllabique, quelques mots yucatêques tels que Cimil « mortuus, defunctus ; ” Yaxma “ Il a reverdi, il a poussé de nouveau. ” Le nom même de Cukulcan se retrouve, sans aucun doute, dans un passage dont le caractère semblerait historique. Le manuscrit Troano constitue, comme l’on voit, une sorte de calendrier, rédigé suivant les données du comput mexicain, mais dont une portion renferme, sans aucune doute, la narration d’évènements anciens. Les signes que nous y rencontrons, plus simples de formes que ceux des monuments, sont à peu près vis-à-vis de ces derniers, dans le même rapport où se trouvent les caractères hiératiques de l’ancienne Egypte, vis-à-vis des hiéroglyphes purs ; quant à l’existence d’une écriture véritablement démotique au Yucatan, sa réalité nous semble plus que deuteuse [sic pour douteuse].

Ajoutons, pour être complets, que dans le dernier fascicule paru des Actes de la Société philologique, nous nous sommes efforcé de préciser la valeur des signes présentant plusieurs nombres supérieurs à 20, que M. de Cessac a reconnu, (et avec toute raison, suivant nous), un nouveau signe de l’unité dans le point entouré d’autres points plus petits, tel qu’il apparaît dans plusieurs passages du Tronao.

La valeur des signes des jours, d’après ce manuscrit, a été étudiée par le Dr Philippe (The Manuscript Troano) dans le American naturalist que par nous. (Voy. divers articles de la Revue de Philologie et d’Ethnographie, publiés par M. de Ujfalvy, Paris 1874).

Nos autres travaux de déchiffrement, ont été insérés dans les Actes de la Société philologique, 1re année, (Essai d’un fragment d’inscription palenquéenne) et tome VIII, dernier fascicule, ainsi que dans les Annales de Philosophie chrétienne, année 78-79.)

Nous devons ajouter, pour être complets, que M. de Cessac, le premier, nous semble avoir déterminé les sujets auxquels se rapportent plusieurs des vignettes du manuscrit Troano. II reconnait une déité analogue au Tlaloc ou dieu de la pluie des Mexicains, dans le personnage à long nez et à teinte bleue, livrée habituelle des divinités aquatiques.

Quatre feuilles se rapportent évidemment aux fêtes célébrées en l’honneur des Bacabs ou génies de chacune des quatre années du lustre. On y reconnait très clairement plusieurs des cérémonies tout au long décrites par Landa, par exemple : la scène de la danse des échasses, le sacrifice de la victime lancée du haut d’un échafaud ou plateforme, celui du chien blanc, bariolé de noir ou de rouge, etc. C’est ce que [nous] avons tenté d’établir dans deux lectures faites dans le courant de l’année 1881, l’un à la société de linguistique, l’autre à la société philologique.

Ce préambule bien long, sans doute, nous a paru nécesssaire pour donner un résumé de l’état actuel de la question. Nous y exposons tout ce qui nous semble sérieux dans les tentatives de déchiffrement entreprises jusqu’à ce jour.

Nos essais de lecture du Bas-relief de la croix furent d’abord très favorablement accueillis en Amérique et l’on voulut bien considérer le problème du déchiffrement comme résolu en principe. Plus tard, certaines objections nous furent opposées par des archéologues américains (nous ne croyons pas avoir à nous arrêter sur celles dont nos travaux furent l’objet en Europe). Citons un travail publié par la Smithsonian de Washington sur les tablettes palenquéennes et dû à un auteur dont le nom nous échappe pour le moment. On y fait ressortir les variantes qu’offrent dans Waldeck, dans Cabrera et le moulage du musée de Washington, le groupe de caractères où nous avons pensé devoir lire le nom de Hunab-ku ; sans contester absolument les légitimités de notre mode de déchiffrement, l’auteur déclare qu’il est bien difficile d’arriver, sur ce point, à une certitude.

Ces observations, justes jusqu’à un certain point, en principe, ne nous paraissaient pas suffisantes pour nous amener à modifier nos conclusions. Certes, lorsqu’il s’agit de caractères absolument inconnus, les copistes et, plus encore, les artistes sont sujets à s’écarter même inconsciemment de la vérité, et à commettre d’involontaires inexactitudes. On aurait de cela, une preuve bien convaincante dans la façon dont les dessinateurs de l’expédition d’Egypte ont reproduit certaines inscriptions hiéroglyphiques. Toutefois, les variantes citées plus haut se réduisaient, somme toute, à assez peu de chose et se pouvaient expliquer le plus souvent, par l’état d’usure de la pierre. La similitude de la plupart des signes avec ceux que donne Landa n’en demeure pas moins frappante. Du reste, l’inspection des belles photographies rapportées par M. Charnay n’a pu que nous conduire à la même conclusion. Dans le fragment du bas-relief de la croix par lui produit, le nom de Hunab-ku nous a paru reconnaissable. L’on pouvait arguer, il est vrai, de la petitesse de l’échelle qui est loin de rendre la sculpture indigène dans tous ses détails.

Nous avons donc pris le parti de nous en rapporter aux estampages qui font l’ornement du musée du Trocadéro, comme devant nous fournir les éléments nécessaires pour lever tous les doutes. Grâce à l’obligeance de M. le Dr Hamy, un moulage sur plâtre d’après l’estampage nous a été fourni et c’est lui que nous présentons à nos lecteurs. Je suppose qu’après l’avoir attentivement examiné, on demeurera fixé sur la manière dont il doit être lu. En voici le calque aussi fidèle qu’il nous a été possible de le donner. Les pointillés représentent les éclats ou brèches qui se sont produites dans la pierre.

Je ne suppose pas que le lecteur hésite à assimiler le premier caractère de droite, celui par lequel commence le groupe avec la signe :)) Ha de Landa. Ha ou a signifie “ eau ” en Yucatèque et les deux petits points semblent indiquer des goutelettes. La ligne qui traverse le caractère en question dans l’inscription monumentale n’est sans doute que l’équivalent de la 2e ligne courbe de Landa. La lecture Ha ou H (puisqu’enfin le même signe aussi bien en Maya qu’en Égyptien se pouvait prendre comme syllabe ou comme simple consonne) mérite d’être considérée comme acquise.

Laissons, pour un instant, de côté le 2° caractère, celui du milieu que l’état d’usure de la pierre rend difficile à lire, nous passerons au suivant qui représente la paume de la main ouverte, comme le prouvent le point et le demi-cercle, image grossière des lignes qui sillonnent l’intérieur de la main humaine. Or “ paume ” se dit nab en Maya. Bien que ce signe ne se trouve pas dans la liste donnée par Landa, le son à lui donner paraît certain. Nous nous trouvons donc en présence d’un mot commençant par H, et ayant pour 2e syllabe nab. Le dernier caractère, celui de gauche se rapproche excessivement du signe lu Kou ou ku de Landa. Seulement, les points du rond inférieur sont dans l’hiéroglyphe monumental remplacés par une barre continue, mais il ne faut pas oublier que les inscriptions des palais et et les spécimens données par Landa, bien que se rattachant à un seul et même système graphique, ne sont, cependant, ni de la même région ni peut-être de la même époque.

Tout ceci nous amène invinciblement à admettre que le mot ici gravé est bien Hunab-ku et que le second caractère ne peut être qu’un ou. U (prononcé ou) possède, entre autres sens, dans la langue Maya, celui de “ cordon de choses enfilées. ” Ne serait-ce pas, malgré l’état de déterioration de la pierre, précisément une cordelette repliée sur elle-même qu’il conviendrait de voir dans l’espèce de cercle ouvert par un côté qui caractérise le signe en question ? Cela nous semble, on ne peut plus plausible. D’ailleurs, on aperçoit encore à l’intérieur du caractère, la trace aux trois quarts effacés de quatre ou cinq points placés en fil. Le dessin donné par Del Rio se trouve ici moins exacte que de coutume. Il présente des lignes transversales et des traits qui n’existent réellement pas dans l’original, et c’est précisément cette transcription fautive qui nous avait amené à lire o au lieu de u, seule lecture évidemment acceptable. Quoiqu’il en soit, celle du groupe entier nous semble désormais et une fois pour toutes, incontestablement fixée.

H. DE CHARENCEY.


Photographie de Désiré Charnay gravée dans l'ouvrage Les Anciennes Villes du nouveau monde, 1885.
Photographie de Désiré Charnay gravée dans l’ouvrage Les Anciennes Villes du nouveau monde, 1885.
Pierre de la croix à Palenque (Chiapas)
Pierre de la croix à Palenque (Chiapas). Photographie de Désiré Charnay
https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/btv1b53124348v/f24.item
  1. Charencey, Hyacinthe de, « Sur le déchiffrement d’un groupe de caractères gravés sur le bas-relief dit de la croix de Palenqué (lecture faite à l’Institut, en juin 1882) », Le Muséon, 1883, 15 janvier, t. 2, fasc. 1, p. [76]-81. Disponible en ligne, url : <https://archive.org/details/in.ernet.dli.2015.56342/page/n77/mode/2up>. []

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search