Document : Nécrologie. — Alphonse Pinart

En 1911, l’anthropologue et professeur au Muséum d’histoire naturelle de Paris, René Verneau, président de la Société d’anthropologie de Paris, publiait la nécrologie d’Alphonse Pinart dans la revue L’Anthropologie,1.


Nécrologie. — Alphonse Pinart.

Nous apprenons la mort d’un explorateur qui a rendu de très grands services à l’anthropologie et à l’ethnographie, Louis-Alphonse Pinart, décédé le 13 février, à l’âge de 59 ans.

Alphonse Pinart était né à Marquise (Pas-de-Calais) et, dès son enfance, il avait rêvé d’accomplir de grands voyages. Grâce à la situation de fortune de son père, il lui fut donné, de bonne heure, de réaliser son rêve. A 18 ans, il partait pour la côte nord-ouest d’Amérique, qu’il explorait jusqu’à la presqu’île d’Alaska ; il visita cette presqu’île et les îles Aléoutiennes, d’où il nous rapporta de précieux documents.

A peine de retour de cette expédition, qui avait duré près de trois ans (1870-1872), il projeta d’étudier à fond, au point de vue de l’histoire naturelle et surtout de l’anthropologie, les contrées qu’il avait déjà parcourues. C’est à l’époque où il préparait ce second voyage qu’il fit la conaissance [sic] de Léon de Cessac ; ils décidèrent d’accomplir ensemble l’expédition projetée. Mais L. de Cessac se rendit d’abord au Pérou, où, pendant trois années, il se livra aux fructueuses recherches que chacun connaît. De là, il gagna la Basse-Californie, où ses récoltes ne furent ni moins nombreuses ni moins intéressantes. Pendant ce temps, Pinart se rendait aux États-Unis, parcourait le Mexique et arrivait enfin à San Francisco où il ne devait pas tarder à se fiancer. C’était de là que les deux voyageurs avaient résolu de partir pour leur exploration, mais, quand ils s’y rencontrèrent, il s’était écoulé des années depuis qu’ils avaient quitté la France, leurs dispositions avaient changé et l’expédition qu’ils devaient accomplir de concert n’eut jamais lieu.

Alphonse Pinart visita encore, sans compagnon, une partie de l’Océanie, et, à l’île de Pâques notamment, il fit, en 1877, de copieuses récoltes pour le Muséum. En 1882, il était dans l’Amérique centrale, recueillant des collections ethnographiques pour le Musée qui avait été fondé deux années auparavant au Trocadéro. A Santiago de Veragua, il eut la bonne fortune de découvrir d’importants documents, entre autres deux mappes avec hiéroglyphes qui, sur une d’elles, étaient traduits en espagnol, et surtout un grand catéchisme en langue et caractères mayas, avec translitération des signes en caractères latins et traduction dans la langue de Cervantes.

Toutes ses récoltes, Pinart les offrit généreusement aux établissements de l’État. Le Muséum d’Histoire naturelle lui doit de précieuses séries de crânes et d’ossements humains provenant de la côte nord-ouest d’Amérique, de l’île de Pâques, des Samoa, des Wallis, des Fidji, de la Micronésie, etc. Pour mettre à la disposition des savants français une somme encore plus grande de documents, il fit mouler, à ses frais, dans les musées de Russie, les tètes humaines du Nord-Ouest américain qui s’y trouvaient et les joignit à ses propres collections.

Le Musée d’Ethnographie bénéficia, non seulement des innombrables objets recueillis par Pinart au cours de ses voyages, mais aussi de la très importante collection mexicaine réunie par Boban et dont il s’était rendu acquéreur pour une somme fort élevée.

Alphonse Pinart avait eu l’idée de consacrer une vaste publication à ses Voyages de la Côte nord-ouest de l’Amérique ; seule, la première partie (histoire naturelle) a vu le jour. Il nous a laissé un Catalogue des collections rapportées de l’Amérique russe (in-8°, 30 p.), une relation succincte de son Voyage à la côte nord-ouest d’Amérique, d’Ounalashka à Kadiak, une luxueuse brochure in-4, avec 11 pl. en couleur, sur La Caverne d’Aknañh (Alaska), une deuxième brochure sur un Abri-sépulture des Aléoutes d’Aknañh, des Notes sur les Koloches, sur les Indiens de l’Est de l’Amérique du Nord, sur les Indiens Mojaves, sur les Tribus indiennes de la famille guarano-guaymie, un mémoire sur les Atnahs, un autre mémoire (en anglais) sur ses Explorations des mounds indiens de la côte du Pacifique et les Restes indiens de l’île de Vancouver, une étude sur les Ruines indiennes de l’Arizona, une notice sur La chasse aux animaux marins et les pêcheries chez les Indigènes de la côte nord-ouest d’Amérique, une relation de son Exploration de l’île de Pâques, etc. Il avait entrepris la publication d’une Bibliothèque de linguistique et d’ethnographie américaines, dont le premier volume, luxueusement édité, est consacré à l’Arte de la lengua chapaneca.

Dans la Petite bibliothèque américaine, il a publié quatre vocabulaires : I. Vocabulario Castellano-Cuna ; II. Vocabulario Castellano-Dorasque ; III et IV. Vocabulario-Castellano-Guaymie.

A la suite de revers de fortune, Pinart avait dû renoncer depuis longtemps à ses voyages et à ses publications. Dans les dernières années, sa santé s’était altérée et sa vue était devenue très mauvaise. Il vécut, fort retiré, à Passy, et il avait enfin transporté sa demeure à Boulogne-sur-Seine, où il vient de s’éteindre.

On a trop vite oublié les services rendus par Alphonse Pinart à la science. Il a dépensé sans compter une partie de son patrimoine pour enrichir nos Musées nationaux. La collection anthropologique du Muséum et le Musée d’Ethnographie, notamment, lui sont redevables de trop de pièces précieuses pour que je ne considère pas comme un devoir impérieux de lui adresser un dernier témoignage de reconnaissance.

R[ené]. V[erneau].


Alphonse Louis Pinart par Bradley & Rulofson
Alphonse Louis Pinart par Bradley & Rulofson
https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/btv1b8452992d/f1.item
  1. Verneau, René, « Nécrologie. Alphonse Pinart », L’Anthropologie, Nouv. série, t. 22, n° 2, p. 244-245. Disponible en ligne, url : <https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k5433883r/f257.item>. []

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search