Document : Notice sur un ancien manuscrit mexicain dit Codex Telleriano-Remensis

En 1859, Hyacinthe de Charencey1, publiait une notice sur le manuscrit Mexicain 3852, dit Codex Telleriano-Remensis, et conservé à la Bibliothèque nationale de France3.


Notice sur un ancien manuscrit mexicain dit Codex Telleriano-Remensis

La collection de lord Kingsborough4 comprend des fac-simile [sic] de quatorze manuscrits ou peintures aztèques, réparties en trois volumes grand in-folio, accompagnés de quatre volumes de texte et de deux tomes supplémentaires publiés par la librairie Bohne5.

Ces quatorze manuscrits sont les suivants :

1° Codex Telleriano-Remensis.93 planches.
2° Collection Mendoza.73 planches.
3° Manuscrit du Vatican.149 planches.
4° Collection Botturini.24 planches.
5° Manuscrit de Dresde.74 planches.
6° Manuscrit de Humboldt avec dessin d’un bas-relief sculpté.19 planches.
7° Manuscrit de Selden.20 planches.
8° Manuscrit de Bodley.40 planches.
9° Manuscrit de Vienne.66 planches.
10° Manuscrit de l’archevêque Land.46 planches.
11° Manuscrit de M. Feyervari.44 planches.
12° Manuscrit de Bologne.24 planches.
13° Manuscrit de Velletri.76 planches.
17° Codex Vaticanus.96 planches.

Les manuscrits Le Tellier, celui de Mendoza et le codex Vaticanus sont postérieurs à la conquête espagnole. Excepté le manuscrit de Humboldt, dont l’origine est contestable, et celui de Dresde, écrit en caractères dits calculiformes6 et vraisemblablement de provenance guatémaltèque, ces recueils ont tous été rédigés au Mexique.

Ce ne sont pour la plupart que des tables chronologiques et historiques, comme l’indiquent les hiéroglyphes de mois et d’années dont nous les trouvons accompagnés. Le codex le Tellier est de ce nombre. Il ne nous est malheureusement pas parvenu dans toute son intégrité, car il ne contient plus que trente-trois planches au lieu de quarante qu’il a dû posséder dans l’origine. Les feuillets manquant sont : 1° celui qui se trouvait en tête du manuscrit ; 2° deux feuillets entre les 12e et 13e ; 3° deux autres feuillets entre les 14e et 15e. Le contenu du Codex Telleriano-Remensis est d’ailleurs identique à celui du Vatican. La seule différence que l’on puisse signaler entre eux, c’est que si le premier a perdu plusieurs de ses feuilles, du moins celles qui restent se suivent dans leur ordre naturel, tandis que le second est demeuré complet, mais a subi de nombreuses transpositions.

Le texte explicatif du manuscrit le Tellier est rédigé en langue espagnole, et les noms de personnages ou de divinités se trouvent écrits à l’encre rouge. A côté des noms de jours, nous voyons l’une des lettres b, m, in qui désignent les jours heureux (buenos), néfastes (malos) ou indifférents7.

Au manuscrit du Vatican se trouve jointe une explication en italien et qui, à part quelques réflexions pieuses, quelques notes ajoutées pour faire ressortir la conformité des mythes indiens avec les traditions du christianisme, s’accorde parfaitement avec le texte castillan. La planche publiée dans ce n° est la 1re du codex Letellier, la 40e du manuscrit du Vatican. Nous y trouvons le nom de plusieurs divinités et à côté la désignation du jour placé sous leur protection spéciale. Elle se doit lire de haut en bas et de gauche à droite. Dans la traduction que nous donnons ici, les noms de divinités sont transcrits en lettres italiques.

in.m.b.in.b.
ChalchiutlïucuéTlazoltéotlTepeyolotlHalocXiuhtéogtli
6. Miquistli.7. Mazatl.8. Tochtli.9. Atl.10. Izcuintli.
in.
Yztli.
11. Ozomatli.
b.
Tiltzinteuqtli.
12. Malinalli.
in.
Tzintéotl.
13. Akatl.

Les quatre premières de ces divinités sont exactement les mêmes qui, d’après la collection de Botturini, président aux différentes heures de la nuit. Les noms ont toutefois éprouvé quelques altérations. Le lecteur en pourra juger
par le tableau ci-joint :

NOMS DES DIVINITÉS NOCTURNES.

D’APRÈS BOTTURINI.D’APRÈS LE CODEX LETELLIER [sic].
Chalchiutlicué-y ohua.
Tlazol-yohua.
Tépéyolo-yohua.
Quiautheuc-yohua.
Chalchiutlicué.
Tlazotéotl.
Tépéyolotl.

Tlaloc.

Le mot yohua employé par Botturini signifie prince ou seigneur et se donne souvent même aux dieux. La désinence téotl correspond au mot dieu, divinité ; par exemple, téocalli, temple ; litt. maison des dieux. La finale theuc est une abréviation de teuctli, maître ou seigneur.

Chalchiutlicué est le dieu, ou, suivant quelques auteurs, la déesse des eaux. — Tlazol-yohua correspond au Cupidon des anciens : c’est le génie de l’amour impur. — Tépéyolotl signifie littéralement, le centre de la montagne ; il ne paraît pas différer du génie invoqué par les Quichés sous le nom de cœur de la montagne, et qui présidait aux éruptions volcaniques. Enfin Quiautheuc signifie maître de la pluie : c’est un des surnoms les plus fréquents du dieu Tlaloc.

Les espèces de boules qui indiquent les jours du mois sont employées dans le même ordre et avec une valeur identique dans un grand nombre de manuscrits mexicains. Il n’en est pas de même des signes hiéroglyphiques qui les accompagnent. Ces signes consistent en têtes humaines plus ou moins difformes et sont sans aucun doute les images mêmes des divinités dont nous avons parlé plus haut.

H. DE CHARENCEY.

  1. Voir « Hyacinthe de Charencey (1832-1916) », url : <https://amoxcalli.hypotheses.org/32520>. []
  2. Voir « Mexicain 385 : Codex Telleriano-Remensis », url : <https://amoxcalli.hypotheses.org/549>. []
  3. Charencey, Hyacinthe de (1832-1916), « Notice sur un ancien manuscrit mexicaine dit Codex Telleriano-Remensis », Revue orientale et américaine, 1859, t. 2, p. 215-219. Disponible en ligne, url : <https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k9688151m/f231>. []
  4. Antiquilies of Mexico, comprising fac-simile of ancient Mexican paintings and hieroglyphics, preserved in the royal libraries of Paris, Berlin, Dresden ; in the imperial library of Vienua ; the Vatican and the Borgian Museum, at Rome; the Institute, at Bologna; the Bodleian library, at Oxford ; together with the Monuments of New-Spain, by M. Dupaix, with their respective scales of measurement and accompanying descriptions ; the whole illustrated by many valuable inedited mss. by lord Kingsborough ; the drawings on stone by A. Aglio. London, 1831 ; 7 vol. in-fol. []
  5. Ces deux volumes, d’un intérêt, du reste, assez secondaire pour l’ouvrage de lord Kingsborough, se vendent séparément chez l’éditeur Bohne, à Londres. []
  6. Voyez ce qui est dit de ce manuscrit, dans cette Revue, tome 1er, 1858, p. 36. []
  7. Voyez le fac-simile du Codex Teleriano-Remcnsis que nous avons joint à cette notice. []

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search