Mayas. Une forêt de chiffres pour [ra]compter

Auteur(s)

André Cauty

Docteur d’Etat ès Sciences, docteur en didactique des mathématiques, linguiste chargé de recherches au CNRS et professeur d’épistémologie et d’histoire des sciences à Bordeaux 1, André Cauty a su conjuguer les disciplines et promouvoir l’éducation contre l’ethnocide. Par ses travaux sur les anciens scribes mayas, il s’est assuré une place aux premiers rangs de la recherche française sur les numérations et les calendriers mésoaméricains.

Préface de Jean-Michel Hoppan

Jean-Michel Hoppan est un des rares spécialistes français de l’écriture maya. En 2003, il a à ce titre intégré le Centre d’Études des Langues Indigènes d’Amérique (CNRS), pour l’archivage des sources anciennes. Parallèlement à cette activité étroitement liée à la recherche, il enseigne le maya classique à l’Institut National des Langues et Civilisations Orientales (INALCO).

Résumé

Nés de la civilisation du maïs, les Mayas ont produit une écriture logosyllabique qui restera inégalée par les autres peuples, Olmèques, Zapotèques, Aztèques,Toltèques… Sur la surface d’écriture, quelques centaines de glyphes codent des syllabes ou des morphèmes, et [ra]comptent le nombre et la parole. Grâce au progrès du déchiffrage, ce livre fait découvrir, directement dans les textes, une tradition littéraire qui a laissé des milliers d’inscriptions et des centaines de pages, toutes truffées de savantes équations qui renvoient à la création des hommes de maïs.

4e de couverture

La Mésoamérique est la seule civilisation du Nouveau Monde à avoir développé des écritures avant l’arrivée des Espagnols, au XVIe siècle. Nés de la civilisation du maïs, les Mayas ont produit une écriture logosyllabique qui restera inégalée par les autres peuples, Olmèques, Zapotèques, Mixtèques, Toltèques, Aztèques, ou encore Totonaques. Sur la surface d’écriture, quelques centaines de glyphes codent des syllabes ou des morphèmes, et [ra]comptent le nombre et la parole. Tout texte monumental calligraphié selon les règles de l’art maya mélange, comme la tapisserie de la reine Mathilde ou les dessins-textes surréalistes d’Apollinaire, le dessin pour la vue, la parole pour l’ouïe et le comput pour l’intelligence arithmétique. Amalgamant l’or des cosmogonies, l’argent des observations astronomiques et le sang de l’histoire dans le ciment du nombre et du calendrier, les scribes mayas ont inventé l’art de raconter en comptant le temps au jour près. MAYAS. Une forêt de chiffres pour [ra]compter analyse ce mixte singulier. Grâce au progrès du déchiffrage, aujourd’hui en voie d’achèvement, ce livre fait découvrir, directement dans les textes, une tradition littéraire qui a laissé des milliers d’inscriptions et des centaines de pages, toutes truffées de savantes équations, comme le 13.0.0 ; 0.0. = 4 Ahau 8 Cumku et ses variantes, qui renvoient à la création des hommes de maïs.

Table des matières

Informations pratiques

Éditeur(s) : L’Harmattan
Description : 1 vol. (326 p.) : couv. ill. en coul. ; 24 cm.
Bibliogr. p. 301-309
Collection : Recherches Amériques latines
Date de parution : 1 janvier 2018
ISBN/EAN : 978-2-343-12359-2 / 9782343123592
EAN PDF : 9782140054587
Prix : 37 € ; Version numérique : 28,99 €
Extrait à lire : http://liseuse.harmattan.fr/978-2-343-12359-2


Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search