Document : Coup d’œil sur l’Amérique centrale et ses monuments

En 1859, Edmé Jomard publiait dans le Revue orientale et américaine un plaidoyer en faveur du projet de canal inter-océanique du Nicaragua de l’ingénieur français Jean-Baptiste Martin de la Bastide (1760-1815)1.

En voici la transcription avec des ajouts entre crochets de notre fait.

Gravure pour un éventail. Carte du lac Nicaragua et carte de l'Amérique du Nord avec le Pacifique, pour soutenir le projet de Martin de La Bastide en faveur du percement du Canal Nicaragua

Gravure pour un éventail. Carte du lac Nicaragua et carte de l’Amérique du Nord avec le Pacifique, pour soutenir le projet de Martin de La Bastide en faveur du percement du Canal Nicaragua
https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/btv1b8458687x/f1.item

Coup d’œil sur l’Amérique centrale et ses monuments

A M. le Rédacteur en chef [Il s’agit de Léon de Rosny (1837-1914).] de la Revue orientale et américaine.

Puisque vous avez entretenu plusieurs fois vos lecteurs du projet de canalisation de la rivière San-Juan de Nicaragua, l’un des meilleurs projets pour la coupure de l’isthme américain, permettez-moi d’ajouter un fait historique, tout à fait rétrospectif, et qui se rapporte au même objet : ce fait est peu connu et seulement des personnes à qui, depuis environ vingt ans, j’ai montré, à notre grande Bibliothèque2, la carte sur laquelle il est consigné. Sur cette carte on voit, dans le golfe du Mexique, des vaisseaux à la voile qui se dirigent vers la rivière San-Juan ; d’autres, dans la mer du Sud, qui se dirigent vers la baie de Papagayo, où ils auront ensuite à rallier les navires descendant du lac de Nicaragua ; enfin, sur ce lac même, on aperçoit trois autres vaisseaux à la voile3.

Si le roi Charles IV avait ouvert l’oreille aux conseils de M. Martin de la Bastide, auteur du projet, peut-être l’Espagne aurait-elle conservé ses riches colonies d’Amérique ; elle aurait probablement recouvré son ancienne splendeur et ajouté beaucoup à sa gloire. C’était une conquête digne d’elle, digne de celle de Christophe Colomb ; c’était la découverte, sinon de l’océan Pacifique, du moins d’une voie sûre et rapide pour y pénétrer dans toutes ses parties ; c’était s’affranchir du cap Horn dès l’année 1789, comme aujourd’hui, par le canal maritime de Suez, on est sur le point de s’affranchir du cap de Bonne-Espérance.

Quels progrès n’eût pas atteints l’Espagne par la voie du canal de Nicaragua, ne fût-ce que pour le commerce ! Mais il n’est pas douteux qu’elle en eût accompli bien d’autres : l’agrandissement de ses possessions, l’occupation de tout ou partie des îles Sandwich, de la Nouvelle-Zélande et de l’Australie, les relations politiques et commerciales avec les grands empires de la Chine et du Japon, les communications plus fréquentes et plus rapides avec sa riche colonie des Philippines, etc. Mais l’oubli incroyable où la maison de Bourbon, depuis le commencement du dix-huitième siècle, est restée des gloires de l’Espagne, s’est manifesté par tant de côtés, qu’il n’y a pas trop à s’étonner de ce que Charles IV a négligé le projet de M. de la Bastide4.

Il n’a pas fallu moins de cinquante ans de progrès industriels et de changements politiques en Europe, pour rappeler enfin l’attention publique sur l’isthme américain. Quand Humboldt, avant 18235, proposait de faire communiquer les deux océans par le golfe de Darien6, il ignorait probablement le projet de M. de la Bastide, à moins qu’il n’ait, par hasard, consulté le livre de M. de la Borde sur la mer du Sud7, ouvrage où le projet est consigné8. En tout cas, il a cru devoir conseiller une communication bien différente, et qui pourrait bien un jour être aussi adoptée, concurremment avec le projet de percement à travers l’Amérique centrale. Dans mon opinion, il y aura, un jour, plus d’un canal, et plus d’un chemin de fer pour servir à pénétrer d’un océan dans l’autre. Déjà l’on compte deux voies ferrées à travers l’Amérique centrale, la voie de Panama déjà achevée, et la voie de Honduras qui se prépare par les soins de M. Squier9. Il en sera de même des canaux navigables. Il est naturel de penser que trois ou quatre des cinq états entre lesquels l’isthme se partage, voudront avoir, chacun, une communication par eau entre les deux mers. Ce n’est pas le lieu de discuter ici quelle est celle qui sera la première entamée et poussée à son terme, et je me borne à donner plus bas le projet de M. de la Bastide d’après sa carte et ce qu’en dit M. de Laborde dans son Histoire de la mer du Sud.

Je passe maintenant à d’autres considérations sur les découvertes historiques et archéologiques, découvertes que les travaux de la canalisation amèneront infailliblement avec eux, et je rentre ainsi dans le cercle des objets qui doivent occuper plus spécialement la Société d’ethnographie.

Le point de vue le plus essentiel sous ce rapport, sera la recherche des vestiges des anciennes populations.

Les monuments subsistent ; les races existent-elles encore ?

Sans doute les hommes qui ont élevé ces remarquables ouvrages ont disparu comme populations ; mais il est difficile d’admettre que trois siècles aient suffi pour détruire jusqu’aux derniers vestiges des premiers habitants, et jusqu’à ceux de leurs langues, qui elles aussi sont des monuments. Les Indiens Lacandons et les autres peuplades qui habitent les montagnes inexplorées du Guatémala et de l’Yucatan existent ; on peut les visiter, les interroger tous les jours au moyen de la langue maya dont on possède des dictionnaires et des grammaires ; ces hommes descendent quelquefois de leurs montagnes et parcourent les bords de la grande rivière de l’Usumasinta ; on les retrouve dans les îles du lac Peten10. Une fois familiarisés avec leur langage et en bonnes relations avec eux, comme notre collègue M. Brasseur de Bourbourg11 en est un exemple vivant, il ne sera pas impossible à un voyageur intelligent d’obtenir des vieillards des renseignements et des révélations. Serait-il vrai, comme on l’apprend par des rapports, à la vérité plus ou moins suspects, qu’il y ait encore, dans certaines anfractuosités de la chaîne de montagnes, des descendants des Aztèques échappés aux soldats de Fernand Cortez et à la conversion chrétienne, et qui auraient conservé, dans une certaine ville, leurs mœurs, leur langue, leur religion et jusqu’à leur culte ? Certes, la saine critique ne permet pas d’y croire légèrement, ni de s’en fier à de simples rapports de voyageurs trop souvent crédules ; mais une chose certaine, c’est qu’il existe encore des Indiens des montagnes de Guatémala ; nous en avons même vu en Europe. Or ces individus ont absolument tous les traits et toute la physionomie des habitants primitifs, tels que les anciens sculpteurs les ont représentés, en bas-relief et en ronde-bosse, à l’époque où les arts étaient florissants. Ces traits sont tellement distincts, tellement caractérisés, qu’il est impossible de confondre la race à laquelle ils appartiennent avec ceux d’aucune autre race du globe. Que cette race s’éteigne graduellement, comme cela est arrivé ou arrive encore des tribus du nord (l’Union américaine aidant à l’ouvrage du temps), cela est évident ; mais l’Amérique centrale est moins exposée que le nord des États-Unis à ces révolutions ; les mêmes causes n’y exercent pas leur action. Là sont des montagnes presque inaccessibles. Il y a donc chance pour des voyageurs instruits d’y faire des découvertes inattendues, et j’y trouve l’espoir fondé d’arriver à la détermination des anciennes races qui ont peuplé ou peuplent encore cette partie du Nouveau-Monde, et ce moyen est, selon moi, plus sûr que celui des recherches et des rapprochements auxquels se sont livrés les hommes les plus érudits, tels que les Schoolcraft12, les Morton et d’autres encore13 n’en est pas moins un bon guide pour les explorateurs.)).

On doit à la Société de géographie de France d’avoir, dès 1824, attiré l’attention des ethnologues sur le degré avancé de civilisation qu’avaient atteint les Américains du centre. Pour cela, elle imprima, dans le recueil de ses mémoires in-4° (au tome II), un intéressant mémoire de M. Warden, consul des États-Unis à Paris, où, après avoir parlé des anciens ouvrages militaires de la vallée de l’Ohio (bassin du Mississipi)14, l’auteur traite des monuments de Guatémala et de Palenqué, qu’on pourrait presque appeler la Thèbes américaine. En second lieu, elle fonda un prix pour la découverte et l’exploration des antiquités de l’Amérique centrale et de l’Yucatan. Ces monuments n’ayant pas été explorés par le baron de Humboldt, à qui l’on devait d’ailleurs de si précieuses révélations sur les antiquités du Mexique, je soumis à l’illustre voyageur le plan des questions à recommander aux explorateurs, et il lui donna son entière approbation. Déjà un missionnaire français, M. l’abbé Baradère15, nous avait rapporté de curieux objets d’antiquité américaine. Je fis acheter des manuscrits mexicains à la Bibliothèque Impériale. M. Corroy, médecin français établi à Tabasco16, me procura, comme M. Baradère, des objets non moins intéressants. Un autre Français, élève de David, M. Waldeck, après avoir visité et dessiné les monuments de Palenqué, découvrit, pour ainsi dire, les antiquités surprenantes de l’Yucatan17, que nous avions signalées dans le programme, étonnantes en effet pour le style et la grandeur comme pour la conservation. Tout le Yucatan est orné et comme rempli de ces ouvrages presque inconnus en Europe et qui étaient faits pour appeler l’attention, peut-être même l’incrédulité. Mais bientôt un artiste anglais, Frédéric Catherwood, aussi exact qu’il était habile, le même qui fut le compagnon de l’Américain Stéphen, reproduisit et compléta les dessins de M. Waldeck, auxquels ne manquait, sans doute, pas la vérité, loin d’être exagérés sous le rapport du style, du goût, de la richesse dans la décoration. Catherwood le fit avec le talent d’un dessinateur consommé. Il n’a rien manqué à l’œuvre publiée à Londres par ce dernier, que les plans et les mesures architectoniques, documents qui nous manquent encore aujourd’hui et que je regarde comme indispensables pour comparer ces ouvrages avec ceux de l’ancien monde18.

Le colonel Galindo de Guatémala commença, de son côté, la solution des problèmes posés par la Société de Paris, et fut malheureusement victime d’un assassinat politique19.

Déjà un seigneur anglais, lord Kingsborough, avait publié, avec des frais énormes, un splendide ouvrage intitulé : Antiquities of Mexico20, livre qu’on peut considérer principalement comme un recueil curieux, mais qui ne jette pas beaucoup de lumières sur les questions d’histoire, ni sur la question d’art.

Un ouvrage analogue pour le sujet, mais moins considérable, se publiait ensuite à Paris par les soins de M. de Saint-Priest21. A la relation d’Antonio del Rio sur Palenqué, donnée par Warden, l’auteur ajoutait celle du capitaine Dupaix, qui est plus développée et moins entachée d’imperfections que celle de del Rio.

Robertson22 n’avait guère donné que des tableaux historiques où les arts et l’étude de la civilisation tiennent peu de place ; mais les ouvrages que je viens de citer, et d’autres encore, ont été, pour les hommes curieux des origines américaines, comme une révélation ; c’est aussi depuis cette époque que l’on s’est occupé sérieusement de chercher, dans les restes de toute espèce que l’ancienne Amérique nous a transmis, restes précieux de ce que la conquête espagnole n’a pas anéanti, que l’on cherche, dis-je, par l’étude des langues, par les recherches physiologiques, par la comparaison des monuments, ce qu’a été cette vaste contrée avant 1492, ce qu’ont été ses populations, leurs mœurs et leurs lois.

M. Aubin23, de tous les voyageurs érudits, est peut-être celui qui a rassemblé le plus grand nombre de matériaux précieux ; réunis à ceux de M. Brasseur de Bourbourg, ils feraient la plus riche collection de documents authentiques24.

Ce n’est pas seulement l’histoire de l’Amérique du nord et de l’Amérique du centre qu’il s’agit d’éclaircir ; il n’y a pas moins peut-être à découvrir dans l’Amérique australe. On a connu de bonne heure les monuments du Pérou, les ouvrages remarquables des Incas. L’historien indigène Garcilasso de la Vega25 a laissé, depuis trois siècles, un riche tableau de la civilisation de ses compatriotes et de leur degré d’avancement ; mais voici qu’un nouveau foyer appelle aujourd’hui l’attention des ethnographes : c’est le pays qu’on appelle la Nouvelle-Grenade. Presque toutes les rives de la Magdalena et au delà, au nord et au midi de Santa-Fé de Bogota, méritent d’être étudiées à nouveau. On y trouve des hypogées qui ne manquent pas de richesse ; l’on visite et l’on dépouille les tombes des anciens habitants ; on trouve sur les momies des tissus brodés et peints, des bijoux en or artistement travaillés. Nos musées, nos collections privées, s’enrichissent d’objets précieux et faits pour intéresser vivement. On a observé, dans la Nouvelle-Grenade, un édifice à colonnades ; c’est jusqu’à présent le seul ouvrage de cette espèce qu’on ait trouvé dans le nouveau continent.

Ce n’est qu’après que l’on aura mesuré, figuré, étudié, enfin rapproché tous les monuments des arts, toutes les sculptures, dans l’Amérique du nord, dans l’Amérique centrale, dans l’Amérique du sud , puis réuni et comparé les éléments des langues et les dialectes chez les diverses tribus, dans les diverses régions du nouveau continent, qu’aidé aussi de l’étude physiologique des peuplades vivantes (et non de sang mêlé, s’il est possible), on pourra se former une opinion bien assise sur les aborigènes et l’origine des populations américaines.

JOMARD (de l’Institut).

Appendice.

Extrait26

De la Carte du lac de Nicaragua, avec ce titre : « Plan pour ouvrir une communication de la mer du nord à la mer du sud, par la rivière San-Juan, le lac Nicaragua et la baie del Papagayo. »

EXPLICATION DU PLAN.

Depuis la découverte de l’Amérique les Européens n’ont cessé d’entreprendre des navigations périlleuses pour trouver une communication de la mer du nord à la mer du sud, et leurs tentatives ont été jusqu’à présent infructueuses. M. Martin de la Bastide a fait deux mémoires qui ont été imprimés en 1791, dans l’Histoire abrégée de la mer du sud, par M.de Laborde. Dans ces mémoires M. de la Bastide démontre la certitude, la facilité, la brièveté, la
nécessité absolue pour l’Espagne d’ouvrir cette communication, et il présente en même temps un plan vaste, simple et bien conçu, tant pour les intérêts commerciaux que politiques. Il parait que M. de la Bastide a travaillé depuis plusieurs années à ce grand objet, et qu’il en a fait part à la cour de Madrid. C’est dans cet ouvrage, qui donne à son auteur bien des droits à la reconnaissance publique, que nous avons pris un extrait de ce plan tel qu’on le voit sur cette carte très-exacte.

Par le onzième degré environ de latitude nord, on entre dans la rivière San-Juan ou Desaguadero, qui a environ quarante lieues de long et qui prend sa source dans l’immense lac de Nicaragua.
Ce lac, situé dans la province qui porte ce nom, a aussi environ quarante lieues depuis la rivière San-Juan jusqu’à la baie del Papagayo dans la mer du sud, dont il n’est séparé que par un terrain très-uni d’environ trois lieues. Ce lac, qui a flux et reflux, reçoit les eaux d’une infinité de rivières considérables. Il a plus de cent vingt lieues de circonférence. C’est un grand bassin tranquille, à l’abri des tempêtes par les chaînes de montagnes qui le couvrent. L’air de cette province est très-sain, quoique chaud. Elle abonde en toutes sortes de productions, et ce pays est si agréable, qu’il fut appelé le paradis de Mahomet. Cette communication par la baie del Papagayo, est infiniment plus commode et plus courte que toute autre que l’on pourrait découvrir dans le nord ; elle est à l’abri de tous dangers, praticable dans toutes les saisons, et l’on serait, par conséquent, dispensé de passer la ligne. Elle serait d’autant plus avantageuse, que les vaisseaux pourraient se rafraîchir en passant par le lac, et aller ensuite en ligne droite, soit aux Philippines ou à la côte de Coromandel, qui sont sous les mêmes latitudes, soit dans les autres parties de l’Inde. Il semble même qu’à l’avenir on ne ferait plus le voyage de l’Asie, puisque le lac de Nicaragua semble destiné par la nature à devenir l’entrepôt universel et le marché général de tous les peuples commerçants des quatre parties du monde. Les avantages de cette communication sont inappréciables pour l’humanité et incalculables sous tous les rapports. On ne doute point que la cour d’Espagne ne s’empresse de concourir aux vœux unanimes et au bonheur général de toutes les nations.

Voici maintenant ce que nous apprenons de l’auteur de l’Histoire abrégée de la mer du sud. M. Martin de la Bastide était un ancien secrétaire du duc de Broglie; il vint trouver M. de Laborde et lui apporta les travaux étendus qu’il avait faits sur ce sujet ; ces travaux avaient été communiqués à la cour d’Espagne ; mais craignant de déplaire à cette puissance, il ne voulait pas d’abord les rendre publics. L’ambassadeur d’Espagne n’avait point accueilli le projet, mais sa cour ne s’opposait pas à ce qu’on les publiât. « Il me pria, dit M. de Laborde, de l’insérer dans mon Histoire de la mer du sud, « parce que, peut-être, dans la suite, il pourrait venir des temps plus heureux, où l’on ne penserait pas de même, où l’évidence éclairerait les hommes, et où de certaines circonstances pourraient favoriser l’exécution d’un projet si précieux à l’humanité, le nouveau passage devant faire disparaître pour jamais cette foule de maux qu’entraînent à leur suite les voyages de long cours. »

Suit un mémoire de soixante-dix pages sur la possibilité et les moyens d’ouvrir un canal dans l’Amérique septentrionale, etc.

Les idées de M. de la Bastide étaient à peu de chose près celles que M. de Laborde a énoncées lui-même.

E[dmé]. J[omard].


[Le pan cité par Edmé Jomard est conservé au département des cartes et plans de la Bibliothèque nationale de France, sous la cote : [GE D-4489.

Plan pour ouvrir une communication de la mer du Nord à la mer du Sud par la rivière San Juan, le lac de Nicaragua et la baie del Papagaye
Plan pour ouvrir une communication de la mer du Nord à la mer du Sud par la rivière San Juan, le lac de Nicaragua et la baie del Papagaye
https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/btv1b8443559f/f1.item
  1. Jomard, Edmé, « Coup d’œil sur l’Amérique centrale et ses monuments », Revue orientale et américaine, 1859, t. 2, p. 229-239. Disponible en ligne, url : <https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k9688151m>. []
  2. [Edmé Jomard évoque la Bibliothèque nationale où il dirigea le Dépôt de géographie – qui deviendra le département des cartes et plans –, de 1828 à 1862. Il n’eût de cesse de vouloir mettre en oeuvre un « Musée géo-ethnographique » doté d’un système de classification des objets ethnographiques. Voir : Jacquot, Olivier, « Le projet géo-ethnographique d’Edmé-François Jomard », dans Jacquot, Olivier, C’est tout un monde à ressusciter ». Édition électronique du manuscrit Mexicain 65-71 : Codex Ixtlilxóchitl de la Bibliothèque nationale de France, Paris : École nationale des chartes, 2019, p. 93-95. Disponible en ligne, url : <https://doi.org/10.5281/zenodo.3749237>.] []
  3. Le même sujet a été reproduit en petit, sur une carte de forme circulaire, comme si on eût, dès lors, voulu le rendre populaire en appliquant la carte sur une boîte [Edmé Jomard évoque sans doute le projet de carte gravée pour un éventail conservé à la Bibliothèque nationale de France, sous la cote : [GE D-8298. L’éventail a été produit comme le prouve celui de 1803 provenant de la collection de Philippe Zoummeroff et vendu par Piasa le 20 avril 2005, cf. url : <https://www.auction.fr/_fr/lot/la-bastide-martin-de-memoire-sur-un-nouveau-passage-de-la-mer-du-nord-955405>]. Ces deux cartes sont conservées dans la Collection géographique de la Bibliothèque impériale, et sont un exemple de l’utilité qu’aura un jour le dépôt général et complet des productions géographiques créé en 1828. Voy. ci-dessous, p. 237. []
  4. [Les travaux du percement du canal de Panama ne commencèrent qu’en 1882, 20 ans après le décès d’Edmé-François Jomard, pour s’achever en 1914, date de l’inauguration. Un projet de canal du Nicaragua est encore d’actualité. Voir : « Projet de canal du Nicaragua », Wikipédia, l’encyclopédie libre, 30 mai 2020. Disponible en ligne, url : <https://fr.wikipedia.org/w/index.php?title=Projet_de_canal_du_Nicaragua&oldid=171465720>.]. []
  5. [Voir son plan sur le site de l’exposition virtuelle The Land Divided, The World United: Building the Panama Canal, de la Linda Hall Library, disponible en ligne, url : <https://panama.lindahall.org/wp-content/uploads/sites/2/2014/08/panex0601e-150×150.jpg>.] []
  6. Bolwar avait voulu s’assurer par lui-même de la possibilité de cette communication, et Humboldt pensait qu ‘il n’y avait qu’à élargir un canal antérieurement établi. []
  7. [La Borde, Jean-Benjamin de (1734-1794), Histoire abrégée de la mer du Sud, ornée de plusieurs cartes… composée pour l’éducation de Mgr le Dauphin, Paris : P. Didot l’aîné, 1791, 3 vol. Disponibles en ligne, url : <https://catalog.hathitrust.org/Record/008586274>.] []
  8. « Mémoire sur la possibilité, les avantages et les moyens d’ouvrir un canal dans l’Amérique septentrionale, pour communiquer de la mer atlantique, ou du nord, à la mer pacifique, ou du sud. », dans La Borde, Jean-Benjamin de (1734-1794), Histoire abrégée de la mer du Sud, ornée de plusieurs cartes… composée pour l’éducation de Mgr le Dauphin, Paris : P. Didot l’aîné, 1791, vol. 2, p. [415-459] (paginé[1]-43)]. []
  9. [Ephraim George Squier (1821-1888), Honduras Interoceanic Railway. Preliminary report, New-York, 1854. Disponible en ligne, url : <http://access.bl.uk/item/viewer/ark:/81055/vdc_100023273068.0x000001>. Voir aussi : Jousselin, Eugène, L’Amérique centrale, le Honduras, projet d’un chemin de fer interocéanique…, Paris : A. Lacroix, Verboeckhoven et Cie, 1869, 1 vol. (38 p.)]. []
  10. Voir « Parution : Explorations in the department of Peten, Guatemala, and adjacent region (Topoxté : Yāxhá ; Benque Viejo ; Naranjo). Reports of explorations for the Museum », url : <https://amoxcalli.hypotheses.org/31973>]. []
  11. [Étienne-Charles Brasseur de Bourbourg (1814-1874).] []
  12. [L’ethnologue Henry Rowe Schoolcraft (1793-1864), fondateur de l’American Ethnological Society.] []
  13. San-Salvador, Honduras, Guatémala, Nicaragua, Costa-Rica.
    W. Prescott (([William Hickling Prescott (1796-1859).] []
  14. [Voir le « Rapport, au nom de la Section de Publication, par M. Jomard, Membre de l’Institut, Vice-président de la Commission Centrale », Bulletin de la Société de géographie, 1825, t. 4e, n ° 27-32,p. 308-311. Disponible en ligne, url : <https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k376018/f309.item>. []
  15. [Voir Jacquot, Olivier, « Jean Henri Baradère (1792-1839 ?) », dans Jacquot, Olivier, C’est tout un monde à ressusciter ». Édition électronique du manuscrit Mexicain 65-71 : Codex Ixtlilxóchitl de la Bibliothèque nationale de France, Paris : École nationale des chartes, 2019, p. 207-. Disponible en ligne, url : <https://doi.org/10.5281/zenodo.3749237>.] []
  16. [Le médecin Francisco Corroy, né à Paris, diplômé de la faculté de Paris, qui « vaccina les enfants de Villahermosa à ses frais pour éviter une épidémie » et reçut la citoyenneté espagnole en 1818. Cf. Houdaille Jacques, « Les Français au Mexique et leur influence politique et sociale (1760-1800) », Revue française d’histoire d’outre-mer, 1961, deuxième trimestre, tome 48, n° 171, p. 143-233. DOI : https://doi.org/10.3406/outre.1961.1334. Disponible en ligne, url : <https://www.persee.fr/doc/outre_0300-9513_1961_num_48_171_1334>. Voir aussi Fisher, Lillian Estelle, Viceregal administration in the Spanish-American colonies, Berkeley : Calif., University of California Press, 1926, 3 vol. Disponibles en ligne, url : <https://catalog.hathitrust.org/Record/000817055>.]. []
  17. [Waldeck, Jean-Frédéric (1766-1875), Voyage pittoresque et archéologique dans la province d’Yucatan (Amérique Centrale) pendant les années 1834 et 1836, Paris : Bellizard, Dufour, 1838, 1 vol. (X-110 p.-XXII pl.).] []
  18. Les principaux monuments antiques de l’Yucatan sont à Uxmal, Copau [sic pour Copan], Labnah, Chichen-Itza, Kabah, Izamal, Tuloon [pour Tulum], etc., sans parler de Palenqué. []
  19. [Juan Galindo (1802-1839).] []
  20. [King, Edward (Lord Kingsborough) ; Dupaix, Guillermo (1746-1817), Antiquities of Mexico : comprising facsimiles of ancient Mexican paintings and hieroglyphics, preserved in the royal libraries of Paris, Berlin and Dresden, in the imperial library of Vienna, in the Vatican library, in the Borgian museum at Rome, in the library of Institute at Bologna, and in the Bodleian library at Oxford, London : R. Havell, 1831-1848, 9 vol.] []
  21. Dupaix, Guillermo (1746-1817), Antiquités mexicaines, relation des trois expéditions du capitaine Dupaix, ordonnées en 1805, 1806 et 1807, pour la recherche des antiquités du pays, notamment celles de Mitla et de Palenqué… suivie d’un parallèle de ces monuments avec ceux de l’Égypte, de l’Indostan et du reste de l’ancien monde, par M. Alexandre Lenoir,… d’une dissertation sur l’origine de l’ancienne population des deux Amériques et sur les diverses antiquités de ce continent, par M. Warden,… avec un discours préliminaire par M. Charles Farcy,… et des notes explicatives et autres documents, par MM. Baradère, de St-Priest et plusieurs voyageurs qui ont parcouru l’Amérique…, Paris : bureau des Antiquités mexicaines, 1834-1836, 2 vol. Disponible en ligne, url : <https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k5823768d>. []
  22. [Voir Adamson Hoebel, E., « William Robertson: An 18th Century Anthropologist-Historian », American Anthropologist, 1960, n° 62, p. 648-655. Disponible en ligne, url : <https://s3.amazonaws.com/rdcms-aaa/files/production/public/FileDownloads/William_Robertson_18th_Century_Anthropologist-Historian_by_E_Adamson_Hoebel.pdf>]. []
  23. [Voir « Joseph-Marius-Alexis Aubin (1802-1891) », url : <https://amoxcalli.hypotheses.org/2468>.] []
  24. [Nous voyons qu’Edmé Jombard anticipait déjà, par son voeu, l’entrée de la collection à la Bibliothèque nationale.] []
  25. [Sic pour Garcilaso de la Vega (1539?-1616?), auteur de Los commentarios reales que tratan del origen de los Incas]. []
  26. Voy. ci-dessus, p. 229. []

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search