Document : La question actuelle de la Bibliothèque nationale de Paris

Dans sa “Chronique”, la Revue orientale et américaine de Léon de Rosny publiait en 18751 une charge contre la réduction des acquisitions étrangères de la Bibliothèque nationale, plaidant pour la création d’une Commission consultative, qui ne vit pas le jour2.


La question actuelle de la Bibliothèque nationale de Paris

Pendant longtemps la Bibliothèque Nationale de Paris a tenu le premier rang, parmi toutes les bibliothèques du monde, si non pour ses livres américains, du moins et sans conteste, pour ses Collections Orientales3. La série des livres chinois de ce grand établissement notamment, était, jusque dans ces dernières années, incomparable à celle que l’on conservait à Londres et à Saint-Pétersbourg. Il n’en est malheureusement plus ainsi ; et l’Angleterre et la Russie ont conquis un rang supérieur à celui de la France, au point de vue de ce genre de trésors bibliographiques. Il n’est pas sans intérêt de rechercher la cause de cette infériorité, dont notre amour propre national est en droit de s’émouvoir sérieusement.

La première pensée est d’attribuer la décadence de nos Collections Orientales, à l’insuffisance du budget de nos bibliothèques. Il est très certain que les ressources de notre Bibliothèque Nationale sont insuffisantes, eu égard à l’importance hors ligne de ce grand établissement scientifique. Néanmoins, les allocations annuelles dont il dispose, lui permettraient de se maintenir à un rang distingué, si son administration était régulièrement mise au courant des acquisitions les plus importantes que des circonstances favorables lui permettent d’opérer de temps à autres.

Avant la dernière réorganisation de la Bibliothêque [sic] Nationale4, il existait à la tête de cet établissement, une commission de conservateurs qui étaient censés représenter les différentes branches de l’érudition et qui présidaient au choix des ouvrages proposés pour l’acquisition5. Ces conservateurs, pris pour la plupart dans l’Institut de France, ne tardèrent pas à considérer leur position comme une sinécure, et ne répondirent que fort rarement à la confiance que le gouvernement leur avait témoignée. A plusieurs reprises, on tenta de nommer une Commission consultative qui put éclairer l’administration de la Bibliothèque dans ses acquisitions. Quelque censée, opportune, nécessaire même que fut l’application de cette idée, elle ne parvint jamais à être mise en pratique d’une façon fructueuse pour les intérêts de la science. Sous le dernier gouvernement, on avait sans cesse le tort de n’appeler dans les commissions consultatives de l’Etat, que les personnages hauts placés, pensant que de telles nominations devaient avant tout satisfaire l’amour propre de gens puissants qu’on avait intérêt à contenter. Un tel système, dont on abuse encore aujourd’hui d’une façon désespérante, mais qui est condamné par le bon sens, ne peut plus tarder à être abandonné sous un ministère éclairé et indépendant. Il me semble que le moment est venu d’introduire, dans l’organisation de nos bibliothèques, des améliorations analogues à celles qui ont été décidées dans ces derniers temps pour le service de nos postes et de nos télégraphes6 ; nous voulons parler de réformes essentiellement libérales sur lesquelles nous appelons l’attention de la presse et de tous les hommes qui s’intéressent au développement de nos libertés et à la grandeur intellectuelle et morale de notre patrie.

Nous demandons que le soin de provoquer les acquisitions les plus désirables pour nos bibliothèques, soit confié à une Commission consultative constituée d’après les principes suivants :

Chaque branche spéciale de la bibliographie, dans le domaine des livres imprimés, chaque fond particulier dans le domaine des livres manuscrits, sera représenté par un ou plusieurs membres dans la Commission projetée. Ces spécialistes seront chargés de tenir la Commission au courant des acquisitions les plus désirables pour la bibliothèque ; et, sur leur proposition, la Commission décidera s’il y a lieu de demander ces acquisitions à l’administration de la Bibliothèque.

Quant à la nomination des membres de cette Commission, nous demandons qu’elle soit confiée à un collège électoral composé de la façon suivante : 1° toutes les personnes ayant une carte d’admission à la Bibliothèque Nationale ; 2° les membres de l’Institut de France ; 3° les professeurs de l’Enseignement supérieur ; 4° les présidents de toutes les Sociétés savantes de Paris ou leur délégué ; 5° les employés de la Bibliothèque Nationale.

Les fonctions de membres de la Commission consultative seraient purement honoraires, et par conséquent n’entraîneraient aucune charge nouvelle pour l’Etat.

Voici notre idée. Nous désirons ardemment qu’elle soit discutée, et nous nous ferons un devoir d’ouvrir nos colonnes à toutes les critiques sérieuses et autorisées.

  1. « La question actuelle de la Bibliothèque nationale de Paris », Revue orientale et américaine, 1875, nouvelle série, nᵒ 2, p. [151]-153, 1875. Disponible en ligne, url : <https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k96828107/f165.item>. []
  2. La Chronique ne comporte pas de nom d’auteur. Est-elle de Léon de Rosny, créateur et rédacteur en chef de la revue ? []
  3. [Rappelons que les manuscrits américains formaient, et forment encore de nos jours, un ensemble du service des manuscrits orientaux du département des Manuscrits, les collections du Nouveau-Monde en maya, nahuatl, algonquin, etc. étant restées rattachées à l’Orient des caractères non latins et à la croyance de Christophe Colomb en la découverte d’une liaison occidentale vers l’île orientale de Cipango]. []
  4. [Il s’agit de la réorganisation menée par l’administrateur général Jules-Antoine Taschereau. Voir Marie Galvez, « Jules-Antoine Taschereau : “un grand administrateur”, 1858-1874 », Revue de la Bibliothèque nationale de France, n° 40, 2012, p. 50-55.] []
  5. [Le comité consultatif, composé ainsi qu’il est dit dans l’article 6 du décret du 17 Juin 1885, se réunit au moins une fois par mois, sur la convocation de l’Administrateur général, qui le préside. Les fonctions de secrétaire sont remplies par le secrétaire-trésorier. Le comité consultatif entend le résumé de la correspondance entretenue depuis la séance précédente par l’Administrateur général pour les divers services de la Bibliothèque. Il donne son avis sur les affaires pour lesquelles il est consulté par l’Administrateur général, ou sur les questions posées par un des membres du comité. Le procès-verbal de chaque séance est consigné sur un registre spécial ; il est signé par le président et par le secrétaire. Une copie en est adressée au Ministre. Dans la première séance de chaque année, le comité consultatif donne son avis sur la répartition des crédits portés au budget entre chacun des départements, déduction faire de la somme laissée en réserve pour les besoins imprévus.] []
  6. [Ce n’est qu’en 1879 qu’un ministère des Postes et Télégraphes et créé. Les réformes évoquées sont peut-être liées à la création de l’Union Générale des Postes en 1874-1875 née après les discussions de la Conférence de Paris de 1863. Voir Oger, Benoît, « Les mutations de La Poste de 1792 à 1990, entre ruptures et continuités », Flux, 2000, n° 42, p. 7-21. DOI : https://doi.org/10.3406/flux.2000.1339. Disponible en ligne, url : <https://www.persee.fr/doc/flux_1154-2721_2000_num_16_42_1339>. En 1869, la Société du Câble Transatlantique Français pose le premier câble sous-marin reliant Brest, Saint-Pierre et Cape Cod, aux États-Unis.] []

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search