Document : Rapport à l’Empereur. – Décret y annexé instituant une commission à l’effet de préparer l’organisation d’une expédition scientifique au Mexique

Le 29 février 1864 paraissait dans le Moniteur, l’organe officiel du gouvernement français fondé en 1789 par Charles-Joseph Panckoucke (1736-1798), l’annonce1 de la création de la Commission scientifique du Mexique2.

C’est ce document que nous transcrivons ici. Toutes les notes sont de notre fait.

Rapport à l'Empereur. - Décret y annexé instituant une commission à l'effet de préparer l’organisation d'une expédition scientifique au Mexique
Rapport à l’Empereur. – Décret y annexé instituant une commission à l’effet de préparer l’organisation d’une expédition scientifique au Mexique

Avertissement

Cet article comprend des mots et des descriptions qui peuvent être culturellement sensibles et qui ne sont normalement plus utilisés dans certains contextes publics ou communautaires. Les termes et annotations qui reflètent l’attitude de l’auteur ou sa période de création peuvent être considérés comme inappropriés aujourd’hui.


PARTIE OFFICIELLE.

Paris, le 28 février.

RAPPORT A L’EMPEREUR.

Sire,

Il y a soixante-six ans, 40,000 hommes de l’armée d’Italie et notre plus glorieux capitaine3 abordaient à Alexandrie. Derrière le jeune général4 ne marchaient pas seulement les plus braves soldats du monde, mais toute une colonie de savants qui firent, à leur manière, la conquête de l’Egypte, en déchirant le voile dont son antique civilisation était, depuis quinze siècles, enveloppée. Par les recherches de l’Institut du Caire5, les sciences archéologiques furent renouvelées en Europe. Sans la publication du grand ouvrage de la Description de l’Egypte6, Champollion n’aurait eu ni la pensée, ni les moyens de commencer l’interprétation des hiéroglyphes que la science déclarait une énigme insoluble7, et la France n’aurait pas l’honneur d’avoir trouvé la clef de ces inscriptions qui ont déjà expliqué tant de symboles et de doctrines, révélé tant d’idées et de faits concernant la religion, l’histoire et la chronologie de ce vieux monde8.

C’est au bord du Nil que Geoffroy-Saint-Hilaire conçut la première pensée de son grand système de philosophie anatomique9, et, si les nivellements opérés par ses collègues, dans l’isthme de Suez, sous les balles des Arabes, ne furent pas exacts, leur conception d’une communication entre les deux mers n’en resta pas moins populaire jusqu’au jour où, grâce à un autre Français, elle put devenir une réalité10.

Aux conquêtes de la science abstraite s’ajoutèrent celles de l’art. Par les dessins que rapporta l’expédition, nos artistes virent s’accroître les ressources dont ils disposaient pour l’expression de la beauté.

Les travaux de l’Institut du Caire eurent même des conséquences d’une utilité pratique. L’étude du climat et des conditions géographiques de la vallée du Nil fit trouver les moyens d’assainir le pays et d’assurer à ses habitants une hygiène meilleure. Aujourd’hui la peste a presque disparu, et malgré la fréquence et la facilité des relations commerciales, ce fléau ne vient plus jusque sur nos côtes décimer nos populations, et, comme en 1720, enlever à la seule Provence 85,000 de ses habitants11. C’est aux études médicales de l’Institut d’Egypte qu’il faut faire remonter les commencements de cet immense bienfait.

Et tandis que l’Europe savante s’enrichissait des faits scientifiques, des idées et des formes d’art que le grand ouvrage sur l’Egypte jetait dans la circulation générale, l’Egypte elle-même, réveillée an contact de nos soldats et de nos savants, sortait de sa léthargie. Elle envoyait à un membre de l’Institut du Caire plusieurs de ses enfants pour qu’il les fît initier à la civilisation européenne ; elle appelait nombre de nos ingénieurs pour accomplir l’œuvre de sa régénération ; et s’il se trouve aujourd’hui sur les bords du Nil une société qui se fait déjà sa place parmi les sociétés modernes, qui joue un rôle considérable par la production et le commerce dans les intérêts généraux du monde, c’est bien parce que la main de la France est allée tirer ce peuple de sa torpeur.

Préoccupée de ces souvenirs, Votre Majesté a voulu que ce qui s’est fait au bord du Nil par celui qui devait être Napoléon Ier s’accomplisse au Mexique sous les auspices de Napoléon III.

Les résultats acquis il y a soixante ans sont la garantie des résultats réservés à l’expédition nouvelle. Le Mexique sans doute n’a pas à nous offrir l’intérêt historique que présentait cette terre d’Egypte où Hérodote plaçait l’origine de la religion, des arts et d’une partie des habitants de la Grèce. Cependant il a, lui aussi, bien des secrets à nous livrer, une civilisation étrange que la science devra faire revivre, des races dont l’origine nous échappe, des langues inconnues, des inscriptions mystérieuses et des monuments grandioses.

Mais si l’on regarde l’expédition du point de vue des sciences naturelles et physiques, quelle comparaison établir entre les deux pays ! D’un côté, une vallée longue de 260 lieues à peine, large, en de certains endroits, de quelques centaines de toises, et où le ciel, la terre et les eaux sont d’une admirable, mais désolante uniformité ; de l’autre, une région immense, baignée par deux océans, traversée par de grands fleuve et de hautes montagnes, qui, située près de l’équateur, a tous les climats, parce qu’elle a toutes les altitudes, où la puissante végétation des tropiques abrite d’innombrables tribus d’êtres animés, où enfin la richesse du sol intérieur répond à celle de la surface. Car les milliards que, depuis trois siècles, le Mexique a livrés à l’Europe, ne sont que les prémices de trésors qu’il lui réserve.

Le Mexique de Montezuma12 ne comprenait qu’environ 6 degrés en latitude, du 15e au 21e. Il laissait en dehors de ses frontières : au sud, le Yukatan et l’isthme tout entier ; au nord, toute la Sonora et la grande vallée du Rio del Norte. Mais l’histoire de ces régions, les races qui les peuplent se relient trop à l’histoire et aux races mexicaines pour qu’une expédition scientifique puisse les négliger.

Le champ à explorer s’étend donc des sources du Rio del Norte et du Rio Colorado jusqu’au golfe de Darien13, sur environ 32° de latitude.

Il a, sans doute, été recueilli déjà sur ce vaste espace un grand nombre de documents par les savants du pays, par quelques-uns des ministres que la France y a envoyés et par les voyageurs qui ont suivi les traces du plus illustre d’entre eux, Guillaume de Humboldt. Mais ces renseignements, pris sur des points éloignés, ont besoin d’être coordonnés et soumis à une vérification scientifique. Pour les détails et la rigueur de méthode, que la science de nos jours exige, le Mexique offre, relativement a plusieurs sciences, un champ à peu près neuf d’exploitation.

Nous avons par exemple des cartes nombreuses de cette région ; mais les meilleures laissent encore beaucoup à désirer. Dans les provinces, au sud et à l’ouest de Mexico, le cours des plus grandes rivières est tracé d’une manière fort incertaine, et il ne faut pas s’écarter bien loin des routes fréquentées pour faire des découvertes inattendues. A peu de distance de Pérote, sur la grande route de la Vera Cruz à Mexico, les cartes figuraient, il y a quatre ou cinq ans, une lagune en un lieu où M. de Saussure a trouvé des collines14. Au nord, la région de la sierra Madré et de la sierra Verde ; au sud, le Guatemala, le Honduras et le Darien renferment de vastes espaces aussi peu connus que le centre de l’Afrique.

Ces explorations, utiles au commerce comme à la science, avanceront peut-être la solution du problème, que posa il y a vingt ans le prince Louis-Napoléon, du percement de l’isthme américain par un canal interocéanique15. L’Empereur pourrait en cela, comme en tant d’autres choses, voir se réaliser les rêves puissants et féconds de l’exilé16.

Touchant la constitution géologique de cette partie du nouveau monde, ou a des aperçus plutôt qu’un tableau général : deux études, entre autres, y sont comme à créer ou à reprendre : la paléontologie et l’examen des phénomènes volcaniques qui, au Mexique, se produisent dans des proportions colossales.

Les sociétés minières ont fait d’admirables travaux. Mais ce que l’on sait des richesses minéralogiques du Mexique n’est, certainement, que la plus petite partie de ce qui existe. C’est le hasard qui a fait trouver la plupart des gîtes exploités. Une exploration vraiment scientifique ouvrirait certainement à cette industrie un avenir inespéré.

Un pays si largement charpenté et soumis aux actions multiples et puissantes de climats extrêmes, en même temps qu’à celle des forces qui s’agitent à l’intérieur de la terre, promet beaucoup à la physique du globe et à la météorologie.

La botanique n’y sera pas moins heureuse. Ces terrains si divers, ces altitudes ou se produisent tous les climats, permettent au Mexique et à l’Amérique centrale de déployer aux yeux du voyageur une flore magnifique et variée telle que n’en offre aucun autre point du globe, bien des conquêtes y ont été déjà faites par la science ; mais il reste de quoi moissonner encore à pleines mains, et nos jardins, nos parcs, nos forêts et nos cultures s’enrichiront de plantes nouvelles d’ornement ou d’utilité17.

Dans ces régions où la nature prodigué la vie sous toutes les formes, le règne animal n’est ni moins riche ni moins curieux que le règne végétal. Agassiz18 croit avoir retrouvé vivants, dans le golfe du Mexique, certains polypiers antédiluviens19, qui sont entrés dans la composition du sol de la Floride, et les encrines ne subsistent que là : relation mystérieuse entre le monde des anciens jours et le nôtre.

Il est une science presque nouvelle, l’anthropologie20, qui devra de vives lumières à l’étude sérieuse des races ensevelies dans les grottes de l’Amérique centrale et de celles qui vivent encore sur le plateau de l’Anahuac21 ou dans les régions voisines. Les métis, résultant des croisements accomplis entre les races indigènes et étrangères, donneront lieu à une étude qui soulèvera des questions de l’ordre le plus élevé, à la fois physiologiques, morales et sociales22.

Le Mexique est encore plein de promesses pour une autre science ; la philologie comparée. A peine a-t-elle âge d’homme23, et cependant elle a retrouvé déjà les origines des races humaines, renoué les liens brisés des nations et préparé, elle aussi, la solution du grand problème de la variété ou de l’unité de notre espèce, question qui semblait n’avoir qu’un intérêt de curiosité scientifique, et que, de puis trois ans, l’Amérique du Nord cherche à trancher dans les mêlées furieuses d’une guerre plus que civile. Sans doute l’étude des idiomes mexicains est depuis longtemps commentée, mais il y aurait lieu de la poursuivre sur une plus grande échelle. Les ruines de Palenqué gardent des mystères peut-être comparables à ceux que l’expédition d’Egypte trouva au bord du Nil, et que, grâce à elle, Champollion put ensuite percer.

Le Mexique de Montezuma a péri presque tout entier ; l’expédition donnera les moyens de le retrouver. Peut-être nos voyageurs découvriront-ils quelques-uns de ces rares manuscrits mexicains ou yukatèques24 qui ont échappé aux dévastations. Ils recueilleront certainement ces traditions orales dont la critique moderne sait tirer si bon parti.

En 1855, M. de Saussure a découvert, à quelques lieues de Pérote, une ville entière dont nul, avant lui, n’avait eu connaissance. Un voyageur américain, se rendant directement de la mer à Mexico, par une route qu’il se traça lui-même, rencontra dix-huit à vingt monuments considérables, dont le souvenir s’était perdu. Les solitudes mexicaines réservent de pareilles surprises à nos savants. Cette grande et curieuse page des annales du monde, que les siècles ont effacée, ils la feront revivre, et notre génération, si avide des nobles émotions de l’histoire, verra s’élargir l’horizon où peut errer sa pensée.

Quand nos soldats quitteront cette terre, laissant derrière eux de glorieux souvenirs, nos savants achèveront de la conquérir à la science25. Il n’y a pas à douter que, grâce à leurs travaux, quelques branches de nos connaissances ne soient vivifiées et étendues, d’autres peut-être créées, et que des faits nouveaux ne produisent des idées nouvelles et fécondes qui donnent à nos grandes études une secousse salutaire.

Pour assurer à l’expédition scientifique du Mexique toutes les garanties de succès, j’ai l’honneur de proposer à Votre Majesté de vouloir bien constituer par décret une commission qui siégera au ministère de l’instruction publique. Composée d’hommes éminents dans les sciences et dans l[‘]Etat, ou de savants qui ont déjà exploré l’Amérique centrale, cette commission donnera aux voyageurs les instructions nécessaires, suivra les progrès de l’expédition et préparera, pour le monde savant, la publication d’un ouvrage qui sera, je l’espère, un monument digne du patronage si direct que Votre Majesté daigne accorder à cette belle entreprise26.

Je me persuade que, de leur côté, les pouvoirs publics voudront s’associer aux desseins de l’Empereur, et, en conséquence, j’ai également l’honneur de prier Votre Majesté de vouloir bien envoyer à l’examen du conseil d’Etat un projet de loi portant ouverture, au ministère de l’instruction publique, d’un crédit de 200,000 fr. pour subvenir aux frais de l’expédition.

Je suis, avec le plus profond respect,
Sire,
de Votre Majesté
Le très-humble et très-obéissant serviteur,
Le ministre de l’instruction publique,

V. Duruy27.

Approuvé et renvoyé au conseil d’Etat.
Paris, le 27 février 1864.
NAPOLÉON.


NAPOLÉON,

Par la grâce de Dieu et la volonté nationale, Empereur des Français,
A tous présents et à venir, salut :
Sur le rapport de notre ministre de l’instruction publique,

Avons décrété et décrétons ce qui suit :

Art. 1er. Il est institué près le ministère de l’instruction publique une commission à l’effet de préparer l’organisation d’une expédition scientifique au Mexique et d’en suivre les résultats28.

Art. 2. Sont nommés membres de cette commission :

M. le ministre de l’instruction publique, président ;
le maréchal Vaillant29, ministre de notre Maison et des Beaux-Arts, membre de l’Institut ;
le baron Gros30, sénateur, ancien ambassadeur, ancien ministre plénipotentiaire au Mexique ;
Michel Chevalier31, sénateur, membre de l’Institut ;
le vice-amiral Jurien de la Gravière32, ancien commandant en chef des forces navales de la France au Mexique ;
Boussingault33, membre de l’Institut ;
Combes34, membre de l’Institut ;
Decaisne35, membre de l’Institut ;
Faye36, membre de l’Institut ;
de Longpérier37, membre de l’Institut ;
Maury38, membre de l’Institut ;
Milne-Edwards39, membre de l’Institut ;
de Quatrefages40, membre de l’Institut ;
Charles Sainte-Claire-Deville41, membre de l’Institut ;
de Tessan42, membre de l’Institut ;
le baron Larrey43, membre de l’Académie impériale de médecine et membre du conseil de santé de la guerre ;
Angrand44, ancien consul général au Guatemala ;
le colonel Ribourt45, chef du cabinet de M. le ministre de la guerre ;
Viollet-Le-Duc46, architecte ;
César Daly47, architecte ;
Marié-Davy48, astronome à l’Observatoire impérial ;
Vivien de Saint-Martin49 ;
l’abbé Brasseur de Bourbourg50 ;
Aubin51 ;
Bellaguet52, chef de division au ministère de l’instruction publique ;
Anatole Duruy53, secrétaire.

Art. 3. Notre ministre de l’instruction publique est chargé de l’exécution du pré sent décret.

Fait au palais des Tuileries, le 27 février 1864.

NAPOLÉON.

Par l’Empereur :
Le ministre de l’instruction publique,
V. Duruy.


Citer cet article : Olivier Jacquot, "Document : Rapport à l’Empereur. – Décret y annexé instituant une commission à l’effet de préparer l’organisation d’une expédition scientifique au Mexique". Dans Amoxcalli, ISSN 2606-6718, 14/09/2020. Disponible en ligne, url : <https://amoxcalli.hypotheses.org/32725> (consulté le 29/11/2020).
  1. Le Moniteur universel, 29 février 1864, , n° 60, p. [1]. Disponible en ligne, url : <https://www.retronews.fr/journal/gazette-nationale-ou-le-moniteur-universel/29-fevrier-1864/149/2620687/1>. Elle paraît aussi dans le Bulletin administratif de l’instruction publique, Duruy, Victor, « Rapport à l’Empereur sur une commission à l’effet de préparer l’organisation d’une expédition scientifique au Mexique », Bulletin administratif de l’instruction publique, 1864, tome 1, n° 9, p. 180-185. Disponible en ligne, url : <https://education.persee.fr/doc/baip_1254-0714_1864_num_1_9_14573>. []
  2. Sur la commission, nous renvoyons à la bibliographie afférente dans Jacquot, Olivier, C’est tout un monde à ressusciter ». Édition électronique du manuscrit Mexicain 65-71 : Codex Ixtlilxóchitl de la Bibliothèque nationale de France, Paris : École nationale des chartes, 2019, p. 9-11. Disponible en ligne, url : <https://doi.org/10.5281/zenodo.3749237>. []
  3. Napoléon Bonaparte fut nommé capitaine le 13 juillet 1792. Le Directoire le chargea, le 5 mars 1798, de mener l’expédition en Égypte. []
  4. Flattant l’empereur Louis-Napoléon Bonaparte tout au long du texte, l’auteur Victor Duruy n’a de cesse d’évoquer le général Napoléon Bonaparte qui arriva à Alexandrie le 1er juillet 1798 à la tête de l’armée d’Orient, avant de prendre la ville le lendemain. []
  5. L’Institut d’Égypte, sis au palais d’Hassan-Kashif dans les environs du Caire, fut fondé le 22 août 1798 par Napoléon Bonaparte. []
  6. La Description de l’Egypte ou Recueil des observations et des recherches qui ont été faites en Egypte pendant l’expédition de l’armée française forme une encyclopédie divulguant les recherches de la mission scientifique de l’expédition d’Egypte. Disponible en ligne, url : <https://catalogue.bnf.fr/ark:/12148/cb333411490>. Voir aussi, La Description de l’Égypte, url : <https://description-egypte.org/>. []
  7. Voir Parkinson, Richard Bruce, Cracking codes : the Rosetta stone and decipherment, Berkeley : University of California Press, 1999, 1 vol. (208 p.). []
  8. C’est le 14 septembre 1822 que Jean-François Champollion découvre la clé du déchiffrement des hiéroglyphes, soit 23 ans après que la « pierre de Rosette » eût été découverte, en juillet 1799, par le lieutenant Pierre Bouchard chargé de consolider le forteresse de Fort Julien. []
  9. Étienne Geoffroy Saint-Hilaire fait paraître la première partie de sa Philosophie anatomique des organes respiratoires sous le rapport de la détermination et de l’identité de leurs pièces osseuses en 1818. Disponible en ligne, url : <https://catalogue.bnf.fr/ark:/12148/cb372526314>. []
  10. Plusieurs campagnes de nivellement se sont succédé. Le nivellement inexact avait donné une différence d’altitude de neuf mètres entre la surface de la mer Rouge et celle de la Méditerranée. Cette erreur fut corrigée par le nivellement réalisé en 1847 par Paul-Adrien Bourdaloue pour la Société d’Étude pour le canal de Suez. []
  11. Voir « Peste de Marseille (1720) », Wikipédia, l’encyclopédie libre, 2 septembre 2020. Disponible en ligne, url : <http://fr.wikipedia.org/w/index.php?title=Peste_de_Marseille_(1720)&oldid=174362896>. []
  12. Moctezuma (1466 – juin 1520) fut le neuvième huey tlatoani (souverain) de l’empire aztèque dont la capitale était Mexico-Tenochtitlan, sise sur une île du lac Texcoco. []
  13. Le Darién est une province à l’est du Panama située à la frontière entre la Colombie et le Panama. []
  14. Voir Saussure, Henri de, « Coup d’œil sur l’hydrologie du Mexique, principalement de la partie orientale, accompagné de quelques observations sur la nature physique de ce pays. Première partie », Le Globe. Revue genevoise de géographie, 1862, t. 3, 1862. p. 5-196. DOI : https://doi.org/10.3406/globe.1862.6823. Disponible en ligne, url : <https://www.persee.fr/doc/globe_0398-3412_1862_num_3_1_6823>. []
  15. Incarcéré à la forteresse de Ham de 1840 à 1846, le prince Louis-Napoléon Bonaparte se passionne pour le projet de canal inter-océanique du Nicaragua que vient lui présenter Don Francisco Castellón (1815-1855). Badinguet y était emprisonné à perpétuité suite à sa tentative avortée de coup d’État du 6 août 1840 à Boulogne-sur-mer. []
  16. L’exil est consécutif à sa première tentative de coup d’État, à Strasbourg, le 30 octobre 1836 après laquelle il fut expulsé pour les États-Unis, où il est débarqué à Norfolk (Virginie), le 30 mars 1837. []
  17. Chevalier, Auguste, « Ce que l’Amérique a donné à l’Ancien Monde », Revue de botanique appliquée et d’agriculture coloniale, 1936, mai, 16ᵉ année, n° 177, p. 348-364. DOI : https://doi.org/10.3406/jatba.1936.5620. Disponible en ligne, url : <https://www.persee.fr/doc/jatba_0370-3681_1936_num_16_177_5620>. Boumediene, Samir, La colonisation du savoir : une histoire des plantes médicinales du Nouveau monde,1492-1750, 2e éd. revue et augmentée, Vaulx-en-Velin : les Éditions des Mondes à faire, DL 2019, 1 vol. (VIII-477 p.). []
  18. Louis Agassiz (1807-1873). []
  19. Voir Perrier, Edmond, « Mémoire sur les étoiles de mer recueillis dans la mer des Antilles et la golfe du Mexique durant les expéditions de dragage faites sous la direction de M. Alexandre Agassiz », Nouvelles archives du Muséum d’histoire naturelle, 1884, 2e série, t. 6, p. 127-276. Disponible en ligne, url : <https://www.biodiversitylibrary.org/page/37043699> ou <http://aquaticcommons.org/8118/1/Pierrier_OCR.pdf>. []
  20. En France, une chaire d’anthropologie est créée en 1855 au Muséum national d’histoire naturelle, occupée par Armand de Quatrefages, en remplacement de la précédente chaire d’anatomie humaine. En 1859, Pierre Paul Broca fonde la Société d’anthropologie de Paris puis, en décembre 1876, l’École d’Anthropologie de Paris. []
  21. L’Anáhuac est le nom náhuatl du Mexique, qui signifie « près de l’eau » (A(tl) + nahuac : Atl signifie « eau » et nahuac signifie « près de »). []
  22. Gruzinski, Serge, La pensée métisse, [Paris] : Fayard, 1999, 1 vol. (345 p.-[16] p. de pl.). []
  23. Maury, Alfred (1817-1892), « La Philologie comparée, ses principes et ses applications nouvelles », Revue des deux mondes, 15 avril 1857,  2e période, tome 8, n° 4, p. 905-936. Disponible en ligne, url : <https://www.jstor.org/stable/pdf/44713394.pdf> ou <https://fr.wikisource.org/wiki/La_Philologie_compar%C3%A9e,_ses_Principes_et_ses_Applications_nouvelles>. []
  24. Pour « mayas ». []
  25. Comme en Egypte ou en Algérie, la mission scientifique suit une intervention militaire. Broc, Numa, « Les grandes missions scientifiques françaises au XIXe siècle (Morée, Algérie, Mexique) et leurs travaux géographiques », Revue d’histoire des sciences [en ligne], 1981, vol. 34, n° 3, p. 319-358. Disponible sur Internet, url : <https://doi.org/10.3406/rhs.1981.1769>. DOI : <10.3406/rhs.1981.1769>. Dondin-Payre, Monique (1950-….), La Commission d’exploration scientifique d’Algérie : une héritière méconnue de la Commission d’Égypte, Paris : diff. de Boccard, 1994, 1 vol. (142 p.). Soberanis, Alberto, « La ciencia marcha bajo la égida de la guerra : las relaciones científicas franco-mexicanas durante el Imperio de Maximiliano (1864-1867 », Revista Universidad de Guadalajara, 1995, enero-febrero, p. 50-60. []
  26. Nous voyons que la Description de l’Egypte reste le parangon de la production scientifique envisagée. Si l’échec de l’intervention française au Mexique empêcha cette publication monumentale, la Commission scientifique du Mexique ne fut pas sans fruits. De 1864 à 1869, elle publia notamment des Archives de la Commission scientifique du Mexique. Voir : Prévost Urkidi, Nadia, « La Commission scientifique du Mexique (1864-1867) : un exemple de collaboration scientifique entre l’élite savante française et mexicaine ? », Revue d’Histoire des Sciences Humaines, 2008, 2, n° 19), p. 107-116. DOI : 10.3917/rhsh.019.0107. Disponible en ligne, url : <https://www.cairn-int.info/revue-histoire-des-sciences-humaines-2008-2-page-107.htm>. Maldonado Koerdell, Manuel, « La obra de la Commission scientifique du Mexique », dans Arnaiz y Freg, Arturo (éd.) ; Bataillon, Claude (éd.), La intervención francesa y el Imperio de Maximiliano cien años después : 1862-1962, México : Asociación Mexicana de Historiadores e Instituto Francés de América Latina, 1965, p. 160-182. Martínez Guzmán, Magdalena, « La Comisión Científica de México y el origen de la Academia de Medicina », dans Galeana, Patricia (coord.), La definición del Estado mexicano : 1857-1867, México : Archivo General de la Nación, 1999, p. 207-222. Puyo, Jean-Yves, « L’expédition du Mexique, 1862-1867 : apports cartographiques et géographiques », Le Monde des cartes, 2004, juin, n° 180, p. 57-70. Riviale, Pascal, « La science en marche au pas cadencé : les recherches archéologiques et anthropologiques durant l’intervention française au Mexique (1862-1867) », Journal de la Société des Américanistes, 1999, n° 85, p. 307-341. Disponible en ligne, url : <https://www.persee.fr/doc/jsa_0037-9174_1999_num_85_1_1739>. Schávelzon, Daniel, « La Comisión Científica Francesa a México (1864-1867) y el inicio de la arqueología en América », Pacarina, 2003, vol. 3, p. 313-322. Disponible en ligne, url : <http://www.danielschavelzon.com.ar/?p=15>. []
  27. Victor Duruy (1811-1894), ministre de l’Instruction publique (1863-1869). []
  28. En parallèle, le général Achille Bazaine créée à Mexico une Commission scientifique, artistique et littéraire, présidée par le colonel Louis Toussaint Simon Doutrelaine (1820-1881). Voir : Prévost Urkidi, Nadia, « Réévaluation de la « Commission scientifique du Mexique » à travers les dépêches du colonel Doutrelaine », Colloque international« Mémoire(s) d’ici et d’ailleurs. Hommage à Ernest-T. Hamy (1842-1908)», Centre d’études et de Recherche sur les Civilisations et les Littératures Européennes, Université Du Littoral-Côte d’Opale, Boulogne-sur-Mer, France, 2008. Soberanis, Alberto, « La ciencia marcha bajo la égida de la guerra. Las relaciones científicas franco-mexicanas durante el imperio de Maximiliano (1864-1867) », Revista Universidad de Guadalajara, 1995, enero-febrero, p. 50-60. []
  29. Vaillant, Jean-Baptiste Philibert (1790-1872) []
  30. Gros, Jean-Baptiste-Louis (1793-1870) []
  31. Chevalier, Michel (1806-1879)  []
  32. Jurien de La Gravière, Edmond (1812-1892) []
  33. Boussingault, Jean-Baptiste (1801-1887) []
  34. Combes, Charles (1801-1872) []
  35. Decaisne, Joseph (1807-1882) []
  36. Faye, Hervé (1814-1902) []
  37. Longpérier, Adrien Prévost de (1816-1882) []
  38. Maury, Alfred (1817-1892) []
  39. Milne-Edwards, Alphonse (1835-1900). Voir son Rapport sur diverses communications relatives à la paléontologie et à la faune actuelle du Mexique, [Paris] : Impr. impériale, 1866, 9 p. (Archives de la Commission scientifique du Mexique ; T. 2, 3e livraison). []
  40. Quatrefages, Armand de (1810-1892) []
  41. Sainte-Claire Deville, Charles (1814-1876) []
  42. Tessan, Urbain Dortet de L’Espigarié de (1804-1879) []
  43. Larrey, Hippolyte (1808-1895) []
  44. Angrand, Léonce (1808-1886) []
  45. Ribourt, Amédée Louis (1821-1893) []
  46. Viollet-le-Duc, Eugène-Emmanuel (1814-1879) []
  47. Daly, César (1811-1893) []
  48. Marié-Davy, Hippolyte (1820-1893) []
  49. Vivien de Saint-Martin, Louis (1802-1896) []
  50. Brasseur de Bourbourg, Étienne-Charles (1814-1874) []
  51. Aubin, Joseph-Marius-Alexis (1802-1891). On note que c’est le seul qui ne soit pas qualifié. []
  52. Bellaguet, Louis (1807-1884) []
  53. Duruy, Anatole []

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search