Document : Musée du Louvre. — Galerie ethnographique

Dans son numéro 5444 du dimanche 20 octobre 1850, Le Siècle : journal politique, littéraire et d’économie sociale1, faisait paraître un article du journaliste bohème Alexandre Privat d’Anglemont (1815-1859)2 sur le musée ethnographique3 du musée de la Marine qui venait d’être inauguré au musée du Louvre le 1er août 1850.

C’est ce document que nous transcrivons et commentons (de notes de bas de pages et mentions entre crochets) dans ce carnet. Les illustrations ont été ajoutées par nos soins.

Musée du Louvre. — Galerie ethnographique
Musée du Louvre. — Galerie ethnographique

Avertissement

Cet article comprend des mots et des descriptions qui peuvent être culturellement sensibles et qui ne sont normalement plus utilisés dans certains contextes publics ou communautaires. Les termes et annotations qui reflètent l’attitude de l’auteur ou sa période de création peuvent être considérés comme inappropriés aujourd’hui.


Beaux-arts

Musée du Louvre. — Galerie ethnographique

Les choses en étaient là lorsque la direction des musées nationaux fut remise en d’autres mains4. Tous les travaux furent suspendus ; mais depuis quelque temps, M. de Nieuwerkerke5 a compris la nécessité d’achever ce qui avait été mis en si bonne voie par son intelligent prédécesseur, et le musée ethnographique a été définitivement ouvert le dimanche 11 août. Nous regrettons qu’un catalogue n’ait pas été imprimé qui donne au public la clef de bien des détails qui constituent pour lui autant de mystères. Et cependant un sous-directeur, M. Morel-Fatio6, a été adjoint à M. Lebas7, conservateur du musée de marine et spécialement attaché à la collection ethnographique, car maintenant cette collection, confiée au conservateur du musée de marine, est traitée un peu trop comme cette dernière partie du Louvre. Cependant outre les modèles de navires qui à la rigueur peuvent être contemplés par les badauds sans aucune explication, et l’immense variété d’objets que le pavillon de Beauvais8 renferme9, il faut faire quelque différence.

« Musée de marine», dans Joanne, Adolphe (1813-1881), Paris illustré en 1870 et 1876. Guide de l’étranger et du Parisien, Paris : Hachette, [1876], p. [701]. Disponible en ligne, url : <https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k63947766/f859.image>.

Autant que nous avons pu en juger, les armes, ustensiles, costumes, contenus dans les armoires, sont groupés par grandes divisions, suivant qu’ils appartiennent à l’Europe, à l’Asie, à l’Afrique, à l’Amérique ou aux îles de l’Océanie. Mais dans chacune de ces classes, on a peine à se reconnaître ; nous ne parlons pas seulement de ce qui provient de l’Inde et de la Chine. Là, les caractères bien tranchés du style aident à se débrouiller ; mais l’Afrique et l’Océanie sont loin d’être connues pour le public, et la confusion devient inévitable.

« Musée ethnographique », dans Joanne, Adolphe (1813-1881), Paris illustré en 1870 et 1876. Guide de l’étranger et du Parisien, Paris : Hachette, [1876], p. [703]. Disponible en ligne, url : <https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k63947766/f859.image>.

L’Europe n’est guère représentée que par la Scandinavie : des armes de pierres qui ressemblent à s’y méprendre à celles des Celtes, des exlindrins [sic] runiques et quelques cornes gravées. Il est remarquable de voir que ces ornemens semblent avoir servi aux architectes de la fin du dixième et du commencement du onzième siècle, qui y auraient trouvé les modèles des enroulemens de leurs fûts de colonnes. Quant au travail, il est grossier, dur, et de beaucoup inférieur aux gravures du même genre exécutées par les sauvages. Les haches de pierre des Peaux-Rouges de l’Amérique sont d’un fini plus précieux et d’une forme plus élégante que toutes les armes scandinaves.

Les produits de l’Asie y sont les plus nombreux : ce sont les statues des dieux de l’Inde, des costumes d’hommes et de femmes, des armes admirablement gravées, et mille objets de toilette, les ivoires et les nacres de la Chine, des cartes de géographie, des figures anatomiques, et toute une charmante collection de boîtes, de nécessaires et d’ustensiles de fantaisies, en bronze et en laque dorée, noire et rouge. C’est sans doute ces adorables jeux de patience des habitans des bords du fleuve Jaune que le Constitutionnel a pris, dans sa naïveté de vieillard, pour des instrumens de jongleurs et de faiseurs de tours10. Mais la chose la plus curieuse est sans contredit la collection des caricatures contre les Anglais, c’est pour le moins aussi drôle et aussi spirituel que les Cruishand. Les étoffes et les fleurs artificielles, les dessins d’oiseaux et de fleurs sont surprenans et presque inimitables pour le fini, la vivacité de couleurs et l’imitation minutieuse des plus petites choses. Les plumes des oiseaux-mouches semblent faites brin à brin, et l’on pourrait à la rigueur en compter toutes les barbes.

Des armes de bois dur très finement sculptées, des armes à ornemens d’argent et de fer-blanc du Gallas11, les meubles et la vaisselle d’argent trouvés dans la Casbah du pacha Hussein, dernier dey d’Alger12, composent tout l’apanage de l’Afrique. Les armes sont belles, mais elles sont alourdies par ces éternelles damasquineries arabes, qui sont, dit-on, fort belles sur les sabres des Maures d’Espagne, mais qui, à coup sûr, sont horribles, exécutées par nos Arabes modernes.

Une des plus charmantes choses de toute cette galerie est sans contredit la collection de petites statuettes en cire13 représentant toutes les races d’hommes du Mexiqne [sic pour Mexique], depuis l’Indienne à peau rouge14, jusqu’à la dona mexicana [sic pour doña mexicana]15, dont le teint rivalise de blancheur avec nos femmes du nord de l’Europe, d’Angleterre et de Suède. Les peintures de M. Cattlin [sic pour Catlin16] sont connues et des [sic pour « dès ».] longtemps jugées17.

Les costumes, les pirogues et les divinités de l’Océanie sont faites pour étonner tous les braves visiteurs du dimanche.

L’aspect général de cette salle est froid et sombre ; les grandes tables et les armoires de chêne qui ont été maladroitement salies d’une ignoble couche de badigeon rouge, faisant des efforts infructueux pour imiter l’acajou, ajoutent encore à la tristesse de la galerie. Elle est mal éclairée, les fenêtres sont basses et étroites, le jour est toujours douteux, même par le plus beau soleil.

Les panoplies et les trophées sont faits plutôt pour servir à l’ornementation d’un atelier de peintre et de sculpteur que pour la décoration d’un musée. Les flèches de l’Océanie se trouvent là mêlées avec les yatagans mauresques et les boucliers de peau de buffle de l’Indien des grands lacs de l’Amérique18. En un mot, c’est, comme nous l’avons dit plus haut, une superbe collection de curiosités, mais ce n’a jamais été un musée pouvant servir à l’étude. Si il nous en souvient, les dispositions prises par MM. Jeanron19 et Longpérier étaient plus heureuses et plus conformes à la science20.

Quoi qu’en puisse dire certaine revue d’art, « M. Morel-Fatio, qui s’est fait un nom comme peintre de marine, complète aujourd’hui la renommée de l’artiste par les services de l’administrateur. »21 Nous n’avons jamais douté du talent de M. Morel Fatio comme administrateur ; mais, appelé à juger son travail comme conservateur du Musée, nous sommes obligé d’avouer qu’il n’a point réussi, qu’il a fait du joli, du propret, mais que ce n’est pas là un travail de conservateur : c’est un décor, une oeuvre d’artiste de goût à l’usage des yeux du public qui n’a pas besoin d’étudier, et non de celui qui veut faire des recherches sérieuses22. De même que si la création d’un musée ethnographique au Louvre était la pensée favorite de M. de Nieuwerkerke, M. le directeur général aurait dû ou conserver tout simplement le travail de son prédécesseur, M. Jeanron, ou du moins éclairer de ses conseils la marche que devait suivre son subordonné dans l’exécution de l’oeuvre de son cœur.

ALEX. PRIVAT-D’ANGLEMONT.


  1. Voir « Le Siècle (journal) », Wikipédia, l’encyclopédie libre, 10 juin 2020. Disponible en ligne, url : <http://fr.wikipedia.org/w/index.php?title=Le_Si%C3%A8cle_(journal)&oldid=171881828>. []
  2. Privat d’Anglemont, Alexandre (1815-1859), « Musée du Louvre. — Galerie ethnographique », Le Siècle, dimanche 20 octobre 1850, n° 5444, p. [2]. Disponible en ligne, url : <https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k723482g/f2.item>. []
  3. Le guide Paris illustré en 1870 et 1876. Guide de l’étranger et du Parisien d’Adolphe Joanne de 1876, le présente ainsi : « Musée ethnographique (la notice n’est pas encore publiée). — Il forme une curieuse collection d’armures indiennes, de pagodes, de parures sauvages, trophées des excursions scientifiques de notre marine. Un grand nombre d’autres objets provenant de l’Afrique centrale ont été donnés par M. Delaporte, consul au Caire.
    Le musée chinois forme une division distincte du musée ethnographique ; une autre division, le musée américain, comprend une collection d’antiquités trouvées au Mexique et au Pérou. », « Le Musée ethnographique », dans Joanne, Adolphe (1813-1881), Paris illustré en 1870 et 1876. Guide de l’étranger et du Parisien, Paris : Hachette, [1876], p. 655-656 et « MUSÉE ETHNOGRAPHIQUE. — Il occupe une grande salle à la suite de la première salle du musée chinois et renferme une foule d’objets de toute sorte, produits de l’art ou de l’industrie des peuples de l’Asie, de l’Afrique, de l’Amérique et de l’Océanie. », « Le Musée ethnographique », dans Joanne, Adolphe (1813-1881), Paris illustré en 1870 et 1876. Guide de l’étranger et du Parisien, Paris : Hachette, [1876], p. 700, pl. p. [701], [703]. Disponible en ligne, url : <https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k63947766/f856.image>. []
  4. Cette litote fait référence à l’élimination des fonctionnaires républicains mis en place à la chute de Louis-Philippe Ier, en 1848, suite à l’élection présidentielle de Louis-Napoléon Bonaparte, les 10 et 11 décembre 1848. []
  5. Émilien de Nieuwerkerke (1811-1892) fut nommé directeur général des Musées nationaux le 25 décembre 1849, en remplacement du peintre Philippe-Auguste Jeanron (1809-1877). []
  6. Antoine Léon Morel-Fatio (1810-1871), conservateur-adjoint au musée de la Marine, créé le musée ethnographique du musée de la Marine sis au musée du Louvre. En 1852, il devint conservateur de ce musée de la Marine et d’ethnographie du Louvre. []
  7. Apollinaire Lebas (1797-1873), l’ingénieur chargé de ramener et d’ériger l’obélisque de Louxor sur la place de la Concorde, assure la direction du musée de la Marine depuis 1848. []
  8. Le Pavillon de Beauvais se trouve situé au décrochement de l’entrée de la Cour Carrée du musée du Louvre, rue de Rivoli. []
  9. Cette hétérogénéité est le fruit des dons de diplomates, de voyageurs, de militaires ou de missionnaires faits au Musée de la Marine. []
  10. L’article du Constitutionnel consacré au musée ethnographique est paru le lundi 12 août 1850, n° 224, p. [2] : « Ainsi qu’on l’avait annoncé, à dix heures ce matin, a eu lieu, au Louvre, l’ouverture d’un nouveau musée, sur le haut de la porte duquel on lit en lettres d’or : Musée ethnographique. — 1850. Ce nouveau musée est situé dans le pavillon nord-ouest du palais, au deuxième étage, et au bout du musée de la marine. On arrive aux nouvelles salles par ce musée. Le musée ethnographique occupe une grande salle de 100 mètres carrés qui portait jadis le nom de salle de Beauvais.
    Deux grandes armoires et une vingtaine de montres composent cette exposition de statues, statuettes, meubles dorés, bas-reliefs, momies, dieux, déesses, fétiches, instrumens de navigation et de tous genres, outils, étoffes, livres, gravures, vêtemens, chaussures, bijoux, ornemens, chef d’œuvre d’ivoire, armes défensives et offensives, reliques, amulettes, produits chimiques, papiers de tentures, instrumens de jongleurs et d’escamoteurs, etc., etc. ; le tout appartenant à la Chine, au Japon et aux peuplades sauvages à peu près de tous les lieux. []
  11. Le terme « Galla » désigne péjorativement les Oromo d’Ethiopie. []
  12. Le palais Hassan Pacha devint, en 1830, le Palais des gouverneurs généraux français d’Alger sous le nom de Palais d’Hiver. []
  13. S’agit-il des figurines en chiffons et cire données par le photographe Paul-Émile Miot (1827-1900), actuellement conservées au musée du quai Branly Jacques-Chirac ? Le tarif demandé par l’Agence photo de la Réunion des Musées nationaux et du Grand Palais (RMN-GP) s’est avéré par trop prohibitif pour illustrer ce billet produit à titre bénévole. Aussi, même si cela impose au lecteur des clics supplémentaires, nous le renvoyons vers la base des collections du Musée du quai Branly – Jacques Chirac au moyen de liens. []
  14. Qui pourrait être l’une de celles conservée sous les références 71.1886.116.33 (url : <http://collections.quaibranly.fr/pod16/?query=objectnumber=%5b71.1886.116.31#afc8f9ee-fb98-4127-9b14-2ace110b81f1>), 71.1886.116.14 (url : <http://collections.quaibranly.fr/pod16/?query=objectnumber=%5b71.1886.116.14%5d&showtype=record#9131cdd4-2e5c-45f7-9f75-d4e49dedc3c6>) ou celle qui évoque Frida Kahlo, conservée sous la référence 71.1886.116.7 (url : <http://collections.quaibranly.fr/#1dea17fb-a642-4c75-97cc-6f177a79e964>). []
  15. Evoque-t-il l’une de celles conservée sous la référence 71.1886.116.27 (url : <http://collections.quaibranly.fr/pod16/?query=objectnumber=%5b71.1886.116.27#8955189d-c6ad-4af7-b5ec-689642a25e1d>), 71.1886.116.30 (url : <http://collections.quaibranly.fr/pod16/?query=objectnumber=%5b71.1886.116.30#37dca02b-03f9-45c4-b43c-5b9ef8f3c0ba>) ou 71.1886.116.31 (url : <http://collections.quaibranly.fr/pod16/?query=objectnumber=%5b71.1886.116.31#a71477fe-e3df-4538-a708-3ecdc3e855aa>)? []
  16. George Catlin (1796-1872). []
  17. Voir Le Thomas, Claire, « La réception du musée indien de George Catlin », Histoire par l’image, février 2009. Disponible en ligne, url : <https://histoire-image.org/fr/etudes/reception-musee-indien-george-catlin> et Le Thomas, Claire, « Le musée indien de George Catlin : une arche de Noé à vocation ethnographique », Histoire par l’image, février 2009. Disponible en ligne, url : <http://histoire-image.org/fr/etudes/musee-indien-george-catlin-arche-noe-vocation-ethnographique>. []
  18. Le bison d’Amérique du Nord (Bison bison) diffère des buffles d’Afrique (Syncerus caffer) et d’Asie (Bubalus). []
  19. De 1848 à 1850, Philippe Auguste Jeanron (1809-1877) occupa le poste de directeur des Musées Nationaux. []
  20. Alexandre Privat d’Anglemont fait référence au Musée américain du musée du Louvre, placé sous la responsabilité d’Adrien Prévost de Longpérier (1816-1882). Le guide Paris illustré en 1870 et 1876. Guide de l’étranger et du Parisien d’Adolphe Joanne de 1876, le présente ainsi : « Le MUSÉE AMÉRICAIN, dont l’entrée se trouve dans la salle ethnographique, occupe un corridor par lequel on descend à la 9e salle (numérotée la 6e) du musée des Dessins. Il comprend seulement des antiquités : quelques figures d’hommes ou de femmes, en lave, en granit, en grès ; de nombreuses, mais très-imparfaites ébauches destinées à représenter des rois, des dieux, des hommes, des animaux, des vases en terre cuite, également très-grossiers ; des ornements, des ustensiles enlevés aux temples des divinités aztèques de Mexico et au palais des Incas du Pérou, et surtout une idole de grandeur naturelle, installée sur un autel richement travaillé et dont l’approche est défendue par un monstre menaçant. », « Le Musée américain », Joanne, Adolphe (1813-1881), Paris illustré en 1870 et 1876. Guide de l’étranger et du Parisien, p. 700-702. Disponible en ligne, url : <https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k63947766/f856.image>. []
  21. Nous n’avons pas encore localisé cette citation. []
  22. Voir Barron, Géraldine , « Le musée de Marine du Louvre : un musée des techniques ? », Artefact, 2016, 5. Disponible en ligne, url : <http://journals.openedition.org/artefact/695> ; DOI : https://doi.org/10.4000/artefact.695. []

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search