Document : Relation des choses de Yucatan, de Diego de Landa

En 1862, l’ethnologue et linguiste Charles de Schoebel (1813-1888) publiait dans le tome III des Actes de la Société d’ethnographie américaine et orientale, un compte rendu de l’édition de la Relation des choses de Yucatan de Diego de Landa par l’abbé Brasseur de Bourbourg1.


Relation des choses de Yucatan, de Diego de Landa, etc., etc., par l’abbé BRASSEUR DE BOURBOURG. Paris, 1864. Un vol. grand in-8° de CXII-516 pages, chez Arthus Bertrand, Prix : 25 fr.

M. Brasseur de Bourbourg vient de publier le troisième volume de sa Collection de documents dans les langues indigènes, pour servir à l’étude de l’histoire et de la philologie de l’Amérique ancienne. Ce volume s’ouvre par une courte préface qui contient un regret assurément fort légitime sous la plume du célèbre et infatigable voyageur, le regret que « l’expédition (du Mexique), projetée par le Gouvernement, si solennellement annoncée comme le pendant de l’expédition scientifique de l’Egypte…, avant même d’être entièrement constituée, rencontre déjà tant d’obstacles. »

Puis, vient un Essai sur les sources de l’histoire primitive du Mexique et de l’Amérique centrale, etc., dans lequel le savant américaniste dirige l’attention du lecteur sur la probabilité d’une immigration antique des indigènes de l’Amérique centrale dans notre Occident, immigration dont l’Egypte surtout fournirait, sous tous les rapports, soit de race, soit de civilisation, des preuves difficiles à récuser. J’avoue que cette dissertation, dont le défaut d’espace nous interdit de suivre ici les développements, offre des aperçus séduisants, et nous désirons que les égyptologues la jugent digne de toute leur attention. Seulement, j’aurais voulu, dans l’intérêt même de la thèse de M. Brasseur, que le célèbre voyageur se fût moins appuyé sur l’autorité de M. d’Eckstein. M. d’Eckstein, on l’accorde volontiers, était un très-savant homme, qui présente parfois, dans ses écrits, des échappées de vue du plus haut intérêt. Son coup d’œil est immense. Mais voilà aussi le côté qui le rend dangereux ; et ceux qui le prendraient pour guide dans le steeple-chase continuel où il s’engage à travers le monde, les races, les cosmogonies et les mythologies, verraient promptement s’engloutir toute réalité historique dans les flots tumultueux d’un symbolisme à outrance. C’est souvent pénible à lire et difficile à suivre. On connaît son ouvrage sur les Cares ou Cariens et les vues ethnographiques qu’il cherche à y faire prévaloir sur la base de la gynécocratie. Hérodote nous montre quelque chose qui y ressemble chez les Lyciens2 et aussi chez les Égyptiens3, mais non chez les Cariens. D’autre part, Platon nous a légué le mythe qu’on connaît de l’Atlantide, dont les habitants, les Atlantes, seraient venus à travers l’Océan envahir l’Afrique, l’Europe et l’Asie. Mais le nom même des Atlantes est purement grec, car on sait que le mot Atlas, contrairement à ce que dit M. Brasseur, vient du thème τλὰω, τλὰν, supporter. Il y a donc, là aussi, un motif capable de frapper de suspicion la thèse d’un peuple envahisseur d’origine américaine. Il est vrai que le mot atl (eau) se présente dans la langue nahuatl ou toltèque, et que, par conséquent, il aurait pu servir à dénommer un peuple qui, venant de l’Amérique en Europe, n’aurait pu suivre que la voie de l’eau. Seulement, pour adopter cette thèse, il nous faudrait des preuves plus fortes que celles que nous trouvons chez M. Brasseur, tandis que, du côté des Grecs, l’étymologie du nom des Atlantes est fondée dans la langue et dans la mythologie, c’est-à-dire dans les entrailles mêmes de la nation.

Disons-le sans détour : les arguments que notre savant ami tire, pour établir une antique immigration américaine, de l’existence de la gynécocratie dans notre Orient et du mythe des Atlantes chez les Grecs, ne nous paraissent guère plus recevables que la preuve qu’il fonde sur le nom des Cares, peuple dont la gynécocratie, au témoignage d’Hérodote, n’était nullement « le trait caractéristique, comme aussi son homonymie avec quelques peuples américains est probablement toute fortuite. » La combinaison phonétique de Car est, en effet, des plus répandues. Elle est aussi fréquente dans les langues indo-européennes que dans les langues asiatiques et américaines4. Elle se rencontre même avoir, dans les langues germaniques et slaves, cette acception « d’homme, de guerrier par excellence, de vaillant, » que M. Brasseur lui a trouvée en Amérique5. On pourrait relever quelques autres points encore qui prêtent à la critique dans le travail de M. Brasseur, mais nous aimons mieux indiquer à l’attention du lecteur les preuves que l’auteur peut présenter avec plus d’assurance pour le succès de son Essai, et qu’il trouve dans l’étude comparative des mythologies toltèque et égyptienne. Nous devons nous abstenir, toutefois, d’entrer dans ces discussions ; elles nous mèneraient trop loin. Remarquons seulement que la question des cataclysmes ou déluges reçoit de M. Brasseur, grâce au dépouillement qu’il fait des traditions américaines, un jour de plus en plus favorable au sens que nous lui avons trouvé, il y a plusieurs années déjà, d’après le document biblique lu et interprété sans opinion préconçue. On voit clairement que jamais, dans le sens réel du mot, aucun déluge n’a été ni n’a pu être universel.

L’Essai est suivi de la Relation des choses de Yucatan, que M. Brasseur nous donne traduite du père Diego de Landa. Cette relation forme la partie principale du volume. Notre dessein n’est pas de présenter ici l’analyse de cette longue mais toujours intéressante description du peuple yucatèque, de ses mœurs et de sa civilisation si singulièrement originale parfois. Le bon évêque, moins fanatique, mais aussi barbare6 qu’on pouvait l’être au XVIe siècle, rédigea cet écrit, en 1566, sur les lieux. Les Espagnols, par l’entremise de don Francisco de Montejo, avaient alors depuis plusieurs années déjà pris possession du Yucatan « au nom de Dieu… pour Dieu et pour le roi de Castille, en nombre de Dios tomo la possession desta tierra por Dios y por el rey de Castilla. Signalons principalement à la curiosité du lecteur les paragraphes qui traitent du calendrier yucatèque, et, surtout, le chapitre qui est le κειμήλιον de tout l’ouvrage, le § XLI, p. 313 et suiv., qui donne et explique l’écriture et l’alphabet des Mayas. Le document sur l’alphabet des Yucatèques est d’autant plus intéressant que la question de l’écriture graphique ne cesse d’être à l’ordre du jour, depuis un grand nombre d’années déjà. Nous l’avions étudiée nous-même sous toutes ses faces dans un Mé-7.

Calendrier hiéroglyphique des anciens Mayas.
Calendrier hiéroglyphique des anciens Mayas.

  1. Schoebel, Charles de, « Relation des choses de Yucatan, de Diego de Landa, etc., etc., par l’abbé BRASSEUR DE BOURBOURG. Paris, 1864. Un vol. grand in-8° de CXII-516 pages, chez Arthus Bertrand, Prix : 25 fr. », Actes de la Société d’ethnographie américaine et orientale, 1862, T. III, p. 249-[253]. Disponible en ligne, url : <https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k54405031/f270.item>. []
  2. Hérod., I, 173. []
  3. Id., II, 35. — Cf. Sophocle, Œdipe à Colone, v. 337-341. — Diodore de Sicile, I, 27. []
  4. V. Buschmann, Grammatik der sonorischen Sprachen, lre section, das Lautsystem, p. 381. []
  5. Je veux parler des mots Car-l, Kra-l et autres. []
  6. Il fit brûler, comme il le dit lui-même (p. 316), un grand nombre de livres yucatèques (grande numero de libros), à cause de la superstition et des mensonges du démon (supersticion y falsedades del demonio) qu’ils contenaient. Quant aux personnes (idolâtres), il eut la douceur de ne pas les brûler, mais de les exposer seulement au pilori et de les faire battre de verges (p. 104). []
  7. [Le texte est tronqué. Il fait référence à son Mémoire sur les origines de l’écriture alphabétique, qu’il lut au cours de plusieurs séances de la Société de linguistique, en 1873-1874, et qui parut dans les Actes de la Société philologique, 1879, T. IX, 3e fasc. avec un Appendice de Léon Rodet.]. []

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search