De l’utilité des bibliographies à l’heure des réseaux sociaux

En 2008, la British Library et le JISC1 passaient commande au Centre for Information Behaviour and the Evaluation of Research d’une étude2 pour anticiper les usages futurs des chercheurs de la génération Google, à savoir ceux nés après 1993, face à la transition numérique et notamment l’infobésité, c’est-à-dire l’afflux massif de ressources numériques.

Ce n’était pas la première, ni de loin la dernière, des études consacrée au comportement des Digital Natives ou des Millenials, en particulier en ce qui concerne leurs aptitudes à mener des recherches documentaires, leur usage des bibliothèques numériques et des ressources proposées par les organismes documentaires. Nombreuses sont les bibliothèques qui craignaient une désaffection de leur fréquentation physique au profit d’une explosion de la consultation en ligne de leurs ressources3, sans même évoquer les inquiétudes du monde éducatif quant aux effets — le plus souvent néfastes quand il s’agissait des jeux vidéos —ou potentialités du numérique à investir dans le processus pédagogique4.

En parallèle de ces réflexions est né le concept d’Information literacy (ou littératie en français)), soit, selon la définition de l’OCDE :

Aptitude à comprendre et à utiliser l’information écrite dans la vie courante, à la maison, au travail et dans la collectivité en vue d’atteindre des buts personnels et d’étendre ses connaissances et ses capacités.

La littératie à l’ère de l’information : rapport final de l’enquête internationale sur la littératie des adultes, Paris / OCDE, 2000, 1 vol. (191 p.). Disponible en ligne, url : <https://www.oecd.org/fr/education/innovation-education/39438013.pdf>.

Les professionnels de l’information, aussi bien les archivistes, les bibliothécaires que les documentalistes n’ont eu de cesse de se questionner quant aux effets du numérique sur leur profession, leur rapport à leurs usagers et leur rôle à inventer face à la surcharge informationnelle5.

De fait, ces professionnels de l’information constatent la désaffection des outils bibliographiques exclusivement imprimés par les jeunes générations de chercheurs au profit des seules ressources en ligne, au point qu’il arrive que des ressources sont supposées ne pas exister dès lors qu’elles n’existent pas “en ligne”, sous forme numérique.

Ainsi, certains outils bibliographiques se voient contraints de migrer vers le numérique au risque de disparaître sinon du paysage éditorial du moins de la connaissance par les chercheurs, comme ce fut par exemple le cas de la Bibliographie de la littérature française6 de la Société d’Histoire Littéraire de la France qui paraît chaque année sous forme imprimée au moment de la rentrée littéraire comme numéro hors-série de la Revue d’Histoire littéraire de la France. Depuis 2014, elle est accessible en ligne grâce à une base de données7 développée par Classiques Garnier numérique. La Bibliographie annuelle de l’histoire de France (BAHF) rattachée à l’Institut d’histoire moderne et contemporaine (IHMC), connaît le même processus : après avoir été exclusivement accessible sous forme imprimée, elle bénéficie désormais d’un site autonome, la Bibliographie de l’histoire de France (BHF), accessible à la communauté des historiens en accès gratuit8. Le site accueille la bibliographie courante depuis janvier 2017 et la rétroconversion des volumes des années 2006, 2007 et 2008. La mise en ligne des volumes papier (1953 à 2012) se fera progressivement.

Ces deux seuls exemples francophones tendent à démontrer que l’utilité des bibliographies persiste malgré le développement de la communication scientifique directe des chercheurs, soit la diffusion de leur production scientifique par le biais des archives ouvertes ou les réseaux sociaux de chercheurs comme ResearchGate, Academia.edu mais aussi les réseaux généralistes comme Facebook, comme c’est notamment beaucoup le cas pour l’Amérique latine par exemple.

De même, tout un chacun aurait pu croire que des moteurs de recherche tels Isidore9, Google scholar10, les outils de recherche fédérée tels ISTEX (Information scientifique et technique d’excellence)11, BASE (Bielefeld Academic Search Engine12), les bases de connaissance scientifique comme dblp computer science bibliography13, zenodo14 ou encore l’emploi d’outils collaboratifs tels zotero15 par les communautés de chercheurs ou les laboratoires, rendrait caduque le développement de bibliographies thématiques ou spécialisées16.

A ces outils, il faut ajouter les plateformes de recherche des éditeurs, comme ScienceDirect de l’éditeur Elsevier17, Emerald Insight d’Emerald (Voir : <https://www.emerald.com/insight/>.)), mais aussi les portails de revues comme OpenEdition journals (ex-Revues.org), Persée, érudit ou Cairn.info18.

Pour le domaine latino-américain qui intéresse ce carnet, les ressources de ce type existent également et sont décrites au sein de la rubrique des Outils bibliographiques19 et plus largement au sein de notre répertoire de liens, ressources et outils20. Citons à titre d’exemple la base bibliographique SciELO21 ou Redalyc : Red de Revistas Científicas de América Latina y el Caribe, España y Portugal22

Autant de ressources numériques permettant un accès direct à la documentation scientifique et susceptibles de s’abstraire de bibliographies.

Or, l’actualité récente tend à montrer la persistance de l’utilité pour la recherche des bibliographies spécialisées. Nous en voulons pour preuve quelques exemples, dont docAM, pour le domaine qui nous intéresse particulièrement dans ce carnet de recherche.

docAM : la documentation américaniste

docAM : la documentation américaniste
docAM : la documentation américaniste

Récemment, l’Association Culturelle pour l’Étude et la Recherche en Archéologie Préhispanique (ACERAP) associée à l’Institut de Paléontologie Humaine (IPH / MNHN), a annoncé le lancement du projet docAM (https://www.docam-lab.com/), une plateforme de documentation gratuite, accessible en ligne, et destinée au monde de la recherche développée en 2020 par Franck Garcia, spécialiste de la culture inca et Aliénor Letouzé, spécialiste du monde maya. Tous deux docteurs en archéologie de Sorbonne Université et en formation d’ingénieurs en informatique, le premier formé à l’école AFTI – Orsay (Génie logiciel), la deuxième issue du master Projets Informatiques et Stratégie d’Entreprise de l’université Paris Diderot, proposent une base bibliographique visant à mettre à disposition des chercheurs et étudiants des références scientifiques (articles, livres, ressources audio et vidéo, conférences, expositions ou événements) liées à l’américanisme au sens large, couvrant l’ensemble du continent.

Ainsi le spectre se veut plus large que celui de la Bibliografía Mesoamericana23 de la Foundation for the Advancement of Mesoamerican Studies (FAMSI) dont l’objectif visait à mettre à jour la Bibliografía de Arqueología e Etnografía: Mesoamérica y Norte de México, 1514-1960 d’Ignacio Bernal (1910-1992) ou de la récente bibliographie d’Eric Taladoire, Essai bibliographique sur l’archéologie francophone de la Mésoamérique = Bibliographical essay upon the French-speaking contributions to Mesoamerican archaeology = Ensayo bibliográfico sobre la arqueología francófona de Mesoamerica24

Bibliographie de l’Egypte des Origines (BEO) = Early Egypt Bibliography (EEB)

Bibliographie de l’Egypte des Origines
Bibliographie de l’Egypte des Origines

Via les réseaux sociaux, le 27 juin dernier, l’Institut français d’archéologie orientale (IAFO) annonçait la mise en ligne d’une bibliographie de la préhistoire et de la protohistoire de l’Égypte et du Nord du Soudan, la Bibliographie de l’Egypte des Origines (BEO) = Early Egypt Bibliography (EEB)25 en dépit de l’accessibilité en ligne des revues scientifiques ainsi que de la “distribution des articles dans la communauté scientifique […] par des fichiers électroniques au format pdf. Leur distribution est bien sûr beaucoup plus facile, notamment par le biais de https://www.academia.edu et https://www.researchgate.net.”

La motivation principale évoquée par les porteurs du projet est celui de l’obsolescence rapide des bibliographies imprimées qui justifie à leur yeux le maintien et l’alimentation courante d’une base de donnée en ligne :

À peine publiées les publications bibliographiques en version papier sont souvent déjà obsolètes. Après la sortie du volume original en 199526, des compléments annuels ont été publiés dans la revue Archéo-Nil, en collaboration avec Wouter Claes (RMAH, Bruxelles) depuis 2010. Vingt-cinq mises à jour sont maintenant disponibles, ce qui rend la bibliographie de moins en moins pratique à utiliser. Une base de données en ligne et en libre accès constitue la meilleure alternative pour résoudre ce problème. 

Bibliographie de l’Égypte des Origines, https://www.ifao.egnet.net/bases/beo/about

Bibliographies de critiques d’art francophones

Bibliographies de critiques d'art francophones
Bibliographies de critiques d’art francophones

Ce projet27 de l’université Paris 1 entend proposer le recensement bibliographique des références des “auteurs francophones ayant exercé la critique d’art et actifs entre le milieu du XIXe siècle et la première moitié du XXe siècle”. Même si le site28 propose un moteur de recherche permettant d’accéder à des références brutes, ce n’est pas à proprement parler une base bibliographique permettant des rebonds par titre de périodique ou auteurs puisqu’il diffuse le contenu de la base sous forme de fichiers .pdf (Bibliographie primaire, Bibliographie secondaire, Sources d’archives identifiées) ou d’extractions pour les principales collaborations de chacun des critiques considéré. Quoiqu’il en soit, il démontre l’utilité de bibliographies thématiques pour fédérer, selon son angle d’approche particulier, une documentation dispersée au sein de nombreuses bases de périodiques, bibliothèques numériques ou collections imprimées de périodiques non encore numérisées.

Ces quelques exemples récents démontrent combien les outils bibliographiques thématiques ou spécialisés gardent leur utilité. D’une certaine manière, il nous semble qu’ils s’avèrent d’autant plus pertinents à constituer et à consulter par l’étudiant et le chercheur que la surcharge informationnelle est importante en permettant, alors que les temps de la recherche s’avèrent de plus en plus contraints, d’accéder plus rapidement à des références spécialisées.

C’est la raison pour laquelle ce carnet s’est donné pour objectif de proposer une bibliographie courante et rétrospective spécialisée dans les codex mésoaméricains, mais aussi, plus largement ceux de l’ensemble de l’Amérique espagnole en recensant les thèses, publications académiques ainsi que les articles et chapitres d’ouvrages qui leur sont consacrés.

La gageure pour ces outils comme pour leur public reste évidemment — outre leur maintien et leur exhaustivité — celle de leur visibilité sur le web. Outils de chercheurs à destination de chercheurs, souvent leur notoriété et leur référencement ne sont pas toujours pris en compte par leurs développeurs, d’autant moins quand ils résultent d’anciennes bases Access ou Filemaker, sauf à bénéficier d’un ingénieur sensible aux données ouvertes et à l’interopérabilité.

Notes

  1. Joint Information Systems Committee, société à but non lucratif du Royaume-Uni dont le rôle est de soutenir les établissements d’enseignement supérieur et de recherche. []
  2. Voir l’étude traduite en français, Isabelle Estève-Bouve, Le comportement informationnel du chercheur du futur, 2010. Disponible en ligne, url : <http://www.reseau-canope.fr/savoirscdi/fileadmin/fichiers_auteurs/PDF_manuels/Le_comportement__informationnel_du_chercheur_du_futur.pdf> ; l’article Rowlands, I., Nicholas, D., Williams, P., Huntington, P., Fieldhouse, M., Gunter, B., Withey, R., Jamali, H.R., Dobrowolski, T. and Tenopir, C., “The Google generation: the information behaviour of the researcher of the future”, Aslib Proceedings, 2008, Vol. 60, n° 4, p. 290-310. Disponible en ligne url : <https://doi.org/10.1108/00012530810887953> ou <https://www.researchgate.net/publication/215500461_The_Google_generation_The_information_behaviour_of_the_researcher_of_the_future>. []
  3. Voir : Michael Robinson, « Digital nature and digital nurture: libraries, learning and the digital native », Library Management, 2008, vol. 29, n° 1/2, p. 67-76. Disponible en ligne, url : <https://www.emerald.com/insight/content/doi/10.1108/01435120810844658/full/pdf> ; Milena Dobreva, Emma McCulloch, Duncan Birrell, Yurdagül Ünal, Pierluigi Feliciati, « Digital Natives and Specialised Digital Libraries: A Study of Europeana Users », dans : Technological Convergence and Social Networks in Information Management, Berlin : Springer-Verlag, 2010, p. 45-60. Disponible en ligne, url : <https://link.springer.com/chapter/10.1007/978-3-642-16032-5_5> ; Zimerman, M., “Digital natives, searching behavior and the library”, New Library World, 2012, Vol. 113, n° 3/4, p. 174-201. Disponible en ligne, url : <https://doi.org/10.1108/03074801211218552> ou <https://www.researchgate.net/publication/235310292_Digital_natives_searching_behavior_and_the_library>. []
  4. Voir par exemple : UNESCO Institute for Information Technologies in Education, « Digital natives: How do they learn? How to teach them? », IITE Policy brief, 2011, 11 p. Disponible en ligne, url : <https://iite.unesco.org/pics/publications/en/files/3214698.pdf> ; Normand Roy, Alexandre Gareau, Bruno Poellhuber, « Les natifs du numérique aux études : enjeux et pratiques = The Digital Natives in Education: Issues and Practices », Canadian Journal of Learning and Technology, 2018, vol. 44, n° 1, 24 p. DOI: https://doi.org/10.21432/cjlt27558. Disponible en ligne, url : <https://www.cjlt.ca/index.php/cjlt/article/view/27558/20413> ; Marie L. Radford, Lynn Silipigni Connaway, Denise E. Agosto, Linda Z. Cooper, Kara Reuter, Nan Zhou, « Behaviors and preferences of digital natives: Informing a research agenda », Proceedings of the American Society for Information Science and Technology, 2008, vol. 44, n° 1, p. 1-15. DOI:10.1002/meet.1450440133. Disponible en ligne, url : <https://asistdl.onlinelibrary.wiley.com/doi/full/10.1002/meet.1450440133> ou <https://www.researchgate.net/publication/229880456_Behaviors_and_preferences_of_digital_natives_Informing_a_research_agenda>. []
  5. Nous en voulons pour preuve ces quelques exemples parmi de nombreux autres : Richard L. Hopkins, « Countering Information Overload: The Role of the Librarian », The Reference Librarian, 1995, vol. 23, n° 49-50, p. 305-333. DOI: https://doi.org/10.1300/J120v23n49_21 ; Peter Carnley, « The librarian and the management of information overload », The Australian Library Journal, 2002, vol. 51, n° 4, p. 325-334. DOI: https://doi.org/10.1080/00049670.2002.10756003 ; Barbara Blummer ; Jeffrey M. Kenton, « Reducing Patron Information Overload in Academic Libraries », College & Undergraduate Libraries, 2014, vol. 21, n° 2, p. 115-135. DOI: https://doi.org/10.1080/10691316.2014.906786 ; Nathan Zeldes, « Libraries and Knowledge in an Age of Information Overload », 2017, 6 p. Disponible en ligne, url : <http://www.nathanzeldes.com/wp-content/uploads/2017/11/Libraries-Knowledge-and-IO.pdf> ; Métiers en (r)évolutionBulletin des bibliothèques de France, 2017, n° 13. []
  6. Nommée « le Rancœur » par les bibliographes — du nom du premier bibliographe en charge de sa constitution dans les années 1950 — ou « le Férey » pour une certaine génération de bibliothécaires de la BnF. []
  7. A l’accès payant : <https://blf.classiques-garnier.com/>. []
  8. Voir : <https://biblio-bhf.fr/>. []
  9. Voir : <https://isidore.science/>. []
  10. Voir : <https://scholar.google.com/>. []
  11. Voir : <https://www.istex.fr/>. []
  12. Voir : <https://www.base-search.net/>. []
  13. Voir : <https://dblp.org/>. []
  14. Voir : <https://zenodo.org/>. []
  15. Frédéric Clavert, « Au-delà de la gestion des références bibliographiques: Zotero », Diacronie, 2012, n° 10, 2. DOI: https://doi.org/10.4000/diacronie.2851. Disponible en ligne, url : <http://journals.openedition.org/diacronie/2851>. Pour aller plus loin sur la question des références bibliographiques et leurs usages, nous renvoyons à Arlette Boulogne, « L’usage des références et des notices bibliographiques : historique et pratiques actuelles », Documentaliste-Sciences de l’Information, 2002, vol. 39, p. 174-180. Disponible en ligne, url : <https://www.cairn.info/revue-documentaliste-sciences-de-l-information-2002-4-page-174.htm>. []
  16. Gérald Kembellec, Bibliographies scientifiques : de la recherche d’informations à la production de documents normés. Sciences de l’information et de la communication, Saint-Denis, Université Paris VIII Vincennes, 2012. Thèse de doctorat. Disponible en ligne, url : <https://tel.archives-ouvertes.fr/tel-00771553/document>. []
  17. Voir : <https://www.sciencedirect.com/>. []
  18. Voir : <https://journals.openedition.org/>, <https://www.persee.fr/>, <https://www.erudit.org/fr/>, <https://www.cairn.info/>. []
  19. Voir : <https://amoxcalli.hypotheses.org/category/repertoire-liens-ressources-outils/outils-bibliographiques>. []
  20. Voir : <https://amoxcalli.hypotheses.org/category/repertoire-liens-ressources-outils>. []
  21. Voir : <https://www.scielo.org/>. []
  22. Voir : <https://www.redalyc.org/>. []
  23. Voir : <http://www.famsi.org/research/bibliography.htm>. []
  24. Summertown, Oxford [England] : Archaeopress, 2019, 1 vol. (IV-231 p.) : couv. ill. Disponible en ligne url : <https://www.archaeopress.com/ArchaeopressShop/Public/download.asp?id={95013BDE-C604-4A30-967F-CF43A34B1C2F}>. []
  25. Voir : <https://www.ifao.egnet.net/bases/beo/>. []
  26. [De Hendrickx, Stan, Analytical bibliography of the Prehistory and the Early Dynastic period of Egypt and northern Sudan. Egyptian Prehistory Monographs 1, Leuven, 1995.] []
  27. Gérald Kembellec ; Orélie Desfriches-Doria ; Marie Gispert, « Bibliographies de Critiques d’art francophones — Un projet interdisciplinaire d’Humanités Numériques », Revue ouverte d’ingénierie des systèmes d’information, 2020, n° 3. DOI : 10.21494/ISTE.OP.2020.0534. Disponible en ligne, url : <https://www.openscience.fr/Bibliographies-de-Critiques-d-art-francophones-Un-projet-interdisciplinaire-d>. []
  28. Voir : <http://critiquesdart.univ-paris1.fr/> []

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search