Document : Don du fac-similé du Codex Borgia à la Société d’anthropologie de Paris

Au cours de la 686e séance de la Société d’anthropologie de Paris, tenue le 16 juin 1898 et présidée par Georges Hervé1, René Verneau2 fit une intervention au sujet du don d’un fac-similé du Codex Borgia par le duc de Loubat3.

C’est ce document que nous transcrivons ci-après.


M. Verneau. — J’ai l’honneur d’offrir a la Société, de la part de notre collègue, M. le duc de Loubat4), une magnifique reproduction en photochromographie5 du manuscrit mexicain connu sous le nom de Codex Borgia6. L’auteur de cette reproduction, un artiste italien7, a apporté une telle conscience à son travail qu’il est difficile de distinguer l’original du fac-simile. C’est vous dire que les chercheurs pourront utiliser en toute confiance l’exemplaire que nous offre notre collègue.

Le manuscrit mesure 10 mètres de long sur 27 centimètres de large ; ses deux faces étant recouvertes d’inscriptions, il représente en réalité une longueur de 20 mètres. L’original est peint sur une bande de peau de cerf mexicain pliée en 39 parties égales. Une extrémité porte des traces de brûlures. D’après une tradition très répandue, cette détérioration du manuscrit serait la conséquence d’un acte de barbarie accompli à Mexico en 1762. A cette époque, l’évêque du Mexique8 aurait fait allumer sur une place publique un bûcher pour y brûler les objets rappelant les superstitions et l’idolâtrie des anciens habitants. C’est dans cette hécatombe qu’aurait failli périr le précieux document, qui aurait été retiré des flammes par un ancien élève du collège et expédié par le sauveteur au cardinal Borgia. Mais l’auteur d’une notice en italien, que vous trouverez jointe au fac-simile, proteste contre cette version. En 1762, il n’y a pas eu d’auto-da-fé de ce genre au Mexique, car, dès la seconde moitié du XVIe siècle, les Souverains d’Espagne, avisés de l’importance de semblables documents, en avaient interdit la destruction, et les missionnaires s’étaient mis à les recueillir et à les étudier. En outre, le manuscrit dont il s’agit se serait trouvé en Italie à la fin du XVIe siècle. Il faut ajouter que cette hypothèse est basée uniquement sur une note qu’on lit à la page 68 et qui est ainsi conçue : « In queste carta sono lidì de la setimana, verbi gracia dominica, lunez. » Or, dit l’auteur de la notice, « à en juger par la forme des lettres et par la façon dont sont écrits les mots lidì et de la, il semble que cette note soit du XVIe siècle et qu’elle ait été écrite par quelque Espagnol ou quelque Mexicain qui ne possédait pas bien l’italien, ainsi que tendent à le démontrer les mots gracia et dominica et comme le prouve sûrement le mot lunez. Et puisqu’il est difficile d’expliquer pourquoi un étranger aurait voulu employer la langue italienne en Espagne ou au Mexique, nous devons raisonnablement supposer que la note a été écrite lorsque le Codex se trouvait déjà en Italie. »

Quoi qu’il en soit, à la fin du siècle dernier le manuscrit faisait partie de la collection du cardinal Borgia9. Lorsque, en 1804, ce prélat vint à mourir, il fut réclamé par la Congrégation de la Propagation de la Foi, à laquelle le cardinal avait légué tous ses biens, à part ce qui constituait le musée Borgia. Un procès fut intenté par la famille à la Congrégation, et celle-ci resta finalement en possession du manuscrit mexicain.

Le Codex Borgia a été commenté en 1797 par le jésuite Fabrega10, originaire du Mexique. Alexandre de Humboldt l’étudia quelques années plus tard. « Pendant mon dernier séjour en Italie, en 1805, nous dit ce savant, le chevalier Borgia, neveu du cardinal de ce nom, eut la bonté de faire venir le manuscrit mexicain avec son commentaire, de Velletri à Rome. Je les ai examinés soigneusement. Les explications du Père Fabrega m’ont paru souvent arbitraires et très hasardées. J’ai fait graver une partie des figures qui ont le plus fixé ma curiosité ; j’ai ajouté à chaque groupe représenté sur la 15e planche la citation du Codex Borgianus et celle du manuscrit italien, qui doit lui servir de commentaire. »

Humboldt n’avait publié qu’une partie des figures du Codex Borgia ; en 1831, lord Kingsborough le publia en entier11. Mais la copie du savant anglais laissait fort à désirer au point de vue de l’exactitude. C’était la seule qu’on possédât, et il fallait bien l’utiliser malgré ses imperfections ; c’est elle qui a servi au Dr Seler, lorsqu’il a étudié, en 1887, les Caractères des inscriptions Aztèques et Mayas12.

Aujourd’hui, grâce à M. le duc de Loubat, les savants qui s’occupent de l’Amérique auront à leur disposition un document qui ne laisse rien à désirer13.

Je n’ai pas cru utile de vous dire qu’on désigne sous le nom de Codex des manuscrits mexicains comprenant des signes qui, pour employer une expression du Dr Seler, constituent de véritables rébus. Il en existe à Paris, à Madrid, au Vatican, à Bologne, à Dresde, à Vienne, à Oxford, à Liverpool et au Mexique.

L’année dernière, notre collègue, M. le duc de Loubat, a déjà reproduit, à un petit nombre d’exemplaires, celui que possède la bibliothèque de notre Chambre des députés14 ; mais il s’est borné alors à en faire exécuter une reproduction photographique au charbon, sans la faire colorier. Tous ces manuscrits se réfèrent soit à l’histoire, soit à l’astronomie, soit au culte. Le codex Borgia est un codex rituel ; il est écrit en langue nahua et il est relatif aux rites religieux de ce curieux peuple qui, parti vers le milieu du VIIe siècle de sa patrie primitive, devait atteindre bientôt la vallée de l’Anahuac où une de ses tribus, celle des Aztèques, allait fonder la ville de Mexico.

Je vous propose de charger notre Président d’adresser à M. le duc de Loubat les remercîments que mérite le don important qu’il a bien voulu faire à la Société d’Anthropologie.

Notes

  1. A l’époque Professeur à l’Ecole d’anthropologie, résidant au 8, rue de Berlin à Paris — rue de Liège depuis 1914. Membre titulaire de la Société depuis 1880.. []
  2. A l’époque assistant au Muséum, résidant au 148, rue Broca, Paris. Membre titulaire de la Société depuis 1875. Voir : « René Verneau », Wikipédia, l’encyclopédie libre, 2 avril 2021. Disponible en ligne, url : <http://fr.wikipedia.org/w/index.php?title=Ren%C3%A9_Verneau&oldid=181486222> []
  3. « 686e séance. — 16 Juin 1898 », Bulletins et Mémoires de la Société d’Anthropologie de Paris, 1898, t. 9, IVe série, p. 275-280. Disponible en ligne, url : <https://www.persee.fr/doc/bmsap_0301-8644_1898_num_9_1_6845>. []
  4. Loubat, Joseph-Florimond (1831-1927 ; duc de []
  5. Procédé de photographie en couleurs. Voir : Ducos du Hauron, Alcide (1830-1909), La triplice photographique des couleurs et l’imprimerie : système de photochromographie Louis Ducos Du Hauron…, Paris : Gauthier-Villars et fils, 1897. Disponible en ligne, url : <http://cnum.cnam.fr/CGI/redird.cgi?12KE475>. []
  6. Fas-similé paru sous le titre : Il manoscritto messicano Borgiano : del Museo etnografico della S. Congregazione di propaganda fide : riprodotto in fotocromografia a spese di s. e. il duca di Loubat a cura della Biblioteca Vaticana / a cura della Biblioteca Vaticana ; [Franz Ehrle], Roma : Stabilimento Danesi, 1898. Voir : <https://amoxcalli.hypotheses.org/14280>. []
  7. Il s’agit de la famille Danesi. Voir Marina Miraglia, « Danesi », dans Dizionario Biografico degli Italiani, Roma : Istituto della Enciclopedia italiana, 1986, vol. XXXII, [Dall’Anconata-Da Ronco]. Disponible en ligne, url : <https://www.treccani.it/enciclopedia/danesi_(Dizionario-Biografico)/>. []
  8. En 1762, l’évêque de México était Manuel José Rubio y Salinas (1703-1765), évêque du 29 janvier 1748 au 3 juin 1765. []
  9. Stefano Borgia (1731-1804) qui fut pro-préfet de 1798 à 1800 et préfet de 1802 à 1804 de la Congrégation pour la propagation de la foi. Voir url : <http://www.archiviostoricopropaganda.va/content/archiviostoricopropagandafide/fr/la-congregazione/congregazione.html>. []
  10. Fábrega, José Lino (Tegucigalpa, México, 1746 – Vitorchiano, Viterbo, 1797). Voir sa bibliographie, url : <https://humanismoeuropa.files.wordpress.com/2016/07/fabrega.pdf>. []
  11. King, Edward (Lord Kingsborough), Antiquities of Mexico : comprising facsimiles of ancient Mexican paintings and hieroglyphics, preserved in the royal libraries of Paris, Berlin and Dresden, in the imperial library of Vienna, in the Vatican library, in the Borgian museum at Rome, in the library of Institute at Bologna, and in the Bodleian library at Oxford, London : Robert Havell : Colnaghi, Son and Co, 1831, vol. 3. Disponible en ligne, url : <https://library.si.edu/digital-library/book/antiquitiesmexiv3king>. []
  12. Voir : https://amoxcalli.hypotheses.org/34992 []
  13. Seule note figurant dans le document original : M. le duc de Loubat a fait don à la Société, en 1897, d’un fac-similé du Codex, connu sous le nom de Codex vaticanus (Bull. Soc. Anthropol, 1897, p. 12). []
  14. Codex Borbonicus : manuscrit mexicain de la bibliothèque du Palais Bourbon (Livre divinatoire et Rituel figuré) : publié en fac-similé / avec un commentaire explicatif, par M. E.-T. Hamy,…, Paris : E. Leroux, 1899. []

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search