Édouard Madier de Montjau (1816-1898)

Amoxcalli se propose de publier un modeste dictionnaire prosopographique des chercheurs, ethnologues, copistes, collectionneurs de codex méso-américains.
Amoxcalli propone publicar un modesto diccionario prosopográfico de investigadores mesoamericanos, etnólogos, copistas y recolectores de códices.
Amoxcalli proposes to publish a modest prosopographic dictionary of Mesoamerican researchers, ethnologists, copyists, and codex collectors.

Pays France
Langue(s) Français
Sexe Masculin
Naissance 1816-12-27 (Nîmes, Gard)
Mort 1898-02-10 (Paris)
  • Notice

L’américaniste et ethnologue Édouard Agathocle Madier de Montjau (Nîmes 27/12/18161 – Paris 10/02/18982) semble davantage retenu par l’historiographie pour sa participation à la Révolution de Février 1848 — si l’on en croit sa biographie publiée dans le Dictionnaire biographique du mouvement ouvrier français, le fameux Maitron3 par exemple4 —, que pour son œuvre d’ethnologue. En 1848, il est candidat dans l’Ariège aux élections législatives françaises. La Liberté du 15 avril 1848 dit de lui : « ne parle pas, mais il agit. »5. Mais c’est surtout la répression de la manifestation du 13 juin 18496 qui le fait connaître du public, notamment via les journaux de la réaction qui rendent compte du procès qui poursuit les participants à la manifestation. L’Ami de la religion et du Roi : journal ecclésiastique, politique et littéraire, dans son numéro 144 de 1849 le présente en ces termes :

Edouard Madier de Montjau jeune, âgé de 31 ans, né à Nîmes, avocat, ayant demeuré à Paris7, rue du Bouloy, 228.

« Haute-Cour de justice », L’Ami de la religion et du Roi : journal ecclésiastique, politique et littéraire, 1849, vol. 143, p. 628-929. Disponible en ligne, url : <https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k31658s/f632.item>.

La Gazette nationale ou le Moniteur universel du 15 octobre 1849, qui rend compte de l’audience du 14 octobre 1849, décrit son arrestation :

Edouard Madier de Montjau a été condamné, le 6 juin 1849, par le tribunal correctionnel de la Seine, à deux mois d’emprisonnement et 100 fr. d’amende pour rébellion.
Il était l’un des collaborateurs du journal le Peuple, et membre de la commission des vingt-cinq. On a saisi chez lui, rue du Bouloi, n° 22, entre autres papiers ayant trait à la politique, une note datée du 17 mars 1849, adressée au citoyen Proudhon; cette note recommande d’envoyer l’édition hebdomadaire du Peuple aux écoles polytechnique, normale et de Saint-Cyr ; elle indique Madier de Montjau comme pouvant être chargé d’entrer en relations, dans un but de propagande, avec les élèves les plus distingués de ces écoles. Il résulte de l’instruction, et notamment des lettres par lesquelles le sieur Armand Lévy et l’accusé Cœur-de-Roy ont donné leur démission du comité démocratique socialiste, que Madier de Montjau jeune avait été l’un des promoteurs de la formule qui imposait aux candidats socialistes l’engagement de défendre la constitution à main armée; ce ne serait qu’en vue de la publication dans les journaux, et par prudence pour le parti, que l’accusé aurait effacé ces deux derniers mots sur le manuscrit saisi chez Chipron9.
Le 13 juin, Madier de Montjau, qui n’avait pas passé la nuit à son domicile, est rentré à dix heures du matin; prévenu que la garde nationale était convoquée, il a descendu son fusil, son sabre et son képi, qu’il a cachés derrière le lit du concierge.
La lettre de Songeon à Hodé ne permet pas de douter que l’accusé n’ait participé, dans la journée du 13, au rôle actif de la commission des vingt-cinq. Le découragement et la fatigue que lui attribue cette lettre, après l’affaire, achèvent d’en fournir la preuve10. Madier de Monjau aurait d’ailleurs ce jour-là assisté chez Sellier à la destruction de papiers graves et compromettants ; il aurait fini pas dire à Sellier, en s’en allant : « Pour une République comme ça, il vaudrait cent fois mieux Henri V ; qu’en pensez-vous ? [»]

Gazette nationale ou le Moniteur universel, 15 octobre 1849, p. 3116.

De fait, il n’est pas recensé dans les principaux dictionnaires biographiques comme le Hoefer11, le Lermina12, le Bitard13 ou encore le Vapereau14.

Élève de l’Ecole spéciale des Langues Orientales, Madier de Montjau y étudie le japonais et le chinois avant de séjourner plusieurs années en Extrême-Orient où il est inspecteur des agences du Comptoir national d’escompte de Paris en Chine et au Japon, Comptoir — l’un des ancêtres du groupe BNP Paribas — qui, à partir de 1860 avait installé des points d’appui bancaires dans le pourtour de l’Océan Indien et en Extrême-Orient : 1860 à Shanghai et Calcutta, 1867 à la Réunion, Bombay, Hong Kong, Saïgon, Londres et Yokohama, 1877 à San Francisco, 1881 à Melbourne et Sydney. Après un séjour en Angleterre, après la proclamation de la République en 1870 il rentre en France où il nommé régisseur de l’octroi de Paris15. En 1895, il quitte ses fonctions et entre à la maison de retraite — alors hospice — Sainte-Périne16.

Avant de s’orienter vers les études américaines, Édouard Madier de Montjau fut d’abord un orientaliste17, vice-président de la Société des études japonaises, chinoises, tartares et indochinoises, fondée en 187318. Avec Léon de Rosny et le capitaine du génie et orientaliste Jules Le Vallois, Madier de Montjau organise le premier congrès international des orientalistes, tenu à Paris en 187319.

Cette même année 1873, Édouard Madier de Montjau est d’abord élu membre titulaire de la Société d’ethnographie20 puis secrétaire général, le 7 juillet 187321, fonction qu’il conserve jusqu’en 1880. La liste des membres de la Société d’ethnographie nous apprend qu’en 1873 il était « ancien inspecteur des agences du Comptoir d’Escompte dans l’extrême Orient ». Il est également président de la Société Américaine de France22 de 1873 à 1879 et membre du conseil de l’Athénée oriental23. De 1874 à 1877, il est le directeur de publication des Actes de la Société d’ethnographie américaine et orientale, succédant dans ce rôle à Léon de Rosny (1837-1914) qui le fut de 1860 à 1873. 

Le premier congrès international des orientalistes servit de modèle pour l’organisation, par les deux mêmes, du premier congrès international des américanistes, tenu à Nancy en 187524. Le Règlement pour ce premier congrès est rédigé en 1874 à Paris, par Édouard Madier de Montjau, en tant que président, et Émile Burnouf, en tant que secrétaire. A part de légères modifications, l’une effectuée à Londres en 1912 et l’autre à New York en 1928, c’est le même règlement qui est encore en vigueur aujourd’hui, sous le titre : “Règlement intérieur permanent des congrès internationaux d’américanistes”.

Anatole-Arthur Textor de Ravisi rappelle qu’Édouard Madier de Montjau fut l’un des premiers, sinon le précurseur ,« a appelé l’attention de l’Europe sur ce qu’on nomme, aujourd’hui “le Péril Jaune” ». Ainsi par exemple, le Compte rendu sténographique du Congrès international des sciences ethnographiques tenu à Paris du 15 au 17 juillet 1878 révèle ses avis quant au métissage25 :

Maintenant j’admets très bien que, dans un mariage entre Chinois et Européen, c’est l’élément le plus influent qui prédominera. Mais je crois devoir protester contre l’idée émise par M. Madier de Montjau qui considère comme peu correcte l’union d’une Scandinave avec un Portugais, un Français ou un Espagnol. 

Cette mise en cause de la part d’Édouard Landowski fait réagir Édouard Madier de Montjau en ces termes :

Je proteste contre les dernières paroles que nous venons d’entendre. Nous n’avons pas à nous préoccuper de ne pas tendre à telle ou telle chose : nous ne devons que faire de la science de bonne foi, sans fermer les voies où la science même nous engage. Nous marchons à la suite de la science, mais nous ne la dirigeons pas.

Je n’ai pas entendu dire qu’il fallait, par tel ou tel procédé, empêcher un Portugais de s’unir à une Finnoise. Non; j’ai dit que l’union la plus normale, la plus correcte, était celle qui avait lieu entre gens qui n’étaient séparés que par de légères différences de langage, d’habitat, de mœurs ou d’habitudes. J’ai ajouté que, en dehors de ces unions, il se produisait, dans les ménages, des divergences, des tiraillements dont l’étude attentive, répétée, pouvait nous éclairer sur les résultats de certains croisements. J’ai conclu en disant que le métissage était un fait fatal, nécessaire et probablement utile, qu’il ne s’agissait pas de condamner mais d’étudier, en s’éclairant toujours des données de toutes les sciences, pour le régulariser, le favoriser et le protéger.

A la fin de sa brochure De l’Émigration des Chinois au point de vue des intérêts européens, il écrit : « Demandons-nous si, après avoir été pacifiques et opprimés, ces flots d’hommes de race jaune ne seront pas une cause d’inquiétudes pour nos populations ouvrières, et une cause d’inquiétudes pour les amis de la paix, de l’ordre et de la morale telles que nous les concevons en Europe ». Est-ce cette crainte xénophobe qui l’incita à changer de terrain de recherche pour s’orienter vers le Nouveau-Monde et délaisser peu à peu l’Extrême-Orient ?

De fait, après 1874 le champ de recherche d’Édouard Madier de Montjau s’oriente désormais vers l’Amérique. Ainsi, au congrès international des américanistes de Luxembourg en 1877, il donne une « lecture d’un mémoire sur Pierre Martyr et les écritures sacrées de l’Amérique ». Malheureusement, sa conférence n’a pas fait l’objet d’une retranscription dans les actes du congrès26. Cependant, sa production scientifique s’avère au final moins abondante s’agissant de l’américanisme que de l’orientalisme, sans doute en raison de son investissement comme directeur de publications : il fut en effet éditeur de l’Annuaire du Comité d’archéologie américaine de 1866 à 1873 et directeur de la Revue orientale et américaine en 1874, de l’Annuaire de la Société d’ethnographie de 1874 à 1876, des Actes de la Société d’ethnographie américaine et orientale de 1874 à 1877, des Archives de la Société américaine de France ! Dans son discours d’ouverture de la séance publique annuelle de la Société des études japonaises, chinoises, tartares et indochinoises, Léon de Rosny ne disait-il pas aux sociétaires qu’Édouard Madier de Montjau « malgré des fonctions laborieuses dans d’autres Sociétés savantes a consacré de nombreux instants à vous créer d’utiles relations de correspondance. »

Son rôle au sein des sociétés savantes et de leurs congrès lui vaut la reconnaissance des chercheurs. Ainsi, le linguiste et ethnologue Julius Platzmann (1832-1902)27 lui dédie son Verzeichnis einer Auswahl amerikanischer Grammatiken, Wörterbücher, Katechismen usw. gesammelt ((Julius Platzmann, Verzeichnis einer Auswahl amerikanischer Grammatiken, Wörterbücher, Katechismen usw. gesammelt, Leipzig : Köhler, 1876, 38 p.)), ce qui est remarqué par l’historien Francisco Adolfo de Varnhagen (1816-1878), comme il s’en ouvre auprès de Ferdinand Denis (1798-1890) dans une lettre écrite de Vienne le 15 août 187628. En 1881, il est lauréat de la médaille d’argent de la Société américaine de France (médaille Lucien de Rosny), société dont il était “membre perpétuel”29.

En plus d’avoir été membre correspondant de l’Académie Stanislas de Nancy et de la Société Académique de Saint-Etienne en 1875 puis de la Société de Géographie de Lyon, en 1879, il est élu membre correspondant de la Rhode Island Historical Society.

La Vie littéraire du 24 août 1876 qui rend compte des travaux de la Société américain de France (p. 4), indique qu’Édouard Madier de Montjau « connaît les contrées dont il parle. Il a écrit des travaux sérieux qu’on peut retrouver dans les archives annuelles de la Société. Il apporte à la solution des questions américaines une conviction profonde, une activité infatigable. ». Dans sa nécrologie, Anatole-Arthur Textor de Ravisi dresse un portrait singulier du chercheur :

Édouard Madier de Montjau se distingua par ses qualités de causeur affable. Sa conversation témoignait de sa grande érudition d’orientaliste. Mais il fut, hélas ! un rêveur plutôt qu’un
homme pratique ; aussi, toute sa longue existence fut-elle traversée par des infortunes de toutes sortes. Mais l’Illusion lui faisait entrevoir le succès au delà des heures d’affliction et augmentait pour lui l’intensité des heures de bonheur.

Il semble avancer que le chercheur fut avant tout un orateur donnant des conférences ou des lectures dans des sociétés savantes mais sans aller jusqu’à leur donner une forme imprimée. Sa bibliographie compte un certain nombre d’interventions dans des congrès qui n’ont pas fait l’objet d’une publication a posteriori dans leurs actes ou comptes rendus. En 1877, les Mémoires de la Société des études japonaises, chinoises, tartares et indochinoises, signalent ainsi une publication d’Édouard Madier de Montjau absente de toutes les bibliothèques : L’Extrême Orient : souvenirs de voyage, qui devait être « un vol. in-4° avec une collection d’eaux fortes »30.

Édouard Madier de Montjau fut l’époux — sans postérité — de Léonie née Guertin (1830-1890). Cette dernière avait épousé en premières noces William Dacre-Wright avec lequel elle eut un fils prénommé Cédric. Elle fut témoin au mariage de Stéphane Mallarmé et Christina Maria Gerhard, célébré à Londres le 10 août 1863. Les époux Madier de Montjau étaient les voisins des Mallarmé rue de Rome31.

Le Tintamare du 1er juillet 1877 publie un quatrain qu’elle écrit sur le passé politique de son époux32 :

Il est au premier rang
De ceux qu’on licencie ;
Salut au vétéran
De la démocratie !

Édouard Madier de Montjau décède le 10 février 1898 à une heure et demi du soir, âgé de quatre-vingts deux ans. Il est déclaré sans profession et décédé en son domicile du 11 de la rue Chardon-Lagache dans le 16e arrondissement de Paris33. Il était le fils de Joseph Paulin Madier de Montjau et de Suzanne Gasparde Adeline de Pilet.

Le Temps rend compte de son décès en ces termes34 :

On annonce la mort de M. Edouard Madier de Montjau, frère de l’ancien député de la Drôme.
M. E. Madier de Montjau était né en 1816. A la suite du coup d’Etat de 1851, il avait dû quitter la France ; il avait séjourné quelques temps au Japon, puis durant de longues années, en Angleterre ; il y avait vécu d’une existence assez difficile, donnant des leçons, faisant du commerce.
Rentré en France après la chute de l’empire, il avait été nommé, grâce à l’amitié de M. Floquet35, régisseur de l’octroi de Paris.
Il y a trois ans, il avait quitté ces fonctions et était entré, affaibli par le grand âge, à l’hospice de Saint-Périne.
C’est là qu’il est mort, avant-hier, 10 février, atteint de la maladie de Bright36. Il était âgé de quatre-vingt deux ans.

Le Temps, 13 février 1898, p. [3].

De façon singulière, quand Le Journal, dans son édition du 13 février 1898, annonce son décès, il ne retient de lui ni son passé révolutionnaire ni ses activités d’américaniste mais se contente de ne mentionner que sa seule activité alimentaire : « ancien régisseur de l’octroi de Paris »37

  • Bibliographie
    • Madier de Montjau, Édouard, « Souvenirs d’un séjour dans la Cochinchine française : [communication faite à la Communication faite à la Société des études japonaises, chinoises, tartares et indochinoises. Séance de XXX] ». [Non publié].
    • Madier de Montjau, Édouard, « Les intérêts français dans les îles de l’Asie orientale : [lecture faite aux séances de novembre-décembre 1873 de la Société des études japonaises, chinoises, tartares et indochinoises] ». [Non publié].
    • Madier de Montjau, Édouard, « Aux amis des études américaines », dans : Mémoires de la Société des études japonaises, chinoises, tartares et indochinoises, t. premier, 1873-76, Paris : E. Rouveyre, 1877, p. 59-60. Disponible en ligne, url : <https://babel.hathitrust.org/cgi/pt?id=hvd.hx37jm>.
    • Madier de Montjau, Édouard, « Extérieur comparé des Chinois et des Japonais », Actes de la Société d’ethnographie, 1873, T. VII, 16 p. Disponible en ligne, url : <https://archive.org/details/extrieurcomparde00madi/page/n9/mode/2up>.
    • Madier de Montjau, Édouard, De l’Émigration des Chinois au point de vue des intérêts européens, Paris : Maisonneuve, 1873, 15 p. Communication faite à la Société des études japonaises, chinoises, tartares et indochinoises. Séance de novembre 1873. Disponible en ligne, url : <https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k54018928>38.
    • Madier de Montjau, Édouard, « De la transcription européenne des textes japonais », Mémoires du Congrès international des orientalistes : compte-rendu de la première session, Paris, 1873, Paris : Au Bureau de la Société américaine, 1874, Tome premier, 1ère session, p. 114-130. Disponible en ligne, url : <https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k65804267/f139.item>.
    • Duchateau, Nomura, Ory, Madier de Montjau, Édouard, Rosny, Léon de , « De l’âge de la pierre au Japon », Mémoires du Congrès international des orientalistes : compte-rendu de la première session, Paris, 1873, Paris : Au Bureau de la Société américaine, 1874, Tome premier, 1ère session, p. 69-77. Disponible en ligne, url : <https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k65804267/f36>.
    • Madier de Montjau, Édouard, « La politique chez les Japonais : [en réponse au Discours de M. le Professeur Blaise] », Mémoires du Congrès international des orientalistes : compte-rendu de la première session, Paris, 1873, Paris : Au Bureau de la Société américaine, 1874, Tome premier, 1ère session, p. 133-140. Disponible en ligne, url : <https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k65804267/f158.item>.
    • Madier de Montjau, Édouard, « De l’écriture des actes sous seing-privé au Japon », Mémoires du Congrès international des orientalistes : compte-rendu de la première session, Paris, 1873, Paris : Au Bureau de la Société américaine, 1874, Tome premier, 1ère session, p. 164-167. Disponible en ligne, url : <https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k65804267/f191.item>.
    • Madier de Montjau, Édouard, « Sur le tatouage au Japon », Mémoires du Congrès international des orientalistes : compte-rendu de la première session, Paris, 1873, Paris : Au Bureau de la Société américaine, 1874, Tome premier, 1ère session, p. 193-195. Disponible en ligne, url : <https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k65804267/f220.item> ou <https://archive.org/details/congresinternati01inte_0/page/192/mode/2up>.
    • Guérin-Méneville ; Jubin ; Madier de Montjau ; Maron ; Duchateau ; le comte de Montblanc ; Noël Duchateau, « Les vers à soie au Japon », Mémoires du Congrès international des orientalistes : compte-rendu de la première session, Paris, 1873, Paris : Au Bureau de la Société américaine, 1874, Tome premier, 1ère session, p. 318-339. Disponible en ligne, url : <https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k65804267/f361.item>.
    • Bille ; Madier de Montjau ; Adrien de Longpérier, « Les anciens Chinois ont-ils connu l’Amérique ? », Mémoires du Congrès international des orientalistes : compte-rendu de la première session, Paris, 1873, Paris : Au Bureau de la Société américaine, 1874, Tome premier, 1ère session, p. 377-381. Disponible en ligne, url : <https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k65804267/f422.item>.
    • Léon de Rosny ; Pfizmaier ; De Zélinski ; Marceron ; Émile Burnouf ; Du Bousquet ; Ory, Paul ; le comte Charles de Montblanc ; le capitaine Le Vallois ; Madier de Montjau, « De la transcription européenne des textes japonais (suite et fin) », Mémoires du Congrès international des orientalistes : compte-rendu de la première session, Paris, 1873, Paris : Au Bureau de la Société américaine, 1874, Tome premier, 1ère session, p. 390-413. Disponible en ligne, url : <https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k65804267/f435.item>.
    • Madier de Montjau, Édouard, « Sur quelques manuscrits figuratifs mexicains », Archives de la Société Américaine de France, 1874, 2e série, t. 1, p. [227]-256. Disponible en ligne, url : <https://archive.org/details/archives00frangoog/page/n219/mode/2up>.
    • Madier de Montjau, Édouard, « Les Chinois et les Japonais : comparaison de leur type physique », Revue scientifique de la France et de l’étranger, 1874, janvier à juillet, 2e série, 3e année, 2e semestre, p. 654-658. Disponible en ligne, url : <https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k215082h/f37.item>.
    • Madier de Montjau, Édouard, « Homélies sur les Évangiles en langue nahuatl », Archives de la Société Américaine de France, 1875, n.s., t. 1, p. [269]-275. Disponible en ligne, url : <https://archive.org/details/archives00frangoog/page/n275/mode/2up>.
    • Madier de Montjau, Édouard, « Discours sur les études américaines », Annuaire de la Société américaine de France, 1875, vol. III, p. 5-30.
    • Madier de Montjau, Édouard, « Souvenirs d’un séjour dans l’Extrême Orient », Compte rendu de la session inaugurale du Congrès provincial des Orientalistes, Levallois-Paris, 1875.
    • Madier de Montjau, Édouard, « Sur l’Âge des écritures figuratives et hiéroglyphiques de l’ancien et du nouveau monde », Mémoires du Congrès international des orientalistes : compte-rendu de la première session, Paris, 1873, Paris : Au Bureau de la Société américaine, 1876, Tome deuxième, 1ère session, p. 106-116. Disponible en ligne, url : <https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k9687501s/f118.item>.
    • Madier de Montjau, Édouard, « [Etude sur les arts et la religion chez les anciens Aztèques] », Société ethnographique, 187639.
    • Madier de Montjau, Édouard, « Pierre Martyr et les écritures sacrées de l’Amérique », Congrès international des américanistes (02 ; 1877 ; Luxembourg) [Non publié].
    • Madier de Montjau, Édouard, Études critiques sur l’archéologie américaine et sur l’ethnographie du Nouveau-Monde, Paris : E. Leroux, 1877, 130 p.
      Réunit : 1. Sur la peinture figurative des anciens mexicains ; 2. Escriture sacrée du Yucatan ; 3. Notice historique sur Brasseur de Bourbourg ; 4. Rapport sur les progrès de l’ethnographie mexicaine ; 5. Notes de paléographie mexicaine.
    • Madier de Montjau, Édouard, « Notice historique sur Brasseur de Bourbourg », Actes de la Société d’Ethnographie, 1877, tome 8, n° 3, partie 3, Session de 1876, p. 138-144.
    • Madier de Montjau, Édouard, Chronologie hiéroglyphico phonétique des Rois Aztèques de 1352 à 1522, retrouvée dans diverses mappes américaines antiques, expliquée et précédée d’une introduction sur l’écriture mexicaine, Paris : Société Américaine de France40 [Non publié].
    • Madier de Montjau, Édouard, « Sur la peinture figurative des anciens mexicains », Annuaire de la Société américaine de France, 1878, vol. V, p. 128-132.
    • Madier de Montjau, Édouard, « [Les métis du Mexique et de l’Amérique du Sud] : [conférence prononcée au Congrès des sciences ethnographiques de l’Exposition universelle, le 19 juillet 1878] », 187841 [Non publié].
    • Gaëtan Delaunay ; Éd. Madier de Montjau ; Schoebel ; De Meissas ; Mme Cl. Royer ; le Dr Landowski ; Léon De Rosny ; A. Castaing ; Joseph Halévy « Des différences qui existent entre la race, le peuple, la nation, la nationalité et l’État », Congrès international des sciences ethnographiques (01 ; 1878 ; Paris), Congrès international des sciences ethnographiques tenu à Paris du 15 au 17 juillet 1878. Compte rendu sténographique, Paris, 1881, p. 274-293. Disponible en ligne, url : <http://cnum.cnam.fr/CGI/fpage.cgi?8XAE243/281/100/973/0097/0097>.
    • Madier de Montjau, Édouard, « La question de l’influence des milieux », Congrès international des sciences ethnographiques (01 ; 1878 ; Paris), Congrès international des sciences ethnographiques tenu à Paris du 15 au 17 juillet 1878. Compte rendu sténographique, Paris, 1881, p. 293-295. Disponible en ligne, url : <http://cnum.cnam.fr/CGI/fpage.cgi?8XAE243/300/100/973/0097/0097>.
    • A. Castaing ; Joseph Halévy ; l’abbé Martinof ; Mme Clémence Royer ; Édouard Madier de Montjau ; Léon De Rosny, « Le bouddhisme en ethnographie », Congrès international des sciences ethnographiques tenu à Paris du 15 au 17 juillet 1878. Compte rendu sténographique, Paris, 1881, p. 323-356. Disponible en ligne, url : <http://cnum.cnam.fr/CGI/fpage.cgi?8XAE243/330/100/973/0097/0097>.
    • Madier de Montjau, Édouard, « Exposé des travaux de la Société d’Ethnographie », Congrès international des sciences ethnographiques tenu à Paris du 15 au 17 juillet 1878. Compte rendu sténographique, Paris, 1881, p. 465-467. Disponible en ligne, url : <http://cnum.cnam.fr/CGI/fpage.cgi?8XAE243/472/100/973/0097/0097>.
    • Madier de Montjau, Édouard, « Rapport sur les travaux d’ethnographie politique et d’ethnodicée » Congrès international des sciences ethnographiques tenu à Paris du 15 au 17 juillet 1878. Compte rendu sténographique, Paris, 1881, p. 503-506. Disponible en ligne, url : <http://cnum.cnam.fr/CGI/fpage.cgi?8XAE243/510/100/973/0097/0097> ou <https://archive.org/details/congrsetconfren10goog/page/n324/mode/2up>.
Citer cet article : Olivier Jacquot, « Édouard Madier de Montjau (1816-1898) ». Dans : Amoxcalli, ISSN 2606-6718, 11/10/2021. Disponible sur Internet, url : <https://amoxcalli.hypotheses.org/35155> (consulté le 24/05/2022).

Notes

  1. Voir son acte de naissance sur le site des archives départementales du Gard, url : <http://gard.viewer.anaphore.org/series/FRAD030_ETAT_CIVIL/NIMES/REGISTRES/FRAD030_189_00520?img=FRAD030_189_05MI010112_0697.jpg>. []
  2. Voir sa nécrologie : Textor de Ravisi, Anatole-Arthur (1822-1902), “Nécrologie”, Bulletin de la Société d’ethnographie : compte rendu des séances, notices scientifiques, discours, rapports et instructions, 12 juillet 1898, p. 348-349. Disponible en ligne, url : <https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k54333638/f12>. []
  3. Voir « MADIER de Montjau Édouard, dit MADIER de Montjau jeune », Dictionnaire biographique du mouvement ouvrier français [en ligne], 20 février 2009. Disponible en ligne, url : <https://maitron.fr/spip.php?article34247>. []
  4. Ou les mentions dans Hincker, Louis, Citoyens-combattants à Paris, 1848-1851. Nouvelle édition [en ligne], Villeneuve d’Ascq : Presses universitaires du Septentrion, 2008. ISBN : 9782757421185. DOI : https://doi.org/10.4000/books.septentrion.38111. Disponible en ligne, url : <https://books.openedition.org/septentrion/38111>. []
  5. Pour le distinguer de son frère qui se présente dans le Pas-de-Calais et qui est qualifié juste avant d’ « orateur puissant, plein de feu, démocrate sincère. Il est de l’école des convaincus. Son idéal est Robespierre — moins la terreur, et plus le succès. », dans l’article « Les candidatures du Palais » qui recense tous les avocats qui se présentent, p. 1. []
  6. Voir : « Procès du 13 juin. Acte d’accusation », La Gazette du Languedoc, 17 octobre 1849, p. [1]-[3], 18 octobre 1849, p. [2]-[3], 19 octobre 1849, p. [1]-[2]. La publication de l’acte d’accusation suscite des réactions d’Édouard Madier de Montjau qui adresse de Londres une lettre au rédacteur du journal La Liberté qui la publie dans son édition du 1 novembre 1849, p. [3]. []
  7. Il faut entendre qu’il est en fuite, en Belgique d’après ce que nous dit Vapereau, Gustave, Dictionnaire universel des contemporains : contenant toutes les personnes notables de la France et des pays étrangers, avec leurs noms, prénoms, surnoms et pseudonymes … etc., 2e éd…, Paris : Hachette, 1861, p. 1144. Disponible en ligne, url : <https://archive.org/details/b21778607/page/1144/mode/2up>. []
  8. Il est le 4e dans la liste des 36 condamnés à la déportation, par contumace, par la Haute-Cour de Justice de Versailles tenue du 12 octobre au 15 novembre 1849 pour juger les accusés de l’affaire de la manifestation du 13 juin 1849. Voir : « Haute Cour de justice de Versailles », Wikipédia, l’encyclopédie libre, 2 mars 2020. Disponible en ligne, url : <http://fr.wikipedia.org/w/index.php?title=Haute_Cour_de_justice_de_Versailles&oldid=168031875> []
  9. Pièces diverses, n° VI et VII. []
  10. Pièces diverses, n° XXXI. []
  11. Nouvelle biographie générale : depuis les temps les plus reculés jusqu’à nos jours, avec les renseignements bibliographiques et l’indication des sources à consulter, Paris : Firmin Didot, 1852-1866. []
  12. Dictionnaire universel illustré de la France contemporaine : comprenant par ordre alphabétique la biographie de tous les français et alsaciens-lorrains marquants de l’époque actuelle, l’analyse des œuvres les plus célèbres (théatre, littérature, sciences) des auteurs vivants,…etc., Paris : Boulanger, 1885 []
  13. Bitard, Adolphe, Dictionnaire de biographie contemporaine, etc. – 3e éd., Paris , [1887]. []
  14. Vapereau, Gustave, Dictionnaire universel des contemporains : contenant toutes les personnes notables de la France et des pays étrangers. – 6e éd. ent. refondue et consid. augm., Paris [et al.] : Hachette, 1893. []
  15. L’Annuaire de la Société d’ethnographie de 1876, p. 14 nous apprend qu’il réside au 50 rue de Moscou. Disponible en ligne, url : <https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k96309570/f22.image.r=madier?rk=21459;2>. Celui de 1877 que son épouse Léonie est également membre de la société. « L’octroi de Paris est administré sous l’autorité immédiate du Préfet de la Seine, et sous la surveillance générale du directeur de l’administration des contributions indirectes, par un directeur et trois régisseurs formant un Conseil d’administration présidé par le directeur. Ce dernier est en même temps directeur des droits d’entrée perçus au profit du trésor public (ordonnance du 22 juillet 1831). — Le directeur et le régisseur sont nommés, savoir : le directeur par décret sur la proposition du Ministre des finances et les régisseurs par le Ministre de l’intérieur sur la proposition du Préfet de la Seine. », Weill, Eugène, Le Régime des octrois (étude de législation financière), thèse pour le doctorat., Nancy : impr. de L. Kreis, 1899, p. 3. []
  16. Sise 11 rue Chardon Lagache dans le 16e arrondissement de Paris. []
  17. Voir Patrick Beillevaire. « Collaborateurs, correspondants et associés de Léon de Rosny dans le champ des études japonaises », Genèse des études japonaises en Europe : autour du fonds Léon de Rosny, Nov 2015, Lille, France. Disponible en ligne, url : <https://halshs.archives-ouvertes.fr/halshs-01953440>. []
  18. Fondée en 1873, la Société des études japonaises, chinoises, tartares et indochinoises, section de la Société d’ethnographie, devient en 1885 la Société des études japonaises chinoises, tartares et indochinoises et océaniennes. Voir Véronique Béranger, Japonisme Érudition. Japonisme et érudition : le livre japonais dans les collections d’Auguste Lesouëf (1829-1906) : Thèse pour le diplôme d’archiviste paléographe, Paris : École nationale des chartes, 2000. Disponible en ligne, url : <https://hal-bnf.archives-ouvertes.fr/tel-01836592>. []
  19. Voir Riviale, Pascal, « L’américanisme français à la veille de la fondation de la Société des Américanistes », Journal de la Société des Américanistes, 1995, tome 81, p. 207-229. DOI : https://doi.org/10.3406/jsa.1995.1589. Disponible en ligne, url : <https://www.persee.fr/doc/jsa_0037-9174_1995_num_81_1_1589>. []
  20. Ce fut lors de la séance du 7 avril 1873 de la Société d’ethnographie qu’Édouard Madier de Montjau en fut proclamé membre titulaire. Voir Actes de la Société d’ethnographie, 1873, t. 7, p. 239. Disponible en ligne, url : <https://archive.org/details/bub_gb_BvwpAAAAYAAJ/page/n247/mode/2up>. []
  21. Lors de la 199e séance du 7 juillet 1873. Les Actes de la Société d’ethnographie nous indiquent que les élections ont été organisées pour remplacer « M. Seyti, de l’Observatoire, dont la démission pour cette fonction a été acceptée ». Édouard Madier de Montjau « Est élu au scrutin secret, à la majorité absolue et au premier tour de scrutin. », voir : Actes de la Société d’ethnographie, 1873, t. 7, p. 256. Disponible en ligne, url : <https://archive.org/details/bub_gb_BvwpAAAAYAAJ/page/n265/mode/2up>. []
  22. Société qui formait le Comité d’archéologie américaine de la Société d’ethnographie. []
  23. Section de la Société d’ethnographie, l’Athénée oriental est fondé en 1859 sous le nom du Comité oriental avant de prendre son nom en 1864. []
  24. Voir Étienne Logie ; Pascal Riviale, « Le Congrès des américanistes de Nancy en 1875 : entre succès et désillusions », Journal de la Société des américanistes, 2009, 95-2. DOI : https://doi.org/10.4000/jsa.11036. Disponible en ligne, url : <http://journals.openedition.org/jsa/11036>. []
  25. Voir la « Discussion » qui suit l’intervention de René du Sémallé ; Cl. Royer ; Rosny ; Gaëtan Delaunay ; Jouault ; Édouard Landowski ; Castaing, Charles Rochey, « Du métissage », Congrès international des sciences ethnographiques (01 ; 1878 ; Paris), Congrès international des sciences ethnographiques tenu à Paris du 15 au 17 juillet 1878. Compte rendu sténographique, Paris, 1881, p. 190-215. Disponible en ligne, url : <“>http://cnum.cnam.fr/CGI/fpage.cgi?8XAE243/197/100/973/0097/0097>. []
  26. Voir Compte-rendu de la seconde session, Luxembourg 1877, Luxembourg : Victor Bück Libraire ; Paris : Maisonneuve et Cie, 1878, p. 302 [20]. Disponible en ligne, url : <https://archive.org/details/compterendudelas02inte/page/n339/mode/2up> ou <https://archive.org/details/compterendudelas02inte/page/302/mode/2up>. La Commission de publication du congrès indique qu’Édouard Madier de Montjau a renoncé à mettre en forme sa contribution au congrès faute de réponse de Lucien Adam (1833-1918) : « Le 8 novembre 1877, M. Madier de Montjau faisait savoir à M. Lucien Adam, par l’intermédiaire de M. de Rosny « qu’il avait besoin de six semaines pour mettre son travail en état de lui être envoyé. » Le 25 décembre suivant, M. Madier de Montjau chargeait M. Léon de Rosny d’informer M. Adam qu’il renonçait à lui adresser son travail « il vous avait demandé » ajoutait M. de Rosny « six semaines de délai pour la révision de sa copie, et comme vous ne lui avez pas répondu à cet égard, il ne s’en est plus occupé. » ». []
  27. Voir : Kammler, Henry, « Karl Julius Platzmann: ein Leipziger und die Indianersprachen », Quetzal-Magazin, 1994, Sommer, n° 8. Disponible en ligne, url : <http://www.quetzal-leipzig.de/themen/ethnien-und-kulturen/karl-julius-platzmann-ein-leipziger-und-die-indianersprachen-19093.html>. []
  28. Voir Bibliothèque Sainte-Geneviève, Fond Ferdinand Denis, Ms. 3433 (f. 16-17). Disponible en ligne, url : <https://archive.org/details/MS3433b/page/n31/mode/2up>. []
  29. Les Archives de la Société américaine de France, n. s., t. 3, 1884 indiquent que « Sont déclarées places perpétuelles, les places fondées par des membres ayant opéré un versement, une fois pour toutes, d’une somme de 270 francs au minimum ». Le convertisseur entre francs anciens et euros de l’INSEE ne débute qu’à partir de 1901. Pour 1901, 270 francs français équivalent à 107 770 Euros de 2020. Si l’on se fie aux estimations du généalogiste Jean Monange (De la valeur des choses dans le temps), 270 francs de 1860 vaudraient 629 Euros de 2020. []
  30. « Ouvrages sous presse ou en préparation », Mémoires de la Société des études japonaises, chinoises, tartares et indochinoises, t. premier, 1873-76, Paris : E. Rouveyre, 1877, p. []
  31. Plusieurs lots de la Vente Livres & Manuscrits du 26 avril 2018 chez Artcurial montre les liens entre Léonie Madier de Montjau et le poète. Voir le catalogue de la vente, url : <https://www.artcurial.com/sites/default/files/2018-04/3816.pdf>. []
  32. Hyppolyte Briollet, « Souvenirs su Salon de 1877 : quatrains sur les Célébrités contemporaines », Le Tintamare, 1er juillet 1877, p. 4, n° 1401 : Portrait de M. E. Madier de Montjau, par Mlle Léonie Edouard Madier de Montjau. []
  33. Il s’agit de l’adresse de l’actuel Hôpital Sainte-Périne. Édouard Madier de Montjau y a passé sa fin de vie à la maison de retraite sachant que depuis 1806 la maison religieuse des chanoinesses de l’ordre de Saint-Augustin avait été transformée en un établissement pour personnes âgées ou infirmes payant une pension ou un capital lors de leur admission. Son décès fut déclaré par Emile Forthomme, employé à la même adresse et Mathieu Doncarli, employé résidant au 47 rue de Galilée. []
  34. Nécrologie reprise et quelque peu raccourcie le lendemain par Le Radical, 14 février 1898, p. 3. []
  35. Charles Floquet (1828-1896), élu député à Paris le 8 février 1871, conseiller municipal de Paris en 1872. []
  36. Plus connue aujourd’hui sous le nom d’insuffisance rénale – ou néphrite – chronique, la maladie de Bright doit son nom à Richard Bright (1789-1858) qui l’identifie le 9 novembre 1827 en publiant cinq observations dans ses Reports of medical cases, selected with a view of illustrating the symptoms and cure of diseases by a reference to morbid anatomy, London : Longman, Rees, Orme, and Green, 1827-1831, 2 vol. Voir : « Looking back: from the original papers of Richard Bright, 1827. In diseases terminating in dropsical effusion. Case XIV », The Lamp, 1980, october, vol. 37, n° 9, p. 57-59. []
  37. L’Événement du 13 février 1898 ne retient seulement qu’il fut le « frère du député de la Drôme ». []
  38. Anatole-Arthur Textor de Ravisi indique que cette « brochure qu’il publia sur l’éventualité d’une Invasion de l’Europe par les Chinois eut un grand retentissement à l’époque où elle parut. On peut la considérer, à juste titre, comme le premier coup de clairon qui, en faisant connaître l’organisation sociale et politique de la Chine […] ». Son exergue est le suivant : « Les Chinois sont en marche vers l’Europe. » []
  39. Signalée par le compte rendu de la séance annuelle de 1876 de la Société ethnographique publié par le Le Petit Parisien, 7 décembre 1876, p. 3. []
  40. Stephen Salisbury (1835-1905) dans The Mayas, the source of their history. Dr. Le Plongeon in Yucatan, his account of discoveries, Worcester : Press of Charles Hamilton, 1877, p. 5, indique qu’il s’agit d’une publication de la Société Américaine de France. Disponible en ligne, url : <https://archive.org/details/mayassourceofthe00salirich/page/4/mode/2up> ou <https://www.gutenberg.org/files/29723/29723-h/29723-h.htm>. La publication n’apparaît dans aucun des grands catalogues collectifs de bibliothèques. []
  41. Selon le compte rendu publié par Le Français, 21 juillet 1878, p. [3]. Absent tel quel de Congrès international des sciences ethnographiques tenu à Paris du 15 au 17 juillet 1878. Compte rendu sténographique, Paris, 1881. []

Olivier Jacquot

Coordonnateur de la recherche > Délégation à la Stratégie et à la recherche > Bibliothèque nationale de France

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search